Archives de Tag: Cotentin

66. Pêcheurs en côte des Isles. Robert Pot. Carteret

Pêcheurs en côte des Isles

Eun live de photos byin esplliquies

No péeut acataer chu live de 140 pages à l'Office de Tourisme de Barneville-Carteret

No péeut acataer chu live de 140 pages à l’Office de Tourisme de Barneville-Carteret

     Byin le boujou, v’chin eun live de photos des pêqueus de Cart’ret halaés en portrait par Robert Pot dans l’s annaées 1960 – 1980… Eune pouquie de mots normaunds s’évâopile amount les peissouns et les batiâos…
    Robert Pot est eun horsin (s = z) qu’a couneu les gens de la mé touot quenâle en 1954 : « je dois au Père Rachine mes premières expériences à la barre et à Remond Blondel la pêche à la traîne de mon premier maquereau, ils m’ont adopté, je devais avoir dans les treize ou quatorze ans ».

Route pêche 001lég Route pêche 001

congre 001congre lég 001

Ya 4 pages de vocabulaire et paé louen de 130 photos dauns chu biâo live

Ya 4 pages de vocabulaire et paé louen de 130 photos dauns chu biâo live

    à clin et can 001clin lég 001

Je vas paé tout mette sus ch’té bllo !… Ch’est pouor vous dounaer eune idaée !

à can = à champ

Rémin Pézeri

 

Poster un commentaire

Classé dans Cotentin, mer, pêche, Vocabulaire

65. Débarquement et Libération. The Three Belles à Coutances, Carentan, Bricquebec et Portbail

Et cha nous tumbit sus le dos / The Three Belles à Couotaunches, Quérente, Bricbé et Pourbas

The Three Belles and the Bevin Boys à Quérente / Carentan le 8 juin dé 2013

The Three Belles and the Bevin Boys à Quérente / Carentan le 8 juin dé 2013

O sount touot récopi coume The Andrew's Sisters des Annaées 40 !

O sount touot récopi coume The Andrew’s Sisters des Annaées 40 !

The Three Belles à Couotaunches chu dinmaunche és Unelles à la relévaée (à chinq heures et demin), pis à Quérente le 7 dé juin déeus coups mais que les pouores gens s’acachent coume âotefeis rapport que les Amériquains ont minchi lus maisons et d’eun âote bord daunchent le swing sus la pllèche, pis o launlurrount (7 caunchouns) itou à Bricbé le dimmaunche 8 d’accaunt Les Marins du Cotentin et pis à Pourbas le 19 de juilet…

Carentan oû sei du 7 dé juin 2014 Bal de la Libération

Carentan oû sei du 7 dé juin 2014 Bal de la Libération

L’épopée cotentène d’Aundré-J. Desnouettes

 

  Fallait-i boumbardaer les villes de Normaundie ? Cha ya paé servi à byin de quei, rapport que la guerre ch’tait derryire les haies et les fossiâos (les talus) plantaés de rounches et de coudes (noisetiers)…
Reconstitution ethnographique de l'exode des Normands en juin-juillet 1944 (Carentan 2013 et enco ch't annaée le 7 de juin)

Reconstitution ethnographique de l’exode des Normands en juin-juillet 1944 (Carentan 2013 et enco ch’t annaée le 7 de juin)

Liméro espécia de La Maunche Libe dé mai 2014

Liméro espécia de La Maunche Libe dé mai 2014

346

apos = manque

Fiare counaîte l'histouère és p'tiots coume cha, i s'en arsouvyinrount...

Faire counaîte l’histouère és p’tiots coume cha, i s’en arsouvyinrount…

La Eune de La Maunche Libe, des p'tiots guettent Sant-Lô, i reste ryin, des minchouns... 660 bounes gens ount passaé, écrabouis, breulaés dauns leus maisouns...

La Eune de La Maunche Libe, des p’tiots guettent Sant-Lô, i reste ryin, des minchouns… 660 bouones gens ount passaé, écrabouis, breulaés dauns leus maisouns…

348 001la fouore = les fientes ; les Frigolins : les Allemands ; qui lus régalent : qui se régalent, qui vivent bien ; s’ véchaunt : s’empiffrent ; luurent : fatiguent, empoisonnent

Pouor gangni en Urope, fallait les Reusses qui se battaient dé depis 1942 et ouvri eune batâle à l'Ouêt. Falli débarqui, des pouores gâs ount risqui leus vie pouor les Uropéiens... Les Amériquains, les Aungllais, les Canadians terrîtent en Normaundie...

Pouor gangni en Urope, fallait les Reusses qui se battaient dé depis 1942 et ouvri eune batâle à l’Ouêt. Falli débarqui, des pouores gâs ount risqui leus vie pouor les Uropéiens… Les Amériquains, les Aungllais, les Canadians terrîtent en Normaundie…

Quérente, 2013. 6 juin dé 2014 : Obama sera à Omaha Beach d'accaunt Poutine et byin d'âotes...

Quérente, 2013. 6 juin dé 2014 : Obama sera à Omaha Beach d’accaunt Poutine et byin d’âotes…

Lee Résistaunts dauns noute trige…

L'Epopée cotentine d'Aundré-J. Desnouettes est bilingue normaund-fraunceis

L’Epopée cotentine d’Aundré-J. Desnouettes est bilingue normaund-fraunceis

Les syins qui fûtent enfroumaés dauns la prisoun de Sant-Lô trépassîtent souos les boumbes…

4 prison de St Lô

mécontentement Am 0016 prison de St Lô352 001Tchidbouorg : Cherbourg

DSC07382

Carentan 2013 / 2014 : La Libération après les terribles combats et les destructions...

Carentan 2013 / 2014 : La Libération après les terribles combats et les destructions…

Marche de la Liberté à Carentan samedi 7 juin 2014

Marche de la Liberté à Carentan samedi 7 juin 2014

 Beaucoup d’autres photos à Carentan sur le même thème (archives du blog  juin 2013, article daté 11 juin 2013)

9. Carentan, samedi 8 juin 2013, reconstitution de l’exode causé par les bombardements des villes normandes en juin 1944. The Three Belles ont fait un tabac.

 

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Chansons, Cotentin, Faête és Normaunds, Juin 1944, Livres en normand, Vocabulaire

64. Les voiles noroises / Les veiles norouèses : eun nouvé baté !

Les veiles norouèses

Eune équipaée normaunde

 

Les petits batiâos qui vount sus la graunde iâo ount-i des gaumbes ?? L'esnèque ch'est itou le noum d'eun jéeu à Tec-Nor, et pis ya itou sen graund fr-re, le... Dreknor !

Les petits batiâos qui vount sus la graunde iâo ount-i des gaumbes ?? L’esnèque ch’est itou le noum d’eun jéeu à Tec-Nor, et pis ya itou sen graund frère, le… Dreknor !

     Byin le boujou, v’chin cha que vos allaez pouvi byintôt luure sus le trige Les Voiles noroises / Les veiles norouèses… !  www.voiles-norroises.fr

Dé depis qu’o nâquit (et maême byin avaunt !), la countraée és North Men, qui feut noumaée la Normaundie, vit d’accaunt la mé. Mais que les Escaundinaves terrîtent ichin et fîtent chu nouvé pais, et pis ampraès cha d’aveu les espllorateus arnoumaés, trachous de countraées, et pis d’o les Terres-Neuvâs, les viageous normaunds ount merqui lus pas sus tous les terrans de la pllannète. Ya-z-eu byin d’s histouères incréyablles sus la mé.

Les Normaunds du Cotentin terrîtent à Messine en Sicile... Ya pas qu'en Aunglleterre ! Peinteure sus eune quérette...

Les Normaunds du Cotentin terrîtent à Messine en Sicile… Ya pas qu’en Aunglleterre ! Peinteure sus eune quérette…

Ch’est pouor chenna que l’assembllaée Les veiles norouèses vouorait byin pairaé eun baté danoués du XIyîme syiclle pouor reguindaer coume qui que no fit âotefeis ches batiâos-chin et coume qui qu’i travêquaient sus l’iâo.
Les veiles norouèses vount servi és Normaunds à rémôqui eun savi-faire vuus de pus de mille annaées. Et pis itou do ch’té idaée-lo, les savaunts vount pouvi muus coumprenre ches batiâos-chin.
Ch’est possiblle itou de vos-en venin d’acaunt nous sus noute trige Faicebouc.

Noute histouère :

    Ch’est en viageaunt sus la Baie des Veys (des gués en fraunceis) à bord du Dreknor que les syins qui gencîtent l’association prêchîtent de lus idaée de faire un baté.

Le Dreknor

Le Dreknor

  I se démentîtent petit à petit de de pouorsuure et cha fut Les veiles norouèses lé 21 dé s’tembe dé 2013 par Damien Bouet (dipllômaé en archéiologie à l’Universitaé de Strasbouorg), Thibaut Grimaldi (à la tête d’eune entreprinse) et Frédéric Palmer (Cap’tanne d’eune vedette sus Le Port du Have), touos les treis amouchelaés pa la passion de la mé et de l’Histouère.

Je voulîmes remâtaer le patrimouène maritème nord-uropéien, de l’âge du Fé oû XIe syiclloe. J’ avouns doun évolaé la fèchoun du Skuldelev V touot récopi, dauns le respé des matériâos et des savi-faire dé ch’t épocte-lo. La prémyire évolaée feut de pairotaer les pllauns et la féchoun du baté. Ampraès byin du câtu à retrachi chenna, le chauntyi nava pouvit quemenchi par le fait. L’association Dreknor, nous mint pouor nous âotes leus appartements à Quérente et le premyi lot de boués, coupaé en forâe d’Essay (Orne) arrivit sus trige lé 28 dé mâr dé 2014.

La baleine ch'est le gros boués qui tyint le mât (Veî le biâo récit de Henri Gogibu sus noute CD "Veillie normaunde")

La baleine ch’est le gros boués qui tyint le mât (Veî le biâo récit de Henri Gogibu sus noute CD « Veillie normaunde »)

Noute équipe de bénévoles, accoutaée par la syinne du Dreknor, travâle achteu à féchounaer le baté, bordé par bordé et rivet par rivet. J’aimeriouns finin le baté, pour yête és coumémoratiouns des 950 auns de la Batâle de Hastingues (Anglleterre).

Les dates à reténin :

– 21 dé s’tembre dé 2013 : Naissaunche dé l’Association
– 28 dé mâr dé 2014 : Le premyi lot de boués arrive à Quérente
– 28 d’avril dé 2014 : No-z-a genci la quile du baté !

(fâot pronounchi tchile le pus souovent)

Et lé 27 et 28 dé s’tembe à Quérente / Carentan cha rest La Fête des Normands

Texte : Damien Bouet, Président de la nouvelle association Les voiles noroises

mins en normaund par le greffyi de chu bllo, mais cha peut yête amendaé…

Il va donc y avoir bientôt sur le site internet de l’association (www.voiles-norroises.fr) une page  en normand

Le dragon est une pièce amovible sur les esnèques. Cha fait poue !!

Le dragon est une pièce amovible sur les esnèques.
Cha fait poue !!

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Faête és Normaunds, mer, Vocabulaire

63. Le vuus mâoroun / La vieille salamandre, scènette de François Enault

Journaliste, dessinateur, François Enault a peint des assiettes à partir de dialogues extraits de ses histouères…

DSC07026

Le vuus mâoroun / La vieille salamandre, scènette de François Enault

Les histouères de Pierre et Catherène Loustalot…

DSC09017

  Une salle de justice de paix, ichin ch’tait dehors ! Catherine Loustalot (sûre d’elle, en colère)
DSC09055
est assignée par Mélanie Pitou
DSC09034(qui semble résignée).

