Archives de Catégorie: Saisons

60. Carteret. Goélette du Cotentin La Neire Mâove / Le goéland argenté. Chanson Magène. Pourquoi l’accent sur le a de âo.

Vous avez dit  

« âo » ?

La diphtongue « âo » correspond souvent à ce que l’on écrit « au » en français…

   Il serait plus simple d’écrire en français « o », n’est-il pas ?, ch’paé ?…plutôt que d’hésiter entre « o », « au », « eau », « ô »…

    Cette orthographe française est une survivance momifiée de sons variés et complexes du Moyen Âge. Le son « au » était une diphtongue « a + u (pouvant se prononcer ou) ».

En normand, la diphtongue est conservée : « i fâot » (il faut), mâogré que (bien que), câoffaer (chauffer), …

Nous mettons un accent circonflexe sur le a, (âo), pour marquer que ce son â est allongé, alors que le son o qui suit est plus bref.

neire mâo ve ch 001

   Cependant, les auteurs par le passé écrivaient plus volontiers « aô », et cette habitude est restée pour les journalistes qui écrivent peu en normand et qui croient bien faire avec ce aô. La Presse de la Manche, Ouest-France et Vikland ont tous écrit récemment « La Neire Maôve », nom de la goélette du Cotentin qui reprend du service avec les beaux jours. Et pourtant le nom peint sur la coque est bien « Mâove » ! Mais c’est plus fort que tout et il n’y a pas d’ « Académie normande » pour conseiller ces auteurs de bonne foi…

   D’où cet article de blog, simplement pour relayer et rappeler les décisions prises vers 1980 par les principaux héritiers des réflexions faites par Fernand Lechanteur (décédé en 1961) et souvent écrivains eux-mêmes ayant commencé en écrivant « aô » puis acceptant la modification en « aô ».

    Deux exemples avec les plus grands : Côtis-Capel écrivit en 1980 dans son recueil « Graund câté » (Grand château, nom évocateur d’un rocher des falaises de La Hague) : « Frait qu’t’ part n’y-eut pus d’ neircheu » (p. 68). Dans « Les Côtis » (nom des côteaux qui dominent la mer), – livre édité en 1985 par Isoète à Tchidbou / Cherbourg -, Côtis-Capel écrit toujours âo, par ex. : « Par-dessus le tchyin afouaé / Et que sen maîte veurt mâodire » p. 144.
    De même Aundré Smilly (Hippolyte Gancel) utilise encore « aô » dans le volume I de « Flleurs et plleurs de men villâche » (ex p. 124 : « coup no la portit dauns l’aôberge »), puis « âo » dans le volume II édité en 1986 (ex p. 128 : « En pllèche du câod oû riga, (…) eune freid de fé et de mâotaé, qui sâote li glléchi sen quoeu. » (Au lieu de la chaleur de la toupie, (…) un froid de fer et de malignité, qui saute lui glacer le cœur).

    Doun, merci pouor « La Neire Mâove » ! Ch’est-i byin coumprins ?!

 

Bleuet mauve / âobefein ou bounet-blleu

Bleuet mauve / âobefein ou bounet-blleu

   La Goélette du Cotentin

   Le choix d’un nom normand est une heureuse initiative des promoteurs de cette magnifique goélette, construite à Cart’ret en suivant des plans anciens retrouvés à Guernési / Guernesey. Un bateau fort utile fin XIXe s. pour pêcher le maqueré, et pour les plus grandes (jusqu’à 14 m de longueur) transporter marchandises et gens par ex. de Jèrri / Jersey à Cart’ret…
DSC01056
Deux types sont discernables en fonction de leurs « métiers » et de leur répartition géographique : les petites goélettes (4,50 à 8m) pratiquent la pêche aux casiers et aux lignes, alors que les bateaux plus grands (11 à 14m) sont utilisés pour la pêche aux cordes ou aux filets de dérives, pêchant jusqu’aux côtes de l’Angleterre. Elles sont également utilisées pour le bornage, comme bateau-pilote ou pour le transport de passagers.
    La Goélette du Cotentin est issue d’améliorations des « chasses-marées » utilisés vers 1820 dans toute la Manche Ouest. La carène évolue vers un bateau plus fin, plus rapide et plus manoeuvrant. Vers 1870, elle acquiert un gréement particulier : celui de goélette à bordure libre.
DSC01059
La Neire Mâove a trois mâts : de misaine et de taille-vent portant des voiles auriques à bordure libre surmontés d’une voile de flèche. Un grand foc est armuré sur le beaupré à l’avant, et à l’arrière le tape-cul complète ce gréement.
DSC01055
    La plupart du vocabulaire normand (puis français) des bateaux est hérité des bateaux vikings (quille, babord, vague,…) ainsi que le mot « mâove » qui désigne les mouettes en général. La neire mâove (ou neithe maôve à Jèrri) (« mouette noire ») désigne plus spécialement le goéland argenté. Nous reviendrons sur le vocabulaire scandinave dans un autre article…
   Le bateau, construit à l’initiative de l’association « Vieux Gréements en Côte des Iles », a été redessiné par l’architecte naval de Jersey Alan Buchanan. Le chantier de construction, sur le port de Barneville-Carteret, ouvert au public, commence en 1991.
   La mise à l’eau a lieu le 4 juillet 1992. Les promenades en mer se font à prix raisonnables lorsqu’on loue les services de l’équipage de La Neire Mâove »… C’est un bateau adapté à la haute mer, mais également à l’échouage dans les ports et les havres de la côte normande. Il navigue, au départ de Carteret, sur les côtes du Cotentin, dans les îles anglo-normandes, ainsi qu’en Bretagne ou en Angleterre. Le Neire Mâove peut accueillir 20 passagers en journée, en plus de l’équipage. Avec 8 couchettes simples (dont deux réservées aux enfants), et 2 couchettes doubles, il propose aussi des croisières de plusieurs jours pour 12 passagers.

DSC01049

   Sur Internet, la confusion liée à cet accent ^ ^ est totale :

1) Wikipédia, lahague.com, le site de La Neire Mâove… et celui de Magène reçoivent un bon point, tous en âo.

   Cf. <la Neire Mâove – Chansons normandes du Cotentin> et <Plus d’images pour La Neire Mâove>

• Neire Mâove — Wikipédia
fr.wikipedia.org/wiki/Neire_Mâove‎
Le Neire Mâove est une goélette « du Cotentin », goélette avec un mât de tapecul à livarde, à coque bois, construite en 1991-1992 dans un chantier naval de …

________________________________________
• Images correspondant à La Neire Mâove
________________________________________
• la Neire Mâove – Chansons normandes du Cotentin
chansons.normandes.free.fr/maove.html‎
La Neire Mâove grile ilo liement. D’aveu ses veiles oû couop du vent. Ol est reide fyirte dauns l’s écllipaées. Touos nouos, j’admirouns à la veî. Et la Neire … (Texte bilingue complet en fin de ce billet).

• La Neire Mâove fête ses 20 ans
http://www.lahague.com/?ThemeID=6&CatID=83&SousCatID=326‎
20 août 2012 – La Neire Mâove : la renaissance des goélettes puce Elles avaient disparu et avaient été presque oubliées. Grâce à un concours, organisé par …

DSC01048

2) Mais, sifllets et cardrouns (chardons) pour Ouest-France, portdielette.fr, tourisme-pays-granvillais.com, et d’autres !

