Archives de Tag: inondations

29. Bouone et le tchuraé, Touène à la mair’rie, le fuuleton (5è)

   Montaigu, suite du feuilleton…

à Montaigu

à Montaigu

Ch. III 7.         Devaunt que de s’endormi, Bouone avait des idaées qui li toupinaient dauns la tâete : çu fillette-lo, o serait paé coume lyi ! Sen père érait ryin à dire, il ’tait si héyeus. Et les balaundyires du hammé pourraient paé bagoulaer  qu’il avaient fêtaé la Pennecouote devaunt Pâques : Charlotte avait nâqui pus d’eun aun ampraès qu’il eûtent passaé souos la perque !

L'église de Montaigu

L’église de Montaigu

   Treis semannes ampraès, o s’en feut veî le tchuraé qui l’espérait souos le graund porta de l’égllise pouor les relevâles.

DSC00350

   I fit quiques pryires, bénit les déeus pans que sen bouonhoume avait boulaungis de vèle. O li en baillit yeun et se racachit d’aveu l’âote.

DSC00391

 Cha s’adounit reide byin, de la partie de l’égllise, ol apercheut José qui s’n allait veî ses baêtes : ol avait veu eun houme…  doun ol érait eun gas : ch’est Touène pardyi qu’en sera byin aise !        Bouone feut arprinse treis meis aumpraès ; ol eut byin eun quenâle. Malhéyeusement, i vint tout blleu, d’aveu le cordoun alentou du co. Touène en érait plleuraé !

DSC00205

DSC00208

   Le tchuraé leus dit par ses raisouns que ch’était eun avouortilloun et qu’il avait paé ’taé baptisi ; i voulit paé qu’i seit portaé en terre d’aveu l’s âotes éfaunts : « I sera entâopinaé le loung du mu du chimetyire, yéra paé de relévâles inetou… »

DSC00292

L’ossuaire de Montaigu, dans le cimetière

DSC00312

   —  Pisque chenna en est, que fit Bouone, j’irai puchi ma linsive eun coup par aun pouor Pâques, i m’arveira pus à la messe ! Ch’était men petiot, je l’i yeu dauns mei padaunt neu meis ; ch’était men fisset, men poulot, no deit paé l’entâopinaer coume eun quyin !

   Touène fit dé demême.

   Avant de s’endormir, les idées tournaient dans la tête de Bonne : cette enfant-là, elle ne serait pas comme elle ! Son père n’aurait rien à dire, il était si content. Et les cancanières du village ne pourraient pas raconter qu’ils s’étaient fréquentés avant le mariage et qu’ils avaient fêté la Pentecôte avant Pâques : Charlotte était née plus d’un an après qu’ils se furent mariés à l’église !

   Trois semaines plus tard, elle alla voir le curé qui l’attendait sous le grand portail de l’église pour les relevailles. Il fit quelques prières, bénit les deux pains que son mari avait cuits la veille. Elle lui en donna un et revint avec l’autre. Cela tombait très bien, dès qu’elle sortit de l’église, elle aperçut Joseph qui allait surveiller ses bêtes : elle avait vu un homme… donc elle aurait un garçon : c’est Antoine pardi qui sera bien content !

   Bonne fut de nouveau enceinte trois mois plus tard ; elle eut effectivement un garçon. Malheureusement, il vint tout bleu, avec le cordon ombilical autour du cou. Antoine en aurait pleuré !

DSC00220

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Le curé leur fit valoir que c’était un avorton et qu’il n’avait pas été baptisé ; il ne voulut pas qu’il soit enterré avec les autres enfants : « Il sera mis en terre le long du mur du cimetière, il n’y aura pas de relevailles non plus… »

DSC00327

   —  Puisqu’il en est ainsi, dit Bonne, j’irai me confesser une fois par an pour faire mes Pâques, il ne me reverra  plus à la messe ! C’était mon petit, je l’ai porté neuf mois ; c’était mon garçon, mon bébé, on ne doit pas l’enterrer comme un chien. 

   Antoine fit de même.

DSC00334

 

 

Saint Martin partage son manteau...

