Archives de Catégorie: Auteurs en normand : décédés

65. Débarquement et Libération. The Three Belles à Coutances, Carentan, Bricquebec et Portbail

Et cha nous tumbit sus le dos / The Three Belles à Couotaunches, Quérente, Bricbé et Pourbas

The Three Belles and the Bevin Boys à Quérente / Carentan le 8 juin dé 2013

The Three Belles and the Bevin Boys à Quérente / Carentan le 8 juin dé 2013

O sount touot récopi coume The Andrew's Sisters des Annaées 40 !

O sount touot récopi coume The Andrew’s Sisters des Annaées 40 !

The Three Belles à Couotaunches chu dinmaunche és Unelles à la relévaée (à chinq heures et demin), pis à Quérente le 7 dé juin déeus coups mais que les pouores gens s’acachent coume âotefeis rapport que les Amériquains ont minchi lus maisons et d’eun âote bord daunchent le swing sus la pllèche, pis o launlurrount (7 caunchouns) itou à Bricbé le dimmaunche 8 d’accaunt Les Marins du Cotentin et pis à Pourbas le 19 de juilet…

Carentan oû sei du 7 dé juin 2014 Bal de la Libération

Carentan oû sei du 7 dé juin 2014 Bal de la Libération

L’épopée cotentène d’Aundré-J. Desnouettes

 

  Fallait-i boumbardaer les villes de Normaundie ? Cha ya paé servi à byin de quei, rapport que la guerre ch’tait derryire les haies et les fossiâos (les talus) plantaés de rounches et de coudes (noisetiers)…
Reconstitution ethnographique de l'exode des Normands en juin-juillet 1944 (Carentan 2013 et enco ch't annaée le 7 de juin)

Reconstitution ethnographique de l’exode des Normands en juin-juillet 1944 (Carentan 2013 et enco ch’t annaée le 7 de juin)

Liméro espécia de La Maunche Libe dé mai 2014

Liméro espécia de La Maunche Libe dé mai 2014

346

apos = manque

Fiare counaîte l'histouère és p'tiots coume cha, i s'en arsouvyinrount...

Faire counaîte l’histouère és p’tiots coume cha, i s’en arsouvyinrount…

La Eune de La Maunche Libe, des p'tiots guettent Sant-Lô, i reste ryin, des minchouns... 660 bounes gens ount passaé, écrabouis, breulaés dauns leus maisouns...

La Eune de La Maunche Libe, des p’tiots guettent Sant-Lô, i reste ryin, des minchouns… 660 bouones gens ount passaé, écrabouis, breulaés dauns leus maisouns…

348 001la fouore = les fientes ; les Frigolins : les Allemands ; qui lus régalent : qui se régalent, qui vivent bien ; s’ véchaunt : s’empiffrent ; luurent : fatiguent, empoisonnent

Pouor gangni en Urope, fallait les Reusses qui se battaient dé depis 1942 et ouvri eune batâle à l'Ouêt. Falli débarqui, des pouores gâs ount risqui leus vie pouor les Uropéiens... Les Amériquains, les Aungllais, les Canadians terrîtent en Normaundie...

Pouor gangni en Urope, fallait les Reusses qui se battaient dé depis 1942 et ouvri eune batâle à l’Ouêt. Falli débarqui, des pouores gâs ount risqui leus vie pouor les Uropéiens… Les Amériquains, les Aungllais, les Canadians terrîtent en Normaundie…

Quérente, 2013. 6 juin dé 2014 : Obama sera à Omaha Beach d'accaunt Poutine et byin d'âotes...

Quérente, 2013. 6 juin dé 2014 : Obama sera à Omaha Beach d’accaunt Poutine et byin d’âotes…

Lee Résistaunts dauns noute trige…

L'Epopée cotentine d'Aundré-J. Desnouettes est bilingue normaund-fraunceis

L’Epopée cotentine d’Aundré-J. Desnouettes est bilingue normaund-fraunceis

Les syins qui fûtent enfroumaés dauns la prisoun de Sant-Lô trépassîtent souos les boumbes…

4 prison de St Lô

mécontentement Am 0016 prison de St Lô352 001Tchidbouorg : Cherbourg

DSC07382

Carentan 2013 / 2014 : La Libération après les terribles combats et les destructions...

Carentan 2013 / 2014 : La Libération après les terribles combats et les destructions…

Marche de la Liberté à Carentan samedi 7 juin 2014

Marche de la Liberté à Carentan samedi 7 juin 2014

 Beaucoup d’autres photos à Carentan sur le même thème (archives du blog  juin 2013, article daté 11 juin 2013)

9. Carentan, samedi 8 juin 2013, reconstitution de l’exode causé par les bombardements des villes normandes en juin 1944. The Three Belles ont fait un tabac.

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Chansons, Cotentin, Faête és Normaunds, Juin 1944, Livres en normand, Vocabulaire

63. Le vuus mâoroun / La vieille salamandre, scènette de François Enault

Journaliste, dessinateur, François Enault a peint des assiettes à partir de dialogues extraits de ses histouères…

DSC07026

Le vuus mâoroun / La vieille salamandre, scènette de François Enault

Les histouères de Pierre et Catherène Loustalot…

DSC09017

  Une salle de justice de paix, ichin ch’tait dehors ! Catherine Loustalot (sûre d’elle, en colère)
DSC09055
est assignée par Mélanie Pitou
DSC09034(qui semble résignée).

DSC09035

 

 

 

Le juge de paix, qui n’est pas de la région, saisit peu les nuances et le pittoresque du parler bas-normand.
DSC08999 DSC08962
Chaque canton avait un juge de paix pour régler les affaires locales…

Ce dialogue est facile à comprendre si vous parlez français !

  Merci byin à Stéphane Henry (Ch’est le gâs qu’a mins eun poués rouoge, vos allaez byin l’arcounaîte !) et merci itou à tous les bouones gens de qui que j’ai halaé lus portrait sauns lus demaundo si i voulaient byin !!

 

François Énault

(1869 – 1918), né à Varenguebec, près de La Haie-du-Pits /La Haye-du-Puits.

Ami de Beuve et comme lui fondateur du Bouès-Jan » (maintenant « Boués-Jaun »), il écrit au moment où la littérature comique en patois n’est pas toujours de bon aloi des contes délicieux de malice et de pénétration psychologique… que l’Almanach de la Manche reprend chaque année.
Les personnages (Mélanie Pitou, Catherine et Pierre Loustalot…) se prêtent facilement à la mise en scène théâtrale. Les dialogues sont faciles à mémoriser.
Peu de vocabulaire normand très particulier : ingamo : intelligence, bon sens ; balaindyire : menteuse, fabulatrice ; orvet : lézard ; et mâoroun : salamandre (animal protégé…).
L’orthographe a été unifiée.
Décor : un bureau et 2 chaises pour le juge de paix et le greffier + un dictionnaire. Costumes simples de 1900, ou d’aujourd’hui !