DSC09035

 

 

 

Le juge de paix, qui n’est pas de la région, saisit peu les nuances et le pittoresque du parler bas-normand.
DSC08999 DSC08962
Chaque canton avait un juge de paix pour régler les affaires locales…

Ce dialogue est facile à comprendre si vous parlez français !

  Merci byin à Stéphane Henry (Ch’est le gâs qu’a mins eun poués rouoge, vos allaez byin l’arcounaîte !) et merci itou à tous les bouones gens de qui que j’ai halaé lus portrait sauns lus demaundo si i voulaient byin !!

 

François Énault

(1869 – 1918), né à Varenguebec, près de La Haie-du-Pits /La Haye-du-Puits.

Ami de Beuve et comme lui fondateur du Bouès-Jan » (maintenant « Boués-Jaun »), il écrit au moment où la littérature comique en patois n’est pas toujours de bon aloi des contes délicieux de malice et de pénétration psychologique… que l’Almanach de la Manche reprend chaque année.
Les personnages (Mélanie Pitou, Catherine et Pierre Loustalot…) se prêtent facilement à la mise en scène théâtrale. Les dialogues sont faciles à mémoriser.
Peu de vocabulaire normand très particulier : ingamo : intelligence, bon sens ; balaindyire : menteuse, fabulatrice ; orvet : lézard ; et mâoroun : salamandre (animal protégé…).
L’orthographe a été unifiée.
Décor : un bureau et 2 chaises pour le juge de paix et le greffier + un dictionnaire. Costumes simples de 1900, ou d’aujourd’hui !

DSC09106

 

 

Le vuus mâoroun

 DSC09270

Le juge de paix : – Eh bien mes bonnes femmes, tâchez de me conter clairement les faits de la cause!… Mélanie Pitou, vous êtes la plaignante !… De quoi vous plaignez-vous ?…
Mélanin (dolente) : – Je m’ pllans, Moussieu le juge dé paix, que Catherène m’a crucifiaée d’injures et de sottises dé d’pis qu’ol a perdeu sen procès d’avé nous !…
Le juge de paix (intéressé) : – Alors ce serait de la vengeance ?…
Catherène (indignée) : – Ne l’écoutaez pé, Moussieu le juge dé paix, …n’ l’ écoutaez pé ! Ch’est eune criyature qui vous embuure des menteries jusqu’à démountaer l’ingamo des syins qui la counaissent pé !…
Byin seur, ch'est des photos prinses à Valouones oû meis de juilet dé 2013 ! (Veî l's articlles des meis passaés...)

Byin seur, ch’est des photos prinses à Valouones oû meis de juilet dé 2013 ! (Veî l’s articlles des meis passaés…)

Le juge de paix (dérouté) : – Hein ? quoi… Qu’est-ce qu’elle démonte ?… l’ingamo ?…
Catherène (enhardie) : – Veire, Moussieu le juge dé paix, les discouors de c’té balaundyire-là feraient batte des caillous et s’capuchi les murâles !… Ch’est le diablle en persoune qui lyi a copaé le filet et les vipères ount mens de pouésoun qu’ol a de salive !…
Et si ch’est triste pour nous d’avei eune parèle veisène, vos devaez byin le coumprende !…
Le juge de paix (avec conviction) : – Je ne comprends rien du tout !… Voyons, la plaignante, dites-nous votre affaire…
Mélanin (résignée) : – Moussieu le juge dé paix, jé me pllans tout bouonement qué Catherène m’ait traitaée… Coume o m’a traitaée l’âote jou que j’abreuvais mes vaques !… Et coume o me traite touos les jouors !… O passera janmais à côtaé de mei sains me lâqui eune injeure !…
Catherène (protestant) : – J’i étaé byin élevaée, ma file, et l’s injeures mé coûotent trop à la goule pour qué je t’en dise !…
Le juge de paix (perdu) : – Silence, vous la femme qui parlez toujours ! Quand je vous donnerai la parole, vous vous expliquerez !…
Catherène (fière, s’adresse au public) : – Je veis byin achteure coume cha va touornaer !… Si no peut paé s’esplliqui, ch’était byin inutile dé me faire venin !…
Le juge de paix (autoritaire) : – Silence ! ! … Voyons, femme Pitou, vous avez été injuriée ?

DSC09162

Mélanin (réconfortée) : – Veire, Moussieu le juge dé paix, presque touos les jouors. O peut paé prêchi de mei sains me mette pus bas que terre, et pus neire qué le tchu de la marmite !…
O ramasse touot ce qu’o peut trouvaer pour mé le jétaer pa la tête.
Le juge de paix (perdu) : – Hein ! Elle vous a jeté la tête par le cul de sa marmite ?…
Catherène (avec énergie) : – Janmais, janmais, janmais, du graind janmais j’i fait chenna, mei !!
Mélanin (rectifiant) : – Noun, Moussieu le juge, o m’a janmais jetaé à la taête qué d’s injures…
Le juge de paix (décontenancé) : – Quelles injures ?
Mélanin (qui s’intimide) : – De byin vilannes, moussieu !
Le juge de paix (pressant) : – Eh bien précisez-les !

Catherène (goguenarde) : – O s’en souovyint pé ! …
Le juge de paix (en colère) : – Tonnerre, pour nous fixer, je vous ordonne de la dire, celle-là !…
Mélanin (confuse) : – Eh byin, moussieu le juge de paix, dédpis qu’ j’i gangni men procès counte lyi, c’té fème-lo peut pé m’guetti ni passaer à côtaé de mei sains m’dire : « Sacraé vuus mâoroun !… »
Le juge de paix (ahuri) : – « Sacré vieux mauron », c’est une injure ça ?…
DSC09220
Catherène (vivement) : – Ch’est eun mot que no dit coume chenna, Moussieu l’juge de paix !… sains peinsaer à ma … Vuus mâoroun… Vuus mâoroun…
Le juge de paix (noyé) : – J’entends bien !… Mais, qu’est-ce que c’est qu’un mauron ?
Mélanin : – Ch’est eun mâoroun, Moussieu le juge !
Le juge de paix (cherchant) : – Mauron ?…
Catherène (anxieuse) : – Oui, Moussieu, eun mâoroun…

Le juge de paix (content) : – J’y suis ! !… Du mauron, ce n’est pas une injure, ça !…
Mélanin (acerbe) : – Ch’est eune vilanne injure pouor eune fème de m’n âge, Moussieu le juge !
Le juge de paix (conciliant) : – Mais non, voyons, du mauron pour les petits oiseaux, c’est une plante, une plante utile même, mais ce n’est pas une injure.
Mélanin (têtue) : – Pardounaez-mei, Moussieu le juge de paix, eun vuus mâoroun cha n’sé bâle pé à mouégi és p’tits ouésiâos ! … Les poules oseraient pé y touqui…
Le juge de paix (noyé) : – Mais, alors, ce n’est pas du mauron ?…
Mélanin (embarrassée) : – Non, Moussieu le juge, cha n’est pé du mouron, ch’est eun mâoroun.

DSC09213

Le juge de paix (tout à fait perdu) : – Mauron qui n’est pas du mauron, mais c’est un mauron ?!… Sapristi, un peu de clair là-dedans. Voyons, qu’est-ce qu’un mauron ?…
Mélanin (décontenancée) : – Ch’est d’quei, Moussieu le juge de paix, ch’est d’quei que no-z-appelle eun mâoroun !
Le juge de paix (patient) : – Est-ce un animal ?
Mélanin et Catherène (avec conviction) : – Non, Moussieu le juge de paix.
Le juge de paix (ahuri) : – Comment, ce n’est pas une bête ?,…
Mélanin et Catherène (avec ensemble) : – Mais si, Moussieu, ch’est eune baête !!
Le juge de pax (furieux) : – Tonnerre de tonnerre ! Ne vous moquez pas de moi, mes bonnes femmes ! Vous me dites que ce n’est pas un animal, mais que c’est une bête ! Ne faites pas la bête pour vous payer ma tête, sapristi, car je vous salerais !…

DSC09120

Mélanin (pleurnichant) : – J’vos jure, Moussieu, que c’té fème-là m’a traitaée de vuus mâoroun et qu’eun mâoroun, ch’est eune vilanne baête à couortes pattes…
Le juge de paix (s’amusant) : – … Eh ! ! Vous êtes hautes de jambes, vous !…
Mélanin (persuasive) : – Eune vilanne baête neire,… Taquie de jaène !
Le juge de paix (moqueur) : – Pourtant, vous n’êtes ni négresse,… Ni jaune !
Catherène (qui se moque) : – Cha ya eune petite taête qu’a pé d’orelles, les deigts sains ounglles, eune bave pouésouneuse par touot l’corps et eune coue loungue coume eun orvet !
Le juge de paix (submergé) : – Bon sang de bon sang, à quoi ça ressemble-t-il ? Et quelle bête ça peut bien être ?
Mélanin (naïvement) : – Ch’est eun mâoroun, Moussieu le juge de paix !
Le greffier (joyeusement) : – … Dénommé « salamandre » dans le dictionnaire de l’Académie !…
Eun mâoroun annyi dauns men gardin ! Il aime byin mais qu'i plleut, il 'tait byin muchi... !

Eun mâoroun annyi dauns men gardin ! Il aime byin mais qu’i plleut, il ‘tait byin muchi… !

Le juge de paix (goguenard) : – Ah bien, enfin, la justice est éclairée…
Je condamne la femme Loustalot à un franc d’amende pour avoir, en mauvaise part, traité sa voisine de vieille salamandre !…
Catherène (stupéfaite) : – Mei ! mei ! J’n’i janmais dit chenna !

DSC01848

 

 

Mélanin (mécontente) : – De l’amende !… Mais j’i pé d’doumages-intérêts ?…

DSC09232

Catherène et Mélanin (se retirant penaudes) : – Ya pus d’justice !
… Sapraès Vuus Mâoroun de juge de paix, va !…
Catherène et Pierre Loustalot...

Catherène et Pierre Loustalot…

DSC09314
*****

Bouais-Jan, janvier 1899.
Extrait de « Les propos de Jean Frinot »
P. Bellée éditeur, Coutances, 1948.

Yavait byin des veisènes pouor veî qui qu'allait avaer le ga, De Mélanin ou byin dé Catherène ! Cha va faire prêchi dauns la hammé, ch't affaire-lo !!!

Yavait byin des veisènes pouor veî qui qu’allait avaer le ga, De Mélanin ou byin dé Catherène ! Cha va faire prêchi dauns la hammé, ch’t affaire-lo !!!

Pour en savoir plus :

http://magene.com/enault.html/

Les qu devant i ou yin se prononcent tch dans la région du Centre-Cotentin où habitait François Enault.
Les h d’origine germanique sont très expirés (= r)
Guère = « djère »
Les verbes en aer se prononcent a ou bien o ou bien er comme en français, Enault écrit er, mais il écrit qu’il ne veut pas dérouter les lecteurs.
j’vyins : Enault change de graphie dans le même texte, cela montre son hésitation et la difficulté de rendre simplement ce son i nasalisé.
Tchyin : ou quyin, il est facile de s’habituer à écrire ce son y-i-n qui permet de dire in ou i avec toutes les nuances locales intermédiaires. On peut souligner le qu.
pé et bi de l’auteur ont été conservés (paé et byin permettent plusieurs prononciations)
graindes, dains : prononciation Centre Cotentin (graundes, dauns en graphie unifiée)
qu’ li répounit : les e muets n’ont pas tous été mis en place des apostrophes (que li se dit qu’li = que lui en fr.) ;(en principe seuls les é ne sont pas muets, mais dans un dialogue, pourquoi pas conserver l’)
un r inhabituel a été conservé à leur et trachir : Pitou s’en feut por trachir des carottes…. = chercher

Moussieu le Maire de Valouones (en vrai, ch'est li !)