Saint Martin partage son manteau…

DSC00288

Ch. IV 6.              Ugène prêchait du temps, des vaques que no-z-allait byintôt mette à l’herbe, du bllé, de l’annaée qui s’announchait reide byin… du temps qu’était poussaunt…

Les viâos à Montaigu (lé 6 d'ât dé 2013)

Les viâos à Montaigu (lé 6 d’ât dé 2013)

de la cocotte qui leus avait fait byin du ma et ch’est seument à la surrinchette – « no peut paé arparti sus eun pyid » —  que no quemenchit à veî iyoù qu’i voulait en venin :

   —  Les mâovaises annaées sount derryire nouos, t’as byin reussi, t’es sus eune belle positioun, t’as tréjous demeuraé à Mountaigu, no-z-entend que du byin de tei : je vourais que tu seis counsilli ! »

Eune barryire de cllos à Montaigu

Eune barryire de cllos à Montaigu

   Touène et Bouone en restîtent la goule souos le naez. Bouone pinchit du bé, ol ’tait brin héyeuse de cha qu’o venait d’entenre.

   —  T’es byin veu, byin rendaunt service, d’aveu tei ya paé de nennin. De cha qué je veî s, t’es paé par trop erligiounnaire,  je creis que t’es républliquain mais paé brûlaé rouoge ! Tu serais eun bouon counsilli et eun bouon adjouent ! Qui que no sait ? Dauns syis auns, je sis byin vuulli, je m’artirerai… Tu pourrais yête dauns la quaire à bras. Qui que t’en dis ? Té v’là byin abâobaé : prêche-z-en alentou de tei, je rapasserai la semanne qui vyint ! »

   Promais qu’Ugène feut dépéqui, Bouone en tumbit d’assise sus la bauncelle, toute ébésouie, Touène était éblluaé itou.

   —  Ch’est paé pouor dire, tu ferais eun reide bouon counsilli, âossi bouon mahène byin que José qu’a paé seument ouvert la goule dé depis douoze auns qu’il est à la mairerie ou que çu pouore Louisot qui luut byin à penne et qu’a paé de gingin pouor déeus liards ou byin enco Batisse qu’est dreit dauns le cas de dire cha que le tchuraé li a dit ! Seument, adjouent, va falli que tu t’en alles à la mairerie eun coup la semanne : ch’est paé à la mairerie que l’ouvrage va se faire, cha va yête sus mei que cha va tumbaer, je pourrai pus me chevi.

Eune belle pôsition à Montaigu

Eune belle pôsition à Montaigu

   —  Si j’arrive, no prenra eun petit valet ; justinèment, ya Louisot Vâotyi qui trache eune pllèche pouor que sen petiot rentre en counditioun. 

mairie de Montaigu

mairie de Montaigu

        Eugène parlait du temps, des vaches qu’on allait bientôt mettre dans les champs, du bllé, de l’année qui s’annonçait très bien… du beau temps qui favorisait la pousse… de la fièvre aphteuse qui leur avait fait beaucoup de mal et c’est seulement quand Antoine servit la deuxième rasade d’eau-de-vie – « on ne peut pas repartir sur un pied » —   que l’on commença à voir où il voulait en venir :

  —  Les mauvaises années sont derrière nous, tu as bien réussi, t’as une belle exploitation, tu as toujours habité Montaigu, on n’entend dire que du bien de toi : je voudrais que tu sois conseiller municipal ! 

    Antoine et Bonne restèrent interloqués, bouche ouverte. Bonne se pinça les lèvres, elle n’était pas très heureuse de ce qu’elle venait d’entendre.

  —   T’es bien vu, t’aimes rendre service, avec toi y a pas de refus. D’après ce que j’ai constaté ; tu n’es pas trop porté sur la religion, je crois que tu es républicain mais pas excessivement rouge ! Tu serais un bon conseiller municipal et un bon adjoint ! Qu’est-ce qu’on en sait ? Dans six ans, je me fais vieux, je ne me représenterai pas… Tu pourrais avoir le fauteuil de maire. Qu’en dis-tu ? Te voilà bien étonné : parles-en autour de toi, je reviendrai la semaine prochaine ! 

