28. Bouone et Touène, l’iâo mounte ! Le gardin et la légeume (4è)

    1889, Montaigu, suite du feuilleton…  Le début n’est pas traduit en français, gardez la musique des mots normands dans la heune (la tête)…

    En faisaunt sen petit tripot, la taête li marchait : cha s’était byin adounaé pouor sen Touène, il ’tait paé tumbaé oû sort, il avait hersounaé tcheu ses gens et il ’tait demeuraé garçoun jusqu’à pus de trente auns. Achteu, il ’tait à sa guerbe bouoillie. Rapport qu’il avait paé de frères et sœurs ; ses gens avaient paé ’taé en souen de faire leus lots ! Il avait dreit-z-eu qu’à bailli les dreits d’héri.

    O mint sa soupe à trempaer dauns déeus guichouns, coupassous o la crépounçait pouor que le pan seit byin mouilli.

    Touène se racachit et s’assyisit à l’amountous, oû hâot bout, d’aras la crouésie : cha sera sa pllèche sa vie duraunt. Bouone affouorquit la bauncelle et i mouégîtent leus soupe byin câode ; à la mitaun d’octobe, no-z-était paé partis byin louen dauns l’arryire seument la freid rarrivait.

(Réthoville, au moulin)

(Réthoville, au moulin)

 

    Promais qu’il arrivaient quittes de magi, Touène la happit à brache-corps :

   —  Et si achteu maisi no prenait le café du pouore, devaunt que je m’en veîche busoqui, qui que t’en dit ?

   —  Mâodit graund valpasiaun, cha va défaire men lyit !  que fit Bouone en récibrônaunt… Seument, en dedauns de lyi ol ’tait byin aise : « Fâora paé t’y faire le corps, qu’o fît en groumachaunt, guette-mei cha, me v’là  héruchie coume eun guai qui vyint de couaer, j’i ma bounette qui tyint pus sus le coupé de ma taête ! Mâodit graund avrelaun, graund marquemal ! No va paé se tenin à jostaer toute l’arlevaée, la jument t’espère : o chabote attaquie à la melle ras l’hus de l’étchurie… 

DSC08957    Mâodit graund-sot-la-bâete !» qu’o li dit en li sâotaunt oû co, en l’embrachaunt enco eun coup et en le poussaunt dehors : « J’i paé que cha à faire… »

Ch. IV 2.              Dauns l’essène d’âot, i se mint à tumbaer des haraées d’iâo, des achânaées, des dépêlaées ; il a plleu sauns décessi, les praés étaient bllauncs, les caches eun miot en dépivalaunt étaient toutes dégravinaées ; les vuus murs en masse étaient dégrabolisis.

DSC02525

   L’iâo dépotait dauns les rohières, no dâobait à retou de temps ; no pilait dauns la vatre quâsiment  jusqu’oû poumet de la gambe, no-z-était counfoundus de brouet. No-z-était travsaés quaund que no sortait sa loungueu, sâoçaés. La terre se découvrit en novembe. Ch’était la minsère. Les vuus, dauns le trige, avaient jammais veu dé dequei coume chenna.

DSC02562    

À la fin d’août, il se mit à tomber des averses d’orage, brusques, violentes ; il a plu sans arrêt, les prés étaient submergés d’eau, les chemins creux qui dévalaient un peu étaient tous ravinés ; les vieux murs en argile croulaient.

    L’eau coulait abondamment dans les ornières laissées par les roues, on pataugeait continuellement dans l’eau ; on marchait dans la boue enfoncés presque jusqu’au mollet, on était couverts de boue. On était traversés par la pluie dès que l’on mettait le nez dehors, trempés jusqu’aux os. Le sol fut mis à nu en novembre. C’était la misère. Les vieux, dans le pays, n’avaient jamais vu quelque chose comme ça.

   Les vaques s’abriaient souos les haies, les poules demeuraient dauns le juquous et côdaquaient pus ; yavait pus mais que les malards et les bouores que no veyait dehors, byin à leus aise !

DSC02552

   Ch’était-i la mucreu ? Les vaques feûtent prinses de ma, ol eûtent câod et pis freid, o grégeolaient… Eune tchâolaée bllaunche, à mitaun lipotouse leus tumbait des babènes ; ol eûtent itou des cllaires, des vessieures sus les pyids : ch’était la cocotte, eun brouet que dîtent les graundes gens de Valouène. Yavait ryin à y faire : les pus hasyires, fâorait les escoffiaer et veî pouor l’s âotes : no pouvait bllaunchi d’aveu de la câos les muns des établles mais cha y faisait coume eun quyin à la messe. Touène feut oblligi de racataer pus de la mitaun de sen meublle.

   Les vaches s’abritaient sous les haies, les poules restaient dans le poulailler et ne gloussaient plus ; il n’y avait plus que les canards et les canes que l’on voyait dehors, tout à fait à leur aise !

