Archives de Catégorie: Jersey

60. Carteret. Goélette du Cotentin La Neire Mâove / Le goéland argenté. Chanson Magène. Pourquoi l’accent sur le a de âo.

Vous avez dit  

« âo » ?

La diphtongue « âo » correspond souvent à ce que l’on écrit « au » en français…

   Il serait plus simple d’écrire en français « o », n’est-il pas ?, ch’paé ?…plutôt que d’hésiter entre « o », « au », « eau », « ô »…

    Cette orthographe française est une survivance momifiée de sons variés et complexes du Moyen Âge. Le son « au » était une diphtongue « a + u (pouvant se prononcer ou) ».

En normand, la diphtongue est conservée : « i fâot » (il faut), mâogré que (bien que), câoffaer (chauffer), …

Nous mettons un accent circonflexe sur le a, (âo), pour marquer que ce son â est allongé, alors que le son o qui suit est plus bref.

neire mâo ve ch 001

   Cependant, les auteurs par le passé écrivaient plus volontiers « aô », et cette habitude est restée pour les journalistes qui écrivent peu en normand et qui croient bien faire avec ce aô. La Presse de la Manche, Ouest-France et Vikland ont tous écrit récemment « La Neire Maôve », nom de la goélette du Cotentin qui reprend du service avec les beaux jours. Et pourtant le nom peint sur la coque est bien « Mâove » ! Mais c’est plus fort que tout et il n’y a pas d’ « Académie normande » pour conseiller ces auteurs de bonne foi…

   D’où cet article de blog, simplement pour relayer et rappeler les décisions prises vers 1980 par les principaux héritiers des réflexions faites par Fernand Lechanteur (décédé en 1961) et souvent écrivains eux-mêmes ayant commencé en écrivant « aô » puis acceptant la modification en « aô ».

    Deux exemples avec les plus grands : Côtis-Capel écrivit en 1980 dans son recueil « Graund câté » (Grand château, nom évocateur d’un rocher des falaises de La Hague) : « Frait qu’t’ part n’y-eut pus d’ neircheu » (p. 68). Dans « Les Côtis » (nom des côteaux qui dominent la mer), – livre édité en 1985 par Isoète à Tchidbou / Cherbourg -, Côtis-Capel écrit toujours âo, par ex. : « Par-dessus le tchyin afouaé / Et que sen maîte veurt mâodire » p. 144.
    De même Aundré Smilly (Hippolyte Gancel) utilise encore « aô » dans le volume I de « Flleurs et plleurs de men villâche » (ex p. 124 : « coup no la portit dauns l’aôberge »), puis « âo » dans le volume II édité en 1986 (ex p. 128 : « En pllèche du câod oû riga, (…) eune freid de fé et de mâotaé, qui sâote li glléchi sen quoeu. » (Au lieu de la chaleur de la toupie, (…) un froid de fer et de malignité, qui saute lui glacer le cœur).

    Doun, merci pouor « La Neire Mâove » ! Ch’est-i byin coumprins ?!

 

Bleuet mauve / âobefein ou bounet-blleu

Bleuet mauve / âobefein ou bounet-blleu

   La Goélette du Cotentin

   Le choix d’un nom normand est une heureuse initiative des promoteurs de cette magnifique goélette, construite à Cart’ret en suivant des plans anciens retrouvés à Guernési / Guernesey. Un bateau fort utile fin XIXe s. pour pêcher le maqueré, et pour les plus grandes (jusqu’à 14 m de longueur) transporter marchandises et gens par ex. de Jèrri / Jersey à Cart’ret…
DSC01056
Deux types sont discernables en fonction de leurs « métiers » et de leur répartition géographique : les petites goélettes (4,50 à 8m) pratiquent la pêche aux casiers et aux lignes, alors que les bateaux plus grands (11 à 14m) sont utilisés pour la pêche aux cordes ou aux filets de dérives, pêchant jusqu’aux côtes de l’Angleterre. Elles sont également utilisées pour le bornage, comme bateau-pilote ou pour le transport de passagers.
    La Goélette du Cotentin est issue d’améliorations des « chasses-marées » utilisés vers 1820 dans toute la Manche Ouest. La carène évolue vers un bateau plus fin, plus rapide et plus manoeuvrant. Vers 1870, elle acquiert un gréement particulier : celui de goélette à bordure libre.
DSC01059
La Neire Mâove a trois mâts : de misaine et de taille-vent portant des voiles auriques à bordure libre surmontés d’une voile de flèche. Un grand foc est armuré sur le beaupré à l’avant, et à l’arrière le tape-cul complète ce gréement.
DSC01055
    La plupart du vocabulaire normand (puis français) des bateaux est hérité des bateaux vikings (quille, babord, vague,…) ainsi que le mot « mâove » qui désigne les mouettes en général. La neire mâove (ou neithe maôve à Jèrri) (« mouette noire ») désigne plus spécialement le goéland argenté. Nous reviendrons sur le vocabulaire scandinave dans un autre article…
   Le bateau, construit à l’initiative de l’association « Vieux Gréements en Côte des Iles », a été redessiné par l’architecte naval de Jersey Alan Buchanan. Le chantier de construction, sur le port de Barneville-Carteret, ouvert au public, commence en 1991.
   La mise à l’eau a lieu le 4 juillet 1992. Les promenades en mer se font à prix raisonnables lorsqu’on loue les services de l’équipage de La Neire Mâove »… C’est un bateau adapté à la haute mer, mais également à l’échouage dans les ports et les havres de la côte normande. Il navigue, au départ de Carteret, sur les côtes du Cotentin, dans les îles anglo-normandes, ainsi qu’en Bretagne ou en Angleterre. Le Neire Mâove peut accueillir 20 passagers en journée, en plus de l’équipage. Avec 8 couchettes simples (dont deux réservées aux enfants), et 2 couchettes doubles, il propose aussi des croisières de plusieurs jours pour 12 passagers.

DSC01049

   Sur Internet, la confusion liée à cet accent ^ ^ est totale :

1) Wikipédia, lahague.com, le site de La Neire Mâove… et celui de Magène reçoivent un bon point, tous en âo.

   Cf. <la Neire Mâove – Chansons normandes du Cotentin> et <Plus d’images pour La Neire Mâove>

• Neire Mâove — Wikipédia
fr.wikipedia.org/wiki/Neire_Mâove‎
Le Neire Mâove est une goélette « du Cotentin », goélette avec un mât de tapecul à livarde, à coque bois, construite en 1991-1992 dans un chantier naval de …

________________________________________
• Images correspondant à La Neire Mâove
________________________________________
• la Neire Mâove – Chansons normandes du Cotentin
chansons.normandes.free.fr/maove.html‎
La Neire Mâove grile ilo liement. D’aveu ses veiles oû couop du vent. Ol est reide fyirte dauns l’s écllipaées. Touos nouos, j’admirouns à la veî. Et la Neire … (Texte bilingue complet en fin de ce billet).

• La Neire Mâove fête ses 20 ans
http://www.lahague.com/?ThemeID=6&CatID=83&SousCatID=326‎
20 août 2012 – La Neire Mâove : la renaissance des goélettes puce Elles avaient disparu et avaient été presque oubliées. Grâce à un concours, organisé par …

DSC01048

2) Mais, sifllets et cardrouns (chardons) pour Ouest-France, portdielette.fr, tourisme-pays-granvillais.com, et d’autres !

• La Neire Mve, goélette du Cotentin. – Association des …
http://www.portdielette.fr/article-la-neire-maove-goelette-du-cotentin-1177416…‎
4 juin 2013 – Neire Mve (« mouette noire », en patois normand) est une représentante de la catégorie des grandes goélettes, inspirée par Lilian (construite …). [Article détaillé et très belles photos].
• La Neire Mve, vieux gréement de Carteret fête ses 20 ans …
http://www.ouest-france.fr/la-neire-maove-vieux-greement-d…
4 août 2012
Dès ce samedi soir 4 août avec l’arrivée de ses copains d’abord, d’autres vieux gréements comme elle, la …

• [PDF]
Naviguez à bord du Neire Mve – Station Nautique Granville
http://www.tourisme-pays-granvillais.com/…/voiliertraditionnel-neiremaove.pd…‎
Naviguez à bord du Neire Mve. Construit en 1992 dans le cadre du concours « Bateaux du patrimoine des côtes de France » à l’occasion des fêtes maritimes …

3) Bien sûr, les noms de site refusent tout accent, domination universelle de l’anglais  ! d’où <neire-maove.com>. Mais il y a ceux qui jouent à Ponce-Pilate en ne mettant pas d’accent du tout ! normandie-tv.com écrit : « les 20 ans du Neire Maove », et Corsaire sur ioutioube : « La Neire Maove (ATACOM) – YouTube »

DSC01033
8 août 2012
Festival de la Mer Anglo Normande pour les 20 ans du Neire Maove au port de Carteret. Par : Normandie TV …
• Neire Maove Goelette du Cotentin Vieux greements en cote …
goelette.chez.com/‎

NEIRE MÂOVE. RETROUVEZ LA GOELETTE DU COTENTIN SUR SON NOUVEAU SITE  » neire-maove.com « 
• Neire-maove.fr – URL metrique
urlmetriques.co/www.neire-maove.fr‎
En France, Neire-maove.fr est classé 3 135 214, avec un nombre de visiteurs mensuels estimé à < 300. Cliquez pour voir d’autres données concernant ce site.

