Archives de Catégorie: Revues normandes

63. Le vuus mâoroun / La vieille salamandre, scènette de François Enault

Journaliste, dessinateur, François Enault a peint des assiettes à partir de dialogues extraits de ses histouères…

DSC07026

Le vuus mâoroun / La vieille salamandre, scènette de François Enault

Les histouères de Pierre et Catherène Loustalot…

DSC09017

  Une salle de justice de paix, ichin ch’tait dehors ! Catherine Loustalot (sûre d’elle, en colère)
DSC09055
est assignée par Mélanie Pitou
DSC09034(qui semble résignée).

DSC09035

 

 

 

Le juge de paix, qui n’est pas de la région, saisit peu les nuances et le pittoresque du parler bas-normand.
DSC08999 DSC08962
Chaque canton avait un juge de paix pour régler les affaires locales…

Ce dialogue est facile à comprendre si vous parlez français !

  Merci byin à Stéphane Henry (Ch’est le gâs qu’a mins eun poués rouoge, vos allaez byin l’arcounaîte !) et merci itou à tous les bouones gens de qui que j’ai halaé lus portrait sauns lus demaundo si i voulaient byin !!

 

François Énault

(1869 – 1918), né à Varenguebec, près de La Haie-du-Pits /La Haye-du-Puits.

Ami de Beuve et comme lui fondateur du Bouès-Jan » (maintenant « Boués-Jaun »), il écrit au moment où la littérature comique en patois n’est pas toujours de bon aloi des contes délicieux de malice et de pénétration psychologique… que l’Almanach de la Manche reprend chaque année.
Les personnages (Mélanie Pitou, Catherine et Pierre Loustalot…) se prêtent facilement à la mise en scène théâtrale. Les dialogues sont faciles à mémoriser.
Peu de vocabulaire normand très particulier : ingamo : intelligence, bon sens ; balaindyire : menteuse, fabulatrice ; orvet : lézard ; et mâoroun : salamandre (animal protégé…).
L’orthographe a été unifiée.
Décor : un bureau et 2 chaises pour le juge de paix et le greffier + un dictionnaire. Costumes simples de 1900, ou d’aujourd’hui !

DSC09106

 

 

Le vuus mâoroun

 DSC09270

Le juge de paix : – Eh bien mes bonnes femmes, tâchez de me conter clairement les faits de la cause!… Mélanie Pitou, vous êtes la plaignante !… De quoi vous plaignez-vous ?…
Mélanin (dolente) : – Je m’ pllans, Moussieu le juge dé paix, que Catherène m’a crucifiaée d’injures et de sottises dé d’pis qu’ol a perdeu sen procès d’avé nous !…
Le juge de paix (intéressé) : – Alors ce serait de la vengeance ?…
Catherène (indignée) : – Ne l’écoutaez pé, Moussieu le juge dé paix, …n’ l’ écoutaez pé ! Ch’est eune criyature qui vous embuure des menteries jusqu’à démountaer l’ingamo des syins qui la counaissent pé !…
Byin seur, ch'est des photos prinses à Valouones oû meis de juilet dé 2013 ! (Veî l's articlles des meis passaés...)

Byin seur, ch’est des photos prinses à Valouones oû meis de juilet dé 2013 ! (Veî l’s articlles des meis passaés…)

Le juge de paix (dérouté) : – Hein ? quoi… Qu’est-ce qu’elle démonte ?… l’ingamo ?…
Catherène (enhardie) : – Veire, Moussieu le juge dé paix, les discouors de c’té balaundyire-là feraient batte des caillous et s’capuchi les murâles !… Ch’est le diablle en persoune qui lyi a copaé le filet et les vipères ount mens de pouésoun qu’ol a de salive !…
Et si ch’est triste pour nous d’avei eune parèle veisène, vos devaez byin le coumprende !…
Le juge de paix (avec conviction) : – Je ne comprends rien du tout !… Voyons, la plaignante, dites-nous votre affaire…
Mélanin (résignée) : – Moussieu le juge dé paix, jé me pllans tout bouonement qué Catherène m’ait traitaée… Coume o m’a traitaée l’âote jou que j’abreuvais mes vaques !… Et coume o me traite touos les jouors !… O passera janmais à côtaé de mei sains me lâqui eune injeure !…
Catherène (protestant) : – J’i étaé byin élevaée, ma file, et l’s injeures mé coûotent trop à la goule pour qué je t’en dise !…
Le juge de paix (perdu) : – Silence, vous la femme qui parlez toujours ! Quand je vous donnerai la parole, vous vous expliquerez !…
Catherène (fière, s’adresse au public) : – Je veis byin achteure coume cha va touornaer !… Si no peut paé s’esplliqui, ch’était byin inutile dé me faire venin !…
Le juge de paix (autoritaire) : – Silence ! ! … Voyons, femme Pitou, vous avez été injuriée ?

DSC09162

Mélanin (réconfortée) : – Veire, Moussieu le juge dé paix, presque touos les jouors. O peut paé prêchi de mei sains me mette pus bas que terre, et pus neire qué le tchu de la marmite !…
O ramasse touot ce qu’o peut trouvaer pour mé le jétaer pa la tête.
Le juge de paix (perdu) : – Hein ! Elle vous a jeté la tête par le cul de sa marmite ?…
Catherène (avec énergie) : – Janmais, janmais, janmais, du graind janmais j’i fait chenna, mei !!
Mélanin (rectifiant) : – Noun, Moussieu le juge, o m’a janmais jetaé à la taête qué d’s injures…
Le juge de paix (décontenancé) : – Quelles injures ?
Mélanin (qui s’intimide) : – De byin vilannes, moussieu !
Le juge de paix (pressant) : – Eh bien précisez-les !

Catherène (goguenarde) : – O s’en souovyint pé ! …
Le juge de paix (en colère) : – Tonnerre, pour nous fixer, je vous ordonne de la dire, celle-là !…
Mélanin (confuse) : – Eh byin, moussieu le juge de paix, dédpis qu’ j’i gangni men procès counte lyi, c’té fème-lo peut pé m’guetti ni passaer à côtaé de mei sains m’dire : « Sacraé vuus mâoroun !… »
Le juge de paix (ahuri) : – « Sacré vieux mauron », c’est une injure ça ?…
DSC09220
Catherène (vivement) : – Ch’est eun mot que no dit coume chenna, Moussieu l’juge de paix !… sains peinsaer à ma … Vuus mâoroun… Vuus mâoroun…
Le juge de paix (noyé) : – J’entends bien !… Mais, qu’est-ce que c’est qu’un mauron ?
Mélanin : – Ch’est eun mâoroun, Moussieu le juge !
Le juge de paix (cherchant) : – Mauron ?…
Catherène (anxieuse) : – Oui, Moussieu, eun mâoroun…

Le juge de paix (content) : – J’y suis ! !… Du mauron, ce n’est pas une injure, ça !…
Mélanin (acerbe) : – Ch’est eune vilanne injure pouor eune fème de m’n âge, Moussieu le juge !
Le juge de paix (conciliant) : – Mais non, voyons, du mauron pour les petits oiseaux, c’est une plante, une plante utile même, mais ce n’est pas une injure.
Mélanin (têtue) : – Pardounaez-mei, Moussieu le juge de paix, eun vuus mâoroun cha n’sé bâle pé à mouégi és p’tits ouésiâos ! … Les poules oseraient pé y touqui…
Le juge de paix (noyé) : – Mais, alors, ce n’est pas du mauron ?…
Mélanin (embarrassée) : – Non, Moussieu le juge, cha n’est pé du mouron, ch’est eun mâoroun.