DSC09106

 

 

Le vuus mâoroun

 DSC09270

Le juge de paix : – Eh bien mes bonnes femmes, tâchez de me conter clairement les faits de la cause!… Mélanie Pitou, vous êtes la plaignante !… De quoi vous plaignez-vous ?…
Mélanin (dolente) : – Je m’ pllans, Moussieu le juge dé paix, que Catherène m’a crucifiaée d’injures et de sottises dé d’pis qu’ol a perdeu sen procès d’avé nous !…
Le juge de paix (intéressé) : – Alors ce serait de la vengeance ?…
Catherène (indignée) : – Ne l’écoutaez pé, Moussieu le juge dé paix, …n’ l’ écoutaez pé ! Ch’est eune criyature qui vous embuure des menteries jusqu’à démountaer l’ingamo des syins qui la counaissent pé !…
Byin seur, ch'est des photos prinses à Valouones oû meis de juilet dé 2013 ! (Veî l's articlles des meis passaés...)

Byin seur, ch’est des photos prinses à Valouones oû meis de juilet dé 2013 ! (Veî l’s articlles des meis passaés…)

Le juge de paix (dérouté) : – Hein ? quoi… Qu’est-ce qu’elle démonte ?… l’ingamo ?…
Catherène (enhardie) : – Veire, Moussieu le juge dé paix, les discouors de c’té balaundyire-là feraient batte des caillous et s’capuchi les murâles !… Ch’est le diablle en persoune qui lyi a copaé le filet et les vipères ount mens de pouésoun qu’ol a de salive !…
Et si ch’est triste pour nous d’avei eune parèle veisène, vos devaez byin le coumprende !…
Le juge de paix (avec conviction) : – Je ne comprends rien du tout !… Voyons, la plaignante, dites-nous votre affaire…
Mélanin (résignée) : – Moussieu le juge dé paix, jé me pllans tout bouonement qué Catherène m’ait traitaée… Coume o m’a traitaée l’âote jou que j’abreuvais mes vaques !… Et coume o me traite touos les jouors !… O passera janmais à côtaé de mei sains me lâqui eune injeure !…
Catherène (protestant) : – J’i étaé byin élevaée, ma file, et l’s injeures mé coûotent trop à la goule pour qué je t’en dise !…
Le juge de paix (perdu) : – Silence, vous la femme qui parlez toujours ! Quand je vous donnerai la parole, vous vous expliquerez !…
Catherène (fière, s’adresse au public) : – Je veis byin achteure coume cha va touornaer !… Si no peut paé s’esplliqui, ch’était byin inutile dé me faire venin !…
Le juge de paix (autoritaire) : – Silence ! ! … Voyons, femme Pitou, vous avez été injuriée ?

DSC09162

Mélanin (réconfortée) : – Veire, Moussieu le juge dé paix, presque touos les jouors. O peut paé prêchi de mei sains me mette pus bas que terre, et pus neire qué le tchu de la marmite !…
O ramasse touot ce qu’o peut trouvaer pour mé le jétaer pa la tête.
Le juge de paix (perdu) : – Hein ! Elle vous a jeté la tête par le cul de sa marmite ?…
Catherène (avec énergie) : – Janmais, janmais, janmais, du graind janmais j’i fait chenna, mei !!
Mélanin (rectifiant) : – Noun, Moussieu le juge, o m’a janmais jetaé à la taête qué d’s injures…
Le juge de paix (décontenancé) : – Quelles injures ?
Mélanin (qui s’intimide) : – De byin vilannes, moussieu !
Le juge de paix (pressant) : – Eh bien précisez-les !

Catherène (goguenarde) : – O s’en souovyint pé ! …
Le juge de paix (en colère) : – Tonnerre, pour nous fixer, je vous ordonne de la dire, celle-là !…
Mélanin (confuse) : – Eh byin, moussieu le juge de paix, dédpis qu’ j’i gangni men procès counte lyi, c’té fème-lo peut pé m’guetti ni passaer à côtaé de mei sains m’dire : « Sacraé vuus mâoroun !… »
Le juge de paix (ahuri) : – « Sacré vieux mauron », c’est une injure ça ?…
DSC09220
Catherène (vivement) : – Ch’est eun mot que no dit coume chenna, Moussieu l’juge de paix !… sains peinsaer à ma … Vuus mâoroun… Vuus mâoroun…
Le juge de paix (noyé) : – J’entends bien !… Mais, qu’est-ce que c’est qu’un mauron ?
Mélanin : – Ch’est eun mâoroun, Moussieu le juge !
Le juge de paix (cherchant) : – Mauron ?…
Catherène (anxieuse) : – Oui, Moussieu, eun mâoroun…

Le juge de paix (content) : – J’y suis ! !… Du mauron, ce n’est pas une injure, ça !…
Mélanin (acerbe) : – Ch’est eune vilanne injure pouor eune fème de m’n âge, Moussieu le juge !
Le juge de paix (conciliant) : – Mais non, voyons, du mauron pour les petits oiseaux, c’est une plante, une plante utile même, mais ce n’est pas une injure.
Mélanin (têtue) : – Pardounaez-mei, Moussieu le juge de paix, eun vuus mâoroun cha n’sé bâle pé à mouégi és p’tits ouésiâos ! … Les poules oseraient pé y touqui…
Le juge de paix (noyé) : – Mais, alors, ce n’est pas du mauron ?…
Mélanin (embarrassée) : – Non, Moussieu le juge, cha n’est pé du mouron, ch’est eun mâoroun.

DSC09213

Le juge de paix (tout à fait perdu) : – Mauron qui n’est pas du mauron, mais c’est un mauron ?!… Sapristi, un peu de clair là-dedans. Voyons, qu’est-ce qu’un mauron ?…
Mélanin (décontenancée) : – Ch’est d’quei, Moussieu le juge de paix, ch’est d’quei que no-z-appelle eun mâoroun !
Le juge de paix (patient) : – Est-ce un animal ?
Mélanin et Catherène (avec conviction) : – Non, Moussieu le juge de paix.
Le juge de paix (ahuri) : – Comment, ce n’est pas une bête ?,…
Mélanin et Catherène (avec ensemble) : – Mais si, Moussieu, ch’est eune baête !!
Le juge de pax (furieux) : – Tonnerre de tonnerre ! Ne vous moquez pas de moi, mes bonnes femmes ! Vous me dites que ce n’est pas un animal, mais que c’est une bête ! Ne faites pas la bête pour vous payer ma tête, sapristi, car je vous salerais !…

DSC09120

Mélanin (pleurnichant) : – J’vos jure, Moussieu, que c’té fème-là m’a traitaée de vuus mâoroun et qu’eun mâoroun, ch’est eune vilanne baête à couortes pattes…
Le juge de paix (s’amusant) : – … Eh ! ! Vous êtes hautes de jambes, vous !…
Mélanin (persuasive) : – Eune vilanne baête neire,… Taquie de jaène !
Le juge de paix (moqueur) : – Pourtant, vous n’êtes ni négresse,… Ni jaune !
Catherène (qui se moque) : – Cha ya eune petite taête qu’a pé d’orelles, les deigts sains ounglles, eune bave pouésouneuse par touot l’corps et eune coue loungue coume eun orvet !
Le juge de paix (submergé) : – Bon sang de bon sang, à quoi ça ressemble-t-il ? Et quelle bête ça peut bien être ?
Mélanin (naïvement) : – Ch’est eun mâoroun, Moussieu le juge de paix !
Le greffier (joyeusement) : – … Dénommé « salamandre » dans le dictionnaire de l’Académie !…
Eun mâoroun annyi dauns men gardin ! Il aime byin mais qu'i plleut, il 'tait byin muchi... !

Eun mâoroun annyi dauns men gardin ! Il aime byin mais qu’i plleut, il ‘tait byin muchi… !

