Archives de Catégorie: Jeux normands et sports

61. À l’Institut du Judo, l’art du maniement de Sei

À l’Institut du Judo, l’art du maniement de Sei

Qui qu’i dit le gâs Teddy ?

    Le Fraunceis Teddy Riner est devenun champioun d’Urope de judo pou le quatriyîme coup, sammedi, à Mountpelyi. Il a capuchi le Georgian Adaum Okruashvili d’aveu ippoun. Mais i fait la griche, rapport que ch’tait d’eçsaès quemode dé gangni. Le peids louords dé 2 m treis (pouor 282 livres) a tréjous gangni dé depis quatre auns, va-t-en veî ! Cha fait syis coups itou qu’il est chaumpioun du mounde.
Emilie Andéol et Audrey Tcheuméo ount-z-eu le gâ itou, ieune dans les pus de 156 livres et l’âote des mens de 156 livres.
L’équipe de Fraunce a mins dauns sa pouquette syis médâles d’or, prémyis dé touote l’Urope ! ! Ch’est dé dequei de remerque !
Rémin
équipe : prononcer en Normandie le plus souvent étchipe. Chu mot vyint enco du scaundinave ! Tout cha qu’est sus eun baté en normaund et pis en fraunceis ampraès, ch’est rapport és Viquyins (aux Vikings, les Rois des baies) !

de skip = baté (Cf. ship en anglais et Schiff en allemand. du nordique skipa = arranger, équiper. En 1120, s’est écrit eschiper = naviguer, embarquer, équiper un bateau pour prendre la mer. Le sens s’est élargi au XVIe s. : équiper un local ; s’équiper…

par Maryvonne du Praé du Moulan

   Byin-à-couop, à matin, nouos v’là sus l’A.13, en directioun de la capitale, eun coach à bord, pou le chaumpiounat Uropéan de Judo. Bougre, des veiteures pet-à-coue sus treis files, la compétitioun coumenche à neuf heures. Les mineutes s’égronnent ieune à ieune. Malédictioun, les autos fount du sus pllèche. Pouor seur, no va maunqui le début mais qué le côtche (eul coach en aungleis) seit lo pou le prémyi coumbat. Cha li cône dauns l’oyèle, enco dyis mineutes. Lé v’là descendeu, à touote berzingue, à pique de galop, les gaumbes à sen co coume eun dératé, il ‘tait graund temps…

judo Paris (2)

Quiques espllicatiouns…

     Rapport à lus peids, les coumpétiteus, sus la bastchule de vèle oû sei, sont raunguis pa catégories. À pis pus, cha vaut le couop de poussaer eune suaée ou byin dé se rédimaer eun miot pouor paé saôtaer de catégorie. Figurous eun chent quilos (tchilos) déplléchi eune ormouère de chent-quaraunte kg oû pus d’aveu déeus mètes de haôt !
     Ch’est itou de vèle que « le tirage au sort » fait moussinaer les tchusses. Le bouoligot et la chaunce pèsent d’ecsaès louord, ch’est le cas de le dire : eun Ukrainien pou coumenchi, eun Russe ampraès. Magène, ch’est paé des brélettes, ches Belges, Allemaunds, Italians, Hongroués, Suisses, Géorgians…  Eune vlopaée de Russes pou ramassaer eune patraillie de médâles.
     Ch’est drôlu d’yête vétéraun à trente auns. Dauns le sport no vuuillit à toute alleure. Sus les étiquettes, j’i armerqui F1, M2… F coume female en anglleis, coume dé raisoun, fème tcheu nouos ; ch’est de même pou M : male pouor houme. Ente trente et trente-chinq auns, ch’est Numéro 1, ente trente chinq et quaraunte Numéro 2… Sont-i à mitan bouoguis en déeus, craunqueus ? Nennin, enco pllens d’énergie sus le tapis.
    Treis mineutes pou savaer qui qu’il a dauns le coco, réflléchi à trouaer la bouonne prinse, « l’action exacte, opportune, efficace », le « ippon » du vanqueus. Veire, ch’est louong et oussin couort. Coume dé fait, le kimono blleu, à croupetouns, le brâs pa devaunt nuut oû kimono bllaunc paé dauns le cas de travailli. Cha mérite eune pénalitaé… Ch’est paé de remerque qué de gangni coume chenna !
    No reste sus le tchu taunt que ch’est mannyirement réglli coume papyi à musique. Paé de prêchi pouor ryin dire, tout bouonement des sènes pouor annulaer, dounaer eune décisioun, calmaer la Norvégienne qui se print à saôter de jouée ; ichin paé de craque, « de la modestie, de l’humilité ». « Seuls les épis vides de grains redressent la tête. Les autres ceux qui sont pleins s’inclinent humblement ».
judo Paris (3)
Ch’est admirablle de senti oûtaunt de councentratioun, de respé pa des portements (des saluts) vis-à-vis de sen partenaire du tatami, de silence dauns chu dojo. Ya ryin à dire, paé de rouspétaunche veu que les vidéos rempllèchent les déeus arbites de la carre (du couin). Achteu, touot seu, l’arbite, de la man, coume eun automate, dicte sa loué. Des ordinateus pou caltchulaer les pouents, eun écraun d’vaunt chaque tatami, pou luure les noums, les catégories, les nationalitaés des coumbattaunts. Ch’est là que la coffrâle se teurque quaund que no counaît ieun des déeus. No-z-est créti, raunçaé, souolagi à la définitioun.
    Pa derryire, sus les bauncs des gradins, les amins s’émôquent, gestitchulent, vîpent pouor encouoragi, tapent des mans pouor eune belle prinse. Ch’est le jouo et la nyit ente le parterre et l’arryire. Oû mitan de l’arlevaée, la reminse des médâles és dames nouos otchupit quique temps. Coume à la télévisioun, l’hymne natiouna est launluuraé (chanté) pou l’or sus la prémyire marche accaunt l’assistaunche : o se déplie, dé debouot, assis, dé debouot, assis… Coume des pauntins sus ressorts, bouon exercice pou nouos genouors enreudis.

