Archives de Catégorie: Concerts Magène

59. Carteret. Le graund corbin / Le grand corbeau. Photos, poème. En lâonaunt… Revue Vikland. Concerts Magène.

Vikland n° 9.

Jean de la Py-Ouitte

   Je vous recommande le dernier Vikland d’avril-mai-juin 2014 n° 9 centré sur Cart’ret avec un article sur les 3 Cd récents produits par Magène (R’vans, Angelina et Je syis magnifique !)
et un autre de Jean-Claude Léger « Le grand corbeau du Cap de Carteret », très belles photos et poème en normand « Les corbins de la falaise ».

Ci-joint 2 pages sur les 4 du grand corbeau… Les poèmes et récits de Jean-Claude « Jean de la Py-Ouitte » seront tous édités bientôt par Magène.

Carteret Vikland 001

 

Jeannine Bavay Asso Les Amis du Donjon revue La Voix du donjon         La majeure partie des articles d’histoire sur la Vieille Eglise de Carteret, le havre de Carteret (de la préhistoire au port, phare, canot de sauvetage et à l’histoire balnéaire), les manoirs, églises de La Haye d’Ectot et Saint-Pierre d’Arthéglise (où demeure le célèbre Stéphane Marie de « Silence ça pousse » !) sont écrits par Jeannine Bavay (vice-présidente des Amis du Donjon) et par Jean Barros, le tout accompagné de photos de grande qualité…

11 € en kiosque. Ajouter 4 € par la poste :

Editions Heimdal BP 61350
14406 BAYEUX Cedex
Saviez-vous que dans Arthéglise, nous trouvons le nom d’homme scandinave Arnketill, « le chaudron sacré de l’aigle »… ?

 

 

Vikland grand corbeau du Cap de C. J-Claude 001

Vikland Carteret J-Claude Corbin en normand 2è p 001

Les corbins de la falaise

Sus la falaise et, dé depis la nyit des temps
Oû quœu de l’hivé se racache1 eun couplle corbin2.
Sus la falaise il ount trachi sus sen repllat
Eune vire abriaée pouor faire lus nin.
Sus la falaise la fumelle a couaé l’s œus
Et à retouo de temps, no viyait mais qu’le mâle corbin.
Sus la falaise byin j’i trachi à veî
Et du péret3, dauns l’Petit Pits j’ trouvis lus nin.
Sus la falaise graunds ouverts chins bés
Quémaundaient d’la mâquale à lus mère corbin.
Sus la falaise je les veus sauns m’esposaer
És moueries4 d’gens lâonaunt5 paé louen du nin.
Sus la falaise quasiment à touos mes viages
Tréjous, j’étais suusu pa le mâle corbin.
Sus la falaise eune chentanne de portraits j’halis6
Des touos petiots et de lus gens hors du nin.
Sus la falaise cha feut syis semannes pus tard
Byin emplleumaés, l’évo des jannes corbins.
Sus la falaise, dauns le jouo d’annyi no veit en vol
Touote la famile, et, tréjous veude est le nin.
Sus la falaise jusqu’à l’étaé finin
No pouorra suure les calitchumbelets7 des corbins.
Sus la falaise de l’arryire8 à mitan févri
No-z-espérera9 le couplle qui fera eun nouvé nin.
Sus la falaise, magène no-z-a de l’adoun10 :
À Cart’ret …, no peut yête firs, de nous corbins.

Jeaun de la Py-Ouitte. Mai 2006

racache1 : reviens ; corbin2 : grand corbeau ; péret3 : bord de mer ; moueries4 : nombreux ; lâonaunt5 : se promenant ; j’halis6 : je tirais ; calitchumbelets7 : vrilles ; arryire8 : automne ; espérera9 : attendra ; adoun10 : chance.

DSC00093

Les corbins1 sus la falaise

   Dauns le jouo d’annyi je sais paé cha qui m’a démentaé2 d’avei de l’inté3 pouo chu volatile qui niche dauns noute falaise de Cart’ret, dé depis byin des auns pis qu’il était déjà lò du temps de Charles Frémène [Cf. Promenades et rencontres, diffusé par Les Amis du Donjon, 15 € + port 5  €].
Cha deit dataer du jouo, où lâonaunt4 sus l’airie du phare, j’avisis une pauncarte du Groupe Ornitologique Normand (G.O.N.) yoù qu’était merquie la présence du graund corbin. D’où vyint que le corbin de la falaise m’attire ? J’aime la nature et les ouésiâos. Pouor cha qu’ en est de ch’té lague5, cha deit yête rapport qu’i reste touote l’annaée dauns noute trige.
   En ch’té fin d’hivé j’i fait byin des viages à trachi le nind du couplle sus le quemin des douènes ! Savei coumbyin qu’i yavait de naitaées m’entrinait6 ! À fène forche7 de vas-tu-vyins-tu8 et d’yête à l’écoute9 je feus bénin où delà de cha que j’espérais !
   Eun seir, où pyid des roques, à quiques mètes, j’avisis eune taque neire dauns la mé ; ch’tait eun phoque portaé pa le pllen de la marée mountaunte ; eun phoque gris se racachaunt des travers des Ecréhou à cha que no m’a dit par pus tard ! Je l’avisis guère pus d’eune demin-mineute, et coume j’avais men apparel photo j’eus dreit10 le temps de li halaer11 le pourtrait. Quil adoun12 mes amins !

    Pouor en revenin és corbins, les prémyires feis qué je lâonais sus la sente, le mâle (le pus gros du couplle), touot en croachaunt, touornait et ratouornait13 oû-dessus de mei oû fut et à mesu que j’appréchais du nind. Il était brin d’himeu de rire inté14 le sterne arctique de la baie de la Madelanne oû Spitzberg qui me print men capé sus le caquevet15 mais que16 je feus à quiques pas de sen nind, ya de cha praès de vingt auns !
   

