Archives de Catégorie: mer

66. Pêcheurs en côte des Isles. Robert Pot. Carteret

Pêcheurs en côte des Isles

Eun live de photos byin esplliquies

No péeut acataer chu live de 140 pages à l'Office de Tourisme de Barneville-Carteret

No péeut acataer chu live de 140 pages à l’Office de Tourisme de Barneville-Carteret

     Byin le boujou, v’chin eun live de photos des pêqueus de Cart’ret halaés en portrait par Robert Pot dans l’s annaées 1960 – 1980… Eune pouquie de mots normaunds s’évâopile amount les peissouns et les batiâos…
    Robert Pot est eun horsin (s = z) qu’a couneu les gens de la mé touot quenâle en 1954 : « je dois au Père Rachine mes premières expériences à la barre et à Remond Blondel la pêche à la traîne de mon premier maquereau, ils m’ont adopté, je devais avoir dans les treize ou quatorze ans ».

Route pêche 001lég Route pêche 001

congre 001congre lég 001

Ya 4 pages de vocabulaire et paé louen de 130 photos dauns chu biâo live

Ya 4 pages de vocabulaire et paé louen de 130 photos dauns chu biâo live

    à clin et can 001clin lég 001

Je vas paé tout mette sus ch’té bllo !… Ch’est pouor vous dounaer eune idaée !

à can = à champ

Rémin Pézeri

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Cotentin, mer, pêche, Vocabulaire

64. Les voiles noroises / Les veiles norouèses : eun nouvé baté !

Les veiles norouèses

Eune équipaée normaunde

 

Les petits batiâos qui vount sus la graunde iâo ount-i des gaumbes ?? L'esnèque ch'est itou le noum d'eun jéeu à Tec-Nor, et pis ya itou sen graund fr-re, le... Dreknor !

Les petits batiâos qui vount sus la graunde iâo ount-i des gaumbes ?? L’esnèque ch’est itou le noum d’eun jéeu à Tec-Nor, et pis ya itou sen graund frère, le… Dreknor !

     Byin le boujou, v’chin cha que vos allaez pouvi byintôt luure sus le trige Les Voiles noroises / Les veiles norouèses… !  www.voiles-norroises.fr

Dé depis qu’o nâquit (et maême byin avaunt !), la countraée és North Men, qui feut noumaée la Normaundie, vit d’accaunt la mé. Mais que les Escaundinaves terrîtent ichin et fîtent chu nouvé pais, et pis ampraès cha d’aveu les espllorateus arnoumaés, trachous de countraées, et pis d’o les Terres-Neuvâs, les viageous normaunds ount merqui lus pas sus tous les terrans de la pllannète. Ya-z-eu byin d’s histouères incréyablles sus la mé.

Les Normaunds du Cotentin terrîtent à Messine en Sicile... Ya pas qu'en Aunglleterre ! Peinteure sus eune quérette...

Les Normaunds du Cotentin terrîtent à Messine en Sicile… Ya pas qu’en Aunglleterre ! Peinteure sus eune quérette…

Ch’est pouor chenna que l’assembllaée Les veiles norouèses vouorait byin pairaé eun baté danoués du XIyîme syiclle pouor reguindaer coume qui que no fit âotefeis ches batiâos-chin et coume qui qu’i travêquaient sus l’iâo.
Les veiles norouèses vount servi és Normaunds à rémôqui eun savi-faire vuus de pus de mille annaées. Et pis itou do ch’té idaée-lo, les savaunts vount pouvi muus coumprenre ches batiâos-chin.
Ch’est possiblle itou de vos-en venin d’acaunt nous sus noute trige Faicebouc.

Noute histouère :

    Ch’est en viageaunt sus la Baie des Veys (des gués en fraunceis) à bord du Dreknor que les syins qui gencîtent l’association prêchîtent de lus idaée de faire un baté.

Le Dreknor

Le Dreknor

  I se démentîtent petit à petit de de pouorsuure et cha fut Les veiles norouèses lé 21 dé s’tembe dé 2013 par Damien Bouet (dipllômaé en archéiologie à l’Universitaé de Strasbouorg), Thibaut Grimaldi (à la tête d’eune entreprinse) et Frédéric Palmer (Cap’tanne d’eune vedette sus Le Port du Have), touos les treis amouchelaés pa la passion de la mé et de l’Histouère.

Je voulîmes remâtaer le patrimouène maritème nord-uropéien, de l’âge du Fé oû XIe syiclloe. J’ avouns doun évolaé la fèchoun du Skuldelev V touot récopi, dauns le respé des matériâos et des savi-faire dé ch’t épocte-lo. La prémyire évolaée feut de pairotaer les pllauns et la féchoun du baté. Ampraès byin du câtu à retrachi chenna, le chauntyi nava pouvit quemenchi par le fait. L’association Dreknor, nous mint pouor nous âotes leus appartements à Quérente et le premyi lot de boués, coupaé en forâe d’Essay (Orne) arrivit sus trige lé 28 dé mâr dé 2014.