• La Neire Maove (ATACOM) – YouTube
► 4:57► 4:57
http://www.youtube.com/watch?v=0fQw8d47fpA‎
2 mars 2011 – Ajouté par CORSAIRE
Ce film a été réalisé à partir d’archives de 1993 de l’association ATACOM. Post-production et réalisation …

La Neire Mâove Daniel Bourdelès

neire mâo ve ch 001

La Neire Mâove est une magnifique goélette du Cotentin. Elle a été créée en 1992. Carteret est son port d’attache. Elle est la réplique d’un modèle ancien auquel ont été ajoutés de nombreux perfectionnements de navigation et de confort. Des passionnés la font vivre et vous proposent des voyages à son bord. Contactez-les ici :
« http://www.neire-maove.com/bienvenue/bienvenue.html &raquo;. DSC01050

La Neire Mâove

Extrait du CD   « Veillie normaunde », 7 chansons
Paroles, chant & Musique : Daniel Bourdelès
et 12 récits par les gens du Cotentin.
La Neire Mâove grile ilo liement
D’aveu ses veiles oû couop du vent.
Ol est reide fyirte dauns l’s écllipaées
Touos nouos, j’admirouns à la veî.

 

Et la Neire Mâove
Ol a prins s’n évo
Dauns la flleu de brôe
Qui nous balie les joes

 

Promais que le vent seit byin allaunt,
Cha cllaque du tape-tchu oû tâle-vent.
Sitôt que no passe le naez de Carteret,
Jèrri daunche oû bouot du biâopraé.

 

Ch’est pus le temps que les saisounyis
S’ n allaient en bistchène à Jèrri
Pouor défoui les caumps de pouneterres ?
Reide ernaés, ma de mé, qui minsère !

 

Le graund métyi, cha remounte à louen.
Sus le pont qui relise, ya pus de cllos-pouengs,
Ya pus mais de cllaés à maraundaer,
Ryin que des horsins qui vyinnent rêvaer.

DSC01052

 

Emposaez doun le vent d’écapaer!
Que ses teiles seient tréjous byin croulevaées!
Bllaunches coume les âles des mâoves, et neires
Coume les revénaunts des vuules histouères.

DSC01060

Traduction normand / français :
La Neire Mâove glisse là-bas, majestueusement,
Avec ses voiles gonflées de vent.
Elle est très fière dans les embruns.
Nous tous, on la regarde avec admiration.

 

Refrain :
Et la Neire Mâove,
Elle prend son envol
Dans la fleur d’écume
Qui nous mouille les joues

 

'12 € port inclus chèque par courrier à Jean-Claude Léger 5 Allée de Blanche Lande 50270 Barneville-Carteret)

(12 € port inclus chèque par courrier à Jean-Claude Léger 5 Allée de Blanche Lande 50270 Barneville-Carteret)

 

 

Quand le vent est bon,
Ca claque du tape-cul au taille-vent*.
Dès que l’on franchit le nez de Carterêt,
Jersey danse au bout du beaupré.

 

Il est révolu le temps où les saisonniers
Partaient en bisquine à Jersey
Pour y arracher les pommes de terre.
Mal de reins, mal de mer, quelle misère !

 

Le grand métier, ça remonte à loin.
Sur le pont qui brille, il n’y a plus de tourteaux,
Il n’y a plus de casiers à mettre à l’eau,
Rien que des promeneurs qui viennent rêver.

 

Empêchez donc le vent de s’échapper,
Que ses toiles soient toujours bien jouflues,
Blanches comme les ailes des mouettes, et noires
Comme les revenants des vieilles histoires.

* tape-cul : mât arrière, taille-vent : mât avant

Quelques exemplaires du CD Veillie normaunde sont encore disponibles dans la boutique du site magene.com
Très belle chanson que l’on peut écouter en partie sur le site. Paroles & Musique : Daniel Bourdelès !

DSC01031

 
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Cotentin, Ecologie, Guernesey, Jersey, Livres en normand, mer, pêche, Revues normandes, Saisons, Vocabulaire

38. Nouveau CD du groupe Magène. 15. Men quoeu, men quoeu, ch’est coume la mé…

(Météio à Bricbé pou lé 7 et le 8 dé févri à la fin de chu billet)

Côtis-Capel,

Men quoeu, men quoeu,

Ch’est coume la mé.

Raz-Bannes, p. 13, O.C.E.P. Couotaunches, 1970. 

Poème mis en musique par Daniel Bourdelès,

CD « Je syis magnifique ! »  chanté par Théo Capelle.
3’28

(Les couplets en caractères maigres et bleus ne sont pas chantés sur le CD). 

Accordéon : Manuela LECARPENTIER

Guitare : Jean-Louis DALMONT

Contrebasse : Dany PINEL

Arrangements musicaux et maître de chant : Jean-Louis DALMONT

Prise de son : Bruno MORISETTI pour Studio Big Walter (www.bigwalter.com), 2013. Un enregistrement remarquable… Une émotion intense…

Côtis-Capel (Albert Lohier) était à la fois pêcheur comme son père, prêtre et poète. Il parcourait le Cotentin en moto pour la JAC.

Côtis-Capel (Albert Lohier) était à la fois pêcheur comme son père, prêtre et poète. Il parcourait le Cotentin en moto pour la JAC.

15. « Coume la mé »    

B-Carteret grande marée 034 (5)

Ebbe et Fllot. Ebbe et Fllot. Vouêchement incoumprénablle.

    Reflux et Flux. Reflux et Flux. Balancement incompréhensible.

Halaunt l’iâo, pouossaunt l’iâo, quériaunt l’ vré à bannelaes

Pus qu’ n’ en séraient chérgies des chents et des chents d’attelaes.

   Retirant l’eau, ramenant l’eau, charriant le varech à tombereaux pleins

   Plus que n’en seraient chargés des centaines et des centaines d’attelages.

Ebbe et Fllot. Ebbe et Fllot. Moulènement incriablle.

Et c’ qui s’écappe d’eun bord rarive sus l’ couop d’eun âote,

Et c’ qu’était éfachi r’vivit l’ lendeman et r’souord.

Tréjouos l’ creichaunt, parai, est suuzu d’eun découors,

Coume ampraés la basse-iâo la mé rest tréjouos hâote.

   Toujours le croissant de Lune, n’est-ce-pas, est suivi d’un décours

   De la même façon après les basses eaux la mer redevient toujours pleine.

Jersey (Jèrri en normand) vue de Cart'ret... "La Côte des Isles". Si près... et si louin ! Fête de la langue normande internationale à Jèrri les 10 au 14-15 juin. Réservez vos batiâos !

Guernesey est derrière Sercq et ne se voit pas de Carteret !!!

Fête de la langue normande internationale à Jèrri les 10 au 14-15 juin. Réservez vos batiâos !           Photo Jean-Claude Léger

                  

Men quoeu, men quoeu, Ch’est coume la mé.

Mon coeur, mon coeur, C’est comme la mer.

Carteret plage de Carteret a

Vouêties, anorouêties1, l’hivé, né fount qu’ s’entesuure.
Touot est sêta à-fait2. Les gens, les bêtes sount yens3.
No-z-entend patrâlli la mé oû hâot du pllen4 ;
Ch’est dauns des temps inta qué vyinent les graundes mâotures.
Dé derire la crouésie, à mei touot seu j’ la guette.
Cha m’erjue5. J’en i poue. Ch’est si bllaunc. Ch’est si nei.
Pus cha quincâle déhors, pus cha quincâle en mei.
Hélas, j’ tyinrai-t-i dreit quaund vyinra la surguette6 ?
                        Men quœu, men quœu,
                        Ch’est coume la mé,
 1 Coups de vent d’Ouest, coups de vent de Nord-Est, 2 serré ; complètement fermé, 3 dedans, 4 à marée haute, 5 m’inquiète, 6 le piège
Coups de vent d’ouest, coups de vent de nord-ouest, l’hiver, ne cessent de se succéder,
Tout est bien en place. Les gens, les bêtes sont à l’abri.
On entend la mer déferler à la côte ;
C’est dans des temps pareils que viennent les catastrophes.
Derrière la fenêtre, tout seul je l’observe.
Cela m’inquiète. J’en ai peur. C’est si blanc. C’est si noir.
Plus la tempête fait rage, plus l’agitation monte en moi.
Hélas, serai-je assez fort quand viendra mon heure ?

