Archives de Tag: Fichet

32. Mariage à Valognes du fils de Bouone avec une Valognaise : biâocoup de photos et de mots normaunds !

 Martin va épouser Marguerite. Deux cultures différentes… Le roman de Maurice Fichet est l’occasion de voir le mariage reconstitué par Stéphane Henry le 20 juillet 2013 : des photos, des photos !

Prochain billet après le 27 août : thème, les Normands en Sicile, rapport que j’vas alli dire boujou és cousins de Sicile ! Et pis profitaez-en pouor allo oû musée d’Hauteville-la-Guichard, paé byin louen de Coutaunches : ch’est d’ilo que sount partis les Normaunds és crouésades et i fûtent les roués de l’Italie du Su oû XIè et XIIè syiclle ! Et i laissîtent byin des mots dauns la laungue des Sichilians d’achteu !!! Merci byin de faire counaîte chu bllo « langue normande » ! Merci byin de suure chu bllo ! Ch’est paé finin ! D’aveu le boujou de Rémin Pézeri de Palerme à Syracuse !

Chapitre V

1.   Martin feut noumaé maîte d’école à Mountaigu, à la petite école és garçouns et sa criyature, Marguerite à la petite école és files. I quemenchîtent le prémyi d’octobe 1890.

   Martin et Marguerite se hauntaient dé depis eune bouone pâose ; dé depis qu’il avaient ’taé és écoles, i s’avaient amouorêtis. Leus gens eûtent paé graund dé dequei dire : chenna, cha pllaisait brin à Bouone. Qui qu’il avait dauns la taête sen Martin ? S’n allaer prenre eune criyature de Valouène, eune villouèse que no counaissait brin ! Des files qui l’éraient byin voulu, yen avait byin dyis à Mountaigu, et des joulies pétiotes en pus.

   Ses gens, ch’était paé des tchu-terrous, i tenaient coumerce de teile, de vrou, de couti, de drap, de droguet sus la graund pllèche. Il avaient du byin mahène. Le jou du marchi, leus boutique désempllissait paé, il avaient de la pratique.

      Martin fut nommé instituteur à Montaigu, à l’école des garçons, et sa femme Marguerite à l’école des filles. Ils débutèrent le premier octobre 1890.

   Martin et Marguerite se fréquentaient depuis un bon moment ; depuis qu’ils étaient à l’école supérieure, ils étaient tombés amoureux. Leurs parents n’eurent pas grand-chose à dire : cela, ça ne plaisait guère à Bonne. Qu’avait-il dans la tête son Martin ? Se marier avec une fille de Valognes, une fille de la ville que l’on ne connaissait pas ! Des filles qui auraient bien voulu se marier avec lui, il y en avait au moins dix à Montaigu et des jolies filles en plus.

   Ses parents n’étaient pas cultivateurs, ils tenaient commerce de toile, de velours, de coutil, de drap, de droguet sur la place principale, ils avaient du bien sans doute. Le jour du marché, leur boutique était toujours pleine, ils avaient une bonne clientèle.

Ch. V 2.          Marguerite, ch’était eune bouorquaise, ol ’tait byin rencountraée, yavait ryin à dire, seument o prêchait paé le patoués !

    Ch’était eun reide joulie criyature, tréjous prope sus lyi coume eune petite carderounette même dauns ses hardes à tréjous allaer. Ch’est paé lyi qu’érait-z-eu des câoches qu’éraient triboulaé, o trépaient paé, yavait paé de souen. Ol ’tait tréjous byin minse, mais paé coume les files de Mountaigu joraées d’aveu eun canezou et eun cotilloun de droguet. Ol ’tait paé inetou des heures de temps devaunt sen mireus à se tiponnaer, à s’abaumi, à s’effrinaer de la flleu sus le musé, à s’affûtaer, nennin, no pouvait paé li artiraer cha. Et pis, ol avait paé de bounette de fi, o se pouésait eun ribaun dauns les queveurs. Bouone était dauns l’indécis !

    Martin était pinchi et sa vuule bouone fème de mère était minse oû récart : élevaez des petits quyins pouor vous morde !

    Il ’taient touos déeus oû coumpte de l’État ; cha, ch’était reide byin : tréjous abriaés, i grégeoleraient paé l’hivé, i seraient paé ernaés oû sei leus jouornaée faite en ratterrissaunt tcheu yeus.

    Et pis, yeut les ménauntises : ryin à erprochi, no feut reide byin archeus, no feut byin soupaés, byin abreuvaés et les belles-gens à Martin étaient de sociétaé. Martin mint eun teur oû deigt à Marguerite. No prêchit de ryin rapport que les éfaunts avaient fait leus arraungements.DSC08884

    Quiques temps ampraès, i feûtent affichis et passîtent souos la perque. Bouone, pouor accoundire sen fisset, avait mins tout dessus, sa bachelique et sa hauntonne, ol avait acataé eune bounette de fi et des soulyis à bas quartyis. Touène, oû matin, quaund qu’ol avait mountaé dauns la quérette, li avait dit :

   —  Ch’est-i tei qui t’armaddies ? T’es pus joulie que ta brun ! Je m’en vas prenre du revi.

   Marguerite, c’était une fille de la ville, elle avait une jolie dot, il n’y avait rien à dire, mais elle ne parlait pas le patois !

    C’était une très jolie fille, toujours pimpante comme un petit chardonneret même dans ses habits courants. Ce n’est pas elle qui aurait eu des bas qui auraient fait des plis, ils ne tirebouchonnaient pas, il n’y avait pas de danger. Elle était toujours bien habillée, mais pas comme les filles de Montaigu vêtues d’un corsage et d’une jupe de droguet. Elle ne passait pas des heures devant sa glace à se pomponner, à se passer de la pommade, à se poudrer le visage, à s’arranger, non, on ne pouvait pas dire le contraire. Et puis elle n’avait pas de coiffe de fil, elle se nouait un ruban dans les cheveux. Bonne ne savait que penser !

    Martin était amoureux et sa vieille femme de mère était maintenue à l’écart : élevez des petits chiens, ils vous mordront plus tard, les enfants ne sont pas reconnaissants !

    Ils étaient tous les deux fonctionnaires ; ça, c’était très bien : toujours à l’abri, ils n’auraient pas froid l’hiver et ne seraient pas exténués le soir en rentrant chez eux une fois leur journée terminée.

   Et puis, il y eut les fiançailles : rien à dire, on fut très bien reçus, on mangea bien, on but de même et les beaux-parents de Martin étaient de bonne compagnie. Martin passa une bague au doigt de Marguerite. On ne parla de rien car les enfants avaient pris leurs dispositions.

    Un moment après, les bans furent publiés et ils se marièrent. Bonne, pour conduire son fils, avait revêtu ses plus beaux atours, son grand châle en pointe et sa robe noire de noce. Elle avait acheté une coiffe de fil et des souliers bas. Antoine, le matin, quand elle était montée dans la charrette, lui avait dit : 

    —  C’est toi que te remaries ? T’es plus jolie que ta bru ! Je vais retrouver de l’énergie ! 

Ch. V 3.     —  Graund sot la baête, qu’o rébectounit en rouogissaunt de pllaisi et en li faisaunt eun min sus la joe, je vourais byin m’armaddiaer, seument cha sera à la quaund Noué rapport que t’as paé enco-z-eu la morte ! J’allouns-t-i paé décanilli ? Et tei, Jacques, tâche de paé yête counfoundeu yord et nous fait paé hounte ! »

DSC08776

   Sen Touène était surbé itou mais ch’était ryin  à côtaé du père à Marguerite d’aveu sen biâo juilet et sen capé à mouégi de la chai.

DSC08899

DSC08856

   Cha feut eune belle messe, l’égllise était hâot plenne, les graundes orgues, les cauntiques, le praête qui prêchit reide byin, les quoeurets en rouoge : Bouone érait muus aimaé yête à Mountaigu !

L'égllise dé Valouones

L’égllise dé Valouones

DSC08888

    Médi se trouit, no s’en feut dauns eune âoberge, yavait eune sapraée tabllie : no-z-était pus de chinquaunte et des gens touos en toilette.

DSC08928DSC08930DSC08931DSC08933DSC08934DSC08937DSC08938DSC08942 DSC08947DSC08949 DSC08950DSC08951DSC08954DSC08956

Coume dauns toutes les neuches, no-z-eut de la soupe oû boeu, du boeu bouilli, du gigot d’angné, de la légueume, de la teurgoule et de la galette oû buure. No feut byin abreuvaés, yeut du beire bôchi, du vin et le café és treis couleurs. No-z-était guédaés et byin d’s euns avaient la mène qui leus mountait.

DSC08959 DSC08962 DSC08977DSC08985 DSC08986

   Ampraès chenna, eun bouonhoume vint halaer les neuchous en pourtrait, ch’était le prémyi coup que no veyait cha à Valouène.

ph noce pr m 001

Photos La Presse de la Manche du dimanche 21 juillet (2013 !)

Photos La Presse de la Manche du dimanche 21 juillet (2013 !)

   Les jannes daunchîtent

DSC09124

Les musiciens de La Loure ount fait daunchi les bouones gens sus la pllèche de la mair'rie de Valouones

Les musiciens de La Loure ount fait daunchi les bouones gens sus la pllèche de la mair’rie de Valouones

Vivent les jannes maddiés !!!

Vivent les jannes maddiés !!!

