Archives de Catégorie: Langues autres que normand

34. Nouveau CD du groupe Magène. « Je syis magnifique ! »

 Théo Capelle chante en concert de nouvelles chansons, telle « Je syis magnifique !, d’Amelia Perchard.

Musique de Daniel Bourdelès.

     Chu sammedi 25 dé jaunvi de 2014, byin des gens avaient la lerme à l’uu : déeus heures de caunchouns en normaund de Côtis-Capel, Marcel Dalarun, Alphounse Allain, Marie Berthe… Et itou des pouètes fraunceis armins en normaund coume Guy Thomas (parolyi de Jean Ferrat) et Jacques Lebouteiller qui demeure à Sant-Georges-Mountcô(1) oûpraès de Sant-Lô. Amelia Perchard, lyi, ol ‘tait de Jèrri, ol a jostaé d’aveu eune vuule caunchoun aungllaise pou l’écrire en normaund ! 

Dos du CD Je syis Magnifique ! Magène en NormaundieThéo Manuela Jean-Louis et Dany

Dos du CD Je syis Magnifique ! Magène en Normaundie Théo Manuela Jean-Louis et Dany

Vos pouvaez l’ouï achteu sus ioutioube :  Magène chante « Je syis magnifique ! » en public, « en live » coume no dit achteu !

            ou byin en accataunt le CD sus noute shop, estchusaez : noute « échoppe » (à Alençon annyi le gâs Michi a veu sus eune verrène -vitrine- eune graunde récllame collaée : « Shop’in », mais li cha ya fait pensaer putôt à… chopine !!!)…     noute échoppe : <magene.com>  (13 € – 16 caunchouns, même paé eune pistole pouor ieune !)
Amelia, o serait byin surgoulaée de veî « chu niolin » (cette bagatelle de rien du tout) coume tite d’eune galette neumérique !

(Biographie d’Amelia P. en fin d’article)

Sus le pllaunchi du cinéma de Bricbé "Le Donjon"

Sus le pllaunchi du cinéma de Bricbé « Le Donjon »

5. Je syis magnifique !         

(Graphie du continent, « de la Graund Terre »)    Refran :

Magnifique, je syis magnifique !

Ya ryin de ma dauns ma saunté

Je syis hardi byin, counsidéraunt je suis très bien, à tout prendre

Men Doue ! Je syis magnifique, merci ! Mon Dieu

 

J’i des rheumatisses dauns les genours,

Et de la goutte dauns men gros orté,

Men pouls est fyiblle et j’i pus de dents

J’i des cors sus les déeus pyids

Le ma me jiguule à retou de temps. me tracasse tout le temps, sans cesse.

Ch’est rare qué je dors le loung des nyits. que je dorme au cours des nuits.

Refran

« L’alibêle dé niolin tchi siet – le texte de bêtises qui suit – mé fut donnée y’a tchique temps. Ou’tait écrite en Angliais et app’lée “There’s nothing the matter with me!”. J’pensis – j’m’en vais traduithe chennechîn et v’la tchi pouôrrait amuser tchiqu’uns.     A.L. Perchard ».     Byin veu Amélia !

Texte en aungllais  I’m Fine Thank You (voir plus bas)

Texte en jérriais : J’sis magnifique, merci !  http://members.societejersiaise.org/geraint/jerriais/magnifique.html

Refrain :

J’ sis magnifique, jé sis magnifique !

l’ n’y’a ryin d’ma auve ma santé

J’sis hardi bein, considéthant !

Man doue! J’sis magnifique, merci !

1er couplet :

J’ai des rhonmatisses dans mes g’nours,

Et la goutte dans man gros orté,

Man pouls est faibl’ye, et j’n’ai pas des dents,

Et j’ai des cors sus les deux pids,

Et lé ma m’tracache tout l’temps.

Ch’est rare que j’dors lé long des nyits.

La pouquette du CD, le mot Magène se dégrabolise itou !

La pouquette du CD, le mot Magène se dégrabolise itou !

No ouait que la vuullèche est doraée,

J’en doute quaund je grimpe dauns men lyit !

Quaund je pose men ouïe dauns lé tireus,

Et pis mes dents dauns lé guichoun,  

                                                                                 dans la petite soupière

M’n uu oû pid du carilloun !

        Mon œil

Ya-t-i âote seit que j’i oumbélié ?

                Refran

Texte en jérriais : 2e couplet :

Nous ouait qu’ la vieillèche est doraée,

J’en douote quand je grîmpe dans man liet!

Quaund j’pose men ouïe dans le titheux,

Et pis mes dents dans le dgichon,

Men yi au pid du carillon !

Veire, y’a t-i âote chose qu’ j’i oublie ?

Théo en 2012 à Octeville

Théo en 2012 à Octeville

Jé me lève de bouone heure oû matin

                      et ampraès eune bouone tasse de… café

Dauns la gazette je luus les déçaès ;

Lé myin yest paé, je dis « Dgieu merci »

Je moujus déeus beurraées de gelaée

Et pis du couop je vas m’arcouochi !

Refran (bis)

3e couplet :

J’me lève dé  bouonne heuthe lé matin  

                       et amprès eune boune tâssée d’ thée

dauns la gazette et j’lié  les décès;

Lé  mein n’y’est pas,  j’dis « Dgieu merci »

Et j’mange deux beurrées d’gelée

Et pis du couop j’vas m’ercouochi!

Amelia Perchard à Jèrri vyint de gangni la coupe "Les Enfuntchis" pouor eune farce en eun acte "En élection"

Amelia Perchard à Jèrri vyint de gangni la coupe « Les Enfuntchis » pouor eune farce en eun acte « En élection ». Gazette enviée par Geraint de Jèrri.

Texte d’origine en entier :

         J’sis magnifique, merci !

Je sis magnifique, merci,

l’ n’y’a rein d’ma auv’ ma santé !

J’ai des rhonmatisses dans mes g’nours,

Et la goutte dans man gros orté,

Man pouls est faibl’ye, et j’n’ai pas des dents,

Mais j’sis hardi bein, considéthant!

J’ai des cors sus les deux pids,

Et lé ma m’tracache tout l’temps.

Ch’est rare que j’dors lé  long des nyits,

Et j’m’êmôque au solé l’vant.

Ma mémouaithe n’est pas ch’qu’ou ‘tait d’vant,

Mais je n’sis pas mal, considéthant!

  l’ n’ faut pas admettre qu’nou-s-est afflyigis,

    Coumme nou d’veint tous quand nou vieillit,

    Faut, s’ dréchant, dither: « J’n’sis pas finnie,

    Man doue! J’sis magnifique, merci! »

    Comment que j’sai qu’man janne temps est passé ?

    Ch’est que l’entrain né m’entraîne pas coumme i’ soûlait!

    Mai v’là tchi n’fait d’rein et j’pense en souôriant

    Es pliaiches où ‘est m’n entrain m’am’né d’temps en temps!

Que lia vieillèche est dorée, est un diton qu’nou ouait,

Mai j’en ai mes doutanches quand j’grîmpe dans man liet!

Mén ouïe dans l’titheux, mes dents dans l’dgichon,

M’n yi sus la tabl’ye au pid du carillon!

Et d’vant m’endormi j’mé d’mande tchiquefais,

Y’a’t’i’ aut’ chose que j’ai oublié à mettre sus l’ais?

    Quand j’tais janne auv’ mes rouoges souliers,

    J’mé toupinnais su l’ but d’mes ortés.

    Quand j’d’vins pus vielle, j’ dansais toute la niet

    Auv’ des souliers en bieu bliu satin!

    Mais à ch’teu ch’est des nièrs chaussons en v’lous pour mé,

    Comme j’gabathe auv’ man bâton du matin au se!

Dé  bouonne heuthe lé matin après eune tassée d’thée

J’ramasse la gazette et j’lié les décès;

Lé mein n’y’est pas, d’même j’dis « Dgieu merci »

Et j’mange deux beurrées d’ g’lée

Et pis j’vais m’ercouochi!

Scottish Poetry Selection
– I’m Fine Thank You

Here is poem which preaches the practical benefit of positive thinking as we grow old! I understand that the poem was written was written around 1953 by Constance O’Neon.

