Archives mensuelles : juin 2013

17. Noute dictiounaire par Guy du Hammé de Hâot

Noute dictiounaire

 V’lo pus de vingt auns qué Marcel crie, crie : « I fâot féchounaer eun nouvé dictiounaire ! I fâot féchounaer eun nouvé dictiounaire, à parti des mots fraunçais, pouor aingui les syins qui s’otchupent de noute loceis normand ! En pus, cha sérait eune prémyire ; jammais persoune l’a enco fait jusque là. »

Marcel Dalarun d'aveu sa bllâode de maîte d'école tcheu li à Cart'ret, annaées 1990

Marcel Dalarun d’aveu sa bllâode de maîte d’école tcheu li à Cart’ret, annaées 1990

Byin seur, sauns tergi, il avait quemenchi, li-même, à dréchi des listes de mots qui li revenaient dauns sa mémouère, veu qu’il avait prêchi noute loceis dès sen pus janne âge dauns le trige de Couotaunches. Il avait mins cha dauns sa méconnique pour sâovaer le touot pus aisément. Mais v’là-t-i paé qué sa veue se mint à faiblli, qu’i veiyait pus byin à cllai et ipouvait pus aquevaer sen ouvrage ! Du coup, i dounit touot chenna à Rémin qui trachit à trouaer, à l’entou de li, quiques euns dauns le cas dé  s’y attelaer.

Rémi, Alain, Jean-Claude, Guy, Joel oû Hammé de Hâot le 24 dé juin 2013

Rémi, Alain, Jean-Claude, Guy, Joel oû Hammé de Hâot le 24 dé juin 2013 (photo Marie-Thérèse Pichon)

Nous v’là doun, quatre amins, dévaunt noute méconnique (si pratique, s’il avait fallu touot écrire touot chenna à la man, no-z-y sérait enco !) à engraungaer touotes ches listes-lo, en suusaunt les lettes de l’alphabet. I fallait suure la granmaire et la féchoun d’écrire les mots coume établlie par les savaunts ya quique temps. I nous vint itou l’idaée d’ajoutaer touos les ditouns byin couneus (et, ma fei de Du, yen a eun sapraé viage) et pis de trachi d’âotes mots déjà dréchis dauns les vuus lives coume les syins de Fleury ou de Moisy. A féne forche dé luure et arluure les syins qu’avaient écrits dauns noute loceis, les listes devenaient de pus en pus fournins. Aundré Smilly, li itou qu’avait trachi dauns le temps, nous a bailli ses cahyis. Enco pus dé dequei à rentraer dans la méconnique !

Et pis, trachi les noums normaunds des pllauntes des haies et des cllos, des ouésiâos dauns le cyil, des peissouns des rivyires et de la mé, des mannyires de crabes pêquis à la rocâle, de la légeume des gardins, des ôtis, des couteumes d’âotefeis et d’annyi des gens de nos coumeunes, de la tchulture de la terre d’aveu touos les âomâles (1) et les avers (2) dauns les positiouns (3) de noute trige du Cotentin et des countraées pus oû louen,  yavait byin de l’ouvrage et cha demaundait eune pâose (4).

Ch'est-i des peis crochus (pois mangetout) ou des peis-canard (petits pois) que t'as seumaé ichin ?

Ch’est-i des peis crochus (pois mangetout) ou des peis-canard (petits pois) que t’as seumaé ichin ?

 

Tu vas byintôt avei des feuves à mouogi ! (ch'est le gardin de Guy à Grosville)

Tu vas byintôt avei des feuves à mouogi ! (ch’est le gardin de Guy à Grosville)

Pouor mountraer qué touos ches mots-lo étaient byin couneus pa les syins qui prêchent, no pêquit pusuurs phrases dauns les lives écrits en normaund avaunt et no les remint en dounaunt le noum des happous de plleume (5). Mais i fallait les chouési de dreiture en prémyi pouor qué touot âle byin ! Qui trumutu (6)!

 

A féne forche, no v’là quittes ! L’âote équipe qui s’tait otchupaée des mots normaunds avait finin itou ! Dauns eun bouon dictiounaire, i fâot déeus bords, est-che paé ? Restaer à trouaer quiqu’eun dauns le cas de l’imprimaer pouor de bouon et féchounaer eun vrai live. Paé byin quemode, ch’est mei qui vous le dit ! En pus de chenna, cha terge trèjous, trèjous ; de loungs, loungs meis à espéraer, espéraer. Et pis, luure et arluure les prémyis viages enviaés pa l’entreprinse pouor corrigi les fâotes, veî qué touot announchait byin, et arquemenchi déeus treis coups, enco pusuurs seiraées à l’établli !

 DSC08145

Alain Bavay, Jean-Claude Léger, Guy Pichon et Joel Hallet

Alain Bavay, Jean-Claude Léger, Guy Pichon et Joel Hallet

Mais cha yest ! V’lo le live pareu, imprimaé, dauns les boutiques. Tous les syins qui le veulent peuvent l’acataer achteu. De la belle ouvrage ! Coume vos vous en doutaez, tous nous amins, qu’ount ernaé si du padaunt si taunt de temps et qui l’espéraient dé depis si loungtemps sount héreus, héreus, magène !

 DSC08144

Et pis, touotes ches seiaunches passaées à genci chu dictiounaire n’opposaient paé de beire eune bouone moque entre amins, eune feis la corvaée finin !

Guy nous lit sen texte "Noute dictiounaire". A dreite, Marie-Thérèse, qu'a illustré le livre "Dauns ma leunette à mireus"

Guy nous lit sen texte « Noute dictiounaire ». A dreite, Marie-Thérèse, qu’a illustré le livre « Dauns ma leunette à mireus »

Guy du Hammé de Haôt  Juin 2013

(1) âomâle ou âomé ou aumai  n.m. au Pl. âomiâos ou aumailles. Jeune bovin de moins d’un an. beire coume eun âomâle, boire beaucoup.

(2) avers ou averas  n.m.pl. Désigne l’ensemble des petits animaux de la ferme ou seulement quelques-uns (volailles, lapins, porcs) cha fit probabllement grilli dauns sa niche eun de ses petits avers (F.Enault, Histouère de cats).

(3) positioun  n.f. Propriété. • eune belle positioun, une grande ferme. 

(4) cela demandait beaucoup de temps

(5) écrivains (ceux qui happent, qui prennent la plume).

(6)  cassement de tête

DSC08149

et du côté normand-français

… et deuxième partie, normand-français.

Première partie : français vers normand...

Première partie : français vers normand…

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Dictionnaire Trésor de la Langue normande

16. Ma chronique sur France Bleu et ses archives depuis février sont en lien ici. Avec les chansons !

Parlez-vous normand ?

Ecoutez la chronique de Rémi Pézeril de l’association Magène  le dinmaunche à médi vingt ou byin sus la Teile http://www.francebleu.fr/emissions/parlez-vous-normand

France Bleu Cotentin le dimanche à 12h20 ; pour trouver la meilleure fréquence près de chez vous allez sur le site de France Bleu.

Voici les chroniques mises désormais sur le blog de France Bleu, il suffit de cliquer (Ctrl + clic gauche) sur le dimanche choisi ci-dessous pour entendre la présentation d’une minute et la chanson 3’, l’ensemble devant faire 4 minutes, ce qui n’est pas simple. Voici pourquoi les longues chansons n’ont guère de chance de passer ! ou alors coupées, paf !

Une chanson du 19eme siècle par les Badlabecques

Dimanche 02 juin 2013 à 12h20

(Re)écouter cette émission  Disponible jusqu’au 26 février 2016. Rémi Pézeril de l’association Magène nous présente un groupe de jeunes jèrriais Les Badlabecques.

Les Badlabecques : des musiciens professionnels au rythme endiablé qui chantent en normand les airs traditionnels de Jersey

Ecoutez leur chanson L’île dé Jèrri en cliquant sur :  Une chanson du 19eme siècle par les Badlabecques

Elle fut mise en jèrriais par un auteur inconnu à partir d’une chanson en anglais de Georges Ware (19e s). CD Hèque Badlabecques ! Plage 5 « L’île dé Jèrri »

 Et aussi 17 archives à (ré)écouter (ici ou sur le site de France Bleu à l’avenir…, voici la copie du site France Bleu ; j’ai ajouté les textes des présentations du mois de mars que maintenant je tape itou dauns men compotier (computer ?):

  • Dimanche 23 juin 2013 à 12h20   Ulysse première diffusion à la radio. CD Dauns men prêchi, 1994

Un poème de Marcel Dalarun inédit

En viage d’accaunt noute pouète Marcel Dalarun

  • Dimanche 16 juin 2013 à 12h20  

Ronde du Bessin

Un refrain à reprendre chanté par Françoise Sanson

  • Dimanche 09 juin 2013 à 12h20  

Jèrri une île attachante, où les fleurs sont reines

Voyageons sur Jersey avec le groupe les Badlabecques

  • Dimanche 26 mai 2013 à 12h20  

C’est la fête du Normand

Grand rassemblement des Normands de Guernesey, Jersey, Pays de Caux et Cotentin hier et aujourd’hui dans le Val-de-Saire à Quet’hou.