Le juge de paix (goguenard) : – Ah bien, enfin, la justice est éclairée…
Je condamne la femme Loustalot à un franc d’amende pour avoir, en mauvaise part, traité sa voisine de vieille salamandre !…
Catherène (stupéfaite) : – Mei ! mei ! J’n’i janmais dit chenna !

DSC01848

 

 

Mélanin (mécontente) : – De l’amende !… Mais j’i pé d’doumages-intérêts ?…

DSC09232

Catherène et Mélanin (se retirant penaudes) : – Ya pus d’justice !
… Sapraès Vuus Mâoroun de juge de paix, va !…
Catherène et Pierre Loustalot...

Catherène et Pierre Loustalot…

DSC09314
*****

Bouais-Jan, janvier 1899.
Extrait de « Les propos de Jean Frinot »
P. Bellée éditeur, Coutances, 1948.

Yavait byin des veisènes pouor veî qui qu'allait avaer le ga, De Mélanin ou byin dé Catherène ! Cha va faire prêchi dauns la hammé, ch't affaire-lo !!!

Yavait byin des veisènes pouor veî qui qu’allait avaer le ga, De Mélanin ou byin dé Catherène ! Cha va faire prêchi dauns la hammé, ch’t affaire-lo !!!

Pour en savoir plus :

http://magene.com/enault.html/

Les qu devant i ou yin se prononcent tch dans la région du Centre-Cotentin où habitait François Enault.
Les h d’origine germanique sont très expirés (= r)
Guère = « djère »
Les verbes en aer se prononcent a ou bien o ou bien er comme en français, Enault écrit er, mais il écrit qu’il ne veut pas dérouter les lecteurs.
j’vyins : Enault change de graphie dans le même texte, cela montre son hésitation et la difficulté de rendre simplement ce son i nasalisé.
Tchyin : ou quyin, il est facile de s’habituer à écrire ce son y-i-n qui permet de dire in ou i avec toutes les nuances locales intermédiaires. On peut souligner le qu.
pé et bi de l’auteur ont été conservés (paé et byin permettent plusieurs prononciations)
graindes, dains : prononciation Centre Cotentin (graundes, dauns en graphie unifiée)
qu’ li répounit : les e muets n’ont pas tous été mis en place des apostrophes (que li se dit qu’li = que lui en fr.) ;(en principe seuls les é ne sont pas muets, mais dans un dialogue, pourquoi pas conserver l’)
un r inhabituel a été conservé à leur et trachir : Pitou s’en feut por trachir des carottes…. = chercher

Moussieu le Maire de Valouones (en vrai, ch'est li !)

Moussieu le Maire de Valouones (en vrai, ch’est li !)

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Cotentin, Faête és Normaunds, Livres en normand, Revues normandes, Vocabulaire

62. Le pyige / Le piège, scènette de François Enault

Journaliste, dessinateur, François Enault a peint des assiettes à partir de dialogues extraits de ses histouères...

Journaliste, dessinateur, François Enault a peint des assiettes à partir de dialogues extraits de ses histouères…

Le pyige / Le piège, scènette de François Enault

Les histoires de Pierre et Catherène Loustalot…

 

 Une histoire de braconnage qui révèle les caractères des deux personnages, et du coup ce texte qui a cent ans nous amuse encore… ! « Men poure Pierre ! », mon pauvre Pierre ! répète Catherène ! Notez tous les défauts qui lui sont attribués…

Ce dialogue est facile à comprendre si vous parlez français !

Nous l’avons lu à trois voix lors de la réunion de normand à Bricbé / Bricquebec samedi 3 mai.

Les qu devant i ou yin se prononcent tch dans la région du Centre-Cotentin où habitait François Enault.
Les h d’origine germanique sont très expirés (= r)
Guère = « djère »
Les verbes en aer se prononcent a ou bien o ou bien er comme en français, Enault écrit er, mais il écrit qu’il ne veut pas dérouter les lecteurs.
j’vyins : Enault change de graphie dans le même texte, cela montre son hésitation et la difficulté de rendre simplement ce son i nasalisé.
Tchyin : ou quyin, il est facile de s’habituer à écrire ce son y-i-n qui permet de dire in ou i avec toutes les nuances locales intermédiaires. On peut souligner le qu.
pé et bi de l’auteur ont été conservés (paé et byin permettent plusieurs prononciations)
graindes, dains : prononciation Centre Cotentin (graundes, dauns en graphie unifiée)
qu’ li répounit : les e muets n’ont pas tous été mis en place des apostrophes (que li se dit qu’li = que lui en fr.) ;(en principe seuls les é ne sont pas muets, mais dans un dialogue, pourquoi pas conserver l’)
un r inhabituel a été conservé à leur et trachir : Pitou s’en feut por trachir des carottes…. = chercher

 

Catherène a eun biâo houppelinot !

Catherène a eun biâo houppelinot !

  houppelinot  : vertugadin en français, = bourrelet pour faire bouffer la jupe à l’époque d’Henri IV.
j’ sis-t-enchiffrénaée  : enchifrener est connu en français, = embarrasser le nez.
côné : très petit champ pointu
erganne  : de mauvaise humeur

eun apensement : une pensée subite, mot original peu fréquent…
l’ sinot  : énorme pot en grès à lard (c’est-à-dire à viande de porc que l’on salait.Le congélateur a rendu les sinots obsolètes)

DSC00499 pots à Ger couleurs pastel

Fâot qu’tu seis-t-incarnaée ! Il faut que tu soie maligne, méchante, vicieuse ! le –t- de liaison est fréquent en normand : il permet une prononciation plus facile.

 

Lé pyige / Le piège

   L’aôte jou, oû matin, noute ammin Pierre Loustalot rentrit tcheu li,la figueure touote émoustillie de pllaisi.
I print seument pé l’temps d’erfroumaer sa porte :
– Catherène, qu’i dit à sa fème, d’vène qui qué j’vyins de veî ?
– Froume ta porte tréjous, qu’ li répounit Catherène qui v’nait dé se levaer et qui pouéssait sen houppelinot sus sen p’tit cotilloun dé d’ssous. Tu veis bi coumé j’ sis-t-enchiffrénaée et enrhymaée et ch’est por cha qu’tu prends mens d’ précâotiouns qu’ d’usage !…
Pierre s’en feut doun froumaer sa porte et i r’vyint s’ pllaintaer devaint sa cryateure en li riochaint souos l’ naez.
Catherène, qu’i li dit, j’vis d’veî eun biâo lyive dains l’bouot du côné d’la p’tite Bissounerie !…
– T’érais bi muus fait dé l’happaer, graind maladreit ! qu’ li répounit Catherène qu’est presque tréjous erganne en s’ lévaint.
– Veire, mais j’avais pé men fûsi !
– Graind doumage!… T’as pé d’permins et si tu t’faisais péqui dans tes pllèches aveu ten fusil, tu s’rais d’bouone prinse.
– Oh ! Catherène, les gendarmes né m’tyinnent pé aco… !
– I ’n-ount happaé d’pus subtis qu’tei ! Dains touos les cas, tu vas pé sorti d’aveu ten fusi ches jours qu’les gendarmes raindouolent ilo l’loung rapport ès poules qu’no-z-a volaées à la Salmonne ! Tu serais capable dé m’rapportaer puus seurement eun proçaès qu’ten lyive !!