• La Neire Mve, goélette du Cotentin. – Association des …
http://www.portdielette.fr/article-la-neire-maove-goelette-du-cotentin-1177416…‎
4 juin 2013 – Neire Mve (« mouette noire », en patois normand) est une représentante de la catégorie des grandes goélettes, inspirée par Lilian (construite …). [Article détaillé et très belles photos].
• La Neire Mve, vieux gréement de Carteret fête ses 20 ans …
http://www.ouest-france.fr/la-neire-maove-vieux-greement-d…
4 août 2012
Dès ce samedi soir 4 août avec l’arrivée de ses copains d’abord, d’autres vieux gréements comme elle, la …

• [PDF]
Naviguez à bord du Neire Mve – Station Nautique Granville
http://www.tourisme-pays-granvillais.com/…/voiliertraditionnel-neiremaove.pd…‎
Naviguez à bord du Neire Mve. Construit en 1992 dans le cadre du concours « Bateaux du patrimoine des côtes de France » à l’occasion des fêtes maritimes …

3) Bien sûr, les noms de site refusent tout accent, domination universelle de l’anglais  ! d’où <neire-maove.com>. Mais il y a ceux qui jouent à Ponce-Pilate en ne mettant pas d’accent du tout ! normandie-tv.com écrit : « les 20 ans du Neire Maove », et Corsaire sur ioutioube : « La Neire Maove (ATACOM) – YouTube »

DSC01033
8 août 2012
Festival de la Mer Anglo Normande pour les 20 ans du Neire Maove au port de Carteret. Par : Normandie TV …
• Neire Maove Goelette du Cotentin Vieux greements en cote …
goelette.chez.com/‎

NEIRE MÂOVE. RETROUVEZ LA GOELETTE DU COTENTIN SUR SON NOUVEAU SITE  » neire-maove.com « 
• Neire-maove.fr – URL metrique
urlmetriques.co/www.neire-maove.fr‎
En France, Neire-maove.fr est classé 3 135 214, avec un nombre de visiteurs mensuels estimé à < 300. Cliquez pour voir d’autres données concernant ce site.

• La Neire Maove (ATACOM) – YouTube
► 4:57► 4:57
http://www.youtube.com/watch?v=0fQw8d47fpA‎
2 mars 2011 – Ajouté par CORSAIRE
Ce film a été réalisé à partir d’archives de 1993 de l’association ATACOM. Post-production et réalisation …

La Neire Mâove Daniel Bourdelès

neire mâo ve ch 001

La Neire Mâove est une magnifique goélette du Cotentin. Elle a été créée en 1992. Carteret est son port d’attache. Elle est la réplique d’un modèle ancien auquel ont été ajoutés de nombreux perfectionnements de navigation et de confort. Des passionnés la font vivre et vous proposent des voyages à son bord. Contactez-les ici :
« http://www.neire-maove.com/bienvenue/bienvenue.html &raquo;. DSC01050

La Neire Mâove

Extrait du CD   « Veillie normaunde », 7 chansons
Paroles, chant & Musique : Daniel Bourdelès
et 12 récits par les gens du Cotentin.
La Neire Mâove grile ilo liement
D’aveu ses veiles oû couop du vent.
Ol est reide fyirte dauns l’s écllipaées
Touos nouos, j’admirouns à la veî.

 

Et la Neire Mâove
Ol a prins s’n évo
Dauns la flleu de brôe
Qui nous balie les joes

 

Promais que le vent seit byin allaunt,
Cha cllaque du tape-tchu oû tâle-vent.
Sitôt que no passe le naez de Carteret,
Jèrri daunche oû bouot du biâopraé.

 

Ch’est pus le temps que les saisounyis
S’ n allaient en bistchène à Jèrri
Pouor défoui les caumps de pouneterres ?
Reide ernaés, ma de mé, qui minsère !

 

Le graund métyi, cha remounte à louen.
Sus le pont qui relise, ya pus de cllos-pouengs,
Ya pus mais de cllaés à maraundaer,
Ryin que des horsins qui vyinnent rêvaer.

DSC01052

 

Emposaez doun le vent d’écapaer!
Que ses teiles seient tréjous byin croulevaées!
Bllaunches coume les âles des mâoves, et neires
Coume les revénaunts des vuules histouères.

DSC01060

Traduction normand / français :
La Neire Mâove glisse là-bas, majestueusement,
Avec ses voiles gonflées de vent.
Elle est très fière dans les embruns.
Nous tous, on la regarde avec admiration.

 

Refrain :
Et la Neire Mâove,
Elle prend son envol
Dans la fleur d’écume
Qui nous mouille les joues

 

'12 € port inclus chèque par courrier à Jean-Claude Léger 5 Allée de Blanche Lande 50270 Barneville-Carteret)

(12 € port inclus chèque par courrier à Jean-Claude Léger 5 Allée de Blanche Lande 50270 Barneville-Carteret)

 

 

Quand le vent est bon,
Ca claque du tape-cul au taille-vent*.
Dès que l’on franchit le nez de Carterêt,
Jersey danse au bout du beaupré.

 

Il est révolu le temps où les saisonniers
Partaient en bisquine à Jersey
Pour y arracher les pommes de terre.
Mal de reins, mal de mer, quelle misère !

 

Le grand métier, ça remonte à loin.
Sur le pont qui brille, il n’y a plus de tourteaux,
Il n’y a plus de casiers à mettre à l’eau,
Rien que des promeneurs qui viennent rêver.

 

Empêchez donc le vent de s’échapper,
Que ses toiles soient toujours bien jouflues,
Blanches comme les ailes des mouettes, et noires
Comme les revenants des vieilles histoires.

* tape-cul : mât arrière, taille-vent : mât avant

Quelques exemplaires du CD Veillie normaunde sont encore disponibles dans la boutique du site magene.com
Très belle chanson que l’on peut écouter en partie sur le site. Paroles & Musique : Daniel Bourdelès !

DSC01031

 
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Cotentin, Ecologie, Guernesey, Jersey, Livres en normand, mer, pêche, Revues normandes, Saisons, Vocabulaire

59. Carteret. Le graund corbin / Le grand corbeau. Photos, poème. En lâonaunt… Revue Vikland. Concerts Magène.

Vikland n° 9.

Jean de la Py-Ouitte

   Je vous recommande le dernier Vikland d’avril-mai-juin 2014 n° 9 centré sur Cart’ret avec un article sur les 3 Cd récents produits par Magène (R’vans, Angelina et Je syis magnifique !)
et un autre de Jean-Claude Léger « Le grand corbeau du Cap de Carteret », très belles photos et poème en normand « Les corbins de la falaise ».

Ci-joint 2 pages sur les 4 du grand corbeau… Les poèmes et récits de Jean-Claude « Jean de la Py-Ouitte » seront tous édités bientôt par Magène.