judo Paris-1

    Cha feut, pou mei, dreit le moument de veî les syins du Clleub iyoù que men gâs ensène le judo. D’en par-ensemblle, touos dauns le tran d’à ce sei piqu’ i ya grève, pou se ratibroulaer.
En v’là ieun à l’artrache d’eun coumpartiment à syis pllèches, en taête d’eun tran paé enco affichi, qui deit yête le boun. Ch’est pouorqui ! Qui qu’i busoque ?
À penne à creire mes uurs, eune boutèle de rouoge, des rillettes et du pâté dépuraunts de gras foundu pa la chaleu du dojo, eun saécichoun, du pan, du frometon qu’a-z-eu byin câod, à la valdrague qu’il ‘tait oû mitaun des papyis graissous sus la tablle étriquie, pou la collatioun, sauns oumbélyi déeus verres à pyid pou le raffinement et déeus godiâos taillis dauns eune boutèle en pllastique, à la guerre coume à la guerre ! Eune roundelle de saécichoun pa’chin, eune tâle de Coumté pa’lo, eune laumpaée de vinasse touo coume oû tchu du tounaé, dauns le chelyi, aôtefeis.
I maunquait puus que Bourvil d’aveu sen air de baête, de pllouc décaraé de sa caumbuse. Ch’tait paé du cinéma. Ch’était rêvablle de les guetti cassaer la crôte. J’en ‘tais malade de rire.
    Qui chicâtu si le tran coundyisait paé à Tchidbouorg ! Ya puus de gêne d’ampraès l’announche. Byin calaés sus lus siges, nouos guais lurouns se tapent la clloque en devisaunt sus les déhaits de la jouornaée, dauns la bouone himeu, jostaunt et ricachounaunt :
— Déméfious, v’chin eune casquette dauns le corridor, cha s’rait-i le countôleus ?
Le syin qu’avait paé coumpostaé sen billet li moutrit byin vite et li offrit eune miette de sécisse sèque, histouère de partagi sen pllaisi. I li racountit d’iyoù que no se racachait. I se mint à digouési d’aveu li.
    Accaunt cht’aumbiaunche de colonie de vacaunches, nouos jostous driles fîtent eune paôse dauns lus métyis à respounsabilitaés, oûssi byin les euns que l’s aôtes : merchin chef de clinique, chef d’entreprinse, coumptablle…
J’i artrouaé mes émotiouns d’aôtefeis.
Maisi, rendez-vous pou les Kata de la quatryîme Dan qui « obligent à étudier la forme exacte des mouvements à rechercher avec le partenaire à la fois la Vérité et la Beauté, car ce qui est VRAI est toujours BEAU » (d’ampraès J.L. Jazanin, Président d’honneur du Collège des Ceintures Noires de France – 7e Dan).
    Et coume eul disait le Bouddha « Seyiz coume eul frit du maungui : ferme d’aveu vouos-même, tende coume la pulpe pou les âotes » !

Paris, le 13 juin 2013

 

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Jeux normands et sports, mer

55. Elections insolites. Théâtre. Le toupioun de Pierre Guéroult, suite. La toupie.

Le toupioun

Ch’est paé ryin qué de se porter és élections pou la coumeune ! Ya-z-eu chiffe tiraée à byin des pllèches….

    Ya mais que les syins coume l’équipe à Jean Quetier qu’ont paé-z-eu le trélu, rapport qu’i yavait qu’eune liste ! Ch’tait quemode de gangni ! (Jean, ch’est le gas de Albert’Studio, l’amin de Magène qu’à mins nous caunchouns sus les galettes neires (« Calitchumbelet, 1989, 33 tours) ou bllaunches (La Louerie, Rouogie du sei, Dauns men prêchi, Eun miot de souovenin, Angelina…).
Jean Quetier le 19 dé mâr

Jean Quetier le 19 dé mâr

I se portait à Sante-Mère-Egllise. Il a-z-eu chent du chent des vouées !!! Mais coume il avait dit, « v’nous en votaer, même bllaunc si vo-z-êtes paé tchu et queminse d’aveu mei ! » (m’enfin, ch’est paé dreit coume chenna qu’il a prêchi, mais ch’est du parèl oû même !). Ch’est paé étounaunt qu’i yait-z-eu en Fraunce 38 du chent des bouones gens qu’ount étaé à la pêque ! ou byin à raundouolli dauns les caches…
La mair'rie de Sante-Mère-Egllise pavouésie, ch'est byintô le 70yîme anniversaire de juin 1944, prémyire coumeune libéraée de Fraunce !

La mair’rie de Sante-Mère-Egllise pavouésie, ch’est byintô le 70yîme anniversaire de juin 1944, prémyire coumeune libéraée de Fraunce !

   Ya même la boulang’gie  »Le Fouorni de la Tou » à Calais qui décidit d’offri eune baguette de pan à touos les voteus (les électeurs) qui serount dauns le cas de faire veî lus carte tampounaée ! (qui justifieront d’une carte tamponnée). Il a de l’obiche s’t-i-lo pouor avei des pratiques (des clients !).

Yen a-z-eu de quei de drôlu és élections ch’t’annaée oû meis de mâr !

1) Dauns eun buret à voteus à Marmande, dauns le Lo-t-et-Garoune, impossiblle d’artrouaer la cllé de la bouète. Fallit crier quiqu’eun d’o des béquettes pouor coupaer le caquenâs (le cadenas).
Dans un bureau de vote de Marmande, dans le Lot-et-Garonne, impossible de retrouver la clé de l’urne. Il faut donc faire appel à une pince coupante…
2) Philippe Sauty, éluusu maire de Vibrac en Charente, 311 habitants, s’est détruit (suicidé) dauns la nieut de sammedi à dinmaunche. I s’escoffyit d’aveu eun fusi de cache (Il a mis fin à ses jours à l’aide d’un fusil de chasse). D’après « la Charente libre », « la pression de son futur mandat semblait le perturber ». D’ampraés « la Charente libe », « il était byin erjuaé d’avei à yête eul Maire de sa coumeune, cha le jiguulait ».
3) « Ch’est men dreit… et mei j’y tyins » : ch’est l’arfran d’eune caunchoun de Charles Lemaîte que le groupe Magène aime byin launluuraer (CD La Dentélyire) : eun maire vindicatif ! (la vengeance implacable d’un ancien maire évincé)
Fâot paé trachi de chicâtu d’aveu Maurice Frité ! Il ne fait pas bon s’attirer les foudres de Maurice Fritel. Maire de Sant-German-d’Oûné dé depis 1978, dauns l’Orne, i défouncit eul quémin de la Salle és fêtes ! Et pis en pus de cha, il a prins les quaires dé la mair’rie ! Celui qui fut maire de la commune de Saint-Germain-d’Aunay depuis 1978, dans l’Orne, a défoncé le chemin menant à la Salle des fêtes. Pire, il est parti avec les chaises de la maire.
Ch’est sen dreit d’yête si taunt indène, rapport que chu quemin, ch’est le syin ! « J’i brin muchi quique seit, ya qu’à guetti sus le cadaste » esplliquit Maurice Frité. Dé de même ch’est mei qu’ai payi les quaires pou la coumeune. La vindicte de l’ancien édile est tout à fait légale, puisque le chemin menant à la salle polyvalente lui appartenait. «Je n’ai rien caché, le terrain était là, il suffisait de regarder le cadastre», a expliqué Maurice Fritel. De même pour les chaises qu’il avait offertes à la commune.
Le maire d’achteu se noume Louis Toqui… I prêchit de cha à Fraunce 3 Normaundie de l’Ouêt : « No m’a demaundo de l’artiro de la liste, cha feut le quémenchement à tout. Cha l’a piqui ». Interrogé par France 3 Basse-Normandie le maire actuel s’explique: «Les gens qui me suivaient m’ont demandé de l’enlever de la liste, c’étaient des gens qui s’étaient déjà présentés contre lui aux dernières élections, ça l’a vexé et c’est là que ça a commencé» explique Louis Toqué. La nouvelle équipe en aura tout de même pour 6 000 euros de frais si elle souhaite reconstruire l’accès à la salle polyvalente. Cha va leus coûtaer 6 000 pistoles pouor arfaire l’entraée à la salle polyvalente, ch’paé ! La caunchoun le disait byin : « J’y perds, ch’est seur, mais ch’est men dreit… et mei j’y tyins ! » Ya byin d’s histouères coume chenna que je pouorrais vouos racounto !!!
http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/insolites/2014/04/03/25007-20140403ARTFIG00396-municipales-la-vengeance-implacable-d-un-ancien-maire-evince.php
4) Hayaunge, le bouorg de Lorranne, d’ecsaès merquie rapport que les hâots-fouorniâos Arcelor-Mitta ount froumaé, fut gangnie pa le Frount Natiouna. Sen caundidat, ch’est un ouvryi qu’était à la CGT ! Il a-z-eu trente-syis du chent des vouées, ch’est paé ryin. Hayange, la ville de Lorraine, très marquée par la fermeture des hauts-fourneaux ArcelorMittal, est remportée par le Front National. Son candidat, Fabien Engelmann, ancien de la CGT, cumule 36% des voix.