   Le corbin fut pus acquemodaunt ! I m’a ryin prins, i m’a dounaé que du bouon-âot17 et de biâos pourtraits. J’allis les veî byin des matins et byin des seirs en chu meis d’avri, tréjous joraé18 des mêmes hardes19 pouor paé les détourbaer20. Oû bout d’eune semanne no-z-érait dit que le couplle m’attendait car sitôt la pâse de la segounde teurque21 du quemin, j’étais tréjous suusu de praès et cha durit touot le temps que je tierrais des bûnettes22 en sa coumpagnin ! J’ appréchis le nind à quiques mètes, je prins les chins petiots corbins en photo et fait de reide biâos cllichaés du mâle qui, oû fi du temps, était de mens en mens menachaunt. Eun jouo je pouvis réstaer péqui23 quiques loungues mineutes à treis pas de li sauns qu’i croache et je pouvis le photographiaer à pis pus ; j’étais à couop seur devenin sen amin !…
   Ampraès avei viagi eune dyisanne de jouors en Amérique Centra yoù que j’i veu à crase24 des baêtes et des ouésiâos incouneus de nos triges25, je poursusuus mes ratours26 sus le quemin des douènes. À men retouo, les petiots étaient déjà byin counséquents ! Le jouo anniversaire de noute Libératioun, j’assistîs à de jatiles27 pirouettes à l’hus28 du sentyi. Que ch’était-i émouovaunt de veî les calitchumbelets29 sus la falaise ! Ch’était rapport30 à quiques choucas qui s’en prénaient oû mâle corbin et ch’ti-chin était byin soutint par sa criyature ! Le ounze de mai, le drényi janne volait sus la falaise. Quiques jouors par pus tard touos les jannes s’abrévaient dauns eune marette oû pyid des roquis.
   Pouor du couop ch’était gangni, no-z-avait eune couaée reussie sus la coumeune, eune raitaé en Normaundie !

          Jeaun de la Py-Ouitte. Mai 2006.

 corbins1 : grands corbeaux ; démentaé2 : décidaé ; inté3 : intérêt ; lâonaunt4 : me promenant ; lague5 : espèce ; m’entrinait6 : m’entêtait ; à fène forche7 : à force de : vas-tu-vyins-tu8 : va-et-vients ; yête à l’écoute9 : être dans l’attente ; dreit10 : juste ; halait11 : tirait ; adoun12 : chance ; atouornait et ratouornait13 : tournait et retournait ; intel14 : tel ; caquevet15 : crâne ; mais que16 : quand ; bouon-âot17 : bonheur ; joraé18 : accoutré ; hardes19 : vêtements ; détourbaer20 : déranger ; teurque21 : courbe ; tierrais des bûnettes22 : passais mon temps à des riens ; pêqui23 : sur place ; à crase24 : en grands nombres ; triges25 : régions ; ratours26 : allers et retours ; jatiles27 : jolies ; l’hus28 : l’entrée ; calitchumbelets29 : vrilles ; rapport30 : à cause.

leger

En lâonaunt sus le quemin des douènes

   -I fait bé annyi, cha te dit-i de marchi ? dauns les jouors à venin il avisent1 de l’iâo et bellement de vent !
    -Veire, ma fei pouorqui paé ! No pouorrait faire le tou du Cap en partaunt à pyid d’la maisoun.

   Sitôt ampraès dinnaer, byin couverts et câochis coume i fâot, no s’en feut pa des queminets gangni le G.R. 223 qui, de la pllage de Carteret, coundit dé devers les deunes de Hattaunville2. Le temps était assaez freid d’aveu eun solé de saisoun ! Le mireus de la pllage luusait souos eun cyil sauns nuaées et i faisait bouon marchi ! Quiques raundouneus lâonaient touot coume nouos.
    En ch’té début de mâr, j’avais qu’eune idaée en taête, ch’était de veî les corbins3 ! I me maunquaient, les iyaunt paé veus dé depis le drényi arryire4 ! Le couplle coue5 touos les auns sus la falaise. À ce qué j’en sais, no-z-en coumpte pus mais guère6 dauns le Cotentin, seument que quiques-euns dauns les falaises de Carteret, Fllémaunville et Jobourg.
    No marchait, Marotène et mei, dé depis eun moument et tréjous brin de vie dauns le trige ! paé même eun ouésé ! Je surguais7 la mé mais qu’enfin j’avisis sus le coupé d’eune roque, eun ouésé counséquent touot nei qui se câoffait oû solé ! Ch’était li ! Il ‘tait byin lò, le corbin taunt espéraé !
    Cha me faisait graund pllaisi de le savei aco lo-lenreit ; no le viyait oû muus, il ’tait si praès de nouos ! J’érais vouli le prenre en photo mais pouent d’apparèl. No pense paé à touot quaund que no part faire eune marche ! Je m’en voulis ! No countinuit noute quemin, qui, de teurques8 en teurques, nous coundisit dé devers les deunes de Hattaunville.
   Ampraès déeus bouones heures à marchi no se racachit à la maisoun. I me vyint alors l’idaée dé reparti d’aveu men apparèl. Je devrais seurement lé reveî, ch’té signeu du trige9 !
   Pouor yête pus à couop sus pllèche, je partis en méconnique10. Quiques mineutes pus tard, j’étais sus le quemin des douènes. Je lâonais eun p’tit quart d’heure sauns veî âme qui vive, pyiche d’ouésiâos, paé de raundouneus !  J’étais quasiment coundit à la « batterie » quaund je ouisis11 eun croachement et je lévis la taête ! Ch’était byin eun corbin qui s’évolait dé devers le pllanître12 du Cap. Je le vis quiques temps roundaunt13 touot à sen leisi oû gré des vents !
  Eun volyi de mâoves14 passit l’enreit et cha feut eune brève batâle à couops d’âles que le corbin gaungnit ! I gardait d’aveu jalousetaé « sa falaise » ! Pa la suute jé le perdis de veue. Je ratouornis sus mes pas d’aveu le pressentiment de reveî ch’té solitaire, mais qu’à la fin d’eune teurque je le vis posaé sus le coupé d’eune grosse roque, sus eun repllat, en surplloumb du graund veude. Je m’appréchis oû pus praès qué je pus, quittaunt le quémin pouor le photographiaer oû mus. J’en ‘tais à chin mètes !
    Je devais paé l’effarouchi ni oû pus de cha dévalaer dé devers le veude : j’avais brin d’âles à mette en mouvement !
    I m’avisit et restit fiqui  sus sen caillou. Je prins byin des pourtraits. I se dépllèchait dreit et à la demaunde qué15 mei, no-z-érait dit qu’i prénait pllaisi à ch’té josterie16 intelle eune starlette de cinéma !
    I croachait de temps en temps touot en éplluquant quiques pllauntes et graminaées qu’i piâossait d’aveu sen énourme bé. Attaundis qué je mé lassais paé de le surgui, je vis quiques secoundes eun segound corbin, seurement la fumelle qui se racachait sus sen nind qué je devinais à guère de pas, pus bas. Noute manége durit de seûr eune vingtanne de mineutes et pouvaunt pus halaer de portraits, rapport que la mémouère de men « Sony » était pllenne, je prins à l’argret coungi.
    J’eus biâocouop d’adoun17 de le veî de si praès et si lôtemps sauns yête détourbaé18 ! Je creis byin qu’eun âote coup d’adoun coume j’i-z-eu se représentera paé de sitôt !
   Byin seu que ch’té couorte raundounaée restera biaôtemps19 dauns mei, touot coume l’amourachement d’un couplle d’étercelets qui fut suusue d’eun accoupllement veue ya quiques annaées, ainchin que la naitaé d’eune otarie sus l’île Espanola dauns l’arquipaé des Galapagos !

