Archives de Tag: patois

66. Pêcheurs en côte des Isles. Robert Pot. Carteret

Pêcheurs en côte des Isles

Eun live de photos byin esplliquies

No péeut acataer chu live de 140 pages à l'Office de Tourisme de Barneville-Carteret

No péeut acataer chu live de 140 pages à l’Office de Tourisme de Barneville-Carteret

     Byin le boujou, v’chin eun live de photos des pêqueus de Cart’ret halaés en portrait par Robert Pot dans l’s annaées 1960 – 1980… Eune pouquie de mots normaunds s’évâopile amount les peissouns et les batiâos…
    Robert Pot est eun horsin (s = z) qu’a couneu les gens de la mé touot quenâle en 1954 : « je dois au Père Rachine mes premières expériences à la barre et à Remond Blondel la pêche à la traîne de mon premier maquereau, ils m’ont adopté, je devais avoir dans les treize ou quatorze ans ».

Route pêche 001lég Route pêche 001

congre 001congre lég 001

Ya 4 pages de vocabulaire et paé louen de 130 photos dauns chu biâo live

Ya 4 pages de vocabulaire et paé louen de 130 photos dauns chu biâo live

    à clin et can 001clin lég 001

Je vas paé tout mette sus ch’té bllo !… Ch’est pouor vous dounaer eune idaée !

à can = à champ

Rémin Pézeri

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Cotentin, mer, pêche, Vocabulaire

64. Les voiles noroises / Les veiles norouèses : eun nouvé baté !

Les veiles norouèses

Eune équipaée normaunde

 

Les petits batiâos qui vount sus la graunde iâo ount-i des gaumbes ?? L'esnèque ch'est itou le noum d'eun jéeu à Tec-Nor, et pis ya itou sen graund fr-re, le... Dreknor !

Les petits batiâos qui vount sus la graunde iâo ount-i des gaumbes ?? L’esnèque ch’est itou le noum d’eun jéeu à Tec-Nor, et pis ya itou sen graund frère, le… Dreknor !

     Byin le boujou, v’chin cha que vos allaez pouvi byintôt luure sus le trige Les Voiles noroises / Les veiles norouèses… !  www.voiles-norroises.fr

Dé depis qu’o nâquit (et maême byin avaunt !), la countraée és North Men, qui feut noumaée la Normaundie, vit d’accaunt la mé. Mais que les Escaundinaves terrîtent ichin et fîtent chu nouvé pais, et pis ampraès cha d’aveu les espllorateus arnoumaés, trachous de countraées, et pis d’o les Terres-Neuvâs, les viageous normaunds ount merqui lus pas sus tous les terrans de la pllannète. Ya-z-eu byin d’s histouères incréyablles sus la mé.

Les Normaunds du Cotentin terrîtent à Messine en Sicile... Ya pas qu'en Aunglleterre ! Peinteure sus eune quérette...

Les Normaunds du Cotentin terrîtent à Messine en Sicile… Ya pas qu’en Aunglleterre ! Peinteure sus eune quérette…

Ch’est pouor chenna que l’assembllaée Les veiles norouèses vouorait byin pairaé eun baté danoués du XIyîme syiclle pouor reguindaer coume qui que no fit âotefeis ches batiâos-chin et coume qui qu’i travêquaient sus l’iâo.
Les veiles norouèses vount servi és Normaunds à rémôqui eun savi-faire vuus de pus de mille annaées. Et pis itou do ch’té idaée-lo, les savaunts vount pouvi muus coumprenre ches batiâos-chin.
Ch’est possiblle itou de vos-en venin d’acaunt nous sus noute trige Faicebouc.

Noute histouère :

    Ch’est en viageaunt sus la Baie des Veys (des gués en fraunceis) à bord du Dreknor que les syins qui gencîtent l’association prêchîtent de lus idaée de faire un baté.

Le Dreknor

Le Dreknor

  I se démentîtent petit à petit de de pouorsuure et cha fut Les veiles norouèses lé 21 dé s’tembe dé 2013 par Damien Bouet (dipllômaé en archéiologie à l’Universitaé de Strasbouorg), Thibaut Grimaldi (à la tête d’eune entreprinse) et Frédéric Palmer (Cap’tanne d’eune vedette sus Le Port du Have), touos les treis amouchelaés pa la passion de la mé et de l’Histouère.

Je voulîmes remâtaer le patrimouène maritème nord-uropéien, de l’âge du Fé oû XIe syiclloe. J’ avouns doun évolaé la fèchoun du Skuldelev V touot récopi, dauns le respé des matériâos et des savi-faire dé ch’t épocte-lo. La prémyire évolaée feut de pairotaer les pllauns et la féchoun du baté. Ampraès byin du câtu à retrachi chenna, le chauntyi nava pouvit quemenchi par le fait. L’association Dreknor, nous mint pouor nous âotes leus appartements à Quérente et le premyi lot de boués, coupaé en forâe d’Essay (Orne) arrivit sus trige lé 28 dé mâr dé 2014.

La baleine ch'est le gros boués qui tyint le mât (Veî le biâo récit de Henri Gogibu sus noute CD "Veillie normaunde")

La baleine ch’est le gros boués qui tyint le mât (Veî le biâo récit de Henri Gogibu sus noute CD « Veillie normaunde »)

Noute équipe de bénévoles, accoutaée par la syinne du Dreknor, travâle achteu à féchounaer le baté, bordé par bordé et rivet par rivet. J’aimeriouns finin le baté, pour yête és coumémoratiouns des 950 auns de la Batâle de Hastingues (Anglleterre).

Les dates à reténin :

– 21 dé s’tembre dé 2013 : Naissaunche dé l’Association
– 28 dé mâr dé 2014 : Le premyi lot de boués arrive à Quérente
– 28 d’avril dé 2014 : No-z-a genci la quile du baté !

(fâot pronounchi tchile le pus souovent)

Et lé 27 et 28 dé s’tembe à Quérente / Carentan cha rest La Fête des Normands

Texte : Damien Bouet, Président de la nouvelle association Les voiles noroises

mins en normaund par le greffyi de chu bllo, mais cha peut yête amendaé…

Il va donc y avoir bientôt sur le site internet de l’association (www.voiles-norroises.fr) une page  en normand

Le dragon est une pièce amovible sur les esnèques. Cha fait poue !!

