Archives de Tag: Valognes

63. Le vuus mâoroun / La vieille salamandre, scènette de François Enault

Journaliste, dessinateur, François Enault a peint des assiettes à partir de dialogues extraits de ses histouères…

DSC07026

Le vuus mâoroun / La vieille salamandre, scènette de François Enault

Les histouères de Pierre et Catherène Loustalot…

DSC09017

  Une salle de justice de paix, ichin ch’tait dehors ! Catherine Loustalot (sûre d’elle, en colère)
DSC09055
est assignée par Mélanie Pitou
DSC09034(qui semble résignée).

DSC09035

 

 

 

Le juge de paix, qui n’est pas de la région, saisit peu les nuances et le pittoresque du parler bas-normand.
DSC08999 DSC08962
Chaque canton avait un juge de paix pour régler les affaires locales…

Ce dialogue est facile à comprendre si vous parlez français !

  Merci byin à Stéphane Henry (Ch’est le gâs qu’a mins eun poués rouoge, vos allaez byin l’arcounaîte !) et merci itou à tous les bouones gens de qui que j’ai halaé lus portrait sauns lus demaundo si i voulaient byin !!

 

François Énault

(1869 – 1918), né à Varenguebec, près de La Haie-du-Pits /La Haye-du-Puits.

Ami de Beuve et comme lui fondateur du Bouès-Jan » (maintenant « Boués-Jaun »), il écrit au moment où la littérature comique en patois n’est pas toujours de bon aloi des contes délicieux de malice et de pénétration psychologique… que l’Almanach de la Manche reprend chaque année.
Les personnages (Mélanie Pitou, Catherine et Pierre Loustalot…) se prêtent facilement à la mise en scène théâtrale. Les dialogues sont faciles à mémoriser.
Peu de vocabulaire normand très particulier : ingamo : intelligence, bon sens ; balaindyire : menteuse, fabulatrice ; orvet : lézard ; et mâoroun : salamandre (animal protégé…).
L’orthographe a été unifiée.
Décor : un bureau et 2 chaises pour le juge de paix et le greffier + un dictionnaire. Costumes simples de 1900, ou d’aujourd’hui !

DSC09106

 

 

Le vuus mâoroun

 DSC09270

Le juge de paix : – Eh bien mes bonnes femmes, tâchez de me conter clairement les faits de la cause!… Mélanie Pitou, vous êtes la plaignante !… De quoi vous plaignez-vous ?…
Mélanin (dolente) : – Je m’ pllans, Moussieu le juge dé paix, que Catherène m’a crucifiaée d’injures et de sottises dé d’pis qu’ol a perdeu sen procès d’avé nous !…
Le juge de paix (intéressé) : – Alors ce serait de la vengeance ?…
Catherène (indignée) : – Ne l’écoutaez pé, Moussieu le juge dé paix, …n’ l’ écoutaez pé ! Ch’est eune criyature qui vous embuure des menteries jusqu’à démountaer l’ingamo des syins qui la counaissent pé !…
Byin seur, ch'est des photos prinses à Valouones oû meis de juilet dé 2013 ! (Veî l's articlles des meis passaés...)

Byin seur, ch’est des photos prinses à Valouones oû meis de juilet dé 2013 ! (Veî l’s articlles des meis passaés…)

Le juge de paix (dérouté) : – Hein ? quoi… Qu’est-ce qu’elle démonte ?… l’ingamo ?…
Catherène (enhardie) : – Veire, Moussieu le juge dé paix, les discouors de c’té balaundyire-là feraient batte des caillous et s’capuchi les murâles !… Ch’est le diablle en persoune qui lyi a copaé le filet et les vipères ount mens de pouésoun qu’ol a de salive !…
Et si ch’est triste pour nous d’avei eune parèle veisène, vos devaez byin le coumprende !…
Le juge de paix (avec conviction) : – Je ne comprends rien du tout !… Voyons, la plaignante, dites-nous votre affaire…
Mélanin (résignée) : – Moussieu le juge dé paix, jé me pllans tout bouonement qué Catherène m’ait traitaée… Coume o m’a traitaée l’âote jou que j’abreuvais mes vaques !… Et coume o me traite touos les jouors !… O passera janmais à côtaé de mei sains me lâqui eune injeure !…
Catherène (protestant) : – J’i étaé byin élevaée, ma file, et l’s injeures mé coûotent trop à la goule pour qué je t’en dise !…
Le juge de paix (perdu) : – Silence, vous la femme qui parlez toujours ! Quand je vous donnerai la parole, vous vous expliquerez !…
Catherène (fière, s’adresse au public) : – Je veis byin achteure coume cha va touornaer !… Si no peut paé s’esplliqui, ch’était byin inutile dé me faire venin !…
Le juge de paix (autoritaire) : – Silence ! ! … Voyons, femme Pitou, vous avez été injuriée ?

DSC09162

Mélanin (réconfortée) : – Veire, Moussieu le juge dé paix, presque touos les jouors. O peut paé prêchi de mei sains me mette pus bas que terre, et pus neire qué le tchu de la marmite !…
O ramasse touot ce qu’o peut trouvaer pour mé le jétaer pa la tête.
Le juge de paix (perdu) : – Hein ! Elle vous a jeté la tête par le cul de sa marmite ?…
Catherène (avec énergie) : – Janmais, janmais, janmais, du graind janmais j’i fait chenna, mei !!
Mélanin (rectifiant) : – Noun, Moussieu le juge, o m’a janmais jetaé à la taête qué d’s injures…
Le juge de paix (décontenancé) : – Quelles injures ?
Mélanin (qui s’intimide) : – De byin vilannes, moussieu !
Le juge de paix (pressant) : – Eh bien précisez-les !

Catherène (goguenarde) : – O s’en souovyint pé ! …
Le juge de paix (en colère) : – Tonnerre, pour nous fixer, je vous ordonne de la dire, celle-là !…
Mélanin (confuse) : – Eh byin, moussieu le juge de paix, dédpis qu’ j’i gangni men procès counte lyi, c’té fème-lo peut pé m’guetti ni passaer à côtaé de mei sains m’dire : « Sacraé vuus mâoroun !… »
Le juge de paix (ahuri) : – « Sacré vieux mauron », c’est une injure ça ?…
DSC09220
Catherène (vivement) : – Ch’est eun mot que no dit coume chenna, Moussieu l’juge de paix !… sains peinsaer à ma … Vuus mâoroun… Vuus mâoroun…
Le juge de paix (noyé) : – J’entends bien !… Mais, qu’est-ce que c’est qu’un mauron ?
Mélanin : – Ch’est eun mâoroun, Moussieu le juge !
Le juge de paix (cherchant) : – Mauron ?…
Catherène (anxieuse) : – Oui, Moussieu, eun mâoroun…

Le juge de paix (content) : – J’y suis ! !… Du mauron, ce n’est pas une injure, ça !…
Mélanin (acerbe) : – Ch’est eune vilanne injure pouor eune fème de m’n âge, Moussieu le juge !
Le juge de paix (conciliant) : – Mais non, voyons, du mauron pour les petits oiseaux, c’est une plante, une plante utile même, mais ce n’est pas une injure.
Mélanin (têtue) : – Pardounaez-mei, Moussieu le juge de paix, eun vuus mâoroun cha n’sé bâle pé à mouégi és p’tits ouésiâos ! … Les poules oseraient pé y touqui…
Le juge de paix (noyé) : – Mais, alors, ce n’est pas du mauron ?…
Mélanin (embarrassée) : – Non, Moussieu le juge, cha n’est pé du mouron, ch’est eun mâoroun.

DSC09213

Le juge de paix (tout à fait perdu) : – Mauron qui n’est pas du mauron, mais c’est un mauron ?!… Sapristi, un peu de clair là-dedans. Voyons, qu’est-ce qu’un mauron ?…
Mélanin (décontenancée) : – Ch’est d’quei, Moussieu le juge de paix, ch’est d’quei que no-z-appelle eun mâoroun !
Le juge de paix (patient) : – Est-ce un animal ?
Mélanin et Catherène (avec conviction) : – Non, Moussieu le juge de paix.
Le juge de paix (ahuri) : – Comment, ce n’est pas une bête ?,…
Mélanin et Catherène (avec ensemble) : – Mais si, Moussieu, ch’est eune baête !!
Le juge de pax (furieux) : – Tonnerre de tonnerre ! Ne vous moquez pas de moi, mes bonnes femmes ! Vous me dites que ce n’est pas un animal, mais que c’est une bête ! Ne faites pas la bête pour vous payer ma tête, sapristi, car je vous salerais !…

DSC09120

Mélanin (pleurnichant) : – J’vos jure, Moussieu, que c’té fème-là m’a traitaée de vuus mâoroun et qu’eun mâoroun, ch’est eune vilanne baête à couortes pattes…
Le juge de paix (s’amusant) : – … Eh ! ! Vous êtes hautes de jambes, vous !…
Mélanin (persuasive) : – Eune vilanne baête neire,… Taquie de jaène !
Le juge de paix (moqueur) : – Pourtant, vous n’êtes ni négresse,… Ni jaune !
Catherène (qui se moque) : – Cha ya eune petite taête qu’a pé d’orelles, les deigts sains ounglles, eune bave pouésouneuse par touot l’corps et eune coue loungue coume eun orvet !
Le juge de paix (submergé) : – Bon sang de bon sang, à quoi ça ressemble-t-il ? Et quelle bête ça peut bien être ?
Mélanin (naïvement) : – Ch’est eun mâoroun, Moussieu le juge de paix !
Le greffier (joyeusement) : – … Dénommé « salamandre » dans le dictionnaire de l’Académie !…
Eun mâoroun annyi dauns men gardin ! Il aime byin mais qu'i plleut, il 'tait byin muchi... !

