Archives mensuelles : août 2013

32. Mariage à Valognes du fils de Bouone avec une Valognaise : biâocoup de photos et de mots normaunds !

 Martin va épouser Marguerite. Deux cultures différentes… Le roman de Maurice Fichet est l’occasion de voir le mariage reconstitué par Stéphane Henry le 20 juillet 2013 : des photos, des photos !

Prochain billet après le 27 août : thème, les Normands en Sicile, rapport que j’vas alli dire boujou és cousins de Sicile ! Et pis profitaez-en pouor allo oû musée d’Hauteville-la-Guichard, paé byin louen de Coutaunches : ch’est d’ilo que sount partis les Normaunds és crouésades et i fûtent les roués de l’Italie du Su oû XIè et XIIè syiclle ! Et i laissîtent byin des mots dauns la laungue des Sichilians d’achteu !!! Merci byin de faire counaîte chu bllo « langue normande » ! Merci byin de suure chu bllo ! Ch’est paé finin ! D’aveu le boujou de Rémin Pézeri de Palerme à Syracuse !

Chapitre V

1.   Martin feut noumaé maîte d’école à Mountaigu, à la petite école és garçouns et sa criyature, Marguerite à la petite école és files. I quemenchîtent le prémyi d’octobe 1890.

   Martin et Marguerite se hauntaient dé depis eune bouone pâose ; dé depis qu’il avaient ’taé és écoles, i s’avaient amouorêtis. Leus gens eûtent paé graund dé dequei dire : chenna, cha pllaisait brin à Bouone. Qui qu’il avait dauns la taête sen Martin ? S’n allaer prenre eune criyature de Valouène, eune villouèse que no counaissait brin ! Des files qui l’éraient byin voulu, yen avait byin dyis à Mountaigu, et des joulies pétiotes en pus.

   Ses gens, ch’était paé des tchu-terrous, i tenaient coumerce de teile, de vrou, de couti, de drap, de droguet sus la graund pllèche. Il avaient du byin mahène. Le jou du marchi, leus boutique désempllissait paé, il avaient de la pratique.

      Martin fut nommé instituteur à Montaigu, à l’école des garçons, et sa femme Marguerite à l’école des filles. Ils débutèrent le premier octobre 1890.

   Martin et Marguerite se fréquentaient depuis un bon moment ; depuis qu’ils étaient à l’école supérieure, ils étaient tombés amoureux. Leurs parents n’eurent pas grand-chose à dire : cela, ça ne plaisait guère à Bonne. Qu’avait-il dans la tête son Martin ? Se marier avec une fille de Valognes, une fille de la ville que l’on ne connaissait pas ! Des filles qui auraient bien voulu se marier avec lui, il y en avait au moins dix à Montaigu et des jolies filles en plus.

   Ses parents n’étaient pas cultivateurs, ils tenaient commerce de toile, de velours, de coutil, de drap, de droguet sur la place principale, ils avaient du bien sans doute. Le jour du marché, leur boutique était toujours pleine, ils avaient une bonne clientèle.

Ch. V 2.          Marguerite, ch’était eune bouorquaise, ol ’tait byin rencountraée, yavait ryin à dire, seument o prêchait paé le patoués !

    Ch’était eun reide joulie criyature, tréjous prope sus lyi coume eune petite carderounette même dauns ses hardes à tréjous allaer. Ch’est paé lyi qu’érait-z-eu des câoches qu’éraient triboulaé, o trépaient paé, yavait paé de souen. Ol ’tait tréjous byin minse, mais paé coume les files de Mountaigu joraées d’aveu eun canezou et eun cotilloun de droguet. Ol ’tait paé inetou des heures de temps devaunt sen mireus à se tiponnaer, à s’abaumi, à s’effrinaer de la flleu sus le musé, à s’affûtaer, nennin, no pouvait paé li artiraer cha. Et pis, ol avait paé de bounette de fi, o se pouésait eun ribaun dauns les queveurs. Bouone était dauns l’indécis !

    Martin était pinchi et sa vuule bouone fème de mère était minse oû récart : élevaez des petits quyins pouor vous morde !

    Il ’taient touos déeus oû coumpte de l’État ; cha, ch’était reide byin : tréjous abriaés, i grégeoleraient paé l’hivé, i seraient paé ernaés oû sei leus jouornaée faite en ratterrissaunt tcheu yeus.

    Et pis, yeut les ménauntises : ryin à erprochi, no feut reide byin archeus, no feut byin soupaés, byin abreuvaés et les belles-gens à Martin étaient de sociétaé. Martin mint eun teur oû deigt à Marguerite. No prêchit de ryin rapport que les éfaunts avaient fait leus arraungements.DSC08884

    Quiques temps ampraès, i feûtent affichis et passîtent souos la perque. Bouone, pouor accoundire sen fisset, avait mins tout dessus, sa bachelique et sa hauntonne, ol avait acataé eune bounette de fi et des soulyis à bas quartyis. Touène, oû matin, quaund qu’ol avait mountaé dauns la quérette, li avait dit :

   —  Ch’est-i tei qui t’armaddies ? T’es pus joulie que ta brun ! Je m’en vas prenre du revi.

   Marguerite, c’était une fille de la ville, elle avait une jolie dot, il n’y avait rien à dire, mais elle ne parlait pas le patois !

    C’était une très jolie fille, toujours pimpante comme un petit chardonneret même dans ses habits courants. Ce n’est pas elle qui aurait eu des bas qui auraient fait des plis, ils ne tirebouchonnaient pas, il n’y avait pas de danger. Elle était toujours bien habillée, mais pas comme les filles de Montaigu vêtues d’un corsage et d’une jupe de droguet. Elle ne passait pas des heures devant sa glace à se pomponner, à se passer de la pommade, à se poudrer le visage, à s’arranger, non, on ne pouvait pas dire le contraire. Et puis elle n’avait pas de coiffe de fil, elle se nouait un ruban dans les cheveux. Bonne ne savait que penser !