Le dragon est une pièce amovible sur les esnèques.
Cha fait poue !!

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Faête és Normaunds, mer, Vocabulaire

63. Le vuus mâoroun / La vieille salamandre, scènette de François Enault

Journaliste, dessinateur, François Enault a peint des assiettes à partir de dialogues extraits de ses histouères…

DSC07026

Le vuus mâoroun / La vieille salamandre, scènette de François Enault

Les histouères de Pierre et Catherène Loustalot…

DSC09017

  Une salle de justice de paix, ichin ch’tait dehors ! Catherine Loustalot (sûre d’elle, en colère)
DSC09055
est assignée par Mélanie Pitou
DSC09034(qui semble résignée).

DSC09035

 

 

 

Le juge de paix, qui n’est pas de la région, saisit peu les nuances et le pittoresque du parler bas-normand.
DSC08999 DSC08962
Chaque canton avait un juge de paix pour régler les affaires locales…

Ce dialogue est facile à comprendre si vous parlez français !

  Merci byin à Stéphane Henry (Ch’est le gâs qu’a mins eun poués rouoge, vos allaez byin l’arcounaîte !) et merci itou à tous les bouones gens de qui que j’ai halaé lus portrait sauns lus demaundo si i voulaient byin !!

 

François Énault

(1869 – 1918), né à Varenguebec, près de La Haie-du-Pits /La Haye-du-Puits.

Ami de Beuve et comme lui fondateur du Bouès-Jan » (maintenant « Boués-Jaun »), il écrit au moment où la littérature comique en patois n’est pas toujours de bon aloi des contes délicieux de malice et de pénétration psychologique… que l’Almanach de la Manche reprend chaque année.
Les personnages (Mélanie Pitou, Catherine et Pierre Loustalot…) se prêtent facilement à la mise en scène théâtrale. Les dialogues sont faciles à mémoriser.
Peu de vocabulaire normand très particulier : ingamo : intelligence, bon sens ; balaindyire : menteuse, fabulatrice ; orvet : lézard ; et mâoroun : salamandre (animal protégé…).
L’orthographe a été unifiée.
Décor : un bureau et 2 chaises pour le juge de paix et le greffier + un dictionnaire. Costumes simples de 1900, ou d’aujourd’hui !

DSC09106

 

 

Le vuus mâoroun

 DSC09270

Le juge de paix : – Eh bien mes bonnes femmes, tâchez de me conter clairement les faits de la cause!… Mélanie Pitou, vous êtes la plaignante !… De quoi vous plaignez-vous ?…
Mélanin (dolente) : – Je m’ pllans, Moussieu le juge dé paix, que Catherène m’a crucifiaée d’injures et de sottises dé d’pis qu’ol a perdeu sen procès d’avé nous !…
Le juge de paix (intéressé) : – Alors ce serait de la vengeance ?…
Catherène (indignée) : – Ne l’écoutaez pé, Moussieu le juge dé paix, …n’ l’ écoutaez pé ! Ch’est eune criyature qui vous embuure des menteries jusqu’à démountaer l’ingamo des syins qui la counaissent pé !…
Byin seur, ch'est des photos prinses à Valouones oû meis de juilet dé 2013 ! (Veî l's articlles des meis passaés...)

Byin seur, ch’est des photos prinses à Valouones oû meis de juilet dé 2013 ! (Veî l’s articlles des meis passaés…)

Le juge de paix (dérouté) : – Hein ? quoi… Qu’est-ce qu’elle démonte ?… l’ingamo ?…
Catherène (enhardie) : – Veire, Moussieu le juge dé paix, les discouors de c’té balaundyire-là feraient batte des caillous et s’capuchi les murâles !… Ch’est le diablle en persoune qui lyi a copaé le filet et les vipères ount mens de pouésoun qu’ol a de salive !…
Et si ch’est triste pour nous d’avei eune parèle veisène, vos devaez byin le coumprende !…
Le juge de paix (avec conviction) : – Je ne comprends rien du tout !… Voyons, la plaignante, dites-nous votre affaire…
Mélanin (résignée) : – Moussieu le juge dé paix, jé me pllans tout bouonement qué Catherène m’ait traitaée… Coume o m’a traitaée l’âote jou que j’abreuvais mes vaques !… Et coume o me traite touos les jouors !… O passera janmais à côtaé de mei sains me lâqui eune injeure !…
Catherène (protestant) : – J’i étaé byin élevaée, ma file, et l’s injeures mé coûotent trop à la goule pour qué je t’en dise !…
Le juge de paix (perdu) : – Silence, vous la femme qui parlez toujours ! Quand je vous donnerai la parole, vous vous expliquerez !…
Catherène (fière, s’adresse au public) : – Je veis byin achteure coume cha va touornaer !… Si no peut paé s’esplliqui, ch’était byin inutile dé me faire venin !…
Le juge de paix (autoritaire) : – Silence ! ! … Voyons, femme Pitou, vous avez été injuriée ?

DSC09162

Mélanin (réconfortée) : – Veire, Moussieu le juge dé paix, presque touos les jouors. O peut paé prêchi de mei sains me mette pus bas que terre, et pus neire qué le tchu de la marmite !…
O ramasse touot ce qu’o peut trouvaer pour mé le jétaer pa la tête.
Le juge de paix (perdu) : – Hein ! Elle vous a jeté la tête par le cul de sa marmite ?…
Catherène (avec énergie) : – Janmais, janmais, janmais, du graind janmais j’i fait chenna, mei !!
Mélanin (rectifiant) : – Noun, Moussieu le juge, o m’a janmais jetaé à la taête qué d’s injures…
Le juge de paix (décontenancé) : – Quelles injures ?
Mélanin (qui s’intimide) : – De byin vilannes, moussieu !
Le juge de paix (pressant) : – Eh bien précisez-les !

