Archives de Tag: enfants

61. À l’Institut du Judo, l’art du maniement de Sei

À l’Institut du Judo, l’art du maniement de Sei

Qui qu’i dit le gâs Teddy ?

    Le Fraunceis Teddy Riner est devenun champioun d’Urope de judo pou le quatriyîme coup, sammedi, à Mountpelyi. Il a capuchi le Georgian Adaum Okruashvili d’aveu ippoun. Mais i fait la griche, rapport que ch’tait d’eçsaès quemode dé gangni. Le peids louords dé 2 m treis (pouor 282 livres) a tréjous gangni dé depis quatre auns, va-t-en veî ! Cha fait syis coups itou qu’il est chaumpioun du mounde.
Emilie Andéol et Audrey Tcheuméo ount-z-eu le gâ itou, ieune dans les pus de 156 livres et l’âote des mens de 156 livres.
L’équipe de Fraunce a mins dauns sa pouquette syis médâles d’or, prémyis dé touote l’Urope ! ! Ch’est dé dequei de remerque !
Rémin
équipe : prononcer en Normandie le plus souvent étchipe. Chu mot vyint enco du scaundinave ! Tout cha qu’est sus eun baté en normaund et pis en fraunceis ampraès, ch’est rapport és Viquyins (aux Vikings, les Rois des baies) !

de skip = baté (Cf. ship en anglais et Schiff en allemand. du nordique skipa = arranger, équiper. En 1120, s’est écrit eschiper = naviguer, embarquer, équiper un bateau pour prendre la mer. Le sens s’est élargi au XVIe s. : équiper un local ; s’équiper…

par Maryvonne du Praé du Moulan

   Byin-à-couop, à matin, nouos v’là sus l’A.13, en directioun de la capitale, eun coach à bord, pou le chaumpiounat Uropéan de Judo. Bougre, des veiteures pet-à-coue sus treis files, la compétitioun coumenche à neuf heures. Les mineutes s’égronnent ieune à ieune. Malédictioun, les autos fount du sus pllèche. Pouor seur, no va maunqui le début mais qué le côtche (eul coach en aungleis) seit lo pou le prémyi coumbat. Cha li cône dauns l’oyèle, enco dyis mineutes. Lé v’là descendeu, à touote berzingue, à pique de galop, les gaumbes à sen co coume eun dératé, il ‘tait graund temps…

judo Paris (2)

