63. Le vuus mâoroun / La vieille salamandre, scènette de François Enault

Journaliste, dessinateur, François Enault a peint des assiettes à partir de dialogues extraits de ses histouères…

DSC07026

Le vuus mâoroun / La vieille salamandre, scènette de François Enault

Les histouères de Pierre et Catherène Loustalot…

DSC09017

  Une salle de justice de paix, ichin ch’tait dehors ! Catherine Loustalot (sûre d’elle, en colère)
DSC09055
est assignée par Mélanie Pitou
DSC09034(qui semble résignée).

DSC09035

 

 

 

Le juge de paix, qui n’est pas de la région, saisit peu les nuances et le pittoresque du parler bas-normand.
DSC08999 DSC08962
Chaque canton avait un juge de paix pour régler les affaires locales…

Ce dialogue est facile à comprendre si vous parlez français !

  Merci byin à Stéphane Henry (Ch’est le gâs qu’a mins eun poués rouoge, vos allaez byin l’arcounaîte !) et merci itou à tous les bouones gens de qui que j’ai halaé lus portrait sauns lus demaundo si i voulaient byin !!

 

François Énault

(1869 – 1918), né à Varenguebec, près de La Haie-du-Pits /La Haye-du-Puits.

Ami de Beuve et comme lui fondateur du Bouès-Jan » (maintenant « Boués-Jaun »), il écrit au moment où la littérature comique en patois n’est pas toujours de bon aloi des contes délicieux de malice et de pénétration psychologique… que l’Almanach de la Manche reprend chaque année.
Les personnages (Mélanie Pitou, Catherine et Pierre Loustalot…) se prêtent facilement à la mise en scène théâtrale. Les dialogues sont faciles à mémoriser.
Peu de vocabulaire normand très particulier : ingamo : intelligence, bon sens ; balaindyire : menteuse, fabulatrice ; orvet : lézard ; et mâoroun : salamandre (animal protégé…).
L’orthographe a été unifiée.
Décor : un bureau et 2 chaises pour le juge de paix et le greffier + un dictionnaire. Costumes simples de 1900, ou d’aujourd’hui !

DSC09106

 

 

Le vuus mâoroun

 DSC09270

Le juge de paix : – Eh bien mes bonnes femmes, tâchez de me conter clairement les faits de la cause!… Mélanie Pitou, vous êtes la plaignante !… De quoi vous plaignez-vous ?…
Mélanin (dolente) : – Je m’ pllans, Moussieu le juge dé paix, que Catherène m’a crucifiaée d’injures et de sottises dé d’pis qu’ol a perdeu sen procès d’avé nous !…
Le juge de paix (intéressé) : – Alors ce serait de la vengeance ?…
Catherène (indignée) : – Ne l’écoutaez pé, Moussieu le juge dé paix, …n’ l’ écoutaez pé ! Ch’est eune criyature qui vous embuure des menteries jusqu’à démountaer l’ingamo des syins qui la counaissent pé !…
Byin seur, ch'est des photos prinses à Valouones oû meis de juilet dé 2013 ! (Veî l's articlles des meis passaés...)

Byin seur, ch’est des photos prinses à Valouones oû meis de juilet dé 2013 ! (Veî l’s articlles des meis passaés…)

Le juge de paix (dérouté) : – Hein ? quoi… Qu’est-ce qu’elle démonte ?… l’ingamo ?…
Catherène (enhardie) : – Veire, Moussieu le juge dé paix, les discouors de c’té balaundyire-là feraient batte des caillous et s’capuchi les murâles !… Ch’est le diablle en persoune qui lyi a copaé le filet et les vipères ount mens de pouésoun qu’ol a de salive !…
Et si ch’est triste pour nous d’avei eune parèle veisène, vos devaez byin le coumprende !…
Le juge de paix (avec conviction) : – Je ne comprends rien du tout !… Voyons, la plaignante, dites-nous votre affaire…
Mélanin (résignée) : – Moussieu le juge dé paix, jé me pllans tout bouonement qué Catherène m’ait traitaée… Coume o m’a traitaée l’âote jou que j’abreuvais mes vaques !… Et coume o me traite touos les jouors !… O passera janmais à côtaé de mei sains me lâqui eune injeure !…
Catherène (protestant) : – J’i étaé byin élevaée, ma file, et l’s injeures mé coûotent trop à la goule pour qué je t’en dise !…
Le juge de paix (perdu) : – Silence, vous la femme qui parlez toujours ! Quand je vous donnerai la parole, vous vous expliquerez !…
Catherène (fière, s’adresse au public) : – Je veis byin achteure coume cha va touornaer !… Si no peut paé s’esplliqui, ch’était byin inutile dé me faire venin !…
Le juge de paix (autoritaire) : – Silence ! ! … Voyons, femme Pitou, vous avez été injuriée ?