Carteret Vikland 001

 

Jeannine Bavay Asso Les Amis du Donjon revue La Voix du donjon         La majeure partie des articles d’histoire sur la Vieille Eglise de Carteret, le havre de Carteret (de la préhistoire au port, phare, canot de sauvetage et à l’histoire balnéaire), les manoirs, églises de La Haye d’Ectot et Saint-Pierre d’Arthéglise (où demeure le célèbre Stéphane Marie de « Silence ça pousse » !) sont écrits par Jeannine Bavay (vice-présidente des Amis du Donjon) et par Jean Barros, le tout accompagné de photos de grande qualité…

11 € en kiosque. Ajouter 4 € par la poste :

Editions Heimdal BP 61350
14406 BAYEUX Cedex
Saviez-vous que dans Arthéglise, nous trouvons le nom d’homme scandinave Arnketill, « le chaudron sacré de l’aigle »… ?

 

 

Vikland grand corbeau du Cap de C. J-Claude 001

Vikland Carteret J-Claude Corbin en normand 2è p 001

Les corbins de la falaise

Sus la falaise et, dé depis la nyit des temps
Oû quœu de l’hivé se racache1 eun couplle corbin2.
Sus la falaise il ount trachi sus sen repllat
Eune vire abriaée pouor faire lus nin.
Sus la falaise la fumelle a couaé l’s œus
Et à retouo de temps, no viyait mais qu’le mâle corbin.
Sus la falaise byin j’i trachi à veî
Et du péret3, dauns l’Petit Pits j’ trouvis lus nin.
Sus la falaise graunds ouverts chins bés
Quémaundaient d’la mâquale à lus mère corbin.
Sus la falaise je les veus sauns m’esposaer
És moueries4 d’gens lâonaunt5 paé louen du nin.
Sus la falaise quasiment à touos mes viages
Tréjous, j’étais suusu pa le mâle corbin.
Sus la falaise eune chentanne de portraits j’halis6
Des touos petiots et de lus gens hors du nin.
Sus la falaise cha feut syis semannes pus tard
Byin emplleumaés, l’évo des jannes corbins.
Sus la falaise, dauns le jouo d’annyi no veit en vol
Touote la famile, et, tréjous veude est le nin.
Sus la falaise jusqu’à l’étaé finin
No pouorra suure les calitchumbelets7 des corbins.
Sus la falaise de l’arryire8 à mitan févri
No-z-espérera9 le couplle qui fera eun nouvé nin.
Sus la falaise, magène no-z-a de l’adoun10 :
À Cart’ret …, no peut yête firs, de nous corbins.

Jeaun de la Py-Ouitte. Mai 2006

racache1 : reviens ; corbin2 : grand corbeau ; péret3 : bord de mer ; moueries4 : nombreux ; lâonaunt5 : se promenant ; j’halis6 : je tirais ; calitchumbelets7 : vrilles ; arryire8 : automne ; espérera9 : attendra ; adoun10 : chance.

DSC00093

Les corbins1 sus la falaise

   Dauns le jouo d’annyi je sais paé cha qui m’a démentaé2 d’avei de l’inté3 pouo chu volatile qui niche dauns noute falaise de Cart’ret, dé depis byin des auns pis qu’il était déjà lò du temps de Charles Frémène [Cf. Promenades et rencontres, diffusé par Les Amis du Donjon, 15 € + port 5  €].
Cha deit dataer du jouo, où lâonaunt4 sus l’airie du phare, j’avisis une pauncarte du Groupe Ornitologique Normand (G.O.N.) yoù qu’était merquie la présence du graund corbin. D’où vyint que le corbin de la falaise m’attire ? J’aime la nature et les ouésiâos. Pouor cha qu’ en est de ch’té lague5, cha deit yête rapport qu’i reste touote l’annaée dauns noute trige.
   En ch’té fin d’hivé j’i fait byin des viages à trachi le nind du couplle sus le quemin des douènes ! Savei coumbyin qu’i yavait de naitaées m’entrinait6 ! À fène forche7 de vas-tu-vyins-tu8 et d’yête à l’écoute9 je feus bénin où delà de cha que j’espérais !
   Eun seir, où pyid des roques, à quiques mètes, j’avisis eune taque neire dauns la mé ; ch’tait eun phoque portaé pa le pllen de la marée mountaunte ; eun phoque gris se racachaunt des travers des Ecréhou à cha que no m’a dit par pus tard ! Je l’avisis guère pus d’eune demin-mineute, et coume j’avais men apparel photo j’eus dreit10 le temps de li halaer11 le pourtrait. Quil adoun12 mes amins !

    Pouor en revenin és corbins, les prémyires feis qué je lâonais sus la sente, le mâle (le pus gros du couplle), touot en croachaunt, touornait et ratouornait13 oû-dessus de mei oû fut et à mesu que j’appréchais du nind. Il était brin d’himeu de rire inté14 le sterne arctique de la baie de la Madelanne oû Spitzberg qui me print men capé sus le caquevet15 mais que16 je feus à quiques pas de sen nind, ya de cha praès de vingt auns !
   

   Le corbin fut pus acquemodaunt ! I m’a ryin prins, i m’a dounaé que du bouon-âot17 et de biâos pourtraits. J’allis les veî byin des matins et byin des seirs en chu meis d’avri, tréjous joraé18 des mêmes hardes19 pouor paé les détourbaer20. Oû bout d’eune semanne no-z-érait dit que le couplle m’attendait car sitôt la pâse de la segounde teurque21 du quemin, j’étais tréjous suusu de praès et cha durit touot le temps que je tierrais des bûnettes22 en sa coumpagnin ! J’ appréchis le nind à quiques mètes, je prins les chins petiots corbins en photo et fait de reide biâos cllichaés du mâle qui, oû fi du temps, était de mens en mens menachaunt. Eun jouo je pouvis réstaer péqui23 quiques loungues mineutes à treis pas de li sauns qu’i croache et je pouvis le photographiaer à pis pus ; j’étais à couop seur devenin sen amin !…
   Ampraès avei viagi eune dyisanne de jouors en Amérique Centra yoù que j’i veu à crase24 des baêtes et des ouésiâos incouneus de nos triges25, je poursusuus mes ratours26 sus le quemin des douènes. À men retouo, les petiots étaient déjà byin counséquents ! Le jouo anniversaire de noute Libératioun, j’assistîs à de jatiles27 pirouettes à l’hus28 du sentyi. Que ch’était-i émouovaunt de veî les calitchumbelets29 sus la falaise ! Ch’était rapport30 à quiques choucas qui s’en prénaient oû mâle corbin et ch’ti-chin était byin soutint par sa criyature ! Le ounze de mai, le drényi janne volait sus la falaise. Quiques jouors par pus tard touos les jannes s’abrévaient dauns eune marette oû pyid des roquis.
   Pouor du couop ch’était gangni, no-z-avait eune couaée reussie sus la coumeune, eune raitaé en Normaundie !