   Pierre porte les tchulottes dans sen ménage qu’les jours de bi graindes fêtes : cha n’en-n’tait pè ieune ! I répounit mot et i s’en feut mouégi sa soupe dains l’âte en pensaint oû joli couop d’fusi qu’il érait peu faire si sa fème li avait permins…
Catherène en r’souffllit mot inetou, mais l’idaée du lyive la porsuusait, d’oûtaint qu’ol est eun miot portaée sus sa goule. Cha fait qu’à la collation, o brôtait d’haôt eune vuule couenne de lard qu’ol avait sus sen pan :
– Touot d’maême, qu’o fit d’eun apensement, no-z-érait çu lyive dains la castrole qu’cha épangnerait noute cochoun… Il en reste guère dains l’ sinot !
– Bi seur, qu’ fit Pierre, mais tu veurs pé m’laissi essayi dé té l’happaer.
– Quaind qui qu’tu peus avei pensaé d’quei coumme cha, men pouore Pierre ?…
– Ah bi ch’est bi, qu’fit le gros Pierre.

DSC07016

   Et i s’lévit et i décrochit sen fusi du maunté d’la chimenaée.
– J’té défends bi, graind imbécile, dé touqui à ten fusi touot d’site !…, qu’li dit Catherène déjà touote colère. J’ t’ai déjà dit qu’jé voulais pé.
– Je péeus portaint pé l’happaer à la couorse !
– Je té dis pé cha inetou, qu’fit Catherène en riaint : mais prends-lé oû pyige, men poure Pierre ! Cha fait pé d’brit… Cha s’muche dains eun couen souos les rounches, et cha rapporte muus qu’eun tchyin quaind que no sait s’levaer d’assaez matin por y guetti. Mais t’es bi trop pêtre por iête si matina, tei. Et pis ch’est pus glôrieus d’tiraer des couops d’fusi ! No-z-éfouque les vaques dains les cllos, no fait brésilli les ch’vâos sus les barryires, et no mécountente taint d’gens en faisaint ches-z-embarras qu’no risque d’yête dénounchi pa les veisins coume bracounyi ! Ch’est vrai qu’les bracounyis coume tei sount guère daingéreus por eul gibyi, rapport qué si les lyives s’proumènent dains nos cllos, ch’est l’s aôtes gens qui les mouéjuent !…

DSC00185

   Cha vexit Pierre, vos coumprénaez bi. I tappit eun coup d’poueng sus la tablle.
– Ah saque men pi d’bougre, Catherène, ch’est tei qui veus pé qu’j’âle à la cache ! Et mâogré chenna, j’t’ai acco fait goûotaer de bouon gibyi parfeis…
– Prêches-en men pouore Pierre, que fit Catherène. Le drényi couop qu’t’as étaé à la cache t’as tiraé syis couops d’fusi et si tellement fait poue à la Brindyie qu’ol en a avortaé treis jouors ampraès, et touot chenna por tuaer eune bélette !
Le gros Loustalot, qu’est bouon houme et qu’aime sa trainquilitaé, froumit sen couté et s’en feut travailli sains répounre à sa fème. I savait bi qu’il érait pé-z-eu l’drényi mot, ch’est porqui !

Mais oû médi quaind qu’i qu’menchîtent à dînnaer Catherène li dit séquement :
– Vas tu t’dcidaer à li tenre eun pyige à çu lyive-là à la fin ! I va nos brôtaer touos les jeunes chiouns d’nos haies jusqu’à qu’eun cachous d’la ville vyinne l’tiraer ? Fâora-t-i qu’ cha seit mei qu’âle li tenre eun collet ?
– Eh bi, doune-mei d’l’ergent qu’j’âle en acataer ieun qu’lyi répounit Pierre impatientaé : j’avouns pé d’pyiges ichin !
– Veire, et tu vas t’mette à ien acataer ieun por eun liyve qu’t’es pas seur de happaer!… Ch’est p’t-ête eun cat seurment qu’t’as veu dains l’côné !…
– Mais noun dé d’Zo, Catherène, pi que j’té dis qu’j’l’i veu coumé j’té veis.
– Eh bi, Pierre, oû lieur d’acataer eun pyige por li tenre, fâot en empruntaer ieun ! Cha s’ra tréjous eune économin !
– Oh mais t’as raisoun, Catherène, et j’vas m’n-allaer touot à l’heure en d’maindaer ieun à Pitou la Chopène qu’est eune vuule pratique d’la cache oû collet !
– Hélas qu’t’es bête, men pouore Pierre, qu’li fit Catherène en riaint. Tu vas tout bouonement mette la Chopène sus l’quémin d’ten lyive et ch’est li qui le happera à ta pièche… ! T’es trop quenâle pour li empruntaer dé d’quei coume cha… ! Laisse-mei faire.

DSC09765

   Cha fait qu’Pierre s’artournit travailli et, l’après-médi, Catherène s’en feut dains l’courtin à Pitou la Chopène qu’était parti à sa jouornaée ; ses p’tiots étaient à trachi et sa fème était à puchi la linsive oû probytère !

Ch'est oû doué que les nouvelles s'évâopillent és quate vents !

Ch’est oû doué que les nouvelles s’évâopillent és quate vents !

Catherène fit eun trou, coume eune coulaée dains l’pllaintis d’épènes qui borde l’courtin, pis aveu la pouente d’sen couté ol ébrôtit sept-huit rachènes d’carottes, tout oû bord d’un carriâo et a s’en r’feut tchu lyi !…
Mais oû sei por lorse, quaind que Pitou s’en feut por trachir des carottes, y s’apercheut d’la coummission.
– Ah saque men pid, qu’i s’dit, ya eun lyive qui vyint mouégi nos carottes !…, par iyoù qu’i passe çu bouquin-là !…
I fit l’tou d’sen courtin et trouvit la coulâée qu’Catherène avait faite. Cha fit qu’i s’encourut bi vite tchu li sains mot dire, et tout d’go l’pouore ervyint tenre eun collet touot neu dains la brêque du pllaintis !… Là, qu’i s’dit, d’man oû matin, de bouone heure, j’frai eune bouone prinse ichin !… Et i s’en feut s’couochi, bi content.
Veire, mais eun quart d’heure ampraès Catherène v’nait li empruntaer sen collet et enviait Pierre l’tenre dains l’bout du côné d’la p’tite Bissounerie.

DSC07046

   Eul lendeman, Pitou la Chopène passit sa matinaée à trachi sen pyige et Catherène à faire tchure sen lyive !… Oû médi i s’régalîtent touos déeus, Pierre et lyi et quaind qu’i feutent bi-n-ergouêmes i riaient coume déeus bochus d’la tête à Pitou.
Sacraée Catherène va, que disait Pierre, tu t’y counais tei, à empruntaer des collets ! Fâot qu’tu seis-t-incarnaée !
– Cha vâot-i pas bi muus coume cha, qu’faisait Catherène !… J’avouns noute gibyi et la Chopène s’est doutaé d’ryin !… Et j’avouns pas acataé d’laroun.
– Veire, mais qui qu’j’allouns faire d’sen collet ? qu’fit Pierre.
– Crans pé men garçon, qu’li répounit Catherène, Pitou nos a prins assaez d’gibyi sus nous pouor qu’i nos prête eun pyige l’restaint d’nos jours ! Et pis, veis-tu, si tu l’r’tends et qu’les gendarmes l’trouvent… Eune supposition qu’il lé mountréraient à ieun des p’tits Pitous et qué le pouore pétiot l’ercounaisse por ieun des syins à sen père, jé seriouns janmais soupçonnaés !
– Nom de nom, Catherène, que fit Pierre tout saisi, coume tu penses de louen, tei !… Tu m’en coppes l’estouma !
Et Catherène li répounit tout douchement :
– Malheureusement por tei, mon pouore Pierre, tu penses pé assaez et t’y veis guère pus louen qu’lé bouot d’ten naez !… Ah si j’avais pé d’idaées por nos déeus, tu t’frais péqui à man et à déman dains touotes les surguettes qué l’s hounêtes geins trouent sus ieus quemin !…