    Martin était amoureux et sa vieille femme de mère était maintenue à l’écart : élevez des petits chiens, ils vous mordront plus tard, les enfants ne sont pas reconnaissants !

    Ils étaient tous les deux fonctionnaires ; ça, c’était très bien : toujours à l’abri, ils n’auraient pas froid l’hiver et ne seraient pas exténués le soir en rentrant chez eux une fois leur journée terminée.

   Et puis, il y eut les fiançailles : rien à dire, on fut très bien reçus, on mangea bien, on but de même et les beaux-parents de Martin étaient de bonne compagnie. Martin passa une bague au doigt de Marguerite. On ne parla de rien car les enfants avaient pris leurs dispositions.

    Un moment après, les bans furent publiés et ils se marièrent. Bonne, pour conduire son fils, avait revêtu ses plus beaux atours, son grand châle en pointe et sa robe noire de noce. Elle avait acheté une coiffe de fil et des souliers bas. Antoine, le matin, quand elle était montée dans la charrette, lui avait dit : 

    —  C’est toi que te remaries ? T’es plus jolie que ta bru ! Je vais retrouver de l’énergie ! 

Ch. V 3.     —  Graund sot la baête, qu’o rébectounit en rouogissaunt de pllaisi et en li faisaunt eun min sus la joe, je vourais byin m’armaddiaer, seument cha sera à la quaund Noué rapport que t’as paé enco-z-eu la morte ! J’allouns-t-i paé décanilli ? Et tei, Jacques, tâche de paé yête counfoundeu yord et nous fait paé hounte ! »

DSC08776

   Sen Touène était surbé itou mais ch’était ryin  à côtaé du père à Marguerite d’aveu sen biâo juilet et sen capé à mouégi de la chai.

DSC08899

DSC08856

   Cha feut eune belle messe, l’égllise était hâot plenne, les graundes orgues, les cauntiques, le praête qui prêchit reide byin, les quoeurets en rouoge : Bouone érait muus aimaé yête à Mountaigu !

L'égllise dé Valouones

L’égllise dé Valouones

DSC08888

    Médi se trouit, no s’en feut dauns eune âoberge, yavait eune sapraée tabllie : no-z-était pus de chinquaunte et des gens touos en toilette.

DSC08928DSC08930DSC08931DSC08933DSC08934DSC08937DSC08938DSC08942 DSC08947DSC08949 DSC08950DSC08951DSC08954DSC08956

Coume dauns toutes les neuches, no-z-eut de la soupe oû boeu, du boeu bouilli, du gigot d’angné, de la légueume, de la teurgoule et de la galette oû buure. No feut byin abreuvaés, yeut du beire bôchi, du vin et le café és treis couleurs. No-z-était guédaés et byin d’s euns avaient la mène qui leus mountait.

DSC08959 DSC08962 DSC08977DSC08985 DSC08986

   Ampraès chenna, eun bouonhoume vint halaer les neuchous en pourtrait, ch’était le prémyi coup que no veyait cha à Valouène.

ph noce pr m 001

Photos La Presse de la Manche du dimanche 21 juillet (2013 !)

Photos La Presse de la Manche du dimanche 21 juillet (2013 !)

   Les jannes daunchîtent

DSC09124

Les musiciens de La Loure ount fait daunchi les bouones gens sus la pllèche de la mair'rie de Valouones

Les musiciens de La Loure ount fait daunchi les bouones gens sus la pllèche de la mair’rie de Valouones

Vivent les jannes maddiés !!!

Vivent les jannes maddiés !!!

DSC09326 DSC09327

et no se r’mint à mouégi sus les neuve heures de sei : bouilloun, laungue de boeu, et dé dequei  que nous counaissait brin : des bouchies à la renne, ch’était à lique-deigts ! Du poulet rôti, de la légueume et des gâtiâos de Savouée l’s euns sus l’s âotes d’aveu déeus poupiches en hâot —  ch’était Martin et Marguerite -, des gâtiâos sés et des cherises ! Le beire, le vin bllaunc, le café, no-z-en était ergouêmes ! Touène, qu’avait pouortaunt eune goule en papine, lâqui le prémyi boutoun de sa tchulotte.

   Toute la tabllie s’éjouit, pusurs se mîntent à chaunter, eun mord en riaunt countit quiques histouères eun miot hardies et cha feut des riries tout alentou de la tablle.

 — Grand sot répliqua-t-elle en rougissant de plaisir et en lui donnant un baiser sur la joue, je voudrais bien me remarier, mais ça sera aux Calendes grecques puisque tu n’es pas encore mort ! N’allons-nous pas trépasser ? Et toi, Jacques, tâche de ne pas te salir et ne nous fait pas honte ! 

    Son Antoine était très beau aussi mais ce n’était rien à côté du père de Marguerite qui avait un beau gilet et un chapeau de repas d’affaires.

   Il y eut une belle messe, l’église était pleine, les orgues, les cantiques, le curé qui fit un beau sermon, les enfants de chœur en rouge : Bonne aurait préféré être à Montaigu.

   Midi arriva, on alla manger au restaurant, il y avait une sacrée tablée : il y avait plus de cinquante invités, des gens tous vêtus de beaux habits. Comme à tous les repas de mariage, il y eut de la soupe à la graisse, du pot-au-feu, du gigot d’agneau, des légumes, du riz-au-lait à la cannelle et de la brioche au beurre. On but en suffisance : du cidre bouché, du vin et le café aux trois couleurs. On était rassasiés et certains avaient les joues de plus en plus rouges.