DSC03906

Ah, si j’ pouvais m’ gîndaer et veî la mé entyire !
Ah, si j’ pouvais r’trachi la pus graunde amouchelae7 !
Si j’ pouvais m’amountaer pus hâot qu’ la drennyire nuae
Coume ouésiâos oû Renouvé, quaund l’ biâo temps les rattire !…
Eh byin, si louen qué j’ vais-j’, cha n’ s’sait qu’eune pouore miotène ;
Et si louen qu’ j’avis’ais, cha n’ s’sait qu’eun cuémenchement !
La mé à perte dé veue, la mé à perte dé temps…
Ch’est ainchin qué j’aime veî la mé d’ la Cotentène.
                        Men quœu, men quœu,
                        Ch’est coume la mé,

7 la plus grande montagne

Ah, si je pouvais me dresser et voir l’immensité de la mer !
Ah, si je pouvais retrouver le plus haut sommet !
Si je pouvais m’élever au-dessus du plus haut nuage
Comme oiseaux au printemps, quand le beau temps les fait revenir !...
Eh bien, si loin que je puisse voir, ce ne serait que peu de choses ;
Et si loin que je découvre, ce ne serait qu’un commencement !
La mer à perte de vue, la mer à perte de temps…
C’est ainsi que j’aime voir la mer depuis la Cotentine.
PHoto Jean-Claude Léger

Photos Jean-Claude Léger sauf la précédente R. Pézeril

L’âote nyit, j’i ravagi : ch’était eune mé indène8
Pus qu’ n’en veirount, magène, les syins du graund métyi9 :
À dyis luues dauns l’ terran touot était ébllâqui10
—  Noun, janmais no n’eut creu qu’o peuve yête si malène —
O bôchait les vallaes. O fâoquait les hâotes terres.
Si louen qu’ no s’en alisse, gens et bêtes afollaes,
O sé r’mâtait d’vaunt nouos coume pouor nouos enfroumaer.
Et mei, dauns men trélu11, j’ récitais ma prière…
                        Men quœu, men quœu,
                        Ch’est coume la mé.

8 mauvaise, 9 de la pêche hauturière, 10 écrasé, 11 angoisse.

L’autre nuit, j’ai fait des cauchemars : c’était une mer mauvaise
Plus que n’en verront, sans doute, les pêcheurs de la haute mer :
A dix lieues dans les terres, tout était écrasé
─ Non, jamais on n'eut cru qu’elle puisse être si méchante ─
Elle comblait les vallées. Elle fauchait les hautes terres.
Si loin que l’on s’enfuît, gens et bêtes nerveuses,
Elle se redressait devant nous comme pour nous engloutir.
Et moi, tremblant, je récitais ma prière…

Carteret grande marée 028

Eune jouornae d’ graund’ marae, d’ basse-iâo, à la bavette :

à la bavette : au bord de la mer (l’eau telle une dentelle d’écume)

Ch’était sus l’asseiraunt et pé eun rîle dé vent.

   C’était presque en soirée et pas un souflle froid de vent

Rounrounaunt ryin qu’ pouor mei eun rot d’amount oû louen.

   Ronronnant seulement pour moi un roulement de Nord-Est au loin.

Persoune à l’entouo d’ mei. Persoune qué mei qui guette.

   Personne autour de moi. Personne d’autre que moi ne regarde.

Eune mâove a fait trembllaer la mé du bouot dé s’n âle…

   Une mouette a fait trembler la mer du bout de son aile…

Ah, coume j’érais vouli, men Dieu, qué cha durît,

   Ah, comme j’aurais voulu que cela durât,

Et qu’ cha seit pouor tréjouos la drényire accalmie !…

   Et que cela soit pour toujours la dernière acalmie !…

La mé déjà ratouorne… I fâot byin qué j’ m’en âle.

   La mer déjà repart… Il faut bien que je m’en aille.

                        Men quœu, men quœu,

                        Ch’est coume la mé,

                        Men quœu, men quœu,

                        Ch’est coume la mé,

Mon cœur, c’est comme la mer,
                              Comme la mer, la mer,
                        Mon cœur, c’est comme la mer,
                        Comme la mer,
                                        Comme la mer.
(transposition en français avec l'a participation de Bernadette Lecarpentier)
Photo Jean-Claude Léger

Photos Jean-Claude Léger

Prochain concert Magène Théo accompagné par Dany : à Grandcamp-Maisy, dimanche 2 mars 17 h. Trois jours d’animations normandes à Isigny et environs.

Vos pouvaez enco entenre Théo et mei dauns vous coumpiouteus sus le trige de Fraunce blleu Cotentin, ch’tait le 4 févri à 6 h et quart du sei.

Pochette du CD "Je syis magnifique !" (bon de commande sur le site magene.com)

Pochette du CD « Je syis magnifique ! » (bon de commande sur le site magene.com)                              réalisée par Guy D’Ekein

Météio à Bricbé pou lé 5 et le 6 dé févri dé 2014 :

venrédi 7 dé févri

Deman à Bricbé : ventaée qui mollit byin vite. Cyil qui chaunge jusqu’à byin embîlaé. D’s achânaées d’iâo du matin oû sei. Vent quoeuru. Coumbyin de vent, no sait-i ? La nyit, méfious des révolins. Quiques abiâosies à venin. Crachin.

Demain vendredi à Bricquebec : coup de vent s’affaiblissant rapidement. Ciel variable à très nuageux. Averses toute la journée. Vent fort. La fiabilité de la situation est limitée, parce qu’un doute subsiste sur la force des vents. Pour la nuit de vendredi à samedi, avis de coup de vent. Apparition de quelques trouées. Pluie faible.

Sammedi lé 8 dé févri

  Sammedi à Bricbé, eune fiselaée de vent devyint eune ventaée à la relévaée. Nuaées couoresses, no peut avaer des pyids d’orage dauns l’arlévaée. Chilaées touote la jouornaée. Fort vent de surouêt. No sait paé : cha peut co fouédrailli. Vouêties dauns la nyit.

Samedi à Bricquebec, vent modéré évoluant en coup de vent pour l’après-midi. Ciel très nuageux, possibilité de foyers orageux en cours d’après-midi. Averses toute la journée. Vent fort de Sud-Ouest. La fiabilité de la situation est modérée, avec l’instabilité et le risque d’averses qui sera important. Pour la nuit de samedi à dimanche, avis de coup de vent d’Ouest.

érosion côte 1 001

Les dunes reculent à l'échelle d'une vie humaine... Et dans trois siècles ? Un millénaire ? Le Cotentin, un île comme Jersey et Guernesey avant elle...

Les dunes reculent à l’échelle d’une saison, d’une vie humaine… Et dans trois siècles ? Un millénaire ? Le Cotentin, bientôt une île comme Jersey et Guernesey avant elle…

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Ecologie, Guernesey, Jersey, Livres en normand, Saisons, Vocabulaire

34. Nouveau CD du groupe Magène. « Je syis magnifique ! »

 Théo Capelle chante en concert de nouvelles chansons, telle « Je syis magnifique !, d’Amelia Perchard.

Musique de Daniel Bourdelès.

     Chu sammedi 25 dé jaunvi de 2014, byin des gens avaient la lerme à l’uu : déeus heures de caunchouns en normaund de Côtis-Capel, Marcel Dalarun, Alphounse Allain, Marie Berthe… Et itou des pouètes fraunceis armins en normaund coume Guy Thomas (parolyi de Jean Ferrat) et Jacques Lebouteiller qui demeure à Sant-Georges-Mountcô(1) oûpraès de Sant-Lô. Amelia Perchard, lyi, ol ‘tait de Jèrri, ol a jostaé d’aveu eune vuule caunchoun aungllaise pou l’écrire en normaund ! 

Dos du CD Je syis Magnifique ! Magène en NormaundieThéo Manuela Jean-Louis et Dany

Dos du CD Je syis Magnifique ! Magène en Normaundie Théo Manuela Jean-Louis et Dany

Vos pouvaez l’ouï achteu sus ioutioube :  Magène chante « Je syis magnifique ! » en public, « en live » coume no dit achteu !

            ou byin en accataunt le CD sus noute shop, estchusaez : noute « échoppe » (à Alençon annyi le gâs Michi a veu sus eune verrène -vitrine- eune graunde récllame collaée : « Shop’in », mais li cha ya fait pensaer putôt à… chopine !!!)…     noute échoppe : <magene.com>  (13 € – 16 caunchouns, même paé eune pistole pouor ieune !)
Amelia, o serait byin surgoulaée de veî « chu niolin » (cette bagatelle de rien du tout) coume tite d’eune galette neumérique !

(Biographie d’Amelia P. en fin d’article)

Sus le pllaunchi du cinéma de Bricbé "Le Donjon"

Sus le pllaunchi du cinéma de Bricbé « Le Donjon »

5. Je syis magnifique !         

(Graphie du continent, « de la Graund Terre »)    Refran :

Magnifique, je syis magnifique !

