Archives de Catégorie: Dictionnaire Trésor de la Langue normande

24. Fiançailles au moulin de Réthoville et neuche à Valouognes.

    D’aveu le solé qu’était de la partie, vo-z-allaez veî ichin de biâos portraits.

   Mais va paé falli yête trop pressi, rapport que j’i halaé 200 photos oû moulan à Marie Ravenel dimmaunche et 600 à Valouones sammedi…  Yéra pusurs billets, paraé !

No daunche pou l's accordailles oû moulan de Réthoville dauns le Va-de-Sai'e / Le Val-de-Saire...

No daunche pou l’s accordâles oû moulan de Réthoville dauns le Va-de-Sai’e / Le Val-de-Saire… Annaées dyis-hui-chent-seissaunte…

Les mariés à Valouones : Annaées dyis-neu-chent.

Les mariés à Valouones : Annaées dyis-neu-chent.

No va quemenchi pa la faête oû moulan de Réthoville qui fut byin amendaé et ragrilli (remis en état) dé depis qu’j’tais venun le veî ! www.moulinmarieravenel.fr

Achteu no peut raccato de la flleu (farine) oû moulan !  L'iâo s'en vyint pa la noe (petit conduit en bois) et tumbe sus l's âogets...

Achteu no peut raccato de la flleu (farine) oû moulan !
L’iâo s’en vyint pa la noe (petit conduit en bois) et tumbe sus l’s âogets…

Accordâles. No disait itou les menauntises... Ichin ch'est la bouolaungerie.

Accordâles. No disait itou les menauntises… Ichin ch’est la bouolaungerie.

La daunche de la fouaée. Avous-veu le chorchyi oû mitaun ?

La daunche de la fouaée. Avous-veu le chorchyi oû mitaun ?

Née au moulin, Marie Ravenel a publié ses poèmes en 1852 et 1890

Née au moulin, Marie Ravenel a publié ses poèmes en 1852 et 1890

La flleu d'o (avec) Marie Ravenel

La flleu d’o (avec) Marie Ravenel

Le bouolaungyi va byintôt pouvi enfouorno sen pan et sa gâche...

Le bouolaungyi va byintôt pouvi enfouorno sen pan et sa gâche…

L'iâo qui couort...

L’iâo qui couort…

DSC09388DSC09387DSC09351

    Yavait itou eun gâs et sa cryature qui halaient de la cramme… Et pis eune potyire du trige, qui fait des pots-cochon à la mannyire des syins de Mourot (Néhou) mais pus modernes, eun âote qui dole des jouets en boués, eun âote qui vendait sa goutte de prémyire (calva) et pis Denise qu’a luusu des histouères à Pyirre Guéroult, byin seu d’aveu le prêchi du Val-de-Saire, ch’est touot naturé ! (O fait eun miot coume Fraunçouèse Roulland à Bricbé !).

   Ch’est paé le tout que des chous (c’est pas tout ça, dépêchons-nous…), v’chin les bouones gens qui sount invitos és accordâles qui se racachent !

Le groupe és Goubelins a byin chinquaunte auns achteu, et tréjous il aiment muus s'affêto (s'habiller) coume les basses (servantes) et les fermyires que d'accaunt les graund couéffes des bouorgeouèses

Le groupe és Goubelins a byin chinquaunte auns d’âge achteu, et tréjous il aiment muus s’affêto (s’habiller) coume les basses (servantes) et les fermyires que d’accaunt les graund couéffes és bouorgeouèses

Eul Payis de Valouognes a mins ses belles couéffes pouo la cérémonin d'accordâles !

Eul Payis de Valouognes a mins ses belles couéffes pouo la cérémonin d’accordâles

Fâot byin déeus quevâos pouor couori dauns le cllos à poumyis d'aveu sa quertaée de gens !

Fâot byin déeus quevâos pouor couori dauns le cllos à poumyis d’aveu sa quertaée de gens !

Les jéeus d'âotefeis pouor les syins d'annyi pouor chu jouo de faête : carambole à gouttyire, bézette, froume la bouète, l'esnèque, billards, kubb, molky des Viquyins (les Vikings),...

Les jéeus d’âotefeis pouor les syins d’annyi pouor chu jouo de faête : carambole à gouttyire, bézette, froume la bouète, l’esnèque, billards, kubb et molky des Viquyins (les Vikings),…

Le gros bébé à Eurocibles et les CD de caunchouns à Magène ount intéressi les gens.

Le gros bébé à Eurocibles et les CD de caunchouns à Magène ount intéressi les gens.

Mais que j’avais le dos ratouorno à busoqui et josto d’aveu les quenâles, touos les gâs et les files du cortège pâssîtent et se mîntent à chaunto et à daunso !

Ya des gens qui nous ount bailli eune quile dé remerque, qui feut trouaée és Gougins : o fait seissaunte chin chentimettes dé hâot. Les « treis soeus du Cotentin » que no counaît byin sount eun miot pus hâotes et pus simplles.

O sount côte-côte et no sait que la bllaunche quile mesure 70 cm.

O sount côte-côte et no sait que la bllaunche quile mesure 70 cm.

Achteu, no dit que no va « au bowling », cha fait muus que « No va jostaer és boules », va t’en veî !

Ya des petiots quœrus (forts) assaez pouor envier la boule dreit sus les treis quiles ! Et le petit raboulous tait byin joraé !

DSC09446

I faisait eun temps des quate solés à la relévaée ! (l’après-midi)

Touot le mounde a daunchi et chaunto...

Touot le mounde a daunchi et chaunto…

DSC09458

Ya d’belles files partout ! Mais j’n’en counais guère…

... d'âossi byin à men goût que ceuses du Val de Saire !

… d’âossi byin à men goût que ceuses du Val de Saire !

Ne sayez po jalous si je chaunte dévaunt vous...

Ne sayez po jalous si je chaunte dévaunt vous…

... les files, les bouones grosses files, les jannes files dé tcheu nous.

… les files, les bouones grosses files, les jannes files dé tcheu nous.

Mei qui fais les marchis de Sant-Pierre, de Bricbé et des envirouns...

Mei qui fais les marchis de Sant-Pierre, de Bricbé et des envirouns…

Jen counais vos pouvez m'en creire...

J’en counais, vo pouvaez m’en creire…

DSC09484

… Et de jannes et d’jolis tendrons… !

Alfred Rossel, édition 1933.

Alfred Rossel, édition 1933.

A Valouognes où je vais d'usage eun coup la semanne...

A Valouognes où je vais d’usage eun coup la semanne…

... le vendredi (jouo du marchi)

… le vendredi (jouo du marchi)

Yen a chinquaunte et davantage...

Yen a chinquaunte et davantage…

... qui trouent (trouvent) l'temps loung, à ce qué no dit...

… qui trouent (trouvent) l’temps loung, à ce qué no dit…

Ya de belles files partout !!!

Ya de belles files partout !!!

J’armercie byin des feis les belles et jolies files du Payis d’Art et d’Histouère du Cllos du Cotentin qu’ount byin vouli que je hale lus portrait chu  sammedi le jou de la graund neuche de 140 invitaés !

Byintôt vo-z-allaez veî les neuchous qui passent et rapassent dauns les vuules rues de Valouognes pou s’n allo à la mair’rie et pis cha sera la cérémonin…

Et byintôt, sus ch’té gazette de la laungue normaunde, la Sante-Aone à Bricbé, le nouvé p’tiot qui sera p’tête noute Du (Duc) de Normaundie, d’âotes caunchouns à Fredo (Alfred Rossel) d’aveu enco des photos, le déluge à Caen, ya byin de quei pairoto !!