DSC09213

Le juge de paix (tout à fait perdu) : – Mauron qui n’est pas du mauron, mais c’est un mauron ?!… Sapristi, un peu de clair là-dedans. Voyons, qu’est-ce qu’un mauron ?…
Mélanin (décontenancée) : – Ch’est d’quei, Moussieu le juge de paix, ch’est d’quei que no-z-appelle eun mâoroun !
Le juge de paix (patient) : – Est-ce un animal ?
Mélanin et Catherène (avec conviction) : – Non, Moussieu le juge de paix.
Le juge de paix (ahuri) : – Comment, ce n’est pas une bête ?,…
Mélanin et Catherène (avec ensemble) : – Mais si, Moussieu, ch’est eune baête !!
Le juge de pax (furieux) : – Tonnerre de tonnerre ! Ne vous moquez pas de moi, mes bonnes femmes ! Vous me dites que ce n’est pas un animal, mais que c’est une bête ! Ne faites pas la bête pour vous payer ma tête, sapristi, car je vous salerais !…

DSC09120

Mélanin (pleurnichant) : – J’vos jure, Moussieu, que c’té fème-là m’a traitaée de vuus mâoroun et qu’eun mâoroun, ch’est eune vilanne baête à couortes pattes…
Le juge de paix (s’amusant) : – … Eh ! ! Vous êtes hautes de jambes, vous !…
Mélanin (persuasive) : – Eune vilanne baête neire,… Taquie de jaène !
Le juge de paix (moqueur) : – Pourtant, vous n’êtes ni négresse,… Ni jaune !
Catherène (qui se moque) : – Cha ya eune petite taête qu’a pé d’orelles, les deigts sains ounglles, eune bave pouésouneuse par touot l’corps et eune coue loungue coume eun orvet !
Le juge de paix (submergé) : – Bon sang de bon sang, à quoi ça ressemble-t-il ? Et quelle bête ça peut bien être ?
Mélanin (naïvement) : – Ch’est eun mâoroun, Moussieu le juge de paix !
Le greffier (joyeusement) : – … Dénommé « salamandre » dans le dictionnaire de l’Académie !…
Eun mâoroun annyi dauns men gardin ! Il aime byin mais qu'i plleut, il 'tait byin muchi... !

Eun mâoroun annyi dauns men gardin ! Il aime byin mais qu’i plleut, il ‘tait byin muchi… !

Le juge de paix (goguenard) : – Ah bien, enfin, la justice est éclairée…
Je condamne la femme Loustalot à un franc d’amende pour avoir, en mauvaise part, traité sa voisine de vieille salamandre !…
Catherène (stupéfaite) : – Mei ! mei ! J’n’i janmais dit chenna !

DSC01848

 

 

Mélanin (mécontente) : – De l’amende !… Mais j’i pé d’doumages-intérêts ?…

DSC09232

Catherène et Mélanin (se retirant penaudes) : – Ya pus d’justice !
… Sapraès Vuus Mâoroun de juge de paix, va !…
Catherène et Pierre Loustalot...

Catherène et Pierre Loustalot…

DSC09314
*****

Bouais-Jan, janvier 1899.
Extrait de « Les propos de Jean Frinot »
P. Bellée éditeur, Coutances, 1948.

Yavait byin des veisènes pouor veî qui qu'allait avaer le ga, De Mélanin ou byin dé Catherène ! Cha va faire prêchi dauns la hammé, ch't affaire-lo !!!

Yavait byin des veisènes pouor veî qui qu’allait avaer le ga, De Mélanin ou byin dé Catherène ! Cha va faire prêchi dauns la hammé, ch’t affaire-lo !!!

Pour en savoir plus :

http://magene.com/enault.html/

Les qu devant i ou yin se prononcent tch dans la région du Centre-Cotentin où habitait François Enault.
Les h d’origine germanique sont très expirés (= r)
Guère = « djère »
Les verbes en aer se prononcent a ou bien o ou bien er comme en français, Enault écrit er, mais il écrit qu’il ne veut pas dérouter les lecteurs.
j’vyins : Enault change de graphie dans le même texte, cela montre son hésitation et la difficulté de rendre simplement ce son i nasalisé.
Tchyin : ou quyin, il est facile de s’habituer à écrire ce son y-i-n qui permet de dire in ou i avec toutes les nuances locales intermédiaires. On peut souligner le qu.
pé et bi de l’auteur ont été conservés (paé et byin permettent plusieurs prononciations)
graindes, dains : prononciation Centre Cotentin (graundes, dauns en graphie unifiée)
qu’ li répounit : les e muets n’ont pas tous été mis en place des apostrophes (que li se dit qu’li = que lui en fr.) ;(en principe seuls les é ne sont pas muets, mais dans un dialogue, pourquoi pas conserver l’)
un r inhabituel a été conservé à leur et trachir : Pitou s’en feut por trachir des carottes…. = chercher

Moussieu le Maire de Valouones (en vrai, ch'est li !)

Moussieu le Maire de Valouones (en vrai, ch’est li !)

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Cotentin, Faête és Normaunds, Livres en normand, Revues normandes, Vocabulaire

60. Carteret. Goélette du Cotentin La Neire Mâove / Le goéland argenté. Chanson Magène. Pourquoi l’accent sur le a de âo.

Vous avez dit  

« âo » ?

La diphtongue « âo » correspond souvent à ce que l’on écrit « au » en français…

   Il serait plus simple d’écrire en français « o », n’est-il pas ?, ch’paé ?…plutôt que d’hésiter entre « o », « au », « eau », « ô »…

    Cette orthographe française est une survivance momifiée de sons variés et complexes du Moyen Âge. Le son « au » était une diphtongue « a + u (pouvant se prononcer ou) ».

En normand, la diphtongue est conservée : « i fâot » (il faut), mâogré que (bien que), câoffaer (chauffer), …

Nous mettons un accent circonflexe sur le a, (âo), pour marquer que ce son â est allongé, alors que le son o qui suit est plus bref.

neire mâo ve ch 001

   Cependant, les auteurs par le passé écrivaient plus volontiers « aô », et cette habitude est restée pour les journalistes qui écrivent peu en normand et qui croient bien faire avec ce aô. La Presse de la Manche, Ouest-France et Vikland ont tous écrit récemment « La Neire Maôve », nom de la goélette du Cotentin qui reprend du service avec les beaux jours. Et pourtant le nom peint sur la coque est bien « Mâove » ! Mais c’est plus fort que tout et il n’y a pas d’ « Académie normande » pour conseiller ces auteurs de bonne foi…

   D’où cet article de blog, simplement pour relayer et rappeler les décisions prises vers 1980 par les principaux héritiers des réflexions faites par Fernand Lechanteur (décédé en 1961) et souvent écrivains eux-mêmes ayant commencé en écrivant « aô » puis acceptant la modification en « aô ».