   Dès qu’Eugène fut parti, Bonne s’affaissa assise sur le banc, complétement stupéfaite, Antoine était abasourdi lui aussi.DSC00826

    —  C’est certain, tu ferais un très bon conseiller municipal, aussi bon sans doute que Joseph qui n’a pas ouvert la bouche une seule fois depuis douze ans qu’il est à la mairie ! Ou que ce pauvre Louisot qui sait à peine lire et qui n’a pas deux sous de bon sens ou bien encore Baptiste qui est tout juste capable de répéter ce que le curé lui a dit ! Mais, adjoint, il va falloir que tu ailles à la mairie une fois par semaine : ce n’est pas à la mairie que le travail se fera, c’est sur moi que ça va retomber, je ne pourrai pas y suffire.

  —  Si je suis élu, on engagera un petit domestique ; justement, Louisot Vautier cherche une place pour que son fils ait une situation.

DSC00827

à Montaigu

à Montaigu

 

Ch. IV 7.         Touène acaissit brin et se portit, il arrivit et i rapâssit d’embllême le coup d’ampraès —  le prémyi du tablleau —  et i dégotit la quaire à bras.

   —  Te v’là le gar d’aveu tes douze ouées ! que li fit Bouone, byin héyeuse et fyirte —  ol en disait ryin —  de veî sen Touène à la mairerie.

    Touène feut eun bouon maire, padaunt vingt auns de temps il eut jammais poue à ses câoches ; ch’est souos li que no bâtit les écoles, yeune pouor les files et yeune pouor les garçouns.

   Bouone ne dit mot, seument, à part lyi, ol avait poue qu’annyi, Touène seit oû coupé de sen peiryi et que deman i seit oû pyid.

   Cha feut mahène byin pouor fêtaer cha, oû sei mais que Touène s’erpassit, surgai, qu’i fîtent Jacques… Bouone l’avait promins et pis, qui que vous v’laez ? Quaund que sen Touène l’embrachait dauns le bénityi du diablle… ch’était coume si o s’en ressentait eun miot ! Eun redot de dyis auns, cha feut pardyi byin seu, le fouoniot.

DSC07805

  Antoine ne céda pas et se présenta, il fut élu et réélu à l’élection suivante avec le plus de voix. Il devint maire.

   —  Te voilà le jars avec tes douze oies ! lui dit Bonne, très heureuse, et fière  —   elle n’en disait rien  —  de voir son Antoine à la mairie.

   Antoine fut un bon maire, il n’eut jamais peur de prendre une veste ; c’est pendant ses mandats que l’on bâtit les écoles, une pour les filles et une pour les garçons.

DSC00819

   Bonne ne dit rien, mais elle avait peur qu’aujourd’hui, Antoine soit perché au plus haut de son poirier et que demain il retombe à son pied…

   Ce fut sans doute pour fêter l’élection, le soir quand Antoine rentra, très heureux, qu’ils conçurent Jacques… Bonne l’avait promis et puis, que voulez-vous ? Quand son Antoine l’embrassait dans le bénitier du diable —  entre les deux seins -, c’était comme si la tête lui tournait, un peu pompette ! Un dernier-né, après dix ans, ce fut Dieu merci vraiment le dernier.

couv Bouone et Bouonotte Maurice Fichet 001

(à suure…)

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Ecologie, Jeux normands et sports, Langues autres que normand, Livres en normand, Saisons, Vocabulaire

28. Bouone et Touène, l’iâo mounte ! Le gardin et la légeume (4è)

    1889, Montaigu, suite du feuilleton…  Le début n’est pas traduit en français, gardez la musique des mots normands dans la heune (la tête)…

    En faisaunt sen petit tripot, la taête li marchait : cha s’était byin adounaé pouor sen Touène, il ’tait paé tumbaé oû sort, il avait hersounaé tcheu ses gens et il ’tait demeuraé garçoun jusqu’à pus de trente auns. Achteu, il ’tait à sa guerbe bouoillie. Rapport qu’il avait paé de frères et sœurs ; ses gens avaient paé ’taé en souen de faire leus lots ! Il avait dreit-z-eu qu’à bailli les dreits d’héri.

    O mint sa soupe à trempaer dauns déeus guichouns, coupassous o la crépounçait pouor que le pan seit byin mouilli.

    Touène se racachit et s’assyisit à l’amountous, oû hâot bout, d’aras la crouésie : cha sera sa pllèche sa vie duraunt. Bouone affouorquit la bauncelle et i mouégîtent leus soupe byin câode ; à la mitaun d’octobe, no-z-était paé partis byin louen dauns l’arryire seument la freid rarrivait.