               Jeaun de la Py-ouitte   Mâr dé 2006
Nouvelles et récits à paraître ! Bientôt en souscription, Editions Magène.

avisent1 : prévoient ; Hattaunville2 : Hattainville, village des Moitiers d’Allonne ; corbins3 : grands corbeaux ; arryire4 : automne ; coue5 : niche ; mais guère6 : très peu ; surguais7 : épiais ; teurques8
: courbes ; trige9 : les parages ; méconnique10 : automobile ; ouitis11 : entendis ; pllanître12 : ici prairie ;
roundaunt13 : faisant des ronds ; mâoves14 : goélands ; à la demaunde qué15 : au fur et à mesure de ; josterie16 : jeu ; adoun17 : chance ; détourbaé18 : dérangé ; biaôtemps19 : longtemps.

 

Vikland Magène 3 Cd de qualité 001

 

DSC00916

 

Vikland Magène 2 001

DSC07236

prochains concerts Magène :

Alençon samedi 26 avril, Granville mardi 27 mai, Utah Beach jeudi 5 juin, Néhou samedi 7 juin, Barflleu / Barfleur samedi 14 juin…
Concert Marins du Cotentin avec en Guest Stars « The Three Belles », spécial 1944, dimanche 8 juin après-midi (salle Jean Eliard à Bricquebec, où Les Amis du Donjon exposent aquarelles, documents,… sur 1914 et sur 1944). Entrée 10 €, scolaires 5 €.
Concert irlandais par « Thé-citron » (Manuela, Jean-Louis, Dany) mardi 29 avril à Cart’ret salle des Douits…
Magène sera présente à Sainte-Mère-Eglise à la médiathèque lors du salon du livre qui se déroulera les 14 et 15 juin 2014 (CD avec Daniel Bourdelès, livres avec Maurice Fichet), ainsi que Les Amis du Donjon, … Fête de la langue normande, même date, à Jersey.
Jeux normands à Montfarville (grand concours quilles du Cotentin,…) le dimanche 13 juillet,…
Calendrier non exhaustif !!!
 et … « Au Goubelin malin », Lionel Jean, céramiste, 28 Chemin de la Raterie 50260 SOTTEVAST, téléphone : 02.33.41.97.29 lioneljean.50@orange.fr ; http://www.augoubelinmalin.wifeo.com

 

1 commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Ecologie, Livres en normand, Revues normandes, Saisons, Vocabulaire

56. Encore du nouveau sur Joseph Mague ! Photos du viage de Ger à Granville.

Un poète honoré au cimetière Saint-Paul de Granville

Mardi 8 avril, les membres de trois associations littéraires normandes ont déposé une plaque en grès sur la tombe de Joseph Mague.

Vingt-cinq membres du Point d’Alençon, de l’Université inter-âge de Caen et de Magène ont ainsi voulu rappeler qu’un poète passionné et méconnu habita à Granville.
La plaque a été scellée, impossibles de l'enlever sans la casser !

La plaque a été scellée, impossible de l’enlever sans la casser !

Joseph Mague (1875-1940) a écrit des poèmes de qualité en français et en normand. En particulier, ses vingt-quatre « Canchons du Bessin » sont recherchées par les collectionneurs de cartes postales, mais les mélodies en sont ignorées ou perdues. Ces poèmes font revivre les Normands des années 1900-1914. Humour et nostalgie ajoutent un intérêt aux descriptions ethnographiques.
Le marchi és peissouns à Ballerey

Le marchi és peissouns à Ballerey

Daniel Bourdelès est tombé sous le charme de La Feire ès Ougnons, la Partie d’ Mé, Les trachous d’ bouais, La grousse Angelina, La p’tite servante, La Dentelière… Il a composé des mélodies qu’il chante sur un nouveau CD titré « Angelina »1.

DSC00625

Joseph Mague a publié à Balleroy ses poèmes illustrés de photos. Mais aucun portrait de lui n’a pu être retrouvé.
DSC00867
Lionel Bonnetot a reconstitué la biographie de J. Mague. Ainsi, il a pu la résumer en lui rendant hommage sur sa tombe.
Une jolie plaque en terre cuite vernissée a été fixée sur la tombe familiale, chacun est invité à faire un petit détour dans le carré 8 du cimetière Saint-Paul pour la découvrir.

DSC00834

Elle a été imaginée par le potier Lionel Jean (son atelier est ouvert au public à Sottevast près de Bricquebec)3. Elle a la forme d’une canne à lait sur laquelle on peut lire « Joseph Mague, 1975 – 1940, poète, auteur des Canchons du Bessin »2.