Quiques espllicatiouns…

     Rapport à lus peids, les coumpétiteus, sus la bastchule de vèle oû sei, sont raunguis pa catégories. À pis pus, cha vaut le couop de poussaer eune suaée ou byin dé se rédimaer eun miot pouor paé saôtaer de catégorie. Figurous eun chent quilos (tchilos) déplléchi eune ormouère de chent-quaraunte kg oû pus d’aveu déeus mètes de haôt !
     Ch’est itou de vèle que « le tirage au sort » fait moussinaer les tchusses. Le bouoligot et la chaunce pèsent d’ecsaès louord, ch’est le cas de le dire : eun Ukrainien pou coumenchi, eun Russe ampraès. Magène, ch’est paé des brélettes, ches Belges, Allemaunds, Italians, Hongroués, Suisses, Géorgians…  Eune vlopaée de Russes pou ramassaer eune patraillie de médâles.
     Ch’est drôlu d’yête vétéraun à trente auns. Dauns le sport no vuuillit à toute alleure. Sus les étiquettes, j’i armerqui F1, M2… F coume female en anglleis, coume dé raisoun, fème tcheu nouos ; ch’est de même pou M : male pouor houme. Ente trente et trente-chinq auns, ch’est Numéro 1, ente trente chinq et quaraunte Numéro 2… Sont-i à mitan bouoguis en déeus, craunqueus ? Nennin, enco pllens d’énergie sus le tapis.
    Treis mineutes pou savaer qui qu’il a dauns le coco, réflléchi à trouaer la bouonne prinse, « l’action exacte, opportune, efficace », le « ippon » du vanqueus. Veire, ch’est louong et oussin couort. Coume dé fait, le kimono blleu, à croupetouns, le brâs pa devaunt nuut oû kimono bllaunc paé dauns le cas de travailli. Cha mérite eune pénalitaé… Ch’est paé de remerque qué de gangni coume chenna !
    No reste sus le tchu taunt que ch’est mannyirement réglli coume papyi à musique. Paé de prêchi pouor ryin dire, tout bouonement des sènes pouor annulaer, dounaer eune décisioun, calmaer la Norvégienne qui se print à saôter de jouée ; ichin paé de craque, « de la modestie, de l’humilité ». « Seuls les épis vides de grains redressent la tête. Les autres ceux qui sont pleins s’inclinent humblement ».
judo Paris (3)
Ch’est admirablle de senti oûtaunt de councentratioun, de respé pa des portements (des saluts) vis-à-vis de sen partenaire du tatami, de silence dauns chu dojo. Ya ryin à dire, paé de rouspétaunche veu que les vidéos rempllèchent les déeus arbites de la carre (du couin). Achteu, touot seu, l’arbite, de la man, coume eun automate, dicte sa loué. Des ordinateus pou caltchulaer les pouents, eun écraun d’vaunt chaque tatami, pou luure les noums, les catégories, les nationalitaés des coumbattaunts. Ch’est là que la coffrâle se teurque quaund que no counaît ieun des déeus. No-z-est créti, raunçaé, souolagi à la définitioun.
    Pa derryire, sus les bauncs des gradins, les amins s’émôquent, gestitchulent, vîpent pouor encouoragi, tapent des mans pouor eune belle prinse. Ch’est le jouo et la nyit ente le parterre et l’arryire. Oû mitan de l’arlevaée, la reminse des médâles és dames nouos otchupit quique temps. Coume à la télévisioun, l’hymne natiouna est launluuraé (chanté) pou l’or sus la prémyire marche accaunt l’assistaunche : o se déplie, dé debouot, assis, dé debouot, assis… Coume des pauntins sus ressorts, bouon exercice pou nouos genouors enreudis.

judo Paris-1

    Cha feut, pou mei, dreit le moument de veî les syins du Clleub iyoù que men gâs ensène le judo. D’en par-ensemblle, touos dauns le tran d’à ce sei piqu’ i ya grève, pou se ratibroulaer.
En v’là ieun à l’artrache d’eun coumpartiment à syis pllèches, en taête d’eun tran paé enco affichi, qui deit yête le boun. Ch’est pouorqui ! Qui qu’i busoque ?
À penne à creire mes uurs, eune boutèle de rouoge, des rillettes et du pâté dépuraunts de gras foundu pa la chaleu du dojo, eun saécichoun, du pan, du frometon qu’a-z-eu byin câod, à la valdrague qu’il ‘tait oû mitaun des papyis graissous sus la tablle étriquie, pou la collatioun, sauns oumbélyi déeus verres à pyid pou le raffinement et déeus godiâos taillis dauns eune boutèle en pllastique, à la guerre coume à la guerre ! Eune roundelle de saécichoun pa’chin, eune tâle de Coumté pa’lo, eune laumpaée de vinasse touo coume oû tchu du tounaé, dauns le chelyi, aôtefeis.
I maunquait puus que Bourvil d’aveu sen air de baête, de pllouc décaraé de sa caumbuse. Ch’tait paé du cinéma. Ch’était rêvablle de les guetti cassaer la crôte. J’en ‘tais malade de rire.
    Qui chicâtu si le tran coundyisait paé à Tchidbouorg ! Ya puus de gêne d’ampraès l’announche. Byin calaés sus lus siges, nouos guais lurouns se tapent la clloque en devisaunt sus les déhaits de la jouornaée, dauns la bouone himeu, jostaunt et ricachounaunt :
— Déméfious, v’chin eune casquette dauns le corridor, cha s’rait-i le countôleus ?
Le syin qu’avait paé coumpostaé sen billet li moutrit byin vite et li offrit eune miette de sécisse sèque, histouère de partagi sen pllaisi. I li racountit d’iyoù que no se racachait. I se mint à digouési d’aveu li.
    Accaunt cht’aumbiaunche de colonie de vacaunches, nouos jostous driles fîtent eune paôse dauns lus métyis à respounsabilitaés, oûssi byin les euns que l’s aôtes : merchin chef de clinique, chef d’entreprinse, coumptablle…
J’i artrouaé mes émotiouns d’aôtefeis.
Maisi, rendez-vous pou les Kata de la quatryîme Dan qui « obligent à étudier la forme exacte des mouvements à rechercher avec le partenaire à la fois la Vérité et la Beauté, car ce qui est VRAI est toujours BEAU » (d’ampraès J.L. Jazanin, Président d’honneur du Collège des Ceintures Noires de France – 7e Dan).
    Et coume eul disait le Bouddha « Seyiz coume eul frit du maungui : ferme d’aveu vouos-même, tende coume la pulpe pou les âotes » !