I’m Fine Thank You

There is nothing the matter with me
I’m as healthy as can be.
I have arthritis in both my knees
And when I talk, I talk with a wheeze,
My pulse is weak and my blood is thin,
But I’m awfully well for the shape I’m in.

Arch supports I have for my feet,
Or I wouldn’t be able to go on the street.
Sleep is denied me night after night,
But every morning I find I’m all right,
My memory is failing, my head’s in a spin
But I’m awfully well for the shape I’m in.

The moral is this – as my tale I unfold,
That for you and me who are growing old,
It’s better to say, « I’m fine » with a grin,
Than to let folks know the shape we’re in.

How do I know that my youth is all spent?
Well my ‘get up and go’ has got up and went.
But I don’t really mind when I think with a grin,
Of all the grand places ‘my get up’ has been.

Old age is golden, I’ve heard it said,
But sometimes I wonder as I get into bed,
With my ears in the drawer, my teeth in the cup,
My eyes on the table until I wake up.
Ere sleep overtakes me, I think to myself
Is there anything else I could lay on the shelf?

When I was young, my slippers were red;
I could kick my heels right over my head.
When I got older, my slippers were blue;
But still I could dance the whole night through.
But now I am old, my slippers are black;
I walk to the store and puff my way back.

I get up each day and dust off my wits,
And pick up the paper and read the ‘obits’.
If my name is still missing, I know I’m not dead –
So I have a good breakfast and go back to bed.

Return to the Index of Scottish Poetry Selection

Amelia Perchard 1 001

Amelia P. 2 001

Amelia P. 3 001

Editions Isoète, Cherbourg 1988 (épuisé depuis longtemps). Un ouvrage de basepour découvrir la littérature en normand de Jersey et Guernesey

Editions Isoète, Cherbourg 1988 (épuisé depuis longtemps). Un ouvrage de base pour découvrir la littérature en normand de Jersey et Guernesey

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Chansons, Concerts Magène, Jersey, Langues autres que normand, Vocabulaire

33. Charte européenne des langues régionales ou minoritaires

Avant de revenir dans ce blog sur les deux CD de Magène qui viennent de paraître, de vous donner tous les textes et les traductions en français si nécessaire, d’évoquer le magnifique concert qui a rassemblé 200 personnes dans la salle du cinéma de Bricquebec samedi 25 janvier (photo) et d’aller faire un tour en Sicile normande (enfin !), l’actualité s’impose…

L’Assemblée nationale vient d’adopter la proposition de loi qui va permettre de changer la Constitution, étape obligatoire afin de ratifier la charte européenne des langues régionales ou minoritaires. 361 voix pour, 149 contre, l’hémicycle s’est prononcé dans une très large majorité. Vu cette majorité écrasante, on voit bien que ce gouvernement mou aurait pu se dispenser de mettre des avenants qui réduisent la portée de la Charte (il se pourrait même à mon avis que l’Europe râle devant ces restrictions contraires à la Charte !!!)

  Sans loi constitutionnelle, pas de ratification de la charte européenne

La ratification de la charte européenne des langues régionales ou minoritaires nécessite une loi constitutionnelle, qui ne peut être votée que par le Congrès soit l’Assemblée et le Sénat réunis (réunion des deux chambres à Versailles). Mais le Gouvernement veut d’abord s’assurer que cette ratification peut obtenir la majorité requise des 3/5èmes, soit bien plus que la simple majorité socialiste. Le vote de ce mardi 28 janvier à l’Assemblée était destiné à le vérifier. Si la majorité des 3/5èmes est aussi atteinte au Congrès, le gouvernement proposera alors lui-même un projet de loi constitutionnelle.

Les réactions des députés bretons, Jean-jacques Urvoas, député PS du Finistère à l’origine de la proposition de loi et de Marc Le Fur, député UMP des Côtes-d’Armor : http://bretagne.france3.fr/2014/01/28/chartes-des-langues-regionales-la-proposition-de-loi-adoptee-404431.html

Je viens d’écouter tout le débat très long en vidéo de la 2è séance des députés du mardi 22 janvier. Très intéressant d’entendre les arguments en faveur des L. R. ! (très peu d’opposants).

La Charte va être signée magène byin (mais cela va être long : le Sénat doit aussi discuter et voter car le gvnt veut d’abord savoir si cela va être possible de rassembler les 3 / 5e des voix lorsque les 2 assemblées seront réunies en congrès à Versailles. Avant ce congrès… des mois vont passer… ??).

3 pb : 1) le gouvernement signe en ajoutant des avenants qui restreignent la Charte afin d’effrayer personne ! (« contradictoire et baroque » !). Les Bretons Le Fur (UMP) et Paul Molac (écolo, gallo et parlant breton aussi) ont souligné les risques futurs de ces restrictions, leurs amendements ont été rejetés avec l’argument qu’il faut avoir les 3 / 5e des voix au Congrès.


2) il suffit d’adopter 35 articles de la Charte sur 98 pour considérer que la Charte est adoptée. La France va en signer… 39 !!


3) le normand (pas plus que les autres langues d’oil) n’est pas dans les langues désignées et promues par la Charte (les « dialectes de la langue principale » en sont exclus tout comme les langues de l’immigration), mais espoir en voyant que le gallo est cité dans le débat comme s’il allait en bénéficier. Le gallo est la chance du normand, grâce à leur esprit militant ! Rémin Pézeri

Image

Image 

photos : Christophe Lecouvey

Poster un commentaire

Classé dans Concerts Magène, Langues autres que normand, Uncategorized

31. Nouveau répertoire du groupe Magène. Eune rose rouoge…

 Théo Capelle chante en concert de nouvelles chansons, telle Une Rose rouoge, un très beau poème de Marcel Dalarun mis en musique par Daniel Bourdelès.

Prochain concert : à Sotteville, ce vendredi 9 en soirée, portes ouvertes chez Ludovic Capelle (qui a pris la suite de Théo à la cidrerie située au Nord des Pieux – 50).

DSC09689

Eune rose rouoge
Eun gran de sé sus tes lèves
Eun amour dé qui que no rêve
Eune leune jâone qui se lève
Eun déhait qui s’aquève

 DSC06246

Eun rile câod dauns tes queveus
Eune mé verte et pis blleue
Eun regard qui mette héreus
Eun coquêne joraé de feu

DSC08665

Mais eune rose rouoge artrouselaée
Ch’est l’étaé de men matin
Mais eune rose rouoge graund effrâlaée
Ch’est l’évâo de men quemin

DSC09742

Eune béluette dauns tes uus
Eun annyi oû déju
Eun rire fo poursuusu
Eun âoteseit incounu

Théo à Montfiquet 24 dé juilet

Théo à Montfiquet 24 dé juilet

Eune freidure qu’arrive quitte
Eune caunchoun accoundite
Eun sourire qui s’alleume
Eun bounheu oû répreume

égllise de Tamerville - près de Valogneségllise de Tamerville – près de Valognes

Mais eune rose rouoge artrouselaée
Ch’est l’étaé de men matin
Mais eune rose rouoge graund effrâlaée
Ch’est l’évâo de men quemin

 DSC09751

 Une rose rouge

 Un grain de sel sur tes lèvres
Un amour dont on rêve
Une lune jaune qui se lève
Un souci qui prend fin

 Un souffle chaud dans tes cheveux
Une mer verte puis bleue
Un regard qui rend heureux
Un platane décoré de feu

 Mais une rose rouge aux pétales retroussés
C’est l’été de mon matin
Mais une rose rouge toute grande offerte
C’est l’envol de mon chemin

 Une étincelle dans tes yeux
Un aujourd’hui à son réveil
Un rire fou qui n’arrête pas
Quelque chose d’inconnu

 Une ambiance froide qui se termine
Une chanson que l’on accompagne
Un sourire qui s’illumine
Un bonheur qui arrive à l’improviste

 Mais une rose rouge aux pétales retroussés
C’est l’été de mon matin
Mais une rose rouge toute grande offerte
C’est l’envol de mon chemin

DSC09617DSC09618DSC09638

  

 

 

 

Le public a été enthousiasmé par l'humour de Théo à Montfiquet, petit village au bord de la forêt de Balleroy

Le public a été enthousiasmé par l’humour de Théo à Montfiquet, petit village au bord de la forêt de Balleroy

Michel et Françoise Le Bas

Michel et Françoise Le Bas

 

Autres concerts :

Carteret  21 août            
St Vaast  23 août            
St Germain/Sèves  25/8 

Merci à ceux qui m’envoient leurs réactions et des infos, tel :

    Ohi Àrnaldsòn : « avec les Amis du Donjon et le groupe de Prêchi il ne manque pas de locuteurs ! ce serait pas mal en effet de mettre sous chaque texte son audio ! plus on entend le normand sus la teile mieux c’est !