          Jeaun de la Py-Ouitte. Mai 2006.

 corbins1 : grands corbeaux ; démentaé2 : décidaé ; inté3 : intérêt ; lâonaunt4 : me promenant ; lague5 : espèce ; m’entrinait6 : m’entêtait ; à fène forche7 : à force de : vas-tu-vyins-tu8 : va-et-vients ; yête à l’écoute9 : être dans l’attente ; dreit10 : juste ; halait11 : tirait ; adoun12 : chance ; atouornait et ratouornait13 : tournait et retournait ; intel14 : tel ; caquevet15 : crâne ; mais que16 : quand ; bouon-âot17 : bonheur ; joraé18 : accoutré ; hardes19 : vêtements ; détourbaer20 : déranger ; teurque21 : courbe ; tierrais des bûnettes22 : passais mon temps à des riens ; pêqui23 : sur place ; à crase24 : en grands nombres ; triges25 : régions ; ratours26 : allers et retours ; jatiles27 : jolies ; l’hus28 : l’entrée ; calitchumbelets29 : vrilles ; rapport30 : à cause.

leger

En lâonaunt sus le quemin des douènes

   -I fait bé annyi, cha te dit-i de marchi ? dauns les jouors à venin il avisent1 de l’iâo et bellement de vent !
    -Veire, ma fei pouorqui paé ! No pouorrait faire le tou du Cap en partaunt à pyid d’la maisoun.

   Sitôt ampraès dinnaer, byin couverts et câochis coume i fâot, no s’en feut pa des queminets gangni le G.R. 223 qui, de la pllage de Carteret, coundit dé devers les deunes de Hattaunville2. Le temps était assaez freid d’aveu eun solé de saisoun ! Le mireus de la pllage luusait souos eun cyil sauns nuaées et i faisait bouon marchi ! Quiques raundouneus lâonaient touot coume nouos.
    En ch’té début de mâr, j’avais qu’eune idaée en taête, ch’était de veî les corbins3 ! I me maunquaient, les iyaunt paé veus dé depis le drényi arryire4 ! Le couplle coue5 touos les auns sus la falaise. À ce qué j’en sais, no-z-en coumpte pus mais guère6 dauns le Cotentin, seument que quiques-euns dauns les falaises de Carteret, Fllémaunville et Jobourg.
    No marchait, Marotène et mei, dé depis eun moument et tréjous brin de vie dauns le trige ! paé même eun ouésé ! Je surguais7 la mé mais qu’enfin j’avisis sus le coupé d’eune roque, eun ouésé counséquent touot nei qui se câoffait oû solé ! Ch’était li ! Il ‘tait byin lò, le corbin taunt espéraé !
    Cha me faisait graund pllaisi de le savei aco lo-lenreit ; no le viyait oû muus, il ’tait si praès de nouos ! J’érais vouli le prenre en photo mais pouent d’apparèl. No pense paé à touot quaund que no part faire eune marche ! Je m’en voulis ! No countinuit noute quemin, qui, de teurques8 en teurques, nous coundisit dé devers les deunes de Hattaunville.
   Ampraès déeus bouones heures à marchi no se racachit à la maisoun. I me vyint alors l’idaée dé reparti d’aveu men apparèl. Je devrais seurement lé reveî, ch’té signeu du trige9 !
   Pouor yête pus à couop sus pllèche, je partis en méconnique10. Quiques mineutes pus tard, j’étais sus le quemin des douènes. Je lâonais eun p’tit quart d’heure sauns veî âme qui vive, pyiche d’ouésiâos, paé de raundouneus !  J’étais quasiment coundit à la « batterie » quaund je ouisis11 eun croachement et je lévis la taête ! Ch’était byin eun corbin qui s’évolait dé devers le pllanître12 du Cap. Je le vis quiques temps roundaunt13 touot à sen leisi oû gré des vents !
  Eun volyi de mâoves14 passit l’enreit et cha feut eune brève batâle à couops d’âles que le corbin gaungnit ! I gardait d’aveu jalousetaé « sa falaise » ! Pa la suute jé le perdis de veue. Je ratouornis sus mes pas d’aveu le pressentiment de reveî ch’té solitaire, mais qu’à la fin d’eune teurque je le vis posaé sus le coupé d’eune grosse roque, sus eun repllat, en surplloumb du graund veude. Je m’appréchis oû pus praès qué je pus, quittaunt le quémin pouor le photographiaer oû mus. J’en ‘tais à chin mètes !
    Je devais paé l’effarouchi ni oû pus de cha dévalaer dé devers le veude : j’avais brin d’âles à mette en mouvement !
    I m’avisit et restit fiqui  sus sen caillou. Je prins byin des pourtraits. I se dépllèchait dreit et à la demaunde qué15 mei, no-z-érait dit qu’i prénait pllaisi à ch’té josterie16 intelle eune starlette de cinéma !
    I croachait de temps en temps touot en éplluquant quiques pllauntes et graminaées qu’i piâossait d’aveu sen énourme bé. Attaundis qué je mé lassais paé de le surgui, je vis quiques secoundes eun segound corbin, seurement la fumelle qui se racachait sus sen nind qué je devinais à guère de pas, pus bas. Noute manége durit de seûr eune vingtanne de mineutes et pouvaunt pus halaer de portraits, rapport que la mémouère de men « Sony » était pllenne, je prins à l’argret coungi.
    J’eus biâocouop d’adoun17 de le veî de si praès et si lôtemps sauns yête détourbaé18 ! Je creis byin qu’eun âote coup d’adoun coume j’i-z-eu se représentera paé de sitôt !
   Byin seu que ch’té couorte raundounaée restera biaôtemps19 dauns mei, touot coume l’amourachement d’un couplle d’étercelets qui fut suusue d’eun accoupllement veue ya quiques annaées, ainchin que la naitaé d’eune otarie sus l’île Espanola dauns l’arquipaé des Galapagos !

               Jeaun de la Py-ouitte   Mâr dé 2006
Nouvelles et récits à paraître ! Bientôt en souscription, Editions Magène.

avisent1 : prévoient ; Hattaunville2 : Hattainville, village des Moitiers d’Allonne ; corbins3 : grands corbeaux ; arryire4 : automne ; coue5 : niche ; mais guère6 : très peu ; surguais7 : épiais ; teurques8
: courbes ; trige9 : les parages ; méconnique10 : automobile ; ouitis11 : entendis ; pllanître12 : ici prairie ;
roundaunt13 : faisant des ronds ; mâoves14 : goélands ; à la demaunde qué15 : au fur et à mesure de ; josterie16 : jeu ; adoun17 : chance ; détourbaé18 : dérangé ; biaôtemps19 : longtemps.

 

Vikland Magène 3 Cd de qualité 001

 

DSC00916

 

Vikland Magène 2 001

DSC07236

prochains concerts Magène :

Alençon samedi 26 avril, Granville mardi 27 mai, Utah Beach jeudi 5 juin, Néhou samedi 7 juin, Barflleu / Barfleur samedi 14 juin…
Concert Marins du Cotentin avec en Guest Stars « The Three Belles », spécial 1944, dimanche 8 juin après-midi (salle Jean Eliard à Bricquebec, où Les Amis du Donjon exposent aquarelles, documents,… sur 1914 et sur 1944). Entrée 10 €, scolaires 5 €.
Concert irlandais par « Thé-citron » (Manuela, Jean-Louis, Dany) mardi 29 avril à Cart’ret salle des Douits…
Magène sera présente à Sainte-Mère-Eglise à la médiathèque lors du salon du livre qui se déroulera les 14 et 15 juin 2014 (CD avec Daniel Bourdelès, livres avec Maurice Fichet), ainsi que Les Amis du Donjon, … Fête de la langue normande, même date, à Jersey.
Jeux normands à Montfarville (grand concours quilles du Cotentin,…) le dimanche 13 juillet,…
Calendrier non exhaustif !!!
 et … « Au Goubelin malin », Lionel Jean, céramiste, 28 Chemin de la Raterie 50260 SOTTEVAST, téléphone : 02.33.41.97.29 lioneljean.50@orange.fr ; http://www.augoubelinmalin.wifeo.com

 

1 commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Ecologie, Livres en normand, Revues normandes, Saisons, Vocabulaire

55. Elections insolites. Théâtre. Le toupioun de Pierre Guéroult, suite. La toupie.

Le toupioun

Ch’est paé ryin qué de se porter és élections pou la coumeune ! Ya-z-eu chiffe tiraée à byin des pllèches….