5) Le Président Fraunçoués (no dit Chinot par chin) Hollaunde s’est étrâlaé…

…et byin des villes ount bastchulaé à dreite ! Ch’est eune vague blleue ! Taunt et si byin qu’il a deu chaungi bouot pouor bout sen prémyi minisse (Vals rempllèche Ayrault) et itou ses minisses. Ou pûtot il ount quittaé eun fâoteu pouor se quairaer dauns eun âote. Ch’est le cas de Cazeneuve qui feut (eun bouon) Maire de Tchidbou-Oudeville (Cherbourg-Octeville) et qui sâote du budget [eun mot normaund, cha vyint de bouguette, ou boudjette ; poutchette, pouquette, pocket, ch’est kif-kif bourricot, et pis en aungllais ch’est dévenun… budget itou !], i sâote doun du budget à l’intérieur, yens, i quemaunde à la police. Il y counaît ryin, mais ch’est paé byin counséquent, i va byin veî !

6) A Grenoblle, l’écologisse Eric (eun petit noum normaund, ch’paé ?) Piolle est le prémyi d’aveu 40,8 % des voix counte le socialisse M. Safar (27,6 %) qu’en restit la goule souos l’naez, suusu pa l’UMP Matthieu Chamussy (22,8 %) et à la frontisse Mirèle d’Ornano (8,8 %).

   Dé quei dé remerque pouor chu janne politique qu’est doun le prémyi écologisse qui va dui eune intaé ville, paé louen d’avei chent-seissaunte mile habitaunts. Un petit exploit pour ce jeune politique qui devient le premier écologiste à diriger une ville de cette taille, près de 160 000 habitants. Il a dit qui ferait ryin que du vélo ! Paé de quérette à pétrole pou se tranner le tchu ! Il ne quitte pas son vélo dans les rues de Grenoble. Ancien cadre dirigeant chez Hewlett Packard, il a été licencié en février 2011 pour avoir refusé de mettre en place un plan de délocalisation. Il feut mins dehors dé tcheu Ioulette-Pacard en févryi dé 2012 rapport qu’il ‘tait nachu : i voulit paé genci eun pllaun pouor délogi l’usène et l’s ouvryis.
     carte électo 001

7) Mais le pompon, cha feut co tcheu nous, à Pirou ! Ya quiqu’eun qu’a mins sus la tablle déeus chents fâos bulletins d’aveu eun noum en mens, mais no sait paé quil innochent qu’a pairotaé chenna!!!

La Presse du 4 du meis d'avri

La Presse du 4 du meis d’avri

DSC03967

Pirou-pllage

Pirou-pllage

La vague blleue à Pirou-pllage, eun tsunami !!!

La vague blleue à Pirou-pllage, eun tsunami !!!

DSC03964

DSC03958
Ya des Pirouais qu’ount fait le calitchumbelet, l’s âotes ount mais qué le galichoun ! Les Pirottes et les Ouées (de Pirou) ount gangni !

Mais no reprêchera de la légende des Ouées du Câté de Pirou eun âote coup (veî noute CD « Les Ouées de Pirou », comédie musicale, 2006).

Déeus corbins d'eune maisoun de Pirou-pllage

Déeus corbins d’eune maisoun de Pirou-pllage

Ch’est paé le tout des chous, je vas vous bailli la site du toupioun, le théyâte de Pierre Guéroult : cha se passe par lé fait dauns eune petite coumeune du Cotentin en Normaundie. Les counseillis espèrent les voteus, et le maire trouit dauns sa pouquette… eune riga ! Eun toupioun (une toupie) !

Toupion (que no-z-écrit toupioun achteu) à la fête à Rocheville le 4 d'ât dé 2013

Toupion (que no-z-écrit toupioun achteu) à la fête à Rocheville le 4 d’ât dé 2013

182 001183 001DSC03975

184 001185 001

(à suure…)
Ya pouotaunt byin de quei à veî à Pirou, cha sera pouor eun âote coup byintôt : intaé le village fauntôme !! de quei avei poue !!!

Le village fauntôme de Pirou-pllage... !

Le village fauntôme de Pirou-pllage… !

Pirou, la rvyire et la mé

Pirou, la rvyire et la mé

(A suivre…)

1 commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Cotentin, Ecologie, Jeux normands et sports, Livres en normand, Saisons

53. Elections municipales. Théâtre. Le toupioun de Pierre Guéroult

Le toupioun

Prémyire partie

   V’chin la prémyire mitaun de la pyiche de théyâte de Pierre Guéroult  Le toupioun  (La toupie)… Ya byin d’s annaées qué le live est pus dauns les boutiques…
   No-z-est dauns eune pétiote mairerie de tcheu nouos, en 1958…  Ya Benjamin, Maîte Jacques, l’Adjouent, et Maîte Baptiste qu’est Maire de la coumeune.  Les counseillis espèrent ampraès les voteus… (Louisin, Charlot, Médéric et sa bouorgeouèse Marotène vount s’en venin par pus tard).
    Ya itou Moussieu Nativet, le maîte d’école (qui prêche fraunceis)…
Toupion (que no-z-écrit toupioun achteu) à la fête à Rocheville le 4 d'ât dé 2013

Toupion (que no-z-écrit toupioun achteu) à la fête à Rocheville le 4 d’ât dé 2013)

00 001

1 Le toupion 0012 00134

carte électo 001

5 0016 0017 0018 0019 002

10 001DSC0054611 001P Guer 001

(A suivre…)

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Cotentin, Jeux normands et sports, Livres en normand, Saisons

47 Du nouveau sur Joseph Mague ! Photos de la Fête de la langue normande en Bessin avec l’ADTLB.

Les élus du Parc des marais et de la Communauté de Communes d'Isigny-Grandcamp et Christian Nisse, Président de l'ADTLB, association qui fédère 93 communes du Bessin et a établi le programme de la Fête normande

Les élus du Parc des marais et de la Communauté de Communes d’Isigny-Grandcamp et Christian Nisse, Président de l’ADTLB, association qui fédère 93 communes du Bessin et a établi le programme de la Fête normande. L’expo Mague réalisée par Magène est visible deux mois à l’Office du Tourisme à Isigny.

