Archives de Tag: anglais

34. Nouveau CD du groupe Magène. « Je syis magnifique ! »

 Théo Capelle chante en concert de nouvelles chansons, telle « Je syis magnifique !, d’Amelia Perchard.

Musique de Daniel Bourdelès.

     Chu sammedi 25 dé jaunvi de 2014, byin des gens avaient la lerme à l’uu : déeus heures de caunchouns en normaund de Côtis-Capel, Marcel Dalarun, Alphounse Allain, Marie Berthe… Et itou des pouètes fraunceis armins en normaund coume Guy Thomas (parolyi de Jean Ferrat) et Jacques Lebouteiller qui demeure à Sant-Georges-Mountcô(1) oûpraès de Sant-Lô. Amelia Perchard, lyi, ol ‘tait de Jèrri, ol a jostaé d’aveu eune vuule caunchoun aungllaise pou l’écrire en normaund ! 

Dos du CD Je syis Magnifique ! Magène en NormaundieThéo Manuela Jean-Louis et Dany

Dos du CD Je syis Magnifique ! Magène en Normaundie Théo Manuela Jean-Louis et Dany

Vos pouvaez l’ouï achteu sus ioutioube :  Magène chante « Je syis magnifique ! » en public, « en live » coume no dit achteu !

            ou byin en accataunt le CD sus noute shop, estchusaez : noute « échoppe » (à Alençon annyi le gâs Michi a veu sus eune verrène -vitrine- eune graunde récllame collaée : « Shop’in », mais li cha ya fait pensaer putôt à… chopine !!!)…     noute échoppe : <magene.com>  (13 € – 16 caunchouns, même paé eune pistole pouor ieune !)
Amelia, o serait byin surgoulaée de veî « chu niolin » (cette bagatelle de rien du tout) coume tite d’eune galette neumérique !

(Biographie d’Amelia P. en fin d’article)

Sus le pllaunchi du cinéma de Bricbé "Le Donjon"

Sus le pllaunchi du cinéma de Bricbé « Le Donjon »

5. Je syis magnifique !         

(Graphie du continent, « de la Graund Terre »)    Refran :

Magnifique, je syis magnifique !

Ya ryin de ma dauns ma saunté

Je syis hardi byin, counsidéraunt je suis très bien, à tout prendre

Men Doue ! Je syis magnifique, merci ! Mon Dieu

 

J’i des rheumatisses dauns les genours,

Et de la goutte dauns men gros orté,

Men pouls est fyiblle et j’i pus de dents

J’i des cors sus les déeus pyids

Le ma me jiguule à retou de temps. me tracasse tout le temps, sans cesse.

Ch’est rare qué je dors le loung des nyits. que je dorme au cours des nuits.

Refran

« L’alibêle dé niolin tchi siet – le texte de bêtises qui suit – mé fut donnée y’a tchique temps. Ou’tait écrite en Angliais et app’lée “There’s nothing the matter with me!”. J’pensis – j’m’en vais traduithe chennechîn et v’la tchi pouôrrait amuser tchiqu’uns.     A.L. Perchard ».     Byin veu Amélia !

Texte en aungllais  I’m Fine Thank You (voir plus bas)

Texte en jérriais : J’sis magnifique, merci !  http://members.societejersiaise.org/geraint/jerriais/magnifique.html

Refrain :

J’ sis magnifique, jé sis magnifique !

l’ n’y’a ryin d’ma auve ma santé

J’sis hardi bein, considéthant !

Man doue! J’sis magnifique, merci !

1er couplet :

J’ai des rhonmatisses dans mes g’nours,

Et la goutte dans man gros orté,

Man pouls est faibl’ye, et j’n’ai pas des dents,

Et j’ai des cors sus les deux pids,

Et lé ma m’tracache tout l’temps.

Ch’est rare que j’dors lé long des nyits.

La pouquette du CD, le mot Magène se dégrabolise itou !

La pouquette du CD, le mot Magène se dégrabolise itou !

No ouait que la vuullèche est doraée,

J’en doute quaund je grimpe dauns men lyit !