La baleine ch'est le gros boués qui tyint le mât (Veî le biâo récit de Henri Gogibu sus noute CD "Veillie normaunde")

La baleine ch’est le gros boués qui tyint le mât (Veî le biâo récit de Henri Gogibu sus noute CD « Veillie normaunde »)

Noute équipe de bénévoles, accoutaée par la syinne du Dreknor, travâle achteu à féchounaer le baté, bordé par bordé et rivet par rivet. J’aimeriouns finin le baté, pour yête és coumémoratiouns des 950 auns de la Batâle de Hastingues (Anglleterre).

Les dates à reténin :

– 21 dé s’tembre dé 2013 : Naissaunche dé l’Association
– 28 dé mâr dé 2014 : Le premyi lot de boués arrive à Quérente
– 28 d’avril dé 2014 : No-z-a genci la quile du baté !

(fâot pronounchi tchile le pus souovent)

Et lé 27 et 28 dé s’tembe à Quérente / Carentan cha rest La Fête des Normands

Texte : Damien Bouet, Président de la nouvelle association Les voiles noroises

mins en normaund par le greffyi de chu bllo, mais cha peut yête amendaé…

Il va donc y avoir bientôt sur le site internet de l’association (www.voiles-norroises.fr) une page  en normand

Le dragon est une pièce amovible sur les esnèques. Cha fait poue !!

Le dragon est une pièce amovible sur les esnèques.
Cha fait poue !!

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Faête és Normaunds, mer, Vocabulaire

61. À l’Institut du Judo, l’art du maniement de Sei

À l’Institut du Judo, l’art du maniement de Sei

Qui qu’i dit le gâs Teddy ?

    Le Fraunceis Teddy Riner est devenun champioun d’Urope de judo pou le quatriyîme coup, sammedi, à Mountpelyi. Il a capuchi le Georgian Adaum Okruashvili d’aveu ippoun. Mais i fait la griche, rapport que ch’tait d’eçsaès quemode dé gangni. Le peids louords dé 2 m treis (pouor 282 livres) a tréjous gangni dé depis quatre auns, va-t-en veî ! Cha fait syis coups itou qu’il est chaumpioun du mounde.
Emilie Andéol et Audrey Tcheuméo ount-z-eu le gâ itou, ieune dans les pus de 156 livres et l’âote des mens de 156 livres.
L’équipe de Fraunce a mins dauns sa pouquette syis médâles d’or, prémyis dé touote l’Urope ! ! Ch’est dé dequei de remerque !
Rémin
équipe : prononcer en Normandie le plus souvent étchipe. Chu mot vyint enco du scaundinave ! Tout cha qu’est sus eun baté en normaund et pis en fraunceis ampraès, ch’est rapport és Viquyins (aux Vikings, les Rois des baies) !

de skip = baté (Cf. ship en anglais et Schiff en allemand. du nordique skipa = arranger, équiper. En 1120, s’est écrit eschiper = naviguer, embarquer, équiper un bateau pour prendre la mer. Le sens s’est élargi au XVIe s. : équiper un local ; s’équiper…

par Maryvonne du Praé du Moulan

   Byin-à-couop, à matin, nouos v’là sus l’A.13, en directioun de la capitale, eun coach à bord, pou le chaumpiounat Uropéan de Judo. Bougre, des veiteures pet-à-coue sus treis files, la compétitioun coumenche à neuf heures. Les mineutes s’égronnent ieune à ieune. Malédictioun, les autos fount du sus pllèche. Pouor seur, no va maunqui le début mais qué le côtche (eul coach en aungleis) seit lo pou le prémyi coumbat. Cha li cône dauns l’oyèle, enco dyis mineutes. Lé v’là descendeu, à touote berzingue, à pique de galop, les gaumbes à sen co coume eun dératé, il ‘tait graund temps…

judo Paris (2)