Michel Le Bas, le 3 mars 2014
Boujou,
Hier au concert Magène, j’ai retrouvé un spécialiste en généalogie, Monsieur Lionel Bonnetot, qui habite Isigny-sur-Mer et qui a commencé des recherches sur Joseph Mague, les tous premiers éléments sont les suivants :
Joseph Mague habitait à Balleroy en 1911 !!!, Rue des Forges. Voilà ce qui explique qu’il connaissait l’éditeur Fertard qui a publié en 1904 et 1912 environ ses 24 Chansons du Bessin sur des cartes postales illustrées. [Magène vient de mettre en vente le CD « Angelina » contenant un choix parmi ces 12 Chansons du Bessin, 12 € en direct, boutique sur le site magene.com ; voir articles précédents de ce blog]

Son père est bien né à Paris le 22 09 1830. Son grand père, Etienne, Alphonse vivait à Ducey.
Sa mère est née à Saint-Pierre-Eglise (mais abandonnée à Valognes) le 01 12 1829 : pas étonnant qu’il ait connu Alfred Rossel (qui habitait Cherbourg) et qu’il ait participé au Bouais-Jan vers 1900.

Sa femme Pulchérie Zenaïse est née à Marigny le 28 03 1874, sa belle mère Becquet Marie Louise est née aussi à Marigny en 1839 (entre Saint-Lô et Coutances, le pays de Louis Beuve, autre grand fondateur de la littérature en normand).
Il s’est marié à Marigny le 3 10 1898 ; quelques mois après naissait à Marigny Marguerite Marie Pauline le 14 03 1899, cette première fille (que l’on ignorait) est morte jeune à Vire le 28 02 1905, elle avait presque 6 ans. Ses deux sœurs sont nées aussi à Vire en 1902 et 1904.

Si l’on ajoute les liens de sa famille avec Avranches, ses études à Mortain et sa retraite à Granvilleles liens de J. Mague et de son ascendance avec la Basse-Normandie sont donc très bien établis, de même que ses rapports avec Balleroy, ce qui est un très précieux renseignement : le chainon manquant !!

Il reste certainement encore des surprises à venir : pourquoi pas une photo de J. Mague ??
Un grand merci donc aux recherches fructueuses de Lionel BONNETOT.
Michel (il reste quelques places à l’excursion autour de la langue normande organisée les lundi 8 et mardi 9 avril par Magène dans le Sud-Manche, quelques chambres aussi le lundi soir)

Michel Le Bas, Grandcopais d'adoption est passionné par Joseph Mague et les mystères de sa biographie

Michel Le Bas, Grandcopais d’adoption est passionné par Joseph Mague et les mystères de sa biographie

Le président de Magène et rédacteur de ce blog évoque la qualité littéraire des Chansons du Bessin.

Le président de Magène et rédacteur de ce blog évoque la qualité littéraire des Chansons du Bessin.     Ph. Michel Le Bas.

Retour en images sur la Fête de trois jours. Vendredi soir à Lison, Nadège Queuniet a en-chanté le public qui a chaleureusement participé.

Retour en images sur la Fête de trois jours. Vendredi soir à Lison, Nadège Queuniet a en-chanté le public qui a chaleureusement participé.

L'immense talent de Marie Lemoine a ravigoté les contes normands fantastiques

L’immense talent de Marie Lemoine a ravigoté les contes normands fantastiques

Chanter la galette de sarrasin (de Louis Beuve) entretient la mémoire. A 93 ans, un beau moment d'émotion à la médiathèque de La Cambe samedi matin

Chanter la galette de sarrasin (de Louis Beuve) entretient la mémoire. A 93 ans, un beau moment d’émotion à la médiathèque de La Cambe samedi matin

La soupe à la graisse de Marie Berthe a amusé les auditeurs...

La soupe à la graisse de Marie Berthe a amusé les auditeurs…               Ph. Michel Le Bas.

Les lectures en normand seront renouvelées à l'arryire (à l'automne).

Les lectures en normand seront renouvelées à l’arryire (à l’automne).    Ph. Michel Le Bas.

Pierre Boissel, après un exposé sur le parler du Bessin et l'étude de "La petite servante" de J. Mague, explique la façon de jouer des violoneux traditionnels

Pierre Boissel, après un exposé sur le parler du Bessin et l’étude de « La petite servante » de J. Mague, explique la façon de jouer des violoneux traditionnels

M. le Curé de Canchy a dit son sermon en normand et avec humour. Ch. Nisse l'en remercie.

M. le Curé de Canchy a dit son sermon en normand et avec humour.                                                                 Ch. Nisse l’en remercie.                                                                     Ph. Michel Le Bas.

Bllâodes et coéffes de Caen ont dansé dans l'église avec leurs belles coiffes...

Bllâodes et coéffes de Caen ont dansé dans l’église avec leurs belles coiffes…   Ph. Michel Le Bas.

L'esnèque est un jeu qui passionne les grands. Tec-Nor a animé le dimanche de 14 à 17 h : 12 jeux normands (avec Dominique et Yves Le Bresne, R Pézeri et Michi le Bas). En Bessin, on connaît la galoche ou bouchoone ainsi que la Randonnée minette de tradition orale.

L’esnèque est un jeu qui passionne les grands. Tec-Nor a animé le dimanche de 14 à 17 h : 12 jeux normands (avec Dominique et Yves Le Bresne, R Pézeri et Michi le Bas). En Bessin, on connaît la galoche ou « bouchonne » ainsi que la Randonnée minette de tradition orale.

Dany et Théo ont chanté La Dentélyire de Joseph Mague et le répertoire du nouveau CD "Je syis magnifique !

Dany et Théo ont chanté La Dentélyire de Joseph Mague et le répertoire du nouveau CD « Je syis magnifique ! »

Humour et émotion (avec "Men frère... Men frère" de Côtis-Capel) alternent dans ce très beau répertoire : en normand, ch'est reide seur !

Humour et émotion (avec « Men frère… Men frère » de Côtis-Capel) alternent dans ce très beau répertoire : en normand, ch’est reide seur ! A l’année prochaine !

1 commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Bessin, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Faête és Normaunds, Jeux normands et sports, Revues normandes, Saisons

29. Bouone et le tchuraé, Touène à la mair’rie, le fuuleton (5è)

   Montaigu, suite du feuilleton…

à Montaigu

à Montaigu

Ch. III 7.         Devaunt que de s’endormi, Bouone avait des idaées qui li toupinaient dauns la tâete : çu fillette-lo, o serait paé coume lyi ! Sen père érait ryin à dire, il ’tait si héyeus. Et les balaundyires du hammé pourraient paé bagoulaer  qu’il avaient fêtaé la Pennecouote devaunt Pâques : Charlotte avait nâqui pus d’eun aun ampraès qu’il eûtent passaé souos la perque !

L'église de Montaigu

L’église de Montaigu

   Treis semannes ampraès, o s’en feut veî le tchuraé qui l’espérait souos le graund porta de l’égllise pouor les relevâles.