Mais avaunt que de froumaer le jouorna, guettaez enco chu scoup ! Eune dénoumaée Charlotte Corday, lavaundyire, a vouli escoffiaer sa veisène ! Fâot l’enfroumo !!!

Ch'est d'aveu le couté du rémoulous que ch'té gribiche a égohino sen amin...

Ch’est d’aveu le couté du rémoulous que ch’té gribiche a égohino sen amin…

Rémin Pézeri

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Chansons, Cotentin, Dictionnaire Trésor de la Langue normande, Jeux normands et sports

23. Une noce en habits normands 1900 à Valognes samedi 20 juillet et des fiançailles dimanche au moulin de Marie Ravenel à Réthoville (Nord-Cotentin)

No dit cha tcheu nous mais qu’eune femme ma’iée a-z-eu eun petiot avaunt neu meis de ma’iage : « Ils ont fêté Pâques avant les Rameaux ! »

Ch’est dé demême ch’té semanne : le sammedi, neuche, et le dimmaunche accordailles !

http://moulinmarieravenel.fr/fiancailles-normandes-au-moulin-21-juillet-prochain/
1) sammedi ven-ous en tous veî le ma’iage d’aveu chent quatre-vingt invitaés achteu à Valouones (Valognes) : oû matin va yavaer du mounde dauns le bouorg ! Pis le cortège va s’en venin à treis heures d’arlevaée pa la Rue des Religieuses,… et pis les douoze carrioles coume ch’té’chin passerount pa les vuules rues pavaées du Moyen-Age yoù qui ya achteu le Pays d’Art et d’histoire du Cllos du Cotentin. Touos les bouones gens mougerount oû sei coume dauns le temps : eun « menu » de douoze pllats ! D’aveu La Loure qui les fera daunchi touote la nyit !!
Dauns eune maringote à Muriel Lefèvre du Vrétot, no veit Stéphane Henry, qui lâone (se promène) dauns la couor du câté de Bricbé (bricquebec) en mai dé 2007, ch'tait la graund faête des Rouaisouns (les rogations) d'accaunt les Jèrriais et Guernesiais, Câochoués,...

Dauns eune maringote à Muriel Lefèvre du Vrétot, no veit Stéphane Henry, qui lâone (se promène) dauns la couor du câté de Bricbé (bricquebec) en mai dé 2007, ch’tait la graund faête des Rouaisouns (les rogations) d’accaunt les Jèrriais et Guernesiais, Câochoués,…

Vous allaez veî des couéffes en dentelles du Bessin, d’o leus poués (noeud) à l »arryire. Ch’est paé les hâotes couéffes d’s annaées 1850 en Normaundie ! Ni inetout les hardes d’aveu de la belle couleu : nennin, dé depis 1870, la fâote à Napoléiuon III qui fit la guerre és Allemaunds et perdit l’Alsace et la Lorranne… No-z-était en deu !

Stéphane Henry a genci eune inté neuche à Bayeux en 2007 yoù qué je feus invitaé, d’aveu eun biâo costeume ! Guettaez !

Eune fème de Bayeux d'o sa bounette et sen bouohoume en bllâode, et pis mei d'accaunt eune jolie pétiote de Bricbé ! (en 2007)

Eune fème de Bayeux d’o sa bounette et sen bouohoume en bllâode, et pis mei d’accaunt eune jolie pétiote de Bricbé ! (en 2007)

V’là le papilloun qu’annouche le ma’iage à Valouones :

180 costeumes à la neuche ! Incréyablle ! à veî chu sammedi ! I fâot avaer eun biâo troussé de linge dauns sen ormouère !

180 costeumes à la neuche ! Incréyablle ! à veî chu sammedi ! I fâot avaer eun biâo troussé de linge dauns sen ormouère !

mariage Val 001

2) Et pis yéra les accordailles féchoun 1850 (d’aveu les belles couéffes à qui qu’érait la pus hâote !) le dimmaunche où moulin touot rechaumpi d’aveu eune couverture en gllu (un toit en chaume) à Réthoville.

Amoureux des reconstitutions ethnographiques, à ne pas manquer ! Yéra itou des jéeus chu dimmaunche, les quilles du Cotentin (association Tec-Nor) : j’y sis byin seu !

Ch’tait pas ryin  d’allaer en neuches âotefeis ! Cha se préparait byin en avaunche !

Ryin que pouor pairaer (arranger) la couéffe, les files appronnaient à faire la dentelle à la man, et pis fallait savi repassaer les couéffes à tuyaus !

La dentélyire  (extrait)

  Touote la forteune d’eune dentélyire…

Ch’est sen métyi, ch’est sen vuus rouet ;

Ch’est l’art charmaunt dé nous graund-mères,

Couoraez, couoraez, mes p’tits blloquets…

 

Dès le point du jour j’me sieus minse

Âo travâl sus men cabouret ;

Ch’est pouor garni lé hâot des qu’minses.

Couoraez, couoraez, mes p’tits blloquets…

 

Jusqu’oû jour faillaunt, fâot qu’cha trotte,

Pouor fini eun festoun coquet

Qu’ no posera dauns l’ bas d’eune tchulotte.

Couoraez, couoraez, mes p’tits blloquets…

 

Ch’est byintôt la neuche à Phrasie,

Fâot qué j’ li fèche eun biâo bouquet

Pouor qué sa bounette seit flleurie,

Couoraez, couoraez, mes p’tits blloquets…

(suite sus magene.com…).  Chu pouème de Joseph Mague feut mins en meusique par Donnié Bouordelés. Théo Capelle la chaunte reide byin en concert – coume le mercrédi 24 dé juilet à Mountfiquet oûpraès de Balerey (Montfiquet, Balleroy, entre Bayeux et Saint-Lô), et pis sus la bllaunche galette (CD) noumaée « La Dentélyire » justénèment.

Vuus métyis d’âotefeis

     Ce texte est un très beau témoignage de Pierre Guéroult sur sa mère, repasseuse de coiffes et de bonnettes à Pont-L’Abbé-Picauville, au centre du Cotentin – qu’on appelle le Bauptais.

     Le bonnettes très variées en Cotentin dans les années 1900 se portaient dès qu’une femme sortait de sa maison : cela ne se faisait pas d’aller même chez la voisine sans coiffe, « en cheveux » ! Elles ont fait suite aux grandes coiffes extravagantes que les femmes les plus riches portaient dans les années 1820 à 1860. Cependant en Cotentin, pays très conservateur et isolé, ces coiffes seront portées encore plus tard, le chemin de fer est-il une des causes de leur disparition ?

      De nombreux musées et groupes folkloriques ont heureusement conservé ces magnifiques éléments du patrimoine qui demandaient un travail incroyable, car les tissus étaient brodés et ornés de dentelles, parfois tuyautées. Chaque canton de Normandie avait ses modèles de coiffes…

       Seuls les mots très différents du français sont traduits (entre crochets) afin de ne pas alourdir le texte. L’orthographe est celle du Dictionnaire normand-français de J.-P. Bourdon et A.Cournée (Editions CILF PUF) en conservant quelques particularités de la prononciation de Pierre Guéroult tel le son ain.  

SONY DSC

 

 

Les bounettes à tuyâos

      « Assyis-tei lenreit men fisset, et  bouoge paé. Tyins, v’là eune pastile de jus que Madème Lucas – l’épicyire- m’a baillie pouor tei. Chuche-là… Fâot que je travâle tu sais byin, pouor gangni noute veie. J’i envie de t’acataer eune belle paires de galoches pouor c’t arryire, quaind t’iras à l’école ». Et, sus ma petite quaire en boués, eune pouopaée de chique dains mes bras, touot en chuchaint men jus [jus de réglisse] qui me neirchissait les babènes et les deigts, je guettais ma mère travailli. Cha m’amusait de la veî à s’n ouovrage de touos les jouors, c’t ouovrage qu’était noute gangne-pan et qu’ol aimait faire aveu taint de précaôtioun.