Paris, le 13 juin 2013

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Jeux normands et sports, mer

50. CD Je syis magnifique ! 16. Nous mans, de Côtis-Capel. Dit par Joseph Lecoutour.

CD JE SYIS MAGNIFIQUE ! (2014)

16. Nous mans

 Pour terminer le CD (sorti en janvier 2014), voici un poème dit avec émotion par Joseph Lecoutour qui demeure à Sotteville dans La Hague, « Nos mains » (en français en fin d’article)

Joseph Lecoutour connaît par coeur plusieurs poèmes de Côtis-Capel.

Joseph Lecoutour connaît par coeur plusieurs poèmes de Côtis-Capel.      

Vos allaz rire dé mei —  mais ch’est men lot d’ faire rire —

Quaund vos éraz luusu chenna qui m’ jiguulait1.

Et vos verraz coume mei qué yavait byin d’ quei dire

Sus mes mans, sus les vôtes et l’s âotes alentouo d’ mei.

 

Ya les mans des éfaunts qu’ount janmais fait d’ mâotures,

« Babue, Babue ! Man morte ! Alouette a fait sen nin !… »

Qu’i fount en ritounaunt2 lô-lâ sus noute figuure,

Et qu’ no-z-a taunt d’ pllaisi dauns les nôtes à r’ténin.

(Références en fin d'article)

(Références en fin d’article)

Ya les syines dé ma mère, qu’o récâoffe oû couen d’ l’âtre,

Usaes dé traire, et d’ couotre, et d’ câoches à rempyita3

(Âotefeis, quaund j’étiouns qu’nâles, coume touos j’étiouns déchâfres4)

Ya les syines dé ma mère qui sount coume ma fyirta.

 DSC08843

Ya les mans malhéreuses qui fount touorna la teîte,

Ya les mans —  qui minsère ! —  du syin qui n’ les a pus ;

J’ vouodrais muchi les myines, je creis tréjous qu’i les guette.

Coume eun p’tiot fâot l’ faire beire et coppa c’ qu’i mouojut…

 

Touos les jouors dé marchi, bougui5 dreit souos ma f’nête,

Tendaunt à noute pityi eune vuule moque6 ébréquie.

« Ch’est d’ naieta » qu’i m’a dit, et jé l’ creis byin hounête.

Ya les syines d’eun trachous7 és dyis deigts brésillis.

 DSC08743

Ya les mans des terrians qué lus ôtis aiguuchent,

Haumpe dé fâos, maunche dé trublle8, és maîtes coume és coumis ;

À fène forche dé trava, o s’ cassent et o s’am’nuchent,

Et s’anouent en vuullaunt coume eune braunque dé poumi.

 DSC08764

Ya les mans des pêqueus, minchies et touotes sangnouses,

Halitraes9  pa l’ salin et haguies10 pa la freid.