DSC09326 DSC09327

et no se r’mint à mouégi sus les neuve heures de sei : bouilloun, laungue de boeu, et dé dequei  que nous counaissait brin : des bouchies à la renne, ch’était à lique-deigts ! Du poulet rôti, de la légueume et des gâtiâos de Savouée l’s euns sus l’s âotes d’aveu déeus poupiches en hâot —  ch’était Martin et Marguerite -, des gâtiâos sés et des cherises ! Le beire, le vin bllaunc, le café, no-z-en était ergouêmes ! Touène, qu’avait pouortaunt eune goule en papine, lâqui le prémyi boutoun de sa tchulotte.

   Toute la tabllie s’éjouit, pusurs se mîntent à chaunter, eun mord en riaunt countit quiques histouères eun miot hardies et cha feut des riries tout alentou de la tablle.

 — Grand sot répliqua-t-elle en rougissant de plaisir et en lui donnant un baiser sur la joue, je voudrais bien me remarier, mais ça sera aux Calendes grecques puisque tu n’es pas encore mort ! N’allons-nous pas trépasser ? Et toi, Jacques, tâche de ne pas te salir et ne nous fait pas honte ! 

    Son Antoine était très beau aussi mais ce n’était rien à côté du père de Marguerite qui avait un beau gilet et un chapeau de repas d’affaires.

   Il y eut une belle messe, l’église était pleine, les orgues, les cantiques, le curé qui fit un beau sermon, les enfants de chœur en rouge : Bonne aurait préféré être à Montaigu.

   Midi arriva, on alla manger au restaurant, il y avait une sacrée tablée : il y avait plus de cinquante invités, des gens tous vêtus de beaux habits. Comme à tous les repas de mariage, il y eut de la soupe à la graisse, du pot-au-feu, du gigot d’agneau, des légumes, du riz-au-lait à la cannelle et de la brioche au beurre. On but en suffisance : du cidre bouché, du vin et le café aux trois couleurs. On était rassasiés et certains avaient les joues de plus en plus rouges.

   Après cela, un homme vint photographier les invités, c’était la première fois que l’on voyait cela à Valognes.

   Les jeunes dansèrent et l’on se remit à manger vers neuf heures du soir : bouillon, langue de bœuf et quelque chose que l’on ne connaissait pas : des bouchées à la reine, c’était à s’en lécher les doigts ! Du poulet rôti, des légumes, des gâteaux de Savoie les uns sur les autres avec deux poupées au sommet —  c’était Martin et Marguerite -, des gâteaux secs et des cerises ! Le cidre bouché, le vin blanc, le café, on était repus ! Antoine, qui pourtant avait bon appétit, fit sauter le premier bouton de son pantalon.

   Toute la tablée s’amusa, plusieurs chantèrent, un pince-sans-rire raconta quelques histoires un peu osées et tout le monde éclata de rire.

Ch. V 4.      Les couoche-brun et leus cavalyis, suusus pa l’s âotes se mîntent à daunchi, il ’tait quâsiment quatre heures quaund que Martin crochit sa criyature pas le bras et qu’i s’n allîtent se couchi.

   No halit paé le guéretyi à la brun et yeut paé la trempette des maddiaés ; il allîtent paé remessaer et yeut paé de reneuchouns inetou. Ah ! Si no-z-avait ’taé à Mountaigu…

   Veire, Bouone était dauns l’indécis, sen fisset allait-i devenin eun bouorgeoués achteu-maisi qu’i hauntait les villotins et les gens de la hâote, des gens byin plléchis et ergentus ? Guettrait-i enco ses gens ? No dit tréjous de quiqu’eun que quaund no li graisse ses soulyis, no les brûle. Et leus éfaunts, érount-i hounte de leus graunds ? Tout chenna la jigulait, li toupinait dauns la taête, ol en n’tait mouormâode. Ol en avait paé prêchi à Touène, ch’était brin la penne, i veyait jammais quaund cha s’n allait du côtaé de t’empire. Bah ! Cha sert de ryin de se mouégi la couraée.

Les demoiselles d’honneur et leur cavalier se mirent à danser suivis par les autres. Il était presque quatre heures quand Martin prit le bras de sa femme et qu’ils s’en furent se coucher.

   On ne tira pas la jarretière de la mariée et on ne leur porta pas la rôtie ; les nouveaux mariés ne furent pas à la messe d’action de grâce et il n’y eut pas de lendemain de noce non plus. Ah ! Si cela s’était passé à Montaigu…

   Oui, Bonne ne savait que penser, son fils allait-il devenir un citadin à présent qu’il fréquentait les gens de la ville et les gens de la haute société, des gens bien placés et riches ? Regarderait-il encore ses parents ? On dit toujours de quelqu’un que, lorsqu’on lui graisse ses souliers, on les lui brûle — quand on fait du bien à quelqu’un, il ne vous en sait pas de gré… Et leurs enfants, auront-ils honte de leurs grands-parents ? Tout cela la tourmentait, lui tournait dans la tête, elle en était toute triste, toute mélancolique. Elle n’en avait pas parlé à Antoine, ce n’était pas la peine, il ne voyait jamais quand les choses s’en allaient du mauvais côté. Bah ! Cela ne sert à rien de se ronger les sangs.

(à suivre la reconstitution de la cérémonie devant le maire de Valognes et le notaire…)

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Cotentin, Livres en normand, Vocabulaire

27. Maurice Fichet, la vie à la ferme, la foire et la louerie (3è extrait). Photos : Valognes, juillet 2013

Maurice Fichet

Bouone et Bouonotte

Bonne et Bonnotte

Histoire d’une famille au XIXe s. en Val-de-Saire

Roman bilingue : français page gauche et normand page droite

      Maurice Fichet est comme Obélix : il est tombé dans la potion magique…  de la langue de ses grands-parents.

      Tout jeune, il a vécu avec eux à Réville (et dans le phare de Gatteville pendant les vacances), c’est le thème de son premier livre ‘‘Mes gens’’ (épuisé, réédition prévue).

Puis les rôles se sont inversés avec ‘‘Cllémence, le vilan à pépère !’’ (presque épuisé).

      La vie de Bouone est à peine romancée, l’auteur décrit mariages et travaux agricoles avec la précision d’un ethnographe et un vocabulaire savoureux…

Photos de couverture du libre Bouone et Bouonotte. Femme du Val-de-Saire, Editions Le Goubey et Clémence Lebrun, petite-fille de Maurice.

Photos de couverture du livre Bouone et Bouonotte.
Femme du Val-de-Saire, Editions Le Goubey et Clémence Lebrun, petite-fille de Maurice portant une coiffe de servante (collection Marie-Charlotte Letourneur).

ch 3 bb 001

ch 3 feire 001

(document Maurice Fichet)

    —  Qui que tu vas faire anhyi ?

    —  Je m’en vas busoqui dauns la maisoun, j’i byin dé dequei faire ; je m’en vas itou souégni les poules, les lapins et les vêtus de seie. Et tei ?

    —  Je vas attelaer la jument et m’n allaer touornaer les petites Godfreiries. 

    Bouone se tint paé à batte le Job, à se mirotaer ou à s’affubllaer, o quemenchit par raungi sa bachelique et sa hauntonne dauns l’ormouère : o capellerait ces effets-lo le dimmaunche pour allaer à la messe…

   —  Qu’est-ce que tu vas faire aujourd’hui ?

   —  Je vais travailler dans la maison, j’ai beaucoup de choses à faire ; je vais aussi donner à manger aux poules, aux lapins et aux cochons. Et toi ?

   —  Je vais atteler la jument et m’en aller labourer les petites Godfreiries. 

   Bonne ne se tint pas à ne rien faire, à s’admirer dans la glace ou à se parer, elle commença par ranger son grand châle et sa robe noire dans l’armoire : elle la remettrait le dimanche pour aller à la messe…

DSC08736

DSC08847DSC08845

DSC08737

    Il avaient eune joulie positioun de quaraunte vergies de terre, vingt en herbe et vingt en labou et en pus de cha, eun boués iyoù que Touène allait parfeis à la cache. Quaund que sa mère à lyi s’artirerait, —  cha tergerait paé -, i rassembllerount quiques barryires et il érount dyis vergies en pus. Cha en faisait des gens counséquents dauns la coumeune sus eune belle faisaunche-vali. 

     Ils avaient une belle exploitation de huit hectares, quatre en herbe et quatre en labour et, en plus de cela, un bois où Antoine allait parfois à la chasse. Quand sa mère à elle prendrait sa retraite, —  ce qui n’allait pas tarder -, ils regrouperont quelques champs, ils auront deux hectares de plus. Cela en faisait des gens importants dans la commune, installés sur une belle exploitation.

IMG_2949

    Le soir, il fallait enco halaer sus les broquettes, tchuure la soupe, l’s houmes erpassaient d’aveu la fale basse. Quaund que les bottelous avaient genouilli pusurs jouornaées de raung, fallait rentraer le fein, le chergi dauns les quertyis, le tassaer dauns les grenyis.

   Héyeusement quiques veisins —  il ’taient byin aveisinaés -, s’en venaient faire eune corvaée d’houneu. Bouone oû sei était ernaée et pus ol enfllait du devaunté, pus ol enhannait.

   —  Ma pouore Bouone, t’as de pus en pus de minsère, la semanne qui vyint, ch’est la graund sant-Pyirre, j’allouns gagi eune basse pouor t’aindyi : mais que le bllé et le sibéri vount faire le co et quemenchi à yête meus, no va les sciaer : tu vas paé t’en venin aindyi, cha se peut paé ! Guette-mei cha, te v’là heingue de pé, tei qu’as la pé bllaunche. D’aveu çu solé-lo, tu ferais byin enco des étouordissaisouns.