Veire ,  les langues régionales sont nos cousines j’ai pas mal de contacts avec plusieurs locuteurs de langues régionales d’Europe , les contacts sont une bonne chose pour voir où nous en sommes par rapport à eux et pourquoi et comment sont elles arrivesé à tel ou tel stade d’influence et d’importance, d’ailleurs une langue très proche de la notre : Le gallo se débrouille pas mal du tout , on le retrouve d’ailleurs sur le site de la Ville de Romillé en enregistrement sous la plupart des articles »

(à suivre…)

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Concerts Magène, Jersey, Langues autres que normand, Saisons

29. Bouone et le tchuraé, Touène à la mair’rie, le fuuleton (5è)

   Montaigu, suite du feuilleton…

à Montaigu

à Montaigu

Ch. III 7.         Devaunt que de s’endormi, Bouone avait des idaées qui li toupinaient dauns la tâete : çu fillette-lo, o serait paé coume lyi ! Sen père érait ryin à dire, il ’tait si héyeus. Et les balaundyires du hammé pourraient paé bagoulaer  qu’il avaient fêtaé la Pennecouote devaunt Pâques : Charlotte avait nâqui pus d’eun aun ampraès qu’il eûtent passaé souos la perque !

L'église de Montaigu

L’église de Montaigu

   Treis semannes ampraès, o s’en feut veî le tchuraé qui l’espérait souos le graund porta de l’égllise pouor les relevâles.

DSC00350

   I fit quiques pryires, bénit les déeus pans que sen bouonhoume avait boulaungis de vèle. O li en baillit yeun et se racachit d’aveu l’âote.

DSC00391

 Cha s’adounit reide byin, de la partie de l’égllise, ol apercheut José qui s’n allait veî ses baêtes : ol avait veu eun houme…  doun ol érait eun gas : ch’est Touène pardyi qu’en sera byin aise !        Bouone feut arprinse treis meis aumpraès ; ol eut byin eun quenâle. Malhéyeusement, i vint tout blleu, d’aveu le cordoun alentou du co. Touène en érait plleuraé !

DSC00205

DSC00208

   Le tchuraé leus dit par ses raisouns que ch’était eun avouortilloun et qu’il avait paé ’taé baptisi ; i voulit paé qu’i seit portaé en terre d’aveu l’s âotes éfaunts : « I sera entâopinaé le loung du mu du chimetyire, yéra paé de relévâles inetou… »

DSC00292

L’ossuaire de Montaigu, dans le cimetière

DSC00312

   —  Pisque chenna en est, que fit Bouone, j’irai puchi ma linsive eun coup par aun pouor Pâques, i m’arveira pus à la messe ! Ch’était men petiot, je l’i yeu dauns mei padaunt neu meis ; ch’était men fisset, men poulot, no deit paé l’entâopinaer coume eun quyin !

   Touène fit dé demême.

   Avant de s’endormir, les idées tournaient dans la tête de Bonne : cette enfant-là, elle ne serait pas comme elle ! Son père n’aurait rien à dire, il était si content. Et les cancanières du village ne pourraient pas raconter qu’ils s’étaient fréquentés avant le mariage et qu’ils avaient fêté la Pentecôte avant Pâques : Charlotte était née plus d’un an après qu’ils se furent mariés à l’église !

   Trois semaines plus tard, elle alla voir le curé qui l’attendait sous le grand portail de l’église pour les relevailles. Il fit quelques prières, bénit les deux pains que son mari avait cuits la veille. Elle lui en donna un et revint avec l’autre. Cela tombait très bien, dès qu’elle sortit de l’église, elle aperçut Joseph qui allait surveiller ses bêtes : elle avait vu un homme… donc elle aurait un garçon : c’est Antoine pardi qui sera bien content !

   Bonne fut de nouveau enceinte trois mois plus tard ; elle eut effectivement un garçon. Malheureusement, il vint tout bleu, avec le cordon ombilical autour du cou. Antoine en aurait pleuré !

DSC00220

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Le curé leur fit valoir que c’était un avorton et qu’il n’avait pas été baptisé ; il ne voulut pas qu’il soit enterré avec les autres enfants : « Il sera mis en terre le long du mur du cimetière, il n’y aura pas de relevailles non plus… »

DSC00327

   —  Puisqu’il en est ainsi, dit Bonne, j’irai me confesser une fois par an pour faire mes Pâques, il ne me reverra  plus à la messe ! C’était mon petit, je l’ai porté neuf mois ; c’était mon garçon, mon bébé, on ne doit pas l’enterrer comme un chien. 

   Antoine fit de même.

DSC00334

 

 

Saint Martin partage son manteau...

Saint Martin partage son manteau…

DSC00288

Ch. IV 6.              Ugène prêchait du temps, des vaques que no-z-allait byintôt mette à l’herbe, du bllé, de l’annaée qui s’announchait reide byin… du temps qu’était poussaunt…

Les viâos à Montaigu (lé 6 d'ât dé 2013)

Les viâos à Montaigu (lé 6 d’ât dé 2013)

de la cocotte qui leus avait fait byin du ma et ch’est seument à la surrinchette – « no peut paé arparti sus eun pyid » —  que no quemenchit à veî iyoù qu’i voulait en venin :

   —  Les mâovaises annaées sount derryire nouos, t’as byin reussi, t’es sus eune belle positioun, t’as tréjous demeuraé à Mountaigu, no-z-entend que du byin de tei : je vourais que tu seis counsilli ! »

Eune barryire de cllos à Montaigu

Eune barryire de cllos à Montaigu

   Touène et Bouone en restîtent la goule souos le naez. Bouone pinchit du bé, ol ’tait brin héyeuse de cha qu’o venait d’entenre.

   —  T’es byin veu, byin rendaunt service, d’aveu tei ya paé de nennin. De cha qué je veî s, t’es paé par trop erligiounnaire,  je creis que t’es républliquain mais paé brûlaé rouoge ! Tu serais eun bouon counsilli et eun bouon adjouent ! Qui que no sait ? Dauns syis auns, je sis byin vuulli, je m’artirerai… Tu pourrais yête dauns la quaire à bras. Qui que t’en dis ? Té v’là byin abâobaé : prêche-z-en alentou de tei, je rapasserai la semanne qui vyint ! »

   Promais qu’Ugène feut dépéqui, Bouone en tumbit d’assise sus la bauncelle, toute ébésouie, Touène était éblluaé itou.

   —  Ch’est paé pouor dire, tu ferais eun reide bouon counsilli, âossi bouon mahène byin que José qu’a paé seument ouvert la goule dé depis douoze auns qu’il est à la mairerie ou que çu pouore Louisot qui luut byin à penne et qu’a paé de gingin pouor déeus liards ou byin enco Batisse qu’est dreit dauns le cas de dire cha que le tchuraé li a dit ! Seument, adjouent, va falli que tu t’en alles à la mairerie eun coup la semanne : ch’est paé à la mairerie que l’ouvrage va se faire, cha va yête sus mei que cha va tumbaer, je pourrai pus me chevi.