DSC09162

Mélanin (réconfortée) : – Veire, Moussieu le juge dé paix, presque touos les jouors. O peut paé prêchi de mei sains me mette pus bas que terre, et pus neire qué le tchu de la marmite !…
O ramasse touot ce qu’o peut trouvaer pour mé le jétaer pa la tête.
Le juge de paix (perdu) : – Hein ! Elle vous a jeté la tête par le cul de sa marmite ?…
Catherène (avec énergie) : – Janmais, janmais, janmais, du graind janmais j’i fait chenna, mei !!
Mélanin (rectifiant) : – Noun, Moussieu le juge, o m’a janmais jetaé à la taête qué d’s injures…
Le juge de paix (décontenancé) : – Quelles injures ?
Mélanin (qui s’intimide) : – De byin vilannes, moussieu !
Le juge de paix (pressant) : – Eh bien précisez-les !

Catherène (goguenarde) : – O s’en souovyint pé ! …
Le juge de paix (en colère) : – Tonnerre, pour nous fixer, je vous ordonne de la dire, celle-là !…
Mélanin (confuse) : – Eh byin, moussieu le juge de paix, dédpis qu’ j’i gangni men procès counte lyi, c’té fème-lo peut pé m’guetti ni passaer à côtaé de mei sains m’dire : « Sacraé vuus mâoroun !… »
Le juge de paix (ahuri) : – « Sacré vieux mauron », c’est une injure ça ?…
DSC09220
Catherène (vivement) : – Ch’est eun mot que no dit coume chenna, Moussieu l’juge de paix !… sains peinsaer à ma … Vuus mâoroun… Vuus mâoroun…
Le juge de paix (noyé) : – J’entends bien !… Mais, qu’est-ce que c’est qu’un mauron ?
Mélanin : – Ch’est eun mâoroun, Moussieu le juge !
Le juge de paix (cherchant) : – Mauron ?…
Catherène (anxieuse) : – Oui, Moussieu, eun mâoroun…

Le juge de paix (content) : – J’y suis ! !… Du mauron, ce n’est pas une injure, ça !…
Mélanin (acerbe) : – Ch’est eune vilanne injure pouor eune fème de m’n âge, Moussieu le juge !
Le juge de paix (conciliant) : – Mais non, voyons, du mauron pour les petits oiseaux, c’est une plante, une plante utile même, mais ce n’est pas une injure.
Mélanin (têtue) : – Pardounaez-mei, Moussieu le juge de paix, eun vuus mâoroun cha n’sé bâle pé à mouégi és p’tits ouésiâos ! … Les poules oseraient pé y touqui…
Le juge de paix (noyé) : – Mais, alors, ce n’est pas du mauron ?…
Mélanin (embarrassée) : – Non, Moussieu le juge, cha n’est pé du mouron, ch’est eun mâoroun.

DSC09213

Le juge de paix (tout à fait perdu) : – Mauron qui n’est pas du mauron, mais c’est un mauron ?!… Sapristi, un peu de clair là-dedans. Voyons, qu’est-ce qu’un mauron ?…
Mélanin (décontenancée) : – Ch’est d’quei, Moussieu le juge de paix, ch’est d’quei que no-z-appelle eun mâoroun !
Le juge de paix (patient) : – Est-ce un animal ?
Mélanin et Catherène (avec conviction) : – Non, Moussieu le juge de paix.
Le juge de paix (ahuri) : – Comment, ce n’est pas une bête ?,…
Mélanin et Catherène (avec ensemble) : – Mais si, Moussieu, ch’est eune baête !!
Le juge de pax (furieux) : – Tonnerre de tonnerre ! Ne vous moquez pas de moi, mes bonnes femmes ! Vous me dites que ce n’est pas un animal, mais que c’est une bête ! Ne faites pas la bête pour vous payer ma tête, sapristi, car je vous salerais !…