   —  Je sis byin dauns le cas d’aindi…

   —  Brin ! Brisouns là ! D’hivé, yéra les batteries, le beire à pilaer… Et pis tu deis yête ilo pouor abibotaer noute petiot. 

    Le soir, il fallait encore traire, faire la soupe, les hommes revenaient affamés. Quand les botteleurs avaient tassé les bottes de foin sous leurs genoux plusieurs jours de suite, fallait les charger dans les charrettes, les rentrer à l’abri, les entasser dans les greniers.

    Heureusement quelques voisins —  leur voisinage était excellent —  venaient les aider par une corvée d’honneur. Bonne le soir était exténuée et plus le ventre sous son tablier gonflait, plus elle avait de mal.

  —  Ma pauvre Bonne, tu as de plus en plus de peine, la semaine prochaine, c’est la grande saint Pierre, nous allons engager une servante pour t’aider : quand l’épi du blé et du sarrasin vont se courber vers le sol et commencer à être mûrs, on va moissonner : tu ne vas pas venir nous aider, c’est impossible ! Regarde-moi ça, te voilà toute bronzée, toi qui as la peau blanche. Avec ce soleil-là, tu aurais encore bien des étourdissements.

  —  Je suis bien capable d’aider…

  —  Non ! Stop là ! Cet hiver, il faudra battre, faire le cidre… Et puis, tu dois rester ici pour t’occuper de notre petit.

 Ch. III 4.           Bouone hubit l’s épâoles, seument i calit paé et o deut entenre ses raisouns.

    Le 29 de juin oû matin, i se déjuquîtent byin à coup, fîtent leus petit tripot, s’affêtîtent d’aveu leus effets du dinmaunche et « Hie Cocotte » ! La jument avait quate lues de quemin à faire, fallait paé yête eun tranne-tchu si no voulait paé que la louerie seit quitte ou byin si no voulait paé aveî le ringas.

    Bonne haussa les épaules mais il ne céda pas et elle dut se soumettre.

     Le matin du 29 juin, ils se levèrent rapidement, firent leur travail, endossèrent leurs habits du dimanche et « hue Cocotte » ! La jument avait seize kilomètres à faire, il ne fallait pas traîner si on ne voulait pas que la « louerie » soit terminée ou bien si on ne voulait pas avoir les restes.

DSC08863DSC08949DSC08892DSC08886DSC08959DSC08965     Dauns la graund rue, i mîntent la querette et la jument à la garde et s’en allîtent sus la graund pllèche.

    Yavait toute eune mouerie de gens et cha en faisait eun trumutu ! No-z-était bouolinguis de touos bords. No veyait les déballous byin en souen de vous vende leus merchaundise, les chabotyis d’aveu des apendentaées de chabots pouor les éfaunts, pouor les houmes, pouor les fèmes, (Touène voulit en en acataer pouor le fisset, Bouone li dit qu’i débasottait et ol y mint paé mens le hola) les potys de Mourot d’aveu leus sinots, leus pintouns, leus chirannes, leus terrènes, (i fâorait qu’ol acate eune chiranne, ol avait brésilli la syinne avaunt-z-hyir)

    Dans la rue principale, ils donnèrent la charrette  et la jument à garder et se rendirent sur la grande place.

    Il y avait une énorme quantité de gens et ça en faisait un brouhaha ! On était bousculés de tous les côtés. On voyait les forains qui faisaient l’article pour vous vendre leur marchandise, les sabotiers avec des alignées de sabots pour les enfants, les hommes, les femmes, (Antoine voulait en acheter pour le petit, Bonne lui dit qu’il déraisonnait et elle l’en empêcha), les potiers de Saint Jacques de Néhou avec leurs saloirs, leurs tasses, leurs récipients à crème, leurs « terrènes », (il faudrait qu’elle achète un récipient à crème, elle avait cassé le sien avant-hier).

DSC08779

A Sottevast, à La Raterie, Lionel Jean tourne et cuit selon la tradition de Mourot

  Ch. III 5.          I descendîtent avâo la pllèche. Eune affilauntaée d’houmes, de fèmes et d’éfaunts espéraient yête louaés : les quertyis avec leus perpignaun, les batteus en graunge d’aveu leus fllé sus l’épâole, les mouessouneus d’aveu leus fâocile… Touène et Bouone s’en feûtent veî les bâsses qu’avaient eun bôquet sus le côtaé gâoche de leus canezou. Qui chouésit s’affrounte ! I prêchîtent d’aveu la prémyire du raung. I feûtent d’acc’modement : quaraunte pistoles et ieune paire de chabots. Mélonie (ol avait noum Mélonie) s’en feut acataer ses chabots d’aveu l’ergent que li avait bailli Touène et o mînt sen bôquet à dreite rapport qu’ol ’tait gagie ; o s’en vyinra tcheu ses maîtes à la sant-Cllai, le 17 de juilet.

DSC08967      Ils descendirent la place. Une longue file d’hommes, de femmes et d’enfants attendaient d’être engagés : les charretiers avec leur gros fouet, les batteurs en grange avec leur fléau sur l’épaule, les moissonneurs avec leur faucille…  Antoine et Bonne se dirigèrent vers les servantes qui portaient un bouquet sur le côté gauche de leur corsage. Celui qui choisit se fait du tort ! Ils parlèrent à la première de la rangée. Ils se mirent d’accord : quatre cents francs et une paire de sabots. Mélanie (elle s’appelait Mélanie) s’en alla acheter des sabots avec l’argent que lui avait donné Antoine, elle plaça son bouquet du côté droit car elle n’était plus disponible : elle prendra son travail chez ses maîtres à la saint Clair, le 17 juillet.

Mélanie ferait byin noute graund basse... (notre servante principale).

Mélanie ferait byin noute graund basse… (notre servante principale).

    Bouone acatit sa chiranne, i magîtent eun piquet de pan à l’âoberge, bevîtent eun sou de café et se racachîtent à Mountaigu ; Bouone était byin lassaée et i fallit paé la berchi oû sei.

    Mélonie feut eune bouone servaunte, o restait paé à tierraer des bûnettes, Bouone et lyi s’accaunchîtent reide byin, o demeurit d’aveu yeus quinze auns de temps, o se maddyit, o bordait ses trente auns, o se mint sus eune faisaunche-valei d’aveu sen bouonhoume.

    Bouone feut prinse de petiotaer le jou de la batterie de serasin, cha s’acaunchait byin ma rapport que no-z-avait huit bouonhoumes à dînaer, à soupaer et à abreuvaer ! La basse se déhalit reide byin de çu coup d’atout-lo.

    Touène s’en feut à toute berlingue quéri la matroune, eune vuule bouone fème qu’avait aindyi pus de la mitaun des fèmes du hammé à se mette en déeus.

    Cha feut d’espéditioun, Bouone grugit des dents déeus treis coups, pouncit ses deigts dauns sen found de man, o se dit en lyi-même que ch’était le bouon guieu à prenre et le diablle à renre et Charlotte arrivit en poussaunt des ébrais.

    Bonne acheta son récipient à crème, ils mangèrent à l’auberge, burent un sou de café et rentrèrent à Montaigu ; Bonne était très fatiguée et il n’y eut pas besoin de la bercer le soir.

    Mélonie fut une bonne servante, elle ne restait pas à rien faire (à mettre les fauvettes au piquet), Bonne et elles s’arrangèrent très bien, elle demeura quinze ans avec eux, elle se maria, elle avait presque trente ans et prit une exploitation avec son mari.

    Bonne ressentit les douleurs de l’accouchement le jour de la corvée de battage du sarrasin, cela tombait bien mal car elle avait huit hommes à déjeuner, à dîner et à qui il fallait donner à boire ! La servante se tira très bien d’affaire.

    Antoine s’en alla à toute vitesse chercher l’accoucheuse, une vieille femme qui avait aidé plus de la moitié des femmes du village à accoucher. Cela alla très vite, Bonne grinça des dents deux ou trois fois, enfonça ses doigts dans la paume de sa main, elle se dit en elle-même que c’était le bon dieu à prendre et le diable à rendre, (il était agréable de faire des enfants mais désagréable d’accoucher) et Charlotte arriva en poussant des cris.  (…)

Chapitre IV 1.                                                       

   L’annaée dyis huit chent seissaunte-neu feut bouone rapport que Martin a naqui oû meis de décembe, le restaunt feut pllen d’ohis. Cha quemenchit dé renouvé, le temps se talbotait mais i tumbait paé d’iâo. Le froument levit paé et le serasin paé biâofaire. Pus tard, i feut alliétaé par l’iâo, no feut obligis de le sciaer à la fâocile en le pêquaunt à pouégnies. Oû meis de mai, i gelait enco, i faisait eune freid de quyin.

   D’étaé, paé besouen de pllauntaer des perlicoquets dauns les pyiches, les ouésiâos avaient paé gros dé dequei à mouégi. Les cllos étaient brûlaés. Le fein feut rentraé byin à coup, cha menachait tréjous, seument cha tumbait paé. Syis meis de raung quâsiment sauns iâo… Qui que no baillerait à mouégi es baêtes ? Yérait paé de buure à venre, paé de bllé inetou, paé de mouoture à portaer oû mounyi, no verrait paé le frinot d’aveu ses pouquies de flleu. Qui que no magerait ?

