32. Mariage à Valognes du fils de Bouone avec une Valognaise : biâocoup de photos et de mots normaunds !

 Martin va épouser Marguerite. Deux cultures différentes… Le roman de Maurice Fichet est l’occasion de voir le mariage reconstitué par Stéphane Henry le 20 juillet 2013 : des photos, des photos !

Prochain billet après le 27 août : thème, les Normands en Sicile, rapport que j’vas alli dire boujou és cousins de Sicile ! Et pis profitaez-en pouor allo oû musée d’Hauteville-la-Guichard, paé byin louen de Coutaunches : ch’est d’ilo que sount partis les Normaunds és crouésades et i fûtent les roués de l’Italie du Su oû XIè et XIIè syiclle ! Et i laissîtent byin des mots dauns la laungue des Sichilians d’achteu !!! Merci byin de faire counaîte chu bllo « langue normande » ! Merci byin de suure chu bllo ! Ch’est paé finin ! D’aveu le boujou de Rémin Pézeri de Palerme à Syracuse !

Chapitre V

1.   Martin feut noumaé maîte d’école à Mountaigu, à la petite école és garçouns et sa criyature, Marguerite à la petite école és files. I quemenchîtent le prémyi d’octobe 1890.

   Martin et Marguerite se hauntaient dé depis eune bouone pâose ; dé depis qu’il avaient ’taé és écoles, i s’avaient amouorêtis. Leus gens eûtent paé graund dé dequei dire : chenna, cha pllaisait brin à Bouone. Qui qu’il avait dauns la taête sen Martin ? S’n allaer prenre eune criyature de Valouène, eune villouèse que no counaissait brin ! Des files qui l’éraient byin voulu, yen avait byin dyis à Mountaigu, et des joulies pétiotes en pus.

   Ses gens, ch’était paé des tchu-terrous, i tenaient coumerce de teile, de vrou, de couti, de drap, de droguet sus la graund pllèche. Il avaient du byin mahène. Le jou du marchi, leus boutique désempllissait paé, il avaient de la pratique.

      Martin fut nommé instituteur à Montaigu, à l’école des garçons, et sa femme Marguerite à l’école des filles. Ils débutèrent le premier octobre 1890.

   Martin et Marguerite se fréquentaient depuis un bon moment ; depuis qu’ils étaient à l’école supérieure, ils étaient tombés amoureux. Leurs parents n’eurent pas grand-chose à dire : cela, ça ne plaisait guère à Bonne. Qu’avait-il dans la tête son Martin ? Se marier avec une fille de Valognes, une fille de la ville que l’on ne connaissait pas ! Des filles qui auraient bien voulu se marier avec lui, il y en avait au moins dix à Montaigu et des jolies filles en plus.

   Ses parents n’étaient pas cultivateurs, ils tenaient commerce de toile, de velours, de coutil, de drap, de droguet sur la place principale, ils avaient du bien sans doute. Le jour du marché, leur boutique était toujours pleine, ils avaient une bonne clientèle.

Ch. V 2.          Marguerite, ch’était eune bouorquaise, ol ’tait byin rencountraée, yavait ryin à dire, seument o prêchait paé le patoués !

    Ch’était eun reide joulie criyature, tréjous prope sus lyi coume eune petite carderounette même dauns ses hardes à tréjous allaer. Ch’est paé lyi qu’érait-z-eu des câoches qu’éraient triboulaé, o trépaient paé, yavait paé de souen. Ol ’tait tréjous byin minse, mais paé coume les files de Mountaigu joraées d’aveu eun canezou et eun cotilloun de droguet. Ol ’tait paé inetou des heures de temps devaunt sen mireus à se tiponnaer, à s’abaumi, à s’effrinaer de la flleu sus le musé, à s’affûtaer, nennin, no pouvait paé li artiraer cha. Et pis, ol avait paé de bounette de fi, o se pouésait eun ribaun dauns les queveurs. Bouone était dauns l’indécis !

    Martin était pinchi et sa vuule bouone fème de mère était minse oû récart : élevaez des petits quyins pouor vous morde !

    Il ’taient touos déeus oû coumpte de l’État ; cha, ch’était reide byin : tréjous abriaés, i grégeoleraient paé l’hivé, i seraient paé ernaés oû sei leus jouornaée faite en ratterrissaunt tcheu yeus.

    Et pis, yeut les ménauntises : ryin à erprochi, no feut reide byin archeus, no feut byin soupaés, byin abreuvaés et les belles-gens à Martin étaient de sociétaé. Martin mint eun teur oû deigt à Marguerite. No prêchit de ryin rapport que les éfaunts avaient fait leus arraungements.DSC08884

    Quiques temps ampraès, i feûtent affichis et passîtent souos la perque. Bouone, pouor accoundire sen fisset, avait mins tout dessus, sa bachelique et sa hauntonne, ol avait acataé eune bounette de fi et des soulyis à bas quartyis. Touène, oû matin, quaund qu’ol avait mountaé dauns la quérette, li avait dit :

   —  Ch’est-i tei qui t’armaddies ? T’es pus joulie que ta brun ! Je m’en vas prenre du revi.