Eune belle pôsition à Montaigu

Eune belle pôsition à Montaigu

   —  Si j’arrive, no prenra eun petit valet ; justinèment, ya Louisot Vâotyi qui trache eune pllèche pouor que sen petiot rentre en counditioun. 

mairie de Montaigu

mairie de Montaigu

        Eugène parlait du temps, des vaches qu’on allait bientôt mettre dans les champs, du bllé, de l’année qui s’annonçait très bien… du beau temps qui favorisait la pousse… de la fièvre aphteuse qui leur avait fait beaucoup de mal et c’est seulement quand Antoine servit la deuxième rasade d’eau-de-vie – « on ne peut pas repartir sur un pied » —   que l’on commença à voir où il voulait en venir :

  —  Les mauvaises années sont derrière nous, tu as bien réussi, t’as une belle exploitation, tu as toujours habité Montaigu, on n’entend dire que du bien de toi : je voudrais que tu sois conseiller municipal ! 

    Antoine et Bonne restèrent interloqués, bouche ouverte. Bonne se pinça les lèvres, elle n’était pas très heureuse de ce qu’elle venait d’entendre.

  —   T’es bien vu, t’aimes rendre service, avec toi y a pas de refus. D’après ce que j’ai constaté ; tu n’es pas trop porté sur la religion, je crois que tu es républicain mais pas excessivement rouge ! Tu serais un bon conseiller municipal et un bon adjoint ! Qu’est-ce qu’on en sait ? Dans six ans, je me fais vieux, je ne me représenterai pas… Tu pourrais avoir le fauteuil de maire. Qu’en dis-tu ? Te voilà bien étonné : parles-en autour de toi, je reviendrai la semaine prochaine ! 

   Dès qu’Eugène fut parti, Bonne s’affaissa assise sur le banc, complétement stupéfaite, Antoine était abasourdi lui aussi.DSC00826

    —  C’est certain, tu ferais un très bon conseiller municipal, aussi bon sans doute que Joseph qui n’a pas ouvert la bouche une seule fois depuis douze ans qu’il est à la mairie ! Ou que ce pauvre Louisot qui sait à peine lire et qui n’a pas deux sous de bon sens ou bien encore Baptiste qui est tout juste capable de répéter ce que le curé lui a dit ! Mais, adjoint, il va falloir que tu ailles à la mairie une fois par semaine : ce n’est pas à la mairie que le travail se fera, c’est sur moi que ça va retomber, je ne pourrai pas y suffire.

  —  Si je suis élu, on engagera un petit domestique ; justement, Louisot Vautier cherche une place pour que son fils ait une situation.

DSC00827

à Montaigu

à Montaigu

 

Ch. IV 7.         Touène acaissit brin et se portit, il arrivit et i rapâssit d’embllême le coup d’ampraès —  le prémyi du tablleau —  et i dégotit la quaire à bras.

   —  Te v’là le gar d’aveu tes douze ouées ! que li fit Bouone, byin héyeuse et fyirte —  ol en disait ryin —  de veî sen Touène à la mairerie.

    Touène feut eun bouon maire, padaunt vingt auns de temps il eut jammais poue à ses câoches ; ch’est souos li que no bâtit les écoles, yeune pouor les files et yeune pouor les garçouns.

   Bouone ne dit mot, seument, à part lyi, ol avait poue qu’annyi, Touène seit oû coupé de sen peiryi et que deman i seit oû pyid.

   Cha feut mahène byin pouor fêtaer cha, oû sei mais que Touène s’erpassit, surgai, qu’i fîtent Jacques… Bouone l’avait promins et pis, qui que vous v’laez ? Quaund que sen Touène l’embrachait dauns le bénityi du diablle… ch’était coume si o s’en ressentait eun miot ! Eun redot de dyis auns, cha feut pardyi byin seu, le fouoniot.

DSC07805

  Antoine ne céda pas et se présenta, il fut élu et réélu à l’élection suivante avec le plus de voix. Il devint maire.

   —  Te voilà le jars avec tes douze oies ! lui dit Bonne, très heureuse, et fière  —   elle n’en disait rien  —  de voir son Antoine à la mairie.

   Antoine fut un bon maire, il n’eut jamais peur de prendre une veste ; c’est pendant ses mandats que l’on bâtit les écoles, une pour les filles et une pour les garçons.

DSC00819

   Bonne ne dit rien, mais elle avait peur qu’aujourd’hui, Antoine soit perché au plus haut de son poirier et que demain il retombe à son pied…

   Ce fut sans doute pour fêter l’élection, le soir quand Antoine rentra, très heureux, qu’ils conçurent Jacques… Bonne l’avait promis et puis, que voulez-vous ? Quand son Antoine l’embrassait dans le bénitier du diable —  entre les deux seins -, c’était comme si la tête lui tournait, un peu pompette ! Un dernier-né, après dix ans, ce fut Dieu merci vraiment le dernier.

couv Bouone et Bouonotte Maurice Fichet 001

(à suure…)

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Ecologie, Jeux normands et sports, Langues autres que normand, Livres en normand, Saisons, Vocabulaire

28. Bouone et Touène, l’iâo mounte ! Le gardin et la légeume (4è)

    1889, Montaigu, suite du feuilleton…  Le début n’est pas traduit en français, gardez la musique des mots normands dans la heune (la tête)…

    En faisaunt sen petit tripot, la taête li marchait : cha s’était byin adounaé pouor sen Touène, il ’tait paé tumbaé oû sort, il avait hersounaé tcheu ses gens et il ’tait demeuraé garçoun jusqu’à pus de trente auns. Achteu, il ’tait à sa guerbe bouoillie. Rapport qu’il avait paé de frères et sœurs ; ses gens avaient paé ’taé en souen de faire leus lots ! Il avait dreit-z-eu qu’à bailli les dreits d’héri.

    O mint sa soupe à trempaer dauns déeus guichouns, coupassous o la crépounçait pouor que le pan seit byin mouilli.

    Touène se racachit et s’assyisit à l’amountous, oû hâot bout, d’aras la crouésie : cha sera sa pllèche sa vie duraunt. Bouone affouorquit la bauncelle et i mouégîtent leus soupe byin câode ; à la mitaun d’octobe, no-z-était paé partis byin louen dauns l’arryire seument la freid rarrivait.

(Réthoville, au moulin)

(Réthoville, au moulin)

 

    Promais qu’il arrivaient quittes de magi, Touène la happit à brache-corps :

   —  Et si achteu maisi no prenait le café du pouore, devaunt que je m’en veîche busoqui, qui que t’en dit ?

   —  Mâodit graund valpasiaun, cha va défaire men lyit !  que fit Bouone en récibrônaunt… Seument, en dedauns de lyi ol ’tait byin aise : « Fâora paé t’y faire le corps, qu’o fît en groumachaunt, guette-mei cha, me v’là  héruchie coume eun guai qui vyint de couaer, j’i ma bounette qui tyint pus sus le coupé de ma taête ! Mâodit graund avrelaun, graund marquemal ! No va paé se tenin à jostaer toute l’arlevaée, la jument t’espère : o chabote attaquie à la melle ras l’hus de l’étchurie… 

DSC08957    Mâodit graund-sot-la-bâete !» qu’o li dit en li sâotaunt oû co, en l’embrachaunt enco eun coup et en le poussaunt dehors : « J’i paé que cha à faire… »

Ch. IV 2.              Dauns l’essène d’âot, i se mint à tumbaer des haraées d’iâo, des achânaées, des dépêlaées ; il a plleu sauns décessi, les praés étaient bllauncs, les caches eun miot en dépivalaunt étaient toutes dégravinaées ; les vuus murs en masse étaient dégrabolisis.

DSC02525

   L’iâo dépotait dauns les rohières, no dâobait à retou de temps ; no pilait dauns la vatre quâsiment  jusqu’oû poumet de la gambe, no-z-était counfoundus de brouet. No-z-était travsaés quaund que no sortait sa loungueu, sâoçaés. La terre se découvrit en novembe. Ch’était la minsère. Les vuus, dauns le trige, avaient jammais veu dé dequei coume chenna.

DSC02562    

À la fin d’août, il se mit à tomber des averses d’orage, brusques, violentes ; il a plu sans arrêt, les prés étaient submergés d’eau, les chemins creux qui dévalaient un peu étaient tous ravinés ; les vieux murs en argile croulaient.