    Ya mais que les syins coume l’équipe à Jean Quetier qu’ont paé-z-eu le trélu, rapport qu’i yavait qu’eune liste ! Ch’tait quemode de gangni ! (Jean, ch’est le gas de Albert’Studio, l’amin de Magène qu’à mins nous caunchouns sus les galettes neires (« Calitchumbelet, 1989, 33 tours) ou bllaunches (La Louerie, Rouogie du sei, Dauns men prêchi, Eun miot de souovenin, Angelina…).
Jean Quetier le 19 dé mâr

Jean Quetier le 19 dé mâr

I se portait à Sante-Mère-Egllise. Il a-z-eu chent du chent des vouées !!! Mais coume il avait dit, « v’nous en votaer, même bllaunc si vo-z-êtes paé tchu et queminse d’aveu mei ! » (m’enfin, ch’est paé dreit coume chenna qu’il a prêchi, mais ch’est du parèl oû même !). Ch’est paé étounaunt qu’i yait-z-eu en Fraunce 38 du chent des bouones gens qu’ount étaé à la pêque ! ou byin à raundouolli dauns les caches…
La mair'rie de Sante-Mère-Egllise pavouésie, ch'est byintô le 70yîme anniversaire de juin 1944, prémyire coumeune libéraée de Fraunce !

La mair’rie de Sante-Mère-Egllise pavouésie, ch’est byintô le 70yîme anniversaire de juin 1944, prémyire coumeune libéraée de Fraunce !

   Ya même la boulang’gie  »Le Fouorni de la Tou » à Calais qui décidit d’offri eune baguette de pan à touos les voteus (les électeurs) qui serount dauns le cas de faire veî lus carte tampounaée ! (qui justifieront d’une carte tamponnée). Il a de l’obiche s’t-i-lo pouor avei des pratiques (des clients !).

Yen a-z-eu de quei de drôlu és élections ch’t’annaée oû meis de mâr !

1) Dauns eun buret à voteus à Marmande, dauns le Lo-t-et-Garoune, impossiblle d’artrouaer la cllé de la bouète. Fallit crier quiqu’eun d’o des béquettes pouor coupaer le caquenâs (le cadenas).
Dans un bureau de vote de Marmande, dans le Lot-et-Garonne, impossible de retrouver la clé de l’urne. Il faut donc faire appel à une pince coupante…
2) Philippe Sauty, éluusu maire de Vibrac en Charente, 311 habitants, s’est détruit (suicidé) dauns la nieut de sammedi à dinmaunche. I s’escoffyit d’aveu eun fusi de cache (Il a mis fin à ses jours à l’aide d’un fusil de chasse). D’après « la Charente libre », « la pression de son futur mandat semblait le perturber ». D’ampraés « la Charente libe », « il était byin erjuaé d’avei à yête eul Maire de sa coumeune, cha le jiguulait ».
3) « Ch’est men dreit… et mei j’y tyins » : ch’est l’arfran d’eune caunchoun de Charles Lemaîte que le groupe Magène aime byin launluuraer (CD La Dentélyire) : eun maire vindicatif ! (la vengeance implacable d’un ancien maire évincé)
Fâot paé trachi de chicâtu d’aveu Maurice Frité ! Il ne fait pas bon s’attirer les foudres de Maurice Fritel. Maire de Sant-German-d’Oûné dé depis 1978, dauns l’Orne, i défouncit eul quémin de la Salle és fêtes ! Et pis en pus de cha, il a prins les quaires dé la mair’rie ! Celui qui fut maire de la commune de Saint-Germain-d’Aunay depuis 1978, dans l’Orne, a défoncé le chemin menant à la Salle des fêtes. Pire, il est parti avec les chaises de la maire.
Ch’est sen dreit d’yête si taunt indène, rapport que chu quemin, ch’est le syin ! « J’i brin muchi quique seit, ya qu’à guetti sus le cadaste » esplliquit Maurice Frité. Dé de même ch’est mei qu’ai payi les quaires pou la coumeune. La vindicte de l’ancien édile est tout à fait légale, puisque le chemin menant à la salle polyvalente lui appartenait. «Je n’ai rien caché, le terrain était là, il suffisait de regarder le cadastre», a expliqué Maurice Fritel. De même pour les chaises qu’il avait offertes à la commune.
Le maire d’achteu se noume Louis Toqui… I prêchit de cha à Fraunce 3 Normaundie de l’Ouêt : « No m’a demaundo de l’artiro de la liste, cha feut le quémenchement à tout. Cha l’a piqui ». Interrogé par France 3 Basse-Normandie le maire actuel s’explique: «Les gens qui me suivaient m’ont demandé de l’enlever de la liste, c’étaient des gens qui s’étaient déjà présentés contre lui aux dernières élections, ça l’a vexé et c’est là que ça a commencé» explique Louis Toqué. La nouvelle équipe en aura tout de même pour 6 000 euros de frais si elle souhaite reconstruire l’accès à la salle polyvalente. Cha va leus coûtaer 6 000 pistoles pouor arfaire l’entraée à la salle polyvalente, ch’paé ! La caunchoun le disait byin : « J’y perds, ch’est seur, mais ch’est men dreit… et mei j’y tyins ! » Ya byin d’s histouères coume chenna que je pouorrais vouos racounto !!!
http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/insolites/2014/04/03/25007-20140403ARTFIG00396-municipales-la-vengeance-implacable-d-un-ancien-maire-evince.php
4) Hayaunge, le bouorg de Lorranne, d’ecsaès merquie rapport que les hâots-fouorniâos Arcelor-Mitta ount froumaé, fut gangnie pa le Frount Natiouna. Sen caundidat, ch’est un ouvryi qu’était à la CGT ! Il a-z-eu trente-syis du chent des vouées, ch’est paé ryin. Hayange, la ville de Lorraine, très marquée par la fermeture des hauts-fourneaux ArcelorMittal, est remportée par le Front National. Son candidat, Fabien Engelmann, ancien de la CGT, cumule 36% des voix.

5) Le Président Fraunçoués (no dit Chinot par chin) Hollaunde s’est étrâlaé…

…et byin des villes ount bastchulaé à dreite ! Ch’est eune vague blleue ! Taunt et si byin qu’il a deu chaungi bouot pouor bout sen prémyi minisse (Vals rempllèche Ayrault) et itou ses minisses. Ou pûtot il ount quittaé eun fâoteu pouor se quairaer dauns eun âote. Ch’est le cas de Cazeneuve qui feut (eun bouon) Maire de Tchidbou-Oudeville (Cherbourg-Octeville) et qui sâote du budget [eun mot normaund, cha vyint de bouguette, ou boudjette ; poutchette, pouquette, pocket, ch’est kif-kif bourricot, et pis en aungllais ch’est dévenun… budget itou !], i sâote doun du budget à l’intérieur, yens, i quemaunde à la police. Il y counaît ryin, mais ch’est paé byin counséquent, i va byin veî !