Moussieu le Maire de Valouones (en vrai, ch’est li !)

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Cotentin, Faête és Normaunds, Livres en normand, Revues normandes, Vocabulaire

62. Le pyige / Le piège, scènette de François Enault

Journaliste, dessinateur, François Enault a peint des assiettes à partir de dialogues extraits de ses histouères...

Journaliste, dessinateur, François Enault a peint des assiettes à partir de dialogues extraits de ses histouères…

Le pyige / Le piège, scènette de François Enault

Les histoires de Pierre et Catherène Loustalot…

 

 Une histoire de braconnage qui révèle les caractères des deux personnages, et du coup ce texte qui a cent ans nous amuse encore… ! « Men poure Pierre ! », mon pauvre Pierre ! répète Catherène ! Notez tous les défauts qui lui sont attribués…

Ce dialogue est facile à comprendre si vous parlez français !

Nous l’avons lu à trois voix lors de la réunion de normand à Bricbé / Bricquebec samedi 3 mai.

Les qu devant i ou yin se prononcent tch dans la région du Centre-Cotentin où habitait François Enault.
Les h d’origine germanique sont très expirés (= r)
Guère = « djère »
Les verbes en aer se prononcent a ou bien o ou bien er comme en français, Enault écrit er, mais il écrit qu’il ne veut pas dérouter les lecteurs.
j’vyins : Enault change de graphie dans le même texte, cela montre son hésitation et la difficulté de rendre simplement ce son i nasalisé.
Tchyin : ou quyin, il est facile de s’habituer à écrire ce son y-i-n qui permet de dire in ou i avec toutes les nuances locales intermédiaires. On peut souligner le qu.
pé et bi de l’auteur ont été conservés (paé et byin permettent plusieurs prononciations)
graindes, dains : prononciation Centre Cotentin (graundes, dauns en graphie unifiée)
qu’ li répounit : les e muets n’ont pas tous été mis en place des apostrophes (que li se dit qu’li = que lui en fr.) ;(en principe seuls les é ne sont pas muets, mais dans un dialogue, pourquoi pas conserver l’)
un r inhabituel a été conservé à leur et trachir : Pitou s’en feut por trachir des carottes…. = chercher

 

Catherène a eun biâo houppelinot !

Catherène a eun biâo houppelinot !

  houppelinot  : vertugadin en français, = bourrelet pour faire bouffer la jupe à l’époque d’Henri IV.
j’ sis-t-enchiffrénaée  : enchifrener est connu en français, = embarrasser le nez.
côné : très petit champ pointu
erganne  : de mauvaise humeur

eun apensement : une pensée subite, mot original peu fréquent…
l’ sinot  : énorme pot en grès à lard (c’est-à-dire à viande de porc que l’on salait.Le congélateur a rendu les sinots obsolètes)

DSC00499 pots à Ger couleurs pastel

Fâot qu’tu seis-t-incarnaée ! Il faut que tu soie maligne, méchante, vicieuse ! le –t- de liaison est fréquent en normand : il permet une prononciation plus facile.

 

Lé pyige / Le piège

   L’aôte jou, oû matin, noute ammin Pierre Loustalot rentrit tcheu li,la figueure touote émoustillie de pllaisi.
I print seument pé l’temps d’erfroumaer sa porte :
– Catherène, qu’i dit à sa fème, d’vène qui qué j’vyins de veî ?
– Froume ta porte tréjous, qu’ li répounit Catherène qui v’nait dé se levaer et qui pouéssait sen houppelinot sus sen p’tit cotilloun dé d’ssous. Tu veis bi coumé j’ sis-t-enchiffrénaée et enrhymaée et ch’est por cha qu’tu prends mens d’ précâotiouns qu’ d’usage !…
Pierre s’en feut doun froumaer sa porte et i r’vyint s’ pllaintaer devaint sa cryateure en li riochaint souos l’ naez.
Catherène, qu’i li dit, j’vis d’veî eun biâo lyive dains l’bouot du côné d’la p’tite Bissounerie !…
– T’érais bi muus fait dé l’happaer, graind maladreit ! qu’ li répounit Catherène qu’est presque tréjous erganne en s’ lévaint.
– Veire, mais j’avais pé men fûsi !
– Graind doumage!… T’as pé d’permins et si tu t’faisais péqui dans tes pllèches aveu ten fusil, tu s’rais d’bouone prinse.
– Oh ! Catherène, les gendarmes né m’tyinnent pé aco… !
– I ’n-ount happaé d’pus subtis qu’tei ! Dains touos les cas, tu vas pé sorti d’aveu ten fusi ches jours qu’les gendarmes raindouolent ilo l’loung rapport ès poules qu’no-z-a volaées à la Salmonne ! Tu serais capable dé m’rapportaer puus seurement eun proçaès qu’ten lyive !!

   Pierre porte les tchulottes dans sen ménage qu’les jours de bi graindes fêtes : cha n’en-n’tait pè ieune ! I répounit mot et i s’en feut mouégi sa soupe dains l’âte en pensaint oû joli couop d’fusi qu’il érait peu faire si sa fème li avait permins…
Catherène en r’souffllit mot inetou, mais l’idaée du lyive la porsuusait, d’oûtaint qu’ol est eun miot portaée sus sa goule. Cha fait qu’à la collation, o brôtait d’haôt eune vuule couenne de lard qu’ol avait sus sen pan :
– Touot d’maême, qu’o fit d’eun apensement, no-z-érait çu lyive dains la castrole qu’cha épangnerait noute cochoun… Il en reste guère dains l’ sinot !
– Bi seur, qu’ fit Pierre, mais tu veurs pé m’laissi essayi dé té l’happaer.
– Quaind qui qu’tu peus avei pensaé d’quei coumme cha, men pouore Pierre ?…
– Ah bi ch’est bi, qu’fit le gros Pierre.

DSC07016

   Et i s’lévit et i décrochit sen fusi du maunté d’la chimenaée.
– J’té défends bi, graind imbécile, dé touqui à ten fusi touot d’site !…, qu’li dit Catherène déjà touote colère. J’ t’ai déjà dit qu’jé voulais pé.
– Je péeus portaint pé l’happaer à la couorse !
– Je té dis pé cha inetou, qu’fit Catherène en riaint : mais prends-lé oû pyige, men poure Pierre ! Cha fait pé d’brit… Cha s’muche dains eun couen souos les rounches, et cha rapporte muus qu’eun tchyin quaind que no sait s’levaer d’assaez matin por y guetti. Mais t’es bi trop pêtre por iête si matina, tei. Et pis ch’est pus glôrieus d’tiraer des couops d’fusi ! No-z-éfouque les vaques dains les cllos, no fait brésilli les ch’vâos sus les barryires, et no mécountente taint d’gens en faisaint ches-z-embarras qu’no risque d’yête dénounchi pa les veisins coume bracounyi ! Ch’est vrai qu’les bracounyis coume tei sount guère daingéreus por eul gibyi, rapport qué si les lyives s’proumènent dains nos cllos, ch’est l’s aôtes gens qui les mouéjuent !…

DSC00185

   Cha vexit Pierre, vos coumprénaez bi. I tappit eun coup d’poueng sus la tablle.
– Ah saque men pi d’bougre, Catherène, ch’est tei qui veus pé qu’j’âle à la cache ! Et mâogré chenna, j’t’ai acco fait goûotaer de bouon gibyi parfeis…
– Prêches-en men pouore Pierre, que fit Catherène. Le drényi couop qu’t’as étaé à la cache t’as tiraé syis couops d’fusi et si tellement fait poue à la Brindyie qu’ol en a avortaé treis jouors ampraès, et touot chenna por tuaer eune bélette !
Le gros Loustalot, qu’est bouon houme et qu’aime sa trainquilitaé, froumit sen couté et s’en feut travailli sains répounre à sa fème. I savait bi qu’il érait pé-z-eu l’drényi mot, ch’est porqui !

Mais oû médi quaind qu’i qu’menchîtent à dînnaer Catherène li dit séquement :
– Vas tu t’dcidaer à li tenre eun pyige à çu lyive-là à la fin ! I va nos brôtaer touos les jeunes chiouns d’nos haies jusqu’à qu’eun cachous d’la ville vyinne l’tiraer ? Fâora-t-i qu’ cha seit mei qu’âle li tenre eun collet ?
– Eh bi, doune-mei d’l’ergent qu’j’âle en acataer ieun qu’lyi répounit Pierre impatientaé : j’avouns pé d’pyiges ichin !
– Veire, et tu vas t’mette à ien acataer ieun por eun liyve qu’t’es pas seur de happaer!… Ch’est p’t-ête eun cat seurment qu’t’as veu dains l’côné !…
– Mais noun dé d’Zo, Catherène, pi que j’té dis qu’j’l’i veu coumé j’té veis.
– Eh bi, Pierre, oû lieur d’acataer eun pyige por li tenre, fâot en empruntaer ieun ! Cha s’ra tréjous eune économin !
– Oh mais t’as raisoun, Catherène, et j’vas m’n-allaer touot à l’heure en d’maindaer ieun à Pitou la Chopène qu’est eune vuule pratique d’la cache oû collet !
– Hélas qu’t’es bête, men pouore Pierre, qu’li fit Catherène en riaint. Tu vas tout bouonement mette la Chopène sus l’quémin d’ten lyive et ch’est li qui le happera à ta pièche… ! T’es trop quenâle pour li empruntaer dé d’quei coume cha… ! Laisse-mei faire.

DSC09765

   Cha fait qu’Pierre s’artournit travailli et, l’après-médi, Catherène s’en feut dains l’courtin à Pitou la Chopène qu’était parti à sa jouornaée ; ses p’tiots étaient à trachi et sa fème était à puchi la linsive oû probytère !

Ch'est oû doué que les nouvelles s'évâopillent és quate vents !

Ch’est oû doué que les nouvelles s’évâopillent és quate vents !

Catherène fit eun trou, coume eune coulaée dains l’pllaintis d’épènes qui borde l’courtin, pis aveu la pouente d’sen couté ol ébrôtit sept-huit rachènes d’carottes, tout oû bord d’un carriâo et a s’en r’feut tchu lyi !…
Mais oû sei por lorse, quaind que Pitou s’en feut por trachir des carottes, y s’apercheut d’la coummission.
– Ah saque men pid, qu’i s’dit, ya eun lyive qui vyint mouégi nos carottes !…, par iyoù qu’i passe çu bouquin-là !…
I fit l’tou d’sen courtin et trouvit la coulâée qu’Catherène avait faite. Cha fit qu’i s’encourut bi vite tchu li sains mot dire, et tout d’go l’pouore ervyint tenre eun collet touot neu dains la brêque du pllaintis !… Là, qu’i s’dit, d’man oû matin, de bouone heure, j’frai eune bouone prinse ichin !… Et i s’en feut s’couochi, bi content.
Veire, mais eun quart d’heure ampraès Catherène v’nait li empruntaer sen collet et enviait Pierre l’tenre dains l’bout du côné d’la p’tite Bissounerie.