   Après cela, un homme vint photographier les invités, c’était la première fois que l’on voyait cela à Valognes.

   Les jeunes dansèrent et l’on se remit à manger vers neuf heures du soir : bouillon, langue de bœuf et quelque chose que l’on ne connaissait pas : des bouchées à la reine, c’était à s’en lécher les doigts ! Du poulet rôti, des légumes, des gâteaux de Savoie les uns sur les autres avec deux poupées au sommet —  c’était Martin et Marguerite -, des gâteaux secs et des cerises ! Le cidre bouché, le vin blanc, le café, on était repus ! Antoine, qui pourtant avait bon appétit, fit sauter le premier bouton de son pantalon.

   Toute la tablée s’amusa, plusieurs chantèrent, un pince-sans-rire raconta quelques histoires un peu osées et tout le monde éclata de rire.

Ch. V 4.      Les couoche-brun et leus cavalyis, suusus pa l’s âotes se mîntent à daunchi, il ’tait quâsiment quatre heures quaund que Martin crochit sa criyature pas le bras et qu’i s’n allîtent se couchi.

   No halit paé le guéretyi à la brun et yeut paé la trempette des maddiaés ; il allîtent paé remessaer et yeut paé de reneuchouns inetou. Ah ! Si no-z-avait ’taé à Mountaigu…

   Veire, Bouone était dauns l’indécis, sen fisset allait-i devenin eun bouorgeoués achteu-maisi qu’i hauntait les villotins et les gens de la hâote, des gens byin plléchis et ergentus ? Guettrait-i enco ses gens ? No dit tréjous de quiqu’eun que quaund no li graisse ses soulyis, no les brûle. Et leus éfaunts, érount-i hounte de leus graunds ? Tout chenna la jigulait, li toupinait dauns la taête, ol en n’tait mouormâode. Ol en avait paé prêchi à Touène, ch’était brin la penne, i veyait jammais quaund cha s’n allait du côtaé de t’empire. Bah ! Cha sert de ryin de se mouégi la couraée.

Les demoiselles d’honneur et leur cavalier se mirent à danser suivis par les autres. Il était presque quatre heures quand Martin prit le bras de sa femme et qu’ils s’en furent se coucher.

   On ne tira pas la jarretière de la mariée et on ne leur porta pas la rôtie ; les nouveaux mariés ne furent pas à la messe d’action de grâce et il n’y eut pas de lendemain de noce non plus. Ah ! Si cela s’était passé à Montaigu…

   Oui, Bonne ne savait que penser, son fils allait-il devenir un citadin à présent qu’il fréquentait les gens de la ville et les gens de la haute société, des gens bien placés et riches ? Regarderait-il encore ses parents ? On dit toujours de quelqu’un que, lorsqu’on lui graisse ses souliers, on les lui brûle — quand on fait du bien à quelqu’un, il ne vous en sait pas de gré… Et leurs enfants, auront-ils honte de leurs grands-parents ? Tout cela la tourmentait, lui tournait dans la tête, elle en était toute triste, toute mélancolique. Elle n’en avait pas parlé à Antoine, ce n’était pas la peine, il ne voyait jamais quand les choses s’en allaient du mauvais côté. Bah ! Cela ne sert à rien de se ronger les sangs.

(à suivre la reconstitution de la cérémonie devant le maire de Valognes et le notaire…)

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Cotentin, Livres en normand, Vocabulaire

31. Nouveau répertoire du groupe Magène. Eune rose rouoge…

 Théo Capelle chante en concert de nouvelles chansons, telle Une Rose rouoge, un très beau poème de Marcel Dalarun mis en musique par Daniel Bourdelès.

Prochain concert : à Sotteville, ce vendredi 9 en soirée, portes ouvertes chez Ludovic Capelle (qui a pris la suite de Théo à la cidrerie située au Nord des Pieux – 50).

DSC09689

Eune rose rouoge
Eun gran de sé sus tes lèves
Eun amour dé qui que no rêve
Eune leune jâone qui se lève
Eun déhait qui s’aquève

 DSC06246

Eun rile câod dauns tes queveus
Eune mé verte et pis blleue
Eun regard qui mette héreus
Eun coquêne joraé de feu

DSC08665

Mais eune rose rouoge artrouselaée
Ch’est l’étaé de men matin
Mais eune rose rouoge graund effrâlaée
Ch’est l’évâo de men quemin

DSC09742

Eune béluette dauns tes uus
Eun annyi oû déju
Eun rire fo poursuusu
Eun âoteseit incounu

Théo à Montfiquet 24 dé juilet

Théo à Montfiquet 24 dé juilet

Eune freidure qu’arrive quitte
Eune caunchoun accoundite
Eun sourire qui s’alleume
Eun bounheu oû répreume

égllise de Tamerville - près de Valogneségllise de Tamerville – près de Valognes

Mais eune rose rouoge artrouselaée
Ch’est l’étaé de men matin
Mais eune rose rouoge graund effrâlaée
Ch’est l’évâo de men quemin

 DSC09751

 Une rose rouge

 Un grain de sel sur tes lèvres
Un amour dont on rêve
Une lune jaune qui se lève
Un souci qui prend fin

 Un souffle chaud dans tes cheveux
Une mer verte puis bleue
Un regard qui rend heureux
Un platane décoré de feu

 Mais une rose rouge aux pétales retroussés
C’est l’été de mon matin
Mais une rose rouge toute grande offerte
C’est l’envol de mon chemin

 Une étincelle dans tes yeux
Un aujourd’hui à son réveil
Un rire fou qui n’arrête pas
Quelque chose d’inconnu

 Une ambiance froide qui se termine
Une chanson que l’on accompagne
Un sourire qui s’illumine
Un bonheur qui arrive à l’improviste