Quiques espllicatiouns…

     Rapport à lus peids, les coumpétiteus, sus la bastchule de vèle oû sei, sont raunguis pa catégories. À pis pus, cha vaut le couop de poussaer eune suaée ou byin dé se rédimaer eun miot pouor paé saôtaer de catégorie. Figurous eun chent quilos (tchilos) déplléchi eune ormouère de chent-quaraunte kg oû pus d’aveu déeus mètes de haôt !
     Ch’est itou de vèle que « le tirage au sort » fait moussinaer les tchusses. Le bouoligot et la chaunce pèsent d’ecsaès louord, ch’est le cas de le dire : eun Ukrainien pou coumenchi, eun Russe ampraès. Magène, ch’est paé des brélettes, ches Belges, Allemaunds, Italians, Hongroués, Suisses, Géorgians…  Eune vlopaée de Russes pou ramassaer eune patraillie de médâles.
     Ch’est drôlu d’yête vétéraun à trente auns. Dauns le sport no vuuillit à toute alleure. Sus les étiquettes, j’i armerqui F1, M2… F coume female en anglleis, coume dé raisoun, fème tcheu nouos ; ch’est de même pou M : male pouor houme. Ente trente et trente-chinq auns, ch’est Numéro 1, ente trente chinq et quaraunte Numéro 2… Sont-i à mitan bouoguis en déeus, craunqueus ? Nennin, enco pllens d’énergie sus le tapis.
    Treis mineutes pou savaer qui qu’il a dauns le coco, réflléchi à trouaer la bouonne prinse, « l’action exacte, opportune, efficace », le « ippon » du vanqueus. Veire, ch’est louong et oussin couort. Coume dé fait, le kimono blleu, à croupetouns, le brâs pa devaunt nuut oû kimono bllaunc paé dauns le cas de travailli. Cha mérite eune pénalitaé… Ch’est paé de remerque qué de gangni coume chenna !
    No reste sus le tchu taunt que ch’est mannyirement réglli coume papyi à musique. Paé de prêchi pouor ryin dire, tout bouonement des sènes pouor annulaer, dounaer eune décisioun, calmaer la Norvégienne qui se print à saôter de jouée ; ichin paé de craque, « de la modestie, de l’humilité ». « Seuls les épis vides de grains redressent la tête. Les autres ceux qui sont pleins s’inclinent humblement ».
judo Paris (3)
Ch’est admirablle de senti oûtaunt de councentratioun, de respé pa des portements (des saluts) vis-à-vis de sen partenaire du tatami, de silence dauns chu dojo. Ya ryin à dire, paé de rouspétaunche veu que les vidéos rempllèchent les déeus arbites de la carre (du couin). Achteu, touot seu, l’arbite, de la man, coume eun automate, dicte sa loué. Des ordinateus pou caltchulaer les pouents, eun écraun d’vaunt chaque tatami, pou luure les noums, les catégories, les nationalitaés des coumbattaunts. Ch’est là que la coffrâle se teurque quaund que no counaît ieun des déeus. No-z-est créti, raunçaé, souolagi à la définitioun.
    Pa derryire, sus les bauncs des gradins, les amins s’émôquent, gestitchulent, vîpent pouor encouoragi, tapent des mans pouor eune belle prinse. Ch’est le jouo et la nyit ente le parterre et l’arryire. Oû mitan de l’arlevaée, la reminse des médâles és dames nouos otchupit quique temps. Coume à la télévisioun, l’hymne natiouna est launluuraé (chanté) pou l’or sus la prémyire marche accaunt l’assistaunche : o se déplie, dé debouot, assis, dé debouot, assis… Coume des pauntins sus ressorts, bouon exercice pou nouos genouors enreudis.

judo Paris-1

    Cha feut, pou mei, dreit le moument de veî les syins du Clleub iyoù que men gâs ensène le judo. D’en par-ensemblle, touos dauns le tran d’à ce sei piqu’ i ya grève, pou se ratibroulaer.
En v’là ieun à l’artrache d’eun coumpartiment à syis pllèches, en taête d’eun tran paé enco affichi, qui deit yête le boun. Ch’est pouorqui ! Qui qu’i busoque ?
À penne à creire mes uurs, eune boutèle de rouoge, des rillettes et du pâté dépuraunts de gras foundu pa la chaleu du dojo, eun saécichoun, du pan, du frometon qu’a-z-eu byin câod, à la valdrague qu’il ‘tait oû mitaun des papyis graissous sus la tablle étriquie, pou la collatioun, sauns oumbélyi déeus verres à pyid pou le raffinement et déeus godiâos taillis dauns eune boutèle en pllastique, à la guerre coume à la guerre ! Eune roundelle de saécichoun pa’chin, eune tâle de Coumté pa’lo, eune laumpaée de vinasse touo coume oû tchu du tounaé, dauns le chelyi, aôtefeis.
I maunquait puus que Bourvil d’aveu sen air de baête, de pllouc décaraé de sa caumbuse. Ch’tait paé du cinéma. Ch’était rêvablle de les guetti cassaer la crôte. J’en ‘tais malade de rire.
    Qui chicâtu si le tran coundyisait paé à Tchidbouorg ! Ya puus de gêne d’ampraès l’announche. Byin calaés sus lus siges, nouos guais lurouns se tapent la clloque en devisaunt sus les déhaits de la jouornaée, dauns la bouone himeu, jostaunt et ricachounaunt :
— Déméfious, v’chin eune casquette dauns le corridor, cha s’rait-i le countôleus ?
Le syin qu’avait paé coumpostaé sen billet li moutrit byin vite et li offrit eune miette de sécisse sèque, histouère de partagi sen pllaisi. I li racountit d’iyoù que no se racachait. I se mint à digouési d’aveu li.
    Accaunt cht’aumbiaunche de colonie de vacaunches, nouos jostous driles fîtent eune paôse dauns lus métyis à respounsabilitaés, oûssi byin les euns que l’s aôtes : merchin chef de clinique, chef d’entreprinse, coumptablle…
J’i artrouaé mes émotiouns d’aôtefeis.
Maisi, rendez-vous pou les Kata de la quatryîme Dan qui « obligent à étudier la forme exacte des mouvements à rechercher avec le partenaire à la fois la Vérité et la Beauté, car ce qui est VRAI est toujours BEAU » (d’ampraès J.L. Jazanin, Président d’honneur du Collège des Ceintures Noires de France – 7e Dan).
    Et coume eul disait le Bouddha « Seyiz coume eul frit du maungui : ferme d’aveu vouos-même, tende coume la pulpe pou les âotes » !

Paris, le 13 juin 2013

 

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Jeux normands et sports, mer

60. Carteret. Goélette du Cotentin La Neire Mâove / Le goéland argenté. Chanson Magène. Pourquoi l’accent sur le a de âo.

Vous avez dit  

« âo » ?