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est à l’occasion d’un voyage organisé par Michel Le Bas
que cet hommage à Joseph Mague a pu être rendu,
avec les visites guidées du musée de la poterie de Ger,
Pot cochon réalisé à Mourot, village de potiers appelé actuellement St-Jacques-de-Néhou. Lionel Jean vend ces mêmes pots très pratiques pouor versi à beire !

Pot cochon réalisé à Mourot, village de potiers appelé actuellement St-Jacques-de-Néhou. Lionel Jean vend ces mêmes pots très pratiques pouor versi à beire !

du chrismale de Mortain,
Le crismale de Mortain est un objet exceptionnel. Autel portatif, il est gravé d'inscriptions scandinaves en runes

Le crismale de Mortain est un objet exceptionnel. Autel portatif, il est gravé d’inscriptions scandinaves en runes

du Scriptorial d’Avranches,

DSC00580

de l’Abbaye de La Lucerne
L'Abbé Lelégard a sauvé l'Abbaye de la Lucerne d'Outremer près de Sartilly. Excellent conteur en normand, il a su rassembler toutes les énergies pour reconstruire l'église, le réfectoire,... Reste le cloître, faut des sous !

L’Abbé Lelégard a sauvé l’Abbaye de la Lucerne d’Outremer près de Sartilly. Excellent conteur en normand, il a su rassembler toutes les énergies pour reconstruire l’église, le réfectoire,… Reste le cloître, faut des sous !

et du Musée du Vieux Granville.
Intérieur normand d'aveu sen vaisselyi dauns le vuus Grainville.

Intérieur normand d’aveu sen vaisselyi dauns le vuus Grainville.

 Lundi soir, une veillée à la Maison d’accueil de Saint-Jean-le-Thomas a permis d’entendre plusieurs chansons interprétées par le compositeur Daniel Bourdelès lui-même, magène byin (bien sûr, naturellement).
Françoise Roulland a luusu Alphonse Allain, Gires Ganne et Joseph Mague (ainsi qu'un conte de Marcel Lelégard dans l'abbaye de La Lucerne)

Françoise Roulland a luusu Alphonse Allain, Gires Ganne et Joseph Mague (ainsi qu’un conte de Marcel Lelégard dans l’abbaye de La Lucerne)

Les conteurs du Cotentin et du Bocage ont fait découvrir la riche littérature des auteurs dialectaux de la Normandie du Nord et du Sud de la « ligne Joret » (qui sépare ceux qui disent « eune pouque » de ceux qui prononcent « eune pouche »).
Guy Vaugeois, du Bocage d'Athis-Flers

Guy Vaugeois, du Bocage d’Athis-Flers

Jacques Mauvoisin et Patrick Levoyer comparent leurs éditions anciennes de Charles Leboulanger

Jacques Mauvoisin et Patrick Levoyer comparent leurs éditions anciennes de Charles Leboulanger

Car, à Flers et Alençon aussi, des écrivains ont pu transformer ce qui était considéré comme un patois en langue à part entière.

Une langue qui existait déjà au XIIe siècle, comme a pu le démontrer Catherine Bougy, universitaire, dans sa conférence passionnante donnée lundi au Scriptorial.

1. Cd disponible sur le site magene.com (12 € port inclus). Cf. le compte-rendu élogieux du CD Angelina dans le n° d’avril-mai-juin de Patrimoine Normand. La p’tite servante fut chantée en 1994 sur le CD « La Louerie », La Dentelière gravée sur le CD-album La Dentélyire en 2011.
2. Pour en savoir plus, consultez les autres billets sur Mague dans ce blog. « L’adrèche sus la Teile, ch’est sus http://www.magene.com ou byin : https://languenormande.wordpress.com/ »
L'idée de faire des goubelins en terre cuite vernissée est venue à Lionel Jean après l'écoute du CD Caunchounettes, le p'tit goubelin enregistré par Magène (et quasi épuisé ! voir boutique du site magène !)

L’idée de faire des goubelins en terre cuite vernissée est venue à Lionel Jean après l’écoute du CD Caunchounettes, le p’tit goubelin enregistré par Magène (et quasi épuisé ! voir boutique du site magène !)

3. « Au Goubelin malin », Lionel Jean, céramiste, 28 Chemin de la Raterie 50260 SOTTEVAST, téléphone : 02.33.41.97.29 lioneljean.50@orange.fr ; http://www.augoubelinmalin.wifeo.com

 

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Bessin, Chansons, Concerts Magène, Faête és Normaunds, Livres en normand, Revues normandes

49. Nos grands-mères, CD Je syis magnifique ! 12. Touorne men rouet d’Alphonse Allain

Continuons  de découvrir les textes du dernier CD Je syis magnifique ! produit  par l’association  Magène.

Voici la plage 12. Touorne men rouet (paroles d’Alphonse Allain/ mélodies de Daniel Bourdelès) 2’45.

Alphonse Allain, auteur d'un grand nombre de poèmes mis en musique par Daniel : CD Grans de sablle et CD L's ouées de Pirou. En voilà un qui mériterait le Prix littéraire du Cotentin (créé pour la littérature en normand, mais qui a viré sa cuti au profit des auteurs en français !)

Alphonse Allain, auteur d’un grand nombre de poèmes mis en musique par Daniel : CD Grans de sablle et CD L’s ouées de Pirou. En voilà un qui mériterait le Prix littéraire du Cotentin (créé pour la littérature en normand, mais qui a viré sa cuti au profit des auteurs en français !)

Vous pouvez retrouver la chronique « Parlez-vous normand ? » et écouter un grand nombre de chansons produites par Magène sur le site Internet de France Bleu ou en cliquant sur le site magene.com pour avoir directement France Bleu Cotentin. (Remarque : Il est simple aussi d’accéder par magene.com au blog « langue normande »).

Bien sûr la qualité du son sur le site de France Bleu n’est en rien comparable à celle du CD ! Bruno Morisetti et les quatre musiciens-chanteurs du groupe ont fait des merveilles en studio d’enregistrement. Qualité professionnelle. Attention ce CD a un tirage limité et tous nos CD s’épuisent les uns après les autres. Etes-vous certains d’avoir la collection des 14 CD Magène ???

