Archives de Tag: neige

48. CD Je syis magnifique ! 14. Men vuus poumyi, de Guy Thomas. Météo

Météo : i fait eun temps des quate solés pou la semanne à venin !

JE SYIS MAGNIFIQUE ! (2014)

14. Men vuus poumyi

Magène se déplace parfois loin pour faire entendre noute loceis et nos caunchouns ! Jean-Louis Dalmont, Manuela Lecarpentier et Théo Capelle ont rencontré dans le Jura Guy Thomas, poète et parolier de Jean Ferrat…

Théo Capelle et Guy Thomas sont devenus amis...

Théo Capelle et Guy Thomas sont devenus amis…

« Men vuus poumyi » est une adaptation du poème de Guy Thomas, « Mon vieux pommier », musiques de Daniel Coulon.

Cf. www.guythomas.fr, site du poète jurassien.

   14. Men vuus poumyi

Men Vuus Poumyi par Magène – YouTube

J’i dauns le couortin eun vuus poumyi qué je seurvèle,

Ch’tu poumyi-lo a vraiment ryin d’eun étigot1,

Touot juste bouon à vouos bâilli quiques petites preunelles.

Quaund qu’i s’affaîte2, cha n’est janmais pouor des preuniâos.

 1 petite branche pointue, 2 se met en fleurs
Poumyi oû renouvé

Poumyi oû renouvé

Ch’tu poumyi-lo, j’ l’i tréjous veu oûpraès de ma graunge.

Quaund jétais quenâle, j’amountais à même coume eun petit cat,

Et ses belles poumes, ch’était byin muus que vouos oraunges,

Vouos saloperies, vouos noués d’ coco, vouos ananâs.

 DSC08621

DSC09279    Refran

Men vuus poumyi me bâlera-t-i enco des poumes ?

Va-t-i enco se rhabilli pouor le renouvé3 ?

Car s’i mourait, cha me contrarierait coume persoune,

Pouor men poumyi j’érai tréjous le quœu rémouvaé.

 3 printemps

DSC05517

Quaund qu’oû renouvé, i me fait veî « la Vie en rose »

Padaunt l’étaé sen oumbe est traunquille en pllen médi.

Dauns l’asseiraunche, ryin que dé le guetti, mei cha m’arpâose,

Jé soumes byin muus qu’oû cinéma et cha me coûote ryin.

Dauns men clloset...

Dauns men clloset, poumyi et quêne…

Dé men clloset ch’est enco li le puus quœuru…

Ch’est eun touot graund qu’a vraiment ryin d’eune petite écrêle4

Mâogré touot cha, ya quique seit qui me jiguule5

Qui vyint l’arryire6 m’enchiffrounaer7 ma petite chervelle…

  4 eun petit fluet, 5 me soucie, 6 l’automne, 7 m'enrhumer-perturber DSC05515

Quaund que j’i prins de l’âge, j’en i frôlaé des catastrophes.

Quaund que j’i plleuraé et enhannaé8, il était là !

Cha qu’i m’a countaé, ch’était byin muus que vouos philosophes,

Qué lus graunds lives et les merchaunts de blla-blla-blla…

8 j'ai eu mal et j'ai souffert  
La nige en Normaundie l'annaée passaée...

Vuus poumyis souos la nige en Normaundie l’annaée passaée…

Oû mens cha vit, ya du raffut dauns les fuullages,

Ya des ouésiâos, mais que vyint l’arryire no veit les ninds.

Lus petite caunchoun, cha vâot byin muus que vous rapsâodages9

Quaund que je les entends, jé vuullis pus, mais je rajeunins !

9 vos commérages
Sous son bec, il possède une petite poche dans laquelle il peut aisément stocker les graines qu'il récolte. La capacité de cette poche est de trois à quatre glands qu'il peut ainsi transporter avant de les cacher, car tout au long de l'automne, il se constitue des réserves, qu'il dissimule sous des racines, des mousses, à l'intérieur de souches d'arbre ou même sous le tapis de feuilles. Pour retrouver ses réserves, il a la capacité de mémoriser des points de repères qu'il observe soigneusement. Lorsque les points de repères ne sont pas suffisants, il va jusqu'à placer à côté de sa cachette des petits cailloux qu'il utilisera comme autant de balises. Cependant si ses points de repères sont déplacés ou disparaissent, le geai des chênes devient incapable de retrouver la cachette de ses réserves. Ainsi le geai des chênes est le meilleur propagateur des chênes et des hêtres. Il a été estimé que chaque geai des chênes disperse plus d'un millier de glands chaque année. Il en mange une partie d'entre eux et en oublie une autre qui pourra germer et croître.