La diphtongue « âo » correspond souvent à ce que l’on écrit « au » en français…

   Il serait plus simple d’écrire en français « o », n’est-il pas ?, ch’paé ?…plutôt que d’hésiter entre « o », « au », « eau », « ô »…

    Cette orthographe française est une survivance momifiée de sons variés et complexes du Moyen Âge. Le son « au » était une diphtongue « a + u (pouvant se prononcer ou) ».

En normand, la diphtongue est conservée : « i fâot » (il faut), mâogré que (bien que), câoffaer (chauffer), …

Nous mettons un accent circonflexe sur le a, (âo), pour marquer que ce son â est allongé, alors que le son o qui suit est plus bref.

neire mâo ve ch 001

   Cependant, les auteurs par le passé écrivaient plus volontiers « aô », et cette habitude est restée pour les journalistes qui écrivent peu en normand et qui croient bien faire avec ce aô. La Presse de la Manche, Ouest-France et Vikland ont tous écrit récemment « La Neire Maôve », nom de la goélette du Cotentin qui reprend du service avec les beaux jours. Et pourtant le nom peint sur la coque est bien « Mâove » ! Mais c’est plus fort que tout et il n’y a pas d’ « Académie normande » pour conseiller ces auteurs de bonne foi…

   D’où cet article de blog, simplement pour relayer et rappeler les décisions prises vers 1980 par les principaux héritiers des réflexions faites par Fernand Lechanteur (décédé en 1961) et souvent écrivains eux-mêmes ayant commencé en écrivant « aô » puis acceptant la modification en « aô ».

    Deux exemples avec les plus grands : Côtis-Capel écrivit en 1980 dans son recueil « Graund câté » (Grand château, nom évocateur d’un rocher des falaises de La Hague) : « Frait qu’t’ part n’y-eut pus d’ neircheu » (p. 68). Dans « Les Côtis » (nom des côteaux qui dominent la mer), – livre édité en 1985 par Isoète à Tchidbou / Cherbourg -, Côtis-Capel écrit toujours âo, par ex. : « Par-dessus le tchyin afouaé / Et que sen maîte veurt mâodire » p. 144.
    De même Aundré Smilly (Hippolyte Gancel) utilise encore « aô » dans le volume I de « Flleurs et plleurs de men villâche » (ex p. 124 : « coup no la portit dauns l’aôberge »), puis « âo » dans le volume II édité en 1986 (ex p. 128 : « En pllèche du câod oû riga, (…) eune freid de fé et de mâotaé, qui sâote li glléchi sen quoeu. » (Au lieu de la chaleur de la toupie, (…) un froid de fer et de malignité, qui saute lui glacer le cœur).

    Doun, merci pouor « La Neire Mâove » ! Ch’est-i byin coumprins ?!

 

Bleuet mauve / âobefein ou bounet-blleu

Bleuet mauve / âobefein ou bounet-blleu

   La Goélette du Cotentin

   Le choix d’un nom normand est une heureuse initiative des promoteurs de cette magnifique goélette, construite à Cart’ret en suivant des plans anciens retrouvés à Guernési / Guernesey. Un bateau fort utile fin XIXe s. pour pêcher le maqueré, et pour les plus grandes (jusqu’à 14 m de longueur) transporter marchandises et gens par ex. de Jèrri / Jersey à Cart’ret…
DSC01056
Deux types sont discernables en fonction de leurs « métiers » et de leur répartition géographique : les petites goélettes (4,50 à 8m) pratiquent la pêche aux casiers et aux lignes, alors que les bateaux plus grands (11 à 14m) sont utilisés pour la pêche aux cordes ou aux filets de dérives, pêchant jusqu’aux côtes de l’Angleterre. Elles sont également utilisées pour le bornage, comme bateau-pilote ou pour le transport de passagers.
    La Goélette du Cotentin est issue d’améliorations des « chasses-marées » utilisés vers 1820 dans toute la Manche Ouest. La carène évolue vers un bateau plus fin, plus rapide et plus manoeuvrant. Vers 1870, elle acquiert un gréement particulier : celui de goélette à bordure libre.
DSC01059
La Neire Mâove a trois mâts : de misaine et de taille-vent portant des voiles auriques à bordure libre surmontés d’une voile de flèche. Un grand foc est armuré sur le beaupré à l’avant, et à l’arrière le tape-cul complète ce gréement.
DSC01055
    La plupart du vocabulaire normand (puis français) des bateaux est hérité des bateaux vikings (quille, babord, vague,…) ainsi que le mot « mâove » qui désigne les mouettes en général. La neire mâove (ou neithe maôve à Jèrri) (« mouette noire ») désigne plus spécialement le goéland argenté. Nous reviendrons sur le vocabulaire scandinave dans un autre article…
   Le bateau, construit à l’initiative de l’association « Vieux Gréements en Côte des Iles », a été redessiné par l’architecte naval de Jersey Alan Buchanan. Le chantier de construction, sur le port de Barneville-Carteret, ouvert au public, commence en 1991.
   La mise à l’eau a lieu le 4 juillet 1992. Les promenades en mer se font à prix raisonnables lorsqu’on loue les services de l’équipage de La Neire Mâove »… C’est un bateau adapté à la haute mer, mais également à l’échouage dans les ports et les havres de la côte normande. Il navigue, au départ de Carteret, sur les côtes du Cotentin, dans les îles anglo-normandes, ainsi qu’en Bretagne ou en Angleterre. Le Neire Mâove peut accueillir 20 passagers en journée, en plus de l’équipage. Avec 8 couchettes simples (dont deux réservées aux enfants), et 2 couchettes doubles, il propose aussi des croisières de plusieurs jours pour 12 passagers.