DSC07046

   Eul lendeman, Pitou la Chopène passit sa matinaée à trachi sen pyige et Catherène à faire tchure sen lyive !… Oû médi i s’régalîtent touos déeus, Pierre et lyi et quaind qu’i feutent bi-n-ergouêmes i riaient coume déeus bochus d’la tête à Pitou.
Sacraée Catherène va, que disait Pierre, tu t’y counais tei, à empruntaer des collets ! Fâot qu’tu seis-t-incarnaée !
– Cha vâot-i pas bi muus coume cha, qu’faisait Catherène !… J’avouns noute gibyi et la Chopène s’est doutaé d’ryin !… Et j’avouns pas acataé d’laroun.
– Veire, mais qui qu’j’allouns faire d’sen collet ? qu’fit Pierre.
– Crans pé men garçon, qu’li répounit Catherène, Pitou nos a prins assaez d’gibyi sus nous pouor qu’i nos prête eun pyige l’restaint d’nos jours ! Et pis, veis-tu, si tu l’r’tends et qu’les gendarmes l’trouvent… Eune supposition qu’il lé mountréraient à ieun des p’tits Pitous et qué le pouore pétiot l’ercounaisse por ieun des syins à sen père, jé seriouns janmais soupçonnaés !
– Nom de nom, Catherène, que fit Pierre tout saisi, coume tu penses de louen, tei !… Tu m’en coppes l’estouma !
Et Catherène li répounit tout douchement :
– Malheureusement por tei, mon pouore Pierre, tu penses pé assaez et t’y veis guère pus louen qu’lé bouot d’ten naez !… Ah si j’avais pé d’idaées por nos déeus, tu t’frais péqui à man et à déman dains touotes les surguettes qué l’s hounêtes geins trouent sus ieus quemin !…

François Enault

Jouorna de la Mainche, 23 dé septembe 1905.
Arprins des « Propos de Jean Frinot », Bellée éditeus, Couotainches. Graphie 2014.
Les surguettes : les pièges, cette chute de la fin renvoie au titre : le piège…

DSC07029

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Livres en normand, Vocabulaire

60. Carteret. Goélette du Cotentin La Neire Mâove / Le goéland argenté. Chanson Magène. Pourquoi l’accent sur le a de âo.

Vous avez dit  

« âo » ?

La diphtongue « âo » correspond souvent à ce que l’on écrit « au » en français…

   Il serait plus simple d’écrire en français « o », n’est-il pas ?, ch’paé ?…plutôt que d’hésiter entre « o », « au », « eau », « ô »…

    Cette orthographe française est une survivance momifiée de sons variés et complexes du Moyen Âge. Le son « au » était une diphtongue « a + u (pouvant se prononcer ou) ».

En normand, la diphtongue est conservée : « i fâot » (il faut), mâogré que (bien que), câoffaer (chauffer), …

Nous mettons un accent circonflexe sur le a, (âo), pour marquer que ce son â est allongé, alors que le son o qui suit est plus bref.

neire mâo ve ch 001

   Cependant, les auteurs par le passé écrivaient plus volontiers « aô », et cette habitude est restée pour les journalistes qui écrivent peu en normand et qui croient bien faire avec ce aô. La Presse de la Manche, Ouest-France et Vikland ont tous écrit récemment « La Neire Maôve », nom de la goélette du Cotentin qui reprend du service avec les beaux jours. Et pourtant le nom peint sur la coque est bien « Mâove » ! Mais c’est plus fort que tout et il n’y a pas d’ « Académie normande » pour conseiller ces auteurs de bonne foi…

   D’où cet article de blog, simplement pour relayer et rappeler les décisions prises vers 1980 par les principaux héritiers des réflexions faites par Fernand Lechanteur (décédé en 1961) et souvent écrivains eux-mêmes ayant commencé en écrivant « aô » puis acceptant la modification en « aô ».

    Deux exemples avec les plus grands : Côtis-Capel écrivit en 1980 dans son recueil « Graund câté » (Grand château, nom évocateur d’un rocher des falaises de La Hague) : « Frait qu’t’ part n’y-eut pus d’ neircheu » (p. 68). Dans « Les Côtis » (nom des côteaux qui dominent la mer), – livre édité en 1985 par Isoète à Tchidbou / Cherbourg -, Côtis-Capel écrit toujours âo, par ex. : « Par-dessus le tchyin afouaé / Et que sen maîte veurt mâodire » p. 144.
    De même Aundré Smilly (Hippolyte Gancel) utilise encore « aô » dans le volume I de « Flleurs et plleurs de men villâche » (ex p. 124 : « coup no la portit dauns l’aôberge »), puis « âo » dans le volume II édité en 1986 (ex p. 128 : « En pllèche du câod oû riga, (…) eune freid de fé et de mâotaé, qui sâote li glléchi sen quoeu. » (Au lieu de la chaleur de la toupie, (…) un froid de fer et de malignité, qui saute lui glacer le cœur).

    Doun, merci pouor « La Neire Mâove » ! Ch’est-i byin coumprins ?!

 

Bleuet mauve / âobefein ou bounet-blleu

Bleuet mauve / âobefein ou bounet-blleu

   La Goélette du Cotentin

   Le choix d’un nom normand est une heureuse initiative des promoteurs de cette magnifique goélette, construite à Cart’ret en suivant des plans anciens retrouvés à Guernési / Guernesey. Un bateau fort utile fin XIXe s. pour pêcher le maqueré, et pour les plus grandes (jusqu’à 14 m de longueur) transporter marchandises et gens par ex. de Jèrri / Jersey à Cart’ret…
DSC01056
Deux types sont discernables en fonction de leurs « métiers » et de leur répartition géographique : les petites goélettes (4,50 à 8m) pratiquent la pêche aux casiers et aux lignes, alors que les bateaux plus grands (11 à 14m) sont utilisés pour la pêche aux cordes ou aux filets de dérives, pêchant jusqu’aux côtes de l’Angleterre. Elles sont également utilisées pour le bornage, comme bateau-pilote ou pour le transport de passagers.
    La Goélette du Cotentin est issue d’améliorations des « chasses-marées » utilisés vers 1820 dans toute la Manche Ouest. La carène évolue vers un bateau plus fin, plus rapide et plus manoeuvrant. Vers 1870, elle acquiert un gréement particulier : celui de goélette à bordure libre.
DSC01059
La Neire Mâove a trois mâts : de misaine et de taille-vent portant des voiles auriques à bordure libre surmontés d’une voile de flèche. Un grand foc est armuré sur le beaupré à l’avant, et à l’arrière le tape-cul complète ce gréement.
DSC01055
    La plupart du vocabulaire normand (puis français) des bateaux est hérité des bateaux vikings (quille, babord, vague,…) ainsi que le mot « mâove » qui désigne les mouettes en général. La neire mâove (ou neithe maôve à Jèrri) (« mouette noire ») désigne plus spécialement le goéland argenté. Nous reviendrons sur le vocabulaire scandinave dans un autre article…
   Le bateau, construit à l’initiative de l’association « Vieux Gréements en Côte des Iles », a été redessiné par l’architecte naval de Jersey Alan Buchanan. Le chantier de construction, sur le port de Barneville-Carteret, ouvert au public, commence en 1991.
   La mise à l’eau a lieu le 4 juillet 1992. Les promenades en mer se font à prix raisonnables lorsqu’on loue les services de l’équipage de La Neire Mâove »… C’est un bateau adapté à la haute mer, mais également à l’échouage dans les ports et les havres de la côte normande. Il navigue, au départ de Carteret, sur les côtes du Cotentin, dans les îles anglo-normandes, ainsi qu’en Bretagne ou en Angleterre. Le Neire Mâove peut accueillir 20 passagers en journée, en plus de l’équipage. Avec 8 couchettes simples (dont deux réservées aux enfants), et 2 couchettes doubles, il propose aussi des croisières de plusieurs jours pour 12 passagers.

DSC01049

   Sur Internet, la confusion liée à cet accent ^ ^ est totale :

1) Wikipédia, lahague.com, le site de La Neire Mâove… et celui de Magène reçoivent un bon point, tous en âo.

   Cf. <la Neire Mâove – Chansons normandes du Cotentin> et <Plus d’images pour La Neire Mâove>

• Neire Mâove — Wikipédia
fr.wikipedia.org/wiki/Neire_Mâove‎
Le Neire Mâove est une goélette « du Cotentin », goélette avec un mât de tapecul à livarde, à coque bois, construite en 1991-1992 dans un chantier naval de …

________________________________________
• Images correspondant à La Neire Mâove
________________________________________
• la Neire Mâove – Chansons normandes du Cotentin
chansons.normandes.free.fr/maove.html‎
La Neire Mâove grile ilo liement. D’aveu ses veiles oû couop du vent. Ol est reide fyirte dauns l’s écllipaées. Touos nouos, j’admirouns à la veî. Et la Neire … (Texte bilingue complet en fin de ce billet).

• La Neire Mâove fête ses 20 ans
http://www.lahague.com/?ThemeID=6&CatID=83&SousCatID=326‎
20 août 2012 – La Neire Mâove : la renaissance des goélettes puce Elles avaient disparu et avaient été presque oubliées. Grâce à un concours, organisé par …

DSC01048

2) Mais, sifllets et cardrouns (chardons) pour Ouest-France, portdielette.fr, tourisme-pays-granvillais.com, et d’autres !

• La Neire Mve, goélette du Cotentin. – Association des …
http://www.portdielette.fr/article-la-neire-maove-goelette-du-cotentin-1177416…‎
4 juin 2013 – Neire Mve (« mouette noire », en patois normand) est une représentante de la catégorie des grandes goélettes, inspirée par Lilian (construite …). [Article détaillé et très belles photos].
• La Neire Mve, vieux gréement de Carteret fête ses 20 ans …
http://www.ouest-france.fr/la-neire-maove-vieux-greement-d…
4 août 2012
Dès ce samedi soir 4 août avec l’arrivée de ses copains d’abord, d’autres vieux gréements comme elle, la …

• [PDF]
Naviguez à bord du Neire Mve – Station Nautique Granville
http://www.tourisme-pays-granvillais.com/…/voiliertraditionnel-neiremaove.pd…‎
Naviguez à bord du Neire Mve. Construit en 1992 dans le cadre du concours « Bateaux du patrimoine des côtes de France » à l’occasion des fêtes maritimes …

3) Bien sûr, les noms de site refusent tout accent, domination universelle de l’anglais  ! d’où <neire-maove.com>. Mais il y a ceux qui jouent à Ponce-Pilate en ne mettant pas d’accent du tout ! normandie-tv.com écrit : « les 20 ans du Neire Maove », et Corsaire sur ioutioube : « La Neire Maove (ATACOM) – YouTube »

DSC01033
8 août 2012
Festival de la Mer Anglo Normande pour les 20 ans du Neire Maove au port de Carteret. Par : Normandie TV …
• Neire Maove Goelette du Cotentin Vieux greements en cote …
goelette.chez.com/‎

NEIRE MÂOVE. RETROUVEZ LA GOELETTE DU COTENTIN SUR SON NOUVEAU SITE  » neire-maove.com « 
• Neire-maove.fr – URL metrique
urlmetriques.co/www.neire-maove.fr‎
En France, Neire-maove.fr est classé 3 135 214, avec un nombre de visiteurs mensuels estimé à < 300. Cliquez pour voir d’autres données concernant ce site.

• La Neire Maove (ATACOM) – YouTube
► 4:57► 4:57
http://www.youtube.com/watch?v=0fQw8d47fpA‎
2 mars 2011 – Ajouté par CORSAIRE
Ce film a été réalisé à partir d’archives de 1993 de l’association ATACOM. Post-production et réalisation …

La Neire Mâove Daniel Bourdelès

neire mâo ve ch 001

La Neire Mâove est une magnifique goélette du Cotentin. Elle a été créée en 1992. Carteret est son port d’attache. Elle est la réplique d’un modèle ancien auquel ont été ajoutés de nombreux perfectionnements de navigation et de confort. Des passionnés la font vivre et vous proposent des voyages à son bord. Contactez-les ici :
« http://www.neire-maove.com/bienvenue/bienvenue.html &raquo;. DSC01050

La Neire Mâove

Extrait du CD   « Veillie normaunde », 7 chansons
Paroles, chant & Musique : Daniel Bourdelès
et 12 récits par les gens du Cotentin.
La Neire Mâove grile ilo liement
D’aveu ses veiles oû couop du vent.
Ol est reide fyirte dauns l’s écllipaées
Touos nouos, j’admirouns à la veî.

