29. Bouone et le tchuraé, Touène à la mair’rie, le fuuleton (5è)

   Montaigu, suite du feuilleton…

à Montaigu

à Montaigu

Ch. III 7.         Devaunt que de s’endormi, Bouone avait des idaées qui li toupinaient dauns la tâete : çu fillette-lo, o serait paé coume lyi ! Sen père érait ryin à dire, il ’tait si héyeus. Et les balaundyires du hammé pourraient paé bagoulaer  qu’il avaient fêtaé la Pennecouote devaunt Pâques : Charlotte avait nâqui pus d’eun aun ampraès qu’il eûtent passaé souos la perque !

L'église de Montaigu

L’église de Montaigu

   Treis semannes ampraès, o s’en feut veî le tchuraé qui l’espérait souos le graund porta de l’égllise pouor les relevâles.

DSC00350

   I fit quiques pryires, bénit les déeus pans que sen bouonhoume avait boulaungis de vèle. O li en baillit yeun et se racachit d’aveu l’âote.

DSC00391

 Cha s’adounit reide byin, de la partie de l’égllise, ol apercheut José qui s’n allait veî ses baêtes : ol avait veu eun houme…  doun ol érait eun gas : ch’est Touène pardyi qu’en sera byin aise !        Bouone feut arprinse treis meis aumpraès ; ol eut byin eun quenâle. Malhéyeusement, i vint tout blleu, d’aveu le cordoun alentou du co. Touène en érait plleuraé !

DSC00205

DSC00208

   Le tchuraé leus dit par ses raisouns que ch’était eun avouortilloun et qu’il avait paé ’taé baptisi ; i voulit paé qu’i seit portaé en terre d’aveu l’s âotes éfaunts : « I sera entâopinaé le loung du mu du chimetyire, yéra paé de relévâles inetou… »

DSC00292

L’ossuaire de Montaigu, dans le cimetière

DSC00312

   —  Pisque chenna en est, que fit Bouone, j’irai puchi ma linsive eun coup par aun pouor Pâques, i m’arveira pus à la messe ! Ch’était men petiot, je l’i yeu dauns mei padaunt neu meis ; ch’était men fisset, men poulot, no deit paé l’entâopinaer coume eun quyin !

   Touène fit dé demême.

   Avant de s’endormir, les idées tournaient dans la tête de Bonne : cette enfant-là, elle ne serait pas comme elle ! Son père n’aurait rien à dire, il était si content. Et les cancanières du village ne pourraient pas raconter qu’ils s’étaient fréquentés avant le mariage et qu’ils avaient fêté la Pentecôte avant Pâques : Charlotte était née plus d’un an après qu’ils se furent mariés à l’église !

   Trois semaines plus tard, elle alla voir le curé qui l’attendait sous le grand portail de l’église pour les relevailles. Il fit quelques prières, bénit les deux pains que son mari avait cuits la veille. Elle lui en donna un et revint avec l’autre. Cela tombait très bien, dès qu’elle sortit de l’église, elle aperçut Joseph qui allait surveiller ses bêtes : elle avait vu un homme… donc elle aurait un garçon : c’est Antoine pardi qui sera bien content !

   Bonne fut de nouveau enceinte trois mois plus tard ; elle eut effectivement un garçon. Malheureusement, il vint tout bleu, avec le cordon ombilical autour du cou. Antoine en aurait pleuré !

DSC00220

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Le curé leur fit valoir que c’était un avorton et qu’il n’avait pas été baptisé ; il ne voulut pas qu’il soit enterré avec les autres enfants : « Il sera mis en terre le long du mur du cimetière, il n’y aura pas de relevailles non plus… »

DSC00327

   —  Puisqu’il en est ainsi, dit Bonne, j’irai me confesser une fois par an pour faire mes Pâques, il ne me reverra  plus à la messe ! C’était mon petit, je l’ai porté neuf mois ; c’était mon garçon, mon bébé, on ne doit pas l’enterrer comme un chien. 