 Mais une rose rouge aux pétales retroussés
C’est l’été de mon matin
Mais une rose rouge toute grande offerte
C’est l’envol de mon chemin

DSC09617DSC09618DSC09638

  

 

 

 

Le public a été enthousiasmé par l'humour de Théo à Montfiquet, petit village au bord de la forêt de Balleroy

Le public a été enthousiasmé par l’humour de Théo à Montfiquet, petit village au bord de la forêt de Balleroy

Michel et Françoise Le Bas

Michel et Françoise Le Bas

 

Autres concerts :

Carteret  21 août            
St Vaast  23 août            
St Germain/Sèves  25/8 

Merci à ceux qui m’envoient leurs réactions et des infos, tel :

    Ohi Àrnaldsòn : « avec les Amis du Donjon et le groupe de Prêchi il ne manque pas de locuteurs ! ce serait pas mal en effet de mettre sous chaque texte son audio ! plus on entend le normand sus la teile mieux c’est !

Veire ,  les langues régionales sont nos cousines j’ai pas mal de contacts avec plusieurs locuteurs de langues régionales d’Europe , les contacts sont une bonne chose pour voir où nous en sommes par rapport à eux et pourquoi et comment sont elles arrivesé à tel ou tel stade d’influence et d’importance, d’ailleurs une langue très proche de la notre : Le gallo se débrouille pas mal du tout , on le retrouve d’ailleurs sur le site de la Ville de Romillé en enregistrement sous la plupart des articles »

(à suivre…)

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Concerts Magène, Jersey, Langues autres que normand, Saisons

30. Nouvelles de Jersey, Oxford nos a bliodgi. Chanson, Je sis magnifique !

  Geraint Jennings me transmet un lien très intéressant qui permet de découvrir ce qui est fait pour la langue jèrriaise, grâce à un journaliste qui visite l’île :

Oxford Dictionaries bliogue: http://blog.oxforddictionaries.com/2013/08/jersey-shore/
extrait : ou cliquez directement sur le lien ci-dessus pour tout lire :

… « I looked at the bus ticket the driver had given me and saw:

Bouônjour à bord d’la beusse

It looked like French; or rather, it looked how French might look through a tropical haze. In fact, it was my first glimpse of real Jèrriais, the native language of Jersey – rich, colourful, and full of quirky (bizarres) phrases. I’m not sure if I ever worked out whether we were actually à l’êtrangi (abroad) or not; but I did learn this handy Monday-morning response to Comme est qu’ tu’es? (How are you?): J’sis coumme eune pouque mouoillie (I feel like a wet bag).

Séyiz les beinv’nus à Jérri!

Jèrriais is a distinct form of the old Norman spoken in nearby Normandy (the French mainland is just 14 miles away), which itself developed from Latin with a heavy sprinkling of Norse vocabulary. If you had pulled your baté (boat) ashore on one of Jèrri’s (Jersey’s) wide, golden, palm-fringed grèves (beaches) a century and a half ago as a native English speaker, you would have found yourself in a flourishing and linguistically distinct community where Jèrriais was spoken every day at home, at school, and in the workplace (just as Guernésiais was spoken on neighbouring Guernsey.) But as the twentieth century unfolded, the island’s native language began to gradually give way to Angliais, a process which was already well underway by the time a law was passed in 1912 to establish English as the language of education.

Unexpectedly, Jèrriais came into its own during the wartime occupation of the Channel Islands in 1940-1945, when locals used it to talk to each other without being understood by the Nazis. However, many native speakers were evacuated to Britain during this time, only to return five years later with Yorkshire accents and no desire to revert to their mother tongue. As Jersey’s economy began to grow rapidly in the post-war years thanks to increasingly strong business links with the English-speaking mainland, one particular side-effect of the new prosperity was somewhat inevitable: Jèrriais was becoming a minority language.

“A living language”

So from the mid-twentieth century onwards, local speakers began to be proactive about keeping the language alive, forming networks (such as the Société Jèrriaise) to promote Jèrriais through evening classes, radio broadcasts, and fêtes or Eisteddfods focusing on the common Norman linguistic and cultural heritage shared by Jersey, Guernsey, and mainland Normandy. “We want to keep it as a living language,” explain L’Office du Jèrriais (part of the governmental Dêpartément pouor l’Êducâtion, l’Sport et la Tchultuthe) who have embraced the Întèrnet (with a daily bliogue and lively twitter feed (@le_jerriais)), seeing it as an invaluable way of collating, showcasing, and updating the language: for example, text message abbreviations have been recently added to the online léçons.

However, history may regard the single most significant development in the revival of Jèrriais to be the successful move to start teaching the language at primary school back in 1998, which was so popular that plans have since been mooted to introduce a GCSE in the language.

Nevertheless, despite all these measures, there are au jour d’aniet (these days) still relatively few people who actively speak Jèrriais in addition to English (as there are believed to be no more monolingual speakers left). The number of current active speakers is estimated to be between 1.5% – 3% of the population, although more people are believed to be able to understand it.

Language… or dialect?

You may be wondering if Jèrriais really is a language in its own right, or “just” a dialect. In fact, there are no universally-agreed linguistic criteria for determining what distinguishes the two, and in practice, the factors are usually political: as the linguist Max Weinreich is believed to have said, “A language is a dialect with an army and a navy”. (…).

Author

Joanna Rubery

Joanna Rubery is an online editor at Oxford University Press who says, until next time, “À la préchaine!”

Hougue

séthie

Je sis magnifique !

(de Mme Amélia Perchard – Jèrri)

Refrain :

J’ sis magnifique, jé sis magnifique !

l’ n’y’a ryin d’ma auve ma santé

J’sis hardi bein, considéthant !

Man doue! J’sis magnifique, merci !