Eun mâoroun annyi dauns men gardin ! Il aime byin mais qu’i plleut, il ‘tait byin muchi… !

Le juge de paix (goguenard) : – Ah bien, enfin, la justice est éclairée…
Je condamne la femme Loustalot à un franc d’amende pour avoir, en mauvaise part, traité sa voisine de vieille salamandre !…
Catherène (stupéfaite) : – Mei ! mei ! J’n’i janmais dit chenna !

DSC01848

 

 

Mélanin (mécontente) : – De l’amende !… Mais j’i pé d’doumages-intérêts ?…

DSC09232

Catherène et Mélanin (se retirant penaudes) : – Ya pus d’justice !
… Sapraès Vuus Mâoroun de juge de paix, va !…
Catherène et Pierre Loustalot...

Catherène et Pierre Loustalot…

DSC09314
*****

Bouais-Jan, janvier 1899.
Extrait de « Les propos de Jean Frinot »
P. Bellée éditeur, Coutances, 1948.

Yavait byin des veisènes pouor veî qui qu'allait avaer le ga, De Mélanin ou byin dé Catherène ! Cha va faire prêchi dauns la hammé, ch't affaire-lo !!!

Yavait byin des veisènes pouor veî qui qu’allait avaer le ga, De Mélanin ou byin dé Catherène ! Cha va faire prêchi dauns la hammé, ch’t affaire-lo !!!

Pour en savoir plus :

http://magene.com/enault.html/

Les qu devant i ou yin se prononcent tch dans la région du Centre-Cotentin où habitait François Enault.
Les h d’origine germanique sont très expirés (= r)
Guère = « djère »
Les verbes en aer se prononcent a ou bien o ou bien er comme en français, Enault écrit er, mais il écrit qu’il ne veut pas dérouter les lecteurs.
j’vyins : Enault change de graphie dans le même texte, cela montre son hésitation et la difficulté de rendre simplement ce son i nasalisé.
Tchyin : ou quyin, il est facile de s’habituer à écrire ce son y-i-n qui permet de dire in ou i avec toutes les nuances locales intermédiaires. On peut souligner le qu.
pé et bi de l’auteur ont été conservés (paé et byin permettent plusieurs prononciations)
graindes, dains : prononciation Centre Cotentin (graundes, dauns en graphie unifiée)
qu’ li répounit : les e muets n’ont pas tous été mis en place des apostrophes (que li se dit qu’li = que lui en fr.) ;(en principe seuls les é ne sont pas muets, mais dans un dialogue, pourquoi pas conserver l’)
un r inhabituel a été conservé à leur et trachir : Pitou s’en feut por trachir des carottes…. = chercher

Moussieu le Maire de Valouones (en vrai, ch'est li !)

Moussieu le Maire de Valouones (en vrai, ch’est li !)

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Cotentin, Faête és Normaunds, Livres en normand, Revues normandes, Vocabulaire

52 La Guerre 1914. Alfred Noel, Joseph Mague. Expo à la médiathèque de Ste-Mère-Eglise

La Guerre 1914 : chansons en normand et exposition.

Alfred Noël a écrit plusieurs chansons publiées par la revue Val’Auna.A Noel aleluia 001

No péeut veî eun ballon dirigeablle sus le tablleau.

No péeut veî eun ballon dirigeablle sus le tablleau.

Alleluia 2 001

Joseph Mague.

(orthographe de l’auteur)

Dans la grand’ casern’ quand tu s’ras là-bas,

Je sieus raid’ sur, man fi, qu’ souvent t’arpens’ras

A ta vieul’ moman qu’a-z-eu tant d’minsère

A vous él’ver, tai, tes sœux et tes frères.

Écris-mai deux mots,  l’ sei quand l’ennu prend,

Cha décherge el’ cœur  d’écrire à ses gens.

   Chanson formidable que Joseph Mague écrit vers 1912 juste avant la guerre 14 – 18 qui va bientôt commencer. Déjà le service militaire obligatoire avait été fixé à trois ans…

Saint-Mihié, ch’est bi loin, nos est pas bi riche,

Si faut débourser, tan pèr’ fait la griche ;

Quiens, v’là deux pistol’, much’  les  man p’tit gars ;

Si t’es dans  queuqu’ mais  passé capora

D’mande eun’ permission à tan capitaine,

Pour v’ni fair’ vai  tes biaux galons d’ laine.

   Cette chanson fait suite à une veine de contes et de chansons de soldats qui a plusieurs siècles, de Louis 14 à Napoléon. La mère du soldat sait les risques de ne pas revoir son fils mais elle pleure en silence et se montre forte :

Sais terjous soumis, propre et couraigeux,

Fais leu vai c’ que ch est qu’les Normands d’ileu !

Prends gard’ d’avai fraid, n’ fais pas d’z’imprudences,

Et n’ fréquent’ pas trop l’café ni la danse.

Do ta bonn’ amie l’ sei, au coin du feu

Pour le p’tit soldat, no priera le Bouon Guieu.

14 Le départ du conscrit tbre bn

La vie est comm’ cha, no s’artrouv’, no s’quitte,

Mais, vais-tu, trouais ans cha pass’ co bi vite

Quand tu r’viendras cha s’ra pour longtemps,

Ta p’tite Armandeine aura prins vingt ans,

Faudra vous marier, vous bailli nout’ ferme ;

A ta neuch’, garçons ! no s’amus’ra ferme….

Non, tu n’ veux pès rire en quittant tan pais,

T’aurais plutôt l’cœur à pieurer, est-ch’ pès ?

Les gens qui no guett , faut pas qu’ej’ pleuriomes

Allons, man petiot, fais vai qu’ t’es un homme

Devant  qu’ed’  monter  dans c’mâodit tramway

Ah !  dis  mai  boujou, boujou  cor  eun’  fais !

 

CD  Angelina  pl. 11  Le départ du Conscrit de Joseph Mague  2’ 56

Expo à la médiathèque de Ste-Mère-Eglise…

Expo 14 44 18h15 bon 001couv VDD 79 001

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Bessin, Chansons, Cotentin, Revues normandes

32. Mariage à Valognes du fils de Bouone avec une Valognaise : biâocoup de photos et de mots normaunds !

 Martin va épouser Marguerite. Deux cultures différentes… Le roman de Maurice Fichet est l’occasion de voir le mariage reconstitué par Stéphane Henry le 20 juillet 2013 : des photos, des photos !

Prochain billet après le 27 août : thème, les Normands en Sicile, rapport que j’vas alli dire boujou és cousins de Sicile ! Et pis profitaez-en pouor allo oû musée d’Hauteville-la-Guichard, paé byin louen de Coutaunches : ch’est d’ilo que sount partis les Normaunds és crouésades et i fûtent les roués de l’Italie du Su oû XIè et XIIè syiclle ! Et i laissîtent byin des mots dauns la laungue des Sichilians d’achteu !!! Merci byin de faire counaîte chu bllo « langue normande » ! Merci byin de suure chu bllo ! Ch’est paé finin ! D’aveu le boujou de Rémin Pézeri de Palerme à Syracuse !

Chapitre V

1.   Martin feut noumaé maîte d’école à Mountaigu, à la petite école és garçouns et sa criyature, Marguerite à la petite école és files. I quemenchîtent le prémyi d’octobe 1890.

   Martin et Marguerite se hauntaient dé depis eune bouone pâose ; dé depis qu’il avaient ’taé és écoles, i s’avaient amouorêtis. Leus gens eûtent paé graund dé dequei dire : chenna, cha pllaisait brin à Bouone. Qui qu’il avait dauns la taête sen Martin ? S’n allaer prenre eune criyature de Valouène, eune villouèse que no counaissait brin ! Des files qui l’éraient byin voulu, yen avait byin dyis à Mountaigu, et des joulies pétiotes en pus.

   Ses gens, ch’était paé des tchu-terrous, i tenaient coumerce de teile, de vrou, de couti, de drap, de droguet sus la graund pllèche. Il avaient du byin mahène. Le jou du marchi, leus boutique désempllissait paé, il avaient de la pratique.

      Martin fut nommé instituteur à Montaigu, à l’école des garçons, et sa femme Marguerite à l’école des filles. Ils débutèrent le premier octobre 1890.

   Martin et Marguerite se fréquentaient depuis un bon moment ; depuis qu’ils étaient à l’école supérieure, ils étaient tombés amoureux. Leurs parents n’eurent pas grand-chose à dire : cela, ça ne plaisait guère à Bonne. Qu’avait-il dans la tête son Martin ? Se marier avec une fille de Valognes, une fille de la ville que l’on ne connaissait pas ! Des filles qui auraient bien voulu se marier avec lui, il y en avait au moins dix à Montaigu et des jolies filles en plus.