Quaund je pose men ouïe dauns lé tireus,

Et pis mes dents dauns lé guichoun,  

                                                                                 dans la petite soupière

M’n uu oû pid du carilloun !

        Mon œil

Ya-t-i âote seit que j’i oumbélié ?

                Refran

Texte en jérriais : 2e couplet :

Nous ouait qu’ la vieillèche est doraée,

J’en douote quand je grîmpe dans man liet!

Quaund j’pose men ouïe dans le titheux,

Et pis mes dents dans le dgichon,

Men yi au pid du carillon !

Veire, y’a t-i âote chose qu’ j’i oublie ?

Théo en 2012 à Octeville

Théo en 2012 à Octeville

Jé me lève de bouone heure oû matin

                      et ampraès eune bouone tasse de… café

Dauns la gazette je luus les déçaès ;

Lé myin yest paé, je dis « Dgieu merci »

Je moujus déeus beurraées de gelaée

Et pis du couop je vas m’arcouochi !

Refran (bis)

3e couplet :

J’me lève dé  bouonne heuthe lé matin  

                       et amprès eune boune tâssée d’ thée

dauns la gazette et j’lié  les décès;

Lé  mein n’y’est pas,  j’dis « Dgieu merci »

Et j’mange deux beurrées d’gelée

Et pis du couop j’vas m’ercouochi!

Amelia Perchard à Jèrri vyint de gangni la coupe "Les Enfuntchis" pouor eune farce en eun acte "En élection"

Amelia Perchard à Jèrri vyint de gangni la coupe « Les Enfuntchis » pouor eune farce en eun acte « En élection ». Gazette enviée par Geraint de Jèrri.

Texte d’origine en entier :

         J’sis magnifique, merci !

Je sis magnifique, merci,

l’ n’y’a rein d’ma auv’ ma santé !

J’ai des rhonmatisses dans mes g’nours,

Et la goutte dans man gros orté,

Man pouls est faibl’ye, et j’n’ai pas des dents,

Mais j’sis hardi bein, considéthant!

J’ai des cors sus les deux pids,

Et lé ma m’tracache tout l’temps.

Ch’est rare que j’dors lé  long des nyits,

Et j’m’êmôque au solé l’vant.

Ma mémouaithe n’est pas ch’qu’ou ‘tait d’vant,

Mais je n’sis pas mal, considéthant!

  l’ n’ faut pas admettre qu’nou-s-est afflyigis,

    Coumme nou d’veint tous quand nou vieillit,

    Faut, s’ dréchant, dither: « J’n’sis pas finnie,

    Man doue! J’sis magnifique, merci! »

    Comment que j’sai qu’man janne temps est passé ?

    Ch’est que l’entrain né m’entraîne pas coumme i’ soûlait!

    Mai v’là tchi n’fait d’rein et j’pense en souôriant

    Es pliaiches où ‘est m’n entrain m’am’né d’temps en temps!

Que lia vieillèche est dorée, est un diton qu’nou ouait,

Mai j’en ai mes doutanches quand j’grîmpe dans man liet!

Mén ouïe dans l’titheux, mes dents dans l’dgichon,

M’n yi sus la tabl’ye au pid du carillon!

Et d’vant m’endormi j’mé d’mande tchiquefais,

Y’a’t’i’ aut’ chose que j’ai oublié à mettre sus l’ais?

    Quand j’tais janne auv’ mes rouoges souliers,

    J’mé toupinnais su l’ but d’mes ortés.

    Quand j’d’vins pus vielle, j’ dansais toute la niet

    Auv’ des souliers en bieu bliu satin!

    Mais à ch’teu ch’est des nièrs chaussons en v’lous pour mé,

    Comme j’gabathe auv’ man bâton du matin au se!

Dé  bouonne heuthe lé matin après eune tassée d’thée

J’ramasse la gazette et j’lié les décès;

Lé mein n’y’est pas, d’même j’dis « Dgieu merci »

Et j’mange deux beurrées d’ g’lée

Et pis j’vais m’ercouochi!