  • Dimanche 19 mai 2013 à 12h20  

BOB Parlez-vous normand? 28/04

  • Dimanche 12 mai 2013 à 12h20  

BOB Parlez Vous Normand ? 31/03

  • Dimanche 05 mai 2013 à 12h20   Profitons quand je soumes héreus nous dit Alphonse Allain…  CD Grans de sablle

Notre environnement change

  • Dimanche 28 avril 2013 à 12h20   CD R’vans / Regains !    : plage 8 La Graind Lainde  de Louis Beuve  (20è s Jersey) 3’ 55’’ 

Louis Beuve, une passion normande

dans langue régionale

·  Dimanche 14 avril 2013 à 12h20  Une charade normande

·  Dimanche 07 avril 2013 à 12h20  Le musée Baron Gérard à Bayeux

·  Dimanche 31 mars 2013 à 12h20   Le vocabulaire du corps humain, par Maurice Fichet. 

Vous pouvez ici lire et écouter en même temps :   BOB Parlez Vous Normand ? 31/03

   En français les synonymes sont parfois moins nbx qu’en normand. Par ex, Maurice Fichet, auteur du roman Bouonne et Bouonotte, Editions Magène,  s’est amusé à retrouver le vocabulaire pour dire « ventru » en normand,  les mots sont nombreux.    Le ventre : La boudinyire. La dare (ventre imposant). Darette (surnom donné aux personnes qui ont un gros ventre). Daru (ventripotent). On dit Yête daru coume eune gode (être ventru comme un tacaud), yête daru coume eun vé niaé (être ventru comme un veau noyé). Avaer eun vente de clliquette (avoir un ventre plat).

   On dit aussi la bédache. Eun bédachoun est une personne qui a un gros ventre. D’autres mots : Bédêque (bedaine), Berdouille, Beille ou Beuille. Beuillu ou Binu (ventru). Eune paunche (la panse). Eun paunchot (eun gros ventre).  Maguu (très gros). Endarâoçaé ou endarotaé, Bouju (ventru).

CD Hèque Badlabecques ! : plage 4 Jean Gros Jean  trad. (17è s Jersey) 3’ 30

·  Dimanche 24 mars 2013 à 12h20    BOB Parlez Vous Normand ? 24/03   Pour qu’une langue ne meure pas il faut s’en servir dirait M de la Palisse. Les belles pierres des manoirs peuvent se restaurer, la gastronomie se réinventer tout le temps que l’on a de bons produits non pollués ni trafiqués par la mondialisation incontrôlable, mais ce que l’on appelle savamment le patrimoine immatériel est beaucoup plus fragile. Contrairement à bien d’autres régions, il n’y a en Normandie guère de volonté politique (jusqu’à preuve du contraire) pour établir un soutien efficace dans tous les domaines d’usage de la langue dont on dit encore que c’est un patois méprisable. Le français d’abord vient de me dire un député de chez nous ! Heureusement il reste quelques bonnes raisons d’y croire : les jeunes qui font des chansons en normand. Plusieurs groupes répètent dans différents styles, bravo !

   Alors, voici aujourd’hui un refrain facile à reprendre ; traduction en français :  « J’ai repiqué un arbre au bas de notre jardin, je verrai le jour à venir… Je me percherai dans mon arbre pour y voir plus loin, le roi sera mon cousin. Plantez doun des arbres dans tous vos jardins, des chênes des ormes des peupliers (en normand des carolins, et ça rime !). Un jardin sans arbres n’a pas de souvenirs, plantez doun des arbres pour l’avenir… à venir. Et puis dans mon arbre j’attendrai chacun de mes amis, ne coupez pas mon arbre puisqu’i ne vous nuit brin ! chanté par Théo Capelle, CD La dentelyire

CD La Dentelière : plage 13 Pllauntaez doun des abres ! de Marcel Dalarun 2’ 30

 ·  Dimanche 17 mars 2013 à 12h20   Jèrri est une île attachante malgré ses banques et la langue venue d’Angleterre qui a presque fait disparaître le normand, la nostalgie s’exprime par cet hymne Mon beau p’tit Jersey que Les Badlabecques chaunterount le 26 mai à Quettehou  byin seur…

CD Hèque Badlabecques !    : plage 3 Man bieau p’tit Jèrri  de Frank Le Maistre (20è s Jersey) 5’ 

BOB Parlez Vous Normand ? 17/03

·  Dimanche 03 mars 2013 à 12h20   BOB Parlez Vous Normand ? 3/03

Eun badlagoule, ch’est quiqu’eun qu’a de la jappe, qui parle beaucoup. A Jersey on dit itou eun bat d’la bec, un bar du bec, un bavard. Eun nouveau groupe de chanteurs et musiciens vient de naître dans l’île normande qui est là à l’ouest du Cotentin à moins d’une heure de bateau. Ce groupe formé de huit musiciens très talentueux et dynamiques a choisi ce nom amusant Les Badlabecques. Ils reprennent des chansons anciennes traditionnelles ou écrits parfois au 19e s. Voici la plage 1 de leur tout jeune CD intitulé Hèque –une interjection comme éga ! tcheu nous, une chanson de cabaret ravigotée par le chanteur Kit Ashton  Tandi qué bouôn mathinnyi bait  de Augustus Asplet Le Gros.

   Avec humour le marin boit en attendant que le temps s’éclaircisse « Si on ne voit pas bien clair devant soi, eh bien, que l’on s’attende ! Yen a qui vont en ératés c’est-à-dire qui courent à s’en faire éclater la rate, mais qui court trop perd haleine, ce n’est pas la peine de s’étrâler (de tomber de tout son long), prenons notre temps !

   En prêtant un peu l’oreille à l’accent normand de Jersey, vous pouvez saisir l’essentiel des paroles : le normand du Cotentin est très proche de celui de nos cousins jerriais. Kit Ashton explique dans un journal de Jersey « qu’il ne parlait pas jèrriais avant de chanter avec l’aide de Geraint à l’Office du jèrriais mais que sa grand-mère, Madeleine Geffroy, habitait à St Ouen et sa langue maternelle était le jèrriais. Mais les classes dirigeantes de Jersey parlaient anglais et français alors que le jèrriais était toujours la langue de la rue, la langue des paysans. Ces mots sont expressifs et leur sonorité leur donne de magnifiques possibilités pour la chanson ». Nous les écouterons au festival de la langue normande à Quettehou le dimanche 26 mai. Une grande date à retenir !

 CD Hèque Badlabecques !    : plage 1 Tandi qué bouôn mathinnyi bait  de A. A. Le Gros (19è s Jersey) 2’ 30

·  Dimanche 17 février 2013 à 12h20  Le monde ouvrier

Les ouvriers racontés par Alphonse Allain.

Que l’on peut entendre aussi sur youtiube d’accaunt les images… No-z-en reprêchera !

   Sur France Bleu, vous pouvez commenter ! Il faut le faire ! Et…

Mots-clés

Vos réactions sur cette info

Poster un nouveau commentaire

Bas du formulaire

voir le site de l’émission >

FIN.

Poster un commentaire

Classé dans Chansons

15. La vendue de Louis Beuve + un nouveau livre sur cet auteur fondateur de la littérature en normand

Normandie TV

newsletter@normandie-tv.fr

La vendue normande à 22 h annyi le 24 dé juin.

Depuis des siècles, il existe une forme de commerce commune à toutes les civilisations : la vente aux enchères. Elle répond à une attente particulière, pour ses habitués, c’est une véritable distraction.

Collectionneurs, paysans, brocanteurs, ferrailleurs et artisans se retrouvent à « la vendue » normande pour des moments de convoitise et de convivialité, attisés par l’humour du meneur de jeu. Le public a bien souvent l’impression d’assister à un spectacle dans lequel chacun aurait son rôle.