   Ses parents n’étaient pas cultivateurs, ils tenaient commerce de toile, de velours, de coutil, de drap, de droguet sur la place principale, ils avaient du bien sans doute. Le jour du marché, leur boutique était toujours pleine, ils avaient une bonne clientèle.

Ch. V 2.          Marguerite, ch’était eune bouorquaise, ol ’tait byin rencountraée, yavait ryin à dire, seument o prêchait paé le patoués !

    Ch’était eun reide joulie criyature, tréjous prope sus lyi coume eune petite carderounette même dauns ses hardes à tréjous allaer. Ch’est paé lyi qu’érait-z-eu des câoches qu’éraient triboulaé, o trépaient paé, yavait paé de souen. Ol ’tait tréjous byin minse, mais paé coume les files de Mountaigu joraées d’aveu eun canezou et eun cotilloun de droguet. Ol ’tait paé inetou des heures de temps devaunt sen mireus à se tiponnaer, à s’abaumi, à s’effrinaer de la flleu sus le musé, à s’affûtaer, nennin, no pouvait paé li artiraer cha. Et pis, ol avait paé de bounette de fi, o se pouésait eun ribaun dauns les queveurs. Bouone était dauns l’indécis !

    Martin était pinchi et sa vuule bouone fème de mère était minse oû récart : élevaez des petits quyins pouor vous morde !

    Il ’taient touos déeus oû coumpte de l’État ; cha, ch’était reide byin : tréjous abriaés, i grégeoleraient paé l’hivé, i seraient paé ernaés oû sei leus jouornaée faite en ratterrissaunt tcheu yeus.

    Et pis, yeut les ménauntises : ryin à erprochi, no feut reide byin archeus, no feut byin soupaés, byin abreuvaés et les belles-gens à Martin étaient de sociétaé. Martin mint eun teur oû deigt à Marguerite. No prêchit de ryin rapport que les éfaunts avaient fait leus arraungements.DSC08884

    Quiques temps ampraès, i feûtent affichis et passîtent souos la perque. Bouone, pouor accoundire sen fisset, avait mins tout dessus, sa bachelique et sa hauntonne, ol avait acataé eune bounette de fi et des soulyis à bas quartyis. Touène, oû matin, quaund qu’ol avait mountaé dauns la quérette, li avait dit :

   —  Ch’est-i tei qui t’armaddies ? T’es pus joulie que ta brun ! Je m’en vas prenre du revi.

   Marguerite, c’était une fille de la ville, elle avait une jolie dot, il n’y avait rien à dire, mais elle ne parlait pas le patois !

    C’était une très jolie fille, toujours pimpante comme un petit chardonneret même dans ses habits courants. Ce n’est pas elle qui aurait eu des bas qui auraient fait des plis, ils ne tirebouchonnaient pas, il n’y avait pas de danger. Elle était toujours bien habillée, mais pas comme les filles de Montaigu vêtues d’un corsage et d’une jupe de droguet. Elle ne passait pas des heures devant sa glace à se pomponner, à se passer de la pommade, à se poudrer le visage, à s’arranger, non, on ne pouvait pas dire le contraire. Et puis elle n’avait pas de coiffe de fil, elle se nouait un ruban dans les cheveux. Bonne ne savait que penser !

    Martin était amoureux et sa vieille femme de mère était maintenue à l’écart : élevez des petits chiens, ils vous mordront plus tard, les enfants ne sont pas reconnaissants !

    Ils étaient tous les deux fonctionnaires ; ça, c’était très bien : toujours à l’abri, ils n’auraient pas froid l’hiver et ne seraient pas exténués le soir en rentrant chez eux une fois leur journée terminée.

   Et puis, il y eut les fiançailles : rien à dire, on fut très bien reçus, on mangea bien, on but de même et les beaux-parents de Martin étaient de bonne compagnie. Martin passa une bague au doigt de Marguerite. On ne parla de rien car les enfants avaient pris leurs dispositions.

    Un moment après, les bans furent publiés et ils se marièrent. Bonne, pour conduire son fils, avait revêtu ses plus beaux atours, son grand châle en pointe et sa robe noire de noce. Elle avait acheté une coiffe de fil et des souliers bas. Antoine, le matin, quand elle était montée dans la charrette, lui avait dit : 

    —  C’est toi que te remaries ? T’es plus jolie que ta bru ! Je vais retrouver de l’énergie ! 

Ch. V 3.     —  Graund sot la baête, qu’o rébectounit en rouogissaunt de pllaisi et en li faisaunt eun min sus la joe, je vourais byin m’armaddiaer, seument cha sera à la quaund Noué rapport que t’as paé enco-z-eu la morte ! J’allouns-t-i paé décanilli ? Et tei, Jacques, tâche de paé yête counfoundeu yord et nous fait paé hounte ! »

DSC08776

   Sen Touène était surbé itou mais ch’était ryin  à côtaé du père à Marguerite d’aveu sen biâo juilet et sen capé à mouégi de la chai.

DSC08899

DSC08856

   Cha feut eune belle messe, l’égllise était hâot plenne, les graundes orgues, les cauntiques, le praête qui prêchit reide byin, les quoeurets en rouoge : Bouone érait muus aimaé yête à Mountaigu !

L'égllise dé Valouones

L’égllise dé Valouones

DSC08888

    Médi se trouit, no s’en feut dauns eune âoberge, yavait eune sapraée tabllie : no-z-était pus de chinquaunte et des gens touos en toilette.

DSC08928DSC08930DSC08931DSC08933DSC08934DSC08937DSC08938DSC08942 DSC08947DSC08949 DSC08950DSC08951DSC08954DSC08956

Coume dauns toutes les neuches, no-z-eut de la soupe oû boeu, du boeu bouilli, du gigot d’angné, de la légueume, de la teurgoule et de la galette oû buure. No feut byin abreuvaés, yeut du beire bôchi, du vin et le café és treis couleurs. No-z-était guédaés et byin d’s euns avaient la mène qui leus mountait.

DSC08959 DSC08962 DSC08977DSC08985 DSC08986

   Ampraès chenna, eun bouonhoume vint halaer les neuchous en pourtrait, ch’était le prémyi coup que no veyait cha à Valouène.

ph noce pr m 001

Photos La Presse de la Manche du dimanche 21 juillet (2013 !)

Photos La Presse de la Manche du dimanche 21 juillet (2013 !)

   Les jannes daunchîtent

DSC09124

Les musiciens de La Loure ount fait daunchi les bouones gens sus la pllèche de la mair'rie de Valouones

Les musiciens de La Loure ount fait daunchi les bouones gens sus la pllèche de la mair’rie de Valouones

Vivent les jannes maddiés !!!

Vivent les jannes maddiés !!!

DSC09326 DSC09327

et no se r’mint à mouégi sus les neuve heures de sei : bouilloun, laungue de boeu, et dé dequei  que nous counaissait brin : des bouchies à la renne, ch’était à lique-deigts ! Du poulet rôti, de la légueume et des gâtiâos de Savouée l’s euns sus l’s âotes d’aveu déeus poupiches en hâot —  ch’était Martin et Marguerite -, des gâtiâos sés et des cherises ! Le beire, le vin bllaunc, le café, no-z-en était ergouêmes ! Touène, qu’avait pouortaunt eune goule en papine, lâqui le prémyi boutoun de sa tchulotte.

   Toute la tabllie s’éjouit, pusurs se mîntent à chaunter, eun mord en riaunt countit quiques histouères eun miot hardies et cha feut des riries tout alentou de la tablle.

 — Grand sot répliqua-t-elle en rougissant de plaisir et en lui donnant un baiser sur la joue, je voudrais bien me remarier, mais ça sera aux Calendes grecques puisque tu n’es pas encore mort ! N’allons-nous pas trépasser ? Et toi, Jacques, tâche de ne pas te salir et ne nous fait pas honte ! 

    Son Antoine était très beau aussi mais ce n’était rien à côté du père de Marguerite qui avait un beau gilet et un chapeau de repas d’affaires.

   Il y eut une belle messe, l’église était pleine, les orgues, les cantiques, le curé qui fit un beau sermon, les enfants de chœur en rouge : Bonne aurait préféré être à Montaigu.

   Midi arriva, on alla manger au restaurant, il y avait une sacrée tablée : il y avait plus de cinquante invités, des gens tous vêtus de beaux habits. Comme à tous les repas de mariage, il y eut de la soupe à la graisse, du pot-au-feu, du gigot d’agneau, des légumes, du riz-au-lait à la cannelle et de la brioche au beurre. On but en suffisance : du cidre bouché, du vin et le café aux trois couleurs. On était rassasiés et certains avaient les joues de plus en plus rouges.

   Après cela, un homme vint photographier les invités, c’était la première fois que l’on voyait cela à Valognes.

   Les jeunes dansèrent et l’on se remit à manger vers neuf heures du soir : bouillon, langue de bœuf et quelque chose que l’on ne connaissait pas : des bouchées à la reine, c’était à s’en lécher les doigts ! Du poulet rôti, des légumes, des gâteaux de Savoie les uns sur les autres avec deux poupées au sommet —  c’était Martin et Marguerite -, des gâteaux secs et des cerises ! Le cidre bouché, le vin blanc, le café, on était repus ! Antoine, qui pourtant avait bon appétit, fit sauter le premier bouton de son pantalon.

   Toute la tablée s’amusa, plusieurs chantèrent, un pince-sans-rire raconta quelques histoires un peu osées et tout le monde éclata de rire.