François Enault

Jouorna de la Mainche, 23 dé septembe 1905.
Arprins des « Propos de Jean Frinot », Bellée éditeus, Couotainches. Graphie 2014.
Les surguettes : les pièges, cette chute de la fin renvoie au titre : le piège…

DSC07029

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Livres en normand, Vocabulaire

58. Musée régional de la poterie à Ger. Chanson de Joseph Mague. Photos

6 – Les Potyis carte postale n° 11

Joseph Mague

Graphie de l’auteur, puis en fin de billet le même texte en orthographe unifiée…

DSC00550

Richards qui passez en auto,
Ou bonn’ gens que l’ tramway charrie,
V’là L’ Tronquay, Noron-la-Pot’rie !
Descendez tous pour vai les pots.
Entrez, Messieurs, dames et d’mouéselles,
Si sont tous barbouillis d’ lâqu’ron
Les potyis sont bons compagnons,
Teurjoux galants d’aveuc les belles.

 

Gens riches qui passez en auto
Ou bonnes gens que le tramway transporte, (ou amène)
Voilà Le Tronquay, Noron-la-Poterie !
Descendez tous pour voir les pots.
Entrez messieurs, mesdames et mesdemoiselles,
S’il sont tous barbouillés de barbotine (argile fine et fluide)
Les potiers sont de bons compagnons,
Toujours galants avec les belles.

DSC00531

Photos prises à Ger, Musée régional de la poterie visité le lundi 7 avril. Merci au guide Gildas Le Guen et au potier qui tourne les pots devant le public…

DSC00499 pots à Ger couleurs pastel

N’en v’là-t-y des pots dans la coûe,
Des mahons, des bouett’, des terreines.
Des bobins, des gatt’ et des teines
No vient d’ tirer tout cha du foûo.
Guettez par chin, ch’est la séqu’rie,
La loge du foûo, l’atelier,
Eiou qu’nos pil’ preus du terrier
La terre avant d’ fair’ la pot’rie.

 

Comme il y en a des pots dans la cour,
Des pots de grès, des boîtes à sel, des terrines ????
Des grosses cruches, des jattes, des tènes
On vient de les sortir du four.

DSC00363
Regardez par ici, c’est le séchoir,
Le four, l’atelier,
Où l’on foule près du trou
La terre avant de faire la poterie.

DSC00502

Y a-t-y des patiax sus l’ tabier ?
No va, d’vant vous, fair’ eun’ boutelle,
Nos daigts, not’ reue et nos âttelles,
Ch’est tout c’qui faut pour travailler
Allez tournez ! Not’ bell’ terr’ breune
Dans nos mains monte et s’élargit,
Pour el’ goulot cha s’rétréchit,
Un coup d’laton : n’en v’là co yeune !

 

DSC00554

Y a-t-il des pâtons sur la planche?
On va, devant vous, fabriquer une bouteille,
Nos doigts, notre tour et nos attelles
Cela nous suffit pour travailler
Allez tournez ! Notre belle terre brune
Dans nos mains monte et s’élargit,
Pour le goulot, ça se rétrécit,
Un coup de fil de cuivre : en voilà une de plus !

DSC00556

Maint’nant faut pas parti comm’ cha
Sans vai la pot’rie artistique,
J’avons là des pots magnifiques
Pieins d’fieurs, de fruits, de p’tits ouésiax.
A vot’ bourgeouaise, à vot’ bell’mère
Rapportez donc un p’tit souv’ni,
Un vase à fieurs, eun’ tabatière
Eun’ cann’ normande entourée d’ gui.

DSC00414

 

Maintenant, il ne faut pas partir ainsi
Sans voir la poterie artistique.
Nous avons là des pots magnifiques
Couverts de fleurs, de fruits et de petits oiseaux.
A votre femme, à votre belle-mère
Rapportez donc un petit souvenir,
Un vase à fleurs, une tabatière
Une canne normande ornée de gui.

(le mot normand est vi pour gui, mots issus du latin viscum qui signifie gui et glu. Le dérivé viscosum a donné visqueux).

DSC00372DSC00394 marguerites au coeur quadrillé

 

 

6 – Les potiers (traduction en français proposée par Maurice Fichet) :

Terrène : Récipient dans lequel on mettait le lait pour que la crème monte. Pas d’équivalent en français à ma connaissance.
Les bouètes : boîtes à sel ?
Les tènes : mesure de 50 litres… ?
Mahoun : énorme pot en grès vertical où l’on met le beurre salé destiné à l’exportation (sinot ventru en Cotentin).
Latoun : fil de cuivre, le fer rouillerait.
Dans les poteries il y avait un trou où l’on stockait l’agile et on la travaillait, le terrier, on la foulait avec les pieds.
tabllet : tablier sur lequel sont posées les ruches ou plate-forme de la batteuse sur laquelle on délie les gerbes. Les potiers avaient à côté d’eux une sorte de planche sur laquelle ils posaient leur pâtons d’argile recouverts d’un chiffon humide, c’est peut-être de cette sorte de planche dont il s’agit, tablette.

DSC00625

Voici ce que cela donne en rafraîchissant la graphie de Joseph Mague sans changer ses particularités, mais avec un a aux verbes du premier groupe -aer, dont la prononciation peut être a ou bien er.

LES POTYIS de Joseph Mague (Bessin vers 1910)
Richards qui passaez en auto,
Ou bouones gens qué le tramway charrie,
V’là le Tronquay, Noron la Poterie !
Descendaez tous pouor veî les pots.
Entraez, Messieus, Dames et D’mouéselles,
S’i sount touos barbouillis de lâqueron
Les potyis sount bouons coumpagnons,
Terjous galaunts d’aveuc les belles.
N’en v’là-t-i des pots dans la coue,
Des mahons, des bouettes, des terrènes,
Des bobins, des gattes et des tènes :
No vyint d’ tirer touot cha du fouo !
Guettaez par chin, ch’est la séquerie,
La loge du fouo, l’atelier,
Eiou que no pile preus du terrier
La terre avant d’ faire la poterie.

DSC00496

 

 

 

Y-a-t-ides patiâs sus l’tabllyi ?
No va d’vaunt vous faire eune boutèle.
Nos deigts, note reue et nos âttèles,
Ch’est tout ce qui fâot pour travailli
Allaez tournaez ! Note belle terre breune
Dauns nos mans mounte et s’élargit,
Pour el goulot cha s’ rétréchit,
Un coup d’laton : n’en v’là co yeune !

DSC00547

 

 

Maintenaunt fâot pas parti coume cha
Sauns veî la poterie artistique,
J’avouns là des pots magnifiques
Pllens d’ flleurs, de fruits, de p’tits ouésias.
A vot’ bourgeouèse, à vote belle mère
Rapportaez doun eun p’tit souveni,
Eun vase à flleurs, eune tabatière
Eune canne normaunde entouraée d’ gui.