Ya ryin de ma dauns ma saunté

Je syis hardi byin, counsidéraunt je suis très bien, à tout prendre

Men Doue ! Je syis magnifique, merci ! Mon Dieu

 

J’i des rheumatisses dauns les genours,

Et de la goutte dauns men gros orté,

Men pouls est fyiblle et j’i pus de dents

J’i des cors sus les déeus pyids

Le ma me jiguule à retou de temps. me tracasse tout le temps, sans cesse.

Ch’est rare qué je dors le loung des nyits. que je dorme au cours des nuits.

Refran

« L’alibêle dé niolin tchi siet – le texte de bêtises qui suit – mé fut donnée y’a tchique temps. Ou’tait écrite en Angliais et app’lée “There’s nothing the matter with me!”. J’pensis – j’m’en vais traduithe chennechîn et v’la tchi pouôrrait amuser tchiqu’uns.     A.L. Perchard ».     Byin veu Amélia !

Texte en aungllais  I’m Fine Thank You (voir plus bas)

Texte en jérriais : J’sis magnifique, merci !  http://members.societejersiaise.org/geraint/jerriais/magnifique.html

Refrain :

J’ sis magnifique, jé sis magnifique !

l’ n’y’a ryin d’ma auve ma santé

J’sis hardi bein, considéthant !

Man doue! J’sis magnifique, merci !

1er couplet :

J’ai des rhonmatisses dans mes g’nours,

Et la goutte dans man gros orté,

Man pouls est faibl’ye, et j’n’ai pas des dents,

Et j’ai des cors sus les deux pids,

Et lé ma m’tracache tout l’temps.

Ch’est rare que j’dors lé long des nyits.

La pouquette du CD, le mot Magène se dégrabolise itou !

La pouquette du CD, le mot Magène se dégrabolise itou !

No ouait que la vuullèche est doraée,

J’en doute quaund je grimpe dauns men lyit !

Quaund je pose men ouïe dauns lé tireus,

Et pis mes dents dauns lé guichoun,  

                                                                                 dans la petite soupière

M’n uu oû pid du carilloun !

        Mon œil

Ya-t-i âote seit que j’i oumbélié ?

                Refran

Texte en jérriais : 2e couplet :

Nous ouait qu’ la vieillèche est doraée,

J’en douote quand je grîmpe dans man liet!

Quaund j’pose men ouïe dans le titheux,

Et pis mes dents dans le dgichon,

Men yi au pid du carillon !

Veire, y’a t-i âote chose qu’ j’i oublie ?

Théo en 2012 à Octeville

Théo en 2012 à Octeville

Jé me lève de bouone heure oû matin

                      et ampraès eune bouone tasse de… café

Dauns la gazette je luus les déçaès ;

Lé myin yest paé, je dis « Dgieu merci »

Je moujus déeus beurraées de gelaée

Et pis du couop je vas m’arcouochi !

Refran (bis)

3e couplet :

J’me lève dé  bouonne heuthe lé matin  

                       et amprès eune boune tâssée d’ thée

dauns la gazette et j’lié  les décès;

Lé  mein n’y’est pas,  j’dis « Dgieu merci »

Et j’mange deux beurrées d’gelée

Et pis du couop j’vas m’ercouochi!

Amelia Perchard à Jèrri vyint de gangni la coupe "Les Enfuntchis" pouor eune farce en eun acte "En élection"

Amelia Perchard à Jèrri vyint de gangni la coupe « Les Enfuntchis » pouor eune farce en eun acte « En élection ». Gazette enviée par Geraint de Jèrri.

Texte d’origine en entier :

         J’sis magnifique, merci !

Je sis magnifique, merci,

l’ n’y’a rein d’ma auv’ ma santé !

J’ai des rhonmatisses dans mes g’nours,

Et la goutte dans man gros orté,

Man pouls est faibl’ye, et j’n’ai pas des dents,

Mais j’sis hardi bein, considéthant!

J’ai des cors sus les deux pids,

Et lé ma m’tracache tout l’temps.

Ch’est rare que j’dors lé  long des nyits,

Et j’m’êmôque au solé l’vant.

Ma mémouaithe n’est pas ch’qu’ou ‘tait d’vant,

Mais je n’sis pas mal, considéthant!

  l’ n’ faut pas admettre qu’nou-s-est afflyigis,

    Coumme nou d’veint tous quand nou vieillit,

    Faut, s’ dréchant, dither: « J’n’sis pas finnie,

    Man doue! J’sis magnifique, merci! »

    Comment que j’sai qu’man janne temps est passé ?

    Ch’est que l’entrain né m’entraîne pas coumme i’ soûlait!

    Mai v’là tchi n’fait d’rein et j’pense en souôriant

    Es pliaiches où ‘est m’n entrain m’am’né d’temps en temps!

Que lia vieillèche est dorée, est un diton qu’nou ouait,

Mai j’en ai mes doutanches quand j’grîmpe dans man liet!

Mén ouïe dans l’titheux, mes dents dans l’dgichon,

M’n yi sus la tabl’ye au pid du carillon!

Et d’vant m’endormi j’mé d’mande tchiquefais,

Y’a’t’i’ aut’ chose que j’ai oublié à mettre sus l’ais?

    Quand j’tais janne auv’ mes rouoges souliers,

    J’mé toupinnais su l’ but d’mes ortés.

    Quand j’d’vins pus vielle, j’ dansais toute la niet

    Auv’ des souliers en bieu bliu satin!

    Mais à ch’teu ch’est des nièrs chaussons en v’lous pour mé,

    Comme j’gabathe auv’ man bâton du matin au se!

Dé  bouonne heuthe lé matin après eune tassée d’thée

J’ramasse la gazette et j’lié les décès;

Lé mein n’y’est pas, d’même j’dis « Dgieu merci »

Et j’mange deux beurrées d’ g’lée

Et pis j’vais m’ercouochi!

Scottish Poetry Selection
– I’m Fine Thank You

Here is poem which preaches the practical benefit of positive thinking as we grow old! I understand that the poem was written was written around 1953 by Constance O’Neon.

I’m Fine Thank You

There is nothing the matter with me
I’m as healthy as can be.
I have arthritis in both my knees
And when I talk, I talk with a wheeze,
My pulse is weak and my blood is thin,
But I’m awfully well for the shape I’m in.

Arch supports I have for my feet,
Or I wouldn’t be able to go on the street.
Sleep is denied me night after night,
But every morning I find I’m all right,
My memory is failing, my head’s in a spin
But I’m awfully well for the shape I’m in.

The moral is this – as my tale I unfold,
That for you and me who are growing old,
It’s better to say, « I’m fine » with a grin,
Than to let folks know the shape we’re in.

How do I know that my youth is all spent?
Well my ‘get up and go’ has got up and went.
But I don’t really mind when I think with a grin,
Of all the grand places ‘my get up’ has been.

Old age is golden, I’ve heard it said,
But sometimes I wonder as I get into bed,
With my ears in the drawer, my teeth in the cup,
My eyes on the table until I wake up.
Ere sleep overtakes me, I think to myself
Is there anything else I could lay on the shelf?

When I was young, my slippers were red;
I could kick my heels right over my head.
When I got older, my slippers were blue;
But still I could dance the whole night through.
But now I am old, my slippers are black;
I walk to the store and puff my way back.

I get up each day and dust off my wits,
And pick up the paper and read the ‘obits’.
If my name is still missing, I know I’m not dead –
So I have a good breakfast and go back to bed.

Return to the Index of Scottish Poetry Selection

Amelia Perchard 1 001

Amelia P. 2 001

Amelia P. 3 001

Editions Isoète, Cherbourg 1988 (épuisé depuis longtemps). Un ouvrage de basepour découvrir la littérature en normand de Jersey et Guernesey

Editions Isoète, Cherbourg 1988 (épuisé depuis longtemps). Un ouvrage de base pour découvrir la littérature en normand de Jersey et Guernesey

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Chansons, Concerts Magène, Jersey, Langues autres que normand, Vocabulaire

31. Nouveau répertoire du groupe Magène. Eune rose rouoge…

 Théo Capelle chante en concert de nouvelles chansons, telle Une Rose rouoge, un très beau poème de Marcel Dalarun mis en musique par Daniel Bourdelès.

Prochain concert : à Sotteville, ce vendredi 9 en soirée, portes ouvertes chez Ludovic Capelle (qui a pris la suite de Théo à la cidrerie située au Nord des Pieux – 50).