Et s’i yen a parfeis qui les trouo’ent trop crachouoses,

Cheus-là n’érount magène janmais l’oungllie és deigts !

Albert Lohier pêquous, prête et pouète (Côtis-Capel)

Albert Lohier pêquous, prête et pouète (Côtis-Capel)

Ya les syines du tâop’tyi, les syines d’ la couoturire,

Les mans des syins d’ la ville, les mans d’ touos les métyis ;

Ya les mans qui fount ma ; ya les syines qui fount rire ;

Ya l’s adreites et l’s achocres11. L’ touot ch’est d’ savi s’n aidyi.

 ramoneur rempailleur 001

Ya les mans jannes et vuules, restaes coume no l’s a minses,

Anouaes d’aveu l’ chap’let, les mans d’ touos les défunts

Qué no-z-a habillis dé lus pus belle quéminse :

Ches mans coume dé la chire, les myines eun jouo à v’nin.

1 tracassait, 2 riant sous cape, 3 retricoter, 4 peu soigneux de nos vêtements, 5 recroquevillé, 6 grande tasse, 7 mendiant, 8 bêche, 9 gercées, 10 esquintées, 11 maladroites.

Côtis-Capel. À Gravage, p. 34, O.C.E.P. Couotaunches, 1965.

Côtis-Capel, seule photo couleur de l'auteur qui est né au Hammé Capel dauns les Côtis d'Urville dauns La Hague)

Côtis-Capel, seule photo couleur de l’auteur qui est né au Hammé Capel dauns les Côtis d’Urville dauns La Hague)

    Remerciements à Bernadette Lecarpentier et Jean-Claude Léger pour leur aide pour les traductions en français et le traitement de texte.
     « Je syis magnifique » est le quatorzième CD de l’Association Magène.     Magène a édité également quatre livres en normand (Cf. magene.com). Un cinquième est à venir en 2014. Notre groupe a aussi participé avec l’U.P.N.Coutançais à la rédaction du Dictionnaire français-normand et normand-français des Editions Eurocibles, 2013, Marigny. 1 390 pages, 36 000 mots normands.

NOS MAINS

Vous allez rire de moi – mais c’est mon lot de faire rire –

Quand vous aurez lu ce qui me tracassait.

Et vous verrez, comme moi, qu’il y avait beaucoup à dire

Sur mes mains, sur les vôtres et les autres autour de moi.

 

Il y a les mains des enfants qui n’ont jamais fait de bêtises,

« Babue, Babue ! Main morte ! Alouette a fait son nid !… »

Qui font en riant lô-lâ sur notre figure,

Et que l’on a tant de plaisir dans les nôtres à retenir.

DSC08903

 

Il y a celles de ma mère, qu’elle réchauffe au coin de l’âtre,

Usées de traire, et de coudre, et de repriser les chaussettes

(Autrefois, quand nous étions petits, comme tous, nous étions peu soigneux

Il y a celles de ma mère qui sont comme ma fierté.

Musée des Beaux-Arts, château de Caen

Musée des Beaux-Arts, château de Caen

Il y a les mains mutilées qui font tourner la tête,

Il y a les mains – quelle misère ! – de celui qui ne les a plus ;

Je voudrais cacher les miennes, je crois toujours qu’il les regarde ;

Comme un enfant, il faut le faire boire et couper ce qu’il mange.

 

Tous les jours de marché, recroquevillé juste sous ma fenêtre,

Tendant, à notre bon cœur, une vieille moque ébréchée,

« C’est de naissance » qu’il m’a dit, et je le crois bien honnête,

Il y a celles d’un mendiant aux dix doigts brisés.

 

Il y a les mains des terriens que leurs outils aiguisent,

Manche de faux, manche de bêche, aux maîtres comme aux commis,

A force de travail, elles s’abîment et s’amenuisent

Et se nouent en vieillissant comme une branche de pommier.

Les mans à Raymound Godefreid paysaun à Lestre (Val-de-Saire-Sud)

Il y a les mains des pêcheurs, abîmées et toutes saignantes,

Irritées par le sel et gercées par le froid.