(Réthoville, au moulin)

(Réthoville, au moulin)

 

    Promais qu’il arrivaient quittes de magi, Touène la happit à brache-corps :

   —  Et si achteu maisi no prenait le café du pouore, devaunt que je m’en veîche busoqui, qui que t’en dit ?

   —  Mâodit graund valpasiaun, cha va défaire men lyit !  que fit Bouone en récibrônaunt… Seument, en dedauns de lyi ol ’tait byin aise : « Fâora paé t’y faire le corps, qu’o fît en groumachaunt, guette-mei cha, me v’là  héruchie coume eun guai qui vyint de couaer, j’i ma bounette qui tyint pus sus le coupé de ma taête ! Mâodit graund avrelaun, graund marquemal ! No va paé se tenin à jostaer toute l’arlevaée, la jument t’espère : o chabote attaquie à la melle ras l’hus de l’étchurie… 

DSC08957    Mâodit graund-sot-la-bâete !» qu’o li dit en li sâotaunt oû co, en l’embrachaunt enco eun coup et en le poussaunt dehors : « J’i paé que cha à faire… »

Ch. IV 2.              Dauns l’essène d’âot, i se mint à tumbaer des haraées d’iâo, des achânaées, des dépêlaées ; il a plleu sauns décessi, les praés étaient bllauncs, les caches eun miot en dépivalaunt étaient toutes dégravinaées ; les vuus murs en masse étaient dégrabolisis.

DSC02525

   L’iâo dépotait dauns les rohières, no dâobait à retou de temps ; no pilait dauns la vatre quâsiment  jusqu’oû poumet de la gambe, no-z-était counfoundus de brouet. No-z-était travsaés quaund que no sortait sa loungueu, sâoçaés. La terre se découvrit en novembe. Ch’était la minsère. Les vuus, dauns le trige, avaient jammais veu dé dequei coume chenna.

DSC02562    

À la fin d’août, il se mit à tomber des averses d’orage, brusques, violentes ; il a plu sans arrêt, les prés étaient submergés d’eau, les chemins creux qui dévalaient un peu étaient tous ravinés ; les vieux murs en argile croulaient.

    L’eau coulait abondamment dans les ornières laissées par les roues, on pataugeait continuellement dans l’eau ; on marchait dans la boue enfoncés presque jusqu’au mollet, on était couverts de boue. On était traversés par la pluie dès que l’on mettait le nez dehors, trempés jusqu’aux os. Le sol fut mis à nu en novembre. C’était la misère. Les vieux, dans le pays, n’avaient jamais vu quelque chose comme ça.

   Les vaques s’abriaient souos les haies, les poules demeuraient dauns le juquous et côdaquaient pus ; yavait pus mais que les malards et les bouores que no veyait dehors, byin à leus aise !

DSC02552

   Ch’était-i la mucreu ? Les vaques feûtent prinses de ma, ol eûtent câod et pis freid, o grégeolaient… Eune tchâolaée bllaunche, à mitaun lipotouse leus tumbait des babènes ; ol eûtent itou des cllaires, des vessieures sus les pyids : ch’était la cocotte, eun brouet que dîtent les graundes gens de Valouène. Yavait ryin à y faire : les pus hasyires, fâorait les escoffiaer et veî pouor l’s âotes : no pouvait bllaunchi d’aveu de la câos les muns des établles mais cha y faisait coume eun quyin à la messe. Touène feut oblligi de racataer pus de la mitaun de sen meublle.

   Les vaches s’abritaient sous les haies, les poules restaient dans le poulailler et ne gloussaient plus ; il n’y avait plus que les canards et les canes que l’on voyait dehors, tout à fait à leur aise !

   Etait-ce l’humidité ? Les vaches attrapèrent une maladie, elles eurent chaud et puis froid, elles tremblaient… Une écume blanche, un peu gélatineuse tombait de leurs lèvres ; elles eurent aussi des ampoules, des cloques sur les pieds : c’était la fièvre aphteuse, qualifiée d’épidémie par les gens importants de Valognes. On ne pouvait rien y faire : les plus atteintes, il faudrait les abattre et voir pour les autres : on pouvait blanchir les murs des étables à la chaux mais ça n’avait pas plus d’effet qu’un chien d’aller à la messe. Antoine fut obligé de racheter plus de la moitié de son bétail. (…).