Scottish Poetry Selection
– I’m Fine Thank You

Here is poem which preaches the practical benefit of positive thinking as we grow old! I understand that the poem was written was written around 1953 by Constance O’Neon.

I’m Fine Thank You

There is nothing the matter with me
I’m as healthy as can be.
I have arthritis in both my knees
And when I talk, I talk with a wheeze,
My pulse is weak and my blood is thin,
But I’m awfully well for the shape I’m in.

Arch supports I have for my feet,
Or I wouldn’t be able to go on the street.
Sleep is denied me night after night,
But every morning I find I’m all right,
My memory is failing, my head’s in a spin
But I’m awfully well for the shape I’m in.

The moral is this – as my tale I unfold,
That for you and me who are growing old,
It’s better to say, « I’m fine » with a grin,
Than to let folks know the shape we’re in.

How do I know that my youth is all spent?
Well my ‘get up and go’ has got up and went.
But I don’t really mind when I think with a grin,
Of all the grand places ‘my get up’ has been.

Old age is golden, I’ve heard it said,
But sometimes I wonder as I get into bed,
With my ears in the drawer, my teeth in the cup,
My eyes on the table until I wake up.
Ere sleep overtakes me, I think to myself
Is there anything else I could lay on the shelf?

When I was young, my slippers were red;
I could kick my heels right over my head.
When I got older, my slippers were blue;
But still I could dance the whole night through.
But now I am old, my slippers are black;
I walk to the store and puff my way back.

I get up each day and dust off my wits,
And pick up the paper and read the ‘obits’.
If my name is still missing, I know I’m not dead –
So I have a good breakfast and go back to bed.

Return to the Index of Scottish Poetry Selection

Amelia Perchard 1 001

Amelia P. 2 001

Amelia P. 3 001

Editions Isoète, Cherbourg 1988 (épuisé depuis longtemps). Un ouvrage de basepour découvrir la littérature en normand de Jersey et Guernesey

Editions Isoète, Cherbourg 1988 (épuisé depuis longtemps). Un ouvrage de base pour découvrir la littérature en normand de Jersey et Guernesey

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Chansons, Concerts Magène, Jersey, Langues autres que normand, Vocabulaire

6. Fête és Normaunds à Quédou (Va-d’Sai’e) / Quettehou (Val-de-Saire) (1. Conférence de Mari Jones)

La Faête és Normaunds :

« Fête formidable, dynamique et vivante ! J’en garderai de très beaux souvenirs.
J’espère que la fête donnera un nouvel élan au normand dans le Val-de-Saire ». Mari Jones.

Dr Mari Jones
 
Reader in French Linguistics and Language Change, University of Cambridge
Fellow, Director of Studies and Tutor of Peterhouse
Peterhouse, 
Cambridge

ImageMari Jones en compagnie de Maurice Fichet dont la langue maternelle est le normand du Val-de-Saire. Maurice est l’auteur de nouvelles Mes gens (épuisé), Cllémence et en 2013 Bouone et Bouonotte, roman, Editions Magène (voir le site magene.com).

 Conférence donnée le vendredi soir 24 mai dans la Halle aux grains de Quédou / Quet’hou / Quettehou.

(Quelques passages ont été enlevés pour alléger d’un quart cet article)

    « Je suis Galloise et galloisante. Comme vous, je parle une langue qui vit à côté d’une autre langue, une grande langue, mais qui est beaucoup plus vieille que son voisin. Donc, comme vous, j’ai deux langues – deux patrimoines culturels. Je suis Britannique, mais tout d’abord Galloise. J’ai passé toute ma vie d’enfant et d’adolescente au Pays de Galles, entourée de villages et de villes portant un nom gallois comme Ystrad Mynach, Llanelli et Pontcysyllte. Mais aux alentours de ma ville, il y en avait d’autres aussi qui s’appelaient Grosmont – c’est-à-dire ‘‘gros mont’’, Beaumaris  – ou ‘‘le beau marais’’, Mold ou ‘‘le mont haut’’, et même deux villages tout petits à côté de chez mes parents qui s’appellent Fleur-de-lys et Beaufort. Ces toponymes-là, bien sûr n’ont rien à voir avec ni l’anglais ni le gallois.