Un geai (Eun guai) Sous son bec, il possède une petite poche dans laquelle il peut aisément stocker les graines qu’il récolte. La capacité de cette poche est de trois à quatre glands qu’il peut ainsi transporter avant de les cacher, car tout au long de l’automne, il se constitue des réserves, qu’il dissimule sous des racines, des mousses, à l’intérieur de souches d’arbre ou même sous le tapis de feuilles. Pour retrouver ses réserves, il a la capacité de mémoriser des points de repères qu’il observe soigneusement. Lorsque les points de repères ne sont pas suffisants, il va jusqu’à placer à côté de sa cachette des petits cailloux qu’il utilisera comme autant de balises. Cependant si ses points de repères sont déplacés ou disparaissent, le geai des chênes devient incapable de retrouver la cachette de ses réserves.
Ainsi le geai des chênes est le meilleur propagateur des chênes et des hêtres. Il a été estimé que chaque geai des chênes disperse plus d’un millier de glands chaque année. Il en mange une partie d’entre eux et en oublie une autre qui pourra germer et croître.

          Men vuus poumyi me bâlera-t-i enco des poumes ??

 DSC05516DSC05520

 
Table des 16 titres page deux du livret du CD - 20 pages

Table des 16 titres du livret du CD contenant les textes  en normand

DSC05521DSC05527DSC05532DSC05541DSC05547DSC05545DSC05555

DSC05496

Gilbert à gaèche a pllauntaé des chentannes de poumyis de touotes expèces de vuus temps à Sant-Sâoveu-le-Vicoumte

Gilbert à gaèche a pllauntaé des chentannes de poumyis de touotes espèces de vuus temps à Sant-Sâoveu-le-Vicoumte (Cotentin)

Quiques espèces de poumes à couté à Valouones le 5 d'octobe dé 2013

Quiques espèces de poumes à couté à Valouones le 5 d’octobe dé 2013

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Ecologie, météo, Saisons, Vidéos, Vocabulaire

44. CD Je syis magnifique ! 6. Les Bochus / Les Rouoges-gorges, de Côtis-Capel. Météo

JE SYIS MAGNIFIQUE ! (2014)

6. Les Bochus

 Voici un des plus beaux poèmes de Côtis-Capel, Les Rouoges-Gorges à lire dans son dernier recueil, Les Côtis aux Editions  Isoète, Cherbourg, 1985. Les bochus, c’est le nom des Rouges-gorges, ce sont les oiseaux les plus familiers du jardin.

index

Ch’est l’hivé, ch’est la freid. La bllaunc gelaée et la gllèche.

Et cha dure. Chinq bochus se ratirent dauns men gardin.

Je lus émiâole eun morcé de men pan dès oû matin.

    (Je leur émiette un morceau de mon pain dès le matin).

Touos-lé-jouors no s’artroue, ieus et mei, à noute pllèche ! (bis)

2014 01 26 les rouges-gorges

I me disent qué cha lus pllaît, que cha les câoffe, et qu’i sé vèchent

     (ils se régalent…)

I gounfllent lus fale (leur gosier) rouoge et fount les barassins,

     (les fiers, ils font les importants, les orgueilleux).

Ch’est lus mercis, magène (je suppose, sans doute). I n’en sount paé grédins (avares).

Les petits bochus et mei, je vous dis qué no se prêche ! (bis)

 

Le gorget rouoge d’eun bochu, cha ne sérait yête dé saung !

Pétête qué ch’est le solé qui le taque ainchin en riaunt…

Mais i paraît que l’amour a la couleu du rouoge !

DSC08931

Riaez doun, mes ouésiâos, l’hivé s’aquève maisi (maintenant),

Le bounheu va revénin. Guettyiz, la terre bouoge…

21 de févri dé 2014, eune risaée de solé...