    L’eau coulait abondamment dans les ornières laissées par les roues, on pataugeait continuellement dans l’eau ; on marchait dans la boue enfoncés presque jusqu’au mollet, on était couverts de boue. On était traversés par la pluie dès que l’on mettait le nez dehors, trempés jusqu’aux os. Le sol fut mis à nu en novembre. C’était la misère. Les vieux, dans le pays, n’avaient jamais vu quelque chose comme ça.

   Les vaques s’abriaient souos les haies, les poules demeuraient dauns le juquous et côdaquaient pus ; yavait pus mais que les malards et les bouores que no veyait dehors, byin à leus aise !

DSC02552

   Ch’était-i la mucreu ? Les vaques feûtent prinses de ma, ol eûtent câod et pis freid, o grégeolaient… Eune tchâolaée bllaunche, à mitaun lipotouse leus tumbait des babènes ; ol eûtent itou des cllaires, des vessieures sus les pyids : ch’était la cocotte, eun brouet que dîtent les graundes gens de Valouène. Yavait ryin à y faire : les pus hasyires, fâorait les escoffiaer et veî pouor l’s âotes : no pouvait bllaunchi d’aveu de la câos les muns des établles mais cha y faisait coume eun quyin à la messe. Touène feut oblligi de racataer pus de la mitaun de sen meublle.

   Les vaches s’abritaient sous les haies, les poules restaient dans le poulailler et ne gloussaient plus ; il n’y avait plus que les canards et les canes que l’on voyait dehors, tout à fait à leur aise !

   Etait-ce l’humidité ? Les vaches attrapèrent une maladie, elles eurent chaud et puis froid, elles tremblaient… Une écume blanche, un peu gélatineuse tombait de leurs lèvres ; elles eurent aussi des ampoules, des cloques sur les pieds : c’était la fièvre aphteuse, qualifiée d’épidémie par les gens importants de Valognes. On ne pouvait rien y faire : les plus atteintes, il faudrait les abattre et voir pour les autres : on pouvait blanchir les murs des étables à la chaux mais ça n’avait pas plus d’effet qu’un chien d’aller à la messe. Antoine fut obligé de racheter plus de la moitié de son bétail. (…).

DSC08282

Ch. IV 4.  —  No va paé mens paé yête à tchu !

   —  Va pouortaunt falli se déhalaer de çu mâopas-lo !

   Le cat était dauns l’horloge, Touène avait jammais veu Bouone se mountaer coume chenna.

   Touène print Bouone à brachies, ol en avait enco le trembllot.

DSC09475Eune écllairgie li passit dauns les urs, Touène avait acaissaé.

DSC09476   L’annaée d’ampraès feut byin milleure ; yeut pouortaunt la guerre, seument à Mountaigu no vit paé les Prussians ! La famile chômit de ryin, les déeus drényires vaques baillaient enco eun miot de lait, de la cramme et du buure ; no escoffyit le moussieu, quiques poules et quiques lapins, no mouégit des oeus et yeut de la légueume dauns le gardin.

IMG_1954DSC09768     —  On ne va quand même pas faire faillite !

    —  Il va pourtant falloir se tirer de ce mauvais pas-là !

   La dispute était dans la maison, Antoine n’avait encore jamais vu Bonne se mettre ainsi en colère.

   Antoine prit Bonne dans ses bras, elle en tremblait encore. Ses yeux s’illuminèrent, Antoine avait cédé.

   L’année suivante fut bien meilleure ; il y eut pourtant la guerre, mais à Montaigu  on ne vit pas les Prussiens !  La famille ne manqua de rien, les deux dernières vaches donnaient encore un peu de lait, de la crème et du beurre ; on égorgea le cochon, quelques poules et quelques lapins, on mangea des œufs et il y eut des légumes au jardin.

   Touène aimait byin busoqui dauns sen courtin, il en avait quiques perques aras sa maisoun. Touos l’s auns, en févryi ou mâr, mais que le temps adounait byin, i graissait sen gardin d’aveu du mâle, i touornait tréjous la terre d’aveu sen trublle. Ses herbyis étaient byin de dreiture et la terre flleurissait oû biâo solé.

    Ampraès les gelaées, i pllauntait les pounéterres, oû rioun byin seûr ; coume dé juste, ol ’taient byin souégnies ses pounéterres, byin câochies et o dounaient byin, yen avait tréjous eune palaunquie : les pus joulies pouor les gens, les petiotes pouor les vêtus, Bouone les timbalait dauns eun graund câodroun.

Les pounéterres pouossent byin achteu en chu meis d'At !

Les pounéterres pouossent byin achteu en chu meis d’At !  

   I pllauntait de la chouâle pouor les lapins, des chours proumpts et des pouéyets pouor la soupe.

    I sumait itou des carottes, des peis à la piaffe et des peis d’hivé : i faisait des gllanes qu’il ahoquait souos le lermyi pouor les séqui. À retou de temps, il ’tait à rébectaer, à serclli, à tenvri. Il avait tréjous de la belle légueume !

 

   Antoine aimait bien s’occuper dans son jardin, il en avait quelques ares derrière sa maison. Tous les ans, en février ou mars, quand le temps s’y prêtait, il engraissait sa terre avec du fumier et il la retournait toujours avec son truble. Ses planches étaient toujours bien droites et la terre séchait sous le beau soleil.

   Après les gelées, il plantait les pommes de terre, dans un sillon bien entendu ; évidemment elles étaient bien cultivées ses pommes de terre, bien buttées et le rendement était toujours excellent : les plus belles pour les humains, les petites pour les cochons, Bonne les cuisait dans un grand chaudron.

  Il plantait des choux pour les lapins, des choux pommés et des poireaux pour la soupe et semait aussi des carottes, des haricots de Soissons, des haricots secs : il les attachait par poignées qu’il accrochait sous le larmier pour les faire sécher. Il était tout le temps en train de biner, sarcler, éclaircir. Il avait toujours de beaux légumes !

DSC09773DSC09765DSC08766

DSC08280

couv Bouone et Bouonotte Maurice Fichet 001

(à suure…)

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Ecologie, Jeux normands et sports, Langues autres que normand, Livres en normand, Saisons, Vocabulaire

20. De la Corse au Mont-Saint-Michel ! Mirèle Gatt en Corse !

    De la Corse, le Tour de France a sauté en Normandie sans grandes anicroches… sauns graund câtu ! Les veilà oû Mount-Sant-Michi ! I vount paé yête byin lassaés, veu qu’i partent d’Avraunches devers le Mount, Ch’est putôt d’ava (= en descente) !

    L’arrivaée à Avraunches cha yérait étaé muus, ya eune bouone côte !

Le Mount Tombe et le Mont-St-Michi sont en Normaundie. (I sount doun normaunds !).

Le Mount Tombe et le Mont-St-Michi sont en Normaundie. (I sount doun normaunds !).

   Ya que les pouores files* de la caravanne de la récllame qui sount à pllande : neu tonnes de cervelas « Cochonou » à envier pa d’ssus la taête és gens qu’espèrent sus la berne de la câochie ! Des coups de solé sus la goule et paé payies byin chi pouor chenna…

 Perchées sur ces chars publicitaires, de jeunes filles (et quelques garçons) souvent court vêtues balancent à la population hystérique sur le bord des routes des milliards de babioles plus ou moins utiles (porte-clés, stylo bic, sachet de lessive, bonbons). Élodie, sympathique kiné lyonnaise de 26 ans établie à Paris, dispute son 7e Tour de France au sein de la caravane Cochonou. « En tout, pendant le Tour, on distribue 5 000 cabas, 115 000 bobs et 460 000 mini-saucissons secs. Ça fait neuf tonnes de saucisson. » Un témoignage édifiant. [blog du journal Le Monde].

No péeut allaer oû Mount dé depid la côte de Genêt, mais fâot eun guide rapport és sablles mouovaunts pllens d'iâo. La mé se racache à pique de galop d'eun j'va és graunds maraées... No-z-est vite encerclli !

No péeut allaer oû Mount dé depid la côte de Genêt, mais fâot eun guide rapport és sablles mouovaunts pllens d’iâo. La mé se racache à pique de galop d’eun j’va és graunds maraées… No-z-est vite encerclli !