DSC00350

   I fit quiques pryires, bénit les déeus pans que sen bouonhoume avait boulaungis de vèle. O li en baillit yeun et se racachit d’aveu l’âote.

DSC00391

 Cha s’adounit reide byin, de la partie de l’égllise, ol apercheut José qui s’n allait veî ses baêtes : ol avait veu eun houme…  doun ol érait eun gas : ch’est Touène pardyi qu’en sera byin aise !        Bouone feut arprinse treis meis aumpraès ; ol eut byin eun quenâle. Malhéyeusement, i vint tout blleu, d’aveu le cordoun alentou du co. Touène en érait plleuraé !

DSC00205

DSC00208

   Le tchuraé leus dit par ses raisouns que ch’était eun avouortilloun et qu’il avait paé ’taé baptisi ; i voulit paé qu’i seit portaé en terre d’aveu l’s âotes éfaunts : « I sera entâopinaé le loung du mu du chimetyire, yéra paé de relévâles inetou… »

DSC00292

L’ossuaire de Montaigu, dans le cimetière

DSC00312

   —  Pisque chenna en est, que fit Bouone, j’irai puchi ma linsive eun coup par aun pouor Pâques, i m’arveira pus à la messe ! Ch’était men petiot, je l’i yeu dauns mei padaunt neu meis ; ch’était men fisset, men poulot, no deit paé l’entâopinaer coume eun quyin !

   Touène fit dé demême.

   Avant de s’endormir, les idées tournaient dans la tête de Bonne : cette enfant-là, elle ne serait pas comme elle ! Son père n’aurait rien à dire, il était si content. Et les cancanières du village ne pourraient pas raconter qu’ils s’étaient fréquentés avant le mariage et qu’ils avaient fêté la Pentecôte avant Pâques : Charlotte était née plus d’un an après qu’ils se furent mariés à l’église !

   Trois semaines plus tard, elle alla voir le curé qui l’attendait sous le grand portail de l’église pour les relevailles. Il fit quelques prières, bénit les deux pains que son mari avait cuits la veille. Elle lui en donna un et revint avec l’autre. Cela tombait très bien, dès qu’elle sortit de l’église, elle aperçut Joseph qui allait surveiller ses bêtes : elle avait vu un homme… donc elle aurait un garçon : c’est Antoine pardi qui sera bien content !

   Bonne fut de nouveau enceinte trois mois plus tard ; elle eut effectivement un garçon. Malheureusement, il vint tout bleu, avec le cordon ombilical autour du cou. Antoine en aurait pleuré !

DSC00220

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Le curé leur fit valoir que c’était un avorton et qu’il n’avait pas été baptisé ; il ne voulut pas qu’il soit enterré avec les autres enfants : « Il sera mis en terre le long du mur du cimetière, il n’y aura pas de relevailles non plus… »

DSC00327

   —  Puisqu’il en est ainsi, dit Bonne, j’irai me confesser une fois par an pour faire mes Pâques, il ne me reverra  plus à la messe ! C’était mon petit, je l’ai porté neuf mois ; c’était mon garçon, mon bébé, on ne doit pas l’enterrer comme un chien. 

   Antoine fit de même.

DSC00334

 

 

Saint Martin partage son manteau...

Saint Martin partage son manteau…

DSC00288

Ch. IV 6.              Ugène prêchait du temps, des vaques que no-z-allait byintôt mette à l’herbe, du bllé, de l’annaée qui s’announchait reide byin… du temps qu’était poussaunt…

Les viâos à Montaigu (lé 6 d'ât dé 2013)

Les viâos à Montaigu (lé 6 d’ât dé 2013)

de la cocotte qui leus avait fait byin du ma et ch’est seument à la surrinchette – « no peut paé arparti sus eun pyid » —  que no quemenchit à veî iyoù qu’i voulait en venin :

   —  Les mâovaises annaées sount derryire nouos, t’as byin reussi, t’es sus eune belle positioun, t’as tréjous demeuraé à Mountaigu, no-z-entend que du byin de tei : je vourais que tu seis counsilli ! »

Eune barryire de cllos à Montaigu

Eune barryire de cllos à Montaigu

   Touène et Bouone en restîtent la goule souos le naez. Bouone pinchit du bé, ol ’tait brin héyeuse de cha qu’o venait d’entenre.

   —  T’es byin veu, byin rendaunt service, d’aveu tei ya paé de nennin. De cha qué je veî s, t’es paé par trop erligiounnaire,  je creis que t’es républliquain mais paé brûlaé rouoge ! Tu serais eun bouon counsilli et eun bouon adjouent ! Qui que no sait ? Dauns syis auns, je sis byin vuulli, je m’artirerai… Tu pourrais yête dauns la quaire à bras. Qui que t’en dis ? Té v’là byin abâobaé : prêche-z-en alentou de tei, je rapasserai la semanne qui vyint ! »

   Promais qu’Ugène feut dépéqui, Bouone en tumbit d’assise sus la bauncelle, toute ébésouie, Touène était éblluaé itou.

   —  Ch’est paé pouor dire, tu ferais eun reide bouon counsilli, âossi bouon mahène byin que José qu’a paé seument ouvert la goule dé depis douoze auns qu’il est à la mairerie ou que çu pouore Louisot qui luut byin à penne et qu’a paé de gingin pouor déeus liards ou byin enco Batisse qu’est dreit dauns le cas de dire cha que le tchuraé li a dit ! Seument, adjouent, va falli que tu t’en alles à la mairerie eun coup la semanne : ch’est paé à la mairerie que l’ouvrage va se faire, cha va yête sus mei que cha va tumbaer, je pourrai pus me chevi.

Eune belle pôsition à Montaigu

Eune belle pôsition à Montaigu

   —  Si j’arrive, no prenra eun petit valet ; justinèment, ya Louisot Vâotyi qui trache eune pllèche pouor que sen petiot rentre en counditioun. 

mairie de Montaigu

mairie de Montaigu

        Eugène parlait du temps, des vaches qu’on allait bientôt mettre dans les champs, du bllé, de l’année qui s’annonçait très bien… du beau temps qui favorisait la pousse… de la fièvre aphteuse qui leur avait fait beaucoup de mal et c’est seulement quand Antoine servit la deuxième rasade d’eau-de-vie – « on ne peut pas repartir sur un pied » —   que l’on commença à voir où il voulait en venir :

  —  Les mauvaises années sont derrière nous, tu as bien réussi, t’as une belle exploitation, tu as toujours habité Montaigu, on n’entend dire que du bien de toi : je voudrais que tu sois conseiller municipal ! 

    Antoine et Bonne restèrent interloqués, bouche ouverte. Bonne se pinça les lèvres, elle n’était pas très heureuse de ce qu’elle venait d’entendre.