   L’année mille huit cent soixante-neuf fut bonne du fait que Martin est né au mois de décembre, mais pour le reste ce fut que des ennuis. Cela commença au printemps, le ciel se noircissait mais il ne pleuvait pas, le blé ne leva pas et le sarrasin poussa mal. Plus tard, il se coucha à terre par la pluie, on fut obligés de le couper à la faucille en le saisissant à poignées. Au mois de mai, il gelait encore, il faisait un froid de chien.

   En été, pas besoin de planter des épouvantails dans les champs : les oiseaux n’avaient pas grand-chose à manger. Les champs étaient jaunis par la sécheresse. Le foin fut rentré très rapidement, la pluie menaçait toujours mais ça ne tombait pas. Six mois quasiment  sans pluie… Qu’allait-on  donner à manger aux bêtes ? Il n’y aurait pas de beurre à vendre, pas de blé non plus, pas de grain à porter au meunier, on ne verrait pas l’aide-meunier avec ses sacs de farine. Que mangerait-on ?

(à suure… : le mariage du fils de Bouone, Martin, d’aveu eune file de Valognes)

(Les belles vaches normandes sont celles de Michèle Le Fol au château de Crosville-sur-Douve (qui fera l’objet d’un billet sur ce blog…)

BON DE COMMANDE du livre Bouone et Bouonotte, 230 p., 4 photos couleur, 12 ph. noir-et-blanc.

Frais d’envoi offerts ! Et avec réduction de 5 % soit 18, 05 € au lieu de 19 €.

Nom : ……………………………………………….. Prénom : ……………………………………………..

Adresse : …………………………………………………………………………………………………………..

CP : ………… Ville : ………………………………………….. email : …………………………………….

Commande …….. exemplaires au prix de 18,05 €, frais d’envoi 0 €.

J’ajoute …. ex. du livre ‘‘Cllémence’’ au prix de 10 €, frais d’envoi 0 €.

soit un total de .. .. , .. .. €

que je règle par chèque libellé à l’ordre de Magène.

Poster à Jean-Claude Léger 5 Allée Blanche Lande 50270 Barneville-Carteret

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Livres en normand, Saisons, Vocabulaire

26. Bouone et Touène : roman-photo. Noce de Bouone = 2ème volet. Reconstitution ethnographique à Valognes.

    Voici quelques autres extraits du début du roman de Maurice Fichet « Bouone et Bouonotte » accompagnés de photos prises à Valognes pendant la noce organisée par Stéphane Henry, avec la participation  des animatrices et animateurs du Pays d’Art et d’Histoire.

   Et il y aura un troisième volet, car Bouone va avoir plusieurs enfants, dont un fils, Martin, qui épousera… une fille de Valognes !! (Voir les mariés sur la deuxième photo du billet 24 et que vous retrouverez à leur prochain mariage !).

              Pour lire le roman entier BOUONE ET BOUONOTTE
de Maurice Fichet – Livre 232 p. avec onze autres brefs récits. – Editions Magène
« Après « Mes gens » et « Cllémence, le vilan à pépère », l’auteur décrit mariages
et travaux agricoles d’hier dans le Cotentin avec une étonnante authenticité ».

      19 € port gratuit ! bon de commande voir boutique du site magene.com

Pour découvrir d’autres photos prises par l’équipe photo-vidéo officielle, cliquez sur ce lien :
http://www.youtube.com/watch?v=dGA0Zny__og&list=PLE0BEC0DC4488D60D

  et un film de 3 mn couleur sépia ou noir-et-blanc façon 1900 : eune reide bouonne idaée !   http://www.youtube.com/watch?v=W3LIyry37yM&feature=c4-overview&list=UULR4h_aXWxy30vxTB0doDiw  

   A propose de Bouone : ce prénom oublié est « Bon » au masculin (Cf. la liste des prénoms normands des années 1900 sur magene.com).

7.      Vingt-chinq auns qu’ol allait prenre ! O s’n allait sus l’âge, o quemenchait à avaer les pyids jâones. Ch’était pouortaunt eune reide jatile fème : ol avait des loungs queveurs hâot-bllounds, no les veyait paé biâofaire, rapport qu’ol avait tréjous eune bounette de fi sus sa taête.

DSC08805    Ses urs verdelets étaient à la perditioun de sen âme, pus d’yeun en érait byin fait sen mireus ; le solei yavait effrinaé quiques panettes souos ses urs et sus ses joes, ol avait eune joulie goulette qui riochait à retou de temps. Bouone était tréjous de bouone himeu, ol avait tréjous bouone grâce. O faisait pus de chinq pyids de hâoteu et ol avait eun miot de sauntaé dauns sen canezou !

    Ah veire, ol ’tait brin haïssablle, ol était paé des syinnes que no dit ryin. Ol announchait reide byin dauns ses effets du dimmaunche et dauns sen touos les jouors itou. Ses frères étaient neirs coume des craques et ses sœurs pllates coume des écouoches et maigues coume des rêles ! Ol arsembllait à pyiche, à ses gens n’tou : ol arsembllait oû cat minsère !

   Vingt-cinq ans qu’elle allait bientôt avoir ! Elle prenait de l’âge, elle commençait à devenir vieille fille. C’était pourtant une très belle femme : elle avait de longs cheveux roux, on ne les voyait pas beaucoup parce qu’elle portait toujours une coiffe de fil. Ses yeux verts étaient à y perdre la raison, plus d’un en aurait bien fait son miroir ; le soleil lui avait parsemé quelques taches de rousseur sous les yeux et sur les joues, elle avait un joli minois sans cesse souriant. Bonne était toujours de bonne humeur, elle était toujours gaie. Elle mesurait plus d’un mètre soixante-dix et elle avait de jolis seins dans son corsage !

    Ah oui, elle n’était pas laide, elle était de celles que l’on remarquait. Elle avait une bonne prestance aussi bien dans ses habits de fête que dans ses vêtements de tous les jours. Ses frères étaient noirs comme des prunelles et ses sœurs plates comme des pelles à tarte et maigres comme des râles d’eau ! Elle ne ressemblait à aucuns d’eux, pas plus à ses parents : elle ressemblait à quelqu’un d’ordinaire !

DSC08811  

    Byin d’s euns l’éraient byin voulue, Bouone érait paé dit nennin seument sen père yavait tréjous mins le hola.
    Beaucoup auraient bien voulu se marier avec elle, Bonne n’aurait pas dit non mais son père y avait toujours mis son véto.

Touène et le père à Bouone se prêchent brin...

Touène et le père à Bouone se prêchent brin…

   Le jou qu’i s’en venaient la demaundaer, i viyaient le balai de bouleau d’aveu les braunques en hâot à la carre de l’hus : ch’était paé la penne d’allaer pus avaunt. No serait byin archeu tout probablle, no bérait eun café és treis couleus ; no prêcherait du fein, des vaques, de l’iâo qui tumbe – ou qui tumbe paé -, seument cha serait brin la penne de demaundaer Bouone !

   Le jour où ils venaient faire leur demande, ils voyaient le balai de bouleau avec les branches en l’air  au coin de la porte : inutile d’avancer plus loin. On serait certainement bien reçu, on boirait un café tricolore ; on parlerait du foin, des vaches, de la pluie qui tombe —  ou qui ne tombe pas -, mais cela serait tout à fait inutile de la demander !

Il a paé l'air qu'mode le père à Bouone !!

Il a paé l’air qu’mode le père à Bouone !!

    Toute la potincale était maddiaée, Bouone demeurait d’aveu ses gens, la drényire mais la pus vuule : eune joulie file coume lyi, ch’était incoumprenablle…

    Et pis, sen père avait-z-eu la morte, tout avait chaungi bout pouor bout ! Sen père, o l’avait paé plleuraé biâofaire, dreit cha qu’i fallait pouor que la goule des gens marche paé.

    Et pis, yavait-z-eu Touène !

DSC08846   Touène s’n allait sus ses trente-et-yeun auns, ch’était eun biâo gâs qu’avait paé fait sen temps rapport qu’il avait halaé eun bouon numéro. Il avait jammais maddiaé, p’t-ête qu’il espérait Bouone, qui que no sait ?

   Tous les enfants étaient mariés, Bonne restait avec ses parents, la dernière mais la plus âgée : une jolie fille comme elle, c’était incompréhensible…

   Et puis, son père était décédé, cela avait changé du tout au tout ! Son père, elle ne l’avait pas pleuré beaucoup, juste ce qu’il fallait pour que les gens ne jasent pas.

   Et puis, il y avait eu Antoine ! Toine allait bientôt avoir trente-et-un ans, c’était un beau garçon qui n’avait pas fait son service militaire car il n’avait pas été tiré au sort. Il n’avait jamais été marié, peut-être attendait-il Bonne, qu’en sait-on ?

 8.       Bouone et Touène se prêchaient dauns des coups par en-dessus de la haie de leus courtins qu’étaient en camérie, par en arryire du père coume dé juste.

   Dé depis que le père à Bouone était parti à Jésus, Touène lâonait pus souvent de dreite et de gâoche, oû matin, oû sei, dreit aras les cllos iyoù que Bouone avait des vaques à traire.