      Ol arpassait, ma mère, et dains touot le bouorg coume dains les c’meunes d’alentou, les gens disaient : « Cha qu’o fait est tréjouos byin fait ; no peut s’y fiaer et o prend paé chi. Faôrait allaer byin louen pouor en trouovaer ieune coume lli ! » Coume no dirait oû jouo d’annyi, ch’était eune “artiste”. Veire ! eune “artiste” à sa mannyire. Vos li ériaez dit cha, qu’o vous érait répounu : « Vous moquous de mei ? Je fais chenna qu’i faôt, et v’là touot ! « . Mais oû d’dains de lli, o savait byin qu’ol était quasiment la drényire à faire çu métyi-lo et ol en ‘tait fyirote sains en avaer l’air.

Modestie et courage…

       Ch’est pouortaint paé que cha lli rapportit grâos. O le faisait par besouen, byin seû ! (Faôt-i paé faire quique seit pouor vive ?), mais surtouot par pllaisi.

      Déeus sous la douozonne de moucheus de pouquette ; eun sou la queminze, treis sous les déeus s’i fallait empesaer la fale [le jabot].

      Pou les couèffes et les bounettes, treis sous pyiche ; ch’était pus chi mais cha demaindait byin du temps, surtouot pou les tuyâotaées.

      Yavait paé tréjouos de l’ouovrage, mais quaind venait le temps de Pâques, à la Mi-âot, à la Touossant, à Noué et oû Tchu de l’Ain, ol avait byin du ma à countentaer ses pratiques [ses clientes]. Et si ch’était eune neuche, eun baptême ou eune c’meunioun, i li fallait passaer byin des bouots de nyit à la lueu de sen grâsset [lampe à huile]. « Couoche-tei, qu’o me disait dains ches couops-là, ampraès souoper, je vas brodaer. Touorne-tei du caôtaé de la parei, et dors… T’otchupe-paé de cha que je fais ». Mais quaind ol ‘tait en pllonne ouovrage, je m’artouornais sains faire de brit et je la guettais faire. Poé byin loungtemps, car byintôt, mâogré mei, mes urs cllinquaient et je m’endormais en rêvaint de dentelles et de frainfreluches qui dainchaient alentou de mei coume les affutiâos de la Belle oû Boués Dormaint ou de Chendrilloun dains les countes de ma bouone amin, Mam’zelle Suzonne, la vuule maîtresse d’école, noute veisène.

      Ch’était tréjouos dé d’même. Et je l’i veu taint de couops ! Ch’est magène byin pouor cha que je m’en arsouovyins enco coume si ch’était d’hyir !

Mouchoirs, tabliers et châles…

Espozsitioun de dentelles et bounettes à Bricbé (2007) organisie pa Les Amins du Doujoun).

Espozsitioun de dentelles et bounettes à Bricbé (2007) organisie pa Les Amins du Doujoun).

      Oû mitaun de l’aire, sus la graind tablle, la teile à repassaer était pâosaée, sains faire eun plli ; ol ‘tait faite d’eun carraé de fllonnelle qu’était le restaint d’eune couoverteure de men ber dé quenâle. No-z-y-veyait les taques breunes des breuleures des fers trop câods. Sus la dreite, eune moque touote érainsaée [à l’anse cassée], touote ébréquie, était à mitaun pllonne d’empeis dains qui que trempait eune petite chique en mouosselène. A gâoche, eune mannyire de petit cri [trépied] pouor paôsaer les fers ; eun bâtoun de chire et dé d’quei pouor faire écllairi les fales des queminses et la dentelle du bas des cotillouns dé dessouos.

      Sus eun bainc, touote l’ouovrage à faire : des bounettes, des queminses d’houme et de fème en teile du pais, des moucheus de pouquette blleus, ôussi larges que des serviettes à décrachi, des moucheus de co, des devaintés gorge de pigeoun [tabliers], des châles en souée, des cotillouns bllaincs qu’avaient eun émuguet [une fente avec une poche] sus le câotaé et des dents dains le bas. « No dirait, ches dents-là, une guirlainde de Sant-Sacrement que no met souos les pyids de l’estateue de la Bouone Vyirge «  que je dis eun couop à ma mère.

      Dains l’âtre, en hivé, eun biâo feu de boués fllaimbait : les tisouns rouoges, *halaés sus le dévaint, câoffaient treis fers dréchis sus lus déryire. En étaé, i1 ‘taient pâosaés sus eun petit récâod yoù que breûlait du querboun de boués et de la querbounette que mouman m’enviait trachi dains eune pouque tcheu le vuus Pétit, le bouolaingi d’à côtaé de nous, qui me l’épuquait dains s’n étouffous : « Je te bâle 1a plus grâosse et la milleure pis que ch’est pouor arpassaer » qu’i me disait…

      Je veyais ma mère se croqui sus le feu et prenre d’aveuc eune chique dé lonne la pouengnie de fé qu’ol appréchait de sa joe pouor veî s’il ‘tait caôd coume i fâot, et pis o le frottait pou le décrachi sus eun bouessoun en drap qu’était sus le bord de la tablle et o c’menchait sen repassage.

Un travail minutieux…

     Les moucheus, enco eun miot mucres [humides –mot scandinave-], faisaient de la buaée oû dessus de la tablle. O les pliait déeus couops, treis couops, et quaind ch’était aguevaé, ol appiait des déeus mans sus sen fé pouor byin merqui les pllis et o les mettait par petits tas en disaint : « Cheus-chin, ch’est pouo Madème Radot. Cheus-1o, ch’est les syins à Guustène ».

     Pou les bounettes, cha allait mens vite. O passait le fé sus le found et par en dedains et no-z-érait dit qu’o dessinait des flleurs sus la teile à repassaer. Si ch’tait paé assaez raide, ol y remettait eun miot d’empeis d’aveu la chiquette en mousselène. Ampraès, o se servait d’eun drâole dé petit fé round et couort, qu’allait jusqu’és bords aroundis de la bounette ou de la coueffe. Mais touote c’t’ ouovrage-là, « ch’était dé d’quei de byin c’mode qu’o disait : le tuyautage, ch’est pus difficile ! »

     Quaind o se mettait à tuyâotaer ses bounettes, no-z-érait dit eune vraie cérémounîn. Dains l’arlevaée dé repassage, ch’était l’heure la pus émoutiounainte, coume qui dirait, pouor les gens d’Egllise, l’Elévation duraint la Graind-messe.

     Les fers à tuyâotaer, des mannyires de cisiâos rounds qui ne coppent paé, câoffaient dains l’âtre. O les *halait d’aveu précâotioun, les assuyait sus eune fuulle dé papyi qui neirchissait et breûlait parfeis. O les faisait touorniqui pou les arfreidi et pis, douochement, o les gllichait dains la dentelle de la bounette, eune brainque en dessus, eune brainque en dessouos ; sa man touornait le fé itou et no veyait se dréchi eun biâo tuyâo, et pis eun âote, toute eune raingie de tuyâos byin raides et de la même grâosseu. Sus sa man gâoche froumaée à hâoteu de ses urs, o pâosait la belle bounette en dentelle dé qui que les tuyâos faisaient, sus le dévaint, coume la couoronne d’ergent de la Renne des faées qu’était dains les images de men live de countes.

 Des princesses en blanc

Jeannine Bavay, Jean-Cllade Légi (Léger) et Marotène de Bllaunche Launde en 2007. Ol est pus là d'accaunt nous achteu, ch'est cha qu'est triste...