6) A Grenoblle, l’écologisse Eric (eun petit noum normaund, ch’paé ?) Piolle est le prémyi d’aveu 40,8 % des voix counte le socialisse M. Safar (27,6 %) qu’en restit la goule souos l’naez, suusu pa l’UMP Matthieu Chamussy (22,8 %) et à la frontisse Mirèle d’Ornano (8,8 %).

   Dé quei dé remerque pouor chu janne politique qu’est doun le prémyi écologisse qui va dui eune intaé ville, paé louen d’avei chent-seissaunte mile habitaunts. Un petit exploit pour ce jeune politique qui devient le premier écologiste à diriger une ville de cette taille, près de 160 000 habitants. Il a dit qui ferait ryin que du vélo ! Paé de quérette à pétrole pou se tranner le tchu ! Il ne quitte pas son vélo dans les rues de Grenoble. Ancien cadre dirigeant chez Hewlett Packard, il a été licencié en février 2011 pour avoir refusé de mettre en place un plan de délocalisation. Il feut mins dehors dé tcheu Ioulette-Pacard en févryi dé 2012 rapport qu’il ‘tait nachu : i voulit paé genci eun pllaun pouor délogi l’usène et l’s ouvryis.
     carte électo 001

7) Mais le pompon, cha feut co tcheu nous, à Pirou ! Ya quiqu’eun qu’a mins sus la tablle déeus chents fâos bulletins d’aveu eun noum en mens, mais no sait paé quil innochent qu’a pairotaé chenna!!!

La Presse du 4 du meis d'avri

La Presse du 4 du meis d’avri

DSC03967

Pirou-pllage

Pirou-pllage

La vague blleue à Pirou-pllage, eun tsunami !!!

La vague blleue à Pirou-pllage, eun tsunami !!!

DSC03964

DSC03958
Ya des Pirouais qu’ount fait le calitchumbelet, l’s âotes ount mais qué le galichoun ! Les Pirottes et les Ouées (de Pirou) ount gangni !

Mais no reprêchera de la légende des Ouées du Câté de Pirou eun âote coup (veî noute CD « Les Ouées de Pirou », comédie musicale, 2006).

Déeus corbins d'eune maisoun de Pirou-pllage

Déeus corbins d’eune maisoun de Pirou-pllage

Ch’est paé le tout des chous, je vas vous bailli la site du toupioun, le théyâte de Pierre Guéroult : cha se passe par lé fait dauns eune petite coumeune du Cotentin en Normaundie. Les counseillis espèrent les voteus, et le maire trouit dauns sa pouquette… eune riga ! Eun toupioun (une toupie) !

Toupion (que no-z-écrit toupioun achteu) à la fête à Rocheville le 4 d'ât dé 2013

Toupion (que no-z-écrit toupioun achteu) à la fête à Rocheville le 4 d’ât dé 2013

182 001183 001DSC03975

184 001185 001

(à suure…)
Ya pouotaunt byin de quei à veî à Pirou, cha sera pouor eun âote coup byintôt : intaé le village fauntôme !! de quei avei poue !!!

Le village fauntôme de Pirou-pllage... !

Le village fauntôme de Pirou-pllage… !

Pirou, la rvyire et la mé

Pirou, la rvyire et la mé

(A suivre…)

1 commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Cotentin, Ecologie, Jeux normands et sports, Livres en normand, Saisons

53. Elections municipales. Théâtre. Le toupioun de Pierre Guéroult

Le toupioun

Prémyire partie

   V’chin la prémyire mitaun de la pyiche de théyâte de Pierre Guéroult  Le toupioun  (La toupie)… Ya byin d’s annaées qué le live est pus dauns les boutiques…
   No-z-est dauns eune pétiote mairerie de tcheu nouos, en 1958…  Ya Benjamin, Maîte Jacques, l’Adjouent, et Maîte Baptiste qu’est Maire de la coumeune.  Les counseillis espèrent ampraès les voteus… (Louisin, Charlot, Médéric et sa bouorgeouèse Marotène vount s’en venin par pus tard).
    Ya itou Moussieu Nativet, le maîte d’école (qui prêche fraunceis)…
Toupion (que no-z-écrit toupioun achteu) à la fête à Rocheville le 4 d'ât dé 2013

Toupion (que no-z-écrit toupioun achteu) à la fête à Rocheville le 4 d’ât dé 2013)

00 001

1 Le toupion 0012 00134

carte électo 001

5 0016 0017 0018 0019 002

10 001DSC0054611 001P Guer 001

(A suivre…)

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Cotentin, Jeux normands et sports, Livres en normand, Saisons

51 A la ville. Paris, pollution de l’air. A men leisi…

Cha yest, m’arveilà de la ville-lumyire ! La syinne qui veit le pus de tourrisses oû mounde ! Paris byin seur.

Paris écllairaé, mais Paris pollué !
Paris populaire, … mais Paris de minsère !
Paris vert, … et Paris vert-de-gris…

À la ville,

pouème de Marcel Dalarun

launluuraé par Donnié Bourdelès

CD Eun miot de souovenin et live À men leisi

DSC09567

Pus de 480 bouones gens ount mouoru sus les trottouères à paris l'annaée passaée...

Pus de 480 bouones gens ount mouoru sus les trottouères à Paris l’annaée passaée…

et annyi lundi le 17 dé mâr, ya que les banniâos és liméros impairs qu'ount le dreit de viagi ! Je vous dis paé qu'i yen a qui vount co affolaé !

et annyi lundi le 17 dé mâr, ya que les banniâos és liméros impairs qu’ount le dreit de viagi ! Je vous dis paé qu’i yen a qui vount co affolaer !

No-z-y véyait paé byin de quei venrédi et cha picotait l's uurs. Falaiit byin faire quique seit ! D'aveu les moteus oû diésé, no happe dauns le gosyi de quei qui vouos ahoque et vouos fait teuqui ! Ch'est paé bouon pou la couoraée !

No-z-y véyait paé byin de quei venrédi et cha picotait l’s uurs. Falait byin faire quique seit ! D’aveu les moteus oû diésé, no happe dauns le gosyi de quei qui vouos ahoque et vouos fait teuqui ! Ch’est paé bouon pou la couoraée !

A men leisi, Editions L'Harmattan, Paris, 2004.

A men leisi, Editions L’Harmattan, Paris, 2004.

DSC09633

Ch'est l's électiouns, ya du câtu !

Ch’est l’s électiouns, ya du câtu !

DSC09535

DSC09533

DSC09526

DSC09515

ville 2 001DSC09664

DSC09637DSC09638DSC09522

A la ville 1 fr 001

DSC09511

ville 2 fr 001

les Halles

les Halles

DSC09509

DSC09537

DSC09647DSC09503

Des gardins oû hâot des touétures !

Des gardins oû hâot des touétures !