Ch. V 4.      Les couoche-brun et leus cavalyis, suusus pa l’s âotes se mîntent à daunchi, il ’tait quâsiment quatre heures quaund que Martin crochit sa criyature pas le bras et qu’i s’n allîtent se couchi.

   No halit paé le guéretyi à la brun et yeut paé la trempette des maddiaés ; il allîtent paé remessaer et yeut paé de reneuchouns inetou. Ah ! Si no-z-avait ’taé à Mountaigu…

   Veire, Bouone était dauns l’indécis, sen fisset allait-i devenin eun bouorgeoués achteu-maisi qu’i hauntait les villotins et les gens de la hâote, des gens byin plléchis et ergentus ? Guettrait-i enco ses gens ? No dit tréjous de quiqu’eun que quaund no li graisse ses soulyis, no les brûle. Et leus éfaunts, érount-i hounte de leus graunds ? Tout chenna la jigulait, li toupinait dauns la taête, ol en n’tait mouormâode. Ol en avait paé prêchi à Touène, ch’était brin la penne, i veyait jammais quaund cha s’n allait du côtaé de t’empire. Bah ! Cha sert de ryin de se mouégi la couraée.

Les demoiselles d’honneur et leur cavalier se mirent à danser suivis par les autres. Il était presque quatre heures quand Martin prit le bras de sa femme et qu’ils s’en furent se coucher.

   On ne tira pas la jarretière de la mariée et on ne leur porta pas la rôtie ; les nouveaux mariés ne furent pas à la messe d’action de grâce et il n’y eut pas de lendemain de noce non plus. Ah ! Si cela s’était passé à Montaigu…

   Oui, Bonne ne savait que penser, son fils allait-il devenir un citadin à présent qu’il fréquentait les gens de la ville et les gens de la haute société, des gens bien placés et riches ? Regarderait-il encore ses parents ? On dit toujours de quelqu’un que, lorsqu’on lui graisse ses souliers, on les lui brûle — quand on fait du bien à quelqu’un, il ne vous en sait pas de gré… Et leurs enfants, auront-ils honte de leurs grands-parents ? Tout cela la tourmentait, lui tournait dans la tête, elle en était toute triste, toute mélancolique. Elle n’en avait pas parlé à Antoine, ce n’était pas la peine, il ne voyait jamais quand les choses s’en allaient du mauvais côté. Bah ! Cela ne sert à rien de se ronger les sangs.

(à suivre la reconstitution de la cérémonie devant le maire de Valognes et le notaire…)

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Cotentin, Livres en normand, Vocabulaire

27. Maurice Fichet, la vie à la ferme, la foire et la louerie (3è extrait). Photos : Valognes, juillet 2013

Maurice Fichet

Bouone et Bouonotte

Bonne et Bonnotte

Histoire d’une famille au XIXe s. en Val-de-Saire

Roman bilingue : français page gauche et normand page droite

      Maurice Fichet est comme Obélix : il est tombé dans la potion magique…  de la langue de ses grands-parents.

      Tout jeune, il a vécu avec eux à Réville (et dans le phare de Gatteville pendant les vacances), c’est le thème de son premier livre ‘‘Mes gens’’ (épuisé, réédition prévue).

Puis les rôles se sont inversés avec ‘‘Cllémence, le vilan à pépère !’’ (presque épuisé).

      La vie de Bouone est à peine romancée, l’auteur décrit mariages et travaux agricoles avec la précision d’un ethnographe et un vocabulaire savoureux…

Photos de couverture du libre Bouone et Bouonotte. Femme du Val-de-Saire, Editions Le Goubey et Clémence Lebrun, petite-fille de Maurice.

Photos de couverture du livre Bouone et Bouonotte.
Femme du Val-de-Saire, Editions Le Goubey et Clémence Lebrun, petite-fille de Maurice portant une coiffe de servante (collection Marie-Charlotte Letourneur).

ch 3 bb 001

ch 3 feire 001

(document Maurice Fichet)

    —  Qui que tu vas faire anhyi ?

    —  Je m’en vas busoqui dauns la maisoun, j’i byin dé dequei faire ; je m’en vas itou souégni les poules, les lapins et les vêtus de seie. Et tei ?

    —  Je vas attelaer la jument et m’n allaer touornaer les petites Godfreiries. 

    Bouone se tint paé à batte le Job, à se mirotaer ou à s’affubllaer, o quemenchit par raungi sa bachelique et sa hauntonne dauns l’ormouère : o capellerait ces effets-lo le dimmaunche pour allaer à la messe…

   —  Qu’est-ce que tu vas faire aujourd’hui ?

   —  Je vais travailler dans la maison, j’ai beaucoup de choses à faire ; je vais aussi donner à manger aux poules, aux lapins et aux cochons. Et toi ?

   —  Je vais atteler la jument et m’en aller labourer les petites Godfreiries. 

   Bonne ne se tint pas à ne rien faire, à s’admirer dans la glace ou à se parer, elle commença par ranger son grand châle et sa robe noire dans l’armoire : elle la remettrait le dimanche pour aller à la messe…

DSC08736

DSC08847DSC08845

DSC08737

    Il avaient eune joulie positioun de quaraunte vergies de terre, vingt en herbe et vingt en labou et en pus de cha, eun boués iyoù que Touène allait parfeis à la cache. Quaund que sa mère à lyi s’artirerait, —  cha tergerait paé -, i rassembllerount quiques barryires et il érount dyis vergies en pus. Cha en faisait des gens counséquents dauns la coumeune sus eune belle faisaunche-vali. 

     Ils avaient une belle exploitation de huit hectares, quatre en herbe et quatre en labour et, en plus de cela, un bois où Antoine allait parfois à la chasse. Quand sa mère à elle prendrait sa retraite, —  ce qui n’allait pas tarder -, ils regrouperont quelques champs, ils auront deux hectares de plus. Cela en faisait des gens importants dans la commune, installés sur une belle exploitation.

IMG_2949

    Le soir, il fallait enco halaer sus les broquettes, tchuure la soupe, l’s houmes erpassaient d’aveu la fale basse. Quaund que les bottelous avaient genouilli pusurs jouornaées de raung, fallait rentraer le fein, le chergi dauns les quertyis, le tassaer dauns les grenyis.

   Héyeusement quiques veisins —  il ’taient byin aveisinaés -, s’en venaient faire eune corvaée d’houneu. Bouone oû sei était ernaée et pus ol enfllait du devaunté, pus ol enhannait.

   —  Ma pouore Bouone, t’as de pus en pus de minsère, la semanne qui vyint, ch’est la graund sant-Pyirre, j’allouns gagi eune basse pouor t’aindyi : mais que le bllé et le sibéri vount faire le co et quemenchi à yête meus, no va les sciaer : tu vas paé t’en venin aindyi, cha se peut paé ! Guette-mei cha, te v’là heingue de pé, tei qu’as la pé bllaunche. D’aveu çu solé-lo, tu ferais byin enco des étouordissaisouns.

   —  Je sis byin dauns le cas d’aindi…

   —  Brin ! Brisouns là ! D’hivé, yéra les batteries, le beire à pilaer… Et pis tu deis yête ilo pouor abibotaer noute petiot. 

    Le soir, il fallait encore traire, faire la soupe, les hommes revenaient affamés. Quand les botteleurs avaient tassé les bottes de foin sous leurs genoux plusieurs jours de suite, fallait les charger dans les charrettes, les rentrer à l’abri, les entasser dans les greniers.

    Heureusement quelques voisins —  leur voisinage était excellent —  venaient les aider par une corvée d’honneur. Bonne le soir était exténuée et plus le ventre sous son tablier gonflait, plus elle avait de mal.

  —  Ma pauvre Bonne, tu as de plus en plus de peine, la semaine prochaine, c’est la grande saint Pierre, nous allons engager une servante pour t’aider : quand l’épi du blé et du sarrasin vont se courber vers le sol et commencer à être mûrs, on va moissonner : tu ne vas pas venir nous aider, c’est impossible ! Regarde-moi ça, te voilà toute bronzée, toi qui as la peau blanche. Avec ce soleil-là, tu aurais encore bien des étourdissements.

  —  Je suis bien capable d’aider…

  —  Non ! Stop là ! Cet hiver, il faudra battre, faire le cidre… Et puis, tu dois rester ici pour t’occuper de notre petit.

 Ch. III 4.           Bouone hubit l’s épâoles, seument i calit paé et o deut entenre ses raisouns.

    Le 29 de juin oû matin, i se déjuquîtent byin à coup, fîtent leus petit tripot, s’affêtîtent d’aveu leus effets du dinmaunche et « Hie Cocotte » ! La jument avait quate lues de quemin à faire, fallait paé yête eun tranne-tchu si no voulait paé que la louerie seit quitte ou byin si no voulait paé aveî le ringas.

    Bonne haussa les épaules mais il ne céda pas et elle dut se soumettre.

     Le matin du 29 juin, ils se levèrent rapidement, firent leur travail, endossèrent leurs habits du dimanche et « hue Cocotte » ! La jument avait seize kilomètres à faire, il ne fallait pas traîner si on ne voulait pas que la « louerie » soit terminée ou bien si on ne voulait pas avoir les restes.