21 de févri dé 2014, eune risaée de solé…

Mais, d’où-vyint chinq bochus ? (Pourquoi sont-ils cinq ?) Oh ! Y a p’tête eun veuvyi !…

   … Un veuf, car il y a un nombre impair et les rouges-gorges vivent en couples fidèles.
   Le poème se termine donc par une note triste, comme souvent chez Côtis-Capel. 

rouges gorges 001

  Plage 6. Les Bochus (Côtis-Capel/Daniel Bourdelès) 2’12

C’est l’hiver. C’est le froid. La gelée blanche. Et la glace.

Et ça dure. Cinq Bossus se réfugient dans mon jardin.

Je leur émiette un morceau de mon pain dès le matin.

Tous les jours on se retrouve, eux et moi, à notre place.

DSC08960

Ils me disent que ça leur plait, que cela les réchauffe, et qu’ils se régalent.

Ils gonflent leur gorge rouge et font les orgueilleux.

C’est leurs mercis, sans doute. Ils n’en sont pas avares.

Les petits bossus et moi, je vous dis qu’on se parle.

Photo Le Goubey / Veyssières. Edition Isoète, Cherbourg

Photo Le Goubey / Veyssières. Editions Isoète, Cherbourg

La gorge rouge d’un bossu, ça ne saurait être du sang !

Peut être que c’est le soleil qui le tache ainsi en riant….

Mais il paraît que l’amour a la couleur du rouge !

DSC08946

Riez donc, mes oiseaux, l’hiver s’achève maintenant ;

Le bonheur va revenir. Regardez, la terre bouge…

Mais d’où cela vient qu’il y ait cinq bossus ? Oh, il y en a peut être un qui est veuf !..

  Vous avez pu écouter cette chanson le dimanche 26 janvier sur France Bleu Cotentin (à midi vingt). Elle est toujours disponible sur le site de cette radio, cliquez sur la page d’accueil de magene.com, c’est immédiat.
  (Le CD Je syis magnifique ! est aussi envoyé par la poste dès réception d’un chèque de 13 €, port inclus, à Magène,  J.-C. Léger 5 Allée Blanche Lande 50270 Barneville-Carteret)…
Ecoutez aussi « Le rouge-gorge » de Pierre Guéroult, CD Magène en concert, chanson très drôle ! Le rouoge-gorge se moque du jardinier qui veut lui tendre des pièges…
Table des 16 titres page deux du livret du CD - 20 pages

Table des 16 titres page deux du livret du CD – 20 pages

Les promioles sount avoriblles ch't'annaée. I plleut et fait solé mais ya paé-z-eu de freid...

Les promioles sount avoriblles ch’t’annaée. I plleut et fait solé mais ya paé-z-eu de freid…

 

Eune ventaée de surouêt a achânaé quiques abres dauns men gardin...

Eune ventaée de surouêt a achânaé quiques abres dauns men gardin…

 

DSC08945

Météio : Deman sammedi à Bricbé : le temps dégarilli, cha sera qu’oû quemenchement de jouornaée. Cha va se débarbouilli devaunt que de dînnaer, et à l’arlévaée, cha s’armutène, le cyil se cherge, ya de l’engrais par coups. No-z-a pus mais biâofaire de chilaées dauns la matinaée, brin d’iâo ampraès dinnaer. Le vent a tumbaé.

Demain samedi à Bricquebec le temps perturbé ne concernera que la première partie de journée. Diminution de la nébulosité en fin de matinée, passages nuageux parfois denses l’après-midi. Pluie se raréfiant peu à peu le matin, pas de précipitation l’après-midi. Vent modéré.

Dimmaunche à Bricbé, éga ! Vouêties, cha fracache. Le temps se racafouone touote la matinaée mais cha se tasse, le temps s’étchure mais ya co de la filache la relévaée. Paé d’iâo. Vent assaez quoeuru. Dauns la nyit de dimmaunche à lundi, seyiz de précâotioun, rafales du Su reide counséquentes (70 km à l’heure).

Dimanche à Bricquebec attention, très fortes rafales. Fort risque de nuages bas persistants le matin, ciel se dégageant mais restant voilé l’après-midi. Pas de précipitations. Vent assez fort. Pour la nuit de dimanche à lundi, attention, très fortes rafales de vent de Sud

Nous fêtons les LAZARE. Mais aussi Sacha, Axel, et Séréna. Lazare est l’adaptation grecque puis latine du nom biblique Eléazar qui est le frère de Moïse. S’il reste régulièrement attribué, c’est devenu un prénom très rare de nos jours. Quant à Sacha,…  http://france.lachainemeteo.com/meteo-france/ville/previsions-meteo-bricquebec-781-2.php

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Chansons, Cotentin, Ecologie, météo, Saisons, Vocabulaire

37. Nouveau CD du groupe Magène. 2. La poume rouoge…

(Météio à Bricbé pou lé 5 et le 6 dé févri à la fin de chu billet)

Théo Capelle reprend sur le CD « Je syis magnifique », La poume rouoge, un joli poème de Marcel Dalarun mis en musique par Véronique Pézeril.