1er couplet :

J’ai des rhonmatisses dans mes g’nours,

Et la goutte dans man gros orté,

Man pouls est faibl’ye, et j’n’ai pas des dents,

Et j’ai des cors sus les deux pids,

Et lé  ma m’tracache tout l’temps.

Ch’est rare que j’dors lé  long des nyits.

2e couplet :

Nous ouait qu’ la vieillèche est doraée,

J’en douote quand je grîmpe dans man liet!

Quaund j’pose men ouïe dans le titheux,

Et pis mes dents dans le dgichon,

Men yi au pid du carillon !

Veire, y’a t-i âote chose qu’ j’i oublie ?

3e couplet :

J’me lève dé  bouonne heuthe lé matin                                                                                                  et amprès eune boune tâssée d’ thée

dauns la gazette et j’lié  les décès;

Lé  mein n’y’est pas,  j’dis « Dgieu merci »

Et j’mange deux beurré es d’gelée

Et pis du couop j’vas m’ercouochi!

Ce texte amusant sur le mode de « Madame la Marquise, tout va très bien ! … », de Jèrri, est chanté par Théo Capelle et ses musiciens (Jean-Louis Dalmont, Manuela Lecarpentier et Dany Pinel) et sera dans le prochain CD !

Deux camions destinés au nouveau programme de recyclage à Saint-Hélier ont reçu un décor en jersiais.
   Auve la lanch’chie du nouvieau progranme d’èrcycliéthie à Saint Hélyi, deux ouadgîns portent du Jèrriais.
Two new refuse trucks employ branding in Jèrriais for Saint Helier recycling scheme.

    contact de Geraint Jennings Offici assistant du Jèrriais :

L’Office du Jèrriais
Dêpartément pouor l’Êducâtion, l’Sport et la Tchultuthe
PO Box 142
JE4 8QJ
Jèrri
tél: +44 1534 449292
http://www.jerriais.org.je
Bliogue: http://officedujerriais.blogspot.com/
Twitter: @le_jerriais

Poster un commentaire

Classé dans Chansons, Concerts Magène, Jersey

29. Bouone et le tchuraé, Touène à la mair’rie, le fuuleton (5è)

   Montaigu, suite du feuilleton…

à Montaigu

à Montaigu

Ch. III 7.         Devaunt que de s’endormi, Bouone avait des idaées qui li toupinaient dauns la tâete : çu fillette-lo, o serait paé coume lyi ! Sen père érait ryin à dire, il ’tait si héyeus. Et les balaundyires du hammé pourraient paé bagoulaer  qu’il avaient fêtaé la Pennecouote devaunt Pâques : Charlotte avait nâqui pus d’eun aun ampraès qu’il eûtent passaé souos la perque !

L'église de Montaigu

L’église de Montaigu

   Treis semannes ampraès, o s’en feut veî le tchuraé qui l’espérait souos le graund porta de l’égllise pouor les relevâles.

DSC00350

   I fit quiques pryires, bénit les déeus pans que sen bouonhoume avait boulaungis de vèle. O li en baillit yeun et se racachit d’aveu l’âote.

DSC00391

 Cha s’adounit reide byin, de la partie de l’égllise, ol apercheut José qui s’n allait veî ses baêtes : ol avait veu eun houme…  doun ol érait eun gas : ch’est Touène pardyi qu’en sera byin aise !        Bouone feut arprinse treis meis aumpraès ; ol eut byin eun quenâle. Malhéyeusement, i vint tout blleu, d’aveu le cordoun alentou du co. Touène en érait plleuraé !

DSC00205

DSC00208

   Le tchuraé leus dit par ses raisouns que ch’était eun avouortilloun et qu’il avait paé ’taé baptisi ; i voulit paé qu’i seit portaé en terre d’aveu l’s âotes éfaunts : « I sera entâopinaé le loung du mu du chimetyire, yéra paé de relévâles inetou… »

DSC00292

L’ossuaire de Montaigu, dans le cimetière

DSC00312

   —  Pisque chenna en est, que fit Bouone, j’irai puchi ma linsive eun coup par aun pouor Pâques, i m’arveira pus à la messe ! Ch’était men petiot, je l’i yeu dauns mei padaunt neu meis ; ch’était men fisset, men poulot, no deit paé l’entâopinaer coume eun quyin !

   Touène fit dé demême.

   Avant de s’endormir, les idées tournaient dans la tête de Bonne : cette enfant-là, elle ne serait pas comme elle ! Son père n’aurait rien à dire, il était si content. Et les cancanières du village ne pourraient pas raconter qu’ils s’étaient fréquentés avant le mariage et qu’ils avaient fêté la Pentecôte avant Pâques : Charlotte était née plus d’un an après qu’ils se furent mariés à l’église !

   Trois semaines plus tard, elle alla voir le curé qui l’attendait sous le grand portail de l’église pour les relevailles. Il fit quelques prières, bénit les deux pains que son mari avait cuits la veille. Elle lui en donna un et revint avec l’autre. Cela tombait très bien, dès qu’elle sortit de l’église, elle aperçut Joseph qui allait surveiller ses bêtes : elle avait vu un homme… donc elle aurait un garçon : c’est Antoine pardi qui sera bien content !

   Bonne fut de nouveau enceinte trois mois plus tard ; elle eut effectivement un garçon. Malheureusement, il vint tout bleu, avec le cordon ombilical autour du cou. Antoine en aurait pleuré !

DSC00220

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Le curé leur fit valoir que c’était un avorton et qu’il n’avait pas été baptisé ; il ne voulut pas qu’il soit enterré avec les autres enfants : « Il sera mis en terre le long du mur du cimetière, il n’y aura pas de relevailles non plus… »

DSC00327

   —  Puisqu’il en est ainsi, dit Bonne, j’irai me confesser une fois par an pour faire mes Pâques, il ne me reverra  plus à la messe ! C’était mon petit, je l’ai porté neuf mois ; c’était mon garçon, mon bébé, on ne doit pas l’enterrer comme un chien. 