DSC08863DSC08949DSC08892DSC08886DSC08959DSC08965     Dauns la graund rue, i mîntent la querette et la jument à la garde et s’en allîtent sus la graund pllèche.

    Yavait toute eune mouerie de gens et cha en faisait eun trumutu ! No-z-était bouolinguis de touos bords. No veyait les déballous byin en souen de vous vende leus merchaundise, les chabotyis d’aveu des apendentaées de chabots pouor les éfaunts, pouor les houmes, pouor les fèmes, (Touène voulit en en acataer pouor le fisset, Bouone li dit qu’i débasottait et ol y mint paé mens le hola) les potys de Mourot d’aveu leus sinots, leus pintouns, leus chirannes, leus terrènes, (i fâorait qu’ol acate eune chiranne, ol avait brésilli la syinne avaunt-z-hyir)

    Dans la rue principale, ils donnèrent la charrette  et la jument à garder et se rendirent sur la grande place.

    Il y avait une énorme quantité de gens et ça en faisait un brouhaha ! On était bousculés de tous les côtés. On voyait les forains qui faisaient l’article pour vous vendre leur marchandise, les sabotiers avec des alignées de sabots pour les enfants, les hommes, les femmes, (Antoine voulait en acheter pour le petit, Bonne lui dit qu’il déraisonnait et elle l’en empêcha), les potiers de Saint Jacques de Néhou avec leurs saloirs, leurs tasses, leurs récipients à crème, leurs « terrènes », (il faudrait qu’elle achète un récipient à crème, elle avait cassé le sien avant-hier).

DSC08779

A Sottevast, à La Raterie, Lionel Jean tourne et cuit selon la tradition de Mourot

  Ch. III 5.          I descendîtent avâo la pllèche. Eune affilauntaée d’houmes, de fèmes et d’éfaunts espéraient yête louaés : les quertyis avec leus perpignaun, les batteus en graunge d’aveu leus fllé sus l’épâole, les mouessouneus d’aveu leus fâocile… Touène et Bouone s’en feûtent veî les bâsses qu’avaient eun bôquet sus le côtaé gâoche de leus canezou. Qui chouésit s’affrounte ! I prêchîtent d’aveu la prémyire du raung. I feûtent d’acc’modement : quaraunte pistoles et ieune paire de chabots. Mélonie (ol avait noum Mélonie) s’en feut acataer ses chabots d’aveu l’ergent que li avait bailli Touène et o mînt sen bôquet à dreite rapport qu’ol ’tait gagie ; o s’en vyinra tcheu ses maîtes à la sant-Cllai, le 17 de juilet.

DSC08967      Ils descendirent la place. Une longue file d’hommes, de femmes et d’enfants attendaient d’être engagés : les charretiers avec leur gros fouet, les batteurs en grange avec leur fléau sur l’épaule, les moissonneurs avec leur faucille…  Antoine et Bonne se dirigèrent vers les servantes qui portaient un bouquet sur le côté gauche de leur corsage. Celui qui choisit se fait du tort ! Ils parlèrent à la première de la rangée. Ils se mirent d’accord : quatre cents francs et une paire de sabots. Mélanie (elle s’appelait Mélanie) s’en alla acheter des sabots avec l’argent que lui avait donné Antoine, elle plaça son bouquet du côté droit car elle n’était plus disponible : elle prendra son travail chez ses maîtres à la saint Clair, le 17 juillet.

Mélanie ferait byin noute graund basse... (notre servante principale).

Mélanie ferait byin noute graund basse… (notre servante principale).

    Bouone acatit sa chiranne, i magîtent eun piquet de pan à l’âoberge, bevîtent eun sou de café et se racachîtent à Mountaigu ; Bouone était byin lassaée et i fallit paé la berchi oû sei.

    Mélonie feut eune bouone servaunte, o restait paé à tierraer des bûnettes, Bouone et lyi s’accaunchîtent reide byin, o demeurit d’aveu yeus quinze auns de temps, o se maddyit, o bordait ses trente auns, o se mint sus eune faisaunche-valei d’aveu sen bouonhoume.

    Bouone feut prinse de petiotaer le jou de la batterie de serasin, cha s’acaunchait byin ma rapport que no-z-avait huit bouonhoumes à dînaer, à soupaer et à abreuvaer ! La basse se déhalit reide byin de çu coup d’atout-lo.

    Touène s’en feut à toute berlingue quéri la matroune, eune vuule bouone fème qu’avait aindyi pus de la mitaun des fèmes du hammé à se mette en déeus.

    Cha feut d’espéditioun, Bouone grugit des dents déeus treis coups, pouncit ses deigts dauns sen found de man, o se dit en lyi-même que ch’était le bouon guieu à prenre et le diablle à renre et Charlotte arrivit en poussaunt des ébrais.

    Bonne acheta son récipient à crème, ils mangèrent à l’auberge, burent un sou de café et rentrèrent à Montaigu ; Bonne était très fatiguée et il n’y eut pas besoin de la bercer le soir.

    Mélonie fut une bonne servante, elle ne restait pas à rien faire (à mettre les fauvettes au piquet), Bonne et elles s’arrangèrent très bien, elle demeura quinze ans avec eux, elle se maria, elle avait presque trente ans et prit une exploitation avec son mari.

    Bonne ressentit les douleurs de l’accouchement le jour de la corvée de battage du sarrasin, cela tombait bien mal car elle avait huit hommes à déjeuner, à dîner et à qui il fallait donner à boire ! La servante se tira très bien d’affaire.

    Antoine s’en alla à toute vitesse chercher l’accoucheuse, une vieille femme qui avait aidé plus de la moitié des femmes du village à accoucher. Cela alla très vite, Bonne grinça des dents deux ou trois fois, enfonça ses doigts dans la paume de sa main, elle se dit en elle-même que c’était le bon dieu à prendre et le diable à rendre, (il était agréable de faire des enfants mais désagréable d’accoucher) et Charlotte arriva en poussant des cris.  (…)

Chapitre IV 1.                                                       

   L’annaée dyis huit chent seissaunte-neu feut bouone rapport que Martin a naqui oû meis de décembe, le restaunt feut pllen d’ohis. Cha quemenchit dé renouvé, le temps se talbotait mais i tumbait paé d’iâo. Le froument levit paé et le serasin paé biâofaire. Pus tard, i feut alliétaé par l’iâo, no feut obligis de le sciaer à la fâocile en le pêquaunt à pouégnies. Oû meis de mai, i gelait enco, i faisait eune freid de quyin.

   D’étaé, paé besouen de pllauntaer des perlicoquets dauns les pyiches, les ouésiâos avaient paé gros dé dequei à mouégi. Les cllos étaient brûlaés. Le fein feut rentraé byin à coup, cha menachait tréjous, seument cha tumbait paé. Syis meis de raung quâsiment sauns iâo… Qui que no baillerait à mouégi es baêtes ? Yérait paé de buure à venre, paé de bllé inetou, paé de mouoture à portaer oû mounyi, no verrait paé le frinot d’aveu ses pouquies de flleu. Qui que no magerait ?

   L’année mille huit cent soixante-neuf fut bonne du fait que Martin est né au mois de décembre, mais pour le reste ce fut que des ennuis. Cela commença au printemps, le ciel se noircissait mais il ne pleuvait pas, le blé ne leva pas et le sarrasin poussa mal. Plus tard, il se coucha à terre par la pluie, on fut obligés de le couper à la faucille en le saisissant à poignées. Au mois de mai, il gelait encore, il faisait un froid de chien.

   En été, pas besoin de planter des épouvantails dans les champs : les oiseaux n’avaient pas grand-chose à manger. Les champs étaient jaunis par la sécheresse. Le foin fut rentré très rapidement, la pluie menaçait toujours mais ça ne tombait pas. Six mois quasiment  sans pluie… Qu’allait-on  donner à manger aux bêtes ? Il n’y aurait pas de beurre à vendre, pas de blé non plus, pas de grain à porter au meunier, on ne verrait pas l’aide-meunier avec ses sacs de farine. Que mangerait-on ?

(à suure… : le mariage du fils de Bouone, Martin, d’aveu eune file de Valognes)

(Les belles vaches normandes sont celles de Michèle Le Fol au château de Crosville-sur-Douve (qui fera l’objet d’un billet sur ce blog…)

BON DE COMMANDE du livre Bouone et Bouonotte, 230 p., 4 photos couleur, 12 ph. noir-et-blanc.

Frais d’envoi offerts ! Et avec réduction de 5 % soit 18, 05 € au lieu de 19 €.

Nom : ……………………………………………….. Prénom : ……………………………………………..

Adresse : …………………………………………………………………………………………………………..

CP : ………… Ville : ………………………………………….. email : …………………………………….

Commande …….. exemplaires au prix de 18,05 €, frais d’envoi 0 €.

J’ajoute …. ex. du livre ‘‘Cllémence’’ au prix de 10 €, frais d’envoi 0 €.

soit un total de .. .. , .. .. €

que je règle par chèque libellé à l’ordre de Magène.

Poster à Jean-Claude Léger 5 Allée Blanche Lande 50270 Barneville-Carteret

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Livres en normand, Saisons, Vocabulaire

24. Fiançailles au moulin de Réthoville et neuche à Valouognes.

    D’aveu le solé qu’était de la partie, vo-z-allaez veî ichin de biâos portraits.