Et s’il y en a parfois qui les trouvent trop sales,

Ceux-là n’auront sans doute jamais l’onglée aux doigts !

 

Il y a celles du taupier, celle de la couturière,

Les mains des gens des villes, les mains de tous les métiers,

Il y a les mains qui font mal ; il y a celles qui font rire ;

Il y a les adroites et les maladroites. Le tout, c’est de savoir s’en servir.

Photo à Valognes, juillet 2013

Photo à Valognes, juillet 2013

Il y a les mains jeunes et vieilles, restées comme on les a mises,

Nouées avec le chapelet, les mains de tous les défunts

Que nous avons vêtus de leur plus belle chemise ;

Pochette du CD "Je syis magnifique !" (bon de commande sur le site magene.com)

Pochette du CD « Je syis magnifique ! » (bon de commande sur le site magene.com)

Ces mains, comme de la cire, les miennes un jour à venir.

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Chansons, Cotentin, météo, mer, pêche, Saisons, Vocabulaire

44. CD Je syis magnifique ! 6. Les Bochus / Les Rouoges-gorges, de Côtis-Capel. Météo

JE SYIS MAGNIFIQUE ! (2014)

6. Les Bochus

 Voici un des plus beaux poèmes de Côtis-Capel, Les Rouoges-Gorges à lire dans son dernier recueil, Les Côtis aux Editions  Isoète, Cherbourg, 1985. Les bochus, c’est le nom des Rouges-gorges, ce sont les oiseaux les plus familiers du jardin.

index

Ch’est l’hivé, ch’est la freid. La bllaunc gelaée et la gllèche.

Et cha dure. Chinq bochus se ratirent dauns men gardin.

Je lus émiâole eun morcé de men pan dès oû matin.

    (Je leur émiette un morceau de mon pain dès le matin).

Touos-lé-jouors no s’artroue, ieus et mei, à noute pllèche ! (bis)

2014 01 26 les rouges-gorges

I me disent qué cha lus pllaît, que cha les câoffe, et qu’i sé vèchent

     (ils se régalent…)

I gounfllent lus fale (leur gosier) rouoge et fount les barassins,

     (les fiers, ils font les importants, les orgueilleux).

Ch’est lus mercis, magène (je suppose, sans doute). I n’en sount paé grédins (avares).

Les petits bochus et mei, je vous dis qué no se prêche ! (bis)

 

Le gorget rouoge d’eun bochu, cha ne sérait yête dé saung !

Pétête qué ch’est le solé qui le taque ainchin en riaunt…

Mais i paraît que l’amour a la couleu du rouoge !

DSC08931

Riaez doun, mes ouésiâos, l’hivé s’aquève maisi (maintenant),

Le bounheu va revénin. Guettyiz, la terre bouoge…

21 de févri dé 2014, eune risaée de solé...

21 de févri dé 2014, eune risaée de solé…

Mais, d’où-vyint chinq bochus ? (Pourquoi sont-ils cinq ?) Oh ! Y a p’tête eun veuvyi !…

   … Un veuf, car il y a un nombre impair et les rouges-gorges vivent en couples fidèles.
   Le poème se termine donc par une note triste, comme souvent chez Côtis-Capel. 

rouges gorges 001

  Plage 6. Les Bochus (Côtis-Capel/Daniel Bourdelès) 2’12

C’est l’hiver. C’est le froid. La gelée blanche. Et la glace.

Et ça dure. Cinq Bossus se réfugient dans mon jardin.

Je leur émiette un morceau de mon pain dès le matin.

Tous les jours on se retrouve, eux et moi, à notre place.

DSC08960

Ils me disent que ça leur plait, que cela les réchauffe, et qu’ils se régalent.

Ils gonflent leur gorge rouge et font les orgueilleux.

C’est leurs mercis, sans doute. Ils n’en sont pas avares.

Les petits bossus et moi, je vous dis qu’on se parle.