 

Et la Neire Mâove
Ol a prins s’n évo
Dauns la flleu de brôe
Qui nous balie les joes

 

Promais que le vent seit byin allaunt,
Cha cllaque du tape-tchu oû tâle-vent.
Sitôt que no passe le naez de Carteret,
Jèrri daunche oû bouot du biâopraé.

 

Ch’est pus le temps que les saisounyis
S’ n allaient en bistchène à Jèrri
Pouor défoui les caumps de pouneterres ?
Reide ernaés, ma de mé, qui minsère !

 

Le graund métyi, cha remounte à louen.
Sus le pont qui relise, ya pus de cllos-pouengs,
Ya pus mais de cllaés à maraundaer,
Ryin que des horsins qui vyinnent rêvaer.

DSC01052

 

Emposaez doun le vent d’écapaer!
Que ses teiles seient tréjous byin croulevaées!
Bllaunches coume les âles des mâoves, et neires
Coume les revénaunts des vuules histouères.

DSC01060

Traduction normand / français :
La Neire Mâove glisse là-bas, majestueusement,
Avec ses voiles gonflées de vent.
Elle est très fière dans les embruns.
Nous tous, on la regarde avec admiration.

 

Refrain :
Et la Neire Mâove,
Elle prend son envol
Dans la fleur d’écume
Qui nous mouille les joues

 

'12 € port inclus chèque par courrier à Jean-Claude Léger 5 Allée de Blanche Lande 50270 Barneville-Carteret)

(12 € port inclus chèque par courrier à Jean-Claude Léger 5 Allée de Blanche Lande 50270 Barneville-Carteret)

 

 

Quand le vent est bon,
Ca claque du tape-cul au taille-vent*.
Dès que l’on franchit le nez de Carterêt,
Jersey danse au bout du beaupré.

 

Il est révolu le temps où les saisonniers
Partaient en bisquine à Jersey
Pour y arracher les pommes de terre.
Mal de reins, mal de mer, quelle misère !

 

Le grand métier, ça remonte à loin.
Sur le pont qui brille, il n’y a plus de tourteaux,
Il n’y a plus de casiers à mettre à l’eau,
Rien que des promeneurs qui viennent rêver.

 

Empêchez donc le vent de s’échapper,
Que ses toiles soient toujours bien jouflues,
Blanches comme les ailes des mouettes, et noires
Comme les revenants des vieilles histoires.

* tape-cul : mât arrière, taille-vent : mât avant

Quelques exemplaires du CD Veillie normaunde sont encore disponibles dans la boutique du site magene.com
Très belle chanson que l’on peut écouter en partie sur le site. Paroles & Musique : Daniel Bourdelès !

DSC01031

 

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Cotentin, Ecologie, Guernesey, Jersey, Livres en normand, mer, pêche, Revues normandes, Saisons, Vocabulaire

55. Elections insolites. Théâtre. Le toupioun de Pierre Guéroult, suite. La toupie.

Le toupioun

Ch’est paé ryin qué de se porter és élections pou la coumeune ! Ya-z-eu chiffe tiraée à byin des pllèches….

    Ya mais que les syins coume l’équipe à Jean Quetier qu’ont paé-z-eu le trélu, rapport qu’i yavait qu’eune liste ! Ch’tait quemode de gangni ! (Jean, ch’est le gas de Albert’Studio, l’amin de Magène qu’à mins nous caunchouns sus les galettes neires (« Calitchumbelet, 1989, 33 tours) ou bllaunches (La Louerie, Rouogie du sei, Dauns men prêchi, Eun miot de souovenin, Angelina…).
Jean Quetier le 19 dé mâr

Jean Quetier le 19 dé mâr

I se portait à Sante-Mère-Egllise. Il a-z-eu chent du chent des vouées !!! Mais coume il avait dit, « v’nous en votaer, même bllaunc si vo-z-êtes paé tchu et queminse d’aveu mei ! » (m’enfin, ch’est paé dreit coume chenna qu’il a prêchi, mais ch’est du parèl oû même !). Ch’est paé étounaunt qu’i yait-z-eu en Fraunce 38 du chent des bouones gens qu’ount étaé à la pêque ! ou byin à raundouolli dauns les caches…
La mair'rie de Sante-Mère-Egllise pavouésie, ch'est byintô le 70yîme anniversaire de juin 1944, prémyire coumeune libéraée de Fraunce !

La mair’rie de Sante-Mère-Egllise pavouésie, ch’est byintô le 70yîme anniversaire de juin 1944, prémyire coumeune libéraée de Fraunce !

   Ya même la boulang’gie  »Le Fouorni de la Tou » à Calais qui décidit d’offri eune baguette de pan à touos les voteus (les électeurs) qui serount dauns le cas de faire veî lus carte tampounaée ! (qui justifieront d’une carte tamponnée). Il a de l’obiche s’t-i-lo pouor avei des pratiques (des clients !).

Yen a-z-eu de quei de drôlu és élections ch’t’annaée oû meis de mâr !

1) Dauns eun buret à voteus à Marmande, dauns le Lo-t-et-Garoune, impossiblle d’artrouaer la cllé de la bouète. Fallit crier quiqu’eun d’o des béquettes pouor coupaer le caquenâs (le cadenas).
Dans un bureau de vote de Marmande, dans le Lot-et-Garonne, impossible de retrouver la clé de l’urne. Il faut donc faire appel à une pince coupante…
2) Philippe Sauty, éluusu maire de Vibrac en Charente, 311 habitants, s’est détruit (suicidé) dauns la nieut de sammedi à dinmaunche. I s’escoffyit d’aveu eun fusi de cache (Il a mis fin à ses jours à l’aide d’un fusil de chasse). D’après « la Charente libre », « la pression de son futur mandat semblait le perturber ». D’ampraés « la Charente libe », « il était byin erjuaé d’avei à yête eul Maire de sa coumeune, cha le jiguulait ».
3) « Ch’est men dreit… et mei j’y tyins » : ch’est l’arfran d’eune caunchoun de Charles Lemaîte que le groupe Magène aime byin launluuraer (CD La Dentélyire) : eun maire vindicatif ! (la vengeance implacable d’un ancien maire évincé)
Fâot paé trachi de chicâtu d’aveu Maurice Frité ! Il ne fait pas bon s’attirer les foudres de Maurice Fritel. Maire de Sant-German-d’Oûné dé depis 1978, dauns l’Orne, i défouncit eul quémin de la Salle és fêtes ! Et pis en pus de cha, il a prins les quaires dé la mair’rie ! Celui qui fut maire de la commune de Saint-Germain-d’Aunay depuis 1978, dans l’Orne, a défoncé le chemin menant à la Salle des fêtes. Pire, il est parti avec les chaises de la maire.
Ch’est sen dreit d’yête si taunt indène, rapport que chu quemin, ch’est le syin ! « J’i brin muchi quique seit, ya qu’à guetti sus le cadaste » esplliquit Maurice Frité. Dé de même ch’est mei qu’ai payi les quaires pou la coumeune. La vindicte de l’ancien édile est tout à fait légale, puisque le chemin menant à la salle polyvalente lui appartenait. «Je n’ai rien caché, le terrain était là, il suffisait de regarder le cadastre», a expliqué Maurice Fritel. De même pour les chaises qu’il avait offertes à la commune.
Le maire d’achteu se noume Louis Toqui… I prêchit de cha à Fraunce 3 Normaundie de l’Ouêt : « No m’a demaundo de l’artiro de la liste, cha feut le quémenchement à tout. Cha l’a piqui ». Interrogé par France 3 Basse-Normandie le maire actuel s’explique: «Les gens qui me suivaient m’ont demandé de l’enlever de la liste, c’étaient des gens qui s’étaient déjà présentés contre lui aux dernières élections, ça l’a vexé et c’est là que ça a commencé» explique Louis Toqué. La nouvelle équipe en aura tout de même pour 6 000 euros de frais si elle souhaite reconstruire l’accès à la salle polyvalente. Cha va leus coûtaer 6 000 pistoles pouor arfaire l’entraée à la salle polyvalente, ch’paé ! La caunchoun le disait byin : « J’y perds, ch’est seur, mais ch’est men dreit… et mei j’y tyins ! » Ya byin d’s histouères coume chenna que je pouorrais vouos racounto !!!
http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/insolites/2014/04/03/25007-20140403ARTFIG00396-municipales-la-vengeance-implacable-d-un-ancien-maire-evince.php
4) Hayaunge, le bouorg de Lorranne, d’ecsaès merquie rapport que les hâots-fouorniâos Arcelor-Mitta ount froumaé, fut gangnie pa le Frount Natiouna. Sen caundidat, ch’est un ouvryi qu’était à la CGT ! Il a-z-eu trente-syis du chent des vouées, ch’est paé ryin. Hayange, la ville de Lorraine, très marquée par la fermeture des hauts-fourneaux ArcelorMittal, est remportée par le Front National. Son candidat, Fabien Engelmann, ancien de la CGT, cumule 36% des voix.

5) Le Président Fraunçoués (no dit Chinot par chin) Hollaunde s’est étrâlaé…

…et byin des villes ount bastchulaé à dreite ! Ch’est eune vague blleue ! Taunt et si byin qu’il a deu chaungi bouot pouor bout sen prémyi minisse (Vals rempllèche Ayrault) et itou ses minisses. Ou pûtot il ount quittaé eun fâoteu pouor se quairaer dauns eun âote. Ch’est le cas de Cazeneuve qui feut (eun bouon) Maire de Tchidbou-Oudeville (Cherbourg-Octeville) et qui sâote du budget [eun mot normaund, cha vyint de bouguette, ou boudjette ; poutchette, pouquette, pocket, ch’est kif-kif bourricot, et pis en aungllais ch’est dévenun… budget itou !], i sâote doun du budget à l’intérieur, yens, i quemaunde à la police. Il y counaît ryin, mais ch’est paé byin counséquent, i va byin veî !

6) A Grenoblle, l’écologisse Eric (eun petit noum normaund, ch’paé ?) Piolle est le prémyi d’aveu 40,8 % des voix counte le socialisse M. Safar (27,6 %) qu’en restit la goule souos l’naez, suusu pa l’UMP Matthieu Chamussy (22,8 %) et à la frontisse Mirèle d’Ornano (8,8 %).

   Dé quei dé remerque pouor chu janne politique qu’est doun le prémyi écologisse qui va dui eune intaé ville, paé louen d’avei chent-seissaunte mile habitaunts. Un petit exploit pour ce jeune politique qui devient le premier écologiste à diriger une ville de cette taille, près de 160 000 habitants. Il a dit qui ferait ryin que du vélo ! Paé de quérette à pétrole pou se tranner le tchu ! Il ne quitte pas son vélo dans les rues de Grenoble. Ancien cadre dirigeant chez Hewlett Packard, il a été licencié en février 2011 pour avoir refusé de mettre en place un plan de délocalisation. Il feut mins dehors dé tcheu Ioulette-Pacard en févryi dé 2012 rapport qu’il ‘tait nachu : i voulit paé genci eun pllaun pouor délogi l’usène et l’s ouvryis.
     carte électo 001

7) Mais le pompon, cha feut co tcheu nous, à Pirou ! Ya quiqu’eun qu’a mins sus la tablle déeus chents fâos bulletins d’aveu eun noum en mens, mais no sait paé quil innochent qu’a pairotaé chenna!!!