DSC05517

Le premier enregistrement avait été réalisé avec les élèves de Quettetot, CD « Caunchounettes : Le Petit Goubelin ». © Magène 2000. Quelques CD encore disponibles uniquement sur notre site magene.com. Les enfants et les grands adorent !

DSC05439

Dans cette nouvelle version, Théo chante refrain et couplets. 

Dauns men p'tit cllos à La Leuzerne dé Hâot, eune poume veurt paé tumbaer ! Photos 2005.

Dauns men p’tit cllos à La Leuzerne dé Hâot, eune poume veurt paé tumbaer ! Photos 2005.

2. La poume rouoge

A Valouones, lé 5 d'octobe dé 2013, expo de 130 variétaés de poumes à couté ou byin à beire

A Valouones, lé 5 d’octobe dé 2013, expo de 130 variétaés de poumes à couté ou byin à beire

 
Refran :

Le vent d’arryire
Souffle dès où matin

DSC02560

Le vent d’arryire
Souffle dauns le gardin
Le vent d’arryire
Souffle sauns délâqui1
Le vent d’arryire
Souffle dauns le poumyi…

Refran

1. Le vent d’automne souffle sans relâche

ph pomme rouge 001

1 – Et la poume loche
Sauns décessi…
Et à fène forche
Qué de lochi2

 2. bouger, être secouée, se balancer

couplet 1 – bis

Refran

DSC05561 

2 – Poume rouoge
qui débouoge
Va terri…
dauns qui ?   

2 – bis

Poume rouoge
qui débouoge
Va terri…
Dauns men pannyi !

DSC05542

Marcel Dalarun, À men leisi, p. 121. Poèmes bilingues. Éditions L’Harmattan, Paris, 2004, 20,50 €. (Nous avons retrouvé 5 ex.)

IMG_3271

Prochain concert Magène Théo accompagné par Dany : à Grandcamp-Maisy, dimanche 2 mars 17 h. Trois jours d’animations normandes à Isigny et environs.

Vos pouvaez enco entenre Théo et mei dauns vous coumpiouteus sus le trige de Fraunce blleu Cotentin, ch’tait le 4 févri à 6 h et quart du sei.

 Une CD caunch 001couv cd caunch dos 001

Météio à Bricbé pou lé 5 et le 6 dé févri dé 2014 :

méquerdi 05 dé févri

Annyi méfious des coups de vent. Byin des nuaées dauns le cyil. De l’orage dauns la relévaée, cha se pourrait byin. Des haraées et cha peut dépêlaer par coups. De fortes ventaées, ch’est reide seur, et pis touot pousse à yavaer  quiques abats d’iâo. Ch’té nyit méfious du vent de surouêt qui forcit à chent à l’heure.

Aujourd’hui à Bricquebec avis de coup de vent. Ciel très nuageux, possibilité de foyers orageux en cours d’après-midi. Averses temporairement assez fortes. Vent fort. La fiabilité de la situation est bonne, avec des conditions propices au développement de grains violents. Cette nuit avis de vent fort du Sud-Ouest..

jéeudi lé 06 dé févri

  Cha n’amende brin chu jéeudi, d’o des rafales de pus de 80 km / h. Le temps s’abernâodit par nuaées couoresses. I plleut de pus en pus dauns l’arlévaée. Fort vent forain (du Su). Fâot s’attende à ce que cha n’amende brin. Chu vent d’ava forcit enco par coups dauns la nyit, ch’est reide esposaunt, méfious byin.

Demain jeudi à Bricquebec prudence, violentes rafales. Ciel couvert et sombre par nuages de mauvais temps. De la pluie qui s’intensifiera au cours de l’après-midi. Vent assez fort. La fiabilité de la situation est assez bonne, avec l’arrivée de la perturbation qui se confirme. Pour la nuit de jeudi à vendredi, attention, très fortes rafales de vent.