    Deux exemples avec les plus grands : Côtis-Capel écrivit en 1980 dans son recueil « Graund câté » (Grand château, nom évocateur d’un rocher des falaises de La Hague) : « Frait qu’t’ part n’y-eut pus d’ neircheu » (p. 68). Dans « Les Côtis » (nom des côteaux qui dominent la mer), – livre édité en 1985 par Isoète à Tchidbou / Cherbourg -, Côtis-Capel écrit toujours âo, par ex. : « Par-dessus le tchyin afouaé / Et que sen maîte veurt mâodire » p. 144.
    De même Aundré Smilly (Hippolyte Gancel) utilise encore « aô » dans le volume I de « Flleurs et plleurs de men villâche » (ex p. 124 : « coup no la portit dauns l’aôberge »), puis « âo » dans le volume II édité en 1986 (ex p. 128 : « En pllèche du câod oû riga, (…) eune freid de fé et de mâotaé, qui sâote li glléchi sen quoeu. » (Au lieu de la chaleur de la toupie, (…) un froid de fer et de malignité, qui saute lui glacer le cœur).

    Doun, merci pouor « La Neire Mâove » ! Ch’est-i byin coumprins ?!

 

Bleuet mauve / âobefein ou bounet-blleu

Bleuet mauve / âobefein ou bounet-blleu

   La Goélette du Cotentin

   Le choix d’un nom normand est une heureuse initiative des promoteurs de cette magnifique goélette, construite à Cart’ret en suivant des plans anciens retrouvés à Guernési / Guernesey. Un bateau fort utile fin XIXe s. pour pêcher le maqueré, et pour les plus grandes (jusqu’à 14 m de longueur) transporter marchandises et gens par ex. de Jèrri / Jersey à Cart’ret…
DSC01056
Deux types sont discernables en fonction de leurs « métiers » et de leur répartition géographique : les petites goélettes (4,50 à 8m) pratiquent la pêche aux casiers et aux lignes, alors que les bateaux plus grands (11 à 14m) sont utilisés pour la pêche aux cordes ou aux filets de dérives, pêchant jusqu’aux côtes de l’Angleterre. Elles sont également utilisées pour le bornage, comme bateau-pilote ou pour le transport de passagers.
    La Goélette du Cotentin est issue d’améliorations des « chasses-marées » utilisés vers 1820 dans toute la Manche Ouest. La carène évolue vers un bateau plus fin, plus rapide et plus manoeuvrant. Vers 1870, elle acquiert un gréement particulier : celui de goélette à bordure libre.
DSC01059
La Neire Mâove a trois mâts : de misaine et de taille-vent portant des voiles auriques à bordure libre surmontés d’une voile de flèche. Un grand foc est armuré sur le beaupré à l’avant, et à l’arrière le tape-cul complète ce gréement.
DSC01055
    La plupart du vocabulaire normand (puis français) des bateaux est hérité des bateaux vikings (quille, babord, vague,…) ainsi que le mot « mâove » qui désigne les mouettes en général. La neire mâove (ou neithe maôve à Jèrri) (« mouette noire ») désigne plus spécialement le goéland argenté. Nous reviendrons sur le vocabulaire scandinave dans un autre article…
   Le bateau, construit à l’initiative de l’association « Vieux Gréements en Côte des Iles », a été redessiné par l’architecte naval de Jersey Alan Buchanan. Le chantier de construction, sur le port de Barneville-Carteret, ouvert au public, commence en 1991.
   La mise à l’eau a lieu le 4 juillet 1992. Les promenades en mer se font à prix raisonnables lorsqu’on loue les services de l’équipage de La Neire Mâove »… C’est un bateau adapté à la haute mer, mais également à l’échouage dans les ports et les havres de la côte normande. Il navigue, au départ de Carteret, sur les côtes du Cotentin, dans les îles anglo-normandes, ainsi qu’en Bretagne ou en Angleterre. Le Neire Mâove peut accueillir 20 passagers en journée, en plus de l’équipage. Avec 8 couchettes simples (dont deux réservées aux enfants), et 2 couchettes doubles, il propose aussi des croisières de plusieurs jours pour 12 passagers.

DSC01049

   Sur Internet, la confusion liée à cet accent ^ ^ est totale :

1) Wikipédia, lahague.com, le site de La Neire Mâove… et celui de Magène reçoivent un bon point, tous en âo.

   Cf. <la Neire Mâove – Chansons normandes du Cotentin> et <Plus d’images pour La Neire Mâove>

• Neire Mâove — Wikipédia
fr.wikipedia.org/wiki/Neire_Mâove‎
Le Neire Mâove est une goélette « du Cotentin », goélette avec un mât de tapecul à livarde, à coque bois, construite en 1991-1992 dans un chantier naval de …

________________________________________
• Images correspondant à La Neire Mâove
________________________________________
• la Neire Mâove – Chansons normandes du Cotentin
chansons.normandes.free.fr/maove.html‎
La Neire Mâove grile ilo liement. D’aveu ses veiles oû couop du vent. Ol est reide fyirte dauns l’s écllipaées. Touos nouos, j’admirouns à la veî. Et la Neire … (Texte bilingue complet en fin de ce billet).

• La Neire Mâove fête ses 20 ans
http://www.lahague.com/?ThemeID=6&CatID=83&SousCatID=326‎
20 août 2012 – La Neire Mâove : la renaissance des goélettes puce Elles avaient disparu et avaient été presque oubliées. Grâce à un concours, organisé par …

DSC01048

2) Mais, sifllets et cardrouns (chardons) pour Ouest-France, portdielette.fr, tourisme-pays-granvillais.com, et d’autres !

• La Neire Mve, goélette du Cotentin. – Association des …
http://www.portdielette.fr/article-la-neire-maove-goelette-du-cotentin-1177416…‎
4 juin 2013 – Neire Mve (« mouette noire », en patois normand) est une représentante de la catégorie des grandes goélettes, inspirée par Lilian (construite …). [Article détaillé et très belles photos].
• La Neire Mve, vieux gréement de Carteret fête ses 20 ans …
http://www.ouest-france.fr/la-neire-maove-vieux-greement-d…
4 août 2012
Dès ce samedi soir 4 août avec l’arrivée de ses copains d’abord, d’autres vieux gréements comme elle, la …

• [PDF]
Naviguez à bord du Neire Mve – Station Nautique Granville
http://www.tourisme-pays-granvillais.com/…/voiliertraditionnel-neiremaove.pd…‎
Naviguez à bord du Neire Mve. Construit en 1992 dans le cadre du concours « Bateaux du patrimoine des côtes de France » à l’occasion des fêtes maritimes …

3) Bien sûr, les noms de site refusent tout accent, domination universelle de l’anglais  ! d’où <neire-maove.com>. Mais il y a ceux qui jouent à Ponce-Pilate en ne mettant pas d’accent du tout ! normandie-tv.com écrit : « les 20 ans du Neire Maove », et Corsaire sur ioutioube : « La Neire Maove (ATACOM) – YouTube »

DSC01033
8 août 2012
Festival de la Mer Anglo Normande pour les 20 ans du Neire Maove au port de Carteret. Par : Normandie TV …
• Neire Maove Goelette du Cotentin Vieux greements en cote …
goelette.chez.com/‎

NEIRE MÂOVE. RETROUVEZ LA GOELETTE DU COTENTIN SUR SON NOUVEAU SITE  » neire-maove.com « 
• Neire-maove.fr – URL metrique
urlmetriques.co/www.neire-maove.fr‎
En France, Neire-maove.fr est classé 3 135 214, avec un nombre de visiteurs mensuels estimé à < 300. Cliquez pour voir d’autres données concernant ce site.