  —   T’es bien vu, t’aimes rendre service, avec toi y a pas de refus. D’après ce que j’ai constaté ; tu n’es pas trop porté sur la religion, je crois que tu es républicain mais pas excessivement rouge ! Tu serais un bon conseiller municipal et un bon adjoint ! Qu’est-ce qu’on en sait ? Dans six ans, je me fais vieux, je ne me représenterai pas… Tu pourrais avoir le fauteuil de maire. Qu’en dis-tu ? Te voilà bien étonné : parles-en autour de toi, je reviendrai la semaine prochaine ! 

   Dès qu’Eugène fut parti, Bonne s’affaissa assise sur le banc, complétement stupéfaite, Antoine était abasourdi lui aussi.DSC00826

    —  C’est certain, tu ferais un très bon conseiller municipal, aussi bon sans doute que Joseph qui n’a pas ouvert la bouche une seule fois depuis douze ans qu’il est à la mairie ! Ou que ce pauvre Louisot qui sait à peine lire et qui n’a pas deux sous de bon sens ou bien encore Baptiste qui est tout juste capable de répéter ce que le curé lui a dit ! Mais, adjoint, il va falloir que tu ailles à la mairie une fois par semaine : ce n’est pas à la mairie que le travail se fera, c’est sur moi que ça va retomber, je ne pourrai pas y suffire.

  —  Si je suis élu, on engagera un petit domestique ; justement, Louisot Vautier cherche une place pour que son fils ait une situation.

DSC00827

à Montaigu

à Montaigu

 

Ch. IV 7.         Touène acaissit brin et se portit, il arrivit et i rapâssit d’embllême le coup d’ampraès —  le prémyi du tablleau —  et i dégotit la quaire à bras.

   —  Te v’là le gar d’aveu tes douze ouées ! que li fit Bouone, byin héyeuse et fyirte —  ol en disait ryin —  de veî sen Touène à la mairerie.

    Touène feut eun bouon maire, padaunt vingt auns de temps il eut jammais poue à ses câoches ; ch’est souos li que no bâtit les écoles, yeune pouor les files et yeune pouor les garçouns.

   Bouone ne dit mot, seument, à part lyi, ol avait poue qu’annyi, Touène seit oû coupé de sen peiryi et que deman i seit oû pyid.

   Cha feut mahène byin pouor fêtaer cha, oû sei mais que Touène s’erpassit, surgai, qu’i fîtent Jacques… Bouone l’avait promins et pis, qui que vous v’laez ? Quaund que sen Touène l’embrachait dauns le bénityi du diablle… ch’était coume si o s’en ressentait eun miot ! Eun redot de dyis auns, cha feut pardyi byin seu, le fouoniot.

DSC07805

  Antoine ne céda pas et se présenta, il fut élu et réélu à l’élection suivante avec le plus de voix. Il devint maire.

   —  Te voilà le jars avec tes douze oies ! lui dit Bonne, très heureuse, et fière  —   elle n’en disait rien  —  de voir son Antoine à la mairie.

   Antoine fut un bon maire, il n’eut jamais peur de prendre une veste ; c’est pendant ses mandats que l’on bâtit les écoles, une pour les filles et une pour les garçons.

DSC00819

   Bonne ne dit rien, mais elle avait peur qu’aujourd’hui, Antoine soit perché au plus haut de son poirier et que demain il retombe à son pied…

   Ce fut sans doute pour fêter l’élection, le soir quand Antoine rentra, très heureux, qu’ils conçurent Jacques… Bonne l’avait promis et puis, que voulez-vous ? Quand son Antoine l’embrassait dans le bénitier du diable —  entre les deux seins -, c’était comme si la tête lui tournait, un peu pompette ! Un dernier-né, après dix ans, ce fut Dieu merci vraiment le dernier.

couv Bouone et Bouonotte Maurice Fichet 001

(à suure…)

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Ecologie, Jeux normands et sports, Langues autres que normand, Livres en normand, Saisons, Vocabulaire

28. Bouone et Touène, l’iâo mounte ! Le gardin et la légeume (4è)

    1889, Montaigu, suite du feuilleton…  Le début n’est pas traduit en français, gardez la musique des mots normands dans la heune (la tête)…

    En faisaunt sen petit tripot, la taête li marchait : cha s’était byin adounaé pouor sen Touène, il ’tait paé tumbaé oû sort, il avait hersounaé tcheu ses gens et il ’tait demeuraé garçoun jusqu’à pus de trente auns. Achteu, il ’tait à sa guerbe bouoillie. Rapport qu’il avait paé de frères et sœurs ; ses gens avaient paé ’taé en souen de faire leus lots ! Il avait dreit-z-eu qu’à bailli les dreits d’héri.

    O mint sa soupe à trempaer dauns déeus guichouns, coupassous o la crépounçait pouor que le pan seit byin mouilli.

    Touène se racachit et s’assyisit à l’amountous, oû hâot bout, d’aras la crouésie : cha sera sa pllèche sa vie duraunt. Bouone affouorquit la bauncelle et i mouégîtent leus soupe byin câode ; à la mitaun d’octobe, no-z-était paé partis byin louen dauns l’arryire seument la freid rarrivait.

(Réthoville, au moulin)

(Réthoville, au moulin)

 

    Promais qu’il arrivaient quittes de magi, Touène la happit à brache-corps :

   —  Et si achteu maisi no prenait le café du pouore, devaunt que je m’en veîche busoqui, qui que t’en dit ?

   —  Mâodit graund valpasiaun, cha va défaire men lyit !  que fit Bouone en récibrônaunt… Seument, en dedauns de lyi ol ’tait byin aise : « Fâora paé t’y faire le corps, qu’o fît en groumachaunt, guette-mei cha, me v’là  héruchie coume eun guai qui vyint de couaer, j’i ma bounette qui tyint pus sus le coupé de ma taête ! Mâodit graund avrelaun, graund marquemal ! No va paé se tenin à jostaer toute l’arlevaée, la jument t’espère : o chabote attaquie à la melle ras l’hus de l’étchurie… 

DSC08957    Mâodit graund-sot-la-bâete !» qu’o li dit en li sâotaunt oû co, en l’embrachaunt enco eun coup et en le poussaunt dehors : « J’i paé que cha à faire… »

Ch. IV 2.              Dauns l’essène d’âot, i se mint à tumbaer des haraées d’iâo, des achânaées, des dépêlaées ; il a plleu sauns décessi, les praés étaient bllauncs, les caches eun miot en dépivalaunt étaient toutes dégravinaées ; les vuus murs en masse étaient dégrabolisis.

DSC02525

   L’iâo dépotait dauns les rohières, no dâobait à retou de temps ; no pilait dauns la vatre quâsiment  jusqu’oû poumet de la gambe, no-z-était counfoundus de brouet. No-z-était travsaés quaund que no sortait sa loungueu, sâoçaés. La terre se découvrit en novembe. Ch’était la minsère. Les vuus, dauns le trige, avaient jammais veu dé dequei coume chenna.

DSC02562    

À la fin d’août, il se mit à tomber des averses d’orage, brusques, violentes ; il a plu sans arrêt, les prés étaient submergés d’eau, les chemins creux qui dévalaient un peu étaient tous ravinés ; les vieux murs en argile croulaient.