DSC09689

Eune rose rouoge
Eun gran de sé sus tes lèves
Eun amour dé qui que no rêve
Eune leune jâone qui se lève
Eun déhait qui s’aquève

 DSC06246

Eun rile câod dauns tes queveus
Eune mé verte et pis blleue
Eun regard qui mette héreus
Eun coquêne joraé de feu

DSC08665

Mais eune rose rouoge artrouselaée
Ch’est l’étaé de men matin
Mais eune rose rouoge graund effrâlaée
Ch’est l’évâo de men quemin

DSC09742

Eune béluette dauns tes uus
Eun annyi oû déju
Eun rire fo poursuusu
Eun âoteseit incounu

Théo à Montfiquet 24 dé juilet

Théo à Montfiquet 24 dé juilet

Eune freidure qu’arrive quitte
Eune caunchoun accoundite
Eun sourire qui s’alleume
Eun bounheu oû répreume

égllise de Tamerville - près de Valogneségllise de Tamerville – près de Valognes

Mais eune rose rouoge artrouselaée
Ch’est l’étaé de men matin
Mais eune rose rouoge graund effrâlaée
Ch’est l’évâo de men quemin

 DSC09751

 Une rose rouge

 Un grain de sel sur tes lèvres
Un amour dont on rêve
Une lune jaune qui se lève
Un souci qui prend fin

 Un souffle chaud dans tes cheveux
Une mer verte puis bleue
Un regard qui rend heureux
Un platane décoré de feu

 Mais une rose rouge aux pétales retroussés
C’est l’été de mon matin
Mais une rose rouge toute grande offerte
C’est l’envol de mon chemin

 Une étincelle dans tes yeux
Un aujourd’hui à son réveil
Un rire fou qui n’arrête pas
Quelque chose d’inconnu

 Une ambiance froide qui se termine
Une chanson que l’on accompagne
Un sourire qui s’illumine
Un bonheur qui arrive à l’improviste

 Mais une rose rouge aux pétales retroussés
C’est l’été de mon matin
Mais une rose rouge toute grande offerte
C’est l’envol de mon chemin

DSC09617DSC09618DSC09638

  

 

 

 

Le public a été enthousiasmé par l'humour de Théo à Montfiquet, petit village au bord de la forêt de Balleroy

Le public a été enthousiasmé par l’humour de Théo à Montfiquet, petit village au bord de la forêt de Balleroy

Michel et Françoise Le Bas

Michel et Françoise Le Bas

 

Autres concerts :

Carteret  21 août            
St Vaast  23 août            
St Germain/Sèves  25/8 

Merci à ceux qui m’envoient leurs réactions et des infos, tel :

    Ohi Àrnaldsòn : « avec les Amis du Donjon et le groupe de Prêchi il ne manque pas de locuteurs ! ce serait pas mal en effet de mettre sous chaque texte son audio ! plus on entend le normand sus la teile mieux c’est !

Veire ,  les langues régionales sont nos cousines j’ai pas mal de contacts avec plusieurs locuteurs de langues régionales d’Europe , les contacts sont une bonne chose pour voir où nous en sommes par rapport à eux et pourquoi et comment sont elles arrivesé à tel ou tel stade d’influence et d’importance, d’ailleurs une langue très proche de la notre : Le gallo se débrouille pas mal du tout , on le retrouve d’ailleurs sur le site de la Ville de Romillé en enregistrement sous la plupart des articles »

(à suivre…)

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Concerts Magène, Jersey, Langues autres que normand, Saisons

30. Nouvelles de Jersey, Oxford nos a bliodgi. Chanson, Je sis magnifique !

  Geraint Jennings me transmet un lien très intéressant qui permet de découvrir ce qui est fait pour la langue jèrriaise, grâce à un journaliste qui visite l’île :

Oxford Dictionaries bliogue: http://blog.oxforddictionaries.com/2013/08/jersey-shore/
extrait : ou cliquez directement sur le lien ci-dessus pour tout lire :

… « I looked at the bus ticket the driver had given me and saw:

Bouônjour à bord d’la beusse

It looked like French; or rather, it looked how French might look through a tropical haze. In fact, it was my first glimpse of real Jèrriais, the native language of Jersey – rich, colourful, and full of quirky (bizarres) phrases. I’m not sure if I ever worked out whether we were actually à l’êtrangi (abroad) or not; but I did learn this handy Monday-morning response to Comme est qu’ tu’es? (How are you?): J’sis coumme eune pouque mouoillie (I feel like a wet bag).

Séyiz les beinv’nus à Jérri!

Jèrriais is a distinct form of the old Norman spoken in nearby Normandy (the French mainland is just 14 miles away), which itself developed from Latin with a heavy sprinkling of Norse vocabulary. If you had pulled your baté (boat) ashore on one of Jèrri’s (Jersey’s) wide, golden, palm-fringed grèves (beaches) a century and a half ago as a native English speaker, you would have found yourself in a flourishing and linguistically distinct community where Jèrriais was spoken every day at home, at school, and in the workplace (just as Guernésiais was spoken on neighbouring Guernsey.) But as the twentieth century unfolded, the island’s native language began to gradually give way to Angliais, a process which was already well underway by the time a law was passed in 1912 to establish English as the language of education.

Unexpectedly, Jèrriais came into its own during the wartime occupation of the Channel Islands in 1940-1945, when locals used it to talk to each other without being understood by the Nazis. However, many native speakers were evacuated to Britain during this time, only to return five years later with Yorkshire accents and no desire to revert to their mother tongue. As Jersey’s economy began to grow rapidly in the post-war years thanks to increasingly strong business links with the English-speaking mainland, one particular side-effect of the new prosperity was somewhat inevitable: Jèrriais was becoming a minority language.

“A living language”

So from the mid-twentieth century onwards, local speakers began to be proactive about keeping the language alive, forming networks (such as the Société Jèrriaise) to promote Jèrriais through evening classes, radio broadcasts, and fêtes or Eisteddfods focusing on the common Norman linguistic and cultural heritage shared by Jersey, Guernsey, and mainland Normandy. “We want to keep it as a living language,” explain L’Office du Jèrriais (part of the governmental Dêpartément pouor l’Êducâtion, l’Sport et la Tchultuthe) who have embraced the Întèrnet (with a daily bliogue and lively twitter feed (@le_jerriais)), seeing it as an invaluable way of collating, showcasing, and updating the language: for example, text message abbreviations have been recently added to the online léçons.

However, history may regard the single most significant development in the revival of Jèrriais to be the successful move to start teaching the language at primary school back in 1998, which was so popular that plans have since been mooted to introduce a GCSE in the language.

Nevertheless, despite all these measures, there are au jour d’aniet (these days) still relatively few people who actively speak Jèrriais in addition to English (as there are believed to be no more monolingual speakers left). The number of current active speakers is estimated to be between 1.5% – 3% of the population, although more people are believed to be able to understand it.

Language… or dialect?

You may be wondering if Jèrriais really is a language in its own right, or “just” a dialect. In fact, there are no universally-agreed linguistic criteria for determining what distinguishes the two, and in practice, the factors are usually political: as the linguist Max Weinreich is believed to have said, “A language is a dialect with an army and a navy”. (…).

Author

Joanna Rubery

Joanna Rubery is an online editor at Oxford University Press who says, until next time, “À la préchaine!”

Hougue

séthie

Je sis magnifique !

(de Mme Amélia Perchard – Jèrri)

Refrain :

J’ sis magnifique, jé sis magnifique !

l’ n’y’a ryin d’ma auve ma santé

J’sis hardi bein, considéthant !

Man doue! J’sis magnifique, merci !

1er couplet :

J’ai des rhonmatisses dans mes g’nours,

Et la goutte dans man gros orté,

Man pouls est faibl’ye, et j’n’ai pas des dents,

Et j’ai des cors sus les deux pids,

Et lé  ma m’tracache tout l’temps.

Ch’est rare que j’dors lé  long des nyits.

2e couplet :

Nous ouait qu’ la vieillèche est doraée,

J’en douote quand je grîmpe dans man liet!

Quaund j’pose men ouïe dans le titheux,

Et pis mes dents dans le dgichon,

Men yi au pid du carillon !

Veire, y’a t-i âote chose qu’ j’i oublie ?

3e couplet :

J’me lève dé  bouonne heuthe lé matin                                                                                                  et amprès eune boune tâssée d’ thée

dauns la gazette et j’lié  les décès;

Lé  mein n’y’est pas,  j’dis « Dgieu merci »

Et j’mange deux beurré es d’gelée

Et pis du couop j’vas m’ercouochi!

Ce texte amusant sur le mode de « Madame la Marquise, tout va très bien ! … », de Jèrri, est chanté par Théo Capelle et ses musiciens (Jean-Louis Dalmont, Manuela Lecarpentier et Dany Pinel) et sera dans le prochain CD !