Garder la graphie de Mague sans y toucher est une solution paresseuse qui évacue la difficulté de l’adaptation du texte à une graphie adaptable à toute la Normandie…
Le premier problème est celui des apostrophes remplacées par des e muets, que j’ai laissées dans un premier temps (pour respecter le nombre de pieds) puis souvent supprimées, tout en en mettant un accent sur certains e mis par Mague quand ils se prononcent é.

Jje crois qu’enlever les apostrophes et mettre un e muet comme en français cela passe bien, c’est une question d’habitude… On n’écrit pas : une cass’rol’.

C’est quand même mieux de moderniser, plutôt que de garder une graphie anarchique préexistante aux propositions de F. Lechanteur (voir tous ses arguments donnés vers 1950, il y a plus de 60 ans !).
A mon avis, il faut conserver des particularités de prononciation locale bien sûr. Mais rien ne s’oppose au fait d’écrire ei au lieu de ai, âo au lieu de aô, ène pour les ines en fr (épène, épine), aun qui est prononcé autrement que an dans tout le Cotentin au moins. Aun peut aussi être lu an… Conservons aussi oun qui marque un allongement du on (j’avouns) [c’est discutable en fin de mot, comme quéton, car la tendance à dire oune par les lecteurs débutants est très forte]. Mague écrit aussi bien parfois bon que bouon donc je mets tout en bouon.

Alors écrivons dans la graphie d’aujourd’hui ! Même si elle ne résout pas tout, loin de là, elle offre une cohérence : qu’en serait-il si le français n’avait pas eu d’orthographe au 17è s. ? (elle n’a pas bougé depuis, ce qui est absurde car la prononciation du français a beaucoup changé (ex : flamme se prononce flame, au 17è s. c’était nasalisé : on disait flan-me : il y a eu ouverture des nasales au 17è s. et disparition de diphtongues (conservées inutilement dans la graphie du français, fossilisée contrairement à celle de l’espagnol…). Les Normands ont conservé les diphtongues, donc il est logique de les écrire !

Rémin

11 les potyis rev 30

Joseph Mague (1875-1940) a écrit des poèmes de qualité en français et en normand. En particulier, ses vingt-quatre « Canchons du Bessin » sont recherchées par les collectionneurs de cartes postales, mais les mélodies en sont ignorées ou perdues. Ces poèmes font revivre les Normands des années 1900-1914. Humour et nostalgie ajoutent un intérêt aux descriptions ethnographiques.

Daniel Bourdelès est tombé sous le charme de La Feire ès Ougnons, la Partie d’ Mé, Les trachous d’ bouais, La grousse Angelina, La p’tite servante, La Dentelière… et des Potyis ! Il a composé des mélodies qu’il chante sur un nouveau CD titré « Angelina »…

Livret CD Mague p 16 001DSC07236

DSC00424 « Au Goubelin malin », Lionel Jean, céramiste, 28 Chemin de la Raterie 50260 SOTTEVAST, téléphone : 02.33.41.97.29 lioneljean.50@orange.fr ; http://www.augoubelinmalin.wifeo.com

 

1 commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Bessin, Chansons, Faête és Normaunds, Vocabulaire

56. Encore du nouveau sur Joseph Mague ! Photos du viage de Ger à Granville.

Un poète honoré au cimetière Saint-Paul de Granville

Mardi 8 avril, les membres de trois associations littéraires normandes ont déposé une plaque en grès sur la tombe de Joseph Mague.

Vingt-cinq membres du Point d’Alençon, de l’Université inter-âge de Caen et de Magène ont ainsi voulu rappeler qu’un poète passionné et méconnu habita à Granville.
La plaque a été scellée, impossibles de l'enlever sans la casser !

La plaque a été scellée, impossible de l’enlever sans la casser !

Joseph Mague (1875-1940) a écrit des poèmes de qualité en français et en normand. En particulier, ses vingt-quatre « Canchons du Bessin » sont recherchées par les collectionneurs de cartes postales, mais les mélodies en sont ignorées ou perdues. Ces poèmes font revivre les Normands des années 1900-1914. Humour et nostalgie ajoutent un intérêt aux descriptions ethnographiques.
Le marchi és peissouns à Ballerey

Le marchi és peissouns à Ballerey

Daniel Bourdelès est tombé sous le charme de La Feire ès Ougnons, la Partie d’ Mé, Les trachous d’ bouais, La grousse Angelina, La p’tite servante, La Dentelière… Il a composé des mélodies qu’il chante sur un nouveau CD titré « Angelina »1.

DSC00625

Joseph Mague a publié à Balleroy ses poèmes illustrés de photos. Mais aucun portrait de lui n’a pu être retrouvé.
DSC00867
Lionel Bonnetot a reconstitué la biographie de J. Mague. Ainsi, il a pu la résumer en lui rendant hommage sur sa tombe.
Une jolie plaque en terre cuite vernissée a été fixée sur la tombe familiale, chacun est invité à faire un petit détour dans le carré 8 du cimetière Saint-Paul pour la découvrir.

DSC00834

Elle a été imaginée par le potier Lionel Jean (son atelier est ouvert au public à Sottevast près de Bricquebec)3. Elle a la forme d’une canne à lait sur laquelle on peut lire « Joseph Mague, 1975 – 1940, poète, auteur des Canchons du Bessin »2.

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est à l’occasion d’un voyage organisé par Michel Le Bas
que cet hommage à Joseph Mague a pu être rendu,
avec les visites guidées du musée de la poterie de Ger,
Pot cochon réalisé à Mourot, village de potiers appelé actuellement St-Jacques-de-Néhou. Lionel Jean vend ces mêmes pots très pratiques pouor versi à beire !

Pot cochon réalisé à Mourot, village de potiers appelé actuellement St-Jacques-de-Néhou. Lionel Jean vend ces mêmes pots très pratiques pouor versi à beire !

du chrismale de Mortain,
Le crismale de Mortain est un objet exceptionnel. Autel portatif, il est gravé d'inscriptions scandinaves en runes

Le crismale de Mortain est un objet exceptionnel. Autel portatif, il est gravé d’inscriptions scandinaves en runes

du Scriptorial d’Avranches,

DSC00580

de l’Abbaye de La Lucerne
L'Abbé Lelégard a sauvé l'Abbaye de la Lucerne d'Outremer près de Sartilly. Excellent conteur en normand, il a su rassembler toutes les énergies pour reconstruire l'église, le réfectoire,... Reste le cloître, faut des sous !

L’Abbé Lelégard a sauvé l’Abbaye de la Lucerne d’Outremer près de Sartilly. Excellent conteur en normand, il a su rassembler toutes les énergies pour reconstruire l’église, le réfectoire,… Reste le cloître, faut des sous !

et du Musée du Vieux Granville.
Intérieur normand d'aveu sen vaisselyi dauns le vuus Grainville.

Intérieur normand d’aveu sen vaisselyi dauns le vuus Grainville.