IMG_2981   

    D’arlevaée, ch’était byin dévrisaé si o le viyait paé le loung d’eune cache : i devisaient eun miot, li paé byin hardi, de poue qu’o voulisse paé qu’i la haunte, et lyi, qu’avait coumprins dé depis eune pâose iyoù qu’i voulait en venin ; o voulait paé l’effreitaer. I décidaient en faisaunt des vas-tu vyins-tu dauns la cavaée : i prêchaient du temps, du buure qu’était brûlaé chi, du fein qu’était paé byin sé, de leus gens, de leus positioun, qui que no sait ? No pourrait peut-ête rassemblli des barryires ? Bouone avait les joes toutes rouoges, il ’taient touos déeus quâsiment d’eun âge… et d’eune joulie-z-âge… Fâorait veî à s’établli, faire valei, se mette sus eune bouone positioun : à-n-eun coup, i li print la man, ol en avait le grelot, o le laissit faire…

    Cha feut paé loung d’effet, i s’arraungîtent, i termîtent eun jou pouor les neuches : le drényi dimmaunche d’avri ; i fallit veî le maire et le tchuaé.

   Eune arlevaée, Bouone s’en feut à la mairerie, o s’adréchit oû ségrétaire :

  —  Boujou ma fillette que li fit le vuus bouonhoume, no m’a dit que tu vas te maddiaer d’aveu Touène ; t’as byin raisoun, ch’est eun bouon fisset.

  —  Veire, et pouor chenna, i me fâot, je creis, quique dupllicata de naîtaé…

  —  Ma fei veire, no va guetti dauns les lives et quaund que Touène éra venun me veî, vos seraez pendeus à l’hus de la mairerie. Quaund qui que t’as nâqui ?

  —  Le 25 dé mai 1841. 

    Bonne et Antoine se parlaient de temps en temps par-dessus la haie de leurs jardins qui étaient mitoyens, en cachette du père bien sûr.

   Depuis que le père de Bonne était mort, Antoine traînait plus souvent à droite et à gauche, le matin, le soir, tout près des champs où Bonne avait des vaches à traire. L’après-midi, c’était bien rare si elle ne le voyait pas le long d’une cavée : ils parlaient un peu, lui un peu timide, de peur qu’elle ne voulût pas qu’il la fréquente, et elle, qui avait compris depuis un moment où il voulait en venir, elle ne souhaitait pas l’effaroucher. Ils parlaient en faisant des allers-retours dans la cavée : ils parlaient du temps, du beurre qui était excessivement cher, du foin qui n’était pas bien sec, de leurs parents, de leur exploitation, qu’est-ce qu’on en sait ? Il serait peut-être possible de regrouper les terres ? Bonne avait les joues toutes rouges, ils étaient presque du même âge… et d’un bel âge… Faudrait penser à s’établir, faire valoir, s’installer sur une bonne exploitation : tout d’un coup, il lui prit la main, elle en tremblait, elle le laissa faire…

   Cela ne fut pas long en effet, ils se mirent d’accord et fixèrent un jour pour la noce : le dernier dimanche d’avril ; il fallut voir le maire et le curé.

   Un après-midi, Bonne s’en alla à la mairie ; elle s’adressa au secrétaire :

   —  Bonjour ma petite fille, lui dit le vieux monsieur, on m’a dit que tu allais te marier avec Toine : t’as bien raison, c’est un bon garçon.

   —  Oui, et pour cela, il me faut, je crois, une copie de mon acte de naissance…

   —  En effet, on va regarder dans les registres et quand Antoine sera venu me voir, les bans seront publiés. Quand es-tu née ?

   —  Le 25 mai 1841. 

9.  Le greffyi mint ses counserves sus sen naez, happit eun live dauns eune ormouère et touornit les pages. I touornait, i touornait, i luusait et i touornait enco.

   —  T’es byin seue ma fillette, 1841, à Mountaigu, je veis ryin…

   —  Mais veire, ma mère vyint enco de me l’acertifiaer, ya paé seument dyis minutes !

   —  Je m’en vas guetti dyis auns devaunt et dyis auns ampraès. 

   I print enco pusurs lives dauns sen ormouère et i touornait les pages et i luusait…

DSC09213

   —  Nennin ma fillette, je veî s ryin, t’es paé dauns mes lives.

   —  Coume qui que no va faire ?

   —  Moussieu le Maire va paé te maddiaer sauns les papyis, il en a paé le dreit !

   —  Me v’là byin erjuaée !

DSC08800    O se racachit tcheu lyi, cha trissait… Cha qu’ol avait veut à la mairerie la jiguulait, o countit ses malheus à sa mère qu’en feut toute rabsounaée et ol en tumbit le tchu sus eun cabouéyet qu’était d’aras la chimenaée.

   Bouone s’assyisit sus les genours à sa mère, dreit coume quaund ol ’tait quenâle, o la print à brachie par-dessus le co et o se mint à gimaer. O plleurait à freides lermes, o hoquetounait.

    —  Mais coume qui que no va faire ? Coume qui que no va faire ? 

    Le maddiage, Touène, les éfaunts qu’o voulait avaer d’aveu li, tout chenna se mouvait dauns sa taête, o pouvait paé mens paé s’amouchelaer d’aveu li pou le restaunt de ses jouors !

    —  Assyis-tei sus eune tia oûpraès de mei ma fillette. 

    Sa mère li print ses mans dauns les syines.

     Le secrétaire chaussa ses lunettes, prit un livre dans une armoire et tourna les pages. Il tournait, il tournait, il lisait, il tournait encore :

     —  Tu es bien sûre, 1841, à Montaigu, je ne vois rien…

     —  Ma mère vient encore de me le certifier, il n’y a pas dix minutes !

     —  Je vais regarder dix ans avant et dix ans après…

     Il prit encore plusieurs registres dans son armoire et il tournait les pages et il lisait…

     —  Non ma fille, je ne vois rien, tu n’es pas dans mes registres.

     —  Comment va-t-on faire ?

     —  Monsieur le Maire ne peut pas te marier sans acte de naissance, il n’a pas le droit !

     —  Me voilà bien embêtée ! 

     Elle rentra chez elle, elle se dépêchait. Ce qu’elle avait vu à la mairie la tracassait, elle raconta ses malheurs à sa mère qui en fut toute retournée et elle en tomba assise sur un tabouret qui se trouvait au bord de la cheminée.

     Bonne se mit sur les genoux de sa mère, comme lorsqu’elle était petite ; elle la prit par-dessus le cou et se mit à pleurer. Elle pleurait à chaudes larmes, elle hoquetait.

    —  Mais comment va-t-on faire ? Comment va-t-on faire ? 

    Le mariage, Antoine, les enfants qu’elle voulait avoir avec lui, tout cela tournait dans sa tête, elle ne pouvait quand même pas vivre à la colle avec Antoine le reste de sa vie !

    —  Assieds-toi sur une chaise auprès de moi ma petite fille. 

    Sa mère lui prit les mains dans les siennes.

10.  —  Ya eune bouone pâose que t’érais deu saveî cha que je m’en vas te dire : t’as byin nâqui le vingt-chinq dé mai dyis-huit-chens quaraunte-et-yeun, cha, ch’est seu : seument ten père et mei j’étiouns paé enco maddiaés… T’es coume no dit, eun pouchin de haie, eun coup d’achocrise.

    J’i petiotaé tcheu mes gens, ten père était ilo, d’aveu nouos : i m’avait promins, i m’avait acertifiaé qu’il irait sus le coup à la mairerie t’arcounaîte ; çu mâodit frélampyi-lo, i ya paé ’taé ! Gllâome ch’est byin ten père, creis-mei : je me syis jammais déraungie !

Les gens à Maurice Fichet

« Les gens à Bouone » (Document : Maurice Fichet)

   Qui que no sait ? Gllâome s’était p’t-ête déméfiaé rapport qu’il avait tout probablle paé-z-eu l’étronne de sa fème, seument ch’est paé dé dequei que no demaunde à sa mère !

   « —  Qui que no va faire ? Qui que no va faire ?

   —  Eh byin ma pouore quenâle, vendredi en huit, ampraès le marchi de Valouène, j’irouns veî eun houme de loué, i sera mahène dans le cas de nous le dire ! 

DSC09150    Eun dinmaunche d’arlevaée, le counsel de famile s’allotit. Pis le tribuna de Valouène demaundit à la mairerie de li faire eun acte coume qui qu’ol a nâqui le 25 dé mai 1841 à Mountaigu et qu’ol ’tait byin la file à Gllâome Fichet et à Rose Poindextre.

  Tout chenna li avait, eun coup de pus, rabuqui la taête. Achteu maisi, le tounerre brédounait oû louen, yavait pus eune halenne de vent, il ’tait quâsiment treis heures et le co allait byintôt se déjuqui. Ol avait-z-eu byin du capi mais tout chenna arrivait quitte… Déman, o le prenrait sen Touène ; i fallait s’arposaer eun miotin : eun jou de neuche, ch’est byin du tran et la nyit qui vyint, ch’est paé le tounerre tout probablle qui l’empôserait de dormin !

    —  Il y a longtemps que tu aurais dû savoir ce que je vais te dire : tu es bien née le vingt-cinq mai mille huit-cent-quarante-et-un, ça, c’est sûr : seulement ton père et moi nous n’étions pas encore mariés… Tu es comme on dit, un poussin de haie, le résultat d’une maladresse. J’ai accouché chez mes parents, ton père était là, avec nous : il m’avait promis, il m’avait juré qu’il irait aussitôt à la mairie te reconnaître ; ce méchant voyou-là, il n’y a pas été ! Guillaume est bien ton père, crois-moi : je ne me suis jamais égarée ! 