• La Neire Maove (ATACOM) – YouTube
► 4:57► 4:57
http://www.youtube.com/watch?v=0fQw8d47fpA‎
2 mars 2011 – Ajouté par CORSAIRE
Ce film a été réalisé à partir d’archives de 1993 de l’association ATACOM. Post-production et réalisation …

La Neire Mâove Daniel Bourdelès

neire mâo ve ch 001

La Neire Mâove est une magnifique goélette du Cotentin. Elle a été créée en 1992. Carteret est son port d’attache. Elle est la réplique d’un modèle ancien auquel ont été ajoutés de nombreux perfectionnements de navigation et de confort. Des passionnés la font vivre et vous proposent des voyages à son bord. Contactez-les ici :
« http://www.neire-maove.com/bienvenue/bienvenue.html &raquo;. DSC01050

La Neire Mâove

Extrait du CD   « Veillie normaunde », 7 chansons
Paroles, chant & Musique : Daniel Bourdelès
et 12 récits par les gens du Cotentin.
La Neire Mâove grile ilo liement
D’aveu ses veiles oû couop du vent.
Ol est reide fyirte dauns l’s écllipaées
Touos nouos, j’admirouns à la veî.

 

Et la Neire Mâove
Ol a prins s’n évo
Dauns la flleu de brôe
Qui nous balie les joes

 

Promais que le vent seit byin allaunt,
Cha cllaque du tape-tchu oû tâle-vent.
Sitôt que no passe le naez de Carteret,
Jèrri daunche oû bouot du biâopraé.

 

Ch’est pus le temps que les saisounyis
S’ n allaient en bistchène à Jèrri
Pouor défoui les caumps de pouneterres ?
Reide ernaés, ma de mé, qui minsère !

 

Le graund métyi, cha remounte à louen.
Sus le pont qui relise, ya pus de cllos-pouengs,
Ya pus mais de cllaés à maraundaer,
Ryin que des horsins qui vyinnent rêvaer.

DSC01052

 

Emposaez doun le vent d’écapaer!
Que ses teiles seient tréjous byin croulevaées!
Bllaunches coume les âles des mâoves, et neires
Coume les revénaunts des vuules histouères.

DSC01060

Traduction normand / français :
La Neire Mâove glisse là-bas, majestueusement,
Avec ses voiles gonflées de vent.
Elle est très fière dans les embruns.
Nous tous, on la regarde avec admiration.

 

Refrain :
Et la Neire Mâove,
Elle prend son envol
Dans la fleur d’écume
Qui nous mouille les joues

 

'12 € port inclus chèque par courrier à Jean-Claude Léger 5 Allée de Blanche Lande 50270 Barneville-Carteret)

(12 € port inclus chèque par courrier à Jean-Claude Léger 5 Allée de Blanche Lande 50270 Barneville-Carteret)

 

 

Quand le vent est bon,
Ca claque du tape-cul au taille-vent*.
Dès que l’on franchit le nez de Carterêt,
Jersey danse au bout du beaupré.

 

Il est révolu le temps où les saisonniers
Partaient en bisquine à Jersey
Pour y arracher les pommes de terre.
Mal de reins, mal de mer, quelle misère !

 

Le grand métier, ça remonte à loin.
Sur le pont qui brille, il n’y a plus de tourteaux,
Il n’y a plus de casiers à mettre à l’eau,
Rien que des promeneurs qui viennent rêver.

 

Empêchez donc le vent de s’échapper,
Que ses toiles soient toujours bien jouflues,
Blanches comme les ailes des mouettes, et noires
Comme les revenants des vieilles histoires.

* tape-cul : mât arrière, taille-vent : mât avant

Quelques exemplaires du CD Veillie normaunde sont encore disponibles dans la boutique du site magene.com
Très belle chanson que l’on peut écouter en partie sur le site. Paroles & Musique : Daniel Bourdelès !

DSC01031

 

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Cotentin, Ecologie, Guernesey, Jersey, Livres en normand, mer, pêche, Revues normandes, Saisons, Vocabulaire

59. Carteret. Le graund corbin / Le grand corbeau. Photos, poème. En lâonaunt… Revue Vikland. Concerts Magène.

Vikland n° 9.

Jean de la Py-Ouitte

   Je vous recommande le dernier Vikland d’avril-mai-juin 2014 n° 9 centré sur Cart’ret avec un article sur les 3 Cd récents produits par Magène (R’vans, Angelina et Je syis magnifique !)
et un autre de Jean-Claude Léger « Le grand corbeau du Cap de Carteret », très belles photos et poème en normand « Les corbins de la falaise ».

Ci-joint 2 pages sur les 4 du grand corbeau… Les poèmes et récits de Jean-Claude « Jean de la Py-Ouitte » seront tous édités bientôt par Magène.

Carteret Vikland 001

 

Jeannine Bavay Asso Les Amis du Donjon revue La Voix du donjon         La majeure partie des articles d’histoire sur la Vieille Eglise de Carteret, le havre de Carteret (de la préhistoire au port, phare, canot de sauvetage et à l’histoire balnéaire), les manoirs, églises de La Haye d’Ectot et Saint-Pierre d’Arthéglise (où demeure le célèbre Stéphane Marie de « Silence ça pousse » !) sont écrits par Jeannine Bavay (vice-présidente des Amis du Donjon) et par Jean Barros, le tout accompagné de photos de grande qualité…

11 € en kiosque. Ajouter 4 € par la poste :

Editions Heimdal BP 61350
14406 BAYEUX Cedex
Saviez-vous que dans Arthéglise, nous trouvons le nom d’homme scandinave Arnketill, « le chaudron sacré de l’aigle »… ?