Catherène (goguenarde) : – O s’en souovyint pé ! …
Le juge de paix (en colère) : – Tonnerre, pour nous fixer, je vous ordonne de la dire, celle-là !…
Mélanin (confuse) : – Eh byin, moussieu le juge de paix, dédpis qu’ j’i gangni men procès counte lyi, c’té fème-lo peut pé m’guetti ni passaer à côtaé de mei sains m’dire : « Sacraé vuus mâoroun !… »
Le juge de paix (ahuri) : – « Sacré vieux mauron », c’est une injure ça ?…
DSC09220
Catherène (vivement) : – Ch’est eun mot que no dit coume chenna, Moussieu l’juge de paix !… sains peinsaer à ma … Vuus mâoroun… Vuus mâoroun…
Le juge de paix (noyé) : – J’entends bien !… Mais, qu’est-ce que c’est qu’un mauron ?
Mélanin : – Ch’est eun mâoroun, Moussieu le juge !
Le juge de paix (cherchant) : – Mauron ?…
Catherène (anxieuse) : – Oui, Moussieu, eun mâoroun…

Le juge de paix (content) : – J’y suis ! !… Du mauron, ce n’est pas une injure, ça !…
Mélanin (acerbe) : – Ch’est eune vilanne injure pouor eune fème de m’n âge, Moussieu le juge !
Le juge de paix (conciliant) : – Mais non, voyons, du mauron pour les petits oiseaux, c’est une plante, une plante utile même, mais ce n’est pas une injure.
Mélanin (têtue) : – Pardounaez-mei, Moussieu le juge de paix, eun vuus mâoroun cha n’sé bâle pé à mouégi és p’tits ouésiâos ! … Les poules oseraient pé y touqui…
Le juge de paix (noyé) : – Mais, alors, ce n’est pas du mauron ?…
Mélanin (embarrassée) : – Non, Moussieu le juge, cha n’est pé du mouron, ch’est eun mâoroun.

DSC09213

Le juge de paix (tout à fait perdu) : – Mauron qui n’est pas du mauron, mais c’est un mauron ?!… Sapristi, un peu de clair là-dedans. Voyons, qu’est-ce qu’un mauron ?…
Mélanin (décontenancée) : – Ch’est d’quei, Moussieu le juge de paix, ch’est d’quei que no-z-appelle eun mâoroun !
Le juge de paix (patient) : – Est-ce un animal ?
Mélanin et Catherène (avec conviction) : – Non, Moussieu le juge de paix.
Le juge de paix (ahuri) : – Comment, ce n’est pas une bête ?,…
Mélanin et Catherène (avec ensemble) : – Mais si, Moussieu, ch’est eune baête !!
Le juge de pax (furieux) : – Tonnerre de tonnerre ! Ne vous moquez pas de moi, mes bonnes femmes ! Vous me dites que ce n’est pas un animal, mais que c’est une bête ! Ne faites pas la bête pour vous payer ma tête, sapristi, car je vous salerais !…

DSC09120

Mélanin (pleurnichant) : – J’vos jure, Moussieu, que c’té fème-là m’a traitaée de vuus mâoroun et qu’eun mâoroun, ch’est eune vilanne baête à couortes pattes…
Le juge de paix (s’amusant) : – … Eh ! ! Vous êtes hautes de jambes, vous !…
Mélanin (persuasive) : – Eune vilanne baête neire,… Taquie de jaène !
Le juge de paix (moqueur) : – Pourtant, vous n’êtes ni négresse,… Ni jaune !
Catherène (qui se moque) : – Cha ya eune petite taête qu’a pé d’orelles, les deigts sains ounglles, eune bave pouésouneuse par touot l’corps et eune coue loungue coume eun orvet !
Le juge de paix (submergé) : – Bon sang de bon sang, à quoi ça ressemble-t-il ? Et quelle bête ça peut bien être ?
Mélanin (naïvement) : – Ch’est eun mâoroun, Moussieu le juge de paix !
Le greffier (joyeusement) : – … Dénommé « salamandre » dans le dictionnaire de l’Académie !…
Eun mâoroun annyi dauns men gardin ! Il aime byin mais qu'i plleut, il 'tait byin muchi... !

Eun mâoroun annyi dauns men gardin ! Il aime byin mais qu’i plleut, il ‘tait byin muchi… !

Le juge de paix (goguenard) : – Ah bien, enfin, la justice est éclairée…
Je condamne la femme Loustalot à un franc d’amende pour avoir, en mauvaise part, traité sa voisine de vieille salamandre !…
Catherène (stupéfaite) : – Mei ! mei ! J’n’i janmais dit chenna !

DSC01848

 

 

Mélanin (mécontente) : – De l’amende !… Mais j’i pé d’doumages-intérêts ?…

DSC09232

Catherène et Mélanin (se retirant penaudes) : – Ya pus d’justice !
… Sapraès Vuus Mâoroun de juge de paix, va !…
Catherène et Pierre Loustalot...

Catherène et Pierre Loustalot…

DSC09314
*****

Bouais-Jan, janvier 1899.
Extrait de « Les propos de Jean Frinot »
P. Bellée éditeur, Coutances, 1948.

Yavait byin des veisènes pouor veî qui qu'allait avaer le ga, De Mélanin ou byin dé Catherène ! Cha va faire prêchi dauns la hammé, ch't affaire-lo !!!

Yavait byin des veisènes pouor veî qui qu’allait avaer le ga, De Mélanin ou byin dé Catherène ! Cha va faire prêchi dauns la hammé, ch’t affaire-lo !!!

Pour en savoir plus :

http://magene.com/enault.html/

Les qu devant i ou yin se prononcent tch dans la région du Centre-Cotentin où habitait François Enault.
Les h d’origine germanique sont très expirés (= r)
Guère = « djère »
Les verbes en aer se prononcent a ou bien o ou bien er comme en français, Enault écrit er, mais il écrit qu’il ne veut pas dérouter les lecteurs.
j’vyins : Enault change de graphie dans le même texte, cela montre son hésitation et la difficulté de rendre simplement ce son i nasalisé.
Tchyin : ou quyin, il est facile de s’habituer à écrire ce son y-i-n qui permet de dire in ou i avec toutes les nuances locales intermédiaires. On peut souligner le qu.
pé et bi de l’auteur ont été conservés (paé et byin permettent plusieurs prononciations)
graindes, dains : prononciation Centre Cotentin (graundes, dauns en graphie unifiée)
qu’ li répounit : les e muets n’ont pas tous été mis en place des apostrophes (que li se dit qu’li = que lui en fr.) ;(en principe seuls les é ne sont pas muets, mais dans un dialogue, pourquoi pas conserver l’)
un r inhabituel a été conservé à leur et trachir : Pitou s’en feut por trachir des carottes…. = chercher

Moussieu le Maire de Valouones (en vrai, ch'est li !)