La Presse du 4 du meis d'avri

La Presse du 4 du meis d’avri

DSC03967

Pirou-pllage

Pirou-pllage

La vague blleue à Pirou-pllage, eun tsunami !!!

La vague blleue à Pirou-pllage, eun tsunami !!!

DSC03964

DSC03958
Ya des Pirouais qu’ount fait le calitchumbelet, l’s âotes ount mais qué le galichoun ! Les Pirottes et les Ouées (de Pirou) ount gangni !

Mais no reprêchera de la légende des Ouées du Câté de Pirou eun âote coup (veî noute CD « Les Ouées de Pirou », comédie musicale, 2006).

Déeus corbins d'eune maisoun de Pirou-pllage

Déeus corbins d’eune maisoun de Pirou-pllage

Ch’est paé le tout des chous, je vas vous bailli la site du toupioun, le théyâte de Pierre Guéroult : cha se passe par lé fait dauns eune petite coumeune du Cotentin en Normaundie. Les counseillis espèrent les voteus, et le maire trouit dauns sa pouquette… eune riga ! Eun toupioun (une toupie) !

Toupion (que no-z-écrit toupioun achteu) à la fête à Rocheville le 4 d'ât dé 2013

Toupion (que no-z-écrit toupioun achteu) à la fête à Rocheville le 4 d’ât dé 2013

182 001183 001DSC03975

184 001185 001

(à suure…)
Ya pouotaunt byin de quei à veî à Pirou, cha sera pouor eun âote coup byintôt : intaé le village fauntôme !! de quei avei poue !!!

Le village fauntôme de Pirou-pllage... !

Le village fauntôme de Pirou-pllage… !

Pirou, la rvyire et la mé

Pirou, la rvyire et la mé

(A suivre…)

1 commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Cotentin, Ecologie, Jeux normands et sports, Livres en normand, Saisons

53. Elections municipales. Théâtre. Le toupioun de Pierre Guéroult

Le toupioun

Prémyire partie

   V’chin la prémyire mitaun de la pyiche de théyâte de Pierre Guéroult  Le toupioun  (La toupie)… Ya byin d’s annaées qué le live est pus dauns les boutiques…
   No-z-est dauns eune pétiote mairerie de tcheu nouos, en 1958…  Ya Benjamin, Maîte Jacques, l’Adjouent, et Maîte Baptiste qu’est Maire de la coumeune.  Les counseillis espèrent ampraès les voteus… (Louisin, Charlot, Médéric et sa bouorgeouèse Marotène vount s’en venin par pus tard).
    Ya itou Moussieu Nativet, le maîte d’école (qui prêche fraunceis)…
Toupion (que no-z-écrit toupioun achteu) à la fête à Rocheville le 4 d'ât dé 2013

Toupion (que no-z-écrit toupioun achteu) à la fête à Rocheville le 4 d’ât dé 2013)

00 001

1 Le toupion 0012 00134

carte électo 001

5 0016 0017 0018 0019 002

10 001DSC0054611 001P Guer 001

(A suivre…)

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Cotentin, Jeux normands et sports, Livres en normand, Saisons

25. Images dans Valognes jour de la noce illustrant Bouone et Bouonotte de Maurice Fichet

  J’ai choisi des photos prises dans les rues de Valognes le jouo de la neuche pour illustrer le début du roman « Bouone et Bouonotte » de Maurice Fichet (paru aux éditions Magène, 2012, 19 €, voir le site magene.com)… Donc faudra espérer (attendre) eune miette pour le cortège du mariage : prochain billet ! [Quelques phrases sont coupées (…)]

Le roman commence à la mitaun du 18yîme syiclle à Montaigu-la-Brisette et Valognes...

Le roman commence à la mitaun du 18yîme syiclle à Montaigu-la-Brisette et Valognes…

 Maurice Fichet    Bouone et Bouonotte                    Roman-photo : Rémin Pézeri

Denise luut Bouone et Bouonotte dimmaunche oû moulan à Marie Ravenel...

Denise luut Bouone et Bouonotte dimmaunche oû moulan à Marie Ravenel…

Chapitre I

  1. Il acrasait de plleure, l’iâo dépurait à siâotaées du lermyi, cha dépêlait, cha déquerquait, i ventait, il écllairait : no-z-y veyait quâsiment  coume en pllen jou ! Oû louen, cha quadrâlait, cha cllincâllait de touos bords, no-z-entendait le Bouon guieu rouolaer ses caillous : i devait en avaer eune bouone appalaunquie, quiques bouones bannelaées à quériaer, il en faisait eun vaquerme !

    Il pleuvait à grosses gouttes, la pluie coulait à seaux du larmier, ça tombait à verse, à torrents, ça ventait, ça éclairait : on y voyait presque comme en plein jour ! Au loin, le tonnerre grondait, ça résonnait de tous côtés, on entendait le Bon Dieu rouler ses cailloux : il devait en avoir une bonne quantité en réserve, quelques bonnes bannelées à charrier, cela en faisait un vacarme !

Eun abat d'iâo chu meis de juilet...

Eun abat d’iâo chu meis de juilet…

 

   Le vent vîpait, lochait le hâot des âbres, ratoupinait dauns la couor et se coulait souos les crouésies… I ouinait coume si les sé diablles s’étaient happaé la coue. La couverture allait paé mens paé s’n allaer oû vent ! I faisait touos les métyis ! No-z-était ampraès âot, le fein était rentraé sus les solyis, le froument et le sibéri itou ; d’hivé, no battrait dauns la graunge : le mâovais temps emposerait paé baêtes et gens d’avaer à magi oû gros de l’hivé… 

   Le vent hurlait, secouait le haut des arbres, tournoyait dans la cour et s’infiltrait sous les fenêtres. Il poussait des cris aigus comme si les sept diables s’étaient coincé la queue. La toiture n’allait quand même pas s’envoler ! Quelle tempête extraordinaire ! On était à la fin de l’été, le foin était rentré dans les greniers, le blé et le sarrasin aussi ; cet hiver, on battrait dans la grange : le mauvais temps n’empêcherait pas bêtes et gens d’avoir à manger au plus fort de l’hiver…

 

Cha vouèche dauns les fuules du tilleu...

Cha vouèche dauns les fuules du tilleu…

    Bouone, bouguie dauns sen lyit oû mitaun de tout çu trumutu-lo, en grégeolait de freid dauns sa queminse ; ol érait paé deû yête crétie coume chenna rapport qu’ol avait eune bouone cherge de lanne et eune castalouène sus lyi.

    Bonne, lovée dans son lit au milieu de tout ce vacarme-là, en tremblait de froid dans sa chemise ; elle n’aurait pas dû être gelée ainsi parce qu’elle avait sur elle une bonne couverture de laine et une plus fine, de Catalogne.

 

Granit et schistes du Val-de-Saire...

Granit et schistes du Val-de-Saire…

    Bouone avait à mitan poue, ol érait peu s’anichi dauns le lyit d’aveu sa mère, dauns l’appartement d’aras le syin, coume âotefeis dauns sa petite âge, seument, anhyi, ch’était sa drényire nyit dauns le cabinet iyoù qu’ol avait couchi d’aveu ses sœurs. Deman, cha serait quitte pis qu’ol allait se maddiaer : o pourrait s’accotinaer tout counte sen bouonhoume ! D’aveu li, ol érait pus jammais poue, pus jammais freid, ol en était byin seue !

   Bonne avait à moitié peur, elle aurait pu se blottir dans le lit avec sa mère, dans la chambre juste à côté de la sienne, comme autrefois dans son enfance, seulement, aujourd’hui, c’était son ultime nuit dans la chambre où elle avait couché avec ses sœurs. Demain, ce serait fini puisqu’elle allait se marier : elle pourrait se réfugier tout contre son mari ! Avec lui, elle n’aurait plus jamais peur, plus jamais froid, elle en était absolument sûre !

 DSC09514

  2.  Cha yétait, il ’taient pendus à la mairerie dé depis pus de treis semannes et, à syis heures d’arlevaée (il avaient termaé pouor syis heures rapport que les gens qu’étaient de neuche avaient leus petit tripot à faire tcheu yeus devaunt que de s’en venin, et pis, si no voulait paé trop tergi pouor magi…), si le temps pouvait en ête, si la pêle pouvait se rétchuraer eun miot, eun écâodilloun de solei cha ferait brin de ma !

     Les bans du mariage étaient publiés depuis plus de trois semaines et, à dix-huit heures (ils avaient pris rendez-vous pour six heures du soir à cause des invités qui avaient leur travail à faire chez eux avant de venir, et puis, si on ne voulait pas être trop tard pour manger…), si le temps pouvait se mettre au beau, si la poêle pouvait se désencrasser, si le ciel pouvait se dégager, un rayon de soleil ne ferait pas de mal !

Cha rest le solé, taunt muus !

Cha rest le solé, taunt muus !

 

     À syis heures, o dira « Veire », et Touène itou mahène byin. I merquerount leus noums dauns le bas du dupllicata, achteu o pourra sâotaer oû co à Touène et l’embrachi sauns se muchi des gens, de ches mâodites laungues de coue de quyin des balaundyires du hammé. Ah ! Les sapraées baveresses et leus bagoulages !

    À six heures, elle dira « Oui », et Antoine aussi naturellement. Ils inscriront leurs noms au bas de l’acte, alors elle pourra sauter au cou d’Antoine et l’embrasser sans se cacher des gens, de ces méchantes langues de vipères des cancanières du hameau. Ah ! Les sacrées médisantes et leurs ragots !

Les vents de goule, cha lus counaît !!

Les vents de goule, cha lus counaît !!

 

  

    Bouone savait luure, écrire et coumptaer : sa mère avait élugi la taête à sen père jusqu’à qu’i l’envie à la petite école : o y’avait apprint tout chenna qu’o voulait, ol avait byin de l’ingamo. Ol érait byin aimaé luure des lives, seument, tcheu yeus, yen avait qu’yeun : le live de messe qu’ol avait-z-eu à sa commeunioun. Leus père counaissait ses lettes byin à penne et i luusait paé la politique. Quaund qué le piétoun, eun coup par attrape, leus baillait quique mot d’écrit, ch’était tréjous lyi qui luusait : ol en ’tait reide fyirte !

     Bonne savait lire, écrire et compter : sa mère avait usé la tête de son père jusqu’à ce qu’il l’envoie à l’école primaire : elle y avait appris tout ce qu’elle voulait, elle était très intelligente. Elle aurait bien aimé lire des livres mais, chez eux, il n’y en avait qu’un : le livre de messe qu’elle avait eu à sa communion. Leur père déchiffrait tout juste les lettres de l’alphabet et ne lisait pas le journal. Lorsque le facteur, une fois par occasion, leur apportait une lettre, c’était toujours elle qui lisait : elle en était très fière !

Magène Fichet, maîte d'école, guette les probllèmes de caltchul...

Maurice Fichet, maîte d’école, guette les probllèmes de caltchul…

 

  Ses frères et ses sœurs savaient itou luure et coumptaer, seument fallait paé leus demaundaer graund dé dequei. Pouor signi leus noums, i faisaient eune croué, et d’aveu byin du ma enco (ch’était byin dévrisaé s’i faisaient paé eun brouilloun en pus) : il avaient brin d’arténette !

   Ses frères et sœurs savaient aussi lire et compter, mais il ne fallait pas leur demander grand-chose de plus. Pour signer leurs noms, ils traçaient une croix, et encore non sans mal (c’était bien étonnant s’ils ne faisaient pas une grosse tache en plus) : ils n’avaient aucune facilité !