DSC09502

DSC09558

DSC09516DSC09613

DSC09670DSC09672

DSC09676

DSC09681

DSC09717

1 commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Cotentin, Ecologie, Livres en normand, météo, Saisons, Uncategorized

50. CD Je syis magnifique ! 16. Nous mans, de Côtis-Capel. Dit par Joseph Lecoutour.

CD JE SYIS MAGNIFIQUE ! (2014)

16. Nous mans

 Pour terminer le CD (sorti en janvier 2014), voici un poème dit avec émotion par Joseph Lecoutour qui demeure à Sotteville dans La Hague, « Nos mains » (en français en fin d’article)

Joseph Lecoutour connaît par coeur plusieurs poèmes de Côtis-Capel.

Joseph Lecoutour connaît par coeur plusieurs poèmes de Côtis-Capel.      

Vos allaz rire dé mei —  mais ch’est men lot d’ faire rire —

Quaund vos éraz luusu chenna qui m’ jiguulait1.

Et vos verraz coume mei qué yavait byin d’ quei dire

Sus mes mans, sus les vôtes et l’s âotes alentouo d’ mei.

 

Ya les mans des éfaunts qu’ount janmais fait d’ mâotures,

« Babue, Babue ! Man morte ! Alouette a fait sen nin !… »

Qu’i fount en ritounaunt2 lô-lâ sus noute figuure,

Et qu’ no-z-a taunt d’ pllaisi dauns les nôtes à r’ténin.

(Références en fin d'article)

(Références en fin d’article)

Ya les syines dé ma mère, qu’o récâoffe oû couen d’ l’âtre,

Usaes dé traire, et d’ couotre, et d’ câoches à rempyita3

(Âotefeis, quaund j’étiouns qu’nâles, coume touos j’étiouns déchâfres4)

Ya les syines dé ma mère qui sount coume ma fyirta.

 DSC08843

Ya les mans malhéreuses qui fount touorna la teîte,

Ya les mans —  qui minsère ! —  du syin qui n’ les a pus ;

J’ vouodrais muchi les myines, je creis tréjous qu’i les guette.

Coume eun p’tiot fâot l’ faire beire et coppa c’ qu’i mouojut…

 

Touos les jouors dé marchi, bougui5 dreit souos ma f’nête,

Tendaunt à noute pityi eune vuule moque6 ébréquie.

« Ch’est d’ naieta » qu’i m’a dit, et jé l’ creis byin hounête.

Ya les syines d’eun trachous7 és dyis deigts brésillis.

 DSC08743

Ya les mans des terrians qué lus ôtis aiguuchent,

Haumpe dé fâos, maunche dé trublle8, és maîtes coume és coumis ;

À fène forche dé trava, o s’ cassent et o s’am’nuchent,

Et s’anouent en vuullaunt coume eune braunque dé poumi.

 DSC08764

Ya les mans des pêqueus, minchies et touotes sangnouses,

Halitraes9  pa l’ salin et haguies10 pa la freid.

Et s’i yen a parfeis qui les trouo’ent trop crachouoses,

Cheus-là n’érount magène janmais l’oungllie és deigts !

Albert Lohier pêquous, prête et pouète (Côtis-Capel)

Albert Lohier pêquous, prête et pouète (Côtis-Capel)

Ya les syines du tâop’tyi, les syines d’ la couoturire,

Les mans des syins d’ la ville, les mans d’ touos les métyis ;

Ya les mans qui fount ma ; ya les syines qui fount rire ;

Ya l’s adreites et l’s achocres11. L’ touot ch’est d’ savi s’n aidyi.

 ramoneur rempailleur 001

Ya les mans jannes et vuules, restaes coume no l’s a minses,

Anouaes d’aveu l’ chap’let, les mans d’ touos les défunts

Qué no-z-a habillis dé lus pus belle quéminse :

Ches mans coume dé la chire, les myines eun jouo à v’nin.

1 tracassait, 2 riant sous cape, 3 retricoter, 4 peu soigneux de nos vêtements, 5 recroquevillé, 6 grande tasse, 7 mendiant, 8 bêche, 9 gercées, 10 esquintées, 11 maladroites.

Côtis-Capel. À Gravage, p. 34, O.C.E.P. Couotaunches, 1965.

Côtis-Capel, seule photo couleur de l'auteur qui est né au Hammé Capel dauns les Côtis d'Urville dauns La Hague)

Côtis-Capel, seule photo couleur de l’auteur qui est né au Hammé Capel dauns les Côtis d’Urville dauns La Hague)

    Remerciements à Bernadette Lecarpentier et Jean-Claude Léger pour leur aide pour les traductions en français et le traitement de texte.
     « Je syis magnifique » est le quatorzième CD de l’Association Magène.     Magène a édité également quatre livres en normand (Cf. magene.com). Un cinquième est à venir en 2014. Notre groupe a aussi participé avec l’U.P.N.Coutançais à la rédaction du Dictionnaire français-normand et normand-français des Editions Eurocibles, 2013, Marigny. 1 390 pages, 36 000 mots normands.

NOS MAINS

Vous allez rire de moi – mais c’est mon lot de faire rire –

Quand vous aurez lu ce qui me tracassait.

Et vous verrez, comme moi, qu’il y avait beaucoup à dire

Sur mes mains, sur les vôtres et les autres autour de moi.

 

Il y a les mains des enfants qui n’ont jamais fait de bêtises,

« Babue, Babue ! Main morte ! Alouette a fait son nid !… »

Qui font en riant lô-lâ sur notre figure,

Et que l’on a tant de plaisir dans les nôtres à retenir.

DSC08903

 

Il y a celles de ma mère, qu’elle réchauffe au coin de l’âtre,

Usées de traire, et de coudre, et de repriser les chaussettes

(Autrefois, quand nous étions petits, comme tous, nous étions peu soigneux

Il y a celles de ma mère qui sont comme ma fierté.

Musée des Beaux-Arts, château de Caen

Musée des Beaux-Arts, château de Caen

Il y a les mains mutilées qui font tourner la tête,

Il y a les mains – quelle misère ! – de celui qui ne les a plus ;

Je voudrais cacher les miennes, je crois toujours qu’il les regarde ;

Comme un enfant, il faut le faire boire et couper ce qu’il mange.

 

Tous les jours de marché, recroquevillé juste sous ma fenêtre,

Tendant, à notre bon cœur, une vieille moque ébréchée,

« C’est de naissance » qu’il m’a dit, et je le crois bien honnête,

Il y a celles d’un mendiant aux dix doigts brisés.

 

Il y a les mains des terriens que leurs outils aiguisent,

Manche de faux, manche de bêche, aux maîtres comme aux commis,

A force de travail, elles s’abîment et s’amenuisent

Et se nouent en vieillissant comme une branche de pommier.

Les mans à Raymound Godefreid paysaun à Lestre (Val-de-Saire-Sud)

Il y a les mains des pêcheurs, abîmées et toutes saignantes,

Irritées par le sel et gercées par le froid.

Et s’il y en a parfois qui les trouvent trop sales,

Ceux-là n’auront sans doute jamais l’onglée aux doigts !

 

Il y a celles du taupier, celle de la couturière,

Les mains des gens des villes, les mains de tous les métiers,

Il y a les mains qui font mal ; il y a celles qui font rire ;

Il y a les adroites et les maladroites. Le tout, c’est de savoir s’en servir.