Deux camions destinés au nouveau programme de recyclage à Saint-Hélier ont reçu un décor en jersiais.
   Auve la lanch’chie du nouvieau progranme d’èrcycliéthie à Saint Hélyi, deux ouadgîns portent du Jèrriais.
Two new refuse trucks employ branding in Jèrriais for Saint Helier recycling scheme.

    contact de Geraint Jennings Offici assistant du Jèrriais :

L’Office du Jèrriais
Dêpartément pouor l’Êducâtion, l’Sport et la Tchultuthe
PO Box 142
JE4 8QJ
Jèrri
tél: +44 1534 449292
http://www.jerriais.org.je
Bliogue: http://officedujerriais.blogspot.com/
Twitter: @le_jerriais

Poster un commentaire

Classé dans Chansons, Concerts Magène, Jersey

23. Une noce en habits normands 1900 à Valognes samedi 20 juillet et des fiançailles dimanche au moulin de Marie Ravenel à Réthoville (Nord-Cotentin)

No dit cha tcheu nous mais qu’eune femme ma’iée a-z-eu eun petiot avaunt neu meis de ma’iage : « Ils ont fêté Pâques avant les Rameaux ! »

Ch’est dé demême ch’té semanne : le sammedi, neuche, et le dimmaunche accordailles !

http://moulinmarieravenel.fr/fiancailles-normandes-au-moulin-21-juillet-prochain/
1) sammedi ven-ous en tous veî le ma’iage d’aveu chent quatre-vingt invitaés achteu à Valouones (Valognes) : oû matin va yavaer du mounde dauns le bouorg ! Pis le cortège va s’en venin à treis heures d’arlevaée pa la Rue des Religieuses,… et pis les douoze carrioles coume ch’té’chin passerount pa les vuules rues pavaées du Moyen-Age yoù qui ya achteu le Pays d’Art et d’histoire du Cllos du Cotentin. Touos les bouones gens mougerount oû sei coume dauns le temps : eun « menu » de douoze pllats ! D’aveu La Loure qui les fera daunchi touote la nyit !!
Dauns eune maringote à Muriel Lefèvre du Vrétot, no veit Stéphane Henry, qui lâone (se promène) dauns la couor du câté de Bricbé (bricquebec) en mai dé 2007, ch'tait la graund faête des Rouaisouns (les rogations) d'accaunt les Jèrriais et Guernesiais, Câochoués,...

Dauns eune maringote à Muriel Lefèvre du Vrétot, no veit Stéphane Henry, qui lâone (se promène) dauns la couor du câté de Bricbé (bricquebec) en mai dé 2007, ch’tait la graund faête des Rouaisouns (les rogations) d’accaunt les Jèrriais et Guernesiais, Câochoués,…

Vous allaez veî des couéffes en dentelles du Bessin, d’o leus poués (noeud) à l »arryire. Ch’est paé les hâotes couéffes d’s annaées 1850 en Normaundie ! Ni inetout les hardes d’aveu de la belle couleu : nennin, dé depis 1870, la fâote à Napoléiuon III qui fit la guerre és Allemaunds et perdit l’Alsace et la Lorranne… No-z-était en deu !

Stéphane Henry a genci eune inté neuche à Bayeux en 2007 yoù qué je feus invitaé, d’aveu eun biâo costeume ! Guettaez !

Eune fème de Bayeux d'o sa bounette et sen bouohoume en bllâode, et pis mei d'accaunt eune jolie pétiote de Bricbé ! (en 2007)

Eune fème de Bayeux d’o sa bounette et sen bouohoume en bllâode, et pis mei d’accaunt eune jolie pétiote de Bricbé ! (en 2007)

V’là le papilloun qu’annouche le ma’iage à Valouones :

180 costeumes à la neuche ! Incréyablle ! à veî chu sammedi ! I fâot avaer eun biâo troussé de linge dauns sen ormouère !

180 costeumes à la neuche ! Incréyablle ! à veî chu sammedi ! I fâot avaer eun biâo troussé de linge dauns sen ormouère !

mariage Val 001

2) Et pis yéra les accordailles féchoun 1850 (d’aveu les belles couéffes à qui qu’érait la pus hâote !) le dimmaunche où moulin touot rechaumpi d’aveu eune couverture en gllu (un toit en chaume) à Réthoville.

Amoureux des reconstitutions ethnographiques, à ne pas manquer ! Yéra itou des jéeus chu dimmaunche, les quilles du Cotentin (association Tec-Nor) : j’y sis byin seu !

Ch’tait pas ryin  d’allaer en neuches âotefeis ! Cha se préparait byin en avaunche !

Ryin que pouor pairaer (arranger) la couéffe, les files appronnaient à faire la dentelle à la man, et pis fallait savi repassaer les couéffes à tuyaus !

La dentélyire  (extrait)

  Touote la forteune d’eune dentélyire…

Ch’est sen métyi, ch’est sen vuus rouet ;

Ch’est l’art charmaunt dé nous graund-mères,

Couoraez, couoraez, mes p’tits blloquets…

 

Dès le point du jour j’me sieus minse

Âo travâl sus men cabouret ;

Ch’est pouor garni lé hâot des qu’minses.

Couoraez, couoraez, mes p’tits blloquets…

 

Jusqu’oû jour faillaunt, fâot qu’cha trotte,

Pouor fini eun festoun coquet

Qu’ no posera dauns l’ bas d’eune tchulotte.

Couoraez, couoraez, mes p’tits blloquets…

 

Ch’est byintôt la neuche à Phrasie,

Fâot qué j’ li fèche eun biâo bouquet

Pouor qué sa bounette seit flleurie,

Couoraez, couoraez, mes p’tits blloquets…

(suite sus magene.com…).  Chu pouème de Joseph Mague feut mins en meusique par Donnié Bouordelés. Théo Capelle la chaunte reide byin en concert – coume le mercrédi 24 dé juilet à Mountfiquet oûpraès de Balerey (Montfiquet, Balleroy, entre Bayeux et Saint-Lô), et pis sus la bllaunche galette (CD) noumaée « La Dentélyire » justénèment.

Vuus métyis d’âotefeis

     Ce texte est un très beau témoignage de Pierre Guéroult sur sa mère, repasseuse de coiffes et de bonnettes à Pont-L’Abbé-Picauville, au centre du Cotentin – qu’on appelle le Bauptais.

     Le bonnettes très variées en Cotentin dans les années 1900 se portaient dès qu’une femme sortait de sa maison : cela ne se faisait pas d’aller même chez la voisine sans coiffe, « en cheveux » ! Elles ont fait suite aux grandes coiffes extravagantes que les femmes les plus riches portaient dans les années 1820 à 1860. Cependant en Cotentin, pays très conservateur et isolé, ces coiffes seront portées encore plus tard, le chemin de fer est-il une des causes de leur disparition ?

      De nombreux musées et groupes folkloriques ont heureusement conservé ces magnifiques éléments du patrimoine qui demandaient un travail incroyable, car les tissus étaient brodés et ornés de dentelles, parfois tuyautées. Chaque canton de Normandie avait ses modèles de coiffes…

       Seuls les mots très différents du français sont traduits (entre crochets) afin de ne pas alourdir le texte. L’orthographe est celle du Dictionnaire normand-français de J.-P. Bourdon et A.Cournée (Editions CILF PUF) en conservant quelques particularités de la prononciation de Pierre Guéroult tel le son ain.  

SONY DSC

 

 

Les bounettes à tuyâos

      « Assyis-tei lenreit men fisset, et  bouoge paé. Tyins, v’là eune pastile de jus que Madème Lucas – l’épicyire- m’a baillie pouor tei. Chuche-là… Fâot que je travâle tu sais byin, pouor gangni noute veie. J’i envie de t’acataer eune belle paires de galoches pouor c’t arryire, quaind t’iras à l’école ». Et, sus ma petite quaire en boués, eune pouopaée de chique dains mes bras, touot en chuchaint men jus [jus de réglisse] qui me neirchissait les babènes et les deigts, je guettais ma mère travailli. Cha m’amusait de la veî à s’n ouovrage de touos les jouors, c’t ouovrage qu’était noute gangne-pan et qu’ol aimait faire aveu taint de précaôtioun.

      Ol arpassait, ma mère, et dains touot le bouorg coume dains les c’meunes d’alentou, les gens disaient : « Cha qu’o fait est tréjouos byin fait ; no peut s’y fiaer et o prend paé chi. Faôrait allaer byin louen pouor en trouovaer ieune coume lli ! » Coume no dirait oû jouo d’annyi, ch’était eune “artiste”. Veire ! eune “artiste” à sa mannyire. Vos li ériaez dit cha, qu’o vous érait répounu : « Vous moquous de mei ? Je fais chenna qu’i faôt, et v’là touot ! « . Mais oû d’dains de lli, o savait byin qu’ol était quasiment la drényire à faire çu métyi-lo et ol en ‘tait fyirote sains en avaer l’air.

Modestie et courage…

       Ch’est pouortaint paé que cha lli rapportit grâos. O le faisait par besouen, byin seû ! (Faôt-i paé faire quique seit pouor vive ?), mais surtouot par pllaisi.

      Déeus sous la douozonne de moucheus de pouquette ; eun sou la queminze, treis sous les déeus s’i fallait empesaer la fale [le jabot].

      Pou les couèffes et les bounettes, treis sous pyiche ; ch’était pus chi mais cha demaindait byin du temps, surtouot pou les tuyâotaées.