 

 

Vikland grand corbeau du Cap de C. J-Claude 001

Vikland Carteret J-Claude Corbin en normand 2è p 001

Les corbins de la falaise

Sus la falaise et, dé depis la nyit des temps
Oû quœu de l’hivé se racache1 eun couplle corbin2.
Sus la falaise il ount trachi sus sen repllat
Eune vire abriaée pouor faire lus nin.
Sus la falaise la fumelle a couaé l’s œus
Et à retouo de temps, no viyait mais qu’le mâle corbin.
Sus la falaise byin j’i trachi à veî
Et du péret3, dauns l’Petit Pits j’ trouvis lus nin.
Sus la falaise graunds ouverts chins bés
Quémaundaient d’la mâquale à lus mère corbin.
Sus la falaise je les veus sauns m’esposaer
És moueries4 d’gens lâonaunt5 paé louen du nin.
Sus la falaise quasiment à touos mes viages
Tréjous, j’étais suusu pa le mâle corbin.
Sus la falaise eune chentanne de portraits j’halis6
Des touos petiots et de lus gens hors du nin.
Sus la falaise cha feut syis semannes pus tard
Byin emplleumaés, l’évo des jannes corbins.
Sus la falaise, dauns le jouo d’annyi no veit en vol
Touote la famile, et, tréjous veude est le nin.
Sus la falaise jusqu’à l’étaé finin
No pouorra suure les calitchumbelets7 des corbins.
Sus la falaise de l’arryire8 à mitan févri
No-z-espérera9 le couplle qui fera eun nouvé nin.
Sus la falaise, magène no-z-a de l’adoun10 :
À Cart’ret …, no peut yête firs, de nous corbins.

Jeaun de la Py-Ouitte. Mai 2006

racache1 : reviens ; corbin2 : grand corbeau ; péret3 : bord de mer ; moueries4 : nombreux ; lâonaunt5 : se promenant ; j’halis6 : je tirais ; calitchumbelets7 : vrilles ; arryire8 : automne ; espérera9 : attendra ; adoun10 : chance.

DSC00093

Les corbins1 sus la falaise

   Dauns le jouo d’annyi je sais paé cha qui m’a démentaé2 d’avei de l’inté3 pouo chu volatile qui niche dauns noute falaise de Cart’ret, dé depis byin des auns pis qu’il était déjà lò du temps de Charles Frémène [Cf. Promenades et rencontres, diffusé par Les Amis du Donjon, 15 € + port 5  €].
Cha deit dataer du jouo, où lâonaunt4 sus l’airie du phare, j’avisis une pauncarte du Groupe Ornitologique Normand (G.O.N.) yoù qu’était merquie la présence du graund corbin. D’où vyint que le corbin de la falaise m’attire ? J’aime la nature et les ouésiâos. Pouor cha qu’ en est de ch’té lague5, cha deit yête rapport qu’i reste touote l’annaée dauns noute trige.
   En ch’té fin d’hivé j’i fait byin des viages à trachi le nind du couplle sus le quemin des douènes ! Savei coumbyin qu’i yavait de naitaées m’entrinait6 ! À fène forche7 de vas-tu-vyins-tu8 et d’yête à l’écoute9 je feus bénin où delà de cha que j’espérais !
   Eun seir, où pyid des roques, à quiques mètes, j’avisis eune taque neire dauns la mé ; ch’tait eun phoque portaé pa le pllen de la marée mountaunte ; eun phoque gris se racachaunt des travers des Ecréhou à cha que no m’a dit par pus tard ! Je l’avisis guère pus d’eune demin-mineute, et coume j’avais men apparel photo j’eus dreit10 le temps de li halaer11 le pourtrait. Quil adoun12 mes amins !

    Pouor en revenin és corbins, les prémyires feis qué je lâonais sus la sente, le mâle (le pus gros du couplle), touot en croachaunt, touornait et ratouornait13 oû-dessus de mei oû fut et à mesu que j’appréchais du nind. Il était brin d’himeu de rire inté14 le sterne arctique de la baie de la Madelanne oû Spitzberg qui me print men capé sus le caquevet15 mais que16 je feus à quiques pas de sen nind, ya de cha praès de vingt auns !
   

   Le corbin fut pus acquemodaunt ! I m’a ryin prins, i m’a dounaé que du bouon-âot17 et de biâos pourtraits. J’allis les veî byin des matins et byin des seirs en chu meis d’avri, tréjous joraé18 des mêmes hardes19 pouor paé les détourbaer20. Oû bout d’eune semanne no-z-érait dit que le couplle m’attendait car sitôt la pâse de la segounde teurque21 du quemin, j’étais tréjous suusu de praès et cha durit touot le temps que je tierrais des bûnettes22 en sa coumpagnin ! J’ appréchis le nind à quiques mètes, je prins les chins petiots corbins en photo et fait de reide biâos cllichaés du mâle qui, oû fi du temps, était de mens en mens menachaunt. Eun jouo je pouvis réstaer péqui23 quiques loungues mineutes à treis pas de li sauns qu’i croache et je pouvis le photographiaer à pis pus ; j’étais à couop seur devenin sen amin !…
   Ampraès avei viagi eune dyisanne de jouors en Amérique Centra yoù que j’i veu à crase24 des baêtes et des ouésiâos incouneus de nos triges25, je poursusuus mes ratours26 sus le quemin des douènes. À men retouo, les petiots étaient déjà byin counséquents ! Le jouo anniversaire de noute Libératioun, j’assistîs à de jatiles27 pirouettes à l’hus28 du sentyi. Que ch’était-i émouovaunt de veî les calitchumbelets29 sus la falaise ! Ch’était rapport30 à quiques choucas qui s’en prénaient oû mâle corbin et ch’ti-chin était byin soutint par sa criyature ! Le ounze de mai, le drényi janne volait sus la falaise. Quiques jouors par pus tard touos les jannes s’abrévaient dauns eune marette oû pyid des roquis.
   Pouor du couop ch’était gangni, no-z-avait eune couaée reussie sus la coumeune, eune raitaé en Normaundie !

          Jeaun de la Py-Ouitte. Mai 2006.

 corbins1 : grands corbeaux ; démentaé2 : décidaé ; inté3 : intérêt ; lâonaunt4 : me promenant ; lague5 : espèce ; m’entrinait6 : m’entêtait ; à fène forche7 : à force de : vas-tu-vyins-tu8 : va-et-vients ; yête à l’écoute9 : être dans l’attente ; dreit10 : juste ; halait11 : tirait ; adoun12 : chance ; atouornait et ratouornait13 : tournait et retournait ; intel14 : tel ; caquevet15 : crâne ; mais que16 : quand ; bouon-âot17 : bonheur ; joraé18 : accoutré ; hardes19 : vêtements ; détourbaer20 : déranger ; teurque21 : courbe ; tierrais des bûnettes22 : passais mon temps à des riens ; pêqui23 : sur place ; à crase24 : en grands nombres ; triges25 : régions ; ratours26 : allers et retours ; jatiles27 : jolies ; l’hus28 : l’entrée ; calitchumbelets29 : vrilles ; rapport30 : à cause.

leger

En lâonaunt sus le quemin des douènes

   -I fait bé annyi, cha te dit-i de marchi ? dauns les jouors à venin il avisent1 de l’iâo et bellement de vent !
    -Veire, ma fei pouorqui paé ! No pouorrait faire le tou du Cap en partaunt à pyid d’la maisoun.