Rédigé par Normandie TV.   Lundi 24 Juin 2013

Nous recevoir : Internet, Freebox,….. et âotes bouètes !

TNT Basse Normandie chaine 30 – Cherbourg chaine 31

Chaine 30 sur la région Basse-Normandie.
Chaine 31 sur le Cotentin (le nord du département de La Manche).

   Ce reportage m’a fait penser au célèbre poème de Louis Beuve « La vendeue » qu’Albert Nicollet décrit ainsi dans une biographie passionnante de Louis Beuve qui vient de paraître, éditée par l’association « Le Pucheux » :

« La vendeue » est l’histoire tragique d’un fermier aisé mais qui a vécu au-dessus de ses moyens et se voit dépouillé de ses biens, même les plus précieux et personnels, comme le berceau d’un « défunt p’tiot », par décision de justice. La scène se déroule en dix-huit strophes impitoyables, ponctuées par les appels incessants de l’huissier et de son aide aux acheteurs indifférents au malheur d’autrui, uniquement soucieux de faire une bonne affaire.

  Le fermier fit « sa » vendue dans les pleurs, la honte, le désespoir, il n’y survivra pas. »

En librairie ou au local des Amis du Donjon (Bricbé), 22 €

En librairie ou au local des Amis du Donjon (Bricbé), 22 €

V’chin doun le poème en normand et en français ensuite, tout cela grâce à Michel Le Bas qui a scanné l’édition de 1950 des « Oeuvres choisies » de Louis Beuve.

Edition préfacée par Fernand Lechanteur, un classique jamais réédité.

Edition préfacée par Fernand Lechanteur, un classique jamais réédité.

Louis Beuve (1869-1949),

né à Quettreville-sur-Sienne.

 

Premier grand poète du Cotentin

 

    Très populaire, ses poésies paraissent en feuillets séparés comme au temps de la littérature de colportage : L’Epicyire, La Vendeue, les Adieus d’eune graind-mère à sen fisset louaé petit-valet… Poèmes peu nombreux, mais l’essentiel, c’est la résonance de Beuve sur les auteurs d’hier et d’aujourd’hui » (Oeuvres choisies, intro.).

    Autonomiste, il est « l’homme d’un grand rêve » ; celui d’une Normandie indépendante. Il a contribué à développer le sentiment d’appartenance nordique.    

 

    « Pour lui, être Normand, c’était évidemment autre chose que se déguiser en imbécile avec deux canards dans un panier. Il est de ceux qui ont fait disparaître cette caricature de nos fêtes locales. Etre Normand, c’était pour lui ne rien lâcher d’un passé glorieux ou simplement familier… Tout exalté qu’il fût, il n’était pas naïf au point de tomber dans les élucubrations totalitaires… L’excès de centralisation a provoqué chez lui une réaction extrême » (Fernand Lechanteur).

LA VENDEUE

                              A Ch. GOHEL,

           le grand artiste normand et tchidbouorgiais.

Annyi qué les mait’s sus leus terres

Ount byin de la pouène à s’ravei,

Des pouors fermis y en a biâofaire

Qui n’sav’nt paè seument étalaer :

Ch’est coum’ Mait’ Gueuste d’la Quesnaie,

A forch’ dé tréjous s’atergi,

Eun jou sen bouonhoum’ rabat-jouée

L’fit saisi à la Saint-Michi.

L’huissi et sen crious,

Gueulaint coum’ des pitous,

S’y r’trouvît’nt eun biâo jou !

Veir’ ! et touot’ la foul’ qu’était v’neue,

Des geins jusqué d’ par Tchu-du-Pount,

D’Quérente et d’ Saint’ Mareie-du-Mount,

Pour assistaer à la vendeue :

SA vendeue !

I dyisaient : « Gueust’ louait d’bell’s herbages

Dains l’Hâot-Pays par Querquebut ;

Et dains les feir’s, dains touos ses viages,

Ch’est qu’i mouniait pus d’eun étchu !

Tcheu li, ch’était eun’ vraie pil’reie :

Deux coups la s’mouainn’ la soupe âo boeu ;

Et des deinniâos ! d’la chai rôteie !

C’ qu’i l’a perdeu ch’est sen bouon quoeu ! »

L’huissi et sen crious

Gueulît’nt coum’ deux pitous :

« ALLOUNS LES BOUONNES GEINS,  ALLOUNS  Y ÊT’OUS ? »

Mais, tcheu li, s’muchaint à leus veue,

Mait’ Gueust’ dains sa graind chaimbre en hâot,

Bougui derrir’ ses biâos ridiâos,

Plleurait en guettaint la vendeue :

SA vendeue !

Dains la cour, pllein’ dé grou et d’ plise

Grâce âo bouon gros beir’ qué versait

L’graind valet qui faisait l’service,

Touot l’pétit meubll’ dam ! cha s’ fllaimbait !

Cha fit touot eun sacré coumerche,

Jeain qu’était sâol, à c’qu’ no m’ countit,

Acatit eun rain pour eun’ guerche

Et le pouéyit aco byin chi !

L’huissi et sen crious

Gueulît’nt coum’ deux pitous :

« ALLOUNS, JEAIN, LÈVE LI ACO LA COUE ! »

Mais, tcheu li, s’muchaint à leus veue,

Mait’ Gueust’ dains sa graind chaimbre en hâot,

Bougui derrir’ ses biâos ridiâos,

Plleurait en guettaint la vendeue :

SA vendeue !

L’graind al’zain qui sus la carriole,

Dréchait la tête et l’vait les pids,

No né l’vendit qu’trent’ chinq pistoles ;

Aotaint ma fei, l’bailli pour ryin !

Pyis, cha feut l’tou d’la poulich’ neire,

Qu’avait valeu – tel qué j’vous l’dyis –

Pus d’huit cheints fraincs âo tchu d’la mère ;

Yeun’ des pus bell’s rach’s du pays !

L’huissi et sen crious

Gueulît’nt coum’ deux pitous :

«  ALLOUNS LES BOUONN’S GEINS, POUR SÉSAINT’ PISTOLES,

     LA VOUL’OUS ? »

… Plleuraint sa firtaè rabatteue,

Mait’ Gueust’ dains sa graind chaimbre en hâot,

Muchi derrir’ ses biâos ridiâos,

Erjuait en guettaint la vendeue :

SA vendeue !

Apraès l’quétoun et la graind trie,

L’s avers jusqu’âo drényi vêtu,

No s’en allit souos la quertrie

Y où qu’ no vendit le vuus tap’tchu :

Ch’était eun’ anciann’ bell’ veiteure,

Et quaind Mait’ Gueust sortait d’avé,

Ryin qu’âo trot d’sa bidett’ d’alleure

D’pus d’eun’ lue louan no l’counaissait.

L’huissi et sen crious

Gueulît’nt coum’ deux pitous :

« ALLOUNS, LES BOUONNES GEINS, POUR QUINZE FRAINCS

    ET QUINZE SOUS, LE VOUL’OUS »

Ch’était pus l’teimps où dains les reues,

A Pries coume eun fo il allait…

A ch’t heu coume eun qu’nâle y plleurait,

Plleurait en guettaint la vendeue :

SA vendeue !

 

Pyis, la brindie qu’était hâot plleine,

L’toré qu’no-z-am’nit touot bônaè,

L’gros boeu cailli, qui sus eun’ trainne,

Touot sou pouvait m’naer eun touné !

Cha s’vendait pus ma qu’ dains les feires

Et coume i fallait byin d’l’ergeint,

No s’jétit sus les bell’s ormouères

Et touot l’mobili qu’était yains.

L’huissi et sen crious

Gueulaient coum’ deux pitous :

« ALLOUNS, LES BOUONNES GEINS, LA GRAINDE ORMOUÉRE

    SI BYIN ARSTCHULPTAÈE, LES BELLES QUÉMINSES,

    LES BIAOS DRAPS QUI N’SOUNT PAÉ DE LA TELLE

    D’ACAT, LES BIAOS DOUBLLIS, LES VOUL’OUS ? »

La fème à Gueust’ touote éperdeue,

Dains eun couan d’sa bell’ chaimbre en hâot,

(Sa bell’ chaimb’ qu’avait pus d’ridiâos ! )

Plleurait en guettaint la vendeue :

SA vendeue !