DSC01049

   Sur Internet, la confusion liée à cet accent ^ ^ est totale :

1) Wikipédia, lahague.com, le site de La Neire Mâove… et celui de Magène reçoivent un bon point, tous en âo.

   Cf. <la Neire Mâove – Chansons normandes du Cotentin> et <Plus d’images pour La Neire Mâove>

• Neire Mâove — Wikipédia
fr.wikipedia.org/wiki/Neire_Mâove‎
Le Neire Mâove est une goélette « du Cotentin », goélette avec un mât de tapecul à livarde, à coque bois, construite en 1991-1992 dans un chantier naval de …

________________________________________
• Images correspondant à La Neire Mâove
________________________________________
• la Neire Mâove – Chansons normandes du Cotentin
chansons.normandes.free.fr/maove.html‎
La Neire Mâove grile ilo liement. D’aveu ses veiles oû couop du vent. Ol est reide fyirte dauns l’s écllipaées. Touos nouos, j’admirouns à la veî. Et la Neire … (Texte bilingue complet en fin de ce billet).

• La Neire Mâove fête ses 20 ans
http://www.lahague.com/?ThemeID=6&CatID=83&SousCatID=326‎
20 août 2012 – La Neire Mâove : la renaissance des goélettes puce Elles avaient disparu et avaient été presque oubliées. Grâce à un concours, organisé par …

DSC01048

2) Mais, sifllets et cardrouns (chardons) pour Ouest-France, portdielette.fr, tourisme-pays-granvillais.com, et d’autres !

• La Neire Mve, goélette du Cotentin. – Association des …
http://www.portdielette.fr/article-la-neire-maove-goelette-du-cotentin-1177416…‎
4 juin 2013 – Neire Mve (« mouette noire », en patois normand) est une représentante de la catégorie des grandes goélettes, inspirée par Lilian (construite …). [Article détaillé et très belles photos].
• La Neire Mve, vieux gréement de Carteret fête ses 20 ans …
http://www.ouest-france.fr/la-neire-maove-vieux-greement-d…
4 août 2012
Dès ce samedi soir 4 août avec l’arrivée de ses copains d’abord, d’autres vieux gréements comme elle, la …

• [PDF]
Naviguez à bord du Neire Mve – Station Nautique Granville
http://www.tourisme-pays-granvillais.com/…/voiliertraditionnel-neiremaove.pd…‎
Naviguez à bord du Neire Mve. Construit en 1992 dans le cadre du concours « Bateaux du patrimoine des côtes de France » à l’occasion des fêtes maritimes …

3) Bien sûr, les noms de site refusent tout accent, domination universelle de l’anglais  ! d’où <neire-maove.com>. Mais il y a ceux qui jouent à Ponce-Pilate en ne mettant pas d’accent du tout ! normandie-tv.com écrit : « les 20 ans du Neire Maove », et Corsaire sur ioutioube : « La Neire Maove (ATACOM) – YouTube »

DSC01033
8 août 2012
Festival de la Mer Anglo Normande pour les 20 ans du Neire Maove au port de Carteret. Par : Normandie TV …
• Neire Maove Goelette du Cotentin Vieux greements en cote …
goelette.chez.com/‎

NEIRE MÂOVE. RETROUVEZ LA GOELETTE DU COTENTIN SUR SON NOUVEAU SITE  » neire-maove.com « 
• Neire-maove.fr – URL metrique
urlmetriques.co/www.neire-maove.fr‎
En France, Neire-maove.fr est classé 3 135 214, avec un nombre de visiteurs mensuels estimé à < 300. Cliquez pour voir d’autres données concernant ce site.

• La Neire Maove (ATACOM) – YouTube
► 4:57► 4:57
http://www.youtube.com/watch?v=0fQw8d47fpA‎
2 mars 2011 – Ajouté par CORSAIRE
Ce film a été réalisé à partir d’archives de 1993 de l’association ATACOM. Post-production et réalisation …

La Neire Mâove Daniel Bourdelès

neire mâo ve ch 001

La Neire Mâove est une magnifique goélette du Cotentin. Elle a été créée en 1992. Carteret est son port d’attache. Elle est la réplique d’un modèle ancien auquel ont été ajoutés de nombreux perfectionnements de navigation et de confort. Des passionnés la font vivre et vous proposent des voyages à son bord. Contactez-les ici :
« http://www.neire-maove.com/bienvenue/bienvenue.html &raquo;. DSC01050

La Neire Mâove

Extrait du CD   « Veillie normaunde », 7 chansons
Paroles, chant & Musique : Daniel Bourdelès
et 12 récits par les gens du Cotentin.
La Neire Mâove grile ilo liement
D’aveu ses veiles oû couop du vent.
Ol est reide fyirte dauns l’s écllipaées
Touos nouos, j’admirouns à la veî.

 

Et la Neire Mâove
Ol a prins s’n évo
Dauns la flleu de brôe
Qui nous balie les joes

 

Promais que le vent seit byin allaunt,
Cha cllaque du tape-tchu oû tâle-vent.
Sitôt que no passe le naez de Carteret,
Jèrri daunche oû bouot du biâopraé.