   Sitôt ampraès dinnaer, byin couverts et câochis coume i fâot, no s’en feut pa des queminets gangni le G.R. 223 qui, de la pllage de Carteret, coundit dé devers les deunes de Hattaunville2. Le temps était assaez freid d’aveu eun solé de saisoun ! Le mireus de la pllage luusait souos eun cyil sauns nuaées et i faisait bouon marchi ! Quiques raundouneus lâonaient touot coume nouos.
    En ch’té début de mâr, j’avais qu’eune idaée en taête, ch’était de veî les corbins3 ! I me maunquaient, les iyaunt paé veus dé depis le drényi arryire4 ! Le couplle coue5 touos les auns sus la falaise. À ce qué j’en sais, no-z-en coumpte pus mais guère6 dauns le Cotentin, seument que quiques-euns dauns les falaises de Carteret, Fllémaunville et Jobourg.
    No marchait, Marotène et mei, dé depis eun moument et tréjous brin de vie dauns le trige ! paé même eun ouésé ! Je surguais7 la mé mais qu’enfin j’avisis sus le coupé d’eune roque, eun ouésé counséquent touot nei qui se câoffait oû solé ! Ch’était li ! Il ‘tait byin lò, le corbin taunt espéraé !
    Cha me faisait graund pllaisi de le savei aco lo-lenreit ; no le viyait oû muus, il ’tait si praès de nouos ! J’érais vouli le prenre en photo mais pouent d’apparèl. No pense paé à touot quaund que no part faire eune marche ! Je m’en voulis ! No countinuit noute quemin, qui, de teurques8 en teurques, nous coundisit dé devers les deunes de Hattaunville.
   Ampraès déeus bouones heures à marchi no se racachit à la maisoun. I me vyint alors l’idaée dé reparti d’aveu men apparèl. Je devrais seurement lé reveî, ch’té signeu du trige9 !
   Pouor yête pus à couop sus pllèche, je partis en méconnique10. Quiques mineutes pus tard, j’étais sus le quemin des douènes. Je lâonais eun p’tit quart d’heure sauns veî âme qui vive, pyiche d’ouésiâos, paé de raundouneus !  J’étais quasiment coundit à la « batterie » quaund je ouisis11 eun croachement et je lévis la taête ! Ch’était byin eun corbin qui s’évolait dé devers le pllanître12 du Cap. Je le vis quiques temps roundaunt13 touot à sen leisi oû gré des vents !
  Eun volyi de mâoves14 passit l’enreit et cha feut eune brève batâle à couops d’âles que le corbin gaungnit ! I gardait d’aveu jalousetaé « sa falaise » ! Pa la suute jé le perdis de veue. Je ratouornis sus mes pas d’aveu le pressentiment de reveî ch’té solitaire, mais qu’à la fin d’eune teurque je le vis posaé sus le coupé d’eune grosse roque, sus eun repllat, en surplloumb du graund veude. Je m’appréchis oû pus praès qué je pus, quittaunt le quémin pouor le photographiaer oû mus. J’en ‘tais à chin mètes !
    Je devais paé l’effarouchi ni oû pus de cha dévalaer dé devers le veude : j’avais brin d’âles à mette en mouvement !
    I m’avisit et restit fiqui  sus sen caillou. Je prins byin des pourtraits. I se dépllèchait dreit et à la demaunde qué15 mei, no-z-érait dit qu’i prénait pllaisi à ch’té josterie16 intelle eune starlette de cinéma !
    I croachait de temps en temps touot en éplluquant quiques pllauntes et graminaées qu’i piâossait d’aveu sen énourme bé. Attaundis qué je mé lassais paé de le surgui, je vis quiques secoundes eun segound corbin, seurement la fumelle qui se racachait sus sen nind qué je devinais à guère de pas, pus bas. Noute manége durit de seûr eune vingtanne de mineutes et pouvaunt pus halaer de portraits, rapport que la mémouère de men « Sony » était pllenne, je prins à l’argret coungi.
    J’eus biâocouop d’adoun17 de le veî de si praès et si lôtemps sauns yête détourbaé18 ! Je creis byin qu’eun âote coup d’adoun coume j’i-z-eu se représentera paé de sitôt !
   Byin seu que ch’té couorte raundounaée restera biaôtemps19 dauns mei, touot coume l’amourachement d’un couplle d’étercelets qui fut suusue d’eun accoupllement veue ya quiques annaées, ainchin que la naitaé d’eune otarie sus l’île Espanola dauns l’arquipaé des Galapagos !

               Jeaun de la Py-ouitte   Mâr dé 2006
Nouvelles et récits à paraître ! Bientôt en souscription, Editions Magène.

avisent1 : prévoient ; Hattaunville2 : Hattainville, village des Moitiers d’Allonne ; corbins3 : grands corbeaux ; arryire4 : automne ; coue5 : niche ; mais guère6 : très peu ; surguais7 : épiais ; teurques8
: courbes ; trige9 : les parages ; méconnique10 : automobile ; ouitis11 : entendis ; pllanître12 : ici prairie ;
roundaunt13 : faisant des ronds ; mâoves14 : goélands ; à la demaunde qué15 : au fur et à mesure de ; josterie16 : jeu ; adoun17 : chance ; détourbaé18 : dérangé ; biaôtemps19 : longtemps.

 

Vikland Magène 3 Cd de qualité 001

 

DSC00916

 

Vikland Magène 2 001

DSC07236

prochains concerts Magène :

Alençon samedi 26 avril, Granville mardi 27 mai, Utah Beach jeudi 5 juin, Néhou samedi 7 juin, Barflleu / Barfleur samedi 14 juin…
Concert Marins du Cotentin avec en Guest Stars « The Three Belles », spécial 1944, dimanche 8 juin après-midi (salle Jean Eliard à Bricquebec, où Les Amis du Donjon exposent aquarelles, documents,… sur 1914 et sur 1944). Entrée 10 €, scolaires 5 €.
Concert irlandais par « Thé-citron » (Manuela, Jean-Louis, Dany) mardi 29 avril à Cart’ret salle des Douits…
Magène sera présente à Sainte-Mère-Eglise à la médiathèque lors du salon du livre qui se déroulera les 14 et 15 juin 2014 (CD avec Daniel Bourdelès, livres avec Maurice Fichet), ainsi que Les Amis du Donjon, … Fête de la langue normande, même date, à Jersey.
Jeux normands à Montfarville (grand concours quilles du Cotentin,…) le dimanche 13 juillet,…
Calendrier non exhaustif !!!
 et … « Au Goubelin malin », Lionel Jean, céramiste, 28 Chemin de la Raterie 50260 SOTTEVAST, téléphone : 02.33.41.97.29 lioneljean.50@orange.fr ; http://www.augoubelinmalin.wifeo.com

 

1 commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Ecologie, Livres en normand, Revues normandes, Saisons, Vocabulaire

57. Eune Normaundie ! Fâot paé creire oû Père Noué…

No va-t-i avaer Eune Normaundie ??

Qui qu’i dit le gâs Valls ?

« Que ya d’ecsaès de mêli-mêlo,et pis cha doublle pouor ryin, no sait pus qui qu’i fait de quei dauns parmi touos les fissiâos de l’équile, qui qu’i deit payi », « alors fâot la mitaun mens de Régiouns, de 22 à iounze ou dyis ! d’ichin le 1yi de jaunvi dé 2017 ».
No se dit : « Eh byin, ch’est byin, no-z-a qu’a genci Eune Normaundie rapport que no-z-est copaés en déeus bouts ! ».
Pat nor 14 2è tri
Et pis itou les Counsèls des départements, cha sert pus à ryin, ya pus de sous, allaez ouste, déhors ! Va yavaer du câtu ! Ch’est-i que no-z-en revyint à l’épocte de Napoléioun, ch’tait li qui noumait les Maires des villes !
Les coumeunes itou, du balai ! Fâot des Coumeunâotaés de Coumeunes ! Du coup fâot payi enco des biâos burés à tout chu mounde-lo !