   Antoine fit de même.

DSC00334

 

 

Saint Martin partage son manteau...

Saint Martin partage son manteau…

DSC00288

Ch. IV 6.              Ugène prêchait du temps, des vaques que no-z-allait byintôt mette à l’herbe, du bllé, de l’annaée qui s’announchait reide byin… du temps qu’était poussaunt…

Les viâos à Montaigu (lé 6 d'ât dé 2013)

Les viâos à Montaigu (lé 6 d’ât dé 2013)

de la cocotte qui leus avait fait byin du ma et ch’est seument à la surrinchette – « no peut paé arparti sus eun pyid » —  que no quemenchit à veî iyoù qu’i voulait en venin :

   —  Les mâovaises annaées sount derryire nouos, t’as byin reussi, t’es sus eune belle positioun, t’as tréjous demeuraé à Mountaigu, no-z-entend que du byin de tei : je vourais que tu seis counsilli ! »

Eune barryire de cllos à Montaigu

Eune barryire de cllos à Montaigu

   Touène et Bouone en restîtent la goule souos le naez. Bouone pinchit du bé, ol ’tait brin héyeuse de cha qu’o venait d’entenre.

   —  T’es byin veu, byin rendaunt service, d’aveu tei ya paé de nennin. De cha qué je veî s, t’es paé par trop erligiounnaire,  je creis que t’es républliquain mais paé brûlaé rouoge ! Tu serais eun bouon counsilli et eun bouon adjouent ! Qui que no sait ? Dauns syis auns, je sis byin vuulli, je m’artirerai… Tu pourrais yête dauns la quaire à bras. Qui que t’en dis ? Té v’là byin abâobaé : prêche-z-en alentou de tei, je rapasserai la semanne qui vyint ! »

   Promais qu’Ugène feut dépéqui, Bouone en tumbit d’assise sus la bauncelle, toute ébésouie, Touène était éblluaé itou.

   —  Ch’est paé pouor dire, tu ferais eun reide bouon counsilli, âossi bouon mahène byin que José qu’a paé seument ouvert la goule dé depis douoze auns qu’il est à la mairerie ou que çu pouore Louisot qui luut byin à penne et qu’a paé de gingin pouor déeus liards ou byin enco Batisse qu’est dreit dauns le cas de dire cha que le tchuraé li a dit ! Seument, adjouent, va falli que tu t’en alles à la mairerie eun coup la semanne : ch’est paé à la mairerie que l’ouvrage va se faire, cha va yête sus mei que cha va tumbaer, je pourrai pus me chevi.

Eune belle pôsition à Montaigu

Eune belle pôsition à Montaigu

   —  Si j’arrive, no prenra eun petit valet ; justinèment, ya Louisot Vâotyi qui trache eune pllèche pouor que sen petiot rentre en counditioun. 

mairie de Montaigu

mairie de Montaigu

        Eugène parlait du temps, des vaches qu’on allait bientôt mettre dans les champs, du bllé, de l’année qui s’annonçait très bien… du beau temps qui favorisait la pousse… de la fièvre aphteuse qui leur avait fait beaucoup de mal et c’est seulement quand Antoine servit la deuxième rasade d’eau-de-vie – « on ne peut pas repartir sur un pied » —   que l’on commença à voir où il voulait en venir :

  —  Les mauvaises années sont derrière nous, tu as bien réussi, t’as une belle exploitation, tu as toujours habité Montaigu, on n’entend dire que du bien de toi : je voudrais que tu sois conseiller municipal ! 

    Antoine et Bonne restèrent interloqués, bouche ouverte. Bonne se pinça les lèvres, elle n’était pas très heureuse de ce qu’elle venait d’entendre.