Jeannine Bavay, Jean-Cllaude Légi (Léger) et Marotène de Bllaunche Launde en 2007, qu’est pus ilo d’accaunt nous achteu, ch’est cha qu’est triste…

      Et touotes ches bounettes ajeustaées sus des supports en boués à taête rounde, yen avait touot alentou de la pyiche : sus les tablles, sus les baincs, sus les quaires, sus l’alcôve et jusqu’à sus la pus *hâote étagyire du vaisselli. La nyit, si je mé révillais, à côtaé de mouman qui rounfllait, ernaée pa s’n ouovrage, quaind i yavait eun miot de leune, je mé creyais dains eun châté *haintaé. Je veyais des milorennes et des chorchyires et des princesses en bllainc qu’avaient l’air de dainchi sains faire de brit dains la maisoun qui dormait. Parfeis eun drényi tisoun de querboun de boués évalinguait en pétaint des étinchelles devaint qué de s’étenre. Alors touotes les criyatures de men raêve s’écllairaient d’eune lueu rouogeâte d’enfé et je les veyais se caintaer sus mei. Byin vite, jé me muchais souos le drap en criaint : « Mouman! » et ma mère en se révillaint me disait : « As-tu finin de gipoutraer coume chenna ? Qui que t’a doun que tu dors paé ? » O s’est jammais avisaée, ma mère, coumbyin que je les aimais ses bounettes, byin qu’o me fassent poue, parfeis, la nyit. Mais o les aimait byin, li itou.

      Quaind les fèmes dé par tcheu nouos se mintent à portaer lus prémyis capiâos, cha la désolit. « Ne me prêchiz paé de cha, qu’o faisait. A qui qu’o ressembllent d’aveu lus pots de flleurs sus le coupé de la taête ? »

      Quaind la file és Duva, de la Sainseuryire se ma’yit, touotes les fèmes de la neuche étaient en capiâos. « Vey-ouos cha ! que faisait ma mère. Cha yen fait-i de l’esbroufe ! Cha  sait paé soument se couèffi coume touot le mounde dé par ichin. Qui qu’i se creient doun ? »

       Mais, ol ‘tait sus le su de noute porte quaind Jâoséphène, la prémyire des files à Louisot *Heurtévent, print Bouonot Vinchent, de la Graind Jannyire. « Qui belle neuche que cha fait ! qu’o disait és veisins. Av-ouos veu leus bounettes ? Ol ‘taient touotes en dentelle de fi d’aveu des gorgyires de souée… »[larges rubans noués].

     Et si persoune répounait, ol arpronnait : « J’en syis seûre, creyiz-mei, ch’est mei qui les i touotes arpassaées ! ! »

La Presse de la Manche, Août 1952

Bibliographie

Pierre Guéroult, Contes et récits. Ed. OCEP, Coutances, 1974.

Société Rossel, revue Le Boués-jaun (deux numéros sur les coiffes). Cherbourg.

Jeannine Bavay. Les coiffes de la Manche. Ed. Les Amis du Donjon, 12 €. Mairie 50260 Bricquebec.

Publications des Musées : en particulier celles de Martainville, Alençon, Bayeux, et de  La Glacerie près de Cherbourg.

     Ne manquez pas les costumes du musée du Vieux Granville… à voute leisi pa les quemins de la Normandie.         

et dauns le Trésor de la langue normaunde (Eurocibles, juillet 2013) : 

1) dictiounaire fraunceis-normaund (Amis du Donjon-Magène):      

fiançailles

accordailles n.m.pl.

menauntises n.m.pl. Fiançailles (vieux terme).

fiancé

bouon amin loc. bouone amin fém.

prétendu n.m. Futur.

promins n.m.

femme

famme n.f. ou fème n.f. « J’i retrouvaé eune fème. Pour seur, ol a déjà-z-eu déeus, treis bouonhoumes mais j’te le garauntis, ch’est eune bouone occasioun. » Gaspard Brey, Et l’histouère de Maurice ?

criyature n.f. « Nos criyatures ount touotes de belles mannyires. » Joséphine Eustace, Les gâs du bout de la Manche.

file n.f. Femme non mariée.

noce

neuche n.f. Yête de neuche.

noceur

mâque-tout n.m. ou mâquiard n.m. ou neuchous n.m.

  2)    Dict nor-fr UPNCoutançais                      

accordaer (s’) 

ve.pr. Faire faire son contrat de mariage.

accordâles 

n.f.pl. Fiançailles.

menauntises 

n.f.pl. Fiançailles.

marier

ve. Se marier. • ol a paé marié, elle ne s’est jamais mariée. • il a marié déeus coups, il s’est marié deux fois .• ol’tait mariée à Biâofis, elle était mariée avec Monsieur Beaufils. V. madiaer, prenre.

marieus 

n.m. Mari. • Par ichin, y’a paé byin de marieus pouor lyi (P.Guéroult)

A luure itou les romans : Lène, d’Aundré Smilly (in Les Treis Soeus – auto-édition épuisée) et Bouone et Bouonotte de Maurice Fichet (éd. Magène, 19 € port inclus).

  Rémi Pézeril

1 commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Bessin, Chansons, Cotentin, Dictionnaire Trésor de la Langue normande, Jersey, Livres en normand, Vocabulaire

21. Ouest-France : « Le « Trésor de la langue normande », un outil qui fera date ». Essai comparatif des dictionnaires normand-français récents.

    11 de juilet. Je m’en vyins d’acataer le Ouest-Fraunce, d’aveu eun articlle sus le dico dit(1) « Trésor de la langue normande » ou « T.L.N. » ; byin plléchi en hâot à dreite de la page chin, à côtaé du Touor de Fraunce qui passit dauns noute countraée !!

dico dit(1)   : me fait penser à cette formulette… « Qui qu’o dit qu’ol a co ? O dit qu’ol a co la colique ! »  (Que dit-elle qu’elle a encore ? Elle dit qu’elle a encore la colique… le ventre dérangé !)

ouest-france 11-07-2013

ouest-france 11-07-2013

Ch’est seur que ch’est Fraunçoués Simon qui l’a écrit,… no recounaît sa plleume à li ! Mais il a brin mins sen noum…

Ouest-France, page Normandie, 11/07/2013 Dictionnaire Eurocibles.

Ouest-France, page Normandie, 11/07/2013
Dictionnaire Eurocibles.

 Ch’est byin écrit, va t-en veî :

    « C’est un morceau : un kilo de savoir, de précision, de références. Et surtout une grande première : un dictionnaire français normand (29 000 mots) :

idéal pour ceux qui ne « prêchent le loceis de tcheu nous » mais en seraient curieux. Et même gourmands. »

(Bon exactement c’est un kilo 680 g. !). (…)
                    36 000 mots :
En seconde partie, le dictionnaire normand français plus classique. »

     L’Université Populaire du Coutançais et les auteurs de cette partie ne sont pas cités, dommage… Ils ont fait un énorme travail ! 36 000 mots normands vers le français.

     Alors citons-les : Marcel Dalarun, Odile Buttet, Maurice Fichet, Henri Gogibu, Marie-Charlotte Letourneur, Rose-Marie Maudouit, Alphonse Poullain.

    Il est vrai qu’il faut trouver leurs noms byin muchis page 651 (ampraès les verbes normaunds conjugués) et qu’i ya paé-z-eu enco de réyeunioun de presse gencie par Eurocibles… Cha va venin !