   Pouor finin sus la Corse veilà le quemenchement d’eune histouère qu’a arrivaé à Mirèle (en racouorchi, allaez veî sus magene.com yen a pus loung) et de quei sus la laungue corse (que no-z-appelait eun patoués âotefeis, mais pus achteu !)…

 

                Viva Corsica ! par Mirèle Gatt

   Sammedi 27 d’âot dé 2005, 7 h à matin.

   Cha yest ! Nouos v’là partis !

   Ah, mes pouores bouones gens*, allaez-vous mé revei ? Si vos luusaez ch’te histouère ch’est que j’érai arvenun.

Sav-ous d’où vyint que j’i le trélu1 ? Ch’est que deman, à set heures de l’asseiraunce, je vas yête oblligie de me juqui dauns eun baté… et j’i poue de l’iâo.
Mei, cha que j’aime, ch’est l’aire des vaques2. Quaund j’i les deus pyids ou les quate reues sus terre, touot va byin. Mais ne me prêchiz paé d’avei le tchu en l’air dauns eun aéropllane ou d’yête vouêchie3 dauns eun baté duraunt 12 heures ! Et ch’est pouortaunt cha qui va m’arrivaer deman. En bouone file de Tchidbouorg, ya que quaund i me plleut sus la gouole que cha me haîte4 brin. Pouor eune petite file de marin, petite nyiche de marin, petite couosène de péquous, ch’est guère honorifiaunt. Mais qui que vos v’laez, no s’arfait paé !

(…)

   Oûssin, ch’te annaée, je leus i dit:  » Pisque vo voulaez de mei, je vouos paie eun viage oû Tyrol ou en Corse « . Et byin seu, qui5 qu’il ount chouési ?… La Corse ! Taunt et si byin que jé me troue achteu sus la rouote du Su, les quenâles derryire nouos dauns nous roulottes à moteu. Ya ryin de muus que ches mécanniques-lo. No se bute6 quaund no veut. Allaez doun dire à eun coumaundaunt de baté ou d’avion que vo v’laez sitôt descenre… Paé quemode, ch’paé ?

(…)

   Pouortaunt, eun couop, en pllenne nyit (no devait yête oû milleu de la mé) j’i trouaé que les mécanniques faisaient eun brit drôlu7. Et le baté saquait à l’avaunt, saquait à l’arryire. Le quoeu se mint à mé buletaer8. Pouor byin faire, eun petiot dauns la cabène d’à côtaé s’ébraillit. Je mé dis: « Cha y est ! Ya du chicâtu9 ! « . Nennin, touot était byin calme, sauf men houme qui rounfllait et qui prenait des couops de savates du graund qu’était juqui oû-dessus de li.

(…)

Eun âote récit de Mirèle Gatt « À beire et à mouogi » est dit par l’auteure sus le CDVeillie normaunde (veî tréjous sus magene.com). 

Vocab. et grammaire :

les pouores files* ; mes pouores bouones gens* : chers amis ; pouore signifie pauvre ou malheureux mais dans cette expression très fréquente, il prend surtout un sens familier : ma pouore file ! ma chère fille ! ah men pouore Moussieu ! ah désolé Monsieur !

pouore adj. Pauvre, malheureux. • les pouores gens serount paé riches ch’tte annaée, se dit lorsque rien ne va

• quaund i plleut de la bouillie, les pouores gens ount paé de quilli, les pauvres ne profitent jamais de l’abondance.

il a les joes coume les fesses d’eun pouore houme, il est maigre.

• men pouore men Dieu, ma pouore tête et men pouore quœu, le dédauns de mes pouores mans, le dessous de mes pouores pyids, se dit lorsqu’on est très fatigué.

On dit aussi men pouore men Dieu, quil âge que t’as!

• ma pouore file, men pouore fisset, sont utilisés dans un sens affectueux [Dictionnaire Eurocibles].

   Ne pas confondre avec pouor = pour.

pouo(r) prép. Pour. • pouor à celle fin, afin. Le temps m’nèche, tu devrais byin m’aindyi pouor à celle fin de rentraer men fein(H.Moisy). • pouor la chose dé, pour, afin. • pouor or ni pouor ergent, à aucun prix. • pouor qué, pour que.

• pouor dire, pour ainsi dire. Ce petit o après le ou s’entend pouor dire à peine.

 d’où vyint que j’i le trélu1 : pourquoi ai-je peur, je me fais du souci

     trélu n.m. a) Tremblement dû à la peur.avei le trélu. b) Souci. Ch’est tréjous de la dépense, du trélu que d’invitaer des gens tcheu sei (P.Guéroult).

l’aire des vaques2 : no dit itou « le plancher des vaches »

d’yête vouêchie3 : être secouée

cha me haîte4 brin : cela me convient bien, cela ne me dérange pas du tout. haitaer ve. a) Déplaire, déranger. b) Établir ou réparer une haie.

qui5 qu’il ount : qu’est-ce qu’ils ont, qu’ont-ils

No se bute6 : On s’arrête

eun brit drôlu7 : un bruit étrange, bizarre

à mé buletaer8 : à battre la chamade, à s’emballer, battre très vite. Mais qu’eun quyin est essoufflli, i bulète, il tire la langue en haletant.  

Ya du chicâtu9 ! : il y a quelque chose d’anormal, du souci, cela me tracasse (synonyme : câtu)


Mirèle Gatt à la Veillie normaunde à Bricbé. Ol en maunquerait paé yeune ! (lundi 8 dé juilet 2013)

Mirèle Gatt à la Veillie normaunde à Bricbé. Ol en maunquerait paé yeune !
(lundi 8 dé juilet 2013)

   Aujourd’hui en retraite, Mirèle Gattepaille a été institutrice à Rocheville, dans le Nord-Cotentin. Elle a écrit une quarantaine de textes lus et étudiés à l’Assembllaée des Amins du Dounjoun. Ses récits vont de pair avec sa nature dynamique et sa joie de vivre. Plusieurs récits humoristiques ont déjà été retranscrits dans les numéros spéciaux en normand de la Voix du Donjon.
Pour la petite histoire, Mireille collectionne et élève… des perroquets ! La rumeur dit que certains parlent en normand, mais le secret est bien gardé.

La langue corse :

      No dit tréjous en Normaundie : « dauns le villâche d’à côtaé, i prêchent paé coume nous ! » Mais le corse, le breton, l’alsacien connaissent aussi de grandes variantes, à tel point qu’il n’existe aucun dictionnaire couvrant toute la Corse, le Nord a une langue proche de l’italien parlé à Gênes ou en Toscane, le Sud est proche du sarde, la langue de l’île voisine. Et en  Sardaigne, on parle corse au Nord… Mais personne ne dit plus qu’ils parlent des patois : ce serait insultant !

     » Les patois sont des langues. Il n’y a pas de hiérarchie entre langue, dialecte et patois.
Aucun n’est moins bien que l’autre. « 
Henriette Walter, linguiste – France-Inter

     La survie de nos «patois, parlers ou dialectes » passe par le vocable de « langue » : après avoir été rejetées, persécutées, méprisées par l’école, un changement de point de vue s’impose ; nous perdons en Normandie un vivier de mots qui peut rendre encore de grands services à la langue française (Cf. le dictionnaire Magène-Upncoutançais des Editions Eurocibles), et Claude Hagège, linguiste, auteur de nombreux ouvrages passionnants, démontre qu’une langue régionale parlée jeune favorise l’apprentissage de toute autre langue ensuite.

   Il est plus que temps de réagir en Normandie : le nombre de locuteurs s’amenuise, le vocabulaire s’oublie. En Corse, de nombreux outils existent sus la Teile… Un chemin à suivre, eun quemin à suure !

  1. Corse (langue) – Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Corse_(langue)Translate this page

    La langue corse est une langue romane, qui appartient au groupe italo-roman, elle est très proche des dialectes d’Italie centrale et méridionale. La langue corse 

  2. Dictionnaire corse français, traduction en ligne – LEXILOGOS >>

    http://www.lexilogos.com/corse_langue_dictionnaires.htmTranslate this page

    Pruch’ella duri ! Pourvu que ça dure ! de Letizia, la maman de Napulione… • prénoms corses : les saints du calendrier. Langue corse. • prononciation du corse.