   Antoine fit de même.

DSC00334

 

 

Saint Martin partage son manteau...

Saint Martin partage son manteau…

DSC00288

Ch. IV 6.              Ugène prêchait du temps, des vaques que no-z-allait byintôt mette à l’herbe, du bllé, de l’annaée qui s’announchait reide byin… du temps qu’était poussaunt…

Les viâos à Montaigu (lé 6 d'ât dé 2013)

Les viâos à Montaigu (lé 6 d’ât dé 2013)

de la cocotte qui leus avait fait byin du ma et ch’est seument à la surrinchette – « no peut paé arparti sus eun pyid » —  que no quemenchit à veî iyoù qu’i voulait en venin :

   —  Les mâovaises annaées sount derryire nouos, t’as byin reussi, t’es sus eune belle positioun, t’as tréjous demeuraé à Mountaigu, no-z-entend que du byin de tei : je vourais que tu seis counsilli ! »

Eune barryire de cllos à Montaigu

Eune barryire de cllos à Montaigu

   Touène et Bouone en restîtent la goule souos le naez. Bouone pinchit du bé, ol ’tait brin héyeuse de cha qu’o venait d’entenre.

   —  T’es byin veu, byin rendaunt service, d’aveu tei ya paé de nennin. De cha qué je veî s, t’es paé par trop erligiounnaire,  je creis que t’es républliquain mais paé brûlaé rouoge ! Tu serais eun bouon counsilli et eun bouon adjouent ! Qui que no sait ? Dauns syis auns, je sis byin vuulli, je m’artirerai… Tu pourrais yête dauns la quaire à bras. Qui que t’en dis ? Té v’là byin abâobaé : prêche-z-en alentou de tei, je rapasserai la semanne qui vyint ! »

   Promais qu’Ugène feut dépéqui, Bouone en tumbit d’assise sus la bauncelle, toute ébésouie, Touène était éblluaé itou.

   —  Ch’est paé pouor dire, tu ferais eun reide bouon counsilli, âossi bouon mahène byin que José qu’a paé seument ouvert la goule dé depis douoze auns qu’il est à la mairerie ou que çu pouore Louisot qui luut byin à penne et qu’a paé de gingin pouor déeus liards ou byin enco Batisse qu’est dreit dauns le cas de dire cha que le tchuraé li a dit ! Seument, adjouent, va falli que tu t’en alles à la mairerie eun coup la semanne : ch’est paé à la mairerie que l’ouvrage va se faire, cha va yête sus mei que cha va tumbaer, je pourrai pus me chevi.

Eune belle pôsition à Montaigu

Eune belle pôsition à Montaigu

   —  Si j’arrive, no prenra eun petit valet ; justinèment, ya Louisot Vâotyi qui trache eune pllèche pouor que sen petiot rentre en counditioun. 

mairie de Montaigu

mairie de Montaigu

        Eugène parlait du temps, des vaches qu’on allait bientôt mettre dans les champs, du bllé, de l’année qui s’annonçait très bien… du beau temps qui favorisait la pousse… de la fièvre aphteuse qui leur avait fait beaucoup de mal et c’est seulement quand Antoine servit la deuxième rasade d’eau-de-vie – « on ne peut pas repartir sur un pied » —   que l’on commença à voir où il voulait en venir :

  —  Les mauvaises années sont derrière nous, tu as bien réussi, t’as une belle exploitation, tu as toujours habité Montaigu, on n’entend dire que du bien de toi : je voudrais que tu sois conseiller municipal ! 

    Antoine et Bonne restèrent interloqués, bouche ouverte. Bonne se pinça les lèvres, elle n’était pas très heureuse de ce qu’elle venait d’entendre.

  —   T’es bien vu, t’aimes rendre service, avec toi y a pas de refus. D’après ce que j’ai constaté ; tu n’es pas trop porté sur la religion, je crois que tu es républicain mais pas excessivement rouge ! Tu serais un bon conseiller municipal et un bon adjoint ! Qu’est-ce qu’on en sait ? Dans six ans, je me fais vieux, je ne me représenterai pas… Tu pourrais avoir le fauteuil de maire. Qu’en dis-tu ? Te voilà bien étonné : parles-en autour de toi, je reviendrai la semaine prochaine ! 

   Dès qu’Eugène fut parti, Bonne s’affaissa assise sur le banc, complétement stupéfaite, Antoine était abasourdi lui aussi.DSC00826

    —  C’est certain, tu ferais un très bon conseiller municipal, aussi bon sans doute que Joseph qui n’a pas ouvert la bouche une seule fois depuis douze ans qu’il est à la mairie ! Ou que ce pauvre Louisot qui sait à peine lire et qui n’a pas deux sous de bon sens ou bien encore Baptiste qui est tout juste capable de répéter ce que le curé lui a dit ! Mais, adjoint, il va falloir que tu ailles à la mairie une fois par semaine : ce n’est pas à la mairie que le travail se fera, c’est sur moi que ça va retomber, je ne pourrai pas y suffire.

  —  Si je suis élu, on engagera un petit domestique ; justement, Louisot Vautier cherche une place pour que son fils ait une situation.

DSC00827

à Montaigu

à Montaigu

 

Ch. IV 7.         Touène acaissit brin et se portit, il arrivit et i rapâssit d’embllême le coup d’ampraès —  le prémyi du tablleau —  et i dégotit la quaire à bras.

   —  Te v’là le gar d’aveu tes douze ouées ! que li fit Bouone, byin héyeuse et fyirte —  ol en disait ryin —  de veî sen Touène à la mairerie.