La Normaundie pouor byintôt ?

Manuel Valls ’n a prêchi oû petit poste sus R.M.C. Laurent Beauvais (« Basse »-Normaundie) dit dé demême.
Rouen serait eune « Métropole » (enco de quei en pus). Sarkosy li, i voulait engoulaer Rouen-Le Havre dauns « le graund Paris-Vallée de la Seine »…
Mais ya de quei qu’oppose : cha hale à hue et à dia ! « Le 10 avril, sur France Inter, Marylise Lebranchu, ministre de la décentralisation, évoqua benoitement le rattachement du département de la Manche à la Bretagne. Cette excellence, d’origine bretonne, ne voudrait-elle pas par ce truchement nous chiper le Mont – Saint – Michel ? », dit le Mouvement normaund de Didier Patte. Ch’té gribiche veurt mette les Maunchots d’aveu les Bertouns ? Mais ch’est coume cat et quyin ! I vouoraient byin, ches hardis-prénaunts, que le Mount-Sant-Michi seit à ieus !

Eun drôle d’ouésé

Et pis ya eun drôle d’ouésé qui trache qu’a faire ma : eun noumaé Rossigno, de « Hâote »-Normaundie qu’aime muus yête d’aveu la Picardie que d’accaunt la « Basse »-Normaundie ! Qui que no verra co ?! « Peut-être Nicolas Mayer – Rossignol pense-t-il aussi à un grand « machin », comprenant, outre la haute Normandie, la Picardie et l’Ile-de-France, énorme Eurorégion dans laquelle les identités normande et picarde seraient noyées. Tout est possible, même le pire ! » (D. Patte).
Cha fait seissaunte annaées que no-z-a l’Europe. No peut-i paé avaer eune Europe des citoians et des régiouns que no veurt ? En Espanne, ampraès Franco, il ount votaé : ya des régiouns touotes pétiotes, d’âores reide counséquentes, ch’est byin coume chenna. I prêchent lus laungues. Tcheu nouos, no-z-est co fiquis par Napoléioun : touos parèls : les régiouns, cha sera des super-départements yoù que Paris duira touot le mounde à la baguette !
Et noute loceis ? Cha sera-t-i muus ????
Rémin

Poster un commentaire

Classé dans Ecologie, Revues normandes, Uncategorized

56. Encore du nouveau sur Joseph Mague ! Photos du viage de Ger à Granville.

Un poète honoré au cimetière Saint-Paul de Granville

Mardi 8 avril, les membres de trois associations littéraires normandes ont déposé une plaque en grès sur la tombe de Joseph Mague.

Vingt-cinq membres du Point d’Alençon, de l’Université inter-âge de Caen et de Magène ont ainsi voulu rappeler qu’un poète passionné et méconnu habita à Granville.
La plaque a été scellée, impossibles de l'enlever sans la casser !

La plaque a été scellée, impossible de l’enlever sans la casser !

Joseph Mague (1875-1940) a écrit des poèmes de qualité en français et en normand. En particulier, ses vingt-quatre « Canchons du Bessin » sont recherchées par les collectionneurs de cartes postales, mais les mélodies en sont ignorées ou perdues. Ces poèmes font revivre les Normands des années 1900-1914. Humour et nostalgie ajoutent un intérêt aux descriptions ethnographiques.
Le marchi és peissouns à Ballerey

Le marchi és peissouns à Ballerey

Daniel Bourdelès est tombé sous le charme de La Feire ès Ougnons, la Partie d’ Mé, Les trachous d’ bouais, La grousse Angelina, La p’tite servante, La Dentelière… Il a composé des mélodies qu’il chante sur un nouveau CD titré « Angelina »1.

DSC00625

Joseph Mague a publié à Balleroy ses poèmes illustrés de photos. Mais aucun portrait de lui n’a pu être retrouvé.
DSC00867
Lionel Bonnetot a reconstitué la biographie de J. Mague. Ainsi, il a pu la résumer en lui rendant hommage sur sa tombe.
Une jolie plaque en terre cuite vernissée a été fixée sur la tombe familiale, chacun est invité à faire un petit détour dans le carré 8 du cimetière Saint-Paul pour la découvrir.

DSC00834

Elle a été imaginée par le potier Lionel Jean (son atelier est ouvert au public à Sottevast près de Bricquebec)3. Elle a la forme d’une canne à lait sur laquelle on peut lire « Joseph Mague, 1975 – 1940, poète, auteur des Canchons du Bessin »2.

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est à l’occasion d’un voyage organisé par Michel Le Bas
que cet hommage à Joseph Mague a pu être rendu,
avec les visites guidées du musée de la poterie de Ger,
Pot cochon réalisé à Mourot, village de potiers appelé actuellement St-Jacques-de-Néhou. Lionel Jean vend ces mêmes pots très pratiques pouor versi à beire !

Pot cochon réalisé à Mourot, village de potiers appelé actuellement St-Jacques-de-Néhou. Lionel Jean vend ces mêmes pots très pratiques pouor versi à beire !

du chrismale de Mortain,
Le crismale de Mortain est un objet exceptionnel. Autel portatif, il est gravé d'inscriptions scandinaves en runes

Le crismale de Mortain est un objet exceptionnel. Autel portatif, il est gravé d’inscriptions scandinaves en runes

du Scriptorial d’Avranches,

DSC00580

de l’Abbaye de La Lucerne
L'Abbé Lelégard a sauvé l'Abbaye de la Lucerne d'Outremer près de Sartilly. Excellent conteur en normand, il a su rassembler toutes les énergies pour reconstruire l'église, le réfectoire,... Reste le cloître, faut des sous !

L’Abbé Lelégard a sauvé l’Abbaye de la Lucerne d’Outremer près de Sartilly. Excellent conteur en normand, il a su rassembler toutes les énergies pour reconstruire l’église, le réfectoire,… Reste le cloître, faut des sous !

et du Musée du Vieux Granville.
Intérieur normand d'aveu sen vaisselyi dauns le vuus Grainville.

Intérieur normand d’aveu sen vaisselyi dauns le vuus Grainville.

 Lundi soir, une veillée à la Maison d’accueil de Saint-Jean-le-Thomas a permis d’entendre plusieurs chansons interprétées par le compositeur Daniel Bourdelès lui-même, magène byin (bien sûr, naturellement).
Françoise Roulland a luusu Alphonse Allain, Gires Ganne et Joseph Mague (ainsi qu'un conte de Marcel Lelégard dans l'abbaye de La Lucerne)

Françoise Roulland a luusu Alphonse Allain, Gires Ganne et Joseph Mague (ainsi qu’un conte de Marcel Lelégard dans l’abbaye de La Lucerne)

Les conteurs du Cotentin et du Bocage ont fait découvrir la riche littérature des auteurs dialectaux de la Normandie du Nord et du Sud de la « ligne Joret » (qui sépare ceux qui disent « eune pouque » de ceux qui prononcent « eune pouche »).
Guy Vaugeois, du Bocage d'Athis-Flers

Guy Vaugeois, du Bocage d’Athis-Flers

Jacques Mauvoisin et Patrick Levoyer comparent leurs éditions anciennes de Charles Leboulanger

Jacques Mauvoisin et Patrick Levoyer comparent leurs éditions anciennes de Charles Leboulanger

Car, à Flers et Alençon aussi, des écrivains ont pu transformer ce qui était considéré comme un patois en langue à part entière.