   (…) En effet, au Sud du Pays de Galles on compte quatre-vingt châteaux normands, et 24 en plus au Nord du Pays de Galles. Et je ne vous ai pas encore parlé des vingtaines d’églises normandes…

   Les terres de la frontière entre le Pays de Galles et l’Angleterre s’appellent toujours The Welsh Marches, ‘‘march’’ est un emprunt du verbe normand ‘‘marchi’’ – c’est-à-dire le territoire où marchaient les Normands pour surveiller la frontière pour votre duc Guillaume (car à l’époque, le Pays de Galles ne faisait pas partie du royaume).

   Pendant mon adolescence surtout, je me demandais qui étaient ces Normands ? Pourquoi y avait-il cette présence aussi importante dans mon pays ?

Image

   Je travaille en Angleterre, où je suis responsable des cours de linguistique française à l’université de Cambridge. Je suis professeure dans un Collège de l’Université (Peterhouse) qui a été fondé en 1284 par un évêque qui avait sûrement des origines normandes – car il s’appelait Hugo de Balsham. Pendant les cours de licence de linguistique française, je consacre l’essentiel d’un trimestre au normand : le normand des îles, le normand de la Grand Terre, la situation historique, la situation contemporaine, les mots, les sons et la diversité et richesse linguistique qui se trouvent dans le domaine normand. Mes étudiants sont très passionnés. Et tous les ans, dans les examens de licence de linguistique française, je pose toujours des questions sur le normand.

Pourquoi est-ce que j’oblige tout étudiant de linguistique française de l’université de Cambridge de posséder au moins une connaissance de base de votre langue ? La réponse est simple : votre patrimoine linguistique est également le nôtre ! L’anglais a été façonné, sculpté par le normand. Même ma langue, le gallois, n’y a pas échappé : barwn = baron.

Quand votre duc Guillaume a envahi l’Angleterre en 1066, il a changé la vie de mon pays de façon irréversible – notre structure sociale, nos coutumes mais aussi notre langue. Comme vous le savez, on ne peut guère construire une phrase en anglais sans se servir de mots d’origine normande. C’est la raison pour laquelle l’anglais se distingue tellement des autres langues germaniques. Pensez, par exemple, à notre mot ‘pocket’ pour poche – ça n’a rien à voir avec les mots utilisés dans les autres langues germaniques (comme Tasche en allemand ou Zak en néerlandais). Le mot pocket est un emprunt du mot normand ‘pouquette’.

[Note du rédacteur : les Britanniques sont de bons pickpockets ! Le mot pickpocket a retraversé la Mer de la Manche en 1726,  pick vient de piquer]

Donc en ce moment où l’Académie Française a peur des mots anglais qui envahissent le français, il faudrait se souvenir du fait que l’anglais est déjà parsemé de mots normands. Entre les douzième et quinzième siècles, l’anglais a emprunté dix mille mots au normand !

Puisqu’il est fort probable que des îliens figuraient parmi les armées de Guillaume le Conquérant, les Jersiais et Guernésiais ont parfaitement raison quand ils disent que c’est la Grande-Bretagne qui appartient aux îles et non l’inverse ! Ils continuent jusqu’à présent à trinquer à ‘‘la Reine, notre Duc’’ car pour eux le rôle d’Elisabeth en tant que Reine d’Angleterre n’a absolument rien à voir avec les îles.

Pendant trois cents ans après la conquête, le normand était bien la langue des nobles et des classes dirigeantes de la Grande-Bretagne. Pendant cette période, il est clair que le normand était utilisé par la cour, mais aussi dans le commerce, la loi, les tribunaux, l’administration et même dans certaines écoles.

   Et au Parlement britannique, à Londres, puisque la reine est absente, le greffier du Parlement a la responsabilité d’indiquer qu’elle est d’accord avec les lois qui ont été votées. Il le fait toujours en normand, avec les mots : ‘La Reyne le veult’’.