Photo Le Goubey / Veyssières. Edition Isoète, Cherbourg

Photo Le Goubey / Veyssières. Editions Isoète, Cherbourg

La gorge rouge d’un bossu, ça ne saurait être du sang !

Peut être que c’est le soleil qui le tache ainsi en riant….

Mais il paraît que l’amour a la couleur du rouge !

DSC08946

Riez donc, mes oiseaux, l’hiver s’achève maintenant ;

Le bonheur va revenir. Regardez, la terre bouge…

Mais d’où cela vient qu’il y ait cinq bossus ? Oh, il y en a peut être un qui est veuf !..

  Vous avez pu écouter cette chanson le dimanche 26 janvier sur France Bleu Cotentin (à midi vingt). Elle est toujours disponible sur le site de cette radio, cliquez sur la page d’accueil de magene.com, c’est immédiat.
  (Le CD Je syis magnifique ! est aussi envoyé par la poste dès réception d’un chèque de 13 €, port inclus, à Magène,  J.-C. Léger 5 Allée Blanche Lande 50270 Barneville-Carteret)…
Ecoutez aussi « Le rouge-gorge » de Pierre Guéroult, CD Magène en concert, chanson très drôle ! Le rouoge-gorge se moque du jardinier qui veut lui tendre des pièges…
Table des 16 titres page deux du livret du CD - 20 pages

Table des 16 titres page deux du livret du CD – 20 pages

Les promioles sount avoriblles ch't'annaée. I plleut et fait solé mais ya paé-z-eu de freid...

Les promioles sount avoriblles ch’t’annaée. I plleut et fait solé mais ya paé-z-eu de freid…

 

Eune ventaée de surouêt a achânaé quiques abres dauns men gardin...

Eune ventaée de surouêt a achânaé quiques abres dauns men gardin…

 

DSC08945

Météio : Deman sammedi à Bricbé : le temps dégarilli, cha sera qu’oû quemenchement de jouornaée. Cha va se débarbouilli devaunt que de dînnaer, et à l’arlévaée, cha s’armutène, le cyil se cherge, ya de l’engrais par coups. No-z-a pus mais biâofaire de chilaées dauns la matinaée, brin d’iâo ampraès dinnaer. Le vent a tumbaé.

Demain samedi à Bricquebec le temps perturbé ne concernera que la première partie de journée. Diminution de la nébulosité en fin de matinée, passages nuageux parfois denses l’après-midi. Pluie se raréfiant peu à peu le matin, pas de précipitation l’après-midi. Vent modéré.

Dimmaunche à Bricbé, éga ! Vouêties, cha fracache. Le temps se racafouone touote la matinaée mais cha se tasse, le temps s’étchure mais ya co de la filache la relévaée. Paé d’iâo. Vent assaez quoeuru. Dauns la nyit de dimmaunche à lundi, seyiz de précâotioun, rafales du Su reide counséquentes (70 km à l’heure).

Dimanche à Bricquebec attention, très fortes rafales. Fort risque de nuages bas persistants le matin, ciel se dégageant mais restant voilé l’après-midi. Pas de précipitations. Vent assez fort. Pour la nuit de dimanche à lundi, attention, très fortes rafales de vent de Sud

Nous fêtons les LAZARE. Mais aussi Sacha, Axel, et Séréna. Lazare est l’adaptation grecque puis latine du nom biblique Eléazar qui est le frère de Moïse. S’il reste régulièrement attribué, c’est devenu un prénom très rare de nos jours. Quant à Sacha,…  http://france.lachainemeteo.com/meteo-france/ville/previsions-meteo-bricquebec-781-2.php

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Chansons, Cotentin, Ecologie, météo, Saisons, Vocabulaire

43. CD Je syis magnifique ! 7. Noué de guerre, de Marie Berthe. Langue normande à La Cambe, Isigny, Grandcamp 1er 2 mars, programme

JE SYIS MAGNIFIQUE ! (2014)

La galette du CD - 16 titres, 13 €, boutique : magene.com

La galette du CD – 16 titres, 13 €, boutique : magene.com

Si Théo apprécie les poèmes de Côtis-Capel qui donnent une formidable puissance aux chansons, ce disque donne aussi rendez-vous à bien d’autres auteurs normands qui ont su magnifier leur langue, qu’ils soient du continent ou des îles voisines. Profitons pleinement de ces moments où notre langue normande, bien en vie dans ce disque, montre sa richesse et toutes ses subtilités. Daniel Bourdelès. Théo chante le dimanche 2 mars à Grandcamp.