Moussieu le Maire de Valouones (en vrai, ch’est li !)

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Cotentin, Faête és Normaunds, Livres en normand, Revues normandes, Vocabulaire

62. Le pyige / Le piège, scènette de François Enault

Journaliste, dessinateur, François Enault a peint des assiettes à partir de dialogues extraits de ses histouères...

Journaliste, dessinateur, François Enault a peint des assiettes à partir de dialogues extraits de ses histouères…

Le pyige / Le piège, scènette de François Enault

Les histoires de Pierre et Catherène Loustalot…

 

 Une histoire de braconnage qui révèle les caractères des deux personnages, et du coup ce texte qui a cent ans nous amuse encore… ! « Men poure Pierre ! », mon pauvre Pierre ! répète Catherène ! Notez tous les défauts qui lui sont attribués…

Ce dialogue est facile à comprendre si vous parlez français !

Nous l’avons lu à trois voix lors de la réunion de normand à Bricbé / Bricquebec samedi 3 mai.

Les qu devant i ou yin se prononcent tch dans la région du Centre-Cotentin où habitait François Enault.
Les h d’origine germanique sont très expirés (= r)
Guère = « djère »
Les verbes en aer se prononcent a ou bien o ou bien er comme en français, Enault écrit er, mais il écrit qu’il ne veut pas dérouter les lecteurs.
j’vyins : Enault change de graphie dans le même texte, cela montre son hésitation et la difficulté de rendre simplement ce son i nasalisé.
Tchyin : ou quyin, il est facile de s’habituer à écrire ce son y-i-n qui permet de dire in ou i avec toutes les nuances locales intermédiaires. On peut souligner le qu.
pé et bi de l’auteur ont été conservés (paé et byin permettent plusieurs prononciations)
graindes, dains : prononciation Centre Cotentin (graundes, dauns en graphie unifiée)
qu’ li répounit : les e muets n’ont pas tous été mis en place des apostrophes (que li se dit qu’li = que lui en fr.) ;(en principe seuls les é ne sont pas muets, mais dans un dialogue, pourquoi pas conserver l’)
un r inhabituel a été conservé à leur et trachir : Pitou s’en feut por trachir des carottes…. = chercher

 

Catherène a eun biâo houppelinot !

Catherène a eun biâo houppelinot !

  houppelinot  : vertugadin en français, = bourrelet pour faire bouffer la jupe à l’époque d’Henri IV.
j’ sis-t-enchiffrénaée  : enchifrener est connu en français, = embarrasser le nez.
côné : très petit champ pointu
erganne  : de mauvaise humeur

eun apensement : une pensée subite, mot original peu fréquent…
l’ sinot  : énorme pot en grès à lard (c’est-à-dire à viande de porc que l’on salait.Le congélateur a rendu les sinots obsolètes)

DSC00499 pots à Ger couleurs pastel

Fâot qu’tu seis-t-incarnaée ! Il faut que tu soie maligne, méchante, vicieuse ! le –t- de liaison est fréquent en normand : il permet une prononciation plus facile.

 

Lé pyige / Le piège

   L’aôte jou, oû matin, noute ammin Pierre Loustalot rentrit tcheu li,la figueure touote émoustillie de pllaisi.
I print seument pé l’temps d’erfroumaer sa porte :
– Catherène, qu’i dit à sa fème, d’vène qui qué j’vyins de veî ?
– Froume ta porte tréjous, qu’ li répounit Catherène qui v’nait dé se levaer et qui pouéssait sen houppelinot sus sen p’tit cotilloun dé d’ssous. Tu veis bi coumé j’ sis-t-enchiffrénaée et enrhymaée et ch’est por cha qu’tu prends mens d’ précâotiouns qu’ d’usage !…
Pierre s’en feut doun froumaer sa porte et i r’vyint s’ pllaintaer devaint sa cryateure en li riochaint souos l’ naez.
Catherène, qu’i li dit, j’vis d’veî eun biâo lyive dains l’bouot du côné d’la p’tite Bissounerie !…
– T’érais bi muus fait dé l’happaer, graind maladreit ! qu’ li répounit Catherène qu’est presque tréjous erganne en s’ lévaint.
– Veire, mais j’avais pé men fûsi !
– Graind doumage!… T’as pé d’permins et si tu t’faisais péqui dans tes pllèches aveu ten fusil, tu s’rais d’bouone prinse.
– Oh ! Catherène, les gendarmes né m’tyinnent pé aco… !
– I ’n-ount happaé d’pus subtis qu’tei ! Dains touos les cas, tu vas pé sorti d’aveu ten fusi ches jours qu’les gendarmes raindouolent ilo l’loung rapport ès poules qu’no-z-a volaées à la Salmonne ! Tu serais capable dé m’rapportaer puus seurement eun proçaès qu’ten lyive !!

   Pierre porte les tchulottes dans sen ménage qu’les jours de bi graindes fêtes : cha n’en-n’tait pè ieune ! I répounit mot et i s’en feut mouégi sa soupe dains l’âte en pensaint oû joli couop d’fusi qu’il érait peu faire si sa fème li avait permins…
Catherène en r’souffllit mot inetou, mais l’idaée du lyive la porsuusait, d’oûtaint qu’ol est eun miot portaée sus sa goule. Cha fait qu’à la collation, o brôtait d’haôt eune vuule couenne de lard qu’ol avait sus sen pan :
– Touot d’maême, qu’o fit d’eun apensement, no-z-érait çu lyive dains la castrole qu’cha épangnerait noute cochoun… Il en reste guère dains l’ sinot !
– Bi seur, qu’ fit Pierre, mais tu veurs pé m’laissi essayi dé té l’happaer.
– Quaind qui qu’tu peus avei pensaé d’quei coumme cha, men pouore Pierre ?…
– Ah bi ch’est bi, qu’fit le gros Pierre.