12. Touorne men rouet

normande ad 385

Alphonse emploie beaucoup de vocabulaire normand savoureux, simple et authentique, en restant ici dans l’esprit du grand Georges Métivier, poète qui vivait à Guernesey au temps de Victor Hugo et a écrit plus de 6 000 vers en normand de grande qualité.

Touorne touorne ma chignolle,

Ô j’espère1 men byinaimaé. 

Touorne men rouet que j’envignole,

Le v’lo ! Jé le sens derryire mei !

 rouet 001

O débasotte2 Fraunchounette !

Ch’est d’la fâote à Jaquinot,

Lé rouoge mouojut sa panette3

Quaund s’acache4 sen graund picot5 !

 DSC00686

Le jou qui li baillit d’s aunguules,

Du couop sen quœu tressâotit.

Les pouents sâotîtent dé s’n aiguule,

Quaund pouo la baisi i se penchit !

fille au rouet 001

Ol est touote éberlusaée6,

I ya bailli eun bâoquet.

En ch’té seiraée dé renouvé7,

I ya dit : je vouorais te ma’iaer !

DSC00688

Touorne touorne ma chignole,

Jaquinot men anortaé8

M’a dit : j’ t’aime ! Men quœu s’évole

Par ch’té belle seiraée d’étaé ! (bis).

 9 mars Les Goublins à Réthoville

1 j’attends, 2 Elle déraisonne, 3 mange ses taches de rousseur, 4 arrive, 5 dindon, nigaud, 6 éblouie, 7 printemps, 8 épris.
La carte postale authentique de La Dentelière, poème de Joseph Mague qui a donné son titre au précédent album du groupe Magène (couverture cartonnée reliée, 50 pages couleur) ; les filles de Joseph Mague ont posé pour cette photo à Balleroy, prise par l'éditeur des cartes Fertard.

La carte postale authentique de La Dentelière, poème de Joseph Mague qui a donné son titre au précédent album du groupe Magène (couverture cartonnée reliée, 50 pages couleur) ; les filles de Joseph Mague ont posé pour cette photo à Balleroy, prise par l’éditeur des cartes Fertard.

 

Alphonse Allain. Le Cotentin men pais, p. 157, Querqueville.

Merci aux acteurs involontaires de cette mise en images, membres de groupes de reconstitution des danses populaires normandes (photos prises en 2013 à Rocheville et Réthoville (Nord-Cotentin).

Carte postale couleur : prêt Michel Le Bas.

Carte Mague : Michel Gandon ou Alain Marie.

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Bessin, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Juin 1944, Livres en normand, Vocabulaire

48. CD Je syis magnifique ! 14. Men vuus poumyi, de Guy Thomas. Météo

Météo : i fait eun temps des quate solés pou la semanne à venin !

JE SYIS MAGNIFIQUE ! (2014)

14. Men vuus poumyi

Magène se déplace parfois loin pour faire entendre noute loceis et nos caunchouns ! Jean-Louis Dalmont, Manuela Lecarpentier et Théo Capelle ont rencontré dans le Jura Guy Thomas, poète et parolier de Jean Ferrat…

Théo Capelle et Guy Thomas sont devenus amis...

Théo Capelle et Guy Thomas sont devenus amis…

« Men vuus poumyi » est une adaptation du poème de Guy Thomas, « Mon vieux pommier », musiques de Daniel Coulon.

Cf. www.guythomas.fr, site du poète jurassien.

   14. Men vuus poumyi

Men Vuus Poumyi par Magène – YouTube

J’i dauns le couortin eun vuus poumyi qué je seurvèle,

Ch’tu poumyi-lo a vraiment ryin d’eun étigot1,

Touot juste bouon à vouos bâilli quiques petites preunelles.

Quaund qu’i s’affaîte2, cha n’est janmais pouor des preuniâos.

 1 petite branche pointue, 2 se met en fleurs
Poumyi oû renouvé

Poumyi oû renouvé

Ch’tu poumyi-lo, j’ l’i tréjous veu oûpraès de ma graunge.

Quaund jétais quenâle, j’amountais à même coume eun petit cat,

Et ses belles poumes, ch’était byin muus que vouos oraunges,

Vouos saloperies, vouos noués d’ coco, vouos ananâs.

 DSC08621

DSC09279    Refran

Men vuus poumyi me bâlera-t-i enco des poumes ?

Va-t-i enco se rhabilli pouor le renouvé3 ?

Car s’i mourait, cha me contrarierait coume persoune,

Pouor men poumyi j’érai tréjous le quœu rémouvaé.

 3 printemps

DSC05517

Quaund qu’oû renouvé, i me fait veî « la Vie en rose »

Padaunt l’étaé sen oumbe est traunquille en pllen médi.

Dauns l’asseiraunche, ryin que dé le guetti, mei cha m’arpâose,

Jé soumes byin muus qu’oû cinéma et cha me coûote ryin.

Dauns men clloset...

Dauns men clloset, poumyi et quêne…

Dé men clloset ch’est enco li le puus quœuru…

Ch’est eun touot graund qu’a vraiment ryin d’eune petite écrêle4

Mâogré touot cha, ya quique seit qui me jiguule5

Qui vyint l’arryire6 m’enchiffrounaer7 ma petite chervelle…

  4 eun petit fluet, 5 me soucie, 6 l’automne, 7 m'enrhumer-perturber DSC05515

Quaund que j’i prins de l’âge, j’en i frôlaé des catastrophes.

Quaund que j’i plleuraé et enhannaé8, il était là !

Cha qu’i m’a countaé, ch’était byin muus que vouos philosophes,

Qué lus graunds lives et les merchaunts de blla-blla-blla…

8 j'ai eu mal et j'ai souffert  
La nige en Normaundie l'annaée passaée...

Vuus poumyis souos la nige en Normaundie l’annaée passaée…

Oû mens cha vit, ya du raffut dauns les fuullages,

Ya des ouésiâos, mais que vyint l’arryire no veit les ninds.

Lus petite caunchoun, cha vâot byin muus que vous rapsâodages9

Quaund que je les entends, jé vuullis pus, mais je rajeunins !