   Mais va paé falli yête trop pressi, rapport que j’i halaé 200 photos oû moulan à Marie Ravenel dimmaunche et 600 à Valouones sammedi…  Yéra pusurs billets, paraé !

No daunche pou l's accordailles oû moulan de Réthoville dauns le Va-de-Sai'e / Le Val-de-Saire...

No daunche pou l’s accordâles oû moulan de Réthoville dauns le Va-de-Sai’e / Le Val-de-Saire… Annaées dyis-hui-chent-seissaunte…

Les mariés à Valouones : Annaées dyis-neu-chent.

Les mariés à Valouones : Annaées dyis-neu-chent.

No va quemenchi pa la faête oû moulan de Réthoville qui fut byin amendaé et ragrilli (remis en état) dé depis qu’j’tais venun le veî ! www.moulinmarieravenel.fr

Achteu no peut raccato de la flleu (farine) oû moulan !  L'iâo s'en vyint pa la noe (petit conduit en bois) et tumbe sus l's âogets...

Achteu no peut raccato de la flleu (farine) oû moulan !
L’iâo s’en vyint pa la noe (petit conduit en bois) et tumbe sus l’s âogets…

Accordâles. No disait itou les menauntises... Ichin ch'est la bouolaungerie.

Accordâles. No disait itou les menauntises… Ichin ch’est la bouolaungerie.

La daunche de la fouaée. Avous-veu le chorchyi oû mitaun ?

La daunche de la fouaée. Avous-veu le chorchyi oû mitaun ?

Née au moulin, Marie Ravenel a publié ses poèmes en 1852 et 1890

Née au moulin, Marie Ravenel a publié ses poèmes en 1852 et 1890

La flleu d'o (avec) Marie Ravenel

La flleu d’o (avec) Marie Ravenel

Le bouolaungyi va byintôt pouvi enfouorno sen pan et sa gâche...

Le bouolaungyi va byintôt pouvi enfouorno sen pan et sa gâche…

L'iâo qui couort...

L’iâo qui couort…

DSC09388DSC09387DSC09351

    Yavait itou eun gâs et sa cryature qui halaient de la cramme… Et pis eune potyire du trige, qui fait des pots-cochon à la mannyire des syins de Mourot (Néhou) mais pus modernes, eun âote qui dole des jouets en boués, eun âote qui vendait sa goutte de prémyire (calva) et pis Denise qu’a luusu des histouères à Pyirre Guéroult, byin seu d’aveu le prêchi du Val-de-Saire, ch’est touot naturé ! (O fait eun miot coume Fraunçouèse Roulland à Bricbé !).

   Ch’est paé le tout que des chous (c’est pas tout ça, dépêchons-nous…), v’chin les bouones gens qui sount invitos és accordâles qui se racachent !

Le groupe és Goubelins a byin chinquaunte auns achteu, et tréjous il aiment muus s'affêto (s'habiller) coume les basses (servantes) et les fermyires que d'accaunt les graund couéffes des bouorgeouèses

Le groupe és Goubelins a byin chinquaunte auns d’âge achteu, et tréjous il aiment muus s’affêto (s’habiller) coume les basses (servantes) et les fermyires que d’accaunt les graund couéffes és bouorgeouèses

Eul Payis de Valouognes a mins ses belles couéffes pouo la cérémonin d'accordâles !

Eul Payis de Valouognes a mins ses belles couéffes pouo la cérémonin d’accordâles

Fâot byin déeus quevâos pouor couori dauns le cllos à poumyis d'aveu sa quertaée de gens !

Fâot byin déeus quevâos pouor couori dauns le cllos à poumyis d’aveu sa quertaée de gens !

Les jéeus d'âotefeis pouor les syins d'annyi pouor chu jouo de faête : carambole à gouttyire, bézette, froume la bouète, l'esnèque, billards, kubb, molky des Viquyins (les Vikings),...

Les jéeus d’âotefeis pouor les syins d’annyi pouor chu jouo de faête : carambole à gouttyire, bézette, froume la bouète, l’esnèque, billards, kubb et molky des Viquyins (les Vikings),…

Le gros bébé à Eurocibles et les CD de caunchouns à Magène ount intéressi les gens.

Le gros bébé à Eurocibles et les CD de caunchouns à Magène ount intéressi les gens.

Mais que j’avais le dos ratouorno à busoqui et josto d’aveu les quenâles, touos les gâs et les files du cortège pâssîtent et se mîntent à chaunto et à daunso !

Ya des gens qui nous ount bailli eune quile dé remerque, qui feut trouaée és Gougins : o fait seissaunte chin chentimettes dé hâot. Les « treis soeus du Cotentin » que no counaît byin sount eun miot pus hâotes et pus simplles.

O sount côte-côte et no sait que la bllaunche quile mesure 70 cm.

O sount côte-côte et no sait que la bllaunche quile mesure 70 cm.

Achteu, no dit que no va « au bowling », cha fait muus que « No va jostaer és boules », va t’en veî !

Ya des petiots quœrus (forts) assaez pouor envier la boule dreit sus les treis quiles ! Et le petit raboulous tait byin joraé !

DSC09446

I faisait eun temps des quate solés à la relévaée ! (l’après-midi)

Touot le mounde a daunchi et chaunto...

Touot le mounde a daunchi et chaunto…

DSC09458

Ya d’belles files partout ! Mais j’n’en counais guère…

... d'âossi byin à men goût que ceuses du Val de Saire !

… d’âossi byin à men goût que ceuses du Val de Saire !

Ne sayez po jalous si je chaunte dévaunt vous...

Ne sayez po jalous si je chaunte dévaunt vous…

... les files, les bouones grosses files, les jannes files dé tcheu nous.

… les files, les bouones grosses files, les jannes files dé tcheu nous.

Mei qui fais les marchis de Sant-Pierre, de Bricbé et des envirouns...

Mei qui fais les marchis de Sant-Pierre, de Bricbé et des envirouns…

Jen counais vos pouvez m'en creire...

J’en counais, vo pouvaez m’en creire…

DSC09484

… Et de jannes et d’jolis tendrons… !

Alfred Rossel, édition 1933.

Alfred Rossel, édition 1933.

A Valouognes où je vais d'usage eun coup la semanne...

A Valouognes où je vais d’usage eun coup la semanne…

... le vendredi (jouo du marchi)

… le vendredi (jouo du marchi)

Yen a chinquaunte et davantage...

Yen a chinquaunte et davantage…

... qui trouent (trouvent) l'temps loung, à ce qué no dit...

… qui trouent (trouvent) l’temps loung, à ce qué no dit…

Ya de belles files partout !!!

Ya de belles files partout !!!

J’armercie byin des feis les belles et jolies files du Payis d’Art et d’Histouère du Cllos du Cotentin qu’ount byin vouli que je hale lus portrait chu  sammedi le jou de la graund neuche de 140 invitaés !

Byintôt vo-z-allaez veî les neuchous qui passent et rapassent dauns les vuules rues de Valouognes pou s’n allo à la mair’rie et pis cha sera la cérémonin…

Et byintôt, sus ch’té gazette de la laungue normaunde, la Sante-Aone à Bricbé, le nouvé p’tiot qui sera p’tête noute Du (Duc) de Normaundie, d’âotes caunchouns à Fredo (Alfred Rossel) d’aveu enco des photos, le déluge à Caen, ya byin de quei pairoto !!

Mais avaunt que de froumaer le jouorna, guettaez enco chu scoup ! Eune dénoumaée Charlotte Corday, lavaundyire, a vouli escoffiaer sa veisène ! Fâot l’enfroumo !!!

Ch'est d'aveu le couté du rémoulous que ch'té gribiche a égohino sen amin...

Ch’est d’aveu le couté du rémoulous que ch’té gribiche a égohino sen amin…

Rémin Pézeri

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Chansons, Cotentin, Dictionnaire Trésor de la Langue normande, Jeux normands et sports

23. Une noce en habits normands 1900 à Valognes samedi 20 juillet et des fiançailles dimanche au moulin de Marie Ravenel à Réthoville (Nord-Cotentin)

No dit cha tcheu nous mais qu’eune femme ma’iée a-z-eu eun petiot avaunt neu meis de ma’iage : « Ils ont fêté Pâques avant les Rameaux ! »

Ch’est dé demême ch’té semanne : le sammedi, neuche, et le dimmaunche accordailles !

http://moulinmarieravenel.fr/fiancailles-normandes-au-moulin-21-juillet-prochain/
1) sammedi ven-ous en tous veî le ma’iage d’aveu chent quatre-vingt invitaés achteu à Valouones (Valognes) : oû matin va yavaer du mounde dauns le bouorg ! Pis le cortège va s’en venin à treis heures d’arlevaée pa la Rue des Religieuses,… et pis les douoze carrioles coume ch’té’chin passerount pa les vuules rues pavaées du Moyen-Age yoù qui ya achteu le Pays d’Art et d’histoire du Cllos du Cotentin. Touos les bouones gens mougerount oû sei coume dauns le temps : eun « menu » de douoze pllats ! D’aveu La Loure qui les fera daunchi touote la nyit !!
Dauns eune maringote à Muriel Lefèvre du Vrétot, no veit Stéphane Henry, qui lâone (se promène) dauns la couor du câté de Bricbé (bricquebec) en mai dé 2007, ch'tait la graund faête des Rouaisouns (les rogations) d'accaunt les Jèrriais et Guernesiais, Câochoués,...