   Saviez-vous également que pendant le treizième et le quatorzième siècles, les règlements des Universités d’Oxford et de Cambridge disaient que les étudiants avait le droit de parler entre eux soit en latin soit en normand – mais pas en anglais !

   Donc le normand a une présence primordiale en Grande-Bretagne, et pour bien comprendre l’histoire linguistique de l’anglais, il faut au moins des connaissances de bases du normand.

******

   Je suis britannique, donc il était tout-à-fait normal de commencer par le normand de la Grande-Bretagne, c’est-à-dire, les parlers des îles anglo-normandes, Jersey, Guernesey et Sercq. Mais bien sûr, il n’y a qu’un pourcentage très faible des Britanniques qui savent que ces langues existent.

Image

   J’ai eu le plaisir et la joie de trouver qu’il y avait sur ces îles, non pas les restes d’une vieille langue d’antan, mais plutôt une communauté linguistique entière, soutenue par des associations passionnées qui travaillaient pour préserver une langue vivante et dynamique – qui avait même influencé l’anglais local : l’article défini se trouve dans des contextes où il serait absent dans l’anglais du Royaume-Uni, mais présent en normand insulaire : Now, everyone speaks the English (en guernesiais : auch’t’haeure tout l’maonde d’vise l’Angllais).

   Je remercie l’Office du Jèrriais, Les Sociétés Jersiaise, Guernésiaise et Sercquaise et l’Assembliée d’Jèrriais et de Guernésiais pour m’aider à apprendre le normand insulaire et pour me présenter à des locuteurs qui m’ont consacré des heures et des heures pour m’aider à connaître leur langue. Grâce à l’aide de ces locuteurs, j’ai publié plusieurs livres sur le normand.Et en fait, c’est par ces associations à Jersey et à Guernsey que j’ai eu le bonheur de faire la connaissance de Rémi Pézeril, président de Magène, qui m’a aidé à approfondir mes études du normand sur la Grand Terre et qui m’a présenté à des normanophones ici dans le Cotentin mais également jusqu’à Domfront dans l’Orne et dans Le Pays d’Auge. Mon livre prochain dressera une comparaison détaillée du normand insulaire avec le normand continental : les sons, les mots et la syntaxe.

   La Normandie est un territoire morcelé – coupé en Archipel et en Grand Terre par la mer, et divisé en Territoire britannique et français. Mais il ne faut jamais que les étrangers oublient que vous êtes un seul peuple, une seule communauté linguistique – et bien sûr, voilà exactement la raison pour laquelle cette Faête és Normaunds existe.

    ImageEnviron 60 personnes ont assisté à la conférence illustrée de diapos.

Vous connaissez tous l’œuvre de Charles Joret ‘Des caractères et de l’extension du Patois Normand’ qui a été publiée en 1886. La  fameuse ‘‘Ligne Joret’’ distingue les parlers au Nord qui ont préservé le /k/ latin devant [a] (VACCAM, ‘vache’ et CATTUM ‘chat’). Les îles font partie de l’aire linguistique qui se trouve au nord de cette ligne, à la différence du Sud de la Normandie : dans l’Avranchin, par exemple ou dans la plus grande partie de l’Orne, où la réalisation est plutôt [ʃ].

Vache

chat

GUERNESEY

vɑk

kat (V)

SERCQ

vɑk

kɑt

JERSEY

vɑk

COTENTIN (nord et centre)

vak

PAYS DE CAUX (Yvetot)

vak

ka

La raison pour laquelle il n’y a que trois îles dans ce tableau est que, malheureusement, le parler d’Aurigny s’est éteint dans les Années Cinquante, et avant qu’on ne puisse en faire une analyse linguistique très profonde.