 

Ch’est pus le temps que les saisounyis
S’ n allaient en bistchène à Jèrri
Pouor défoui les caumps de pouneterres ?
Reide ernaés, ma de mé, qui minsère !

 

Le graund métyi, cha remounte à louen.
Sus le pont qui relise, ya pus de cllos-pouengs,
Ya pus mais de cllaés à maraundaer,
Ryin que des horsins qui vyinnent rêvaer.

DSC01052

 

Emposaez doun le vent d’écapaer!
Que ses teiles seient tréjous byin croulevaées!
Bllaunches coume les âles des mâoves, et neires
Coume les revénaunts des vuules histouères.

DSC01060

Traduction normand / français :
La Neire Mâove glisse là-bas, majestueusement,
Avec ses voiles gonflées de vent.
Elle est très fière dans les embruns.
Nous tous, on la regarde avec admiration.

 

Refrain :
Et la Neire Mâove,
Elle prend son envol
Dans la fleur d’écume
Qui nous mouille les joues

 

'12 € port inclus chèque par courrier à Jean-Claude Léger 5 Allée de Blanche Lande 50270 Barneville-Carteret)

(12 € port inclus chèque par courrier à Jean-Claude Léger 5 Allée de Blanche Lande 50270 Barneville-Carteret)

 

 

Quand le vent est bon,
Ca claque du tape-cul au taille-vent*.
Dès que l’on franchit le nez de Carterêt,
Jersey danse au bout du beaupré.

 

Il est révolu le temps où les saisonniers
Partaient en bisquine à Jersey
Pour y arracher les pommes de terre.
Mal de reins, mal de mer, quelle misère !

 

Le grand métier, ça remonte à loin.
Sur le pont qui brille, il n’y a plus de tourteaux,
Il n’y a plus de casiers à mettre à l’eau,
Rien que des promeneurs qui viennent rêver.

 

Empêchez donc le vent de s’échapper,
Que ses toiles soient toujours bien jouflues,
Blanches comme les ailes des mouettes, et noires
Comme les revenants des vieilles histoires.

* tape-cul : mât arrière, taille-vent : mât avant

Quelques exemplaires du CD Veillie normaunde sont encore disponibles dans la boutique du site magene.com
Très belle chanson que l’on peut écouter en partie sur le site. Paroles & Musique : Daniel Bourdelès !

DSC01031

 

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Cotentin, Ecologie, Guernesey, Jersey, Livres en normand, mer, pêche, Revues normandes, Saisons, Vocabulaire

50. CD Je syis magnifique ! 16. Nous mans, de Côtis-Capel. Dit par Joseph Lecoutour.

CD JE SYIS MAGNIFIQUE ! (2014)

16. Nous mans

 Pour terminer le CD (sorti en janvier 2014), voici un poème dit avec émotion par Joseph Lecoutour qui demeure à Sotteville dans La Hague, « Nos mains » (en français en fin d’article)

Joseph Lecoutour connaît par coeur plusieurs poèmes de Côtis-Capel.

Joseph Lecoutour connaît par coeur plusieurs poèmes de Côtis-Capel.      

Vos allaz rire dé mei —  mais ch’est men lot d’ faire rire —

Quaund vos éraz luusu chenna qui m’ jiguulait1.

Et vos verraz coume mei qué yavait byin d’ quei dire

Sus mes mans, sus les vôtes et l’s âotes alentouo d’ mei.

 

Ya les mans des éfaunts qu’ount janmais fait d’ mâotures,

« Babue, Babue ! Man morte ! Alouette a fait sen nin !… »

Qu’i fount en ritounaunt2 lô-lâ sus noute figuure,

Et qu’ no-z-a taunt d’ pllaisi dauns les nôtes à r’ténin.

(Références en fin d'article)

(Références en fin d’article)

Ya les syines dé ma mère, qu’o récâoffe oû couen d’ l’âtre,

Usaes dé traire, et d’ couotre, et d’ câoches à rempyita3

(Âotefeis, quaund j’étiouns qu’nâles, coume touos j’étiouns déchâfres4)

Ya les syines dé ma mère qui sount coume ma fyirta.

 DSC08843

Ya les mans malhéreuses qui fount touorna la teîte,

Ya les mans —  qui minsère ! —  du syin qui n’ les a pus ;

J’ vouodrais muchi les myines, je creis tréjous qu’i les guette.

Coume eun p’tiot fâot l’ faire beire et coppa c’ qu’i mouojut…

 

Touos les jouors dé marchi, bougui5 dreit souos ma f’nête,

Tendaunt à noute pityi eune vuule moque6 ébréquie.

« Ch’est d’ naieta » qu’i m’a dit, et jé l’ creis byin hounête.

Ya les syines d’eun trachous7 és dyis deigts brésillis.

 DSC08743

Ya les mans des terrians qué lus ôtis aiguuchent,

Haumpe dé fâos, maunche dé trublle8, és maîtes coume és coumis ;

À fène forche dé trava, o s’ cassent et o s’am’nuchent,

Et s’anouent en vuullaunt coume eune braunque dé poumi.

 DSC08764

Ya les mans des pêqueus, minchies et touotes sangnouses,

Halitraes9  pa l’ salin et haguies10 pa la freid.