    Touène feut eun bouon maire, padaunt vingt auns de temps il eut jammais poue à ses câoches ; ch’est souos li que no bâtit les écoles, yeune pouor les files et yeune pouor les garçouns.

   Bouone ne dit mot, seument, à part lyi, ol avait poue qu’annyi, Touène seit oû coupé de sen peiryi et que deman i seit oû pyid.

   Cha feut mahène byin pouor fêtaer cha, oû sei mais que Touène s’erpassit, surgai, qu’i fîtent Jacques… Bouone l’avait promins et pis, qui que vous v’laez ? Quaund que sen Touène l’embrachait dauns le bénityi du diablle… ch’était coume si o s’en ressentait eun miot ! Eun redot de dyis auns, cha feut pardyi byin seu, le fouoniot.

DSC07805

  Antoine ne céda pas et se présenta, il fut élu et réélu à l’élection suivante avec le plus de voix. Il devint maire.

   —  Te voilà le jars avec tes douze oies ! lui dit Bonne, très heureuse, et fière  —   elle n’en disait rien  —  de voir son Antoine à la mairie.

   Antoine fut un bon maire, il n’eut jamais peur de prendre une veste ; c’est pendant ses mandats que l’on bâtit les écoles, une pour les filles et une pour les garçons.

DSC00819

   Bonne ne dit rien, mais elle avait peur qu’aujourd’hui, Antoine soit perché au plus haut de son poirier et que demain il retombe à son pied…

   Ce fut sans doute pour fêter l’élection, le soir quand Antoine rentra, très heureux, qu’ils conçurent Jacques… Bonne l’avait promis et puis, que voulez-vous ? Quand son Antoine l’embrassait dans le bénitier du diable —  entre les deux seins -, c’était comme si la tête lui tournait, un peu pompette ! Un dernier-né, après dix ans, ce fut Dieu merci vraiment le dernier.

couv Bouone et Bouonotte Maurice Fichet 001

(à suure…)

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Ecologie, Jeux normands et sports, Langues autres que normand, Livres en normand, Saisons, Vocabulaire

28. Bouone et Touène, l’iâo mounte ! Le gardin et la légeume (4è)

    1889, Montaigu, suite du feuilleton…  Le début n’est pas traduit en français, gardez la musique des mots normands dans la heune (la tête)…

    En faisaunt sen petit tripot, la taête li marchait : cha s’était byin adounaé pouor sen Touène, il ’tait paé tumbaé oû sort, il avait hersounaé tcheu ses gens et il ’tait demeuraé garçoun jusqu’à pus de trente auns. Achteu, il ’tait à sa guerbe bouoillie. Rapport qu’il avait paé de frères et sœurs ; ses gens avaient paé ’taé en souen de faire leus lots ! Il avait dreit-z-eu qu’à bailli les dreits d’héri.

    O mint sa soupe à trempaer dauns déeus guichouns, coupassous o la crépounçait pouor que le pan seit byin mouilli.

    Touène se racachit et s’assyisit à l’amountous, oû hâot bout, d’aras la crouésie : cha sera sa pllèche sa vie duraunt. Bouone affouorquit la bauncelle et i mouégîtent leus soupe byin câode ; à la mitaun d’octobe, no-z-était paé partis byin louen dauns l’arryire seument la freid rarrivait.

(Réthoville, au moulin)

(Réthoville, au moulin)

 

    Promais qu’il arrivaient quittes de magi, Touène la happit à brache-corps :

   —  Et si achteu maisi no prenait le café du pouore, devaunt que je m’en veîche busoqui, qui que t’en dit ?

   —  Mâodit graund valpasiaun, cha va défaire men lyit !  que fit Bouone en récibrônaunt… Seument, en dedauns de lyi ol ’tait byin aise : « Fâora paé t’y faire le corps, qu’o fît en groumachaunt, guette-mei cha, me v’là  héruchie coume eun guai qui vyint de couaer, j’i ma bounette qui tyint pus sus le coupé de ma taête ! Mâodit graund avrelaun, graund marquemal ! No va paé se tenin à jostaer toute l’arlevaée, la jument t’espère : o chabote attaquie à la melle ras l’hus de l’étchurie… 

DSC08957    Mâodit graund-sot-la-bâete !» qu’o li dit en li sâotaunt oû co, en l’embrachaunt enco eun coup et en le poussaunt dehors : « J’i paé que cha à faire… »

Ch. IV 2.              Dauns l’essène d’âot, i se mint à tumbaer des haraées d’iâo, des achânaées, des dépêlaées ; il a plleu sauns décessi, les praés étaient bllauncs, les caches eun miot en dépivalaunt étaient toutes dégravinaées ; les vuus murs en masse étaient dégrabolisis.

DSC02525

   L’iâo dépotait dauns les rohières, no dâobait à retou de temps ; no pilait dauns la vatre quâsiment  jusqu’oû poumet de la gambe, no-z-était counfoundus de brouet. No-z-était travsaés quaund que no sortait sa loungueu, sâoçaés. La terre se découvrit en novembe. Ch’était la minsère. Les vuus, dauns le trige, avaient jammais veu dé dequei coume chenna.

DSC02562    

À la fin d’août, il se mit à tomber des averses d’orage, brusques, violentes ; il a plu sans arrêt, les prés étaient submergés d’eau, les chemins creux qui dévalaient un peu étaient tous ravinés ; les vieux murs en argile croulaient.

    L’eau coulait abondamment dans les ornières laissées par les roues, on pataugeait continuellement dans l’eau ; on marchait dans la boue enfoncés presque jusqu’au mollet, on était couverts de boue. On était traversés par la pluie dès que l’on mettait le nez dehors, trempés jusqu’aux os. Le sol fut mis à nu en novembre. C’était la misère. Les vieux, dans le pays, n’avaient jamais vu quelque chose comme ça.