  —   T’es bien vu, t’aimes rendre service, avec toi y a pas de refus. D’après ce que j’ai constaté ; tu n’es pas trop porté sur la religion, je crois que tu es républicain mais pas excessivement rouge ! Tu serais un bon conseiller municipal et un bon adjoint ! Qu’est-ce qu’on en sait ? Dans six ans, je me fais vieux, je ne me représenterai pas… Tu pourrais avoir le fauteuil de maire. Qu’en dis-tu ? Te voilà bien étonné : parles-en autour de toi, je reviendrai la semaine prochaine ! 

   Dès qu’Eugène fut parti, Bonne s’affaissa assise sur le banc, complétement stupéfaite, Antoine était abasourdi lui aussi.DSC00826

    —  C’est certain, tu ferais un très bon conseiller municipal, aussi bon sans doute que Joseph qui n’a pas ouvert la bouche une seule fois depuis douze ans qu’il est à la mairie ! Ou que ce pauvre Louisot qui sait à peine lire et qui n’a pas deux sous de bon sens ou bien encore Baptiste qui est tout juste capable de répéter ce que le curé lui a dit ! Mais, adjoint, il va falloir que tu ailles à la mairie une fois par semaine : ce n’est pas à la mairie que le travail se fera, c’est sur moi que ça va retomber, je ne pourrai pas y suffire.

  —  Si je suis élu, on engagera un petit domestique ; justement, Louisot Vautier cherche une place pour que son fils ait une situation.

DSC00827

à Montaigu

à Montaigu

 

Ch. IV 7.         Touène acaissit brin et se portit, il arrivit et i rapâssit d’embllême le coup d’ampraès —  le prémyi du tablleau —  et i dégotit la quaire à bras.

   —  Te v’là le gar d’aveu tes douze ouées ! que li fit Bouone, byin héyeuse et fyirte —  ol en disait ryin —  de veî sen Touène à la mairerie.

    Touène feut eun bouon maire, padaunt vingt auns de temps il eut jammais poue à ses câoches ; ch’est souos li que no bâtit les écoles, yeune pouor les files et yeune pouor les garçouns.

   Bouone ne dit mot, seument, à part lyi, ol avait poue qu’annyi, Touène seit oû coupé de sen peiryi et que deman i seit oû pyid.

   Cha feut mahène byin pouor fêtaer cha, oû sei mais que Touène s’erpassit, surgai, qu’i fîtent Jacques… Bouone l’avait promins et pis, qui que vous v’laez ? Quaund que sen Touène l’embrachait dauns le bénityi du diablle… ch’était coume si o s’en ressentait eun miot ! Eun redot de dyis auns, cha feut pardyi byin seu, le fouoniot.

DSC07805

  Antoine ne céda pas et se présenta, il fut élu et réélu à l’élection suivante avec le plus de voix. Il devint maire.

   —  Te voilà le jars avec tes douze oies ! lui dit Bonne, très heureuse, et fière  —   elle n’en disait rien  —  de voir son Antoine à la mairie.

   Antoine fut un bon maire, il n’eut jamais peur de prendre une veste ; c’est pendant ses mandats que l’on bâtit les écoles, une pour les filles et une pour les garçons.

DSC00819

   Bonne ne dit rien, mais elle avait peur qu’aujourd’hui, Antoine soit perché au plus haut de son poirier et que demain il retombe à son pied…

   Ce fut sans doute pour fêter l’élection, le soir quand Antoine rentra, très heureux, qu’ils conçurent Jacques… Bonne l’avait promis et puis, que voulez-vous ? Quand son Antoine l’embrassait dans le bénitier du diable —  entre les deux seins -, c’était comme si la tête lui tournait, un peu pompette ! Un dernier-né, après dix ans, ce fut Dieu merci vraiment le dernier.

couv Bouone et Bouonotte Maurice Fichet 001

(à suure…)

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Ecologie, Jeux normands et sports, Langues autres que normand, Livres en normand, Saisons, Vocabulaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s