DSC08282

Ch. IV 4.  —  No va paé mens paé yête à tchu !

   —  Va pouortaunt falli se déhalaer de çu mâopas-lo !

   Le cat était dauns l’horloge, Touène avait jammais veu Bouone se mountaer coume chenna.

   Touène print Bouone à brachies, ol en avait enco le trembllot.

DSC09475Eune écllairgie li passit dauns les urs, Touène avait acaissaé.

DSC09476   L’annaée d’ampraès feut byin milleure ; yeut pouortaunt la guerre, seument à Mountaigu no vit paé les Prussians ! La famile chômit de ryin, les déeus drényires vaques baillaient enco eun miot de lait, de la cramme et du buure ; no escoffyit le moussieu, quiques poules et quiques lapins, no mouégit des oeus et yeut de la légueume dauns le gardin.

IMG_1954DSC09768     —  On ne va quand même pas faire faillite !

    —  Il va pourtant falloir se tirer de ce mauvais pas-là !

   La dispute était dans la maison, Antoine n’avait encore jamais vu Bonne se mettre ainsi en colère.

   Antoine prit Bonne dans ses bras, elle en tremblait encore. Ses yeux s’illuminèrent, Antoine avait cédé.

   L’année suivante fut bien meilleure ; il y eut pourtant la guerre, mais à Montaigu  on ne vit pas les Prussiens !  La famille ne manqua de rien, les deux dernières vaches donnaient encore un peu de lait, de la crème et du beurre ; on égorgea le cochon, quelques poules et quelques lapins, on mangea des œufs et il y eut des légumes au jardin.

   Touène aimait byin busoqui dauns sen courtin, il en avait quiques perques aras sa maisoun. Touos l’s auns, en févryi ou mâr, mais que le temps adounait byin, i graissait sen gardin d’aveu du mâle, i touornait tréjous la terre d’aveu sen trublle. Ses herbyis étaient byin de dreiture et la terre flleurissait oû biâo solé.

    Ampraès les gelaées, i pllauntait les pounéterres, oû rioun byin seûr ; coume dé juste, ol ’taient byin souégnies ses pounéterres, byin câochies et o dounaient byin, yen avait tréjous eune palaunquie : les pus joulies pouor les gens, les petiotes pouor les vêtus, Bouone les timbalait dauns eun graund câodroun.

Les pounéterres pouossent byin achteu en chu meis d'At !

Les pounéterres pouossent byin achteu en chu meis d’At !  

   I pllauntait de la chouâle pouor les lapins, des chours proumpts et des pouéyets pouor la soupe.

    I sumait itou des carottes, des peis à la piaffe et des peis d’hivé : i faisait des gllanes qu’il ahoquait souos le lermyi pouor les séqui. À retou de temps, il ’tait à rébectaer, à serclli, à tenvri. Il avait tréjous de la belle légueume !

 

   Antoine aimait bien s’occuper dans son jardin, il en avait quelques ares derrière sa maison. Tous les ans, en février ou mars, quand le temps s’y prêtait, il engraissait sa terre avec du fumier et il la retournait toujours avec son truble. Ses planches étaient toujours bien droites et la terre séchait sous le beau soleil.

   Après les gelées, il plantait les pommes de terre, dans un sillon bien entendu ; évidemment elles étaient bien cultivées ses pommes de terre, bien buttées et le rendement était toujours excellent : les plus belles pour les humains, les petites pour les cochons, Bonne les cuisait dans un grand chaudron.

  Il plantait des choux pour les lapins, des choux pommés et des poireaux pour la soupe et semait aussi des carottes, des haricots de Soissons, des haricots secs : il les attachait par poignées qu’il accrochait sous le larmier pour les faire sécher. Il était tout le temps en train de biner, sarcler, éclaircir. Il avait toujours de beaux légumes !

DSC09773DSC09765DSC08766

DSC08280

couv Bouone et Bouonotte Maurice Fichet 001

(à suure…)

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Ecologie, Jeux normands et sports, Langues autres que normand, Livres en normand, Saisons, Vocabulaire