     Autre exemple des liens phonétiques entre les îles anglo-normandes et la Grand Terre : devant une voyelle comme [e] ou [i], le [k] latin se transforme en [ʃ] dans les îles/Cotentin/Yvetot mais en [s] au sud de la ligne Joret. CENTUM, QUINQUE, CINEREM ([s] : cent, cinq, cendre en français).

cent

cinq

cendre

GUERNSEY

ʃɑ̃

ʃɛ̃

ʃõd

SARK

ʃɑ̃

ʃɑ̃t

ʃɛ̃

ʃɑ̃d

JERSEY

ʃɑ̃

ʃɛ̃k

ʃɔndr

COTENTIN (Nord et Centre)

ʃɑ̃

ʃɛ̃

ʃɛ̃k

ʃɑ̃d

ʃɑ̃dʁ

 

PAYS DE

CAUX (Yvetot)

ʃɑ̃

 

ʃɛ̃

 

ʃɑ̃d

ʃɑ̃dʁ

 

   Mais bien sûr, même si les îles font partie du domaine linguistique normand, il y a des différences phonétiques comme on en trouve dans toutes les langues :

français

guernésiais

sercquiais

jèrriais

Cotentin (Magneville)

miel

mjɛl

mi

mji

mjɛ

mer

mɑjr

mwɛʁ

me

noeud

Naw

nœwk

Nu

    Cf. en anglais : /ka/ – /kar/. Et malgré ces différences, et comme vous le savez bien sûr si vous avez parlé normand avec des locuteurs d’une autre partie du territoire, l’intercompréhension est toujours possible : il suffit d’entrainer l’oreille un peu !

   Image

    En plus de la variation linguistique qui se trouve entre les parties différentes du territoire normand, on peut également constater une variation linguistique très riche à l’intérieure des régions, et cette richesse me fascine aussi. À Jersey, par exemple, on a l’habitude de diviser le jersiais en parlers de l’Est et de l’Ouest, à Guernesey en parlers du Nord et de l’Ouest, et sur la Grand Terre, la ligne Joret constitue une frontière linguistique très importante.

   Ici dans le Val-de-Saire vous savez tout de suite si quelqu’un est un horzin en fonction de si le potement est présent ou non quand il parle normand, et dans les îles les locuteurs peuvent facilement reconnaître la paroisse de naissance de quelqu’un qui habite leur île. Par exemple, si on dit du [lɛt] à Guernsey (pour du lait), cela indique tout de suite que le locuteur est originaire de la paroisse du Valle, au nord de l’île. À Jersey, si on pronounce [muk] pour ‘mouche’, ça veut dire que le locuteur est né dans la paroisse de St. Ouen, à l’Ouest de l’île. Une telle richesse fait partie du dynamisme du normand.

Cette richesse est aussi visible au niveau du lexique. Il y a cependant des mots qui sont partagés par tout le territoire normand, comme une pouque / pouche, pour un sac ou une gradile pour une groseille, du gji pour la paille de seigle ou un doublier pour une nappe de table. Voilà donc une autre preuve de l’unité linguistique de la Normandie.

Les mots d’origine scandinave, tels que fa ‘costume’ (à Jersey et à Sercq) ou houolins pour les ‘araignées de mer’ sur la Grand Terre, mots qui sont inconnus en français, montrent aussi que la Normandie a une histoire linguistique indépendante de celle du français.

             Statistiques

   On sait tous que le normand est parlé par moins de personnes aujourd’hui qu’il ne l’était dans le passé. Cependant, pendant mes recherches dans l’Archipel de la Manche et sur la Grand Terre, ce qui m’a vraiment frappé c’est la situation qu’on trouve si on fait l’effort de regarder au-delà des statistiques officielles. Car, sur les îles et dans le Cotentin, environ une personne sur quatre avec qui j’ai parlé lors de mes enquêtes pratiquait le normand tous les jours, soit avec un époux ou un autre membre de la famille soit avec un voisin ou un ami. Certes, le normand n’est plus la langue qu’on choisit tout de suite quand on commence à parler avec un inconnu. Mais même si le normand ne prédomine plus en tant que la langue quotidienne, même eune horzène coume mei peut voir clairement qu’il est toujours présent et que, pour beaucoup de personnes même aujourd’hui, c’est la langue quotidienne, la langue usuelle. Ces locuteurs n’ont-ils donc pas le droit de le pratiquer dans leur région, comme un Parisien a le droit de pratiquer sa langue dans sa ville ? Vous allez peut-être dire mais il ne reste pas assez de locuteurs. Pas vrai.