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Ecologie, Livres en normand, Saisons, Vocabulaire

19. Maryvonne du Praé du Moulan. Besneville, Cotentin. Pouèmes et récits.

Maryvonne du Praé du Moulan

 

    Dé sen vrai noum Maryvonne Lepetit, o demeure à Bêneville / Besneville, à déeus engaumbaées de Sant-Sâoveu et de Bricquebé. Ol tait professeus oû Collège de Bricbé d’accaunt ses ammins Francène Garrec, Guy Pichoun, Alan Bavay et Rémin Pézeri. Ch’est pouorqui qué dé depis quiques annaées, o vyint le sammedi matin prémyi du meis à l’assembllaée normaunde des Ammins du Dounjoun pouor prêchi, luure et achteu prenre la plleume.

A gaèche, Maryvonne à l'assembllaée des Amins du Doujoun à Bricbé

A gaèche, Maryvonne à l’assembllaée des Amins du Doujoun à Bricbé

    V’chin « Les plleumes de gllèche », « Févri » et « Louise, la linsivyire dé Carmési ».

    Eune plleume dé remerque, ch’est reide seur !

 

        Les plleumes de gllèche

 

Ilo d’vaunt la ch’minaée

À plleumaer des ouées

Ma fei, paé le choués !

 

Le pannyi pllen, coume chenna,

Les plleumes ount byin du ma

À s’assygi : volaer touot à l’entou

Touornaer et artouornaer,

S’ dire boujou,

Daunchi la faraundole

Enjouaées et guaies.

 2013-03-12 neige ph Laura 41

                    Pa le souffle d’Éole,

Eune nuaée d’aventuryires

Où mitaun des rires,

S’évole jusqu’és cieux,

Sus eun nuage cotouneus

Embarquies no ne sait yoù,

Cha rigole

Countentes de l’aventeure,

Pouor seur, qui freideure !

 

Happaées pa le tourbilloun

Sauns ales, les papillouns

Crétis de freid,

En gllèche cristallisis,

Ratoupènent dauns la nyit

D’eun cyil touot nei…

neige 032 neige 006 DSC03878

 

Seurprinse, oû révél,

La Nateure enco en soumél

Dauns eun linceu touot bllaunc

De fllocouns éclliquetaunts, 

S’évile, nige immaculaée

Souos les deigts d’eune faée.

 

 

                        Févri

 

Eune écllairgyie de solé,

Dauns eun cyil touot nei,

Announche de l’iaé…

 

Dauns eun fracas de tounerre,

Oû mitan des écllairs,

Zeus, d’ecsès grichu

Accaunt chu tumutu,

Décllavèle

Sa bannelaée de biles

Qui sâotilent

Et redinguent de pllèche en pllèche

Sus la frie

Bllaunchie

Acrasaée de gllèche.

 

Les perche-neige, hardies,

À tra lus mauntaé de fuules,

S’évilent à la Vie,

Touotes créties de freid,

Lochaunt lus heûne,

Pa dessous ch’té grêlaée.

 

Sus lus braunques perquyis,

Les camélias,

Byin délicats,

Esposent lus quoeu,

És intempéries :

« Malheu à la freideure,

Qui rouostit ma corolle

Et me fait touote molle ».

 

Duraunt chu meis d’hivé

Touot en souen, en doucheu,

La lumyire, le solé

Révilent la Nateure

Dé sen profound soumé.

 

 

La linsivyire de Carmesni

Ch’était paé la Mère Denis veu qu’o se noumait Louise. Ses gens étaient de Jèrri et coume dé byin entendu, o crachait paé sus eune tasse de thé ; drôle de mannyire pou les fermyis d’ichin ! Pour yeus, ch’était miyeu de beire eun récâod du potin à café anichi dauns la chendre câode de l’âtre…

 

Sa jouornaée quemenchait paé byin à-coup dauns la matinaée. Fâot dire que Louise se déhalait du fin found des caches, câochie d’aveu des soulyis byin trop graunds, d’aveu sen baluchoun sus le dos. Ol ’tait paé piaffouse, joraée d’aveu des hardes dounaées pa les euns les âotes.