DSC07016

   Et i s’lévit et i décrochit sen fusi du maunté d’la chimenaée.
– J’té défends bi, graind imbécile, dé touqui à ten fusi touot d’site !…, qu’li dit Catherène déjà touote colère. J’ t’ai déjà dit qu’jé voulais pé.
– Je péeus portaint pé l’happaer à la couorse !
– Je té dis pé cha inetou, qu’fit Catherène en riaint : mais prends-lé oû pyige, men poure Pierre ! Cha fait pé d’brit… Cha s’muche dains eun couen souos les rounches, et cha rapporte muus qu’eun tchyin quaind que no sait s’levaer d’assaez matin por y guetti. Mais t’es bi trop pêtre por iête si matina, tei. Et pis ch’est pus glôrieus d’tiraer des couops d’fusi ! No-z-éfouque les vaques dains les cllos, no fait brésilli les ch’vâos sus les barryires, et no mécountente taint d’gens en faisaint ches-z-embarras qu’no risque d’yête dénounchi pa les veisins coume bracounyi ! Ch’est vrai qu’les bracounyis coume tei sount guère daingéreus por eul gibyi, rapport qué si les lyives s’proumènent dains nos cllos, ch’est l’s aôtes gens qui les mouéjuent !…

DSC00185

   Cha vexit Pierre, vos coumprénaez bi. I tappit eun coup d’poueng sus la tablle.
– Ah saque men pi d’bougre, Catherène, ch’est tei qui veus pé qu’j’âle à la cache ! Et mâogré chenna, j’t’ai acco fait goûotaer de bouon gibyi parfeis…
– Prêches-en men pouore Pierre, que fit Catherène. Le drényi couop qu’t’as étaé à la cache t’as tiraé syis couops d’fusi et si tellement fait poue à la Brindyie qu’ol en a avortaé treis jouors ampraès, et touot chenna por tuaer eune bélette !
Le gros Loustalot, qu’est bouon houme et qu’aime sa trainquilitaé, froumit sen couté et s’en feut travailli sains répounre à sa fème. I savait bi qu’il érait pé-z-eu l’drényi mot, ch’est porqui !

Mais oû médi quaind qu’i qu’menchîtent à dînnaer Catherène li dit séquement :
– Vas tu t’dcidaer à li tenre eun pyige à çu lyive-là à la fin ! I va nos brôtaer touos les jeunes chiouns d’nos haies jusqu’à qu’eun cachous d’la ville vyinne l’tiraer ? Fâora-t-i qu’ cha seit mei qu’âle li tenre eun collet ?
– Eh bi, doune-mei d’l’ergent qu’j’âle en acataer ieun qu’lyi répounit Pierre impatientaé : j’avouns pé d’pyiges ichin !
– Veire, et tu vas t’mette à ien acataer ieun por eun liyve qu’t’es pas seur de happaer!… Ch’est p’t-ête eun cat seurment qu’t’as veu dains l’côné !…
– Mais noun dé d’Zo, Catherène, pi que j’té dis qu’j’l’i veu coumé j’té veis.
– Eh bi, Pierre, oû lieur d’acataer eun pyige por li tenre, fâot en empruntaer ieun ! Cha s’ra tréjous eune économin !
– Oh mais t’as raisoun, Catherène, et j’vas m’n-allaer touot à l’heure en d’maindaer ieun à Pitou la Chopène qu’est eune vuule pratique d’la cache oû collet !
– Hélas qu’t’es bête, men pouore Pierre, qu’li fit Catherène en riaint. Tu vas tout bouonement mette la Chopène sus l’quémin d’ten lyive et ch’est li qui le happera à ta pièche… ! T’es trop quenâle pour li empruntaer dé d’quei coume cha… ! Laisse-mei faire.

DSC09765

   Cha fait qu’Pierre s’artournit travailli et, l’après-médi, Catherène s’en feut dains l’courtin à Pitou la Chopène qu’était parti à sa jouornaée ; ses p’tiots étaient à trachi et sa fème était à puchi la linsive oû probytère !

Ch'est oû doué que les nouvelles s'évâopillent és quate vents !

Ch’est oû doué que les nouvelles s’évâopillent és quate vents !

Catherène fit eun trou, coume eune coulaée dains l’pllaintis d’épènes qui borde l’courtin, pis aveu la pouente d’sen couté ol ébrôtit sept-huit rachènes d’carottes, tout oû bord d’un carriâo et a s’en r’feut tchu lyi !…
Mais oû sei por lorse, quaind que Pitou s’en feut por trachir des carottes, y s’apercheut d’la coummission.
– Ah saque men pid, qu’i s’dit, ya eun lyive qui vyint mouégi nos carottes !…, par iyoù qu’i passe çu bouquin-là !…
I fit l’tou d’sen courtin et trouvit la coulâée qu’Catherène avait faite. Cha fit qu’i s’encourut bi vite tchu li sains mot dire, et tout d’go l’pouore ervyint tenre eun collet touot neu dains la brêque du pllaintis !… Là, qu’i s’dit, d’man oû matin, de bouone heure, j’frai eune bouone prinse ichin !… Et i s’en feut s’couochi, bi content.
Veire, mais eun quart d’heure ampraès Catherène v’nait li empruntaer sen collet et enviait Pierre l’tenre dains l’bout du côné d’la p’tite Bissounerie.

DSC07046

   Eul lendeman, Pitou la Chopène passit sa matinaée à trachi sen pyige et Catherène à faire tchure sen lyive !… Oû médi i s’régalîtent touos déeus, Pierre et lyi et quaind qu’i feutent bi-n-ergouêmes i riaient coume déeus bochus d’la tête à Pitou.
Sacraée Catherène va, que disait Pierre, tu t’y counais tei, à empruntaer des collets ! Fâot qu’tu seis-t-incarnaée !
– Cha vâot-i pas bi muus coume cha, qu’faisait Catherène !… J’avouns noute gibyi et la Chopène s’est doutaé d’ryin !… Et j’avouns pas acataé d’laroun.
– Veire, mais qui qu’j’allouns faire d’sen collet ? qu’fit Pierre.
– Crans pé men garçon, qu’li répounit Catherène, Pitou nos a prins assaez d’gibyi sus nous pouor qu’i nos prête eun pyige l’restaint d’nos jours ! Et pis, veis-tu, si tu l’r’tends et qu’les gendarmes l’trouvent… Eune supposition qu’il lé mountréraient à ieun des p’tits Pitous et qué le pouore pétiot l’ercounaisse por ieun des syins à sen père, jé seriouns janmais soupçonnaés !
– Nom de nom, Catherène, que fit Pierre tout saisi, coume tu penses de louen, tei !… Tu m’en coppes l’estouma !
Et Catherène li répounit tout douchement :
– Malheureusement por tei, mon pouore Pierre, tu penses pé assaez et t’y veis guère pus louen qu’lé bouot d’ten naez !… Ah si j’avais pé d’idaées por nos déeus, tu t’frais péqui à man et à déman dains touotes les surguettes qué l’s hounêtes geins trouent sus ieus quemin !…