Jean-Claude Léger (fr-normand), Maurice Fichet (nor-français) J.6P. Montreuil, D. Bourdelès le 8 juillet à Bricbé / Bricquebec

Jean-Claude Léger (fr-normand), Maurice Fichet (nor-français) J.-P. Montreuil (professeur de dialectologie aux Etats-Unis), D. Bourdelès le 8 juillet à Bricbé / Bricquebec

  A) Pouor savi coume qui qu’est chu « Trésor de la Langue Normande », v’chin quiques mots…

   J’ouve chu « T.L.N. »  à la bouoleveue (au hasard)… page 904, début des mots commençants par E .

  Et je récopie achteu cha que j’i dauns men ordinateus qu’a servi à l’éditeuse, Adèle Hommet, managouse d’Eurocibles :

(jusqu’à ébésoui, les 20 premiers mots)

ébagllaer 

ve. Agrandir un trou, une ouverture.

ébâobi 

ve. Étonner, surprendre au point de faire balbutier ou bégayer. yête ébâobi, être en admiration.

ébâobi ou ébâodi

adj. a) Engourdi. V. bâobe. b) Étonné.

ébaquaer ou ébaqu

ve. Effondrer.

ébare 

n.f. a) Cri.Faire ébare, pousser un cri. V. ébrai. b) Mauvais accueil fait à une proposition.

ébarnaffe ou ébrenaffe

n.f. Égratignure.

ébat ou débat 

n.m. Espace. Y a brin de débat, il n’y a pas de place pour manœuvrer.

ebbe

n.m. Marée descendante, jusant. V. fllot.

Ebbe et fllot, ebbe et fllot...

Ebbe et fllot, ebbe et fllot…

ébectaer

ve. Casser la pointe.

ébeire (s’) 

ve.pr. S’imbiber d’eau puis sécher. • I fâot laissi le linge s’ébeire, i se lavera muus.(J.Fleury)

ébellaée 

n.f. Éclaircie.

ébéluaer ou éberluisi ou ébéloui 

ve. Éblouir. • Quaund no-z-a luusu quique temps âo solei no-z-est tout ébéluaé.(J.Fleury). Étourdir, donner des vertiges (par des paroles). V. élugi.

éberdouilli ou éberdouillaer

ve. Écraser surtout en parlant des animaux. •Le petit cat est éberdouilli.(F.Yard) V. ébrédouilli.

éberlouette 

n.f. Éblouissement. V. éblouement.

éberluchaé ou  éberluqui

adj. Étonné, épaté. V. éblairaé.

éberluchaer ou éberluchi ou éberlusaer

ve. Étonner, épater, éblouir. • Ch’était eune reide belle fête, j’en sis enco tout éberlusaé, c’était une très belle fête, j’en suis encore tout ébloui.

ébernaer 

ve. Nettoyer les vêtements pleins d’excréments d’un enfant.

ébernaflleure

n.f. a) Balafre. b) Crevasse ou petit éboulement dans un mur. c) Marque d’enfoncement étroit et en longueur dans une carrosserie de voiture.

ébésoui

n.m. Dadais. V. picot.

ébésoui 

adj. Stupéfait, commotionné, en apprenant quelque chose de désagréable. • Quaund no leus eut dit tout cha, il en restîtent tout ébésouis (J.Fleury).

   Cela fait 20 mots (30 exactement avec les variantes).

DSC08536

   2) Comparons avec le Dictionnaire normand-français de Jean-Paul Bourdon, Alexandre Cournée, Yves Charpentier (Editions C.I.L.F. –P.U.F, Paris, 384 p., 1993) : un excellent dictionnaire avec index français-normand qui compte environ 5 000 mots incontournables.

   À la lettre E, nous avons : ébâobi, ebbe, éberluisi, ébésoui… Quatre mots.

Dict Bourdon 001

 

 

 

3) Comparons avec le Dictionnaire normand-français d’Éric Marie (Éditions OREP., Bayeux, 460 pages, 2012) :

nous lisons Ébâobi(e), Ébbe, Éberluaer –  ébêluaer, Ébésoui(e)…  Cinq mots.

Dictionnaire OREP

Dictionnaire OREP

La comparaison est semblable pour d’autres pages. Disons qu’il y a 5 fois plus de mots chez Eurocibles qu’à l’OREP.

Avec des exemples dans les deux dictionnaires. Et des citations d’auteurs dans celui d’Eurocibles.

Couverture

B) Que trouve-t-on dans la partie français-normand dans le nouveau dictionnaire Eurocibles ?

   V’chin le quemenchement de la lette E ; vous comprendrez mieux l’originalité et le fonctionnement à but pratique de ce dictionnaire :

E

eau

iâo n.f. La leune est embllaunquie, ch’est sène d’iâo. « L’iâo qui dorvâle, l’iâo qui couort, l’iâo qui doune la mort, l’iâo qui doune la vie. » Marie Berthe, L’iâo.

bouone-iâo n.f. Eau de cuisson de certains poissons, cuits dans de l’eau salée.

crétène n.f. ou cretine n.f. Eaux gonflées d’un fleuve, ou d’une rivière qui débouche à la mer.

dégout n.m. Eau qui tombe goutte à goutte du toit, du larmier ; eau sale qui s’égoutte lentement.

dégoutins n.m.pl. Eau qui tombe d’une couverture.

dégrou n.m. Eau mêlée de graviers qui tombent des toits, des gouttières.

déravène n.f. Cours d’eau produit par la pluie. « Ch’était eune vraie déravaine à dégrabolisis l’quemin qui n’tait pé goudronai. » Jean Tolvast, Chroniques Normandes.

dévalaisoun n.f. Eau mêlée de terre, de graviers, d’argiles, de sable, etc., qui dévale violemment.

douet n.m. Point d’eau.

grou n.m. Eau sale.

iâo grésillie n.f. Eau avec du crésil pour désinfecter.

lavechineures n.f.pl. ou laveures n.f.pl. Eaux de vaisselle.

sâoce n.f. Eau de la mer ; eau salée dont les fabricants de fromage de la Vallée d’Auge humectent les fromages en préparation, quand ceux-ci paraissent manquer de sel ou quand la dessication en est trop rapide.

sentabouon n.m. Eau de Cologne.

vâocre n.m. Eau de crue.

Le Rieu au bord des marais printemps 2013

Le Rieu au bord des marais printemps 2013

eau-de-vie

goutte n.f. ou sicine n.f.

bllaunche n.f. Eau-de-vie qui vient d’être produite.

canard n.m. Le peu d’eau-de-vie qu’on sert, le café bu, dans la tasse, comme petit supplément amical.

fil en quate n.m. Désignait autrefois l’eau-de-vie très forte.

iâo (petite)  n.f. Première eau de vie qui sort en début de distillation.

raide (de la) loc. Eau-de-vie de mauvaise qualité.

séque (eune petite) loc. Eau-de-vie bue seule.

sicasse n.f. Eau-de-vie de cidre. « C’est ta cicasse qui t’a mins dauns l’état où que t’es. » Octave Maillot, Thôphile  à Rome.

teurnache n.f. Beire eun coup de teurnache.

ébahi

ébâodi adj. ou éberluchaé adj. ou éberluqui adj. ou éplapourdi adj. ou surcouaé adj.

J'en sis touot éberlusaé de veî d'intaé roses !

J’en sis touot éberluqui de veî d’intaé roses !

ébahir

ébllouaer ve. ou surcouaer ve.

ébattre (s’)

poudrette (faire) loc. S’ébattre dans la poussière pour des volailles.

éberlué

éberlusaé adj. ou éberluisaé adj. « Seurprins de touot chenna, j’en restais éberlusaé. » Jeaun de la Py-Ouitte, La crique du jouo.

ébrésouoilli adj.

éberluer

éberlusaer ve. ou évarcannaer ve. ou éverlanaer ve.

Ya dequei en restaer la goule souos le naez de veî eun artuché si hâot !