   Marguerite, c’était une fille de la ville, elle avait une jolie dot, il n’y avait rien à dire, mais elle ne parlait pas le patois !

    C’était une très jolie fille, toujours pimpante comme un petit chardonneret même dans ses habits courants. Ce n’est pas elle qui aurait eu des bas qui auraient fait des plis, ils ne tirebouchonnaient pas, il n’y avait pas de danger. Elle était toujours bien habillée, mais pas comme les filles de Montaigu vêtues d’un corsage et d’une jupe de droguet. Elle ne passait pas des heures devant sa glace à se pomponner, à se passer de la pommade, à se poudrer le visage, à s’arranger, non, on ne pouvait pas dire le contraire. Et puis elle n’avait pas de coiffe de fil, elle se nouait un ruban dans les cheveux. Bonne ne savait que penser !

    Martin était amoureux et sa vieille femme de mère était maintenue à l’écart : élevez des petits chiens, ils vous mordront plus tard, les enfants ne sont pas reconnaissants !

    Ils étaient tous les deux fonctionnaires ; ça, c’était très bien : toujours à l’abri, ils n’auraient pas froid l’hiver et ne seraient pas exténués le soir en rentrant chez eux une fois leur journée terminée.

   Et puis, il y eut les fiançailles : rien à dire, on fut très bien reçus, on mangea bien, on but de même et les beaux-parents de Martin étaient de bonne compagnie. Martin passa une bague au doigt de Marguerite. On ne parla de rien car les enfants avaient pris leurs dispositions.

    Un moment après, les bans furent publiés et ils se marièrent. Bonne, pour conduire son fils, avait revêtu ses plus beaux atours, son grand châle en pointe et sa robe noire de noce. Elle avait acheté une coiffe de fil et des souliers bas. Antoine, le matin, quand elle était montée dans la charrette, lui avait dit : 

    —  C’est toi que te remaries ? T’es plus jolie que ta bru ! Je vais retrouver de l’énergie ! 

Ch. V 3.     —  Graund sot la baête, qu’o rébectounit en rouogissaunt de pllaisi et en li faisaunt eun min sus la joe, je vourais byin m’armaddiaer, seument cha sera à la quaund Noué rapport que t’as paé enco-z-eu la morte ! J’allouns-t-i paé décanilli ? Et tei, Jacques, tâche de paé yête counfoundeu yord et nous fait paé hounte ! »

DSC08776

   Sen Touène était surbé itou mais ch’était ryin  à côtaé du père à Marguerite d’aveu sen biâo juilet et sen capé à mouégi de la chai.

DSC08899

DSC08856

   Cha feut eune belle messe, l’égllise était hâot plenne, les graundes orgues, les cauntiques, le praête qui prêchit reide byin, les quoeurets en rouoge : Bouone érait muus aimaé yête à Mountaigu !

L'égllise dé Valouones

L’égllise dé Valouones

DSC08888

    Médi se trouit, no s’en feut dauns eune âoberge, yavait eune sapraée tabllie : no-z-était pus de chinquaunte et des gens touos en toilette.

DSC08928DSC08930DSC08931DSC08933DSC08934DSC08937DSC08938DSC08942 DSC08947DSC08949 DSC08950DSC08951DSC08954DSC08956

Coume dauns toutes les neuches, no-z-eut de la soupe oû boeu, du boeu bouilli, du gigot d’angné, de la légueume, de la teurgoule et de la galette oû buure. No feut byin abreuvaés, yeut du beire bôchi, du vin et le café és treis couleurs. No-z-était guédaés et byin d’s euns avaient la mène qui leus mountait.

DSC08959 DSC08962 DSC08977DSC08985 DSC08986

   Ampraès chenna, eun bouonhoume vint halaer les neuchous en pourtrait, ch’était le prémyi coup que no veyait cha à Valouène.

ph noce pr m 001

Photos La Presse de la Manche du dimanche 21 juillet (2013 !)

Photos La Presse de la Manche du dimanche 21 juillet (2013 !)

   Les jannes daunchîtent

DSC09124

Les musiciens de La Loure ount fait daunchi les bouones gens sus la pllèche de la mair'rie de Valouones

Les musiciens de La Loure ount fait daunchi les bouones gens sus la pllèche de la mair’rie de Valouones

Vivent les jannes maddiés !!!

Vivent les jannes maddiés !!!

DSC09326 DSC09327

et no se r’mint à mouégi sus les neuve heures de sei : bouilloun, laungue de boeu, et dé dequei  que nous counaissait brin : des bouchies à la renne, ch’était à lique-deigts ! Du poulet rôti, de la légueume et des gâtiâos de Savouée l’s euns sus l’s âotes d’aveu déeus poupiches en hâot —  ch’était Martin et Marguerite -, des gâtiâos sés et des cherises ! Le beire, le vin bllaunc, le café, no-z-en était ergouêmes ! Touène, qu’avait pouortaunt eune goule en papine, lâqui le prémyi boutoun de sa tchulotte.