   J’ai également trouvé que, lors de mes enquêtes, même les gens qui disaient qu’il ne parlaient pas normand étaient tout-à-fait capables de comprendre des phrases entières, et ils utilisaient eux mêmes tous les jours des expressions comme (N) [ʃavɑtite], [i fefʁɛ] et [a staʁləvɛj] (J) [fatikaw] ‘il fait froid’ (G) mon viar ‘mon vieux’ . Une autre découverte lors de mes enquêtes : cela fait des années et des années que j’apprends le français. J’ai visité Paris peut-être dix fois. Aucune difficulté de compréhension. Le français qu’ils parlent à Paris, c’est la langue des manuels scolaires qu’on apprend aux petits étrangers. Mais arrivée en Normandie, je me suis rendu compte qu’il y avait ici un français qui contenait quelques mots et expressions que je ne comprenais pas du tout. Pensez aux mots comme la teurgoule pour du ‘riz à la cannelle’, ou une moque pour une ‘tasse à anse’. Je n’avais jamais entendu ces mots – mais ils sont pourtant courants dans cette région, et connus par tous les habitants, même par ceux qui disent qu’ils ne parlent pas normand : des mots comme goûtu pour ‘qui a du bon goût’, ou bourotter pour le fait de marcher comme un canard, ou bien redot ou ravisot pour un enfant né tard dans le mariage. Ce sont des mots qui sont bien connus en Normandie mais pas en dehors de cette région – mais pourtant les concepts indiqués par ces mots sont très bien connus partout en France. C’est pareil dans les îles, où bon nombre de Jèrriais, de Guernésiais et de Sercquais utilisent le mot vraic pour ‘des algues’ au lieu de l’anglais ‘seaweed’ même quand ils parlent anglais, ou bachîn (pour un grand bol en fer, à J., G.). Je vous cite cette liste pour vous indiquer que, d’après ce que j’ai constaté lors de mes enquêtes, il existe beaucoup de locuteurs cachés : c’est-à-dire des personnes qui possèdent le normand et qui l’utilisent tous les jours sans même le savoir.

Mais bien sûr, le problème c’est qu’il faut établir un lien entre ces locuteurs quotidiens et les locuteurs ‘‘cachés’’. Et c’est bien difficile dans une situation où de moins en moins de personnes transmettent le normand à leurs enfants. Sur les îles, par exemple, j’ai parlé avec beaucoup de personnes qui avaient dans les soixante-dix ans qui passaient presque toute la vie quotidienne à parler normand. Tous leurs amis parlaient normand, leur époux parlait normand – l’anglais n’était presque pas nécessaire – sauf pour aller à la banque, ou regarder la télé. Mais par contre pour les gens au dessous de cinquante ans, c’était bien une autre affaire. Pour eux, il n’y avait presque personne du même âge avec qui parler.

       La chose est claire, elle va de soi : pour que le normand continue, il faut le parler, il faut le fêter, il faudrait vraiment s’enorgueillir du fait d’être bilingue. Mais il faut également mettre le normand et l’esprit normand à la portée de tous, car personne ne sera tenté de s’engager s’il se sent exclu. C’est la raison pour laquelle je me réjouis de voir les fêtes comme celle-ci où tous les Normands peuvent fêter leur normannité ensemble. Au Pays de Galles, nous avons trouvé que la meilleure façon d’enthousiasmer les gens c’est de créer une solidarité avec eux. On ne peut jamais garantir qu’ils prennent un pas tout seul et qu’ils apprennent le normand mais il s’agit de fournir un moyen abordable par lequel les non-normanophones peuvent eux aussi posséder l’élément linguistique de l’identité normande.Donc, les concerts de Magène, le travail de l’Office du Jèrriais pour établir des locaux où les enfants et leur parents peuvent apprendre le jersiais ensemble, ou pour faire en sorte que le jèrriais apparaisse sur les billets bancaires et les panneaux touristiques, même sur les poubelles, les Assemblées de Jèrriais et de Guernésiais qui organisent des événements sociaux en normand mais où toute personne intéressée est la bienvenue. Toutes ces démarches sensibilisent les non-normanophones à la normanité et attirent l’attention du grand public sur l’existence d’un vrai esprit normand, un esprit vif, dynamique et surtout très attirant.