Et s’i yen a parfeis qui les trouo’ent trop crachouoses,

Cheus-là n’érount magène janmais l’oungllie és deigts !

Albert Lohier pêquous, prête et pouète (Côtis-Capel)

Albert Lohier pêquous, prête et pouète (Côtis-Capel)

Ya les syines du tâop’tyi, les syines d’ la couoturire,

Les mans des syins d’ la ville, les mans d’ touos les métyis ;

Ya les mans qui fount ma ; ya les syines qui fount rire ;

Ya l’s adreites et l’s achocres11. L’ touot ch’est d’ savi s’n aidyi.

 ramoneur rempailleur 001

Ya les mans jannes et vuules, restaes coume no l’s a minses,

Anouaes d’aveu l’ chap’let, les mans d’ touos les défunts

Qué no-z-a habillis dé lus pus belle quéminse :

Ches mans coume dé la chire, les myines eun jouo à v’nin.

1 tracassait, 2 riant sous cape, 3 retricoter, 4 peu soigneux de nos vêtements, 5 recroquevillé, 6 grande tasse, 7 mendiant, 8 bêche, 9 gercées, 10 esquintées, 11 maladroites.

Côtis-Capel. À Gravage, p. 34, O.C.E.P. Couotaunches, 1965.

Côtis-Capel, seule photo couleur de l'auteur qui est né au Hammé Capel dauns les Côtis d'Urville dauns La Hague)

Côtis-Capel, seule photo couleur de l’auteur qui est né au Hammé Capel dauns les Côtis d’Urville dauns La Hague)

    Remerciements à Bernadette Lecarpentier et Jean-Claude Léger pour leur aide pour les traductions en français et le traitement de texte.
     « Je syis magnifique » est le quatorzième CD de l’Association Magène.     Magène a édité également quatre livres en normand (Cf. magene.com). Un cinquième est à venir en 2014. Notre groupe a aussi participé avec l’U.P.N.Coutançais à la rédaction du Dictionnaire français-normand et normand-français des Editions Eurocibles, 2013, Marigny. 1 390 pages, 36 000 mots normands.

NOS MAINS

Vous allez rire de moi – mais c’est mon lot de faire rire –

Quand vous aurez lu ce qui me tracassait.

Et vous verrez, comme moi, qu’il y avait beaucoup à dire

Sur mes mains, sur les vôtres et les autres autour de moi.

 

Il y a les mains des enfants qui n’ont jamais fait de bêtises,

« Babue, Babue ! Main morte ! Alouette a fait son nid !… »

Qui font en riant lô-lâ sur notre figure,

Et que l’on a tant de plaisir dans les nôtres à retenir.

DSC08903

 

Il y a celles de ma mère, qu’elle réchauffe au coin de l’âtre,

Usées de traire, et de coudre, et de repriser les chaussettes

(Autrefois, quand nous étions petits, comme tous, nous étions peu soigneux

Il y a celles de ma mère qui sont comme ma fierté.

Musée des Beaux-Arts, château de Caen

Musée des Beaux-Arts, château de Caen

Il y a les mains mutilées qui font tourner la tête,

Il y a les mains – quelle misère ! – de celui qui ne les a plus ;

Je voudrais cacher les miennes, je crois toujours qu’il les regarde ;

Comme un enfant, il faut le faire boire et couper ce qu’il mange.

 

Tous les jours de marché, recroquevillé juste sous ma fenêtre,

Tendant, à notre bon cœur, une vieille moque ébréchée,

« C’est de naissance » qu’il m’a dit, et je le crois bien honnête,

Il y a celles d’un mendiant aux dix doigts brisés.

 

Il y a les mains des terriens que leurs outils aiguisent,

Manche de faux, manche de bêche, aux maîtres comme aux commis,

A force de travail, elles s’abîment et s’amenuisent

Et se nouent en vieillissant comme une branche de pommier.

Les mans à Raymound Godefreid paysaun à Lestre (Val-de-Saire-Sud)

Il y a les mains des pêcheurs, abîmées et toutes saignantes,

Irritées par le sel et gercées par le froid.

Et s’il y en a parfois qui les trouvent trop sales,

Ceux-là n’auront sans doute jamais l’onglée aux doigts !

 

Il y a celles du taupier, celle de la couturière,

Les mains des gens des villes, les mains de tous les métiers,

Il y a les mains qui font mal ; il y a celles qui font rire ;

Il y a les adroites et les maladroites. Le tout, c’est de savoir s’en servir.

Photo à Valognes, juillet 2013

Photo à Valognes, juillet 2013

Il y a les mains jeunes et vieilles, restées comme on les a mises,

Nouées avec le chapelet, les mains de tous les défunts

Que nous avons vêtus de leur plus belle chemise ;

Pochette du CD "Je syis magnifique !" (bon de commande sur le site magene.com)

Pochette du CD « Je syis magnifique ! » (bon de commande sur le site magene.com)

Ces mains, comme de la cire, les miennes un jour à venir.