La Bouonn’ Virge âo pid du Calvaire

N’a p’têt’ paè veu d’quei d’âossi deu

Qué ch’té pour’ fèm’, qué ch’té pouor’ mère,

Quaind o vit touot sen fait vendeu !

O s’évanint ch’té pouor’ Mareie,

Quaind eun houm’ qui s’seintait eun miot,

Dains la chaimbre enl’vit d’eun’ brachie

L’vuus ber en boués d’sen défunt p’tiot.

L’huissi et sen crious

Gueulît’nt coum’ deux pitous :

« ALLOUNS, VOUS AOTES LA JUNESSE BOUONNE A MAYAER,

    POUR EUN FRAINC ET TROUÉS SOUS, L’ VOUL’OUS ? »

Mais, Mait’ Gueust’, la raisoun perdeue,

D’valit pouossaint des sacrémeints,

Car i v’lait minchi touos les geins,

Qui mettâient d’ssus à la vendeue :

SA vendeue !

 

Li qui d’vaint les moussieus d’ la R’mounte,

Aot’feis coume eun co sé dréchait,

Eun matin i creut mouori d’hounte,

En emportaint sen restaint d’fait.

Et l’loung d’ses pyich’s touos les vuus hêtres

Trouvît’nt chenna byin étounnaint,

D’veis parti Gueust’ dount les aincêtres

Mouorût’nt ilo d’pyis troués cheints ains.

D’l’huissi et d’sen crious

Gueulaint coum’ deux pitous,

Ah ! noun ! l’pouor houm’ n’avait pus pôu :

Mais en quittaint sa belle av’neue

No-z-érait dyit sen enterr’ment

Taint i s’n allait si tristement

Peinsaint aco à la vendeue :

SA vendeue !

Vers 1900, des feuilles volantes popularisaient les chansons de Beuve.

Vers 1900, des feuilles volantes popularisaient les chansons de Beuve.

I mouorut sus dyis vergies d’terre,

Ma fei d’du ! pas à l’hôpita ;

Sa fèm’, qu’eut pouortaint d’la minsère,

Avait trop d’glorieus’taè pour cha…

I feut prins d’ma la matinée,

Et no m’countit qué quaind l’ tchuraè

Li portit l’Bouon Dieu l’erlevaèe,

Sav’ous byin qui qu’i creut qu’ch’était ? :

L’huissi et sen crious

Gueulaint coum’ deux pitous :

« ALLOUNS, LES BOUONNES GEINS, SEN POUOR MALHEUREUX

    MIOT D’RESTAINT D’FAIT, POUR TROUÉS CHEINTS

    FRAINCS, LE VOUL’OUS ? »

Quaind ch’est le Bouon Dieu qui vous teue,

Ch’est aco d’quei byin naturé,

Mes pouor’s bouonn’s geins ch’est byin âot’sei,

QIlaind ch’est la peinsaèe d’eun’ vendeue,

D’SA vendeue !

Louis Beuve

Œuvres choisies

Imprimerie Jacqueline, 1950

LA VENDUE 

(La vente par saisie).

Traduction de Léon Gosset.

 

Aujourd’hui que les propriétaires sur leurs terres

Ont bien de la peine à s’en sortir,

Des pauvres fermiers, combien il y en a

Qui ne peuvent pas seulement durer :

Ainsi, maître Guste, de la Chesnaye,

A force de toujours être en retard,

Un jour son bonhomme rabat-joie

L’a fait saisir  à la Saint-Michel. 

L’huissier et son crieur,

Gueulant comme deux putois,

S’y retrouvèrent un beau jour !

Oui ! et toute la foule qui était venue,

Des gens de jusque vers Chef-du-Pont,

De Carentan et de Sainte-Marie-du-Mont,

Pour assister à la vente :

SA vente !

 

Ils disaient : « Guste louait de beaux herbages  

Dans le Haut-Pays, par Carquebut ;

Et dans les foires, dans tous ses voyages,

Dame, il mangeait plus d’un écu !

Chez lui, c’était un vrai gaspillage :

Deux fois par semaine la soupe au bœuf ;

Et des dîners ! de la viande rôtie !

Ce qui l’a perdu, c’est son bon cœur ! »

 

L’huissier et son crieur

Gueulèrent comme deux putois :

« ALLONS, LES BONNES GENS,  ALLONS, Y ETES-VOUS ? »

Mais, chez lui, se cachant à leur vue,

Maître Guste dans sa grande chambre  en haut,

Tapi derrière ses beaux rideaux,

Pleurait en voyant la vente :

SA vente !

 

Dans la cour pleine de purin et de varech,

Grâce au bon gros cidre que versait

Le grand valet qui faisait le service,

Tout le petit bétail, dame, ça flambait !

Ça fit tout un sacré commerce :

Jean qui était saoul, à ce que l’on me conta,

Acheta un bélier pour une gerse (jeune agnelle)

Et la paya encore bien cher !

L’huissier et son crieur

Gueulèrent comme deux putois :

« Allons, Jean, lève-lui encore la queue! »

Mais chez lui, se cachant à leur vue,

Maître Guste, dans sa chambre, en haut,

Tapi derrière ses beaux rideaux

Pleurait en voyant la vente,

SA vente!

 

Le grand alezan qui sur la carriole,

Dressait la tête et levait les pieds,

On ne le vendit que trente-cinq pistoles ;

Autant ma foi, le donner pour rien !

Puis, ce fut le tour de la pouliche noire,

Qui avait valu, – comme je vous le dis –

Plus de huit cents francs derrière la mère :

Une des plus belles races du pays !

L’huissier et son crieur

Gueulèrent comme deux putois :

«  Allons les bonnes gens pour soixante pistoles,

la voulez-vous ? »

Pleurant sa fierté rabattue,

Maître Guste, dans sa grande chambre, en haut,

Caché derrière ses beaux rideaux,

Enrageait en voyant la vente,

Sa vente !

 

Après l’âne et la grande truie,

Les cochons jusqu’au dernier vêtu (de soie),

On s’en alla sous la charreterie

Où on vendit le vieux tape-cul,

C’était une ancienne belle voiture

Et quand Maître Guste sortait avec,

Rien qu’au trot de sa bidette d’allure

De plus d’une lieue loin on le connaissait ! 

L’huissier et son crieur

Gueulèrent comme deux putois :

Allons, les bonnes gens, pour quinze francs

et quinze sous, la voulez-vous ?

… Ce n’était plus le temps où dans les rues,

A Périers, comme un fou, il allait…

A cette heure, comme un enfant, il pleurait,

Pleurait en voyant la vente,

Sa vente !

 

Puis, la « braindie » qui était haut pleine,

Le taureau qu’on amène les yeux bandés.

Le gros bœuf moucheté qui, sur une traîne,

Tout seul pouvait tirer un tonneau !

Ça se vendait plus mal que dans les foires !

Et comme il fallait bien de l’argent.

On se jeta sur les belles armoires

Et tout le mobilier qui était dedans.

L’huissier et son crieur

Gueulèrent comme deux putois :

« Allons, les bonnes gens, la grande armoire si bien sculptée,

Les belles chemises, les beaux draps qui ne sont pas de toile d’achat,

Les beaux doubliers (nappes), les voulez-vous ? »

La femme de Guste, toute éperdue,

Dans un coin de sa grande chambre, en haut,

(Sa belle chambre qui n’avait plus ses rideaux ! )

Pleurait en voyant la vente,

Sa vente !

 

La bonne Vierge au pied du Calvaire

N’a peut-être pas vu quelque chose d’aussi triste

Que cette pauvre femme, que cette pauvre mère

Quand elle vit tout son bien … vendu !

Elle s’évanouit, cette pauvre Marie,

Quand un homme un peu éméché,

Dans la chambre enleva d’une brassée

L’ancien berceau de bois de son enfant défunt.

L’huissier et son crieur

Gueulèrent comme deux putois :

« Allons, vous autres, la jeunesse bonne à marier,

pour un franc et trois sous, le voulez-vous ? »

Mais Maître Guste, la raison perdue,

Descendit, poussant des sacrements,

Car il voulait massacrer tous les gens

Qui mettaient dessus à la vente,

Sa vente !

 

Lui qui, devant les Messieurs de la Remonte,

Autrefois, comme un coq se dressait,

Un matin, il crut mourir de honte

En emportant son reste de bien.

Et, le long de ses champs, tous les vieux hêtres

Trouvèrent cela bien étonnant

De voir partir Guste dont les ancêtres

Moururent là depuis trois cents ans !