Et c’est ce que j’essaie de faire aussi, de l’autre côté de la Manche, avec mes cours de faculté. Je crois qu’il est essentiel d’apprendre aux gens que la Normandie n’est  pas située qu’en France. La Normandie s’étend au-delà des frontières géographiques de la France. Elle a une histoire liée à celle de la France, certes mais elle a à la fois une histoire indépendante. Le normand est une langue d’oïl donc il a bien sûr des liens linguistique avec le français – comme avec l’espagnol. Mais de dire que le normand est un français déformé n’a pas le moindre sens sur le plan linguistique. Le normand n’est pas le français. Tout comme l’espagnol n’est pas un italien déformé.

Je tiens à sensibiliser les gens à l’existence d’une Normandie qui à la fois fait partie de la France mais qui aussi est fière de sa langue, de ses traditions et de sa culture.

Je termine ce soir en vous remerciant de m’avoir accordé ces cinquante minutes pour que je vous explique pourquoi je me passionne pour votre langue et pour votre patrimoine culturel. C’est un vrai privilège d’assister à votre fête et je la souhaite beaucoup de succès. Je termine sur les mots de Monsieur Albert Postel de Rocheville, animateur de la revue normande, La Voué d’la Forae et fondateur de l’Assemblée normande qui est à l’origine de notre fête ès Normaunds. J’ai eu le bonheur et le privilège de parler avec M. Postel quelques mois avant sa mort l’an dernier. Il a prononcé une phrase qui veut tout dire, et je la partage avec vous aujourd’hui pour rendre hommage à tout ce qu’il a fait pour sauvegarder le normand : ‘‘J’aime bien mon pays, j’aime bien le normand. Le normand, c’est eune expression de grâce’’.

Merci bein des feis.

Un débat Imagetrès intéressant a prolongé la conférence et la veillée normande.

Image

Image

Image

Image

Geraint Jennings a expliqué pourquoi l’anglais a pris le pas au 19è siècle sur le normand et il a précisé la situation linguistique actuelle à Jersey.

Dans la journée du vendredi, à Valognes, Geraint a pu discuter longuement avec Mari : car la fête est l’occasion de rencontres multiples entre les acteurs impliqués dans l’action pour revitaliser le normand.

Image

Image

La Manche Libre a bien fait connaître la fête…

Chez Maurice Diouy à Morsalines

Image

Image

Image

Image

Image

La Hougue, mot scandinave, = l’ilôt, le promontoire… Saint-Vaast-la-Hougue se prononce Vâ et Hrougue (H expiré). Sant-Vâ est venu du Nord de la France. Rien à voir avec les autres lieux comme Le Vast, Sottevast (Sot’vâ) : ici vâ est une terre inculte, landes,… Sotti est le nom d’un Scandinave qui s’est établi là. Au Sud de la ligne Joret, on trouve Le Gast (Le Gâ), même sens que vâ.

  Quédou en normand (écrit Quettehou sur les panneaux : en français ne pas prononcer le e muet !) est le village de Kéti (Jacques Anquetil était le descendant d’un Viking !).

La Veillée normande fut animée par Françoise Roulland avant et après la conférence.

Image

Alphonse Allain, Charles Birette (La pouquie de poumes dé terre), Côtis-Capel (Nous mans / Nos mains,…) furent à l’honneur…  Prochaine veillée normande (de 17 à 18 h), lundi 10 juin à Bricquebec, salle Saint-Roch (prononcer Sant-Rô), dans le bas du bourg.

Le compte-rendu de ces trois jours va se faire peu à peu dans ce blog, mais l’actualité du normand va se bousculer. Surprise bientôt !

Rémin Pézeri.

Poster un commentaire

Classé dans Faête és Normaunds