François Enault

Jouorna de la Mainche, 23 dé septembe 1905.
Arprins des « Propos de Jean Frinot », Bellée éditeus, Couotainches. Graphie 2014.
Les surguettes : les pièges, cette chute de la fin renvoie au titre : le piège…

DSC07029

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Livres en normand, Vocabulaire

49. Nos grands-mères, CD Je syis magnifique ! 12. Touorne men rouet d’Alphonse Allain

Continuons  de découvrir les textes du dernier CD Je syis magnifique ! produit  par l’association  Magène.

Voici la plage 12. Touorne men rouet (paroles d’Alphonse Allain/ mélodies de Daniel Bourdelès) 2’45.

Alphonse Allain, auteur d'un grand nombre de poèmes mis en musique par Daniel : CD Grans de sablle et CD L's ouées de Pirou. En voilà un qui mériterait le Prix littéraire du Cotentin (créé pour la littérature en normand, mais qui a viré sa cuti au profit des auteurs en français !)

Alphonse Allain, auteur d’un grand nombre de poèmes mis en musique par Daniel : CD Grans de sablle et CD L’s ouées de Pirou. En voilà un qui mériterait le Prix littéraire du Cotentin (créé pour la littérature en normand, mais qui a viré sa cuti au profit des auteurs en français !)

Vous pouvez retrouver la chronique « Parlez-vous normand ? » et écouter un grand nombre de chansons produites par Magène sur le site Internet de France Bleu ou en cliquant sur le site magene.com pour avoir directement France Bleu Cotentin. (Remarque : Il est simple aussi d’accéder par magene.com au blog « langue normande »).

Bien sûr la qualité du son sur le site de France Bleu n’est en rien comparable à celle du CD ! Bruno Morisetti et les quatre musiciens-chanteurs du groupe ont fait des merveilles en studio d’enregistrement. Qualité professionnelle. Attention ce CD a un tirage limité et tous nos CD s’épuisent les uns après les autres. Etes-vous certains d’avoir la collection des 14 CD Magène ???

12. Touorne men rouet

normande ad 385

Alphonse emploie beaucoup de vocabulaire normand savoureux, simple et authentique, en restant ici dans l’esprit du grand Georges Métivier, poète qui vivait à Guernesey au temps de Victor Hugo et a écrit plus de 6 000 vers en normand de grande qualité.

Touorne touorne ma chignolle,

Ô j’espère1 men byinaimaé. 

Touorne men rouet que j’envignole,

Le v’lo ! Jé le sens derryire mei !

 rouet 001

O débasotte2 Fraunchounette !

Ch’est d’la fâote à Jaquinot,

Lé rouoge mouojut sa panette3

Quaund s’acache4 sen graund picot5 !

 DSC00686

Le jou qui li baillit d’s aunguules,

Du couop sen quœu tressâotit.

Les pouents sâotîtent dé s’n aiguule,

Quaund pouo la baisi i se penchit !

fille au rouet 001

Ol est touote éberlusaée6,

I ya bailli eun bâoquet.

En ch’té seiraée dé renouvé7,

I ya dit : je vouorais te ma’iaer !

DSC00688

Touorne touorne ma chignole,

Jaquinot men anortaé8

M’a dit : j’ t’aime ! Men quœu s’évole

Par ch’té belle seiraée d’étaé ! (bis).

 9 mars Les Goublins à Réthoville

1 j’attends, 2 Elle déraisonne, 3 mange ses taches de rousseur, 4 arrive, 5 dindon, nigaud, 6 éblouie, 7 printemps, 8 épris.
La carte postale authentique de La Dentelière, poème de Joseph Mague qui a donné son titre au précédent album du groupe Magène (couverture cartonnée reliée, 50 pages couleur) ; les filles de Joseph Mague ont posé pour cette photo à Balleroy, prise par l'éditeur des cartes Fertard.

La carte postale authentique de La Dentelière, poème de Joseph Mague qui a donné son titre au précédent album du groupe Magène (couverture cartonnée reliée, 50 pages couleur) ; les filles de Joseph Mague ont posé pour cette photo à Balleroy, prise par l’éditeur des cartes Fertard.

 

Alphonse Allain. Le Cotentin men pais, p. 157, Querqueville.

Merci aux acteurs involontaires de cette mise en images, membres de groupes de reconstitution des danses populaires normandes (photos prises en 2013 à Rocheville et Réthoville (Nord-Cotentin).

Carte postale couleur : prêt Michel Le Bas.

Carte Mague : Michel Gandon ou Alain Marie.

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Bessin, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Juin 1944, Livres en normand, Vocabulaire

41. Nos grands-mères, CD Je syis magnifique ! 3. Le devaunté d’Alphonse Allain et la météio

 Le devaunté, ch’est le tabllyi que no met…

devaunt sei !

 Alphonse Allain a su, à partir d’un simple tablier, nous ramener à notre enfance… Le devaunté (mot qui vient de « devaunt tei ») joue-t-il encore un rôle pour les enfants d’aujourd’hui ? Peut-être a-t-il trouvé un substitut, mais lequel ?

A la fête du moulin de Rhétoville, Le Pays de Valognes et Les Goublins, fidèles au costume traditionnel

A la fête du moulin de Rhétoville, Le Pays de Valognes et Les Goublins, fidèles au costume traditionnel

3. Lé devaunté       

Jé me souovyins de sen tabllyi :

Ch’tait eun graund devaunté touot blleu

Par derryire qu’était pouési1

Chaffetaé2 et passaé de couleu (bis).