Photo à Valognes, juillet 2013

Photo à Valognes, juillet 2013

Il y a les mains jeunes et vieilles, restées comme on les a mises,

Nouées avec le chapelet, les mains de tous les défunts

Que nous avons vêtus de leur plus belle chemise ;

Pochette du CD "Je syis magnifique !" (bon de commande sur le site magene.com)

Pochette du CD « Je syis magnifique ! » (bon de commande sur le site magene.com)

Ces mains, comme de la cire, les miennes un jour à venir.

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Chansons, Cotentin, météo, mer, pêche, Saisons, Vocabulaire

48. CD Je syis magnifique ! 14. Men vuus poumyi, de Guy Thomas. Météo

Météo : i fait eun temps des quate solés pou la semanne à venin !

JE SYIS MAGNIFIQUE ! (2014)

14. Men vuus poumyi

Magène se déplace parfois loin pour faire entendre noute loceis et nos caunchouns ! Jean-Louis Dalmont, Manuela Lecarpentier et Théo Capelle ont rencontré dans le Jura Guy Thomas, poète et parolier de Jean Ferrat…

Théo Capelle et Guy Thomas sont devenus amis...

Théo Capelle et Guy Thomas sont devenus amis…

« Men vuus poumyi » est une adaptation du poème de Guy Thomas, « Mon vieux pommier », musiques de Daniel Coulon.

Cf. www.guythomas.fr, site du poète jurassien.

   14. Men vuus poumyi

Men Vuus Poumyi par Magène – YouTube

J’i dauns le couortin eun vuus poumyi qué je seurvèle,

Ch’tu poumyi-lo a vraiment ryin d’eun étigot1,

Touot juste bouon à vouos bâilli quiques petites preunelles.

Quaund qu’i s’affaîte2, cha n’est janmais pouor des preuniâos.

 1 petite branche pointue, 2 se met en fleurs
Poumyi oû renouvé

Poumyi oû renouvé

Ch’tu poumyi-lo, j’ l’i tréjous veu oûpraès de ma graunge.

Quaund jétais quenâle, j’amountais à même coume eun petit cat,

Et ses belles poumes, ch’était byin muus que vouos oraunges,

Vouos saloperies, vouos noués d’ coco, vouos ananâs.

 DSC08621

DSC09279    Refran

Men vuus poumyi me bâlera-t-i enco des poumes ?

Va-t-i enco se rhabilli pouor le renouvé3 ?

Car s’i mourait, cha me contrarierait coume persoune,

Pouor men poumyi j’érai tréjous le quœu rémouvaé.

 3 printemps

DSC05517

Quaund qu’oû renouvé, i me fait veî « la Vie en rose »

Padaunt l’étaé sen oumbe est traunquille en pllen médi.

Dauns l’asseiraunche, ryin que dé le guetti, mei cha m’arpâose,

Jé soumes byin muus qu’oû cinéma et cha me coûote ryin.

Dauns men clloset...

Dauns men clloset, poumyi et quêne…

Dé men clloset ch’est enco li le puus quœuru…

Ch’est eun touot graund qu’a vraiment ryin d’eune petite écrêle4

Mâogré touot cha, ya quique seit qui me jiguule5

Qui vyint l’arryire6 m’enchiffrounaer7 ma petite chervelle…

  4 eun petit fluet, 5 me soucie, 6 l’automne, 7 m'enrhumer-perturber DSC05515

Quaund que j’i prins de l’âge, j’en i frôlaé des catastrophes.

Quaund que j’i plleuraé et enhannaé8, il était là !

Cha qu’i m’a countaé, ch’était byin muus que vouos philosophes,

Qué lus graunds lives et les merchaunts de blla-blla-blla…

8 j'ai eu mal et j'ai souffert  
La nige en Normaundie l'annaée passaée...

Vuus poumyis souos la nige en Normaundie l’annaée passaée…

Oû mens cha vit, ya du raffut dauns les fuullages,

Ya des ouésiâos, mais que vyint l’arryire no veit les ninds.

Lus petite caunchoun, cha vâot byin muus que vous rapsâodages9

Quaund que je les entends, jé vuullis pus, mais je rajeunins !

9 vos commérages
Sous son bec, il possède une petite poche dans laquelle il peut aisément stocker les graines qu'il récolte. La capacité de cette poche est de trois à quatre glands qu'il peut ainsi transporter avant de les cacher, car tout au long de l'automne, il se constitue des réserves, qu'il dissimule sous des racines, des mousses, à l'intérieur de souches d'arbre ou même sous le tapis de feuilles. Pour retrouver ses réserves, il a la capacité de mémoriser des points de repères qu'il observe soigneusement. Lorsque les points de repères ne sont pas suffisants, il va jusqu'à placer à côté de sa cachette des petits cailloux qu'il utilisera comme autant de balises. Cependant si ses points de repères sont déplacés ou disparaissent, le geai des chênes devient incapable de retrouver la cachette de ses réserves. Ainsi le geai des chênes est le meilleur propagateur des chênes et des hêtres. Il a été estimé que chaque geai des chênes disperse plus d'un millier de glands chaque année. Il en mange une partie d'entre eux et en oublie une autre qui pourra germer et croître.

Un geai (Eun guai) Sous son bec, il possède une petite poche dans laquelle il peut aisément stocker les graines qu’il récolte. La capacité de cette poche est de trois à quatre glands qu’il peut ainsi transporter avant de les cacher, car tout au long de l’automne, il se constitue des réserves, qu’il dissimule sous des racines, des mousses, à l’intérieur de souches d’arbre ou même sous le tapis de feuilles. Pour retrouver ses réserves, il a la capacité de mémoriser des points de repères qu’il observe soigneusement. Lorsque les points de repères ne sont pas suffisants, il va jusqu’à placer à côté de sa cachette des petits cailloux qu’il utilisera comme autant de balises. Cependant si ses points de repères sont déplacés ou disparaissent, le geai des chênes devient incapable de retrouver la cachette de ses réserves.
Ainsi le geai des chênes est le meilleur propagateur des chênes et des hêtres. Il a été estimé que chaque geai des chênes disperse plus d’un millier de glands chaque année. Il en mange une partie d’entre eux et en oublie une autre qui pourra germer et croître.

          Men vuus poumyi me bâlera-t-i enco des poumes ??

 DSC05516DSC05520

 
Table des 16 titres page deux du livret du CD - 20 pages

Table des 16 titres du livret du CD contenant les textes  en normand

DSC05521DSC05527DSC05532DSC05541DSC05547DSC05545DSC05555

DSC05496

Gilbert à gaèche a pllauntaé des chentannes de poumyis de touotes expèces de vuus temps à Sant-Sâoveu-le-Vicoumte

Gilbert à gaèche a pllauntaé des chentannes de poumyis de touotes espèces de vuus temps à Sant-Sâoveu-le-Vicoumte (Cotentin)

Quiques espèces de poumes à couté à Valouones le 5 d'octobe dé 2013

Quiques espèces de poumes à couté à Valouones le 5 d’octobe dé 2013

Poster un commentaire

Classé dans Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Ecologie, météo, Saisons, Vidéos, Vocabulaire