7. Noué de guerre

Marie Berthe (Mireille Tournière, 1937-2012) était membre de l’Association Alfred Rossel, Tchidbou/Cherbourg.

Biographie de Marie Berthe, (Mireille Tournière, rédactrice du Boués-jaun

Biographie de Marie Berthe, (Mireille Tournière, rédactrice du Boués-jaun)

7. Noel de guerre

Je syis byin mourmaôde1 annyi
J’entendouns pus prêchi
Qué dé tueries et de boumbes
Les vuurs sount croquis2 sus leus toumbes…

Sus Terre, annyi, ch’est Noué.
Ches mères, qui qu’o vount avaer ?
Ryin que leus quoeu pouor plleuraer,
Ryin que leus urs pouor gimaer3 !

Dessin R. Pézeri. Reims ? Verdun ? Léningrad ? Dresde ? Londres ? St-Lô ? Périers ? Le Havre ? ...

Dessin R. Pézeri. Reims ? Verdun ? Léningrad ? Dresde ? Londres ? St-Lô ? Périers ? Le Havre ? …

À ce sei, j’i grâos sus le quoeu.
Louen d’ichin, av-ous veu
Les urs des pouors pétiots
Qu’ount pus mais qué la pé sus les os ?

Sus Terre, annyi, ch’est Noué.
Ches quenâles, qui qu’i vount avaer ?
Le sablle pouor s’y couchi,
Le sablle pouor y mouori.

Hyir oû sei, no viyit
Dauns leus maisouns minchies
Des pétiots qui grégeolaient4,
Dauns l’s écllais bllauncs qui fouédrâllaient5.

Sus Terre, annyi, ch’est Noué.
Ches pétiots, qui qu’i vount avaer ?
La poue, tréjous en yeus,
La guerre, tréjous tcheu yeus.
Rémi Ourdan est originaire de Valognes

Rémy Ourdan est originaire de Valognes

Oû lû qué d’acataer
Dé quei pour sé machacraer
Pouor s’ minchi, s’ brésilli,
Pouor s’ente-capuchi6, sé hagui7.

   Ch’est-i paé muus dé veî
S’ouovri les pouores urs sés
Du syin qui s’achânit8
Quaund no li bâle dé dequei mouogi !

1 mourmaôde : désespérée,  2 croquis : recroquevillés,  3 gimaer : pleurer,  4 grégeolaient : tremblaient,  5 fouédrâllaient : tombaient comme un orage,  6 s'ente-capuchi : s'entrebattre très violemment, 7 se hagui : lacérer,  8 s'achânit : s'effondra.
Expo Auteurs en normand, partenariat Magène - Ville de St-Lô

Expo Auteurs en normand, partenariat Magène – Ville de St-Lô

A ne pas manquer. Informez vos amis de Carentan à Caen et St-Lô !

A ne pas manquer. Informez vos amis de Carentan à Caen et St-Lô !

Notez sus vous calendryis : expo « Bricquebec en 1914 (avec la vie avant 14 et la catastrophe ferroviaire du 4 août 1914 – Cf. La Voie du Donjon n° 79, 10 € – les tranchées : aquarelles d’Alphonse Robine;…) et en 1944 » les 7-8-9 juin et les 1er au 11 août. Réalisation Les Amis du Donjon.

Les années terribles 001

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Bessin, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Ecologie, Faête és Normaunds, Juin 1944, Revues normandes, Vocabulaire