Dessin dans Bouone et Bouonotte de Maurice Fichet

Dessin dans Bouone et Bouonotte de Maurice Fichet

O le ballochait3 à la brèque

Pouor rapassaer les petits viâos

Et o lé rempllissait de bûquettes

Qu’ol engllannetait dans les cllos.

Devaunt l’âtre, o savait le lochi4

Quaund fallait rémôqui le feu

Et ch’tait quemode dauns le poulailli

Pouor ramassaer les œus…

 DSC08357

Sen devaunté iyoù qu’o m’ttait

Les biaôs légueumes du gardin,

Pannais, carottes et pourés,

Braunques dé loryi et du thym (bis).

Ch’est enco d’aveu sen tabllyi

Que la goule quiquefeis o nouos torchait

Quaund, lermaunts et débâochis5,

Quiques déhaits6 nouos chaboulaient.

Tablier fait avec de la toile américaine après la guerre, utilisé pour mettre les épingles à linge

Tablier fait avec de la toile américaine après la guerre, utilisé pour mettre les épingles à linge

Qu’il était quemode pouo se camuchi

Quaund eun horsin s’apprèchait ;

En ryin d’temps souos sen tabllyi

Touos fouorous7 no s’y muchait.

I me souvyint d’eun sei d’hivé…

Dauns sen devaunté bouossounaé,

Bouguie8, je l’i veue plleuraer :

Pépère s’en était allaé… (bis)

Chenna j’peus l’dire sauns hénéqui9,

Veire, et j’peus l’dire hâot et cllai :

Ya pus ryin qu’a remplléchi

Lé devaunté dé nous graund-mères…

1  noué, 2 auréolé, 3 et 4 secouer, 5 désemparés, 6 accidents de santé, 7 peureux, 8 recroquevillée, 9 hésiter.

Alphonse Allain, Le tabllyi de ma graund-mé. CD « Je syis magnifique ! » et dyisyîme live à venin, Querqueville, 1er trimestre 2014.

DSC09347Météio : Deman sammedi à Bricbé, cha rest l’Assembllaée généralé és Amins du Donjon. Cha vente tréjous ! Allaez à voute leisi d’aveu vos quérettes à pétrole, ch’est casuel et ya byin d’s accidents et des déhaits…

Le 12 dé févri sus la 13 à Valouones

Le 12 dé févri sus la 13 à Valouones

Vos pouvaez vous faire sâossaer et péeut yavaer co du grési à la relévaée…

Sus le su de m'n hus / Sur le seuil de ma porte

Sus le su de m’n hus / Sur le seuil de ma porte

Et la nyit ch’est enco eune ventaée de surouêt byin esposaunte…

à Bricbé le jéeudi 20

à Bricbé le jéeudi 20

Météo : Demain samedi à Bricquebec avis de coup de vent. Quelques averses faibles le matin, averses avec possibilité de grêle l’après-midi. Vent fort. Pour la nuit de samedi à dimanche, attention, très fortes rafales…

Ichin dauns le virage de la côte de Cattigny à Bricbé, eune file de vingt auns a mouoru chu lundi-chin... J'en syis touot acabâssaé...

Ichin dauns le virage de la côte de Cattigny à Bricbé, eune file de vingt auns, Marie, a mouoru chu lundi-chin… J’en syis touot acabâssaé… Achteu ya des pancartes Danger, il ‘tait byin temps !

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Ecologie, Juin 1944, Livres en normand, météo, Saisons, Vocabulaire

36. La Hague, ch’est d’abord eun payis ! La fin de La Hague ? CD, 9. La Hague

 La Hague, ch’est d’abord eun payis !

Théo Capelle et Jean-Louis Dalmont le 5 de mar dé 2010

Théo Capelle et Jean-Louis Dalmont le 5 de mar dé 2010

  Coume dit Théo devaunt que de launluraer « La Hague », eune reide belle caunchoun d’Alphonse Allain (CD « Je syis magnifique ! ») : « Eun coup, ya eun journalisse de Fraunce Treis qu’a dit coume cha : « La Hague, ch’est itou eun payis ». Et byin mei, j’ dis : « La Hague, ch’est d’abord eun pays ! ». (Rapport que no pense achteu en prémyi à l’usène de La Hague, la mâlyire atomique yoù que no met cha qui demeure ampraès yête dégrabolisi dauns les chentrales nuclléaires coume la syine de Flleumaunville…).

comenius 371

9. La Hague 

Des roundiâos1 équerpis2, écllataunt jâone d’or,

Graillent3 ch’tu bouot du mounde qué lé couochaunt écllaire,

 1. touffes d’ajoncs nains rongés en calotte par les moutons, 2. Eparpillés, dispersés,
 3. dorent, câoffent

IMG_9120

Le fllot oû pyid des falaîses vyint écllataer oû bord,

Ilo qu’menche l’océaun… ichin finint la terre. (bis)

Le boués-jaun écllaire La Hague

Ichin le boués-jaun (« ajoncs d’Europe, épineux ») écllaire La Hague

Quiques âbres acraunchounyis4 s’ahoquent amount le côti,

Des biquettes goulâfres5 mâquent les piquets6 doraés,

 4. chétifs, rachitiques, qui ne se développent pas 5. gourmandes, gloutonnes, voraces 6. ajoncs, épines

IMG_9102

La rouogeu du couochaunt fait saungni les roquis,

J’i janmais veu pus biâo… qué ch’té seiraée d’étaé. (bis)

IMG_9145

Touote la nature s’aniche7 dauns l’oumbre dé la nyit,

 7. s’enveloppe, s’emmitoufle

No-z-entend mais qué le brit de la mé sus les galots,

IMG_9132

Ch’est l’éternelle caunchoun des vagues dé l’infinin,

La Hague d’ichin, sâovage… accotaée à ses bllos8 (bis).

 (La Hague se prononce La rhague, h expiré.)    8. Gros rochers arrondis en bord de mer.  comenius 392

Des roundiâos équerpis, écllattaunt jâone d’or,

Graillent ch’tu bouot du mounde qué lé couochaunt écllaire.