Ya dequei en restaer la goule souos le naez de veî eun artuché si hâot !

ébloui

éberlusaé adj. ou égaluaé adj. Égaluaé pa le solé, je me sis mins oû creus.

éblouir

ébâodaer ve. ou ébélouir ve. ou ébéluaer ve. ou éberluaer ve. ou ébllouaer ve. ou éblluaer ve.

ébéluzo ve. Employé dans le Val de Saire.

égaluaer ve. Le solé m’égalue.

fâoflluaer ve. Provoquer des éblouissements.

éblouissement

ébélouissement n.m. ou éblloue n.m. ou ébllouement n.m. ou éblluance n.f. ou fâofllue n.f. ou fanfllue n.f.

    Bonne découverte !

Vos avis nous intéressent !

   Rémi Pézeril

Men cat est égaluaé pa le solé, i se muche !

Men cat est égaluaé pa le solé, i se muche !

1 commentaire

Classé dans Dictionnaire Trésor de la Langue normande

17. Noute dictiounaire par Guy du Hammé de Hâot

Noute dictiounaire

 V’lo pus de vingt auns qué Marcel crie, crie : « I fâot féchounaer eun nouvé dictiounaire ! I fâot féchounaer eun nouvé dictiounaire, à parti des mots fraunçais, pouor aingui les syins qui s’otchupent de noute loceis normand ! En pus, cha sérait eune prémyire ; jammais persoune l’a enco fait jusque là. »

Marcel Dalarun d'aveu sa bllâode de maîte d'école tcheu li à Cart'ret, annaées 1990

Marcel Dalarun d’aveu sa bllâode de maîte d’école tcheu li à Cart’ret, annaées 1990

Byin seur, sauns tergi, il avait quemenchi, li-même, à dréchi des listes de mots qui li revenaient dauns sa mémouère, veu qu’il avait prêchi noute loceis dès sen pus janne âge dauns le trige de Couotaunches. Il avait mins cha dauns sa méconnique pour sâovaer le touot pus aisément. Mais v’là-t-i paé qué sa veue se mint à faiblli, qu’i veiyait pus byin à cllai et ipouvait pus aquevaer sen ouvrage ! Du coup, i dounit touot chenna à Rémin qui trachit à trouaer, à l’entou de li, quiques euns dauns le cas dé  s’y attelaer.

Rémi, Alain, Jean-Claude, Guy, Joel oû Hammé de Hâot le 24 dé juin 2013

Rémi, Alain, Jean-Claude, Guy, Joel oû Hammé de Hâot le 24 dé juin 2013 (photo Marie-Thérèse Pichon)

Nous v’là doun, quatre amins, dévaunt noute méconnique (si pratique, s’il avait fallu touot écrire touot chenna à la man, no-z-y sérait enco !) à engraungaer touotes ches listes-lo, en suusaunt les lettes de l’alphabet. I fallait suure la granmaire et la féchoun d’écrire les mots coume établlie par les savaunts ya quique temps. I nous vint itou l’idaée d’ajoutaer touos les ditouns byin couneus (et, ma fei de Du, yen a eun sapraé viage) et pis de trachi d’âotes mots déjà dréchis dauns les vuus lives coume les syins de Fleury ou de Moisy. A féne forche dé luure et arluure les syins qu’avaient écrits dauns noute loceis, les listes devenaient de pus en pus fournins. Aundré Smilly, li itou qu’avait trachi dauns le temps, nous a bailli ses cahyis. Enco pus dé dequei à rentraer dans la méconnique !

Et pis, trachi les noums normaunds des pllauntes des haies et des cllos, des ouésiâos dauns le cyil, des peissouns des rivyires et de la mé, des mannyires de crabes pêquis à la rocâle, de la légeume des gardins, des ôtis, des couteumes d’âotefeis et d’annyi des gens de nos coumeunes, de la tchulture de la terre d’aveu touos les âomâles (1) et les avers (2) dauns les positiouns (3) de noute trige du Cotentin et des countraées pus oû louen,  yavait byin de l’ouvrage et cha demaundait eune pâose (4).

Ch'est-i des peis crochus (pois mangetout) ou des peis-canard (petits pois) que t'as seumaé ichin ?

Ch’est-i des peis crochus (pois mangetout) ou des peis-canard (petits pois) que t’as seumaé ichin ?

 

Tu vas byintôt avei des feuves à mouogi ! (ch'est le gardin de Guy à Grosville)

Tu vas byintôt avei des feuves à mouogi ! (ch’est le gardin de Guy à Grosville)

Pouor mountraer qué touos ches mots-lo étaient byin couneus pa les syins qui prêchent, no pêquit pusuurs phrases dauns les lives écrits en normaund avaunt et no les remint en dounaunt le noum des happous de plleume (5). Mais i fallait les chouési de dreiture en prémyi pouor qué touot âle byin ! Qui trumutu (6)!

 

A féne forche, no v’là quittes ! L’âote équipe qui s’tait otchupaée des mots normaunds avait finin itou ! Dauns eun bouon dictiounaire, i fâot déeus bords, est-che paé ? Restaer à trouaer quiqu’eun dauns le cas de l’imprimaer pouor de bouon et féchounaer eun vrai live. Paé byin quemode, ch’est mei qui vous le dit ! En pus de chenna, cha terge trèjous, trèjous ; de loungs, loungs meis à espéraer, espéraer. Et pis, luure et arluure les prémyis viages enviaés pa l’entreprinse pouor corrigi les fâotes, veî qué touot announchait byin, et arquemenchi déeus treis coups, enco pusuurs seiraées à l’établli !

 DSC08145

Alain Bavay, Jean-Claude Léger, Guy Pichon et Joel Hallet

Alain Bavay, Jean-Claude Léger, Guy Pichon et Joel Hallet

Mais cha yest ! V’lo le live pareu, imprimaé, dauns les boutiques. Tous les syins qui le veulent peuvent l’acataer achteu. De la belle ouvrage ! Coume vos vous en doutaez, tous nous amins, qu’ount ernaé si du padaunt si taunt de temps et qui l’espéraient dé depis si loungtemps sount héreus, héreus, magène !

 DSC08144

Et pis, touotes ches seiaunches passaées à genci chu dictiounaire n’opposaient paé de beire eune bouone moque entre amins, eune feis la corvaée finin !

Guy nous lit sen texte "Noute dictiounaire". A dreite, Marie-Thérèse, qu'a illustré le livre "Dauns ma leunette à mireus"

Guy nous lit sen texte « Noute dictiounaire ». A dreite, Marie-Thérèse, qu’a illustré le livre « Dauns ma leunette à mireus »

Guy du Hammé de Haôt  Juin 2013

(1) âomâle ou âomé ou aumai  n.m. au Pl. âomiâos ou aumailles. Jeune bovin de moins d’un an. beire coume eun âomâle, boire beaucoup.

(2) avers ou averas  n.m.pl. Désigne l’ensemble des petits animaux de la ferme ou seulement quelques-uns (volailles, lapins, porcs) cha fit probabllement grilli dauns sa niche eun de ses petits avers (F.Enault, Histouère de cats).

(3) positioun  n.f. Propriété. • eune belle positioun, une grande ferme. 

(4) cela demandait beaucoup de temps

(5) écrivains (ceux qui happent, qui prennent la plume).

(6)  cassement de tête

DSC08149

et du côté normand-français

… et deuxième partie, normand-français.

Première partie : français vers normand...