Une langue qui existait déjà au XIIe siècle, comme a pu le démontrer Catherine Bougy, universitaire, dans sa conférence passionnante donnée lundi au Scriptorial.

1. Cd disponible sur le site magene.com (12 € port inclus). Cf. le compte-rendu élogieux du CD Angelina dans le n° d’avril-mai-juin de Patrimoine Normand. La p’tite servante fut chantée en 1994 sur le CD « La Louerie », La Dentelière gravée sur le CD-album La Dentélyire en 2011.
2. Pour en savoir plus, consultez les autres billets sur Mague dans ce blog. « L’adrèche sus la Teile, ch’est sus http://www.magene.com ou byin : https://languenormande.wordpress.com/ »
L'idée de faire des goubelins en terre cuite vernissée est venue à Lionel Jean après l'écoute du CD Caunchounettes, le p'tit goubelin enregistré par Magène (et quasi épuisé ! voir boutique du site magène !)

L’idée de faire des goubelins en terre cuite vernissée est venue à Lionel Jean après l’écoute du CD Caunchounettes, le p’tit goubelin enregistré par Magène (et quasi épuisé ! voir boutique du site magène !)

3. « Au Goubelin malin », Lionel Jean, céramiste, 28 Chemin de la Raterie 50260 SOTTEVAST, téléphone : 02.33.41.97.29 lioneljean.50@orange.fr ; http://www.augoubelinmalin.wifeo.com

 

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Bessin, Chansons, Concerts Magène, Faête és Normaunds, Livres en normand, Revues normandes

54. Guerre 14. La poue des rats ! Photos de tranchées

Documents Alexandre Renaud

Documents Alexandre Renaud exposés à la médiathèque de Sainte-Mère-Eglise (Cotentin)

la poue des rats doc 001

La Vouée du Dounjoun Hors-série n° 1, 2005.

La Vouée du Dounjoun Hors-série n° 1, 2005.

JB04 « – Vos verraez – qu’i disaient -, les rats, là-bas, vous galopent sus la figuure, i vous brôtent le naez et les oyelles. Impossiblle dé dormin. No vous souhouaite du bouon temps ! »

DSC09982la poue des rats 3 001

Collection Eric Poyet, horloger à Bricbé. Plaques de verre.

Collection Eric Poyet, horloger à Bricbé. Plaques de verre.

Louis Robine. Cimetière Givenchy tombes musulmanes. Doc. Cécile Thiébot, paru dans la Voix du Donjon n°18-19

Louis Robine. Cimetière Givenchy tombes musulmanes. Doc. Cécile Thiébot, paru dans la Voix du Donjon n°18-19

la poue des rats 4 001

Photos d'Alexandre Renaud. Les pous (doc en haut, à dr.)

Photos d’Alexandre Renaud. Les pous (doc en haut, à dr.)

10 €. Les Amis du Donjon Mairie 50260 Bricquebec / Bricbé

10 €. Les Amis du Donjon Mairie 50260 Bricquebec / Bricbé

La réunion a lieu à l'ancienne école des files derrière la boulangerie Suzanne. Samedi 5 avril, 3 mai, 7 juin...

La réunion a lieu à l’ancienne école des filles derrière la boulangerie Suzanne. Samedi 5 avril, 3 mai, 7 juin…

 

Poster un commentaire

Classé dans 1914 - 1918, Auteurs en normand : décédés, Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Revues normandes

52 La Guerre 1914. Alfred Noel, Joseph Mague. Expo à la médiathèque de Ste-Mère-Eglise

La Guerre 1914 : chansons en normand et exposition.

Alfred Noël a écrit plusieurs chansons publiées par la revue Val’Auna.A Noel aleluia 001

No péeut veî eun ballon dirigeablle sus le tablleau.

No péeut veî eun ballon dirigeablle sus le tablleau.

Alleluia 2 001

Joseph Mague.

(orthographe de l’auteur)

Dans la grand’ casern’ quand tu s’ras là-bas,

Je sieus raid’ sur, man fi, qu’ souvent t’arpens’ras

A ta vieul’ moman qu’a-z-eu tant d’minsère

A vous él’ver, tai, tes sœux et tes frères.

Écris-mai deux mots,  l’ sei quand l’ennu prend,

Cha décherge el’ cœur  d’écrire à ses gens.

   Chanson formidable que Joseph Mague écrit vers 1912 juste avant la guerre 14 – 18 qui va bientôt commencer. Déjà le service militaire obligatoire avait été fixé à trois ans…

Saint-Mihié, ch’est bi loin, nos est pas bi riche,

Si faut débourser, tan pèr’ fait la griche ;

Quiens, v’là deux pistol’, much’  les  man p’tit gars ;

Si t’es dans  queuqu’ mais  passé capora

D’mande eun’ permission à tan capitaine,

Pour v’ni fair’ vai  tes biaux galons d’ laine.

   Cette chanson fait suite à une veine de contes et de chansons de soldats qui a plusieurs siècles, de Louis 14 à Napoléon. La mère du soldat sait les risques de ne pas revoir son fils mais elle pleure en silence et se montre forte :

Sais terjous soumis, propre et couraigeux,

Fais leu vai c’ que ch est qu’les Normands d’ileu !

Prends gard’ d’avai fraid, n’ fais pas d’z’imprudences,

Et n’ fréquent’ pas trop l’café ni la danse.

Do ta bonn’ amie l’ sei, au coin du feu

Pour le p’tit soldat, no priera le Bouon Guieu.

14 Le départ du conscrit tbre bn

La vie est comm’ cha, no s’artrouv’, no s’quitte,

Mais, vais-tu, trouais ans cha pass’ co bi vite

Quand tu r’viendras cha s’ra pour longtemps,

Ta p’tite Armandeine aura prins vingt ans,

Faudra vous marier, vous bailli nout’ ferme ;

A ta neuch’, garçons ! no s’amus’ra ferme….

Non, tu n’ veux pès rire en quittant tan pais,

T’aurais plutôt l’cœur à pieurer, est-ch’ pès ?

Les gens qui no guett , faut pas qu’ej’ pleuriomes

Allons, man petiot, fais vai qu’ t’es un homme

Devant  qu’ed’  monter  dans c’mâodit tramway

Ah !  dis  mai  boujou, boujou  cor  eun’  fais !

 

CD  Angelina  pl. 11  Le départ du Conscrit de Joseph Mague  2’ 56

Expo à la médiathèque de Ste-Mère-Eglise…

Expo 14 44 18h15 bon 001couv VDD 79 001

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Bessin, Chansons, Cotentin, Revues normandes