IMG_9143

Le fllot oû pyid des falaîses vyint écllataer oû bord,

Ilo qu’menche l’Océaun… ichin finint la Terre. (ter)

IMG_9156 

 Alphonse Allain, Le Cotentin men pais, p. 85, Querqueville. Et CD « Je syis magnifique !  » (13 €, prix souscription, poste incluse. Chèque à Magène, envier à Jean-Claude Léger 5 Allée Blanche-Lande 50270 Carteret).

La Hague

Des ajoncs nains de-ci de-là, éclatants jaune d’or
Font flamboyer ce bout du monde que le couchant éclaire.
Le flot au pied des falaises vient éclater au bord,
Ici commence l’océan… Ici finit la terre.
 
Quelques arbres rachitiques s’agrippent à même le coteau,
Des chèvres voraces mangent les épines jaunes.
La rougeur du couchant fait saigner les rochers.
Je n’ai jamais vu plus beau… que cette soirée d’été.
 
Toute la nature s’emmitoufle dans l’ombre de la nuit
On n’entend rien d’autre que le bruit de la mer sur les galets
C’est l’éternelle chanson des vagues de l’infini
La Hague d’ici, sauvage… adossée à ses rocs.

 Mais pouorqui « la fin de La Hague » ?

1) Ch’est-i que l’usène va froumaer ? Impossiblle ! Yen a pouor des chents et des mille d’annaées à avei chenna sus le dos !

2) Ch’est-i que la mé va mouogi la falaise, no sait-i ? Rapport que la côte artchule mannyirement à pique de galop, les deunes sount mouogies pa les graundes maraées coume la syine de 108 que no-a-eue ches jouors. Nennin, La Hague, ch’est à pus de chent mètes de hâot oû-dessus de la mé, coume eune tablle. (Cha feut eune mountanne noumaée « le Massif Ermoriquain » qui feut dolaée, rabotaée à l’ère secoundaire pa la mé, – ch’est paé d’annyi -, et pis armountaée pus tard à chent mètes de hâot).

La Manche contre vents et marées 001… « la fin de La Hague » ?

3) Ch’est le trige de Biâomount-Hague qui prêche pouortaunt de cha !

Lian sus le trige de Biâomount-Hague :
http://www.beaumont-hague.fr/actualites/le-debut-du-xxieme-siecle-sera-t-il-fatal-au-canton-de-beaumont-hague/

Pouor les syins qui coumprennent brin le fraunceis, v’là en normaund cha qu’i disent… :

 « Oû quemenchement du XXIyîme syiclle, no verra-t-i la fâoqueresse escoffier le noum de La Hague ? »

« 1) Fâot byin qui yait oûtaunt de bouones gens et de voteus dauns chaqueun des cauntouns. Et ch’est byin qu’i yait oûtaunt de bouones fèmes qué de bouohoumes à genci le Département de la Maunche, mais « ch’est tragique » pour le noum de la Hague.

2) Par lé fait, la coumeune de Querqueville et le cauntoun de Biâoumount-Hague fount pus mais qu’ieun cauntoun, ch’est Querquéville la coumeune la pus counséquente. Le nouvé cauntoun se noumerait doun Querqueville.

« Le noum de la Hague serait effachi des cartes. Cha que no-z-argrette byin pou l’arnoumaée de noute countraée, eun trige « à l’identité affirmée » (byin seur rapport que no prêche normaund parai !) et byin couneu (d’aveu Côtis-Capel et Alphonse Allain ch’est reide seur)… !!!

Dany Pinel à la ferme-âoberge de Sant-German-le-Gaillard en 2010. Magène chauntait pour des écolyis aungllais, hongroués et espagnols (projet européen Comenius)

Dany Pinel à la ferme-âoberge de Sant-German-le-Gaillard en 2010. Magène chauntait pour des écolyis aungllais, hongroués et espagnols (projet européen Comenius)

« Michel Laurent, conseilli généra du cauntoun de Biâomount-Hague, est erganne de veî cha (pour veî sen courryi, cliquez ici).

« Sauns vouoli arprêchi de touote l’histouère de la Hague, i fâot magène byin veî que chu noum-lo armounte és Viquyins. Et âote seit, du XIyime syiclle à la fin de l’Auncian Régème, le Doyennaé de la Hague (countraée erréligieuse et judiciaire) ’tait bordaé et arcouneu pa les rivyires de la Diélette (oû Su) et de la Divette (à l’Et). La Révolution a gardaé le noum de la Hague pou le cauntoun. La Hague a une histouère. Fâot paé l’oumbélier !!! »

« Les actions menées depuis plus de 25 ans pour la promotion touristique du territoire ou l’attractivité économique reposent sur une identité forte qui fait la fierté des habitants. La Hague mérite de conserver son nom » (et sen loceis va t’en veî !! Cha l’s élus en prêchent jammais…).

D’iyoù que cha vyint le noum de Querqueville ? des Viquyins : Kerkevilla oû XXyîme syiclle, dé l’escaundinave kirkja, égllise (coume Carquebut, Criquetot…). Ch’est le village dé l’égllise.

Biâomount / Beaumont s’écrivait Bellemonte en 1156 pis Beaumont en la Hague en 1399. Et La Hague ? Ch’est escaundinave ou aungllo-sacsoun, cha veurt dire « encllos pou les âomales, les bêtes ». Le Hague-Di, cha serait le fossé de l’encllos (fossé en normaund veurt dire talus en fraunceis). Ya eun fossé reide hâot qui barre la pouente de La Hague, cha ya éto genci byin devaunt que les Viquyins s’en vyinnent ichin. Le Collège de Biâomount sé noume achteu « Le Hague-Dick », mais fâot dire « Di » coume disent co les gens d’ichin.

Pouor de mei, cha qué j’ dis, ch’est que, véyous, ya paé de quei s’affolaer ! La Hague ch’est un nom de giyographie et cha peut paé s’effachi ! Ch’est byin couneu itou – dauns le mounde entyi – coume mâlyire à plutonium ! Et cha itou les petiots de nous petits-p’tiots, fâora brin qu’il oumbéllient le noum de la Hague pouor se protégi !! No prêchera-t-i co des cauntouns à ch’t’épocte-lo ? Et pis ch’est vrai que les syins qu’ount noumaé chenna sount paé byin fins ! Ya qu’a dé le noumo le cauntoun de La Hague !

Rémin
comenius 097

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Ecologie, Saisons, Vocabulaire