   Toute la tabllie s’éjouit, pusurs se mîntent à chaunter, eun mord en riaunt countit quiques histouères eun miot hardies et cha feut des riries tout alentou de la tablle.

 — Grand sot répliqua-t-elle en rougissant de plaisir et en lui donnant un baiser sur la joue, je voudrais bien me remarier, mais ça sera aux Calendes grecques puisque tu n’es pas encore mort ! N’allons-nous pas trépasser ? Et toi, Jacques, tâche de ne pas te salir et ne nous fait pas honte ! 

    Son Antoine était très beau aussi mais ce n’était rien à côté du père de Marguerite qui avait un beau gilet et un chapeau de repas d’affaires.

   Il y eut une belle messe, l’église était pleine, les orgues, les cantiques, le curé qui fit un beau sermon, les enfants de chœur en rouge : Bonne aurait préféré être à Montaigu.

   Midi arriva, on alla manger au restaurant, il y avait une sacrée tablée : il y avait plus de cinquante invités, des gens tous vêtus de beaux habits. Comme à tous les repas de mariage, il y eut de la soupe à la graisse, du pot-au-feu, du gigot d’agneau, des légumes, du riz-au-lait à la cannelle et de la brioche au beurre. On but en suffisance : du cidre bouché, du vin et le café aux trois couleurs. On était rassasiés et certains avaient les joues de plus en plus rouges.

   Après cela, un homme vint photographier les invités, c’était la première fois que l’on voyait cela à Valognes.

   Les jeunes dansèrent et l’on se remit à manger vers neuf heures du soir : bouillon, langue de bœuf et quelque chose que l’on ne connaissait pas : des bouchées à la reine, c’était à s’en lécher les doigts ! Du poulet rôti, des légumes, des gâteaux de Savoie les uns sur les autres avec deux poupées au sommet —  c’était Martin et Marguerite -, des gâteaux secs et des cerises ! Le cidre bouché, le vin blanc, le café, on était repus ! Antoine, qui pourtant avait bon appétit, fit sauter le premier bouton de son pantalon.

   Toute la tablée s’amusa, plusieurs chantèrent, un pince-sans-rire raconta quelques histoires un peu osées et tout le monde éclata de rire.

Ch. V 4.      Les couoche-brun et leus cavalyis, suusus pa l’s âotes se mîntent à daunchi, il ’tait quâsiment quatre heures quaund que Martin crochit sa criyature pas le bras et qu’i s’n allîtent se couchi.

   No halit paé le guéretyi à la brun et yeut paé la trempette des maddiaés ; il allîtent paé remessaer et yeut paé de reneuchouns inetou. Ah ! Si no-z-avait ’taé à Mountaigu…

   Veire, Bouone était dauns l’indécis, sen fisset allait-i devenin eun bouorgeoués achteu-maisi qu’i hauntait les villotins et les gens de la hâote, des gens byin plléchis et ergentus ? Guettrait-i enco ses gens ? No dit tréjous de quiqu’eun que quaund no li graisse ses soulyis, no les brûle. Et leus éfaunts, érount-i hounte de leus graunds ? Tout chenna la jigulait, li toupinait dauns la taête, ol en n’tait mouormâode. Ol en avait paé prêchi à Touène, ch’était brin la penne, i veyait jammais quaund cha s’n allait du côtaé de t’empire. Bah ! Cha sert de ryin de se mouégi la couraée.

Les demoiselles d’honneur et leur cavalier se mirent à danser suivis par les autres. Il était presque quatre heures quand Martin prit le bras de sa femme et qu’ils s’en furent se coucher.

   On ne tira pas la jarretière de la mariée et on ne leur porta pas la rôtie ; les nouveaux mariés ne furent pas à la messe d’action de grâce et il n’y eut pas de lendemain de noce non plus. Ah ! Si cela s’était passé à Montaigu…

   Oui, Bonne ne savait que penser, son fils allait-il devenir un citadin à présent qu’il fréquentait les gens de la ville et les gens de la haute société, des gens bien placés et riches ? Regarderait-il encore ses parents ? On dit toujours de quelqu’un que, lorsqu’on lui graisse ses souliers, on les lui brûle — quand on fait du bien à quelqu’un, il ne vous en sait pas de gré… Et leurs enfants, auront-ils honte de leurs grands-parents ? Tout cela la tourmentait, lui tournait dans la tête, elle en était toute triste, toute mélancolique. Elle n’en avait pas parlé à Antoine, ce n’était pas la peine, il ne voyait jamais quand les choses s’en allaient du mauvais côté. Bah ! Cela ne sert à rien de se ronger les sangs.

(à suivre la reconstitution de la cérémonie devant le maire de Valognes et le notaire…)

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Cotentin, Livres en normand, Vocabulaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s