   Qu’est-ce qu’on en sait ? Guillaume s’était peut-être méfié pour la raison qu’il n’avait certainement pas eu la primeur de sa femme, seulement ce ne sont pas des choses que l’on demande à sa mère !

  —  Que va-t-on faire ? Que va-t-on faire ?

  —  Eh bien ma pauvre fille, vendredi prochain, après le marché de Valognes, nous irons voir un avocat, il pourra nous le dire !

DSC09314    Un dimanche après-midi, le conseil de famille se réunit. Puis le tribunal de Valognes demanda à la mairie de lui faire un acte stipulant qu’elle était née le 25 mai 1841 à Montaigu et qu’elle était bien la fille de Guillaume Fichet et de Rose Poindextre.

   Tout cela lui avait, une fois de plus, tourné la tête. Maintenant, le tonnerre grondait au loin, il n’y avait plus un souffle de vent, il était presque trois heures du matin et le coq allait bientôt se lever. Elle avait eu bien du souci mais tout cela se terminait… Demain, elle se marierait avec son Toine ; il fallait se reposer un peu : un jour de mariage, c’était bien de l’occupation et la nuit prochaine, ce n’était pas le tonnerre sans aucun doute qui l’empêcherait de dormir !

Byintôt cha rest pllenne leune...

Byintôt cha rest pllenne leune…

Chapitre II             (Le mariage de Bouone et Touène en images)

DSC08854DSC08855DSC08858

DSC08859

DSC08860

DSC08874

DSC08865

DSC08821   « Ampraès la faête, adieu le sant ! » Les frais maddiaés avaient byin dé dequei faire tcheu yeus. I yeut paé de reneuchouns, et i feûtent paé remmessaer n’tou : le tchuaé leus fit eun miot la griche eune bouone pâose de temps rapport à cha.

  I se déjuquîtent à la clloque, magîtent eun piquet de pan à la galope et Touène s’n allit halaer sus les broquettes et armuaer ses chinq vaques qu’étaient oû tierre dauns eune pyiche aras la maisoun.

   Duraunt que la soupe bouorlottait, o quemenchit à dréchi sen lyit.

   Ch’était le lyit és gens à Touène pisqu’i repairaient dauns leus maisoun, le lyit iyoù qu’il avait nâqui. Bouone l’avait amarraé à sen gouôt : ol avait bordaé le cyil de lyit d’aveu eune bouone grâce et ahoqui des pentes à la taête et oû pyid.

   « Quand la fête est finie, adieu le saint ! » Les nouveaux mariés avaient beaucoup de travail à faire chez eux. Il n’y eut pas de lendemains de noces, ni de messe d’action de grâce non plus : le curé leur fit un peu la tête un bon moment à cause de cela.

    Ils sautèrent du lit dès l’angélus, mangèrent un morceau de pain à toute vitesse et Antoine partit traire et changer ses cinq vaches de place, elles étaient au piquet dans un champ auprès de la maison.

    Bonne fit une flambée dans la cheminée : elle n’eut guère de mal, elle enleva la cendre qui était sur les braises avec son tisonnier, elle mit la soupe à réchauffer puis elle plaça dans la cendre chaude un petit pot rempli de café.

    Pendant que la soupe bouillait doucement, elle commença à faire son lit. C’était le lit des parents d’Antoine puisqu’ils habitaient dans leur maison, le lit dans lequel il était né. Bonne l’avait arrangé à son goût, elle avait bordé le ciel de lit avec une tenture festonnée et accroché des rideaux à la tête et au pied.

     Par devaunt, ol avait genci eune apalauntaée de chinq tias, d’aveu le dessus en feurre : ch’était le mounteus pouor s’n allaer à chnope ; coume dé fait, le lyit était byin hâot : le lyit de plleumes et le rédédoun, cha faisait dé dequei de counséquent.  

    Devant, elle avait placé un alignement de cinq chaises qui avaient un dessus en paille : elles servaient d’escabeau pour aller au lit ; effectivement, le lit était bien haut : le matelas de plumes et l’édredon, cela formait quelque chose d’imposant.

Le lyit-alcôfe  ;  le lit-alcôve (doc Bernard Abraham, famille Brune, La Vouée du Dounjoun H-S. n° 6)

Le lyit-alcôfe ; le lit-alcôve
(doc Bernard Abraham, famille Brune, La Vouée du Dounjoun H-S. n° 6)

    O mint sa soupe à trempaer dauns déeus guichouns, coupassous o la crépounçait pouor que le pan seit byin mouilli.

    Touène se racachit et s’assyisit à l’amountous, oû hâot bout, d’aras la crouésie : cha sera sa pllèche sa vie duraunt. Bouone affouorquit la bauncelle et i mouégîtent leus soupe byin câode ; à la mitaun d’octobe, no-z-était paé partis byin louen dauns l’arryire seument la freid rarrivait.

   Elle mit sa soupe à tremper dans deux soupières individuelles, maintes fois elle appuyait dessus pour que le pain soit bien mouillé.

   Antoine rentra et s’assit à la place du maître, à l’extrémité en haut, près de la fenêtre : cela sera sa place toute sa vie. Bonne enfourcha le banc et ils mangèrent leur soupe bien chaude ; à la mi-octobre, la saison n’était pas encore très avancée mais le froid arrivait.

La maison du meunier à Réthoville (Val-de-Saire)

La maison du meunier à Réthoville (Val-de-Saire)

(à suure…) photos : R. Pézeril.

1 commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Faête és Normaunds, Livres en normand, Vocabulaire

25. Images dans Valognes jour de la noce illustrant Bouone et Bouonotte de Maurice Fichet

  J’ai choisi des photos prises dans les rues de Valognes le jouo de la neuche pour illustrer le début du roman « Bouone et Bouonotte » de Maurice Fichet (paru aux éditions Magène, 2012, 19 €, voir le site magene.com)… Donc faudra espérer (attendre) eune miette pour le cortège du mariage : prochain billet ! [Quelques phrases sont coupées (…)]

Le roman commence à la mitaun du 18yîme syiclle à Montaigu-la-Brisette et Valognes...

Le roman commence à la mitaun du 18yîme syiclle à Montaigu-la-Brisette et Valognes…

 Maurice Fichet    Bouone et Bouonotte                    Roman-photo : Rémin Pézeri

Denise luut Bouone et Bouonotte dimmaunche oû moulan à Marie Ravenel...

Denise luut Bouone et Bouonotte dimmaunche oû moulan à Marie Ravenel…

Chapitre I

  1. Il acrasait de plleure, l’iâo dépurait à siâotaées du lermyi, cha dépêlait, cha déquerquait, i ventait, il écllairait : no-z-y veyait quâsiment  coume en pllen jou ! Oû louen, cha quadrâlait, cha cllincâllait de touos bords, no-z-entendait le Bouon guieu rouolaer ses caillous : i devait en avaer eune bouone appalaunquie, quiques bouones bannelaées à quériaer, il en faisait eun vaquerme !

    Il pleuvait à grosses gouttes, la pluie coulait à seaux du larmier, ça tombait à verse, à torrents, ça ventait, ça éclairait : on y voyait presque comme en plein jour ! Au loin, le tonnerre grondait, ça résonnait de tous côtés, on entendait le Bon Dieu rouler ses cailloux : il devait en avoir une bonne quantité en réserve, quelques bonnes bannelées à charrier, cela en faisait un vacarme !

Eun abat d'iâo chu meis de juilet...

Eun abat d’iâo chu meis de juilet…

 

   Le vent vîpait, lochait le hâot des âbres, ratoupinait dauns la couor et se coulait souos les crouésies… I ouinait coume si les sé diablles s’étaient happaé la coue. La couverture allait paé mens paé s’n allaer oû vent ! I faisait touos les métyis ! No-z-était ampraès âot, le fein était rentraé sus les solyis, le froument et le sibéri itou ; d’hivé, no battrait dauns la graunge : le mâovais temps emposerait paé baêtes et gens d’avaer à magi oû gros de l’hivé… 

   Le vent hurlait, secouait le haut des arbres, tournoyait dans la cour et s’infiltrait sous les fenêtres. Il poussait des cris aigus comme si les sept diables s’étaient coincé la queue. La toiture n’allait quand même pas s’envoler ! Quelle tempête extraordinaire ! On était à la fin de l’été, le foin était rentré dans les greniers, le blé et le sarrasin aussi ; cet hiver, on battrait dans la grange : le mauvais temps n’empêcherait pas bêtes et gens d’avoir à manger au plus fort de l’hiver…

 

Cha vouèche dauns les fuules du tilleu...

Cha vouèche dauns les fuules du tilleu…

    Bouone, bouguie dauns sen lyit oû mitaun de tout çu trumutu-lo, en grégeolait de freid dauns sa queminse ; ol érait paé deû yête crétie coume chenna rapport qu’ol avait eune bouone cherge de lanne et eune castalouène sus lyi.

    Bonne, lovée dans son lit au milieu de tout ce vacarme-là, en tremblait de froid dans sa chemise ; elle n’aurait pas dû être gelée ainsi parce qu’elle avait sur elle une bonne couverture de laine et une plus fine, de Catalogne.

 

Granit et schistes du Val-de-Saire...