      Yavait paé tréjouos de l’ouovrage, mais quaind venait le temps de Pâques, à la Mi-âot, à la Touossant, à Noué et oû Tchu de l’Ain, ol avait byin du ma à countentaer ses pratiques [ses clientes]. Et si ch’était eune neuche, eun baptême ou eune c’meunioun, i li fallait passaer byin des bouots de nyit à la lueu de sen grâsset [lampe à huile]. « Couoche-tei, qu’o me disait dains ches couops-là, ampraès souoper, je vas brodaer. Touorne-tei du caôtaé de la parei, et dors… T’otchupe-paé de cha que je fais ». Mais quaind ol ‘tait en pllonne ouovrage, je m’artouornais sains faire de brit et je la guettais faire. Poé byin loungtemps, car byintôt, mâogré mei, mes urs cllinquaient et je m’endormais en rêvaint de dentelles et de frainfreluches qui dainchaient alentou de mei coume les affutiâos de la Belle oû Boués Dormaint ou de Chendrilloun dains les countes de ma bouone amin, Mam’zelle Suzonne, la vuule maîtresse d’école, noute veisène.

      Ch’était tréjouos dé d’même. Et je l’i veu taint de couops ! Ch’est magène byin pouor cha que je m’en arsouovyins enco coume si ch’était d’hyir !

Mouchoirs, tabliers et châles…

Espozsitioun de dentelles et bounettes à Bricbé (2007) organisie pa Les Amins du Doujoun).

Espozsitioun de dentelles et bounettes à Bricbé (2007) organisie pa Les Amins du Doujoun).

      Oû mitaun de l’aire, sus la graind tablle, la teile à repassaer était pâosaée, sains faire eun plli ; ol ‘tait faite d’eun carraé de fllonnelle qu’était le restaint d’eune couoverteure de men ber dé quenâle. No-z-y-veyait les taques breunes des breuleures des fers trop câods. Sus la dreite, eune moque touote érainsaée [à l’anse cassée], touote ébréquie, était à mitaun pllonne d’empeis dains qui que trempait eune petite chique en mouosselène. A gâoche, eune mannyire de petit cri [trépied] pouor paôsaer les fers ; eun bâtoun de chire et dé d’quei pouor faire écllairi les fales des queminses et la dentelle du bas des cotillouns dé dessouos.

      Sus eun bainc, touote l’ouovrage à faire : des bounettes, des queminses d’houme et de fème en teile du pais, des moucheus de pouquette blleus, ôussi larges que des serviettes à décrachi, des moucheus de co, des devaintés gorge de pigeoun [tabliers], des châles en souée, des cotillouns bllaincs qu’avaient eun émuguet [une fente avec une poche] sus le câotaé et des dents dains le bas. « No dirait, ches dents-là, une guirlainde de Sant-Sacrement que no met souos les pyids de l’estateue de la Bouone Vyirge «  que je dis eun couop à ma mère.

      Dains l’âtre, en hivé, eun biâo feu de boués fllaimbait : les tisouns rouoges, *halaés sus le dévaint, câoffaient treis fers dréchis sus lus déryire. En étaé, i1 ‘taient pâosaés sus eun petit récâod yoù que breûlait du querboun de boués et de la querbounette que mouman m’enviait trachi dains eune pouque tcheu le vuus Pétit, le bouolaingi d’à côtaé de nous, qui me l’épuquait dains s’n étouffous : « Je te bâle 1a plus grâosse et la milleure pis que ch’est pouor arpassaer » qu’i me disait…

      Je veyais ma mère se croqui sus le feu et prenre d’aveuc eune chique dé lonne la pouengnie de fé qu’ol appréchait de sa joe pouor veî s’il ‘tait caôd coume i fâot, et pis o le frottait pou le décrachi sus eun bouessoun en drap qu’était sus le bord de la tablle et o c’menchait sen repassage.

Un travail minutieux…

     Les moucheus, enco eun miot mucres [humides –mot scandinave-], faisaient de la buaée oû dessus de la tablle. O les pliait déeus couops, treis couops, et quaind ch’était aguevaé, ol appiait des déeus mans sus sen fé pouor byin merqui les pllis et o les mettait par petits tas en disaint : « Cheus-chin, ch’est pouo Madème Radot. Cheus-1o, ch’est les syins à Guustène ».

     Pou les bounettes, cha allait mens vite. O passait le fé sus le found et par en dedains et no-z-érait dit qu’o dessinait des flleurs sus la teile à repassaer. Si ch’tait paé assaez raide, ol y remettait eun miot d’empeis d’aveu la chiquette en mousselène. Ampraès, o se servait d’eun drâole dé petit fé round et couort, qu’allait jusqu’és bords aroundis de la bounette ou de la coueffe. Mais touote c’t’ ouovrage-là, « ch’était dé d’quei de byin c’mode qu’o disait : le tuyautage, ch’est pus difficile ! »

     Quaind o se mettait à tuyâotaer ses bounettes, no-z-érait dit eune vraie cérémounîn. Dains l’arlevaée dé repassage, ch’était l’heure la pus émoutiounainte, coume qui dirait, pouor les gens d’Egllise, l’Elévation duraint la Graind-messe.

     Les fers à tuyâotaer, des mannyires de cisiâos rounds qui ne coppent paé, câoffaient dains l’âtre. O les *halait d’aveu précâotioun, les assuyait sus eune fuulle dé papyi qui neirchissait et breûlait parfeis. O les faisait touorniqui pou les arfreidi et pis, douochement, o les gllichait dains la dentelle de la bounette, eune brainque en dessus, eune brainque en dessouos ; sa man touornait le fé itou et no veyait se dréchi eun biâo tuyâo, et pis eun âote, toute eune raingie de tuyâos byin raides et de la même grâosseu. Sus sa man gâoche froumaée à hâoteu de ses urs, o pâosait la belle bounette en dentelle dé qui que les tuyâos faisaient, sus le dévaint, coume la couoronne d’ergent de la Renne des faées qu’était dains les images de men live de countes.

 Des princesses en blanc

Jeannine Bavay, Jean-Cllade Légi (Léger) et Marotène de Bllaunche Launde en 2007. Ol est pus là d'accaunt nous achteu, ch'est cha qu'est triste...

Jeannine Bavay, Jean-Cllaude Légi (Léger) et Marotène de Bllaunche Launde en 2007, qu’est pus ilo d’accaunt nous achteu, ch’est cha qu’est triste…

      Et touotes ches bounettes ajeustaées sus des supports en boués à taête rounde, yen avait touot alentou de la pyiche : sus les tablles, sus les baincs, sus les quaires, sus l’alcôve et jusqu’à sus la pus *hâote étagyire du vaisselli. La nyit, si je mé révillais, à côtaé de mouman qui rounfllait, ernaée pa s’n ouovrage, quaind i yavait eun miot de leune, je mé creyais dains eun châté *haintaé. Je veyais des milorennes et des chorchyires et des princesses en bllainc qu’avaient l’air de dainchi sains faire de brit dains la maisoun qui dormait. Parfeis eun drényi tisoun de querboun de boués évalinguait en pétaint des étinchelles devaint qué de s’étenre. Alors touotes les criyatures de men raêve s’écllairaient d’eune lueu rouogeâte d’enfé et je les veyais se caintaer sus mei. Byin vite, jé me muchais souos le drap en criaint : « Mouman! » et ma mère en se révillaint me disait : « As-tu finin de gipoutraer coume chenna ? Qui que t’a doun que tu dors paé ? » O s’est jammais avisaée, ma mère, coumbyin que je les aimais ses bounettes, byin qu’o me fassent poue, parfeis, la nyit. Mais o les aimait byin, li itou.

      Quaind les fèmes dé par tcheu nouos se mintent à portaer lus prémyis capiâos, cha la désolit. « Ne me prêchiz paé de cha, qu’o faisait. A qui qu’o ressembllent d’aveu lus pots de flleurs sus le coupé de la taête ? »

      Quaind la file és Duva, de la Sainseuryire se ma’yit, touotes les fèmes de la neuche étaient en capiâos. « Vey-ouos cha ! que faisait ma mère. Cha yen fait-i de l’esbroufe ! Cha  sait paé soument se couèffi coume touot le mounde dé par ichin. Qui qu’i se creient doun ? »

       Mais, ol ‘tait sus le su de noute porte quaind Jâoséphène, la prémyire des files à Louisot *Heurtévent, print Bouonot Vinchent, de la Graind Jannyire. « Qui belle neuche que cha fait ! qu’o disait és veisins. Av-ouos veu leus bounettes ? Ol ‘taient touotes en dentelle de fi d’aveu des gorgyires de souée… »[larges rubans noués].

     Et si persoune répounait, ol arpronnait : « J’en syis seûre, creyiz-mei, ch’est mei qui les i touotes arpassaées ! ! »

La Presse de la Manche, Août 1952

Bibliographie

Pierre Guéroult, Contes et récits. Ed. OCEP, Coutances, 1974.

Société Rossel, revue Le Boués-jaun (deux numéros sur les coiffes). Cherbourg.

Jeannine Bavay. Les coiffes de la Manche. Ed. Les Amis du Donjon, 12 €. Mairie 50260 Bricquebec.