    L’eau coulait abondamment dans les ornières laissées par les roues, on pataugeait continuellement dans l’eau ; on marchait dans la boue enfoncés presque jusqu’au mollet, on était couverts de boue. On était traversés par la pluie dès que l’on mettait le nez dehors, trempés jusqu’aux os. Le sol fut mis à nu en novembre. C’était la misère. Les vieux, dans le pays, n’avaient jamais vu quelque chose comme ça.

   Les vaques s’abriaient souos les haies, les poules demeuraient dauns le juquous et côdaquaient pus ; yavait pus mais que les malards et les bouores que no veyait dehors, byin à leus aise !

DSC02552

   Ch’était-i la mucreu ? Les vaques feûtent prinses de ma, ol eûtent câod et pis freid, o grégeolaient… Eune tchâolaée bllaunche, à mitaun lipotouse leus tumbait des babènes ; ol eûtent itou des cllaires, des vessieures sus les pyids : ch’était la cocotte, eun brouet que dîtent les graundes gens de Valouène. Yavait ryin à y faire : les pus hasyires, fâorait les escoffiaer et veî pouor l’s âotes : no pouvait bllaunchi d’aveu de la câos les muns des établles mais cha y faisait coume eun quyin à la messe. Touène feut oblligi de racataer pus de la mitaun de sen meublle.

   Les vaches s’abritaient sous les haies, les poules restaient dans le poulailler et ne gloussaient plus ; il n’y avait plus que les canards et les canes que l’on voyait dehors, tout à fait à leur aise !

   Etait-ce l’humidité ? Les vaches attrapèrent une maladie, elles eurent chaud et puis froid, elles tremblaient… Une écume blanche, un peu gélatineuse tombait de leurs lèvres ; elles eurent aussi des ampoules, des cloques sur les pieds : c’était la fièvre aphteuse, qualifiée d’épidémie par les gens importants de Valognes. On ne pouvait rien y faire : les plus atteintes, il faudrait les abattre et voir pour les autres : on pouvait blanchir les murs des étables à la chaux mais ça n’avait pas plus d’effet qu’un chien d’aller à la messe. Antoine fut obligé de racheter plus de la moitié de son bétail. (…).

DSC08282

Ch. IV 4.  —  No va paé mens paé yête à tchu !

   —  Va pouortaunt falli se déhalaer de çu mâopas-lo !

   Le cat était dauns l’horloge, Touène avait jammais veu Bouone se mountaer coume chenna.

   Touène print Bouone à brachies, ol en avait enco le trembllot.

DSC09475Eune écllairgie li passit dauns les urs, Touène avait acaissaé.

DSC09476   L’annaée d’ampraès feut byin milleure ; yeut pouortaunt la guerre, seument à Mountaigu no vit paé les Prussians ! La famile chômit de ryin, les déeus drényires vaques baillaient enco eun miot de lait, de la cramme et du buure ; no escoffyit le moussieu, quiques poules et quiques lapins, no mouégit des oeus et yeut de la légueume dauns le gardin.

IMG_1954DSC09768     —  On ne va quand même pas faire faillite !

    —  Il va pourtant falloir se tirer de ce mauvais pas-là !

   La dispute était dans la maison, Antoine n’avait encore jamais vu Bonne se mettre ainsi en colère.

   Antoine prit Bonne dans ses bras, elle en tremblait encore. Ses yeux s’illuminèrent, Antoine avait cédé.

   L’année suivante fut bien meilleure ; il y eut pourtant la guerre, mais à Montaigu  on ne vit pas les Prussiens !  La famille ne manqua de rien, les deux dernières vaches donnaient encore un peu de lait, de la crème et du beurre ; on égorgea le cochon, quelques poules et quelques lapins, on mangea des œufs et il y eut des légumes au jardin.

   Touène aimait byin busoqui dauns sen courtin, il en avait quiques perques aras sa maisoun. Touos l’s auns, en févryi ou mâr, mais que le temps adounait byin, i graissait sen gardin d’aveu du mâle, i touornait tréjous la terre d’aveu sen trublle. Ses herbyis étaient byin de dreiture et la terre flleurissait oû biâo solé.

    Ampraès les gelaées, i pllauntait les pounéterres, oû rioun byin seûr ; coume dé juste, ol ’taient byin souégnies ses pounéterres, byin câochies et o dounaient byin, yen avait tréjous eune palaunquie : les pus joulies pouor les gens, les petiotes pouor les vêtus, Bouone les timbalait dauns eun graund câodroun.

Les pounéterres pouossent byin achteu en chu meis d'At !

Les pounéterres pouossent byin achteu en chu meis d’At !  

   I pllauntait de la chouâle pouor les lapins, des chours proumpts et des pouéyets pouor la soupe.

    I sumait itou des carottes, des peis à la piaffe et des peis d’hivé : i faisait des gllanes qu’il ahoquait souos le lermyi pouor les séqui. À retou de temps, il ’tait à rébectaer, à serclli, à tenvri. Il avait tréjous de la belle légueume !

 

   Antoine aimait bien s’occuper dans son jardin, il en avait quelques ares derrière sa maison. Tous les ans, en février ou mars, quand le temps s’y prêtait, il engraissait sa terre avec du fumier et il la retournait toujours avec son truble. Ses planches étaient toujours bien droites et la terre séchait sous le beau soleil.

   Après les gelées, il plantait les pommes de terre, dans un sillon bien entendu ; évidemment elles étaient bien cultivées ses pommes de terre, bien buttées et le rendement était toujours excellent : les plus belles pour les humains, les petites pour les cochons, Bonne les cuisait dans un grand chaudron.

  Il plantait des choux pour les lapins, des choux pommés et des poireaux pour la soupe et semait aussi des carottes, des haricots de Soissons, des haricots secs : il les attachait par poignées qu’il accrochait sous le larmier pour les faire sécher. Il était tout le temps en train de biner, sarcler, éclaircir. Il avait toujours de beaux légumes !

DSC09773DSC09765DSC08766

DSC08280

couv Bouone et Bouonotte Maurice Fichet 001

(à suure…)

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Ecologie, Jeux normands et sports, Langues autres que normand, Livres en normand, Saisons, Vocabulaire

24. Fiançailles au moulin de Réthoville et neuche à Valouognes.

    D’aveu le solé qu’était de la partie, vo-z-allaez veî ichin de biâos portraits.

   Mais va paé falli yête trop pressi, rapport que j’i halaé 200 photos oû moulan à Marie Ravenel dimmaunche et 600 à Valouones sammedi…  Yéra pusurs billets, paraé !

No daunche pou l's accordailles oû moulan de Réthoville dauns le Va-de-Sai'e / Le Val-de-Saire...

No daunche pou l’s accordâles oû moulan de Réthoville dauns le Va-de-Sai’e / Le Val-de-Saire… Annaées dyis-hui-chent-seissaunte…

Les mariés à Valouones : Annaées dyis-neu-chent.

Les mariés à Valouones : Annaées dyis-neu-chent.

No va quemenchi pa la faête oû moulan de Réthoville qui fut byin amendaé et ragrilli (remis en état) dé depis qu’j’tais venun le veî ! www.moulinmarieravenel.fr

Achteu no peut raccato de la flleu (farine) oû moulan !  L'iâo s'en vyint pa la noe (petit conduit en bois) et tumbe sus l's âogets...