9 vos commérages
Sous son bec, il possède une petite poche dans laquelle il peut aisément stocker les graines qu'il récolte. La capacité de cette poche est de trois à quatre glands qu'il peut ainsi transporter avant de les cacher, car tout au long de l'automne, il se constitue des réserves, qu'il dissimule sous des racines, des mousses, à l'intérieur de souches d'arbre ou même sous le tapis de feuilles. Pour retrouver ses réserves, il a la capacité de mémoriser des points de repères qu'il observe soigneusement. Lorsque les points de repères ne sont pas suffisants, il va jusqu'à placer à côté de sa cachette des petits cailloux qu'il utilisera comme autant de balises. Cependant si ses points de repères sont déplacés ou disparaissent, le geai des chênes devient incapable de retrouver la cachette de ses réserves. Ainsi le geai des chênes est le meilleur propagateur des chênes et des hêtres. Il a été estimé que chaque geai des chênes disperse plus d'un millier de glands chaque année. Il en mange une partie d'entre eux et en oublie une autre qui pourra germer et croître.

Un geai (Eun guai) Sous son bec, il possède une petite poche dans laquelle il peut aisément stocker les graines qu’il récolte. La capacité de cette poche est de trois à quatre glands qu’il peut ainsi transporter avant de les cacher, car tout au long de l’automne, il se constitue des réserves, qu’il dissimule sous des racines, des mousses, à l’intérieur de souches d’arbre ou même sous le tapis de feuilles. Pour retrouver ses réserves, il a la capacité de mémoriser des points de repères qu’il observe soigneusement. Lorsque les points de repères ne sont pas suffisants, il va jusqu’à placer à côté de sa cachette des petits cailloux qu’il utilisera comme autant de balises. Cependant si ses points de repères sont déplacés ou disparaissent, le geai des chênes devient incapable de retrouver la cachette de ses réserves.
Ainsi le geai des chênes est le meilleur propagateur des chênes et des hêtres. Il a été estimé que chaque geai des chênes disperse plus d’un millier de glands chaque année. Il en mange une partie d’entre eux et en oublie une autre qui pourra germer et croître.

          Men vuus poumyi me bâlera-t-i enco des poumes ??

 DSC05516DSC05520

 
Table des 16 titres page deux du livret du CD - 20 pages

Table des 16 titres du livret du CD contenant les textes  en normand

DSC05521DSC05527DSC05532DSC05541DSC05547DSC05545DSC05555

DSC05496

Gilbert à gaèche a pllauntaé des chentannes de poumyis de touotes expèces de vuus temps à Sant-Sâoveu-le-Vicoumte

Gilbert à gaèche a pllauntaé des chentannes de poumyis de touotes espèces de vuus temps à Sant-Sâoveu-le-Vicoumte (Cotentin)

Quiques espèces de poumes à couté à Valouones le 5 d'octobe dé 2013

Quiques espèces de poumes à couté à Valouones le 5 d’octobe dé 2013

Poster un commentaire

Classé dans Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Ecologie, météo, Saisons, Vidéos, Vocabulaire

47 Du nouveau sur Joseph Mague ! Photos de la Fête de la langue normande en Bessin avec l’ADTLB.

Les élus du Parc des marais et de la Communauté de Communes d'Isigny-Grandcamp et Christian Nisse, Président de l'ADTLB, association qui fédère 93 communes du Bessin et a établi le programme de la Fête normande

Les élus du Parc des marais et de la Communauté de Communes d’Isigny-Grandcamp et Christian Nisse, Président de l’ADTLB, association qui fédère 93 communes du Bessin et a établi le programme de la Fête normande. L’expo Mague réalisée par Magène est visible deux mois à l’Office du Tourisme à Isigny.

Michel Le Bas, le 3 mars 2014
Boujou,
Hier au concert Magène, j’ai retrouvé un spécialiste en généalogie, Monsieur Lionel Bonnetot, qui habite Isigny-sur-Mer et qui a commencé des recherches sur Joseph Mague, les tous premiers éléments sont les suivants :
Joseph Mague habitait à Balleroy en 1911 !!!, Rue des Forges. Voilà ce qui explique qu’il connaissait l’éditeur Fertard qui a publié en 1904 et 1912 environ ses 24 Chansons du Bessin sur des cartes postales illustrées. [Magène vient de mettre en vente le CD « Angelina » contenant un choix parmi ces 12 Chansons du Bessin, 12 € en direct, boutique sur le site magene.com ; voir articles précédents de ce blog]

Son père est bien né à Paris le 22 09 1830. Son grand père, Etienne, Alphonse vivait à Ducey.
Sa mère est née à Saint-Pierre-Eglise (mais abandonnée à Valognes) le 01 12 1829 : pas étonnant qu’il ait connu Alfred Rossel (qui habitait Cherbourg) et qu’il ait participé au Bouais-Jan vers 1900.

Sa femme Pulchérie Zenaïse est née à Marigny le 28 03 1874, sa belle mère Becquet Marie Louise est née aussi à Marigny en 1839 (entre Saint-Lô et Coutances, le pays de Louis Beuve, autre grand fondateur de la littérature en normand).
Il s’est marié à Marigny le 3 10 1898 ; quelques mois après naissait à Marigny Marguerite Marie Pauline le 14 03 1899, cette première fille (que l’on ignorait) est morte jeune à Vire le 28 02 1905, elle avait presque 6 ans. Ses deux sœurs sont nées aussi à Vire en 1902 et 1904.

Si l’on ajoute les liens de sa famille avec Avranches, ses études à Mortain et sa retraite à Granvilleles liens de J. Mague et de son ascendance avec la Basse-Normandie sont donc très bien établis, de même que ses rapports avec Balleroy, ce qui est un très précieux renseignement : le chainon manquant !!

Il reste certainement encore des surprises à venir : pourquoi pas une photo de J. Mague ??
Un grand merci donc aux recherches fructueuses de Lionel BONNETOT.
Michel (il reste quelques places à l’excursion autour de la langue normande organisée les lundi 8 et mardi 9 avril par Magène dans le Sud-Manche, quelques chambres aussi le lundi soir)

Michel Le Bas, Grandcopais d'adoption est passionné par Joseph Mague et les mystères de sa biographie

Michel Le Bas, Grandcopais d’adoption est passionné par Joseph Mague et les mystères de sa biographie

Le président de Magène et rédacteur de ce blog évoque la qualité littéraire des Chansons du Bessin.