  3. Apprendre le corse, apprendre la langue corse

    langue.corse.free.fr/Translate this page

    Apprentissage de la langue corse. Apprendre le corse. Bienvenue ! Ce site a pour but d’aider à apprendre la langue corse. Il ne s’agit pas à proprement parler 

  4. Réflexion sur la langue Corse – Ajaccio

    La langue corse s’intègre dans la famille des langues romanes, c’est-à-dire des langues issues du latin, et plus précisément dans le groupe italo-roman. On sait 

  5. Base de Données Langue Corse – BDLC – Université de Corse

    bdlc.univ-corse.fr/Translate this page

    Atlas linguistique permettant de découvrir les particularismes linguistiques du territoire insulaire.

R. P.

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Jeux normands et sports, Langues autres que normand

18. Le Tour en Corse. Eune partie de cache en Corse. Langue corse (1).

   Eh byin ! Qui que no verra co ! Pou le chentyîme Touor de Fraunce, cha quemenchit pa le touor de la Corse. Cha feut en prémyi qué de parti, l’Amériquain Lance Armstrong qui dit : « Touos les syins qui gannent le Touor enguergotent des drogues… »

Armstrong

Armstrong

« Celui qui ne se dope pas est un pauvre type voué par avance à la défaite« , disait en 1965 Félix Lévitan, le patron du Tour. « En 1956, on parlait déjà du « Tour de la cure de désintoxication ». Puis on a parlé du « Tour du renouveau » après Festina, puis de celui de « la rédemption ». On invente toujours des mots. C’est du vent. Les mêmes sont toujours aux mêmes fonctions. Rien n’a changé depuis cinquante ans » .

Et pis noute « Jaja », Jalabert, feut byin oumblligi d’arcounaîte itou qu’il en print, et no perdit eun reide bouon bacouettous (bavard) dans le poste.

Jaja est remplléchi par eun bagoulard (qui fait des commérages) qu’a paé de tuche (de savoir-faire) !

I dit coume cha oû drényi quilomète de l’étape, mais qu’un (lorsqu’un) couoreus avait écappaé et qu’il ‘tait touot seu par dévaunt : Thierry Adam : « Attention à Irizar, c’est un bon coureur contre la montre, donc c’est forcément parfait pour lui dans le final. Markel Irizar, le coureur espagnol ! (…) Est-ce qu’on va avoir une victoire espagnole ici à Ajaccio ? Peut-être. Cédric Vasseur : C’est bien parti. (…)

Thierry Adam : Et le voilà, seul, en solitaire, il a tiré son épingle du jeu ! Ce sera une formidable victoire pour Markel Irizar, le coureur espagnol de l’équipe RadioShack qui, là, trouve un terrain inhabituel pour lui, c’est surtout dans la montagne qu’on le voit, il fait des grands bouts de route, mais rouler comme ça, il sait le faire (…). Peter Sagan revient dans sa roue, mais c’est la victoire pour Irizar ! La victoire pour le coureur espagnol, inattendue, c’est sûr. Markel Irizar ! Non seulement il gagne la deuxième étape du Tour de France, ici, à Ajaccio, mais en plus, Irizar, Markel Irizar va s’emparer du maillot jaune ! Le dernier Maillot jaune espagnol, c’était Alberto Contador en 2009.
(Silence de trente secondes. Le classement qui apparaît à l’écran nous apprend que le vainqueur du jour n’est pas l’Espagnol Markel Irizar, dossard 47 de l’équipe RadioShack, mais le Belge Jan Bakelatns, dossard 42 de la même équipe)
Thierry Adam : Eh, c’est Bakelants qui gagne ?! C’est Jan Bakelants.
(Silence à peine embarrassant de vingt secondes)
Cédric Vasseur : Oui, j’ai eu un doute, Radio Tour nous avait annoncé Irizar, eh bé non. Donc c’est bien une victoire belge sur la route du Tour de France.
(silence pas du tout embarrassant de trente secondes)
Thierry Adam : Et c’est Michal Kwiatkowski, hein, qui fait troisième. »
Markel Irizar a fini 95e de l’étape, à plus de quatre minutes de Jan Bakelants, nouveau Maillot jaune.

   Et sinon, en attendant celles des anti-mariage pour tous, le Tour a découvert hier sur les banderoles d’indépendantistes purs et durs que la Corse n’était pas la France : CORSICA LIBERA ; CORSICA IS NOT FRANCE. blog de Henri Seckel http://tourdefrance.blog.lemonde.fr/2013/07/01/etape-3-ajaccio-chien-fou-et-boulette-majuscule/

   Et pis i yeut le car qui butit souos la bannyire sus la lène d’arrivaée ! « Juste devant la ligne, j’ai vu que c’était un peu bas, mais l’organisation m’a dit : « Avance, avance. » Je savais que tous les bus étaient passés par là, j’ai fait la même chose. Pas de chance, ils avaient baissé le portique, et il s’est passé ce qui s’est passé ». Et itou le p’tit quyin (chien) qui se mint oû mitan de la rouote pouor empêchi les vélos d’avaunchi !

Ches histouères drôlues (bizarres, étranges) valent byin les syinnes du film « La graund bouclle / La grande boucle » qu’est reide byin, je vouos le câotionne [pou les syins qui demeurent oûpraès de Bricbé / Bricquebec, i rapasse  venrédi 5 dé juilet à 9 h / 21 h : LA GRANDE BOUCLE oû cinéma Le Donjon qu’est touot neu et paé chi (pas cher) ! ].

En tous cas, ch’est paé l’s indépendauntisses qu’ount fait du tort oû Touor…

La Corse ? Ya byin des Normaunds qui vount à la vacaunche en Corse, coume Jeaun de la Py-Ouitte qui maunquit d’y yête baptisi…

Partie de cache en Corse

par Jeaun de la Py-Ouitte, novembe 2004 (récits à paraître en novembre 2013. Veî itou sus magene.com).

L’arryire1 drényi, je m’ens feus d’aveu Marotène viagi quiques jouors oû solei, déeus semannes dauns eun payis yoù que les mountannes tumbent dauns la mé.

Photos Jean-Claude Léger (Jean de la Py-Ouitte)

Photos Jean-Claude Léger (Jean de la Py-Ouitte)

No-z-a prins l’avioun à Orly et je soumes atterris dépuraunt de sueu à Ajaccio, « la cité impériale ». Byin no-z-en a prins : les ferries asseuraunt les vas-tu-vyins-tu2 d’aveu le Countinent battaient les quais blloquis qu’il taient pa des « grèves ». Pens-ous, no va paé byin seur sus ch’t îsle coume no va oû marchi de Bricbé !

Ilo ch’est guère muus qu’ichin d’aveu nous liaisouns maritènes angllo-normaundes ! Y a tréjous dé dequei qui nuut et no peut guère s’y fier inetou.

Padaunt noute séjouo no-z-allit dire boujou à eun amin d’école que no-z-avait paé reveu dé depis noute coumeunioun, ch’est le cas de dire si cha faisait biâo temps ! Noute amin, Bati3 de sen petit noum, a ma’ïé eune file de çu trige, eune jatile file ma fei qu’il avait hauntaée4 quaund i faisait sen temps5.

I fount vali déeus mile vergies de maquis et de châtenyis. I restent dauns eun jouli petit villâche oû mitaun de l’île, à quiques pas du « G.R.20 », çu quemin de graunde raundounaée, seument le pus bé et le pus du de Fraunce, mais qui fait mais guère que chent quatré-vingt quilomètes d’ava en amount.

Je lé marchis quiques heures et je creis que j’en syis co ernaé6 dauns le jouo d’annyi, mais qui biâotaé ! J’en i aco les mervèles dauns mes urs.

Le maquis au double sens, végétation et lieu de résistance

Le maquis au double sens, végétation et lieu de résistance

Mes amins élèvent des vêtus et des sangllis qui creissent quasiment oû libe. Il ount itou eune chentanne de reuques d’aveu l’A.O.C. 7 pou lus mié s’i vous pllaît !