Granit et schistes du Val-de-Saire…

    Bouone avait à mitan poue, ol érait peu s’anichi dauns le lyit d’aveu sa mère, dauns l’appartement d’aras le syin, coume âotefeis dauns sa petite âge, seument, anhyi, ch’était sa drényire nyit dauns le cabinet iyoù qu’ol avait couchi d’aveu ses sœurs. Deman, cha serait quitte pis qu’ol allait se maddiaer : o pourrait s’accotinaer tout counte sen bouonhoume ! D’aveu li, ol érait pus jammais poue, pus jammais freid, ol en était byin seue !

   Bonne avait à moitié peur, elle aurait pu se blottir dans le lit avec sa mère, dans la chambre juste à côté de la sienne, comme autrefois dans son enfance, seulement, aujourd’hui, c’était son ultime nuit dans la chambre où elle avait couché avec ses sœurs. Demain, ce serait fini puisqu’elle allait se marier : elle pourrait se réfugier tout contre son mari ! Avec lui, elle n’aurait plus jamais peur, plus jamais froid, elle en était absolument sûre !

 DSC09514

  2.  Cha yétait, il ’taient pendus à la mairerie dé depis pus de treis semannes et, à syis heures d’arlevaée (il avaient termaé pouor syis heures rapport que les gens qu’étaient de neuche avaient leus petit tripot à faire tcheu yeus devaunt que de s’en venin, et pis, si no voulait paé trop tergi pouor magi…), si le temps pouvait en ête, si la pêle pouvait se rétchuraer eun miot, eun écâodilloun de solei cha ferait brin de ma !

     Les bans du mariage étaient publiés depuis plus de trois semaines et, à dix-huit heures (ils avaient pris rendez-vous pour six heures du soir à cause des invités qui avaient leur travail à faire chez eux avant de venir, et puis, si on ne voulait pas être trop tard pour manger…), si le temps pouvait se mettre au beau, si la poêle pouvait se désencrasser, si le ciel pouvait se dégager, un rayon de soleil ne ferait pas de mal !

Cha rest le solé, taunt muus !

Cha rest le solé, taunt muus !

 

     À syis heures, o dira « Veire », et Touène itou mahène byin. I merquerount leus noums dauns le bas du dupllicata, achteu o pourra sâotaer oû co à Touène et l’embrachi sauns se muchi des gens, de ches mâodites laungues de coue de quyin des balaundyires du hammé. Ah ! Les sapraées baveresses et leus bagoulages !

    À six heures, elle dira « Oui », et Antoine aussi naturellement. Ils inscriront leurs noms au bas de l’acte, alors elle pourra sauter au cou d’Antoine et l’embrasser sans se cacher des gens, de ces méchantes langues de vipères des cancanières du hameau. Ah ! Les sacrées médisantes et leurs ragots !

Les vents de goule, cha lus counaît !!

Les vents de goule, cha lus counaît !!

 

  

    Bouone savait luure, écrire et coumptaer : sa mère avait élugi la taête à sen père jusqu’à qu’i l’envie à la petite école : o y’avait apprint tout chenna qu’o voulait, ol avait byin de l’ingamo. Ol érait byin aimaé luure des lives, seument, tcheu yeus, yen avait qu’yeun : le live de messe qu’ol avait-z-eu à sa commeunioun. Leus père counaissait ses lettes byin à penne et i luusait paé la politique. Quaund qué le piétoun, eun coup par attrape, leus baillait quique mot d’écrit, ch’était tréjous lyi qui luusait : ol en ’tait reide fyirte !

     Bonne savait lire, écrire et compter : sa mère avait usé la tête de son père jusqu’à ce qu’il l’envoie à l’école primaire : elle y avait appris tout ce qu’elle voulait, elle était très intelligente. Elle aurait bien aimé lire des livres mais, chez eux, il n’y en avait qu’un : le livre de messe qu’elle avait eu à sa communion. Leur père déchiffrait tout juste les lettres de l’alphabet et ne lisait pas le journal. Lorsque le facteur, une fois par occasion, leur apportait une lettre, c’était toujours elle qui lisait : elle en était très fière !

Magène Fichet, maîte d'école, guette les probllèmes de caltchul...

Maurice Fichet, maîte d’école, guette les probllèmes de caltchul…

 

  Ses frères et ses sœurs savaient itou luure et coumptaer, seument fallait paé leus demaundaer graund dé dequei. Pouor signi leus noums, i faisaient eune croué, et d’aveu byin du ma enco (ch’était byin dévrisaé s’i faisaient paé eun brouilloun en pus) : il avaient brin d’arténette !

   Ses frères et sœurs savaient aussi lire et compter, mais il ne fallait pas leur demander grand-chose de plus. Pour signer leurs noms, ils traçaient une croix, et encore non sans mal (c’était bien étonnant s’ils ne faisaient pas une grosse tache en plus) : ils n’avaient aucune facilité !

3. Dauns sen lyit byin trop counséquent pouor lyi, byin abriaée souos le rédédoun, ol avait la taête qui li marchait. Dauns le found de lyi, ol avait biâofaire de haïauntise counte sen père et cha, ch’était rapport és vents de goule.

Oû cllai de leune

Oû cllai de leune

   Cha faisait pouortaunt eune pâose qu’il avait décapelaé. (…) Bouone s’armettait de çu jou-lo, ch’était enco dauns sa taête : sen père se racachait de la feire, il avait eun miot tergi, il était nyit  (…). Les éfaunts et leus mère veûtent byin qu’il ’tait d’eune himeu d’herche,

Ch'est le gâs Chinot, de Fllémaunville, qui mène le queva...

Ch’est le gâs Chinot qui mène le queva…

i se mint à s’ébrailli :

  —  Qui que no m’a dit c’t arlevaée !?

   —  … ?

   —  Ch’est à tei que je prêche Bouone ! Qui que no m’a dit ?

   —  … ?

   —  Ah veire ! T’en fais de belles ! No t’a veue pusurs jouors de raung prêchi d’aveu Batiste, le gas oû Fèvre. Qui que vous mayaundaez touos déeus ? Vyint-i paé t’aindyi à traire ? Fâorait pus mais que cha !

DSC08798

À ten âge, ma file, cha deit paé yête le bas qui quemaunde le hâot ! Ch’est-i que tu vas te mette à couoyi la vésoun ? Ah ! Mâodit Bouon Guieu, je m’en vas te douébi !

   —  Mais je faisiouns ryin de ma, je décidiouns eun miot devaunt qué de nous racachi tcheu nous gens, j’i paé mens dix-huit auns ! 

Ch'est eun bouon gâs, le Touène !

Ch’est eun bouon gâs, le  Baptiste !

DSC08834

   Dans son lit bien trop immense pour elle, bien abritée sous l’édredon, elle ne cessait de réfléchir. Au fond d’elle-même, elle avait beaucoup de ressentiment à l’égard de son père et ça, c’était à cause des racontars.

   Cela faisait pourtant un moment qu’il était mort. (…) Bonne se rappelait bien de ce jour-là, c’était encore dans sa mémoire : son père s’en revenait de la foire, il s’était un peu attardé ; il faisait nuit (…). Les enfants et leur mère virent bien qu’il était d’une humeur de chien, il se mit à beugler :

  —  Qu’est-ce qu’on m’a dit cet après-midi !?

  —  … ?

  —  C’est à toi que je parle Bonne ! Qu’est-ce qu’on  m’a dit ?

  —  … ?

  —  Ah oui ! T’en fais de belles ! On t’a vue plusieurs jours de suite discuter avec Baptiste, le fils de Lefèvre. Qu’est-ce que vous combinez tous deux ? Il vient t’aider à traire pour sûr ? Manquerait plus que ça ! À ton âge, ma fille, c’est pas le bas qui doit diriger le haut ! C’est-i que tu vas devenir une putain ? Ah ! Sacré Bon Dieu, je m’en vais te mâter !

  —  Mais nous faisions rien de mal, nous causions un peu avant de rentrer chez nous, j’ai quand même dix-huit ans !       

Bouone, ch'est men p'tit noum !

Bouone, ch’est men p’tit noum !

 

Bouone oû marchi de Valouène prêche à ieune amin...

Bouone oû marchi de Valouène prêche à ieune amin…

4.  I halit sa cheinture et li passit eune freulaée coume ol en avait jammais archeu, ol avait enco la merque de la bllouque sus le bas des rens ! Ch’est sa mère qui l’arrêtit.

DSC08734

    Ah les vents de goule ! Y’a des criyatures qu’ount eune bouone caquetouère et paé gros dé dequei faire tcheu yeus !

DSC08723    Quique temps devaunt çu coup de temps-lo, les Marie-caquetouoses du hammé avaient digouési sus sa soeu Jeanne qui s’n allait sus ses dyis-set auns, y’en a tréjous qui vount oû devaunt des nouvelles coume eun quyin de cache qui prend le frai. «  Ol avait ’taé apercheue d’aveu le gâs à Ugène, souos la haie de la graunge és dîmes et i faisaient byin âote seit qué dé devisaer ! »

Ch'est oû doué que les nouvelles s'évâopillent és quate vents !

Ch’est oû doué que les nouvelles s’évâopilent és quate vents !

   Qui qu’avait dit leus père ? Ryin ! Il avaient même paé-z-eu eune entreprinse oû sei à soupaer ! (…) « Coume no dit tcheu nous : Tchu veu est pouen perdeu, tchu tâtaé est byin aventuraé ! Je vourais paé que no dise que tu tyins muus sus le dos qu’eune fâocile… Coume jé le dis tréjous, les joueries vyinnent tréjous à ma. Devaunt qué de jostaer coume chenna, vâorait muus passaer souos la perque ; si touos déeus cha s’acaunche byin, José a qu’à en prêchi à ses gens : mei et ta mère, je serouns d’arraungement »

    Et cha feut quitte ! Quiques meis ampraès, Jeanne feut maddiaée !