Le président de Magène et rédacteur de ce blog évoque la qualité littéraire des Chansons du Bessin.     Ph. Michel Le Bas.

Retour en images sur la Fête de trois jours. Vendredi soir à Lison, Nadège Queuniet a en-chanté le public qui a chaleureusement participé.

Retour en images sur la Fête de trois jours. Vendredi soir à Lison, Nadège Queuniet a en-chanté le public qui a chaleureusement participé.

L'immense talent de Marie Lemoine a ravigoté les contes normands fantastiques

L’immense talent de Marie Lemoine a ravigoté les contes normands fantastiques

Chanter la galette de sarrasin (de Louis Beuve) entretient la mémoire. A 93 ans, un beau moment d'émotion à la médiathèque de La Cambe samedi matin

Chanter la galette de sarrasin (de Louis Beuve) entretient la mémoire. A 93 ans, un beau moment d’émotion à la médiathèque de La Cambe samedi matin

La soupe à la graisse de Marie Berthe a amusé les auditeurs...

La soupe à la graisse de Marie Berthe a amusé les auditeurs…               Ph. Michel Le Bas.

Les lectures en normand seront renouvelées à l'arryire (à l'automne).

Les lectures en normand seront renouvelées à l’arryire (à l’automne).    Ph. Michel Le Bas.

Pierre Boissel, après un exposé sur le parler du Bessin et l'étude de "La petite servante" de J. Mague, explique la façon de jouer des violoneux traditionnels

Pierre Boissel, après un exposé sur le parler du Bessin et l’étude de « La petite servante » de J. Mague, explique la façon de jouer des violoneux traditionnels

M. le Curé de Canchy a dit son sermon en normand et avec humour. Ch. Nisse l'en remercie.

M. le Curé de Canchy a dit son sermon en normand et avec humour.                                                                 Ch. Nisse l’en remercie.                                                                     Ph. Michel Le Bas.

Bllâodes et coéffes de Caen ont dansé dans l'église avec leurs belles coiffes...

Bllâodes et coéffes de Caen ont dansé dans l’église avec leurs belles coiffes…   Ph. Michel Le Bas.

L'esnèque est un jeu qui passionne les grands. Tec-Nor a animé le dimanche de 14 à 17 h : 12 jeux normands (avec Dominique et Yves Le Bresne, R Pézeri et Michi le Bas). En Bessin, on connaît la galoche ou bouchoone ainsi que la Randonnée minette de tradition orale.

L’esnèque est un jeu qui passionne les grands. Tec-Nor a animé le dimanche de 14 à 17 h : 12 jeux normands (avec Dominique et Yves Le Bresne, R Pézeri et Michi le Bas). En Bessin, on connaît la galoche ou « bouchonne » ainsi que la Randonnée minette de tradition orale.

Dany et Théo ont chanté La Dentélyire de Joseph Mague et le répertoire du nouveau CD "Je syis magnifique !

Dany et Théo ont chanté La Dentélyire de Joseph Mague et le répertoire du nouveau CD « Je syis magnifique ! »

Humour et émotion (avec "Men frère... Men frère" de Côtis-Capel) alternent dans ce très beau répertoire : en normand, ch'est reide seur !

Humour et émotion (avec « Men frère… Men frère » de Côtis-Capel) alternent dans ce très beau répertoire : en normand, ch’est reide seur ! A l’année prochaine !

1 commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Bessin, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Faête és Normaunds, Jeux normands et sports, Revues normandes, Saisons

43. CD Je syis magnifique ! 7. Noué de guerre, de Marie Berthe. Langue normande à La Cambe, Isigny, Grandcamp 1er 2 mars, programme

JE SYIS MAGNIFIQUE ! (2014)

La galette du CD - 16 titres, 13 €, boutique : magene.com

La galette du CD – 16 titres, 13 €, boutique : magene.com

Si Théo apprécie les poèmes de Côtis-Capel qui donnent une formidable puissance aux chansons, ce disque donne aussi rendez-vous à bien d’autres auteurs normands qui ont su magnifier leur langue, qu’ils soient du continent ou des îles voisines. Profitons pleinement de ces moments où notre langue normande, bien en vie dans ce disque, montre sa richesse et toutes ses subtilités. Daniel Bourdelès. Théo chante le dimanche 2 mars à Grandcamp.

7. Noué de guerre

Marie Berthe (Mireille Tournière, 1937-2012) était membre de l’Association Alfred Rossel, Tchidbou/Cherbourg.

Biographie de Marie Berthe, (Mireille Tournière, rédactrice du Boués-jaun

Biographie de Marie Berthe, (Mireille Tournière, rédactrice du Boués-jaun)

7. Noel de guerre

Je syis byin mourmaôde1 annyi
J’entendouns pus prêchi
Qué dé tueries et de boumbes
Les vuurs sount croquis2 sus leus toumbes…

Sus Terre, annyi, ch’est Noué.
Ches mères, qui qu’o vount avaer ?
Ryin que leus quoeu pouor plleuraer,
Ryin que leus urs pouor gimaer3 !

Dessin R. Pézeri. Reims ? Verdun ? Léningrad ? Dresde ? Londres ? St-Lô ? Périers ? Le Havre ? ...

Dessin R. Pézeri. Reims ? Verdun ? Léningrad ? Dresde ? Londres ? St-Lô ? Périers ? Le Havre ? …

À ce sei, j’i grâos sus le quoeu.
Louen d’ichin, av-ous veu
Les urs des pouors pétiots
Qu’ount pus mais qué la pé sus les os ?

Sus Terre, annyi, ch’est Noué.
Ches quenâles, qui qu’i vount avaer ?
Le sablle pouor s’y couchi,
Le sablle pouor y mouori.

Hyir oû sei, no viyit
Dauns leus maisouns minchies
Des pétiots qui grégeolaient4,
Dauns l’s écllais bllauncs qui fouédrâllaient5.