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Chansons, Cotentin, météo, mer, pêche, Saisons, Vocabulaire

46. CD Je syis magnifique ! 10. Men frère… Men frère… de Côtis-Capel

CD Magène, JE SYIS MAGNIFIQUE ! (2014)

10. Men frère… 

     Allous à la pêque à la rocâle ? Ch’est dreit le moument de rocailli, no va avaer eune graund maraée de 115 ch’té tchu dé semanne ! Ya des bulots, du sâoticot, des cllos-pouengs et des houmards !

    Allez-vous à la pêche à pied dans les rochers ? C’est juste le moment d’aller fouiller les rochers, on va avoir une grande marée de 115 ce week-end ! Il y a des escargots de mer (buccins, mais le mot normand bulots passe dans le français), des crevettes grises, des gros crabes (« dormeurs » gros comme le poing) et des homards ! 

    Si vos-êtes tcheu vous byin oû câod, boujou ! V’chin eun pouème qui moue le quoeu, de Côtis-Capel :  Men frère… Men frère… Raz-Bannes, p. 99, O.C.E.P. Couotaunches, 1970.

Si vous êtes chez vous bien au chaud, bonjour ! Voici un poème très émouvant de Côtis-Capel : Mon frère… Mon frère… Raz-Bannes (Rochers qui effleurent l’eau dans La Hague), p. 99, O.C.E.P. Coutances, 1970.

  Théo Capelle chante Mon frère… sur une mélodie de Daniel Bourdelès, chanson 10 du CD (disponible sur magene.com, 13 €)

Côtis-Capel, seule photo couleur de l'auteur qui est né au Hammé Capel dauns les Côtis d'Urville dauns La Hague)

Côtis-Capel, seule photo couleur de l’auteur qui est né au Hammé Capel dauns les Côtis d’Urville dauns La Hague

 

Du couop, touotes les mâoves1 sé sount teues,

Chu matin-lo, si hâot qu’o volent ;

Pis s’équerpissent2 à déeus par déeus,

Les vuules qui plleurent, les jannes qui niolent3.

 DSC04813

La mé sé dréche et s’abiâosit4.

Sus l’iâo, brin d’ vent, mais coume eun rîle5,

Eun suage6 qu’éfrôle7, ligi, ligi.

No creirait byin qu’ les batiâos grilent8.

1 mouettes, 2 se dispersent, 3 batifolent, 4 se met au beau, 5souffle léger, 6 petit coup de vent, 7 effleure, 8 glissent

DSC08712

D’où vyint qué lé cîl n’est pé touot blleu ?

D’où vyint qué la jouorie s’aterge9 ?

Jé soumes dauns eun R’nouvé10 touot neu ;

Pouorqui, criy-ouos, qué l’ temps se cherge ?

9 Pourquoi le jour tarde ?, 10 printemps
Seiraée de vouéties oû naez de Cart'ret, ph J-C Léger soir de tempête cap de Carteret

Seiraée de vouéties oû naez de Cart’ret, ph J-C Léger
soir de tempête cap de Carteret

Les heures, but-ouos11, l’ solé, but’-tei.

But-ouos. Et qu’i n’yait ryin à suure12 !

J’ vouorais qu’ no se muche13, touos acaunt mei.

Jé l’ sais, c’ qui vyint, cha va nouos nuure.

11 arrêtez-vous !, 12 qu'il n'y ait rien à suivre, rien après ça, 13 que l’on se cache
Carteret houole de la malbaête,  grotte du trou du serpent  ph J-C Léger

Carteret houole de la malbaête,
grotte du trou du serpent
ph J-C Léger

Quaund l’heure est v’nun, no n’ peut tréfui.

Yen a qui jurent. Yen a qui groument14.

Et d’âotes tréjous prêts à dire : Oui.

Fâot byin qu’eun jou la barrir’ froume.

Eun houme, eun père, frère ou éfaunt,

Qué la mé guett’ qué la mé happe,

Sauns brin prév’nin, coume en s’en riaunt…

Las, dé sen rioun15 qu’est-che qui s’écape ?

14 grommèlent, 15 sillon
La broe de la maé sus les bllos  L'écume de la mer sur les gros rochers ph J-C Léger

La broe de la maé sus les bllos
L’écume de la mer sur les gros rochers
ph J-C Léger

Men frère, men frère, mei j’ t’ai envié :

T’ as doun pouor tei la mé entyire ;

Trop à l’étreit, tu t’ s’sais ennié ;

T’ as touot’ la mé pouor ten chim’tyire.

Achteu, veis-tu, quaund la mé joue,

Ou qu’o s’ hériche, ou qu’ol affole16,

J’ creis qu’ touot’ la Terr’ sé met à genouos.

Ah, la graund prière qui s’évole !

16 se met en colère.

 DSC08708

Men frère, men frère, t’es lo touot près,

Là qu’ ya la mé, là qu’ ya la côte.

Quaund j’ guette oû louen, j’ té suus, j’ té veis,

Le jouo, la nyit, t’es touot à-côte.

Là, touot à-côte…

                               là, touot à-côte.

Biographie d'Albert Lohyi par Charles Cerisier, Ed. Isoète

Biographie d’Albert Lohyi par Charles Cerisier, Ed. Isoète, 2008, 29 €.

Côtis-Capel,  Men frère… Men frère… Raz-Bannes, p. 99, O.C.E.P. Couotaunches, 1970.

Men frère 1 001men frère 2 001

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Chansons, Cotentin, Livres en normand, mer, pêche, Vocabulaire