 Lundi soir, une veillée à la Maison d’accueil de Saint-Jean-le-Thomas a permis d’entendre plusieurs chansons interprétées par le compositeur Daniel Bourdelès lui-même, magène byin (bien sûr, naturellement).
Françoise Roulland a luusu Alphonse Allain, Gires Ganne et Joseph Mague (ainsi qu'un conte de Marcel Lelégard dans l'abbaye de La Lucerne)

Françoise Roulland a luusu Alphonse Allain, Gires Ganne et Joseph Mague (ainsi qu’un conte de Marcel Lelégard dans l’abbaye de La Lucerne)

Les conteurs du Cotentin et du Bocage ont fait découvrir la riche littérature des auteurs dialectaux de la Normandie du Nord et du Sud de la « ligne Joret » (qui sépare ceux qui disent « eune pouque » de ceux qui prononcent « eune pouche »).
Guy Vaugeois, du Bocage d'Athis-Flers

Guy Vaugeois, du Bocage d’Athis-Flers

Jacques Mauvoisin et Patrick Levoyer comparent leurs éditions anciennes de Charles Leboulanger

Jacques Mauvoisin et Patrick Levoyer comparent leurs éditions anciennes de Charles Leboulanger

Car, à Flers et Alençon aussi, des écrivains ont pu transformer ce qui était considéré comme un patois en langue à part entière.

Une langue qui existait déjà au XIIe siècle, comme a pu le démontrer Catherine Bougy, universitaire, dans sa conférence passionnante donnée lundi au Scriptorial.

1. Cd disponible sur le site magene.com (12 € port inclus). Cf. le compte-rendu élogieux du CD Angelina dans le n° d’avril-mai-juin de Patrimoine Normand. La p’tite servante fut chantée en 1994 sur le CD « La Louerie », La Dentelière gravée sur le CD-album La Dentélyire en 2011.
2. Pour en savoir plus, consultez les autres billets sur Mague dans ce blog. « L’adrèche sus la Teile, ch’est sus http://www.magene.com ou byin : https://languenormande.wordpress.com/ »
L'idée de faire des goubelins en terre cuite vernissée est venue à Lionel Jean après l'écoute du CD Caunchounettes, le p'tit goubelin enregistré par Magène (et quasi épuisé ! voir boutique du site magène !)

L’idée de faire des goubelins en terre cuite vernissée est venue à Lionel Jean après l’écoute du CD Caunchounettes, le p’tit goubelin enregistré par Magène (et quasi épuisé ! voir boutique du site magène !)

3. « Au Goubelin malin », Lionel Jean, céramiste, 28 Chemin de la Raterie 50260 SOTTEVAST, téléphone : 02.33.41.97.29 lioneljean.50@orange.fr ; http://www.augoubelinmalin.wifeo.com

 

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Bessin, Chansons, Concerts Magène, Faête és Normaunds, Livres en normand, Revues normandes

55. Elections insolites. Théâtre. Le toupioun de Pierre Guéroult, suite. La toupie.

Le toupioun

Ch’est paé ryin qué de se porter és élections pou la coumeune ! Ya-z-eu chiffe tiraée à byin des pllèches….

    Ya mais que les syins coume l’équipe à Jean Quetier qu’ont paé-z-eu le trélu, rapport qu’i yavait qu’eune liste ! Ch’tait quemode de gangni ! (Jean, ch’est le gas de Albert’Studio, l’amin de Magène qu’à mins nous caunchouns sus les galettes neires (« Calitchumbelet, 1989, 33 tours) ou bllaunches (La Louerie, Rouogie du sei, Dauns men prêchi, Eun miot de souovenin, Angelina…).
Jean Quetier le 19 dé mâr

Jean Quetier le 19 dé mâr

I se portait à Sante-Mère-Egllise. Il a-z-eu chent du chent des vouées !!! Mais coume il avait dit, « v’nous en votaer, même bllaunc si vo-z-êtes paé tchu et queminse d’aveu mei ! » (m’enfin, ch’est paé dreit coume chenna qu’il a prêchi, mais ch’est du parèl oû même !). Ch’est paé étounaunt qu’i yait-z-eu en Fraunce 38 du chent des bouones gens qu’ount étaé à la pêque ! ou byin à raundouolli dauns les caches…
La mair'rie de Sante-Mère-Egllise pavouésie, ch'est byintô le 70yîme anniversaire de juin 1944, prémyire coumeune libéraée de Fraunce !

La mair’rie de Sante-Mère-Egllise pavouésie, ch’est byintô le 70yîme anniversaire de juin 1944, prémyire coumeune libéraée de Fraunce !

   Ya même la boulang’gie  »Le Fouorni de la Tou » à Calais qui décidit d’offri eune baguette de pan à touos les voteus (les électeurs) qui serount dauns le cas de faire veî lus carte tampounaée ! (qui justifieront d’une carte tamponnée). Il a de l’obiche s’t-i-lo pouor avei des pratiques (des clients !).

Yen a-z-eu de quei de drôlu és élections ch’t’annaée oû meis de mâr !

1) Dauns eun buret à voteus à Marmande, dauns le Lo-t-et-Garoune, impossiblle d’artrouaer la cllé de la bouète. Fallit crier quiqu’eun d’o des béquettes pouor coupaer le caquenâs (le cadenas).
Dans un bureau de vote de Marmande, dans le Lot-et-Garonne, impossible de retrouver la clé de l’urne. Il faut donc faire appel à une pince coupante…
2) Philippe Sauty, éluusu maire de Vibrac en Charente, 311 habitants, s’est détruit (suicidé) dauns la nieut de sammedi à dinmaunche. I s’escoffyit d’aveu eun fusi de cache (Il a mis fin à ses jours à l’aide d’un fusil de chasse). D’après « la Charente libre », « la pression de son futur mandat semblait le perturber ». D’ampraés « la Charente libe », « il était byin erjuaé d’avei à yête eul Maire de sa coumeune, cha le jiguulait ».
3) « Ch’est men dreit… et mei j’y tyins » : ch’est l’arfran d’eune caunchoun de Charles Lemaîte que le groupe Magène aime byin launluuraer (CD La Dentélyire) : eun maire vindicatif ! (la vengeance implacable d’un ancien maire évincé)
Fâot paé trachi de chicâtu d’aveu Maurice Frité ! Il ne fait pas bon s’attirer les foudres de Maurice Fritel. Maire de Sant-German-d’Oûné dé depis 1978, dauns l’Orne, i défouncit eul quémin de la Salle és fêtes ! Et pis en pus de cha, il a prins les quaires dé la mair’rie ! Celui qui fut maire de la commune de Saint-Germain-d’Aunay depuis 1978, dans l’Orne, a défoncé le chemin menant à la Salle des fêtes. Pire, il est parti avec les chaises de la maire.
Ch’est sen dreit d’yête si taunt indène, rapport que chu quemin, ch’est le syin ! « J’i brin muchi quique seit, ya qu’à guetti sus le cadaste » esplliquit Maurice Frité. Dé de même ch’est mei qu’ai payi les quaires pou la coumeune. La vindicte de l’ancien édile est tout à fait légale, puisque le chemin menant à la salle polyvalente lui appartenait. «Je n’ai rien caché, le terrain était là, il suffisait de regarder le cadastre», a expliqué Maurice Fritel. De même pour les chaises qu’il avait offertes à la commune.
Le maire d’achteu se noume Louis Toqui… I prêchit de cha à Fraunce 3 Normaundie de l’Ouêt : « No m’a demaundo de l’artiro de la liste, cha feut le quémenchement à tout. Cha l’a piqui ». Interrogé par France 3 Basse-Normandie le maire actuel s’explique: «Les gens qui me suivaient m’ont demandé de l’enlever de la liste, c’étaient des gens qui s’étaient déjà présentés contre lui aux dernières élections, ça l’a vexé et c’est là que ça a commencé» explique Louis Toqué. La nouvelle équipe en aura tout de même pour 6 000 euros de frais si elle souhaite reconstruire l’accès à la salle polyvalente. Cha va leus coûtaer 6 000 pistoles pouor arfaire l’entraée à la salle polyvalente, ch’paé ! La caunchoun le disait byin : « J’y perds, ch’est seur, mais ch’est men dreit… et mei j’y tyins ! » Ya byin d’s histouères coume chenna que je pouorrais vouos racounto !!!
http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/insolites/2014/04/03/25007-20140403ARTFIG00396-municipales-la-vengeance-implacable-d-un-ancien-maire-evince.php
4) Hayaunge, le bouorg de Lorranne, d’ecsaès merquie rapport que les hâots-fouorniâos Arcelor-Mitta ount froumaé, fut gangnie pa le Frount Natiouna. Sen caundidat, ch’est un ouvryi qu’était à la CGT ! Il a-z-eu trente-syis du chent des vouées, ch’est paé ryin. Hayange, la ville de Lorraine, très marquée par la fermeture des hauts-fourneaux ArcelorMittal, est remportée par le Front National. Son candidat, Fabien Engelmann, ancien de la CGT, cumule 36% des voix.