Sus Terre, annyi, ch’est Noué.
Ches pétiots, qui qu’i vount avaer ?
La poue, tréjous en yeus,
La guerre, tréjous tcheu yeus.
Rémi Ourdan est originaire de Valognes

Rémy Ourdan est originaire de Valognes

Oû lû qué d’acataer
Dé quei pour sé machacraer
Pouor s’ minchi, s’ brésilli,
Pouor s’ente-capuchi6, sé hagui7.

   Ch’est-i paé muus dé veî
S’ouovri les pouores urs sés
Du syin qui s’achânit8
Quaund no li bâle dé dequei mouogi !

1 mourmaôde : désespérée,  2 croquis : recroquevillés,  3 gimaer : pleurer,  4 grégeolaient : tremblaient,  5 fouédrâllaient : tombaient comme un orage,  6 s'ente-capuchi : s'entrebattre très violemment, 7 se hagui : lacérer,  8 s'achânit : s'effondra.
Expo Auteurs en normand, partenariat Magène - Ville de St-Lô

Expo Auteurs en normand, partenariat Magène – Ville de St-Lô

A ne pas manquer. Informez vos amis de Carentan à Caen et St-Lô !

A ne pas manquer. Informez vos amis de Carentan à Caen et St-Lô !

Notez sus vous calendryis : expo « Bricquebec en 1914 (avec la vie avant 14 et la catastrophe ferroviaire du 4 août 1914 – Cf. La Voie du Donjon n° 79, 10 € – les tranchées : aquarelles d’Alphonse Robine;…) et en 1944 » les 7-8-9 juin et les 1er au 11 août. Réalisation Les Amis du Donjon.

Les années terribles 001

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Bessin, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Ecologie, Faête és Normaunds, Juin 1944, Revues normandes, Vocabulaire

41. Nos grands-mères, CD Je syis magnifique ! 3. Le devaunté d’Alphonse Allain et la météio

 Le devaunté, ch’est le tabllyi que no met…

devaunt sei !

 Alphonse Allain a su, à partir d’un simple tablier, nous ramener à notre enfance… Le devaunté (mot qui vient de « devaunt tei ») joue-t-il encore un rôle pour les enfants d’aujourd’hui ? Peut-être a-t-il trouvé un substitut, mais lequel ?

A la fête du moulin de Rhétoville, Le Pays de Valognes et Les Goublins, fidèles au costume traditionnel

A la fête du moulin de Rhétoville, Le Pays de Valognes et Les Goublins, fidèles au costume traditionnel

3. Lé devaunté       

Jé me souovyins de sen tabllyi :

Ch’tait eun graund devaunté touot blleu

Par derryire qu’était pouési1

Chaffetaé2 et passaé de couleu (bis).

Dessin dans Bouone et Bouonotte de Maurice Fichet

Dessin dans Bouone et Bouonotte de Maurice Fichet

O le ballochait3 à la brèque

Pouor rapassaer les petits viâos

Et o lé rempllissait de bûquettes

Qu’ol engllannetait dans les cllos.

Devaunt l’âtre, o savait le lochi4

Quaund fallait rémôqui le feu

Et ch’tait quemode dauns le poulailli

Pouor ramassaer les œus…

 DSC08357

Sen devaunté iyoù qu’o m’ttait

Les biaôs légueumes du gardin,

Pannais, carottes et pourés,

Braunques dé loryi et du thym (bis).

Ch’est enco d’aveu sen tabllyi

Que la goule quiquefeis o nouos torchait

Quaund, lermaunts et débâochis5,

Quiques déhaits6 nouos chaboulaient.

Tablier fait avec de la toile américaine après la guerre, utilisé pour mettre les épingles à linge

Tablier fait avec de la toile américaine après la guerre, utilisé pour mettre les épingles à linge

Qu’il était quemode pouo se camuchi

Quaund eun horsin s’apprèchait ;

En ryin d’temps souos sen tabllyi

Touos fouorous7 no s’y muchait.

I me souvyint d’eun sei d’hivé…

Dauns sen devaunté bouossounaé,

Bouguie8, je l’i veue plleuraer :

Pépère s’en était allaé… (bis)

Chenna j’peus l’dire sauns hénéqui9,

Veire, et j’peus l’dire hâot et cllai :

Ya pus ryin qu’a remplléchi

Lé devaunté dé nous graund-mères…

1  noué, 2 auréolé, 3 et 4 secouer, 5 désemparés, 6 accidents de santé, 7 peureux, 8 recroquevillée, 9 hésiter.

Alphonse Allain, Le tabllyi de ma graund-mé. CD « Je syis magnifique ! » et dyisyîme live à venin, Querqueville, 1er trimestre 2014.

DSC09347Météio : Deman sammedi à Bricbé, cha rest l’Assembllaée généralé és Amins du Donjon. Cha vente tréjous ! Allaez à voute leisi d’aveu vos quérettes à pétrole, ch’est casuel et ya byin d’s accidents et des déhaits…

Le 12 dé févri sus la 13 à Valouones

Le 12 dé févri sus la 13 à Valouones

Vos pouvaez vous faire sâossaer et péeut yavaer co du grési à la relévaée…

Sus le su de m'n hus / Sur le seuil de ma porte

Sus le su de m’n hus / Sur le seuil de ma porte

Et la nyit ch’est enco eune ventaée de surouêt byin esposaunte…

à Bricbé le jéeudi 20

à Bricbé le jéeudi 20

Météo : Demain samedi à Bricquebec avis de coup de vent. Quelques averses faibles le matin, averses avec possibilité de grêle l’après-midi. Vent fort. Pour la nuit de samedi à dimanche, attention, très fortes rafales…

Ichin dauns le virage de la côte de Cattigny à Bricbé, eune file de vingt auns a mouoru chu lundi-chin... J'en syis touot acabâssaé...

Ichin dauns le virage de la côte de Cattigny à Bricbé, eune file de vingt auns, Marie, a mouoru chu lundi-chin… J’en syis touot acabâssaé… Achteu ya des pancartes Danger, il ‘tait byin temps !

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Ecologie, Juin 1944, Livres en normand, météo, Saisons, Vocabulaire