   Les vaques s’abriaient souos les haies, les poules demeuraient dauns le juquous et côdaquaient pus ; yavait pus mais que les malards et les bouores que no veyait dehors, byin à leus aise !

DSC02552

   Ch’était-i la mucreu ? Les vaques feûtent prinses de ma, ol eûtent câod et pis freid, o grégeolaient… Eune tchâolaée bllaunche, à mitaun lipotouse leus tumbait des babènes ; ol eûtent itou des cllaires, des vessieures sus les pyids : ch’était la cocotte, eun brouet que dîtent les graundes gens de Valouène. Yavait ryin à y faire : les pus hasyires, fâorait les escoffiaer et veî pouor l’s âotes : no pouvait bllaunchi d’aveu de la câos les muns des établles mais cha y faisait coume eun quyin à la messe. Touène feut oblligi de racataer pus de la mitaun de sen meublle.

   Les vaches s’abritaient sous les haies, les poules restaient dans le poulailler et ne gloussaient plus ; il n’y avait plus que les canards et les canes que l’on voyait dehors, tout à fait à leur aise !

   Etait-ce l’humidité ? Les vaches attrapèrent une maladie, elles eurent chaud et puis froid, elles tremblaient… Une écume blanche, un peu gélatineuse tombait de leurs lèvres ; elles eurent aussi des ampoules, des cloques sur les pieds : c’était la fièvre aphteuse, qualifiée d’épidémie par les gens importants de Valognes. On ne pouvait rien y faire : les plus atteintes, il faudrait les abattre et voir pour les autres : on pouvait blanchir les murs des étables à la chaux mais ça n’avait pas plus d’effet qu’un chien d’aller à la messe. Antoine fut obligé de racheter plus de la moitié de son bétail. (…).

DSC08282

Ch. IV 4.  —  No va paé mens paé yête à tchu !

   —  Va pouortaunt falli se déhalaer de çu mâopas-lo !

   Le cat était dauns l’horloge, Touène avait jammais veu Bouone se mountaer coume chenna.

   Touène print Bouone à brachies, ol en avait enco le trembllot.

DSC09475Eune écllairgie li passit dauns les urs, Touène avait acaissaé.

DSC09476   L’annaée d’ampraès feut byin milleure ; yeut pouortaunt la guerre, seument à Mountaigu no vit paé les Prussians ! La famile chômit de ryin, les déeus drényires vaques baillaient enco eun miot de lait, de la cramme et du buure ; no escoffyit le moussieu, quiques poules et quiques lapins, no mouégit des oeus et yeut de la légueume dauns le gardin.

IMG_1954DSC09768     —  On ne va quand même pas faire faillite !

    —  Il va pourtant falloir se tirer de ce mauvais pas-là !

   La dispute était dans la maison, Antoine n’avait encore jamais vu Bonne se mettre ainsi en colère.

   Antoine prit Bonne dans ses bras, elle en tremblait encore. Ses yeux s’illuminèrent, Antoine avait cédé.

   L’année suivante fut bien meilleure ; il y eut pourtant la guerre, mais à Montaigu  on ne vit pas les Prussiens !  La famille ne manqua de rien, les deux dernières vaches donnaient encore un peu de lait, de la crème et du beurre ; on égorgea le cochon, quelques poules et quelques lapins, on mangea des œufs et il y eut des légumes au jardin.

   Touène aimait byin busoqui dauns sen courtin, il en avait quiques perques aras sa maisoun. Touos l’s auns, en févryi ou mâr, mais que le temps adounait byin, i graissait sen gardin d’aveu du mâle, i touornait tréjous la terre d’aveu sen trublle. Ses herbyis étaient byin de dreiture et la terre flleurissait oû biâo solé.

    Ampraès les gelaées, i pllauntait les pounéterres, oû rioun byin seûr ; coume dé juste, ol ’taient byin souégnies ses pounéterres, byin câochies et o dounaient byin, yen avait tréjous eune palaunquie : les pus joulies pouor les gens, les petiotes pouor les vêtus, Bouone les timbalait dauns eun graund câodroun.

Les pounéterres pouossent byin achteu en chu meis d'At !

Les pounéterres pouossent byin achteu en chu meis d’At !  

   I pllauntait de la chouâle pouor les lapins, des chours proumpts et des pouéyets pouor la soupe.

    I sumait itou des carottes, des peis à la piaffe et des peis d’hivé : i faisait des gllanes qu’il ahoquait souos le lermyi pouor les séqui. À retou de temps, il ’tait à rébectaer, à serclli, à tenvri. Il avait tréjous de la belle légueume !

 

   Antoine aimait bien s’occuper dans son jardin, il en avait quelques ares derrière sa maison. Tous les ans, en février ou mars, quand le temps s’y prêtait, il engraissait sa terre avec du fumier et il la retournait toujours avec son truble. Ses planches étaient toujours bien droites et la terre séchait sous le beau soleil.

   Après les gelées, il plantait les pommes de terre, dans un sillon bien entendu ; évidemment elles étaient bien cultivées ses pommes de terre, bien buttées et le rendement était toujours excellent : les plus belles pour les humains, les petites pour les cochons, Bonne les cuisait dans un grand chaudron.

  Il plantait des choux pour les lapins, des choux pommés et des poireaux pour la soupe et semait aussi des carottes, des haricots de Soissons, des haricots secs : il les attachait par poignées qu’il accrochait sous le larmier pour les faire sécher. Il était tout le temps en train de biner, sarcler, éclaircir. Il avait toujours de beaux légumes !

DSC09773DSC09765DSC08766

DSC08280

couv Bouone et Bouonotte Maurice Fichet 001

(à suure…)

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Ecologie, Jeux normands et sports, Langues autres que normand, Livres en normand, Saisons, Vocabulaire