De l’huissier et de son crieur,

Gueulant comme deux putois,

Ah non, le pauvre homme n’avait plus peur !

Mais en quittant sa belle avenue,

On aurait dit son enterrement

Tant il s’en allait tristement,

Pensant encore à la vente,

Sa vente !

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Livres en normand

14. Dialogue en normand filmé par le Club Vidéo de Tourlaville (Nord-Cotentin) à propos d’un livre bilingue : Dauns ma leunette à mireus, d’aveu Guy, Allain, Joel.

L’Atelier VIDÉO est une des activités proposées par:

le Club de Loisirs de TOURLAVILLE.

La page « Le parler normand » est mise en ligne sur notre site.  http://www.clt-video.org/

http://www.clt-video.org/52+le-parler-normand.html

Dans cet entretien, en » parler normand  » l’auteur Guy Pichon nous parle de son livre et des motivations qui l’ont animé :

« Dauns ma leunette à mireus » 35 chroniques vues « Par le petit bout de ma lorgnette ». Préface d’Alain Bavay (ci-dessous en français et en normand) + photos.

Pierre Lechanu et Jacques Jean ont filmé cette causette entre amis.

Guy Pichon a chouési coumme avernoum Guy du Hammé de Hâot (ichin photo tcheu L's Amins du Doujoun à Bricbé).

Guy Pichon a chouési coumme avernoum Guy du Hammé de Hâot (ichin photo tcheu L’s Amins du Doujoun à Bricbé).

couv Guy 001

« Un ouvrage magnifiquement réalisé entre la plume et la palette » (Marie-Paule Poignet, La Presse de la Manche, 27 3 2012).

70 pages couleur, format 17,7 x 25,3 cm, 252 pages, 24,50 € + port : 8,50 €.

Chèque à Magène Jean-Claude Léger 5 Allée Blanche Lande 50260 BARNEVILLE-CARTERET

Oû Hammé oû Tchuraé (Hammeau au curé), allaez à hue-o (= à dreite si vo-z-êtes à j'va) en venaunt des Puus (Les Pieux) sus Quettetot...

Oû Hammé oû Tchuraé (Hammeau au curé), allaez à hue-o (= à dreite si vo-z-êtes à j’va) en venaunt des Puus (Les Pieux) sus Quettetot…

Hallaez à dia (à gaèche) ichin...

Hallaez à dia (à gaèche) ichin…

DSC07981

Hammé de Hâot

1. Notre voisine / Noute veisène

1. Notre voisine / Noute veisène

Alain Bavay, amin de Guy, a genci ches mots-chin oû quemenchement du live...

En guise de préface,,,

 

Mon cher Guy,

 

Préfacer ton livre est un honneur, mais, face à la page blanche, je vois combien il est plus facile de critiquer quelqu’un que d’en dire du bien.

Ton ouvrage est bien tel que je l’attendais. Même si je n’ai pas tes dons pour « l’interview-express » qui te permet, en quelques minutes, de savoir l’essentiel sur ton interlocuteur, il ne m’a fallu trente-huit ans d’amitié réciproque pour, je crois, bien te connaître.

Comme disent les vieux Normands, « je soumes d’eune âge » et je sais ta famille, tes origines, tes goûts,  tes idées et tes engagements et tout le temps qu’ a duré notre cohabitation, au Collège de Bricquebec, nous avons été pratiquement toujours d’accord sur l’essentiel.

La plupart des textes qui composent ce recueil, tu me les as dits avant de les coucher sur le papier. Je sais que, pour toi, le bon vieux temps ne fut pas si bon que cela ; je connais ton attachement à ta famille, ta sympathie pour les petites gens de ton village, ton goût pour la campagne et pour ton jardin. Je t’ai entendu pester contre les destructeurs de la nature et du patrimoine et certaines nouveautés stupides et tu n’as jamais craint de dire tout haut ce que tu as sur le cœur.

C’est donc tout cela que tu nous invites à retrouver dans ton livre si joliment illustré par ta tendre épouse : pas de poésies, pas d’histoires de fin de banquet, mais la vérité d’un homme dans sa vie,

Installé dans ta « librairie » du « Hammé d’Hâot » ou en voyage, tu jettes un regard lucide sur le passé, le monde actuel et les gens d’ici ou d’ailleurs. Il y a donc un peu de Montaigne dans ta démarche (je sais que ça va te faire rire), mais un Montaigne qui s’exprimerait en parfait normand, chose d’autant plus remarquable que tu n’es pas « né natif » de l’Isle de Cotentin mais originaire de Tirepied, dans le grand sud. Pourtant, comme aurait pu dire le grand Côtis-Capel : « Dauns le loceis de tcheu nous tu n’es brin à l’étreit »,

 

Naturellement, le grand lecteur que tu es connaît cet « avertissement au lecteur » placé au début des « Essais » :

« C’est un livre de bonne foi, lecteur ; il t’avertit dès l’entrée que je ne m’y suis proposé aucune fin que domestique et privée. Je n’y ai nulle considération de ton service ni de ma gloire… »

 

Alors mon cher Guy je pense que tu aurais pu te dispenser de ma préface et la remplacer simplement par cet « Avertissement aux lecteurs » inspiré de ton illustre prédécesseur :

« C’est un livre en toute simplicité, braves gens qui avez l’occasion de me lire ; il vous avertit pour commencer que tout ce que j’ai rassemblé, cela tourne seulement autour de moi. Ce n’est pas fait pour vous plaire et ce n’est point fait pour me vanter… »

 

Alain Bavay

 

A men amin Guy,

Yête le syin qu’écrit oû quemenchement de ten live est, ch’est seu, eun houneu, mais en happaunt la plleume, je veis byin que no-z-est pus à sen à man  quaund no débagoule sus quiqueun qué quaund no veurt en dire du byin.

Ten ouvrage est dreit cha que j’espérais. Mais que je n’ie paé ten adoun pour “épuqui byin vite” les gens et savei en eun ryin de temps le pus gros du syin d’aveu qui que no prêche, j’i paé-z-eu besoin de trente huit annaées de bouon veisinage pour byin te counaîte.

Coume disent les vuus normands : “je soumes d’eune âge” ; je counais ta famile et je sais d’iyou que tu vyins, cha que t’aimes, cha que t’as fait et cha que tu penses et, touot le temps que no-z-a ernaé de par ensemblle coume maîtes d’école oû collège de Bricquebé, no-z-a-z-eu quasiment tréjous les mêmes idaées.

Byin des pages de ten live, tu me les as racountaées devaunt qué de les couochi sus le papyi. Je creis que pour tei, le “bouon vuus temps” fut paé si bouon que cha ; je sais que ta famile, ch’est paé ryin pour tei et que cha t’empose paé de byin aimer les petites gens de ten veisinage, la caumpanne et ten gardin. Je t’ai oui byin des coups étchurfaer counte les syins qui machacrent nos vuus cllos, les syins qui minchent les maisouns de nous graunds et tous les syins qu’inventent quiques nouvelles innochenteries. T’as janmais eu poue, magène, de dire tout hâot cha que t’as sus le quœu.

Ch’est tout chenna que no peut artrouer dauns ten live, d’aveu les si jatiles images de ta fème. Paé de rimailleries, paé d’histouères de fin d’assembllaée, mais la vérité d’eun houme dauns sa vie.

Raumpônaé dauns ta “librairie” du Hammé de Hâot ou byin en viage, tu veis byin à cllai le temps passaé, le mounde d’achteu et les gens d’alentouo de tei ou d’âote part. Tu serais byin eune mannyire de Montaigne (je sais byin que cha va te faire ritounnaer ), mais eun Montaigne qui sérait prêchi noute loceis. Ch’est d’ermerque pour quiqu’eun qu’est paé né-natif du bout de la Maunche mais s’acache de Tirepied, byin louen dauns le Su. Mais coume érait peu le dire le graund Côtis : “dauns le loceis de tcheu nous, tu n’es brin à l’étreit”.

Coume de fait, tei qu’as luusu byin des lives, tu counais “l’avertissement au lecteur” genci oû quemenchement des “Essais” :

“Ch’est eun live touot bounement, liseus ; i t’avertit dès l’hus qué je m’y sis dementaé d’ âoqueun but mais que pour dé mei. Je veurs paé te faire des croupettes et ch’est brin pouor ma gloriole inetou”.