3. Dauns sen lyit byin trop counséquent pouor lyi, byin abriaée souos le rédédoun, ol avait la taête qui li marchait. Dauns le found de lyi, ol avait biâofaire de haïauntise counte sen père et cha, ch’était rapport és vents de goule.

Oû cllai de leune

Oû cllai de leune

   Cha faisait pouortaunt eune pâose qu’il avait décapelaé. (…) Bouone s’armettait de çu jou-lo, ch’était enco dauns sa taête : sen père se racachait de la feire, il avait eun miot tergi, il était nyit  (…). Les éfaunts et leus mère veûtent byin qu’il ’tait d’eune himeu d’herche,

Ch'est le gâs Chinot, de Fllémaunville, qui mène le queva...

Ch’est le gâs Chinot qui mène le queva…

i se mint à s’ébrailli :

  —  Qui que no m’a dit c’t arlevaée !?

   —  … ?

   —  Ch’est à tei que je prêche Bouone ! Qui que no m’a dit ?

   —  … ?

   —  Ah veire ! T’en fais de belles ! No t’a veue pusurs jouors de raung prêchi d’aveu Batiste, le gas oû Fèvre. Qui que vous mayaundaez touos déeus ? Vyint-i paé t’aindyi à traire ? Fâorait pus mais que cha !

DSC08798

À ten âge, ma file, cha deit paé yête le bas qui quemaunde le hâot ! Ch’est-i que tu vas te mette à couoyi la vésoun ? Ah ! Mâodit Bouon Guieu, je m’en vas te douébi !

   —  Mais je faisiouns ryin de ma, je décidiouns eun miot devaunt qué de nous racachi tcheu nous gens, j’i paé mens dix-huit auns ! 

Ch'est eun bouon gâs, le Touène !

Ch’est eun bouon gâs, le  Baptiste !

DSC08834

   Dans son lit bien trop immense pour elle, bien abritée sous l’édredon, elle ne cessait de réfléchir. Au fond d’elle-même, elle avait beaucoup de ressentiment à l’égard de son père et ça, c’était à cause des racontars.

   Cela faisait pourtant un moment qu’il était mort. (…) Bonne se rappelait bien de ce jour-là, c’était encore dans sa mémoire : son père s’en revenait de la foire, il s’était un peu attardé ; il faisait nuit (…). Les enfants et leur mère virent bien qu’il était d’une humeur de chien, il se mit à beugler :

  —  Qu’est-ce qu’on m’a dit cet après-midi !?

  —  … ?

  —  C’est à toi que je parle Bonne ! Qu’est-ce qu’on  m’a dit ?

  —  … ?

  —  Ah oui ! T’en fais de belles ! On t’a vue plusieurs jours de suite discuter avec Baptiste, le fils de Lefèvre. Qu’est-ce que vous combinez tous deux ? Il vient t’aider à traire pour sûr ? Manquerait plus que ça ! À ton âge, ma fille, c’est pas le bas qui doit diriger le haut ! C’est-i que tu vas devenir une putain ? Ah ! Sacré Bon Dieu, je m’en vais te mâter !

  —  Mais nous faisions rien de mal, nous causions un peu avant de rentrer chez nous, j’ai quand même dix-huit ans !       

Bouone, ch'est men p'tit noum !

Bouone, ch’est men p’tit noum !

 

Bouone oû marchi de Valouène prêche à ieune amin...

Bouone oû marchi de Valouène prêche à ieune amin…

4.  I halit sa cheinture et li passit eune freulaée coume ol en avait jammais archeu, ol avait enco la merque de la bllouque sus le bas des rens ! Ch’est sa mère qui l’arrêtit.

DSC08734

    Ah les vents de goule ! Y’a des criyatures qu’ount eune bouone caquetouère et paé gros dé dequei faire tcheu yeus !

DSC08723    Quique temps devaunt çu coup de temps-lo, les Marie-caquetouoses du hammé avaient digouési sus sa soeu Jeanne qui s’n allait sus ses dyis-set auns, y’en a tréjous qui vount oû devaunt des nouvelles coume eun quyin de cache qui prend le frai. «  Ol avait ’taé apercheue d’aveu le gâs à Ugène, souos la haie de la graunge és dîmes et i faisaient byin âote seit qué dé devisaer ! »

Ch'est oû doué que les nouvelles s'évâopillent és quate vents !

Ch’est oû doué que les nouvelles s’évâopilent és quate vents !

   Qui qu’avait dit leus père ? Ryin ! Il avaient même paé-z-eu eune entreprinse oû sei à soupaer ! (…) « Coume no dit tcheu nous : Tchu veu est pouen perdeu, tchu tâtaé est byin aventuraé ! Je vourais paé que no dise que tu tyins muus sus le dos qu’eune fâocile… Coume jé le dis tréjous, les joueries vyinnent tréjous à ma. Devaunt qué de jostaer coume chenna, vâorait muus passaer souos la perque ; si touos déeus cha s’acaunche byin, José a qu’à en prêchi à ses gens : mei et ta mère, je serouns d’arraungement »

    Et cha feut quitte ! Quiques meis ampraès, Jeanne feut maddiaée !

   Il retira sa ceinture de cuir et lui flanqua une volée comme elle n’en avait jamais reçu, elle en avait encore la marque de la boucle sur les fesses ! C’est sa mère qui l’arrêta.           

    Ah les commérages ! Il y a des femmes qui ont la langue bien pendue et pas grand-chose à faire chez elles !

DSC08733

Quelques temps avant ça, les Marie-caquettes du quartier avaient déblatéré sur sa sœur Jeanne qui allait bientôt avoir dix-sept ans, il y en a toujours qui vont au devant des faux-bruits plus vite qu’un chien de chasse flairant la piste du gibier : « Elle avait été entrevue avec le fils d’Eugène, sous la haie de la grange aux dîmes et ils faisaient bien autre chose que de discuter ! »

   Qu’avait dit leur père ? Rien ! Ils n’avaient même pas eu une remarque le soir en soupant ! (…) « Comme on dit chez nous : cul vu n’est point perdu, cul peloté est bien mal engagé. Je ne voudrais pas que l’on dise de toi que tu tiens mieux en équilibre sur le dos qu’une faucille… C’est ce que j’ajoute toujours : les petits jeux finissent mal. Avant de s’amuser ainsi, vaudrait mieux passer sous la perche à l’église ; si tous les deux vous vous entendez bien ensemble, Joseph n’a que d’en parler à ses parents : ta mère et moi, nous verrons à arranger ça ». 

    Et ce fut tout ! Quelques mois après, Jeanne était mariée !

Jeanne le jouo de sen maiage

Jeanne le jouo de sen maiage

DSC08883DSC08853

 DSC08866

5.    Jammais o s’était ramiôlaée d’aveu sen père. Ch’est seu, ch’était paé eun embrachous (…). Dauns des coups, i féchounait des souffllets dauns du ros pouor ses éfaunts, des cannepétyires itou dauns des braunques de su ; pouor lyi, yavait jammais ryin. Parfeis, i se racachait du marchi de Valouène d’aveu eun chucre d’orge, quaund qu’il avait byin vendeu sen buure. Yen avait paé tréjous pouor lyi.

DSC08887

   —  Ah ! Ma pouore Bouone ! qu’i li disait, iyoù que j’i-t-i la taête ? Je sais pus coumptaer, je sais pus coumbyin que j’i dé petiots ; ch’est tei la pus vuule, tu vas byin coumprenre… T’en éras yeun la semanne qui vyint. 

    Elle ne s’était jamais rabibochée avec son père. C’est certain, c’était pas un tendre (…). Parfois, cela arrivait qu’il fabrique des sifflets dans du roseau pour ses enfants, des pétoires également dans des branches de sureau ; pour elle, y avait jamais rien. Des fois, il rentrait du marché de Valognes avec un sucre d’orge, lorsqu’il avait bien vendu son beurre. Il y en avait pas toujours pour elle.

     —  Ah ! Ma pauvre Bonne ! lui disait-il, où qu’j’ai la tête ? Je sais plus compter, je ne sais plus combien qu’j’ai d’enfants ; c’est toi la plus âgée, tu vas bien comprendre… T’en auras un la semaine prochaine. 

DSC08768

   D’aveu sa mère, ch’était paé de même ; parfeis, ol ’taient toutes déeus dauns la tchuusène, o s’en venait s’anichi sus lyi, la bouone fème la carluusait eun miot, li faisait lola et o demeuraient toutes déeus à se tenin à brachies. Dauns des coups sa mère la couéffait : o li faisait eune choupette ou byin des cacanettes, o li pouésait eun biâo ribaun dauns les queveurs. « Coume ol est jatile ma fillette, ma Bouonotte ! La Renne d’Espane est paé joulie coume lyi ; dauns dyis auns touos les gâs du trige serount à ses pyids, que li disait sa mère… Ch’est sen père qu’en éra des coups de capé ! » Les reues du banné criaient à l’huile le loung de la parei de la couor, le père rarrivait, la mère muchait byin vite les queveurs de sa petiote souos sa bounette de fi et o s’armettaient à tripotaer dauns la maisoun.

   Avec sa mère, ce n’était pas la même chose ; certaines fois, elles ’taient toutes les deux dans la pièce principale, elle venait se blottir sur elle, la mère la câlinait un peu, la cageolait en chantonnant, et elles restaient à se tenir toutes deux embrassées. Quelquefois sa mère la coiffait : elle lui dressait une mèche sur la tête ou bien lui faisait des anglaises, elle lui nouait un beau ruban dans les cheveux. « Comme elle est belle ma fillette, ma Bonnotte ! La Reine d’Espagne n’est pas aussi jolie qu’elle ; dans dix ans tous les gars du coin seront à ses pieds, lui disait sa mère. C’est son père qu’en aura des coups de chapeau ! » Les roues du banneau couinaient en longeant le mur de la cour, le père revenait, la mère cachait bien vite les cheveux de sa gamine sous sa coiffe et elles se remettaient à tripoter dans la maison.

DSC08767

6.   Coume ch’était lyi la pus vuule, ol avait panagyi ses frères et sœurs : chaungi les drapiâos, les laungets, les couchous, berchi les pus jannes dauns leus ber, dui les sapraées brélettes qu’étaient brin chucraées, o faisait chenna touos les jouors. Ah les mâodits frélaumpyis ! I lyi avaient dounaé byin du capi, ol avait-z-eu byin du ma d’aveu yeus, no peut dire qu’il l’avaient faite arvive. Ol avait ’taé byin moûtraée, o souennerait ses quenâles coume i fâot.

  Comme c’était elle la plus vieille, elle s’était occupée de ses frères et sœurs : changer les langes, les couches, bercer les plus jeunes dans leur berceau, dresser les espiègles qui n’étaient pas faciles, elle faisait cela tous les jours. Ah les maudits vauriens ! Ils lui avaient donné bien du souci, elle avait eu beaucoup de mal avec eux, on peut dire qu’ils l’avaient faite enrager. Elle avait été à bonne école, elle soignerait ses enfants convenablement.

 DSC08755

    L’ouvrage li faisait paé poue, Bouone halait paé sen tchu d’arryire, ol ’tait quoeurue : d’étaé, ol aindait oû fein, o râtelait, ol enraunçait, o fanait, o tassait les bottes dauns les grényis. D’aveu sa mère o tchuusait le fricot, ch’est enco lyi qui lavechinait les abaisses et les castroles dauns le lévyi, ol ’tait byin monigaunte et ol avait byin de l’obiche. Ses frères, d’hivé, demeuraient à écopi dauns les tisouns, d’arnouvé et d’étaé i busoquaient eun miot mais no les réforchait brin.