Dauns eune maringote à Muriel Lefèvre du Vrétot, no veit Stéphane Henry, qui lâone (se promène) dauns la couor du câté de Bricbé (bricquebec) en mai dé 2007, ch’tait la graund faête des Rouaisouns (les rogations) d’accaunt les Jèrriais et Guernesiais, Câochoués,…

Vous allaez veî des couéffes en dentelles du Bessin, d’o leus poués (noeud) à l »arryire. Ch’est paé les hâotes couéffes d’s annaées 1850 en Normaundie ! Ni inetout les hardes d’aveu de la belle couleu : nennin, dé depis 1870, la fâote à Napoléiuon III qui fit la guerre és Allemaunds et perdit l’Alsace et la Lorranne… No-z-était en deu !

Stéphane Henry a genci eune inté neuche à Bayeux en 2007 yoù qué je feus invitaé, d’aveu eun biâo costeume ! Guettaez !

Eune fème de Bayeux d'o sa bounette et sen bouohoume en bllâode, et pis mei d'accaunt eune jolie pétiote de Bricbé ! (en 2007)

Eune fème de Bayeux d’o sa bounette et sen bouohoume en bllâode, et pis mei d’accaunt eune jolie pétiote de Bricbé ! (en 2007)

V’là le papilloun qu’annouche le ma’iage à Valouones :

180 costeumes à la neuche ! Incréyablle ! à veî chu sammedi ! I fâot avaer eun biâo troussé de linge dauns sen ormouère !

180 costeumes à la neuche ! Incréyablle ! à veî chu sammedi ! I fâot avaer eun biâo troussé de linge dauns sen ormouère !

mariage Val 001

2) Et pis yéra les accordailles féchoun 1850 (d’aveu les belles couéffes à qui qu’érait la pus hâote !) le dimmaunche où moulin touot rechaumpi d’aveu eune couverture en gllu (un toit en chaume) à Réthoville.

Amoureux des reconstitutions ethnographiques, à ne pas manquer ! Yéra itou des jéeus chu dimmaunche, les quilles du Cotentin (association Tec-Nor) : j’y sis byin seu !

Ch’tait pas ryin  d’allaer en neuches âotefeis ! Cha se préparait byin en avaunche !

Ryin que pouor pairaer (arranger) la couéffe, les files appronnaient à faire la dentelle à la man, et pis fallait savi repassaer les couéffes à tuyaus !

La dentélyire  (extrait)

  Touote la forteune d’eune dentélyire…

Ch’est sen métyi, ch’est sen vuus rouet ;

Ch’est l’art charmaunt dé nous graund-mères,

Couoraez, couoraez, mes p’tits blloquets…

 

Dès le point du jour j’me sieus minse

Âo travâl sus men cabouret ;

Ch’est pouor garni lé hâot des qu’minses.

Couoraez, couoraez, mes p’tits blloquets…

 

Jusqu’oû jour faillaunt, fâot qu’cha trotte,

Pouor fini eun festoun coquet

Qu’ no posera dauns l’ bas d’eune tchulotte.

Couoraez, couoraez, mes p’tits blloquets…

 

Ch’est byintôt la neuche à Phrasie,

Fâot qué j’ li fèche eun biâo bouquet

Pouor qué sa bounette seit flleurie,

Couoraez, couoraez, mes p’tits blloquets…

(suite sus magene.com…).  Chu pouème de Joseph Mague feut mins en meusique par Donnié Bouordelés. Théo Capelle la chaunte reide byin en concert – coume le mercrédi 24 dé juilet à Mountfiquet oûpraès de Balerey (Montfiquet, Balleroy, entre Bayeux et Saint-Lô), et pis sus la bllaunche galette (CD) noumaée « La Dentélyire » justénèment.

Vuus métyis d’âotefeis

     Ce texte est un très beau témoignage de Pierre Guéroult sur sa mère, repasseuse de coiffes et de bonnettes à Pont-L’Abbé-Picauville, au centre du Cotentin – qu’on appelle le Bauptais.

     Le bonnettes très variées en Cotentin dans les années 1900 se portaient dès qu’une femme sortait de sa maison : cela ne se faisait pas d’aller même chez la voisine sans coiffe, « en cheveux » ! Elles ont fait suite aux grandes coiffes extravagantes que les femmes les plus riches portaient dans les années 1820 à 1860. Cependant en Cotentin, pays très conservateur et isolé, ces coiffes seront portées encore plus tard, le chemin de fer est-il une des causes de leur disparition ?

      De nombreux musées et groupes folkloriques ont heureusement conservé ces magnifiques éléments du patrimoine qui demandaient un travail incroyable, car les tissus étaient brodés et ornés de dentelles, parfois tuyautées. Chaque canton de Normandie avait ses modèles de coiffes…

       Seuls les mots très différents du français sont traduits (entre crochets) afin de ne pas alourdir le texte. L’orthographe est celle du Dictionnaire normand-français de J.-P. Bourdon et A.Cournée (Editions CILF PUF) en conservant quelques particularités de la prononciation de Pierre Guéroult tel le son ain.  

SONY DSC

 

 

Les bounettes à tuyâos

      « Assyis-tei lenreit men fisset, et  bouoge paé. Tyins, v’là eune pastile de jus que Madème Lucas – l’épicyire- m’a baillie pouor tei. Chuche-là… Fâot que je travâle tu sais byin, pouor gangni noute veie. J’i envie de t’acataer eune belle paires de galoches pouor c’t arryire, quaind t’iras à l’école ». Et, sus ma petite quaire en boués, eune pouopaée de chique dains mes bras, touot en chuchaint men jus [jus de réglisse] qui me neirchissait les babènes et les deigts, je guettais ma mère travailli. Cha m’amusait de la veî à s’n ouovrage de touos les jouors, c’t ouovrage qu’était noute gangne-pan et qu’ol aimait faire aveu taint de précaôtioun.

      Ol arpassait, ma mère, et dains touot le bouorg coume dains les c’meunes d’alentou, les gens disaient : « Cha qu’o fait est tréjouos byin fait ; no peut s’y fiaer et o prend paé chi. Faôrait allaer byin louen pouor en trouovaer ieune coume lli ! » Coume no dirait oû jouo d’annyi, ch’était eune “artiste”. Veire ! eune “artiste” à sa mannyire. Vos li ériaez dit cha, qu’o vous érait répounu : « Vous moquous de mei ? Je fais chenna qu’i faôt, et v’là touot ! « . Mais oû d’dains de lli, o savait byin qu’ol était quasiment la drényire à faire çu métyi-lo et ol en ‘tait fyirote sains en avaer l’air.

Modestie et courage…

       Ch’est pouortaint paé que cha lli rapportit grâos. O le faisait par besouen, byin seû ! (Faôt-i paé faire quique seit pouor vive ?), mais surtouot par pllaisi.

      Déeus sous la douozonne de moucheus de pouquette ; eun sou la queminze, treis sous les déeus s’i fallait empesaer la fale [le jabot].

      Pou les couèffes et les bounettes, treis sous pyiche ; ch’était pus chi mais cha demaindait byin du temps, surtouot pou les tuyâotaées.

      Yavait paé tréjouos de l’ouovrage, mais quaind venait le temps de Pâques, à la Mi-âot, à la Touossant, à Noué et oû Tchu de l’Ain, ol avait byin du ma à countentaer ses pratiques [ses clientes]. Et si ch’était eune neuche, eun baptême ou eune c’meunioun, i li fallait passaer byin des bouots de nyit à la lueu de sen grâsset [lampe à huile]. « Couoche-tei, qu’o me disait dains ches couops-là, ampraès souoper, je vas brodaer. Touorne-tei du caôtaé de la parei, et dors… T’otchupe-paé de cha que je fais ». Mais quaind ol ‘tait en pllonne ouovrage, je m’artouornais sains faire de brit et je la guettais faire. Poé byin loungtemps, car byintôt, mâogré mei, mes urs cllinquaient et je m’endormais en rêvaint de dentelles et de frainfreluches qui dainchaient alentou de mei coume les affutiâos de la Belle oû Boués Dormaint ou de Chendrilloun dains les countes de ma bouone amin, Mam’zelle Suzonne, la vuule maîtresse d’école, noute veisène.

      Ch’était tréjouos dé d’même. Et je l’i veu taint de couops ! Ch’est magène byin pouor cha que je m’en arsouovyins enco coume si ch’était d’hyir !

Mouchoirs, tabliers et châles…

Espozsitioun de dentelles et bounettes à Bricbé (2007) organisie pa Les Amins du Doujoun).

Espozsitioun de dentelles et bounettes à Bricbé (2007) organisie pa Les Amins du Doujoun).

      Oû mitaun de l’aire, sus la graind tablle, la teile à repassaer était pâosaée, sains faire eun plli ; ol ‘tait faite d’eun carraé de fllonnelle qu’était le restaint d’eune couoverteure de men ber dé quenâle. No-z-y-veyait les taques breunes des breuleures des fers trop câods. Sus la dreite, eune moque touote érainsaée [à l’anse cassée], touote ébréquie, était à mitaun pllonne d’empeis dains qui que trempait eune petite chique en mouosselène. A gâoche, eune mannyire de petit cri [trépied] pouor paôsaer les fers ; eun bâtoun de chire et dé d’quei pouor faire écllairi les fales des queminses et la dentelle du bas des cotillouns dé dessouos.