Ainchin, chir amin Guy, je creis que t’érais peu liement mette, à la pllèche de cha que je vyins de couochi sus le papyi, ch’té mannyire d’ “Avertissement és liseus” :

       “Ch’et eun live de fiâotaé, bounes gens qu’êtent dauns le cas de me luure ; i vos avertit pour quemenchi que touot cha que j’i teurqui, cha ratoupène ryin qu’alentouo de mei. Ch’est brin fait pour vos cadelaer et ch’est brin fait pour craqui.”       

 

Alain Bavay

DSC07852

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Livres en normand, Vidéos

13. Les Puus empaturaé / Les Pieux encerclé par une rocade ? par Thiédor dé la forgette (Théo Capelle)

V’chin le prémyi texte en normaund de Théo Capelle, qui demeure és Puus, route de la Forgette…

Les Puus empaturaé / Les Pieux encerclé par une rocade ?

    Hyir oû sei ch’tait l’assembllaée de la Commeunâotaé de commeunes pouor prêchi de la councertation qu’a étaé faite sus le contouornément des Puus (Les Pieux) qui devrait souolagi la circulation dauns le bouorg, qu’est paraît-i trop counséquente à d’auqueunes heures de la journaée…

   Mei je creis que les gens qui passent dans le bourg, ch’est qu’ils ount d’quei-z-y faire, rapport qu’i ya d’aôtes routes qué no peut prenre sauns passaer par ichin !

Les Puus eune p'tite ville byin traunquile de 4 000 bouones gens

Les Puus eune p’tite ville byin traunquile de 4 000 bouones gens

   

… d’aveu sa vuule égllise romane

et ses bouons restaurants coume "El p'tit bouorg" dé m'n amin Yannick : ya paé muus dauns la countraée !

et ses bouons restaurants coume « El p’tit bouorg » dé m’n amin Yannick : ya paé muus dauns la countraée, je vouos le câotioune ! (R. P.)

   Ampraès le rapport du garaunt, qu’a ’toé byin obligi d’arconnaîte qu’seument eune dizanne de gens sount venuns pouor dire qu’il étaient d’accord pouor ch’té fameuse route alors qué yen a-z-eu pus de chent chinquaunte de counte et itou sis chent chinquaunte signures de la pétition qu’étaient brin d’accord, veu qué cha coûote byin trop chi, que cha prend des terres agricoles et que la Roque à Coucou est reide jolie. Byin des gens vount s’y pormenoer et galopoer d’aveu lus quenâles et sorti l’tchyin.

    Dauns chu couen-là, ya déjà-z-eu assae de haies d’arrachies et chu trige-lo a étaé par trop machacraé et défiguraé, et pis si no-z-amende les routes existauntes cha dêvrait suffi.

Ya dijà eune rocade à l'Et des Puus, v'chin le déeusyime round-pouent devers Cart'ret : touot neu !

Ya dijà eune rocade à l’Et des Puus (à l’Est des Pieux), v’chin le déeusyime round-pouent devers Cart’ret : touot neu !

   Eh byin figurous qu’i yen a quiques euns des déleguis qu’ount dit qué cha faisait que chin du chent des gens du caunton pouor ne paé yéte d’accord ! et Laure, qu’a tréjous el mot pouor rire a dit : « pis que ch’est cha, yen a-z-eu qué zéro chinq du chen qu’étaient d’accord !»

Si les gens de l'usène atomique passent pus dauns le bourg, les boutiques vount froumaer !

Si les gens de l’usène atomique passent pus dauns le bourg, les boutiques vount froumaer !

Ya byin des coumerches qu'ount mins l'affiche counte la nouvelle rocade

Ya byin des coumerches qu’ount mins l’affiche counte la nouvelle rocade

 

Eun coumité "le 15 citoyen" informe sus la rocade en projet...

Eun coumité « le 15 citoyen » informe sus la rocade en projet…

  Coume dit un délégui qu’a mannyirement un nom d’égllise mâograé que ses paroles ne seient pas d’évaongile : « ches gens-là qui sé sount déplléchis né représentent qué ieus, alors qué nouos no-z-a étae élus, et justénément ch’est byin à nouos dé qu’maondaer ».    

Es Puus, le Maire socialisse s'aquemode reide byin d'aveu l'usène de Fllémaunville à chin km.

Es Puus, le Maire socialisse s’aquemode reide byin d’aveu l’usène de Fllémaunville à chin km.

   

                                

   Ch’est vrai que no sait byin qué les élus ne fount qué des choses byin ! Mei  j’ai trouveu qu’nos élus étaient byin emmerdaés et qué pyiche avait envie dé trop prêchi avaunt de savei ce qué l’âote allait dire.

  L’aumbiaunche était pûtot chergie, louorde coume eune seiraie du meis d’aôt trop câode et byin orageouse, là que no-z-attend qué cha péte et piis nannin ya byin des p’tits écllais dé temps en temps, eun coup sus Fllémaunville, eun aoute putôt dauns les terres pis cha rarrive és Puus, eun âote paé dreit coume les prémyis et qui nous raméne à la nige dé ch’hivé. Ch’tait pae l’sujet mais, cha ya rafraichi l’aumbiaunche et cha fait du byin eun petit coup de frais coume eun p’tit  vent de la mé.

   El Président ne savait peue byin coument s’y prenre pouor pae aveu l’air dépasseue ; el sécrétaire, li, n’a ryin dit – coume cha i n’a pae dit dé bétises -, les vices-présidents se sount sentus oublligis de dire dé quei, pouor justifyi luû grade, magène. El Maire, yavait qu’a guetti, jé ne sais pae s’il a des tics, mais il en faisait des grimaches ! Il a finin par dounaeu sen avis : « d’ecsaès favorablle » byin seur.

Oû Su du bouorg, les par(c)s à quérettes pou allaer à l'usène sount byin counséquents ! Le goudroun coûote paé chi !

Oû Su du bouorg, les par(c)s à quérettes pou allaer à l’usène sount byin counséquents ! Le goudroun coûote paé chi !

  

DSC07871

  

L's élus aiment muus votaer en catimini à man levaée que d'avaer des gens qui disent lus mot !

L’s élus aiment muus votaer en catimini à man levaée que d’avaer des gens qui disent lus mot !

DSC07914

   Mais yavait tréjous paé d’définition coume tchi faire ?

   Oû bout d’eun moument yen a yeun qui dit qué pendant la période électorale, no pouvait pae faire d’enquête publlique. Mei j’mé sis dit : « no -z-en  verra pae le bout « de la route » avaunt eun bouen moument, en touos cas paé avaunt les élections »…

   Eh byin mei, je troue cha couorageus de la part de gens qui représentent paé qu’ieus-mêmes mais qu’ount éteu élus.

La rouote dé Tchidbou (Cherbourg) et les lènes T.H.T. Qui n'empêchent brin de pus avei d'électricitaé mais qu'i ya de la nige...

La rouote dé Tchidbou (Cherbourg) et les lènes T.H.T. Qui n’empêchent brin de pus avei d’électricitaé mais qu’i ya de la nige…

  

  

Eul nouvé Office du Tourisse : les vuules pyirres du bouorg sount muchies achteu...

Eul nouvé Office du Tourisse : les vuules pyirres du bouorg sount muchies achteu…

  

  

   No n’est pas qu’une pouégnin d’exciteus, coume d’âoqueuns vouraient byin l’faire creire, no-z a byin fait d’apporteue, nous itou, noues informations et noues idaées rapport que no peut constataer que byin des élus n’avaient paé touos des avis, et byin de ceusses qué no-z-a rencontreues tcheu ieus dauns leus mairries n’avaient pas touos les renseignements qué no-z-a peu lus douneu, cha qui mouotre  qué la démocratie va paé si byin qu’cha.

Ch'est par ilo que la rocade Vouêt (Ouest) va minchi l's abres.

Ch’est par ilo que la rocade Vouêt (Ouest) va minchi l’s abres.

   Pouor en finin et pouor en rire eun miot, fâorait trouveue quiqu’eun dans l’cas d’écrire des dialogues, ou putôt des p’tits monologues, et mette tout cha en scène, no pourrait faire eune pyiche de théyâte que no jouerait… oû touot nouvé Centre Culturel. No trouerait byin quiques acteurs dans le cas de ténin le rôle des syins qui prêchent. Je sais paé si no trouerait asseue de figuuraunts, mais pouor el reste, cha dévrait yête coumique !

Thiédor dé la forgette (photos et légendes: R. Pézeri)

Les prononciations de l’auteur n’ont pas été changées : « no-z-a peu lus douneu », un verbe en eu que l’on rencontre en principe dans le Sud de la Normandie, comme la région de Domfront (no-z-en reprêchera).