Achteu no peut raccato de la flleu (farine) oû moulan !
L’iâo s’en vyint pa la noe (petit conduit en bois) et tumbe sus l’s âogets…

Accordâles. No disait itou les menauntises... Ichin ch'est la bouolaungerie.

Accordâles. No disait itou les menauntises… Ichin ch’est la bouolaungerie.

La daunche de la fouaée. Avous-veu le chorchyi oû mitaun ?

La daunche de la fouaée. Avous-veu le chorchyi oû mitaun ?

Née au moulin, Marie Ravenel a publié ses poèmes en 1852 et 1890

Née au moulin, Marie Ravenel a publié ses poèmes en 1852 et 1890

La flleu d'o (avec) Marie Ravenel

La flleu d’o (avec) Marie Ravenel

Le bouolaungyi va byintôt pouvi enfouorno sen pan et sa gâche...

Le bouolaungyi va byintôt pouvi enfouorno sen pan et sa gâche…

L'iâo qui couort...

L’iâo qui couort…

DSC09388DSC09387DSC09351

    Yavait itou eun gâs et sa cryature qui halaient de la cramme… Et pis eune potyire du trige, qui fait des pots-cochon à la mannyire des syins de Mourot (Néhou) mais pus modernes, eun âote qui dole des jouets en boués, eun âote qui vendait sa goutte de prémyire (calva) et pis Denise qu’a luusu des histouères à Pyirre Guéroult, byin seu d’aveu le prêchi du Val-de-Saire, ch’est touot naturé ! (O fait eun miot coume Fraunçouèse Roulland à Bricbé !).

   Ch’est paé le tout que des chous (c’est pas tout ça, dépêchons-nous…), v’chin les bouones gens qui sount invitos és accordâles qui se racachent !

Le groupe és Goubelins a byin chinquaunte auns achteu, et tréjous il aiment muus s'affêto (s'habiller) coume les basses (servantes) et les fermyires que d'accaunt les graund couéffes des bouorgeouèses

Le groupe és Goubelins a byin chinquaunte auns d’âge achteu, et tréjous il aiment muus s’affêto (s’habiller) coume les basses (servantes) et les fermyires que d’accaunt les graund couéffes és bouorgeouèses

Eul Payis de Valouognes a mins ses belles couéffes pouo la cérémonin d'accordâles !

Eul Payis de Valouognes a mins ses belles couéffes pouo la cérémonin d’accordâles

Fâot byin déeus quevâos pouor couori dauns le cllos à poumyis d'aveu sa quertaée de gens !

Fâot byin déeus quevâos pouor couori dauns le cllos à poumyis d’aveu sa quertaée de gens !

Les jéeus d'âotefeis pouor les syins d'annyi pouor chu jouo de faête : carambole à gouttyire, bézette, froume la bouète, l'esnèque, billards, kubb, molky des Viquyins (les Vikings),...

Les jéeus d’âotefeis pouor les syins d’annyi pouor chu jouo de faête : carambole à gouttyire, bézette, froume la bouète, l’esnèque, billards, kubb et molky des Viquyins (les Vikings),…

Le gros bébé à Eurocibles et les CD de caunchouns à Magène ount intéressi les gens.

Le gros bébé à Eurocibles et les CD de caunchouns à Magène ount intéressi les gens.

Mais que j’avais le dos ratouorno à busoqui et josto d’aveu les quenâles, touos les gâs et les files du cortège pâssîtent et se mîntent à chaunto et à daunso !

Ya des gens qui nous ount bailli eune quile dé remerque, qui feut trouaée és Gougins : o fait seissaunte chin chentimettes dé hâot. Les « treis soeus du Cotentin » que no counaît byin sount eun miot pus hâotes et pus simplles.

O sount côte-côte et no sait que la bllaunche quile mesure 70 cm.

O sount côte-côte et no sait que la bllaunche quile mesure 70 cm.

Achteu, no dit que no va « au bowling », cha fait muus que « No va jostaer és boules », va t’en veî !

Ya des petiots quœrus (forts) assaez pouor envier la boule dreit sus les treis quiles ! Et le petit raboulous tait byin joraé !

DSC09446

I faisait eun temps des quate solés à la relévaée ! (l’après-midi)

Touot le mounde a daunchi et chaunto...

Touot le mounde a daunchi et chaunto…

DSC09458

Ya d’belles files partout ! Mais j’n’en counais guère…

... d'âossi byin à men goût que ceuses du Val de Saire !

… d’âossi byin à men goût que ceuses du Val de Saire !

Ne sayez po jalous si je chaunte dévaunt vous...

Ne sayez po jalous si je chaunte dévaunt vous…

... les files, les bouones grosses files, les jannes files dé tcheu nous.

… les files, les bouones grosses files, les jannes files dé tcheu nous.

Mei qui fais les marchis de Sant-Pierre, de Bricbé et des envirouns...

Mei qui fais les marchis de Sant-Pierre, de Bricbé et des envirouns…

Jen counais vos pouvez m'en creire...

J’en counais, vo pouvaez m’en creire…

DSC09484

… Et de jannes et d’jolis tendrons… !

Alfred Rossel, édition 1933.

Alfred Rossel, édition 1933.

A Valouognes où je vais d'usage eun coup la semanne...

A Valouognes où je vais d’usage eun coup la semanne…

... le vendredi (jouo du marchi)

… le vendredi (jouo du marchi)

Yen a chinquaunte et davantage...

Yen a chinquaunte et davantage…

... qui trouent (trouvent) l'temps loung, à ce qué no dit...

… qui trouent (trouvent) l’temps loung, à ce qué no dit…

Ya de belles files partout !!!

Ya de belles files partout !!!

J’armercie byin des feis les belles et jolies files du Payis d’Art et d’Histouère du Cllos du Cotentin qu’ount byin vouli que je hale lus portrait chu  sammedi le jou de la graund neuche de 140 invitaés !

Byintôt vo-z-allaez veî les neuchous qui passent et rapassent dauns les vuules rues de Valouognes pou s’n allo à la mair’rie et pis cha sera la cérémonin…

Et byintôt, sus ch’té gazette de la laungue normaunde, la Sante-Aone à Bricbé, le nouvé p’tiot qui sera p’tête noute Du (Duc) de Normaundie, d’âotes caunchouns à Fredo (Alfred Rossel) d’aveu enco des photos, le déluge à Caen, ya byin de quei pairoto !!

Mais avaunt que de froumaer le jouorna, guettaez enco chu scoup ! Eune dénoumaée Charlotte Corday, lavaundyire, a vouli escoffiaer sa veisène ! Fâot l’enfroumo !!!

Ch'est d'aveu le couté du rémoulous que ch'té gribiche a égohino sen amin...

Ch’est d’aveu le couté du rémoulous que ch’té gribiche a égohino sen amin…

Rémin Pézeri

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Chansons, Cotentin, Dictionnaire Trésor de la Langue normande, Jeux normands et sports