   Etait-ce l’humidité ? Les vaches attrapèrent une maladie, elles eurent chaud et puis froid, elles tremblaient… Une écume blanche, un peu gélatineuse tombait de leurs lèvres ; elles eurent aussi des ampoules, des cloques sur les pieds : c’était la fièvre aphteuse, qualifiée d’épidémie par les gens importants de Valognes. On ne pouvait rien y faire : les plus atteintes, il faudrait les abattre et voir pour les autres : on pouvait blanchir les murs des étables à la chaux mais ça n’avait pas plus d’effet qu’un chien d’aller à la messe. Antoine fut obligé de racheter plus de la moitié de son bétail. (…).

DSC08282

Ch. IV 4.  —  No va paé mens paé yête à tchu !

   —  Va pouortaunt falli se déhalaer de çu mâopas-lo !

   Le cat était dauns l’horloge, Touène avait jammais veu Bouone se mountaer coume chenna.

   Touène print Bouone à brachies, ol en avait enco le trembllot.

DSC09475Eune écllairgie li passit dauns les urs, Touène avait acaissaé.

DSC09476   L’annaée d’ampraès feut byin milleure ; yeut pouortaunt la guerre, seument à Mountaigu no vit paé les Prussians ! La famile chômit de ryin, les déeus drényires vaques baillaient enco eun miot de lait, de la cramme et du buure ; no escoffyit le moussieu, quiques poules et quiques lapins, no mouégit des oeus et yeut de la légueume dauns le gardin.

IMG_1954DSC09768     —  On ne va quand même pas faire faillite !

    —  Il va pourtant falloir se tirer de ce mauvais pas-là !

   La dispute était dans la maison, Antoine n’avait encore jamais vu Bonne se mettre ainsi en colère.

   Antoine prit Bonne dans ses bras, elle en tremblait encore. Ses yeux s’illuminèrent, Antoine avait cédé.

   L’année suivante fut bien meilleure ; il y eut pourtant la guerre, mais à Montaigu  on ne vit pas les Prussiens !  La famille ne manqua de rien, les deux dernières vaches donnaient encore un peu de lait, de la crème et du beurre ; on égorgea le cochon, quelques poules et quelques lapins, on mangea des œufs et il y eut des légumes au jardin.

   Touène aimait byin busoqui dauns sen courtin, il en avait quiques perques aras sa maisoun. Touos l’s auns, en févryi ou mâr, mais que le temps adounait byin, i graissait sen gardin d’aveu du mâle, i touornait tréjous la terre d’aveu sen trublle. Ses herbyis étaient byin de dreiture et la terre flleurissait oû biâo solé.

    Ampraès les gelaées, i pllauntait les pounéterres, oû rioun byin seûr ; coume dé juste, ol ’taient byin souégnies ses pounéterres, byin câochies et o dounaient byin, yen avait tréjous eune palaunquie : les pus joulies pouor les gens, les petiotes pouor les vêtus, Bouone les timbalait dauns eun graund câodroun.

Les pounéterres pouossent byin achteu en chu meis d'At !

Les pounéterres pouossent byin achteu en chu meis d’At !  

   I pllauntait de la chouâle pouor les lapins, des chours proumpts et des pouéyets pouor la soupe.

    I sumait itou des carottes, des peis à la piaffe et des peis d’hivé : i faisait des gllanes qu’il ahoquait souos le lermyi pouor les séqui. À retou de temps, il ’tait à rébectaer, à serclli, à tenvri. Il avait tréjous de la belle légueume !

 

   Antoine aimait bien s’occuper dans son jardin, il en avait quelques ares derrière sa maison. Tous les ans, en février ou mars, quand le temps s’y prêtait, il engraissait sa terre avec du fumier et il la retournait toujours avec son truble. Ses planches étaient toujours bien droites et la terre séchait sous le beau soleil.

   Après les gelées, il plantait les pommes de terre, dans un sillon bien entendu ; évidemment elles étaient bien cultivées ses pommes de terre, bien buttées et le rendement était toujours excellent : les plus belles pour les humains, les petites pour les cochons, Bonne les cuisait dans un grand chaudron.

  Il plantait des choux pour les lapins, des choux pommés et des poireaux pour la soupe et semait aussi des carottes, des haricots de Soissons, des haricots secs : il les attachait par poignées qu’il accrochait sous le larmier pour les faire sécher. Il était tout le temps en train de biner, sarcler, éclaircir. Il avait toujours de beaux légumes !

DSC09773DSC09765DSC08766

DSC08280

couv Bouone et Bouonotte Maurice Fichet 001

(à suure…)

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Ecologie, Jeux normands et sports, Langues autres que normand, Livres en normand, Saisons, Vocabulaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s