   L’ouvrage ne lui faisait pas peur. Bonne n’était pas tire-au-flanc, elle était courageuse : l’été, elle aidait au foin, elle râtelait, elle mettait le foin en rangs, elle fanait, elle tassait les bottes dans les greniers. Avec sa mère elle faisait la cuisine, c’est encore elle qui lavait les plats et les casseroles dans l’évier, elle était très active et elle avait de l’initiative. Ses frères, l’hiver, restaient à cracher dans les braises ; au printemps et en été, ils travaillaient un peu mais on ne les obligeait pas.

DSC08797

   Oû matin, devaunt la clloque, paé besouen de la criaer pouor la déheuqui et, oû sei, no la viyait juquie sus sen quétoun d’aveu ses connes byin relisauntes. Sen père avait paé louaé eun daricot, ch’était lyi la triolette ! Ses sœurs gelaient paé la freid dauns les cllos, cha érait ’taé byin drévisaé si ol avaient-z-eu des casseures és mans ou byin les dépêlaées d’iâo sus le dos, la boe, la vatre dauns les caches : ch’était pouor Bouone ; et no leus disait jammais ryin, no leus demaundait jammais ryin, tout chenna li avait byin des coups rabûqui la taête. D’où vyint que leus père faisait taunt de partialitaés ?

   Le matin, avant l’angélus, pas besoin de l’appeler pour la faire lever et, le soir, on la voyait grimpée sur son âne avec ses cannes bien luisantes. Son père n’avait pas engagé un aide pour la traite, c’était elle qui trayait ! Ses sœurs ne se gelaient pas dans les champs, ç’aurait été bien étonnant qu’elles aient eu des engelures aux mains ou les grosses averses sur le dos, la boue, la fange dans les chemins : c’était pour Bonne ; et on ne leur disait rien, on ne leur demandait rien, tout cela lui avait bien des fois tourné dans la tête. Pourquoi son père avait-il tant de parti pris ?

DSC08729

   D’arryire ou d’hivé, à la villie, le père avait tréjous quique pannyi à féchounaer ou à renfounçaer ; la mère rapyichetait les braies ou les rengenouillait, raquemodait les câoches ou les queminsoles de pé des uns et des âotes. Bouone, lyi, mountait sen troussé, ol ’tait reide snaiqueuse et ol avait byin du gingin. Ma fei, o sera byin attrousselaée, o sera paé chentaée probablle, ol éra paé mens dé dequei raungi dauns s’n ormouère, sen bouonhoume la prenra paé tchu tu nu ! Ses sœurs avaient-z-eu eun troussé d’acat.

   À l’automne ou en hiver, à la veî llée, le père était occupé à tresser un panier ou à y remettre un fond ; la mère rapièçait les culottes ou cousait des pièces aux genoux, reprisait les chaussettes ou les tricots de corps des uns et des autres. Bonne, elle, faisait son trousseau, elle était très soigneuse et avait beaucoup d’habileté. Ma foi, elle aura un beau trousseau, elle n’aura pas cent pièces de chaque sorte probablement, mais elle aura tout de même de quoi ranger dans son armoire, son mari ne la prendra pas sans rien avoir à se mettre ! Ses sœurs avaient eu un trousseau acheté tout fait.

DSC08843DSC08918

   (à suivre…)

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Faête és Normaunds, Livres en normand, Saisons

14. Dialogue en normand filmé par le Club Vidéo de Tourlaville (Nord-Cotentin) à propos d’un livre bilingue : Dauns ma leunette à mireus, d’aveu Guy, Allain, Joel.

L’Atelier VIDÉO est une des activités proposées par:

le Club de Loisirs de TOURLAVILLE.

La page « Le parler normand » est mise en ligne sur notre site.  http://www.clt-video.org/

http://www.clt-video.org/52+le-parler-normand.html

Dans cet entretien, en » parler normand  » l’auteur Guy Pichon nous parle de son livre et des motivations qui l’ont animé :

« Dauns ma leunette à mireus » 35 chroniques vues « Par le petit bout de ma lorgnette ». Préface d’Alain Bavay (ci-dessous en français et en normand) + photos.

Pierre Lechanu et Jacques Jean ont filmé cette causette entre amis.

Guy Pichon a chouési coumme avernoum Guy du Hammé de Hâot (ichin photo tcheu L's Amins du Doujoun à Bricbé).

Guy Pichon a chouési coumme avernoum Guy du Hammé de Hâot (ichin photo tcheu L’s Amins du Doujoun à Bricbé).

couv Guy 001

« Un ouvrage magnifiquement réalisé entre la plume et la palette » (Marie-Paule Poignet, La Presse de la Manche, 27 3 2012).

70 pages couleur, format 17,7 x 25,3 cm, 252 pages, 24,50 € + port : 8,50 €.

Chèque à Magène Jean-Claude Léger 5 Allée Blanche Lande 50260 BARNEVILLE-CARTERET

Oû Hammé oû Tchuraé (Hammeau au curé), allaez à hue-o (= à dreite si vo-z-êtes à j'va) en venaunt des Puus (Les Pieux) sus Quettetot...

Oû Hammé oû Tchuraé (Hammeau au curé), allaez à hue-o (= à dreite si vo-z-êtes à j’va) en venaunt des Puus (Les Pieux) sus Quettetot…

Hallaez à dia (à gaèche) ichin...

Hallaez à dia (à gaèche) ichin…

DSC07981

Hammé de Hâot

1. Notre voisine / Noute veisène

1. Notre voisine / Noute veisène

Alain Bavay, amin de Guy, a genci ches mots-chin oû quemenchement du live...

En guise de préface,,,

 

Mon cher Guy,

 

Préfacer ton livre est un honneur, mais, face à la page blanche, je vois combien il est plus facile de critiquer quelqu’un que d’en dire du bien.

Ton ouvrage est bien tel que je l’attendais. Même si je n’ai pas tes dons pour « l’interview-express » qui te permet, en quelques minutes, de savoir l’essentiel sur ton interlocuteur, il ne m’a fallu trente-huit ans d’amitié réciproque pour, je crois, bien te connaître.

Comme disent les vieux Normands, « je soumes d’eune âge » et je sais ta famille, tes origines, tes goûts,  tes idées et tes engagements et tout le temps qu’ a duré notre cohabitation, au Collège de Bricquebec, nous avons été pratiquement toujours d’accord sur l’essentiel.

La plupart des textes qui composent ce recueil, tu me les as dits avant de les coucher sur le papier. Je sais que, pour toi, le bon vieux temps ne fut pas si bon que cela ; je connais ton attachement à ta famille, ta sympathie pour les petites gens de ton village, ton goût pour la campagne et pour ton jardin. Je t’ai entendu pester contre les destructeurs de la nature et du patrimoine et certaines nouveautés stupides et tu n’as jamais craint de dire tout haut ce que tu as sur le cœur.

C’est donc tout cela que tu nous invites à retrouver dans ton livre si joliment illustré par ta tendre épouse : pas de poésies, pas d’histoires de fin de banquet, mais la vérité d’un homme dans sa vie,

Installé dans ta « librairie » du « Hammé d’Hâot » ou en voyage, tu jettes un regard lucide sur le passé, le monde actuel et les gens d’ici ou d’ailleurs. Il y a donc un peu de Montaigne dans ta démarche (je sais que ça va te faire rire), mais un Montaigne qui s’exprimerait en parfait normand, chose d’autant plus remarquable que tu n’es pas « né natif » de l’Isle de Cotentin mais originaire de Tirepied, dans le grand sud. Pourtant, comme aurait pu dire le grand Côtis-Capel : « Dauns le loceis de tcheu nous tu n’es brin à l’étreit »,

 

Naturellement, le grand lecteur que tu es connaît cet « avertissement au lecteur » placé au début des « Essais » :

« C’est un livre de bonne foi, lecteur ; il t’avertit dès l’entrée que je ne m’y suis proposé aucune fin que domestique et privée. Je n’y ai nulle considération de ton service ni de ma gloire… »

 

Alors mon cher Guy je pense que tu aurais pu te dispenser de ma préface et la remplacer simplement par cet « Avertissement aux lecteurs » inspiré de ton illustre prédécesseur :

« C’est un livre en toute simplicité, braves gens qui avez l’occasion de me lire ; il vous avertit pour commencer que tout ce que j’ai rassemblé, cela tourne seulement autour de moi. Ce n’est pas fait pour vous plaire et ce n’est point fait pour me vanter… »

 

Alain Bavay

 

A men amin Guy,

Yête le syin qu’écrit oû quemenchement de ten live est, ch’est seu, eun houneu, mais en happaunt la plleume, je veis byin que no-z-est pus à sen à man  quaund no débagoule sus quiqueun qué quaund no veurt en dire du byin.

Ten ouvrage est dreit cha que j’espérais. Mais que je n’ie paé ten adoun pour “épuqui byin vite” les gens et savei en eun ryin de temps le pus gros du syin d’aveu qui que no prêche, j’i paé-z-eu besoin de trente huit annaées de bouon veisinage pour byin te counaîte.

Coume disent les vuus normands : “je soumes d’eune âge” ; je counais ta famile et je sais d’iyou que tu vyins, cha que t’aimes, cha que t’as fait et cha que tu penses et, touot le temps que no-z-a ernaé de par ensemblle coume maîtes d’école oû collège de Bricquebé, no-z-a-z-eu quasiment tréjous les mêmes idaées.

Byin des pages de ten live, tu me les as racountaées devaunt qué de les couochi sus le papyi. Je creis que pour tei, le “bouon vuus temps” fut paé si bouon que cha ; je sais que ta famile, ch’est paé ryin pour tei et que cha t’empose paé de byin aimer les petites gens de ten veisinage, la caumpanne et ten gardin. Je t’ai oui byin des coups étchurfaer counte les syins qui machacrent nos vuus cllos, les syins qui minchent les maisouns de nous graunds et tous les syins qu’inventent quiques nouvelles innochenteries. T’as janmais eu poue, magène, de dire tout hâot cha que t’as sus le quœu.

Ch’est tout chenna que no peut artrouer dauns ten live, d’aveu les si jatiles images de ta fème. Paé de rimailleries, paé d’histouères de fin d’assembllaée, mais la vérité d’eun houme dauns sa vie.

Raumpônaé dauns ta “librairie” du Hammé de Hâot ou byin en viage, tu veis byin à cllai le temps passaé, le mounde d’achteu et les gens d’alentouo de tei ou d’âote part. Tu serais byin eune mannyire de Montaigne (je sais byin que cha va te faire ritounnaer ), mais eun Montaigne qui sérait prêchi noute loceis. Ch’est d’ermerque pour quiqu’eun qu’est paé né-natif du bout de la Maunche mais s’acache de Tirepied, byin louen dauns le Su. Mais coume érait peu le dire le graund Côtis : “dauns le loceis de tcheu nous, tu n’es brin à l’étreit”.

Coume de fait, tei qu’as luusu byin des lives, tu counais “l’avertissement au lecteur” genci oû quemenchement des “Essais” :

“Ch’est eun live touot bounement, liseus ; i t’avertit dès l’hus qué je m’y sis dementaé d’ âoqueun but mais que pour dé mei. Je veurs paé te faire des croupettes et ch’est brin pouor ma gloriole inetou”.

Ainchin, chir amin Guy, je creis que t’érais peu liement mette, à la pllèche de cha que je vyins de couochi sus le papyi, ch’té mannyire d’ “Avertissement és liseus” :

       “Ch’et eun live de fiâotaé, bounes gens qu’êtent dauns le cas de me luure ; i vos avertit pour quemenchi que touot cha que j’i teurqui, cha ratoupène ryin qu’alentouo de mei. Ch’est brin fait pour vos cadelaer et ch’est brin fait pour craqui.”       

 

Alain Bavay

DSC07852

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Livres en normand, Vidéos