« Byin des gens vount s’y pormenoer et galopoer » : dans La Hague, le son a l’emporte mais ce n’est pas une règle, le o attribué au Val-de-Saire se fait entendre itou.

Le nouvé Centre culturel : musique, arts du cirque... Ya itou és Puus eune belle école de musique neuve.

Le nouvé Centre culturel : musique, arts du cirque…
Ya itou és Puus eune belle école de musique neuve.

... et pis eune vuule boutique qu'a puus mais biâocoup de pratiques (clients)

… et pis eune vuule épicerie qu’a puus mais biâocoup de pratiques (clients)

DSC07883

Si vo counaissaez d'âotes cafés qu'ount eun noum en normaund, faites-en eune photo, je la mettrai ichin sus ch'té bllo. Rémin Pézeri

Si vo counaissaez d’âotes cafés en Normaundie qu’ount eun noum en normaund, faites-en eune photo, je la mettrai ichin sus ch’té bllo. Rémin Pézeri

... et pis le bar "T'cheu P'tit Louis" qu'a eune nouvelle vérène (vitrine) !

… et pis pouor finin le bar « T’cheu P’tit Louis » qu’a eune nouvelle vérène (vitrine) !

Les Puus - Istambul "City"

Les Puus – Istambul « City »

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Ecologie

12. Ouest-France : Rémi Pézeril : « Le normand, notre trésor » par Fraunçoués Simon page Normandie mardi 19 juin

Boujou tertous,

Luure ichin l’articlle d’Ouest-France touot récopi sus le trige (le site) de L’Eteile de Normaundie (maj + clic gauche), ch’est en grosses lettes !

http://normandie.canalblog.com/archives/2013/06/15/27434635.html

Et pis coume cha ch’est le moument d’allaer veî sus chu bllo, ya byin de quei luure sus la Normaundie !

Merci és amins de l’Etoile de Normandie !

Fraunçoués Simon ‘tait venun me halaer le portrait ya quique temps, dreit devaunt la Faête és Normaunds de Quédou / Quettehou et pis du couop il est arvenun le venrédi oû sei, et i feut seurgoulaé d’entenre Mari Jones, professeuse de normaund à Cambridge ! ! (Veî cha qu’ol avait dit sus men bllo).

Mardi 18 dé juin, les déeus articlles de Fraunçoués ‘taient doun dauns le jouorna « Voué de la Fraunce », cha fait des dizaines de millyis de liseus… et p’tête co pus si ya déeuse-treis bouones gens à luure chaqueune des gazettes…  Ya byin 100 000 gazettes vendeues en Normaundie de ch’té quotidian (?).

Bouon le gâs Fraunçoués (no dirait Chinot par tcheu nouos) counaît paé byin la graphie d’achteu mais ch’est coume cha : mais qu’i yéra des cours à l’école, cha s’amendera ! « J’y tyins ! » (yin : no peut dire i ou in pus ou mens nasalisi).

Il a genci byin des coumplliments à touos ! A Théo : dé qui que » la voix ressemble à du miel qui coule », à Dannié / Daniel : « Magène a un site internet formidable » et à touos : « Magène édite des disques de grande qualité ».

  Et pis ch’est byin teurqui !

  Une précision à propos de l’île de Man, il faut lire « il y a des gens qui parlent la langue de l’île britannique de Man où il n’y avait plus de locuteurs du tout ». En effet c’est une politique volontariste qui a permis de recréer avec succès cette langue disparue !! Les livres pour enfants ont d’ailleurs inspiré les auteurs des livrets couleur de Jersey. A quand des livres en normand pour les enfants ? Et byin ch’est pouor byintôt ! Seurprinse !

Mais qu’i dit « une revue remarquable », le tite ‘n est La Voix du Donjon byin seur (aboun-ous / abonnez-vous ! 30 € par an + le Hors-série en normaund à 10 €)

François Simon a seu arprende nous idaées les pus incriyablles pou les syins qu’ount si taunt de fâossetaés dauns la heune !

   Et pis quaund que ch’est dit par Mari Jones, ch’est co pus incisif que par nouos âotes ! Cha va nous digui (aiguillonner). Coume me l’écrit Emmanuel Mauger :

 » Celui de la prof de Cambridge est particulièrement intéressant (non pas que le tien ne le soit pas), cela ouvre des horizons… « 

Prêchi, luure, écrire en normaund : ch’est possiblle !

Les déeus articlles à Fraunçoués Simon. O-F p. Normandie,18 dé juin dé 2013

Les déeus articlles à Fraunçoués Simon. O-F p. Normandie,18 dé juin dé 2013

   Le dictionnaire « Trésor de la langue normande » (français-normand et normand-français) des Editions Eurocibles est sorti ! Le bébé se porte bien : 1390 p., 1,690 kg, épaisseur 6,4 cm ! 36 000 mots dans la partie normand vers français… 29 000 côté français vers normand : il en manque byin seu, mais c’est bien le premier véritable dictionnaire double écrit par deux équipes différentes et complémentaires, une vingtaine de personnes de qualité !
En vente dans les librairies

ou au local des Amis du Donjon à Bricquebec avec 5 % de remise (soit 37 € au lieu de 39 €) (toujours ouvert jour du marché le lundi vers midi)


ou me contacter par mail : <remi@npng.org>


ou directement aux Editions Eurocibles 1 centre du Clos l’Evêque – 50570 MARIGNY
Courriel : contact@interservices-eurocibles.fr
Site : www.normandiffusion.com

R. P.

1 commentaire

Classé dans Dictionnaire Trésor de la Langue normande

11. Champagne (normand) ! Le dictionnaire français-normand et normand-français est sorti, Editions Eurocibles.

Terminé par les deux équipes de rédacteurs depuis plus de deux ans, après modifications de présentation, ce Trésor de la Langue normande (T.L.N.) est enfin imprimé et mis en vente dans les librairies. Déjà la télévision régionale avait présenté les auteurs au travail en mai 2007. C’est en effet une œuvre de longue haleine puisqu’elle s’appuie au départ sur les enquêtes orales d’Hippolyte Gancel et les fiches de Marcel Dalarun…

Maurice Fichet présente la partie normand-français, 30 000 mots qui ne sont pas une compilation de dictionnaires !

et le rédacteur de ce blog qui a eu l’honneur d’écrire la présentation qui introduit les dictionnaires vous en propose un extrait ici : mais pourquoi donc s’atteler à un dictionnaire français-normand ? Ne serait-ce pas une mission impossible ?

Couverture

    Un Trésor ? Oui, une richesse de notre patrimoine qui s’effrite de jour en jour avec la disparition progressive de ses locuteurs… Mais rien ne sert de se lamenter. Un « Trésor », c’est aussi le sens « d’une collection », « une réunion de choses précieuses amassées pour être conservées, considérées comme une richesse pour les générations futures ». Il y eut un Trésor de la langue française, un Trésor de l’occitan. Voici un « Trésor de la langue normande ». 

   Vous avez entre les mains deux dictionnaires : bien sûr, un dictionnaire normand-français qui vous étonnera par son ampleur. Mais jamais jusqu’à présent ne fut tentée l’expérience de publier un dictionnaire français-normand. Cela mérite une explication…

   Le Tome I est le Dictionnaire français-normand : ce premier tome part des mots français pour rechercher les mots normands de même sens ou de sens voisin. Il s’agit presque d’un dictionnaire analogique. C’est une formule très originale imaginée par leurs auteurs pour faciliter l’entrée dans ce « Trésor de la langue normande ». À un mot français correspond souvent une dizaine de mots normands voisins classés par ordre alphabétique. Le sens de chaque mot normand est alors précisé en français car il n’existe pas obligatoirement un mot spécifique français pour le traduire !

   II. Le second tome, normand-français, est plus classique dans sa forme. Combien de mots normands ? Plus de vingt-sept mille, traduits en français et expliqués… Et, lorsque c’est utile, de nombreux exemples pour éclairer la signification et l’usage de ces mots.

Présentation par Maurice Fichet de la méthode utilisée pour la réalisation du dictionnaire normand-français :

DSC06537

Voilà mon expérience de rédacteur « partiel ». Nos sources d’information sont les suivantes :

1°/ Notre base a été le travail de Marcel Dalarun commencé depuis longtemps.