Publications des Musées : en particulier celles de Martainville, Alençon, Bayeux, et de  La Glacerie près de Cherbourg.

     Ne manquez pas les costumes du musée du Vieux Granville… à voute leisi pa les quemins de la Normandie.         

et dauns le Trésor de la langue normaunde (Eurocibles, juillet 2013) : 

1) dictiounaire fraunceis-normaund (Amis du Donjon-Magène):      

fiançailles

accordailles n.m.pl.

menauntises n.m.pl. Fiançailles (vieux terme).

fiancé

bouon amin loc. bouone amin fém.

prétendu n.m. Futur.

promins n.m.

femme

famme n.f. ou fème n.f. « J’i retrouvaé eune fème. Pour seur, ol a déjà-z-eu déeus, treis bouonhoumes mais j’te le garauntis, ch’est eune bouone occasioun. » Gaspard Brey, Et l’histouère de Maurice ?

criyature n.f. « Nos criyatures ount touotes de belles mannyires. » Joséphine Eustace, Les gâs du bout de la Manche.

file n.f. Femme non mariée.

noce

neuche n.f. Yête de neuche.

noceur

mâque-tout n.m. ou mâquiard n.m. ou neuchous n.m.

  2)    Dict nor-fr UPNCoutançais                      

accordaer (s’) 

ve.pr. Faire faire son contrat de mariage.

accordâles 

n.f.pl. Fiançailles.

menauntises 

n.f.pl. Fiançailles.

marier

ve. Se marier. • ol a paé marié, elle ne s’est jamais mariée. • il a marié déeus coups, il s’est marié deux fois .• ol’tait mariée à Biâofis, elle était mariée avec Monsieur Beaufils. V. madiaer, prenre.

marieus 

n.m. Mari. • Par ichin, y’a paé byin de marieus pouor lyi (P.Guéroult)

A luure itou les romans : Lène, d’Aundré Smilly (in Les Treis Soeus – auto-édition épuisée) et Bouone et Bouonotte de Maurice Fichet (éd. Magène, 19 € port inclus).

  Rémi Pézeril

1 commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Bessin, Chansons, Cotentin, Dictionnaire Trésor de la Langue normande, Jersey, Livres en normand, Vocabulaire

22. La langue normande à Jersey

Vouos allaez sus magene.com byin seur, mais counaiss-ous le bllo à Geraint et ses amins jèrriais ? Nennin ? Ya dé dequei luure byintôt touos les jouors de la semanne, et ch’est paé enniaunt du tout !

 not’ bliogue : http://officedujerriais.blogspot.com/

V’chin cha qui ya annyi de nouvé pouo l’s images allaez sus le bllo jerriais :

Lé Quatorze dé Juilet

14 dé Juilet 2010 Saint Hélyi Jèrri aBouonne fête à nos anmîns Français!
Happy holiday to our French friends!

Tchiq’ jours a viagi en France

« Tchiq’ jours a viagi en France » par Pépin Bilo fut publié dans l' »Almanach de la Chronique de Jersey » 1914

…D’Cartheret, j’fillîmes dret sus Paris. Alphonse nos condîsit dans un Hôtel de tchi san frêthe ‘tait cook; et nou s’couochit en arrivant. L’lend’main au matin, après un p’tit dêjeuné, nos v’là touôs les quatr’ à s’proumné, en taxi, ov eune pan’née d’provisions sus nos g’nors, pour ne pon perdre de temps. D’viers quatr’heuthe, j’avaîmes tout veu ch’qui valait la peine, à ch’que nos dit Alphonse; les carrièthes à gravi, l’s’êgouts, la morgue, un chimtchièthe, et l’marchi à viaux, et nos r’véla à l’Hôtel: justement en temps pour payi not’ bille et prendre le train pour Nancy. Je viagîmes toute la niét, et coumme nous ‘tait un mio lassés, nou hôti d’san mus. Alphonse avait ieu soin d’apporté des sauchisses, du pain, et du vin qu’nou but à même le goulot.

Nancy est eunne grand ville ou-ès qui font d’la dentelle, d’la cotounnade, et d’la vaisselle: mais coumme le train pour Besançon sortait à daeux heuthes après dîné, j’eumes à nos dêpêchi.

(I viagent à byin des pllèches en Fraunce et ch’est reide gouleyaunt ! Les Fraunceis veus par eun Jèriais, cha vâot le jus ! Allaez sus ACOUO, encore, lisez plus…)

Acouo – Read more >

Posté par L’Office du Jèrriais à 08:391 commentaithes

Email ThisBlogThis!Share to TwitterShare to Facebook

 

1876: Le cat-huant

George Frebout Perrot

Le cat-huant

Le Cat-huant du Vier Marchi,
Affronté laidure,
Fache de papir mâchi,
Vilaine figure:
Espece de renonchi,
Espece de pot perchi,
La tristre aventure. Oh! la!
La tristre aventure.

Acouo – Read more >

Posté par L’Office du Jèrriais à 06:330 commentaithes

Email ThisBlogThis!Share to TwitterShare to Facebook

Friday, 12 July 2013

L’Île dé l’Âge dé Gliaiche – Ice Age Island

Jersey Ice Age Island archaeological project 2013 10J’avons un tas d’dêfoueurs en Jèrri pouor la saîson – mais ch’t’ année ch’n’est pon raîque des dêfoueurs dé patates – nan, j’atchilyons des dêfoueurs d’anciennetés. Ch’est en tchi un grand projet archéologique est en allant pouor l’êtude du paysage et d’s êqu’sîns des chasseurs paléolithiques en Jèrri d’y’a des milles ans. Nou sait bein qu’nou chassait d’s êléphants laineurs à la Cotte dé Saint Brélade, mais les r’chèrcheurs veulent identifier d’aut’s paysages où’est qu’les preunmié Jèrriais avaient chassé et d’meuthé. À chu temps-là Jèrri n’tait pon eune île et coumme dé raison bein des pliaiches otchupées par mêssieurs et mesdanmes d’l’Âge dé Gliaiche à l’entou d’Jèrri sont achteu, et chenna d’pis longtemps, înnondées par la mé. Mais par nos côtes, y’a des falaises et des banques et des creux où’est qu’il est d’mêtchi d’dêfoui.

Acouo – Read more >

L’Office du Jèrriais

L’Office du Jèrriais est l’office tchi fait la promotion d’la langue Jèrriaise. J’postons ichîn sus not’ bliogue d’s înfos entouor lé Jèrriais, l’s activités et tout chenna.

L’Office du Jèrriais is the office that promotes the Jersey language. Posts on this blog include updates on events in Jèrriais, Jersey’s own language.

http://www.jerriais.org.je

La bliogu’thie

Nos lians

des commentaithes et r’mèrques sont tréjous les beinv’nus  siez not’ bliogue : http://officedujerriais.blogspot.com/

I nouos en remountrent à touos, nos amins des Iles…

Nennin, Geraint fait paé le Touor de Fraunce, mais i part de Bricbé en vélo le lundi 27 dé mai pouor Sant-Mâlo et se racachi à Jèrri.

Nennin, Geraint fait paé le Touor de Fraunce, mais i part de Bricbé en vélo le lundi 27 dé mai pouor Sant-Mâlo et se racachi à Jèrri.

Et pis i gencent un livret touot en jèrriais quate coups par an. Abon-ous !

Fuule pouor s'abounaer

Fuule pouor s’abounaer

A chaque coup ya eun thème,  Les annimaux pou la Sant Jean 2013

A chaque coup ya eun thème, Les annimaux pou la Sant Jean 2013

Même image pour paé happaer ma dauns la canniole du co et avaer eun teurticolis !

Même image pour paé happaer ma dauns la canniole du co et avaer eun teurticolis !

Eune page des Nouvelles Chroniques du Don Balleine (ch'est le noum du gâs qu'a laissi des sous pou le jèrriais.

Eune page des Nouvelles Chroniques du Don Balleine (ch’est le noum du gâs qu’a laissi des sous pou le jèrriais.

Geraint Jennings à gaèche et l's âotes Badlabecques à la Faête és Normaunds à Quettehou. Byin d'âotes photos sus la faête à venin par pus tard. En tous cas merci à la Coumeune de Quettehou, à la Com. de Com., oû Counsél Généra de la Maunche et à l'Université Populaire Normaunde du Coutancais qu'ount byin aindyi à payi les frais de ch'té graunde faête ! R. P.

Geraint Jennings à gaèche et l’s âotes Badlabecques à la Faête és Normaunds à Quettehou. Byin d’âotes photos sus la faête à venin par pus tard. En tous cas merci à la Coumeune de Quettehou, à la Com. de Com., oû Counsél Généra de la Maunche et à l’Université Populaire Normaunde du Coutançais qu’ount byin aindyi à payi les frais de ch’té graunde faête !
R. P.

Cha va yête bé ch'est seur ! Ch'est touot pour annyi... !

Cha va yête bé ch’est seur !
Ch’est touot pour annyi… !

1 commentaire

Classé dans Jersey, Revues normandes