Première partie : français vers normand…

 

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Dictionnaire Trésor de la Langue normande

12. Ouest-France : Rémi Pézeril : « Le normand, notre trésor » par Fraunçoués Simon page Normandie mardi 19 juin

Boujou tertous,

Luure ichin l’articlle d’Ouest-France touot récopi sus le trige (le site) de L’Eteile de Normaundie (maj + clic gauche), ch’est en grosses lettes !

http://normandie.canalblog.com/archives/2013/06/15/27434635.html

Et pis coume cha ch’est le moument d’allaer veî sus chu bllo, ya byin de quei luure sus la Normaundie !

Merci és amins de l’Etoile de Normandie !

Fraunçoués Simon ‘tait venun me halaer le portrait ya quique temps, dreit devaunt la Faête és Normaunds de Quédou / Quettehou et pis du couop il est arvenun le venrédi oû sei, et i feut seurgoulaé d’entenre Mari Jones, professeuse de normaund à Cambridge ! ! (Veî cha qu’ol avait dit sus men bllo).

Mardi 18 dé juin, les déeus articlles de Fraunçoués ‘taient doun dauns le jouorna « Voué de la Fraunce », cha fait des dizaines de millyis de liseus… et p’tête co pus si ya déeuse-treis bouones gens à luure chaqueune des gazettes…  Ya byin 100 000 gazettes vendeues en Normaundie de ch’té quotidian (?).

Bouon le gâs Fraunçoués (no dirait Chinot par tcheu nouos) counaît paé byin la graphie d’achteu mais ch’est coume cha : mais qu’i yéra des cours à l’école, cha s’amendera ! « J’y tyins ! » (yin : no peut dire i ou in pus ou mens nasalisi).

Il a genci byin des coumplliments à touos ! A Théo : dé qui que » la voix ressemble à du miel qui coule », à Dannié / Daniel : « Magène a un site internet formidable » et à touos : « Magène édite des disques de grande qualité ».

  Et pis ch’est byin teurqui !

  Une précision à propos de l’île de Man, il faut lire « il y a des gens qui parlent la langue de l’île britannique de Man où il n’y avait plus de locuteurs du tout ». En effet c’est une politique volontariste qui a permis de recréer avec succès cette langue disparue !! Les livres pour enfants ont d’ailleurs inspiré les auteurs des livrets couleur de Jersey. A quand des livres en normand pour les enfants ? Et byin ch’est pouor byintôt ! Seurprinse !

Mais qu’i dit « une revue remarquable », le tite ‘n est La Voix du Donjon byin seur (aboun-ous / abonnez-vous ! 30 € par an + le Hors-série en normaund à 10 €)

François Simon a seu arprende nous idaées les pus incriyablles pou les syins qu’ount si taunt de fâossetaés dauns la heune !

   Et pis quaund que ch’est dit par Mari Jones, ch’est co pus incisif que par nouos âotes ! Cha va nous digui (aiguillonner). Coume me l’écrit Emmanuel Mauger :

 » Celui de la prof de Cambridge est particulièrement intéressant (non pas que le tien ne le soit pas), cela ouvre des horizons… « 

Prêchi, luure, écrire en normaund : ch’est possiblle !

Les déeus articlles à Fraunçoués Simon. O-F p. Normandie,18 dé juin dé 2013

Les déeus articlles à Fraunçoués Simon. O-F p. Normandie,18 dé juin dé 2013

   Le dictionnaire « Trésor de la langue normande » (français-normand et normand-français) des Editions Eurocibles est sorti ! Le bébé se porte bien : 1390 p., 1,690 kg, épaisseur 6,4 cm ! 36 000 mots dans la partie normand vers français… 29 000 côté français vers normand : il en manque byin seu, mais c’est bien le premier véritable dictionnaire double écrit par deux équipes différentes et complémentaires, une vingtaine de personnes de qualité !
En vente dans les librairies

ou au local des Amis du Donjon à Bricquebec avec 5 % de remise (soit 37 € au lieu de 39 €) (toujours ouvert jour du marché le lundi vers midi)


ou me contacter par mail : <remi@npng.org>


ou directement aux Editions Eurocibles 1 centre du Clos l’Evêque – 50570 MARIGNY
Courriel : contact@interservices-eurocibles.fr
Site : www.normandiffusion.com

R. P.

1 commentaire

Classé dans Dictionnaire Trésor de la Langue normande

11. Champagne (normand) ! Le dictionnaire français-normand et normand-français est sorti, Editions Eurocibles.

Terminé par les deux équipes de rédacteurs depuis plus de deux ans, après modifications de présentation, ce Trésor de la Langue normande (T.L.N.) est enfin imprimé et mis en vente dans les librairies. Déjà la télévision régionale avait présenté les auteurs au travail en mai 2007. C’est en effet une œuvre de longue haleine puisqu’elle s’appuie au départ sur les enquêtes orales d’Hippolyte Gancel et les fiches de Marcel Dalarun…

Maurice Fichet présente la partie normand-français, 30 000 mots qui ne sont pas une compilation de dictionnaires !

et le rédacteur de ce blog qui a eu l’honneur d’écrire la présentation qui introduit les dictionnaires vous en propose un extrait ici : mais pourquoi donc s’atteler à un dictionnaire français-normand ? Ne serait-ce pas une mission impossible ?

Couverture

    Un Trésor ? Oui, une richesse de notre patrimoine qui s’effrite de jour en jour avec la disparition progressive de ses locuteurs… Mais rien ne sert de se lamenter. Un « Trésor », c’est aussi le sens « d’une collection », « une réunion de choses précieuses amassées pour être conservées, considérées comme une richesse pour les générations futures ». Il y eut un Trésor de la langue française, un Trésor de l’occitan. Voici un « Trésor de la langue normande ». 

   Vous avez entre les mains deux dictionnaires : bien sûr, un dictionnaire normand-français qui vous étonnera par son ampleur. Mais jamais jusqu’à présent ne fut tentée l’expérience de publier un dictionnaire français-normand. Cela mérite une explication…

   Le Tome I est le Dictionnaire français-normand : ce premier tome part des mots français pour rechercher les mots normands de même sens ou de sens voisin. Il s’agit presque d’un dictionnaire analogique. C’est une formule très originale imaginée par leurs auteurs pour faciliter l’entrée dans ce « Trésor de la langue normande ». À un mot français correspond souvent une dizaine de mots normands voisins classés par ordre alphabétique. Le sens de chaque mot normand est alors précisé en français car il n’existe pas obligatoirement un mot spécifique français pour le traduire !

   II. Le second tome, normand-français, est plus classique dans sa forme. Combien de mots normands ? Plus de vingt-sept mille, traduits en français et expliqués… Et, lorsque c’est utile, de nombreux exemples pour éclairer la signification et l’usage de ces mots.

Présentation par Maurice Fichet de la méthode utilisée pour la réalisation du dictionnaire normand-français :

DSC06537

Voilà mon expérience de rédacteur « partiel ». Nos sources d’information sont les suivantes :

1°/ Notre base a été le travail de Marcel Dalarun commencé depuis longtemps.

2°/ Nous avons pris des références dans des dictionnaires déjà existants mais Bourdon, notre base essentielle, plus Fleury, plus Moisy ne font pas 30 000 mots à eux trois d’autant plus que nous avons retrouvé souvent les mêmes mots dans les trois dictionnaires.

3°/ Pour des centaines voire des milliers de mots trouvés dans ces dictionnaires, nous avons proposé des sens différents inconnus de ces trois auteurs.

4°/ Personnellement, j’ai relu Guéroult, Smilly, Lepeley (l’abbé, pas l’autre), Birette, Rossel, Enault, Noël, Mouchel et quelques autres, madame Mauduit et madame Letourneur ont relu d’autres auteurs, à nous trois, nous avons lu à peu près tout ce qui s’est écrit en normand et nous avons trouvé des milliers de mots qui ne sont répertoriés dans aucun dictionnaire.