I bâlent touot chenna és horsins qui lâonent8 et sus les marchis des alentouos.

Eune arlevaée, Bati m’invitit à la cache. I print fusi et cartouchyire et je partîmes en « quate-quate ». Sus le quémin, j’armerquis en pllen bourg eune crânyire9. Coume répounse à ma tchu’iositaé, i me dit touot en ritounaunt que c’té maisoun avait « sâotaé » pa la fâote és plloumbyis qu’avaient paé seu braunchi le gaz. Cha faisait que déeus semannes qu’ol taé habitaée par eune famile portuguaise. Les pouores gens qu’étaient paé yens10 en eûtent paé de déhaits. Ainchin va la vie !

SONY DSC

Ampraès eune bouonne heure de coundite, je prinmes eun quemin et butîmes la quérette dauns eune cllairyire praès à praès d’eun pount génois, eun vuus pount ma fei de Du, byin en état.

La banque de Gênes lance au XVIe s. un vaste programme de construction de ponts et d'églises baroques qui concourent encore au charme de l'île.

La banque de Gênes lance au XVIe s. un vaste programme de construction de ponts et d’églises baroques qui concourent encore au charme de l’île.

I devrait paé finin minchi à-fait coume noute pount Barbey à Barneville, les entreprinses étaunt putôt otchupaées à rebâti bâtiments publlics, gendarmeries et aôtes… Mais eun jouo qui que no-z-en sait ?…

Sitôt sus pllèche, no se mint à l’affeut ; no-z-était péquis lenreit dé depis treis petites heures et tréjous ryin. No-z-allait seument reparti à lige quaund no veûmes de la feumaée. Y avait le feu dauns le maquis ! Cha yarrive itou sauns savei trop pouorqui ! Ch’est qu’i fait bellement sé et qu’i suffit d’eun ryin pouor que cha breule. Bati, petête eun miotinet  bracounyi, se démentit11 de poursuure aco eun miot. Byin li en a prins ! Le gibyi, effarouochi qu’il ’tait, se dépatarait12 sus nous. Paoun ! Paoun ! Paoun ! Il arrêtait paé de tiraer ; des cadaves ch’en ‘tait grési13. En eun ryin de temps cha feut eun machacre. Je ramassîmes des lyives, guirannes, feusaunts, bécaches, pigeouns et pusurs marcachins.

Sanglier corse (ph. J.-Cl. Léger)

Sanglier corse (ph. J.-Cl. Léger)

L’arryire du Pick-up feut vite remplli. Coume je courais, je butis sus dé dequei qui traversait le quemin et je poussis eun ébrai :

Eun vipère ! eun vipère !

Men amin s’accachit sauns couri et me rasseura :

            N’aie pas peur, ce n’est qu’une couleuvre. Nous n’avons aucune vipère sur notre île.

J’arprins de la mène. Deit paé inetou yavei mais biâocoup de laungues vipèrines oû payis de Colomba ; i pratiquent l’omerta à cha que no-z-en sait !

SONY DSC

Cha fllaumbait tréjous et le feu en gangnit. Venaunt d’à côte dé mei, no-z-entendit eun jounfllement et no-z-avisit treis aviouns : treis Canadairs s’ente-suusaient. I roundîtent sus nous sauns que no peûmes ryin faire ; i laquîtent lus iâos ; à quiques mètes praès no-z-érait taé byin rinchis : treis coups sé miles lites d’iâo sus la goule, no le serait à mens ! No-z-avait le trélu14 et je deviouns yête bllauncs coume fouore dé pie15. No demaundit paé noute reste, no ramassit les drényires pyiches aco touotes câodes. Coume no se racachait pour arprenre la veiture, eun brit venaunt de pa l’airie niée16 nous arrivit és oréles. Pouor du coup, ch’était le bâoquet, la cherise sus le gâté ; nous urs en feurent équerquillis : treis laungouostes s’ébattaient dauns eune marette !

Magène, no mint eun terme à leus calitchumbelets17 et sauns pus attenre no se déhalit18 de poue d’yête des houmes-grénoules oû laquage à venin des poumpyis du cyil.

arryire1 : automne ; vas-tu-vyins-tu2 : allers-retours ; Bati3 : Baptiste ; hauntaée4 : fréquentée ; sen temps: son service militaire ; ernaé6 : lassé, éreinté ; A.O.C. 7 : appellation d’origine contrôlée ; lâonent8 : se promènent ; crânyire9 : vieille masure ; yens10 : à l’intérieur ; se démentit11 : se mit en devoir ; se dépatarait12 : se sauvait à toute vitesse ; grési13 : recouvert ; No-z-avait le trélu14 : on tremblait de peur ; fouore dé pie15 : excrément de pie ; l’airie niée16 : la surface noyée ; calitchumbelets17 : cabrioles ; se déhalit18 : s’en allaJeaun de la Py-Ouitte [eune py-ouitte, ch’est eun vanneau huppé en fraunceis, d’ampraès le cri vîpaunt de ch’t ouésé].

       En tous cas, les Corses se démentent pus que les Normaunds de défende lus prêchi !

 À l’ouverture de la session de juin de l’Assemblée de Corse (C.T.C.), jeudi matin, Paul Giacobbi a profité d’une question orale sur la langue corse pour afficher une détermination ferme à aller jusqu’au bout de la délibération votée le 17 mai dernier. Revenant sur la visite de Manuel Valls et sur sa fin de non-recevoir, le président de l’Exécutif renvoie le ministre à ses pénates et fustige l’Etat français en le qualifiant « d’Etat pas normal ». Il se dit prêt à saisir les instances internationales pour faire appliquer le statut de coofficialité.

   « Si la France était un pays normal, cela ne poserait pas de difficultés, elle n’est pas un pays normal, elle est un pays avec une structure étrange, une sorte d’intolérance à la diversité et à l’identité de ses régions« .
Promettant d’être très offensif et méthodique, il explique qu’il faut convaincre sur le plan national. « La ratification de la Charte des langues régionales et minoritaires, qui devra se faire constitutionnellement, est un point de passage obligé pour avancer ».
Il s’irrite, de nouveau, du jacobinisme opposé par ceux qui argumentent qu’on ne peut pas changer la Constitution. « On l’a changé pour tout, y compris pour l’île aux Pingouins. Par conséquent, on devrait bien la changer pour la Corse », répète-t-il inlassablement.

Le scandale français
Paul Giacobbi va même plus loin : « La reconnaissance de la langue corse, et d’une langue en général, est, au-delà de la Constitution, un droit naturel des peuples. Par conséquent, nous le contester est, tout à fait, scandaleux ».

Partant de là, il annonce qu’il va agir sur la plan international pour forcer la France dans ses retranchements : « J’examinerai, à fond, tous les recours sur le plan international, y compris la mise en évidence des contradictions de la France qui voudrait imposer, avec arrogance, à d’autres pays de faire vis-à-vis de leurs langues minoritaires ce qu’elle se refuse, elle, à faire pour ses propres langues minoritaires. Le tibétain au Tibet, oui ! Mais le corse en Corse, la France ne peut pas ! Parce qu’elle a des principes ! C’est çà le scandale ! ».
Prévenant que le chemin ne sera pas facile, il conclut en s’engageant devant les élus à appliquer, au plus vite, la délibération. « C’est une question de vie ou de mort, non pas seulement d’une langue, mais de ce que nous sommes. Pour autant que ma fonction ait un sens, si je manquais à ce devoir-là, ma fonction perdrait toute signification ».

http://www.corsenetinfos.fr/Langue-corse-Paul-Giacobbi-veut-appliquer-le-statut-de-coofficialite_a3607.html

    Ch’est paé nos élus normaunds et Présidents de Région B.N. et H.N. qu’en diraient oûtaunt !

Rémin Pézeri.

P.S. infos sus      <www.corse.fr>   :

L’Antichi incanti in Aleria du 26 au 28 juillet 2013

CULTURE – PATRIMOINE

2 Commentaires

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Jeux normands et sports, Langues autres que normand