DSC09120

Mélanin (pleurnichant) : – J’vos jure, Moussieu, que c’té fème-là m’a traitaée de vuus mâoroun et qu’eun mâoroun, ch’est eune vilanne baête à couortes pattes…
Le juge de paix (s’amusant) : – … Eh ! ! Vous êtes hautes de jambes, vous !…
Mélanin (persuasive) : – Eune vilanne baête neire,… Taquie de jaène !
Le juge de paix (moqueur) : – Pourtant, vous n’êtes ni négresse,… Ni jaune !
Catherène (qui se moque) : – Cha ya eune petite taête qu’a pé d’orelles, les deigts sains ounglles, eune bave pouésouneuse par touot l’corps et eune coue loungue coume eun orvet !
Le juge de paix (submergé) : – Bon sang de bon sang, à quoi ça ressemble-t-il ? Et quelle bête ça peut bien être ?
Mélanin (naïvement) : – Ch’est eun mâoroun, Moussieu le juge de paix !
Le greffier (joyeusement) : – … Dénommé « salamandre » dans le dictionnaire de l’Académie !…
Eun mâoroun annyi dauns men gardin ! Il aime byin mais qu'i plleut, il 'tait byin muchi... !

Eun mâoroun annyi dauns men gardin ! Il aime byin mais qu’i plleut, il ‘tait byin muchi… !

Le juge de paix (goguenard) : – Ah bien, enfin, la justice est éclairée…
Je condamne la femme Loustalot à un franc d’amende pour avoir, en mauvaise part, traité sa voisine de vieille salamandre !…
Catherène (stupéfaite) : – Mei ! mei ! J’n’i janmais dit chenna !

DSC01848

 

 

Mélanin (mécontente) : – De l’amende !… Mais j’i pé d’doumages-intérêts ?…

DSC09232

Catherène et Mélanin (se retirant penaudes) : – Ya pus d’justice !
… Sapraès Vuus Mâoroun de juge de paix, va !…
Catherène et Pierre Loustalot...

Catherène et Pierre Loustalot…

DSC09314
*****

Bouais-Jan, janvier 1899.
Extrait de « Les propos de Jean Frinot »
P. Bellée éditeur, Coutances, 1948.

Yavait byin des veisènes pouor veî qui qu'allait avaer le ga, De Mélanin ou byin dé Catherène ! Cha va faire prêchi dauns la hammé, ch't affaire-lo !!!

Yavait byin des veisènes pouor veî qui qu’allait avaer le ga, De Mélanin ou byin dé Catherène ! Cha va faire prêchi dauns la hammé, ch’t affaire-lo !!!

Pour en savoir plus :

http://magene.com/enault.html/

Les qu devant i ou yin se prononcent tch dans la région du Centre-Cotentin où habitait François Enault.
Les h d’origine germanique sont très expirés (= r)
Guère = « djère »
Les verbes en aer se prononcent a ou bien o ou bien er comme en français, Enault écrit er, mais il écrit qu’il ne veut pas dérouter les lecteurs.
j’vyins : Enault change de graphie dans le même texte, cela montre son hésitation et la difficulté de rendre simplement ce son i nasalisé.
Tchyin : ou quyin, il est facile de s’habituer à écrire ce son y-i-n qui permet de dire in ou i avec toutes les nuances locales intermédiaires. On peut souligner le qu.
pé et bi de l’auteur ont été conservés (paé et byin permettent plusieurs prononciations)
graindes, dains : prononciation Centre Cotentin (graundes, dauns en graphie unifiée)
qu’ li répounit : les e muets n’ont pas tous été mis en place des apostrophes (que li se dit qu’li = que lui en fr.) ;(en principe seuls les é ne sont pas muets, mais dans un dialogue, pourquoi pas conserver l’)
un r inhabituel a été conservé à leur et trachir : Pitou s’en feut por trachir des carottes…. = chercher

Moussieu le Maire de Valouones (en vrai, ch'est li !)

Moussieu le Maire de Valouones (en vrai, ch’est li !)

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Cotentin, Faête és Normaunds, Livres en normand, Revues normandes, Vocabulaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s