Sus le coup de dyis heures, o se mettait à l’ouvrage : triyi le linge, le bllaunc d’eun côté, les couoleus de l’âote, le mette à trempaer dauns l’iâo byin câode du câodroun pendu à la crémillie, oû couen du féeu, brossaer le bllaunc d’aveu eune brosse en quyindent, si du que le boués de la tablle en fut touot usagi, le faire bouilli dauns eune graunde linsiveuse juquie sus le trépyid, dauns la vuule crânyire… Touot le temps que cha bouoillait, o décrachait les couoleus.

 

Amprès dinnaer, o chergeait sa bérouette qui dépurait de partout, si rempllie qué la reue trannait et menachait de s’achânaer. Croquie en déeus, chté pouorre Louise enhannait et travêquait sen quemin à travers la volâle jusqu’oû doué : les poules qu’équerdaient pour trouaer dé dequei se mette dauns le bé, le co, byin fyi d’aveu sa crête touote rouoge et ses belles plleumes de couoleu, les bouores et les bouorots, le picot d’aveu sa coue en éventa, les picotes, les ouées et le gar qui la suusait pour li happaer eune béquie !

 

Agenouillie dans sa hotte rempllie de fein, o rinchait eun morcé, eun déeusyîme, eun treisyîme… dauns l’iâo du bâognous ; o le capuchait d’aveu sen battous mais qué l’iâo en sortit byin cllaire. L’hivé, ol avait l’oungllie.

Le linge épuraé était épinglli sus le fil, sous l’appentis iyoù que le vent, quaund qu’i s’émâoquerait, le ferait séqui pus vite.

Sa jouornaée était paé finin ; d’aveu le restaunt de la linsive, o lavechinait.

Il était de l’heure dauns la seiraée. L’étaé no faisait la collatioun, mais l’hivé, no mouégeait la soupe. Touos assis alentou de la graunde tablle, no devisait et Louise étiboquait les éfaunts. O les aimait byin et Georges li passait praès du quoeu. Il ’tait byin traunquile, otchupaé à jostaer d’aveu eune ficelle, eune corde, eun mousquetoun. Ol avait paé eun gros appétit et, sauns que no la veie, o muchait quique morcé dauns sa pouquette pou sen cat, sen quyin, ses ouésiâos.

L’hivé, i faisait reide nyit et la v’la ramountaée tcheu li, sauns lumyire pa les quemins pllens d’âonyires. Quiques coups, le leune, dauns eune nyit neire coume brai, l’écllairait.

Ma fei, o faisait touot chenna touos les jouors dé la semanne et o trimait pouo treis couops ryin.

Le dinmaunche, o dînnait tcheu le tchuré, pouor qui qu’o lavait pouor ryin. Ma fei de Du, il avait eune graunde famile : des petiots abaundounaés, des malhéreus quenâles mal véchis. Ch’était quiqu’eun de paé ordinaire et cha se véyait dauns ses uurs. La preuve : duraunt la drényire guerre, i muchit des juifs et prêchit pouor qué Besneville fut paé boumbardaée.

Louise itou muchit des soldats sous sa pile de boués ; ol avait paé poue de mouri pisqu’o se promenait d’aveu sa croué de Lorrane sus la fale.

 

Touos déeus, ils avaient eun graund quoeu et seumaient la bounté alentou d’yeus. Ils faisaient paé de cas des byins de la Terre. “Aimous les euns les âotes” feut leus guide do lus vie, oussi byin dauns lus têtes que dauns lus pratique.

Vous pouvez retrouver ces textes dans La Vouée du Dounjoun n° 8, 2012, supplément tout en normand aux 4 numéros annuels de La Voix du Donjon. Se vend séparément, 10 € + port 2 €. Chèques aux Amis du Donjon Mairie 50260 Bricquebec. L’abonnement ordinaire de 4 numéros (Histoire de Bricquebec et ses environs, couleur 36 pages A4) coûte 30 € (2012 ou 2013).

Sur le site magene.com, un dictionnaire très pratique de plus de 3200 mots peut vous êtes utile si certains mots vous ont écappaé ichin. Et byin seur le Trésor de la langue normande est disponible en librairie ou chez l’éditeur Eurocibles ou au local des Amis du donjon à Bricquebec où l’on vous fera 5 % de remise (37 au lieu de 39 €).

La Vouée du Dounjoun Hors-série N° 8 Maupassant + autres

La Voix du Donjon n° 75 décembre 2012 avec un article sur "La dénonciatrice de Bricquebec"

La Voix du Donjon n° 75 décembre 2012 avec un article sur « La dénonciatrice de Bricquebec »

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Saisons