5) Le Président Fraunçoués (no dit Chinot par chin) Hollaunde s’est étrâlaé…

…et byin des villes ount bastchulaé à dreite ! Ch’est eune vague blleue ! Taunt et si byin qu’il a deu chaungi bouot pouor bout sen prémyi minisse (Vals rempllèche Ayrault) et itou ses minisses. Ou pûtot il ount quittaé eun fâoteu pouor se quairaer dauns eun âote. Ch’est le cas de Cazeneuve qui feut (eun bouon) Maire de Tchidbou-Oudeville (Cherbourg-Octeville) et qui sâote du budget [eun mot normaund, cha vyint de bouguette, ou boudjette ; poutchette, pouquette, pocket, ch’est kif-kif bourricot, et pis en aungllais ch’est dévenun… budget itou !], i sâote doun du budget à l’intérieur, yens, i quemaunde à la police. Il y counaît ryin, mais ch’est paé byin counséquent, i va byin veî !

6) A Grenoblle, l’écologisse Eric (eun petit noum normaund, ch’paé ?) Piolle est le prémyi d’aveu 40,8 % des voix counte le socialisse M. Safar (27,6 %) qu’en restit la goule souos l’naez, suusu pa l’UMP Matthieu Chamussy (22,8 %) et à la frontisse Mirèle d’Ornano (8,8 %).

   Dé quei dé remerque pouor chu janne politique qu’est doun le prémyi écologisse qui va dui eune intaé ville, paé louen d’avei chent-seissaunte mile habitaunts. Un petit exploit pour ce jeune politique qui devient le premier écologiste à diriger une ville de cette taille, près de 160 000 habitants. Il a dit qui ferait ryin que du vélo ! Paé de quérette à pétrole pou se tranner le tchu ! Il ne quitte pas son vélo dans les rues de Grenoble. Ancien cadre dirigeant chez Hewlett Packard, il a été licencié en février 2011 pour avoir refusé de mettre en place un plan de délocalisation. Il feut mins dehors dé tcheu Ioulette-Pacard en févryi dé 2012 rapport qu’il ‘tait nachu : i voulit paé genci eun pllaun pouor délogi l’usène et l’s ouvryis.
     carte électo 001

7) Mais le pompon, cha feut co tcheu nous, à Pirou ! Ya quiqu’eun qu’a mins sus la tablle déeus chents fâos bulletins d’aveu eun noum en mens, mais no sait paé quil innochent qu’a pairotaé chenna!!!

La Presse du 4 du meis d'avri

La Presse du 4 du meis d’avri

DSC03967

Pirou-pllage

Pirou-pllage

La vague blleue à Pirou-pllage, eun tsunami !!!

La vague blleue à Pirou-pllage, eun tsunami !!!

DSC03964

DSC03958
Ya des Pirouais qu’ount fait le calitchumbelet, l’s âotes ount mais qué le galichoun ! Les Pirottes et les Ouées (de Pirou) ount gangni !

Mais no reprêchera de la légende des Ouées du Câté de Pirou eun âote coup (veî noute CD « Les Ouées de Pirou », comédie musicale, 2006).

Déeus corbins d'eune maisoun de Pirou-pllage

Déeus corbins d’eune maisoun de Pirou-pllage

Ch’est paé le tout des chous, je vas vous bailli la site du toupioun, le théyâte de Pierre Guéroult : cha se passe par lé fait dauns eune petite coumeune du Cotentin en Normaundie. Les counseillis espèrent les voteus, et le maire trouit dauns sa pouquette… eune riga ! Eun toupioun (une toupie) !

Toupion (que no-z-écrit toupioun achteu) à la fête à Rocheville le 4 d'ât dé 2013

Toupion (que no-z-écrit toupioun achteu) à la fête à Rocheville le 4 d’ât dé 2013

182 001183 001DSC03975

184 001185 001

(à suure…)
Ya pouotaunt byin de quei à veî à Pirou, cha sera pouor eun âote coup byintôt : intaé le village fauntôme !! de quei avei poue !!!

Le village fauntôme de Pirou-pllage... !

Le village fauntôme de Pirou-pllage… !

Pirou, la rvyire et la mé

Pirou, la rvyire et la mé

(A suivre…)

1 commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Cotentin, Ecologie, Jeux normands et sports, Livres en normand, Saisons

54. Guerre 14. La poue des rats ! Photos de tranchées

Documents Alexandre Renaud

Documents Alexandre Renaud exposés à la médiathèque de Sainte-Mère-Eglise (Cotentin)

la poue des rats doc 001

La Vouée du Dounjoun Hors-série n° 1, 2005.

La Vouée du Dounjoun Hors-série n° 1, 2005.

JB04 « – Vos verraez – qu’i disaient -, les rats, là-bas, vous galopent sus la figuure, i vous brôtent le naez et les oyelles. Impossiblle dé dormin. No vous souhouaite du bouon temps ! »

DSC09982la poue des rats 3 001

Collection Eric Poyet, horloger à Bricbé. Plaques de verre.

Collection Eric Poyet, horloger à Bricbé. Plaques de verre.

Louis Robine. Cimetière Givenchy tombes musulmanes. Doc. Cécile Thiébot, paru dans la Voix du Donjon n°18-19

Louis Robine. Cimetière Givenchy tombes musulmanes. Doc. Cécile Thiébot, paru dans la Voix du Donjon n°18-19

la poue des rats 4 001

Photos d'Alexandre Renaud. Les pous (doc en haut, à dr.)

Photos d’Alexandre Renaud. Les pous (doc en haut, à dr.)

10 €. Les Amis du Donjon Mairie 50260 Bricquebec / Bricbé

10 €. Les Amis du Donjon Mairie 50260 Bricquebec / Bricbé

La réunion a lieu à l'ancienne école des files derrière la boulangerie Suzanne. Samedi 5 avril, 3 mai, 7 juin...

La réunion a lieu à l’ancienne école des filles derrière la boulangerie Suzanne. Samedi 5 avril, 3 mai, 7 juin…

 

Poster un commentaire

Classé dans 1914 - 1918, Auteurs en normand : décédés, Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Revues normandes