5°/ Notre ouvrage est truffé de citations d’auteur, ce qui prouve que ces mots ont été utilisés.

6°/ Nous avons utilisé les mots dans des phrases qui permettent d’en comprendre les différents sens.

7°/ Nos mémoires ! Combien de mots et d’expressions (des centaines et peut-être des milliers) avons nous mises dans le dictionnaire, mots et expressions qu’on a trouvées nulle part, ni dans la littérature ni dans les dictionnaires. Exemple à propos du travail de la terre : Alphonse Poulain et Gogibu sont des spécialistes. Je pourrais aussi citer les mots et expressions de ma grand-mère et de mon arrière grand-mère (elle aurait presque 150 ans). Je n’ai pas lu le dico d’Eric Marie mais je suis persuadé qu’il n’a pas tout mis du vocabulaire du Cotentin dans son dictionnaire. Je suis né dans le Val-de-Saire et il n’est pas venu me voir pour collectionner ses mots.

DSC06543

   Des citations d’auteurs de toute la Normandie parsèment les deux dictionnaires sans tomber dans une profusion qui alourdirait l’ouvrage et sans prétendre à un quelconque équilibre entre eux ni exhaustivité. L’orthographe des auteurs a été souvent conservée, elle est riche d’enseignements sur leur prononciation, même si ce n’est plus la graphie en usage actuellement. 

   À chaque lecteur de s’approprier les mots et expressions qui lui plaisent, voire de compléter par lui-même et de nous informer de ses connaissances pour une édition future, ou une mise en ligne sur le site Internet « http://www.magene.com ».

   Cet ouvrage a pour but de vous aider à parler normand avec un vocabulaire étendu et de faciliter la lecture des ouvrages de ceux et celles qui ont écrit ou qui écrivent actuellement en normand (écrivain-e-s de qualité et plus nombreux que ce que l’on croit souvent). Naturellement, si vous y trouviez une incitation à prendre la plleume et à écrire vous-mêmes en normand, prose ou vers, le but de notre effort de collecte et de rédaction sera atteint !

   La plupart des auteurs de ce Trésor de la langue normande ont le normand comme langue maternelle. Leur connaissance et leur pratique est la base de ces dictionnaires, alliées à la collecte orale. La plupart des mots sont toujours connus aujourd’hui, même si c’est par un nombre de gens qui se restreint comme peau de chagrin.

IMGP5842

Guy Pichon, rédacteur du dict. français-normand, a été prof d’anglais et de normand au Collège de Bricquebec, auteur de 35 chroniques en normand sous le nom de Guy du Hammé de Hâot, éditées par l’association Magène. Photo Michel Le Bas, 25 mai à Quédou / Quettehou.

   De nombreuses personnes ont été consultées que nous remercions vivement. Et les centaines de fiches manuscrites de collectage rassemblées par Marcel Dalarun et Hippolyte Gancel au cours des années constituent l’une des bases de ces dictionnaires : à elles seules, elles représentent des trésors de mots portés à votre connaissance.

   Cependant il faut aussi rendre hommage à tous les érudits qui ont noté (surtout à la fin du dix-neuvième siècle) dans de très nombreux glossaires et dictionnaires un nombre incroyable de mots et d’expressions entendus lors des siècles passés. Mais seulement une faible partie du vocabulaire contenu dans ces deux dictionnaires en a été extraite (en particulier concernant l’Est de la Normandie, faute du temps nécessaire à la vérification de leur usage aujourd’hui). Il est parfois possible de consulter ces dictionnaires du XIXe siècle sus la teile Internet, mis en ligne par des universitaires… québécois.

   Peut-on « sauver » tous les mots ? Leur redonner vie ?

   Probablement non, étant donné qu’il n’existe en France aucune politique volontariste pour le faire, que ce soit de la part de l’État français ou de l’initiative des Institutions régionales : interdiction dans les écoles et collèges des cours de langue régionale, presque rien dans les médias, très peu de financements publics, Etc. Ignorance générale de l’existence de cette langue, encore traitée de « patois » parfois par des universitaires qui devraient la défendre.

   Même à Jersey et Guernesey où les élus financent les initiatives d’enseignement du normand reconnu comme une langue à part entière, l’avenir et la pérennité de la culture première de ces îles est compromis.

   Soyons réalistes, il faut si possible dépasser l’isolement dans son petit pays pour que survive une langue d’aujourd’hui à travers cette immense région de la Normandie. L’urgence fait qu’il n’est pas interdit de notre point de vue d’utiliser un mot oublié ou inconnu dans son village et qui serait vivant ailleurs… Le risque dénoncé par certaines bonnes âmes d’en arriver à une « langue moyenne » un peu uniforme est moins grand que celui de l’oubli définitif dans la poussière des bibliothèques et des cimetières…

IMGP5845

Jean-Claude Léger, rédacteur du dict. français-normand. Poèmes et récits à paraître aux Editions Magène. Ph. Michel Le Bas.

   Notre préoccupation n’a pas été de situer les lieux où ces mots sont utilisés, même si cela a été quelquefois précisé. Ce travail fastidieux aurait été présomptueux : il existe un Atlas linguistique de la Normandie et différents travaux de spécialistes sur ce sujet.

   Bien sûr certains mots disparaissent car les techniques qui leur sont liées ne sont plus guère pratiquées. Nous avons tenu cependant à inclure des domaines qui font encore la réputation et la culture de la Normandie : le vocabulaire du cheval, de la pomme et du cidre, de la pêche et des coquillages ou crustacés, Etc.

   Mais la surprise vient de la précision et du nombre de mots normands correspondant parfois à un vocabulaire français très restreint. Pas seulement sur le thème des divers types de pluies qui arrosent la région ! Il suffit de feuilleter ces deux dictionnaires pour s’en rendre compte. Jusqu’à quarante-huit mots normands parfois pour un seul en français !

   Pour décrire par exemple le caractère des gens (des femmes ou des hommes !), les adjectifs ne manquent pas. Souvent péjoratifs ! Mais l’humour tempère la violence de ces mots, et aujourd’hui, c’est avec amusement que nous pouvons les lire ou les utiliser…

A g., Joel Hallet, rédacteur du dict. français-normand, auteur d'histoires en normand. Ph. Michel Le Bas.

A g., Joel Hallet, rédacteur du dict. français-normand, auteur d’histoires en normand. Ph. Michel Le Bas. (Théo lui règle son micro à Quédou le 25 mai).

Alain Bavay, rédacteur du dict. français-normand, latiniste et historien.

Alain Bavay, rédacteur du dict. français-normand, latiniste et historien.

   Car si le travail des deux équipes d’auteurs (hommes et femmes) fut considérable pendant sept années de recherches et de dialogue, il fut aussi placé sous le signe de la bonne humeur : rencontres très agréables et passionnantes autour d’un feu de bois, d’une brioche et d’eune moque de bouon beire…

Marie-Charlotte Letourneur, rédactrice du dict. normand-français. Membre de l'UPNCoutançais. Rose-Marie Mauduit a également fait un travail de bénédictin ! Et d'autres cités dans le T.L.N.

Marie-Charlotte Letourneur, rédactrice du dict. normand-français. Membre de l’UPNCoutançais. Rose-Marie Mauduit a également fait un travail de bénédictin ! Et d’autres cités dans le T.L.N.

DSC06891

Le dictionnaire est en vente dans les bonnes librairies ! (39,50 €)

… ainsi qu’au local des Amis du Donjon à Bricbé / Bricquebec.

Rémi Pézeril

(sauf mention contraire, les photos dans ce blog sont celles du rédacteur du blog…)

4 Commentaires

Classé dans Dictionnaire Trésor de la Langue normande, Faête és Normaunds