2°/ Nous avons pris des références dans des dictionnaires déjà existants mais Bourdon, notre base essentielle, plus Fleury, plus Moisy ne font pas 30 000 mots à eux trois d’autant plus que nous avons retrouvé souvent les mêmes mots dans les trois dictionnaires.

3°/ Pour des centaines voire des milliers de mots trouvés dans ces dictionnaires, nous avons proposé des sens différents inconnus de ces trois auteurs.

4°/ Personnellement, j’ai relu Guéroult, Smilly, Lepeley (l’abbé, pas l’autre), Birette, Rossel, Enault, Noël, Mouchel et quelques autres, madame Mauduit et madame Letourneur ont relu d’autres auteurs, à nous trois, nous avons lu à peu près tout ce qui s’est écrit en normand et nous avons trouvé des milliers de mots qui ne sont répertoriés dans aucun dictionnaire.

5°/ Notre ouvrage est truffé de citations d’auteur, ce qui prouve que ces mots ont été utilisés.

6°/ Nous avons utilisé les mots dans des phrases qui permettent d’en comprendre les différents sens.

7°/ Nos mémoires ! Combien de mots et d’expressions (des centaines et peut-être des milliers) avons nous mises dans le dictionnaire, mots et expressions qu’on a trouvées nulle part, ni dans la littérature ni dans les dictionnaires. Exemple à propos du travail de la terre : Alphonse Poulain et Gogibu sont des spécialistes. Je pourrais aussi citer les mots et expressions de ma grand-mère et de mon arrière grand-mère (elle aurait presque 150 ans). Je n’ai pas lu le dico d’Eric Marie mais je suis persuadé qu’il n’a pas tout mis du vocabulaire du Cotentin dans son dictionnaire. Je suis né dans le Val-de-Saire et il n’est pas venu me voir pour collectionner ses mots.

DSC06543

   Des citations d’auteurs de toute la Normandie parsèment les deux dictionnaires sans tomber dans une profusion qui alourdirait l’ouvrage et sans prétendre à un quelconque équilibre entre eux ni exhaustivité. L’orthographe des auteurs a été souvent conservée, elle est riche d’enseignements sur leur prononciation, même si ce n’est plus la graphie en usage actuellement. 

   À chaque lecteur de s’approprier les mots et expressions qui lui plaisent, voire de compléter par lui-même et de nous informer de ses connaissances pour une édition future, ou une mise en ligne sur le site Internet « http://www.magene.com ».

   Cet ouvrage a pour but de vous aider à parler normand avec un vocabulaire étendu et de faciliter la lecture des ouvrages de ceux et celles qui ont écrit ou qui écrivent actuellement en normand (écrivain-e-s de qualité et plus nombreux que ce que l’on croit souvent). Naturellement, si vous y trouviez une incitation à prendre la plleume et à écrire vous-mêmes en normand, prose ou vers, le but de notre effort de collecte et de rédaction sera atteint !

   La plupart des auteurs de ce Trésor de la langue normande ont le normand comme langue maternelle. Leur connaissance et leur pratique est la base de ces dictionnaires, alliées à la collecte orale. La plupart des mots sont toujours connus aujourd’hui, même si c’est par un nombre de gens qui se restreint comme peau de chagrin.

IMGP5842

Guy Pichon, rédacteur du dict. français-normand, a été prof d’anglais et de normand au Collège de Bricquebec, auteur de 35 chroniques en normand sous le nom de Guy du Hammé de Hâot, éditées par l’association Magène. Photo Michel Le Bas, 25 mai à Quédou / Quettehou.

   De nombreuses personnes ont été consultées que nous remercions vivement. Et les centaines de fiches manuscrites de collectage rassemblées par Marcel Dalarun et Hippolyte Gancel au cours des années constituent l’une des bases de ces dictionnaires : à elles seules, elles représentent des trésors de mots portés à votre connaissance.

   Cependant il faut aussi rendre hommage à tous les érudits qui ont noté (surtout à la fin du dix-neuvième siècle) dans de très nombreux glossaires et dictionnaires un nombre incroyable de mots et d’expressions entendus lors des siècles passés. Mais seulement une faible partie du vocabulaire contenu dans ces deux dictionnaires en a été extraite (en particulier concernant l’Est de la Normandie, faute du temps nécessaire à la vérification de leur usage aujourd’hui). Il est parfois possible de consulter ces dictionnaires du XIXe siècle sus la teile Internet, mis en ligne par des universitaires… québécois.

   Peut-on « sauver » tous les mots ? Leur redonner vie ?

   Probablement non, étant donné qu’il n’existe en France aucune politique volontariste pour le faire, que ce soit de la part de l’État français ou de l’initiative des Institutions régionales : interdiction dans les écoles et collèges des cours de langue régionale, presque rien dans les médias, très peu de financements publics, Etc. Ignorance générale de l’existence de cette langue, encore traitée de « patois » parfois par des universitaires qui devraient la défendre.

   Même à Jersey et Guernesey où les élus financent les initiatives d’enseignement du normand reconnu comme une langue à part entière, l’avenir et la pérennité de la culture première de ces îles est compromis.

   Soyons réalistes, il faut si possible dépasser l’isolement dans son petit pays pour que survive une langue d’aujourd’hui à travers cette immense région de la Normandie. L’urgence fait qu’il n’est pas interdit de notre point de vue d’utiliser un mot oublié ou inconnu dans son village et qui serait vivant ailleurs… Le risque dénoncé par certaines bonnes âmes d’en arriver à une « langue moyenne » un peu uniforme est moins grand que celui de l’oubli définitif dans la poussière des bibliothèques et des cimetières…

IMGP5845

Jean-Claude Léger, rédacteur du dict. français-normand. Poèmes et récits à paraître aux Editions Magène. Ph. Michel Le Bas.

   Notre préoccupation n’a pas été de situer les lieux où ces mots sont utilisés, même si cela a été quelquefois précisé. Ce travail fastidieux aurait été présomptueux : il existe un Atlas linguistique de la Normandie et différents travaux de spécialistes sur ce sujet.

   Bien sûr certains mots disparaissent car les techniques qui leur sont liées ne sont plus guère pratiquées. Nous avons tenu cependant à inclure des domaines qui font encore la réputation et la culture de la Normandie : le vocabulaire du cheval, de la pomme et du cidre, de la pêche et des coquillages ou crustacés, Etc.

   Mais la surprise vient de la précision et du nombre de mots normands correspondant parfois à un vocabulaire français très restreint. Pas seulement sur le thème des divers types de pluies qui arrosent la région ! Il suffit de feuilleter ces deux dictionnaires pour s’en rendre compte. Jusqu’à quarante-huit mots normands parfois pour un seul en français !

   Pour décrire par exemple le caractère des gens (des femmes ou des hommes !), les adjectifs ne manquent pas. Souvent péjoratifs ! Mais l’humour tempère la violence de ces mots, et aujourd’hui, c’est avec amusement que nous pouvons les lire ou les utiliser…

A g., Joel Hallet, rédacteur du dict. français-normand, auteur d'histoires en normand. Ph. Michel Le Bas.

A g., Joel Hallet, rédacteur du dict. français-normand, auteur d’histoires en normand. Ph. Michel Le Bas. (Théo lui règle son micro à Quédou le 25 mai).

Alain Bavay, rédacteur du dict. français-normand, latiniste et historien.

Alain Bavay, rédacteur du dict. français-normand, latiniste et historien.

   Car si le travail des deux équipes d’auteurs (hommes et femmes) fut considérable pendant sept années de recherches et de dialogue, il fut aussi placé sous le signe de la bonne humeur : rencontres très agréables et passionnantes autour d’un feu de bois, d’une brioche et d’eune moque de bouon beire…

Marie-Charlotte Letourneur, rédactrice du dict. normand-français. Membre de l'UPNCoutançais. Rose-Marie Mauduit a également fait un travail de bénédictin ! Et d'autres cités dans le T.L.N.

Marie-Charlotte Letourneur, rédactrice du dict. normand-français. Membre de l’UPNCoutançais. Rose-Marie Mauduit a également fait un travail de bénédictin ! Et d’autres cités dans le T.L.N.

DSC06891

Le dictionnaire est en vente dans les bonnes librairies ! (39,50 €)

… ainsi qu’au local des Amis du Donjon à Bricbé / Bricquebec.

Rémi Pézeril

(sauf mention contraire, les photos dans ce blog sont celles du rédacteur du blog…)

4 Commentaires

Classé dans Dictionnaire Trésor de la Langue normande, Faête és Normaunds