      Sus eun bainc, touote l’ouovrage à faire : des bounettes, des queminses d’houme et de fème en teile du pais, des moucheus de pouquette blleus, ôussi larges que des serviettes à décrachi, des moucheus de co, des devaintés gorge de pigeoun [tabliers], des châles en souée, des cotillouns bllaincs qu’avaient eun émuguet [une fente avec une poche] sus le câotaé et des dents dains le bas. « No dirait, ches dents-là, une guirlainde de Sant-Sacrement que no met souos les pyids de l’estateue de la Bouone Vyirge «  que je dis eun couop à ma mère.

      Dains l’âtre, en hivé, eun biâo feu de boués fllaimbait : les tisouns rouoges, *halaés sus le dévaint, câoffaient treis fers dréchis sus lus déryire. En étaé, i1 ‘taient pâosaés sus eun petit récâod yoù que breûlait du querboun de boués et de la querbounette que mouman m’enviait trachi dains eune pouque tcheu le vuus Pétit, le bouolaingi d’à côtaé de nous, qui me l’épuquait dains s’n étouffous : « Je te bâle 1a plus grâosse et la milleure pis que ch’est pouor arpassaer » qu’i me disait…

      Je veyais ma mère se croqui sus le feu et prenre d’aveuc eune chique dé lonne la pouengnie de fé qu’ol appréchait de sa joe pouor veî s’il ‘tait caôd coume i fâot, et pis o le frottait pou le décrachi sus eun bouessoun en drap qu’était sus le bord de la tablle et o c’menchait sen repassage.

Un travail minutieux…

     Les moucheus, enco eun miot mucres [humides –mot scandinave-], faisaient de la buaée oû dessus de la tablle. O les pliait déeus couops, treis couops, et quaind ch’était aguevaé, ol appiait des déeus mans sus sen fé pouor byin merqui les pllis et o les mettait par petits tas en disaint : « Cheus-chin, ch’est pouo Madème Radot. Cheus-1o, ch’est les syins à Guustène ».

     Pou les bounettes, cha allait mens vite. O passait le fé sus le found et par en dedains et no-z-érait dit qu’o dessinait des flleurs sus la teile à repassaer. Si ch’tait paé assaez raide, ol y remettait eun miot d’empeis d’aveu la chiquette en mousselène. Ampraès, o se servait d’eun drâole dé petit fé round et couort, qu’allait jusqu’és bords aroundis de la bounette ou de la coueffe. Mais touote c’t’ ouovrage-là, « ch’était dé d’quei de byin c’mode qu’o disait : le tuyautage, ch’est pus difficile ! »

     Quaind o se mettait à tuyâotaer ses bounettes, no-z-érait dit eune vraie cérémounîn. Dains l’arlevaée dé repassage, ch’était l’heure la pus émoutiounainte, coume qui dirait, pouor les gens d’Egllise, l’Elévation duraint la Graind-messe.

     Les fers à tuyâotaer, des mannyires de cisiâos rounds qui ne coppent paé, câoffaient dains l’âtre. O les *halait d’aveu précâotioun, les assuyait sus eune fuulle dé papyi qui neirchissait et breûlait parfeis. O les faisait touorniqui pou les arfreidi et pis, douochement, o les gllichait dains la dentelle de la bounette, eune brainque en dessus, eune brainque en dessouos ; sa man touornait le fé itou et no veyait se dréchi eun biâo tuyâo, et pis eun âote, toute eune raingie de tuyâos byin raides et de la même grâosseu. Sus sa man gâoche froumaée à hâoteu de ses urs, o pâosait la belle bounette en dentelle dé qui que les tuyâos faisaient, sus le dévaint, coume la couoronne d’ergent de la Renne des faées qu’était dains les images de men live de countes.

 Des princesses en blanc

Jeannine Bavay, Jean-Cllade Légi (Léger) et Marotène de Bllaunche Launde en 2007. Ol est pus là d'accaunt nous achteu, ch'est cha qu'est triste...

Jeannine Bavay, Jean-Cllaude Légi (Léger) et Marotène de Bllaunche Launde en 2007, qu’est pus ilo d’accaunt nous achteu, ch’est cha qu’est triste…

      Et touotes ches bounettes ajeustaées sus des supports en boués à taête rounde, yen avait touot alentou de la pyiche : sus les tablles, sus les baincs, sus les quaires, sus l’alcôve et jusqu’à sus la pus *hâote étagyire du vaisselli. La nyit, si je mé révillais, à côtaé de mouman qui rounfllait, ernaée pa s’n ouovrage, quaind i yavait eun miot de leune, je mé creyais dains eun châté *haintaé. Je veyais des milorennes et des chorchyires et des princesses en bllainc qu’avaient l’air de dainchi sains faire de brit dains la maisoun qui dormait. Parfeis eun drényi tisoun de querboun de boués évalinguait en pétaint des étinchelles devaint qué de s’étenre. Alors touotes les criyatures de men raêve s’écllairaient d’eune lueu rouogeâte d’enfé et je les veyais se caintaer sus mei. Byin vite, jé me muchais souos le drap en criaint : « Mouman! » et ma mère en se révillaint me disait : « As-tu finin de gipoutraer coume chenna ? Qui que t’a doun que tu dors paé ? » O s’est jammais avisaée, ma mère, coumbyin que je les aimais ses bounettes, byin qu’o me fassent poue, parfeis, la nyit. Mais o les aimait byin, li itou.

      Quaind les fèmes dé par tcheu nouos se mintent à portaer lus prémyis capiâos, cha la désolit. « Ne me prêchiz paé de cha, qu’o faisait. A qui qu’o ressembllent d’aveu lus pots de flleurs sus le coupé de la taête ? »

      Quaind la file és Duva, de la Sainseuryire se ma’yit, touotes les fèmes de la neuche étaient en capiâos. « Vey-ouos cha ! que faisait ma mère. Cha yen fait-i de l’esbroufe ! Cha  sait paé soument se couèffi coume touot le mounde dé par ichin. Qui qu’i se creient doun ? »

       Mais, ol ‘tait sus le su de noute porte quaind Jâoséphène, la prémyire des files à Louisot *Heurtévent, print Bouonot Vinchent, de la Graind Jannyire. « Qui belle neuche que cha fait ! qu’o disait és veisins. Av-ouos veu leus bounettes ? Ol ‘taient touotes en dentelle de fi d’aveu des gorgyires de souée… »[larges rubans noués].

     Et si persoune répounait, ol arpronnait : « J’en syis seûre, creyiz-mei, ch’est mei qui les i touotes arpassaées ! ! »

La Presse de la Manche, Août 1952

Bibliographie

Pierre Guéroult, Contes et récits. Ed. OCEP, Coutances, 1974.

Société Rossel, revue Le Boués-jaun (deux numéros sur les coiffes). Cherbourg.

Jeannine Bavay. Les coiffes de la Manche. Ed. Les Amis du Donjon, 12 €. Mairie 50260 Bricquebec.

Publications des Musées : en particulier celles de Martainville, Alençon, Bayeux, et de  La Glacerie près de Cherbourg.

     Ne manquez pas les costumes du musée du Vieux Granville… à voute leisi pa les quemins de la Normandie.         

et dauns le Trésor de la langue normaunde (Eurocibles, juillet 2013) : 

1) dictiounaire fraunceis-normaund (Amis du Donjon-Magène):      

fiançailles

accordailles n.m.pl.

menauntises n.m.pl. Fiançailles (vieux terme).

fiancé

bouon amin loc. bouone amin fém.

prétendu n.m. Futur.

promins n.m.

femme

famme n.f. ou fème n.f. « J’i retrouvaé eune fème. Pour seur, ol a déjà-z-eu déeus, treis bouonhoumes mais j’te le garauntis, ch’est eune bouone occasioun. » Gaspard Brey, Et l’histouère de Maurice ?

criyature n.f. « Nos criyatures ount touotes de belles mannyires. » Joséphine Eustace, Les gâs du bout de la Manche.

file n.f. Femme non mariée.

noce

neuche n.f. Yête de neuche.

noceur

mâque-tout n.m. ou mâquiard n.m. ou neuchous n.m.

  2)    Dict nor-fr UPNCoutançais                      

accordaer (s’) 

ve.pr. Faire faire son contrat de mariage.

accordâles 

n.f.pl. Fiançailles.

menauntises 

n.f.pl. Fiançailles.

marier

ve. Se marier. • ol a paé marié, elle ne s’est jamais mariée. • il a marié déeus coups, il s’est marié deux fois .• ol’tait mariée à Biâofis, elle était mariée avec Monsieur Beaufils. V. madiaer, prenre.

marieus 

n.m. Mari. • Par ichin, y’a paé byin de marieus pouor lyi (P.Guéroult)

A luure itou les romans : Lène, d’Aundré Smilly (in Les Treis Soeus – auto-édition épuisée) et Bouone et Bouonotte de Maurice Fichet (éd. Magène, 19 € port inclus).

  Rémi Pézeril

1 commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Bessin, Chansons, Cotentin, Dictionnaire Trésor de la Langue normande, Jersey, Livres en normand, Vocabulaire