   Il retira sa ceinture de cuir et lui flanqua une volée comme elle n’en avait jamais reçu, elle en avait encore la marque de la boucle sur les fesses ! C’est sa mère qui l’arrêta.           

    Ah les commérages ! Il y a des femmes qui ont la langue bien pendue et pas grand-chose à faire chez elles !

DSC08733

Quelques temps avant ça, les Marie-caquettes du quartier avaient déblatéré sur sa sœur Jeanne qui allait bientôt avoir dix-sept ans, il y en a toujours qui vont au devant des faux-bruits plus vite qu’un chien de chasse flairant la piste du gibier : « Elle avait été entrevue avec le fils d’Eugène, sous la haie de la grange aux dîmes et ils faisaient bien autre chose que de discuter ! »

   Qu’avait dit leur père ? Rien ! Ils n’avaient même pas eu une remarque le soir en soupant ! (…) « Comme on dit chez nous : cul vu n’est point perdu, cul peloté est bien mal engagé. Je ne voudrais pas que l’on dise de toi que tu tiens mieux en équilibre sur le dos qu’une faucille… C’est ce que j’ajoute toujours : les petits jeux finissent mal. Avant de s’amuser ainsi, vaudrait mieux passer sous la perche à l’église ; si tous les deux vous vous entendez bien ensemble, Joseph n’a que d’en parler à ses parents : ta mère et moi, nous verrons à arranger ça ». 

    Et ce fut tout ! Quelques mois après, Jeanne était mariée !

Jeanne le jouo de sen maiage

Jeanne le jouo de sen maiage

DSC08883DSC08853

 DSC08866

5.    Jammais o s’était ramiôlaée d’aveu sen père. Ch’est seu, ch’était paé eun embrachous (…). Dauns des coups, i féchounait des souffllets dauns du ros pouor ses éfaunts, des cannepétyires itou dauns des braunques de su ; pouor lyi, yavait jammais ryin. Parfeis, i se racachait du marchi de Valouène d’aveu eun chucre d’orge, quaund qu’il avait byin vendeu sen buure. Yen avait paé tréjous pouor lyi.

DSC08887

   —  Ah ! Ma pouore Bouone ! qu’i li disait, iyoù que j’i-t-i la taête ? Je sais pus coumptaer, je sais pus coumbyin que j’i dé petiots ; ch’est tei la pus vuule, tu vas byin coumprenre… T’en éras yeun la semanne qui vyint. 

    Elle ne s’était jamais rabibochée avec son père. C’est certain, c’était pas un tendre (…). Parfois, cela arrivait qu’il fabrique des sifflets dans du roseau pour ses enfants, des pétoires également dans des branches de sureau ; pour elle, y avait jamais rien. Des fois, il rentrait du marché de Valognes avec un sucre d’orge, lorsqu’il avait bien vendu son beurre. Il y en avait pas toujours pour elle.

     —  Ah ! Ma pauvre Bonne ! lui disait-il, où qu’j’ai la tête ? Je sais plus compter, je ne sais plus combien qu’j’ai d’enfants ; c’est toi la plus âgée, tu vas bien comprendre… T’en auras un la semaine prochaine. 

DSC08768

   D’aveu sa mère, ch’était paé de même ; parfeis, ol ’taient toutes déeus dauns la tchuusène, o s’en venait s’anichi sus lyi, la bouone fème la carluusait eun miot, li faisait lola et o demeuraient toutes déeus à se tenin à brachies. Dauns des coups sa mère la couéffait : o li faisait eune choupette ou byin des cacanettes, o li pouésait eun biâo ribaun dauns les queveurs. « Coume ol est jatile ma fillette, ma Bouonotte ! La Renne d’Espane est paé joulie coume lyi ; dauns dyis auns touos les gâs du trige serount à ses pyids, que li disait sa mère… Ch’est sen père qu’en éra des coups de capé ! » Les reues du banné criaient à l’huile le loung de la parei de la couor, le père rarrivait, la mère muchait byin vite les queveurs de sa petiote souos sa bounette de fi et o s’armettaient à tripotaer dauns la maisoun.

   Avec sa mère, ce n’était pas la même chose ; certaines fois, elles ’taient toutes les deux dans la pièce principale, elle venait se blottir sur elle, la mère la câlinait un peu, la cageolait en chantonnant, et elles restaient à se tenir toutes deux embrassées. Quelquefois sa mère la coiffait : elle lui dressait une mèche sur la tête ou bien lui faisait des anglaises, elle lui nouait un beau ruban dans les cheveux. « Comme elle est belle ma fillette, ma Bonnotte ! La Reine d’Espagne n’est pas aussi jolie qu’elle ; dans dix ans tous les gars du coin seront à ses pieds, lui disait sa mère. C’est son père qu’en aura des coups de chapeau ! » Les roues du banneau couinaient en longeant le mur de la cour, le père revenait, la mère cachait bien vite les cheveux de sa gamine sous sa coiffe et elles se remettaient à tripoter dans la maison.

DSC08767

6.   Coume ch’était lyi la pus vuule, ol avait panagyi ses frères et sœurs : chaungi les drapiâos, les laungets, les couchous, berchi les pus jannes dauns leus ber, dui les sapraées brélettes qu’étaient brin chucraées, o faisait chenna touos les jouors. Ah les mâodits frélaumpyis ! I lyi avaient dounaé byin du capi, ol avait-z-eu byin du ma d’aveu yeus, no peut dire qu’il l’avaient faite arvive. Ol avait ’taé byin moûtraée, o souennerait ses quenâles coume i fâot.

  Comme c’était elle la plus vieille, elle s’était occupée de ses frères et sœurs : changer les langes, les couches, bercer les plus jeunes dans leur berceau, dresser les espiègles qui n’étaient pas faciles, elle faisait cela tous les jours. Ah les maudits vauriens ! Ils lui avaient donné bien du souci, elle avait eu beaucoup de mal avec eux, on peut dire qu’ils l’avaient faite enrager. Elle avait été à bonne école, elle soignerait ses enfants convenablement.

 DSC08755

    L’ouvrage li faisait paé poue, Bouone halait paé sen tchu d’arryire, ol ’tait quoeurue : d’étaé, ol aindait oû fein, o râtelait, ol enraunçait, o fanait, o tassait les bottes dauns les grényis. D’aveu sa mère o tchuusait le fricot, ch’est enco lyi qui lavechinait les abaisses et les castroles dauns le lévyi, ol ’tait byin monigaunte et ol avait byin de l’obiche. Ses frères, d’hivé, demeuraient à écopi dauns les tisouns, d’arnouvé et d’étaé i busoquaient eun miot mais no les réforchait brin.

   L’ouvrage ne lui faisait pas peur. Bonne n’était pas tire-au-flanc, elle était courageuse : l’été, elle aidait au foin, elle râtelait, elle mettait le foin en rangs, elle fanait, elle tassait les bottes dans les greniers. Avec sa mère elle faisait la cuisine, c’est encore elle qui lavait les plats et les casseroles dans l’évier, elle était très active et elle avait de l’initiative. Ses frères, l’hiver, restaient à cracher dans les braises ; au printemps et en été, ils travaillaient un peu mais on ne les obligeait pas.

DSC08797

   Oû matin, devaunt la clloque, paé besouen de la criaer pouor la déheuqui et, oû sei, no la viyait juquie sus sen quétoun d’aveu ses connes byin relisauntes. Sen père avait paé louaé eun daricot, ch’était lyi la triolette ! Ses sœurs gelaient paé la freid dauns les cllos, cha érait ’taé byin drévisaé si ol avaient-z-eu des casseures és mans ou byin les dépêlaées d’iâo sus le dos, la boe, la vatre dauns les caches : ch’était pouor Bouone ; et no leus disait jammais ryin, no leus demaundait jammais ryin, tout chenna li avait byin des coups rabûqui la taête. D’où vyint que leus père faisait taunt de partialitaés ?

   Le matin, avant l’angélus, pas besoin de l’appeler pour la faire lever et, le soir, on la voyait grimpée sur son âne avec ses cannes bien luisantes. Son père n’avait pas engagé un aide pour la traite, c’était elle qui trayait ! Ses sœurs ne se gelaient pas dans les champs, ç’aurait été bien étonnant qu’elles aient eu des engelures aux mains ou les grosses averses sur le dos, la boue, la fange dans les chemins : c’était pour Bonne ; et on ne leur disait rien, on ne leur demandait rien, tout cela lui avait bien des fois tourné dans la tête. Pourquoi son père avait-il tant de parti pris ?

DSC08729

   D’arryire ou d’hivé, à la villie, le père avait tréjous quique pannyi à féchounaer ou à renfounçaer ; la mère rapyichetait les braies ou les rengenouillait, raquemodait les câoches ou les queminsoles de pé des uns et des âotes. Bouone, lyi, mountait sen troussé, ol ’tait reide snaiqueuse et ol avait byin du gingin. Ma fei, o sera byin attrousselaée, o sera paé chentaée probablle, ol éra paé mens dé dequei raungi dauns s’n ormouère, sen bouonhoume la prenra paé tchu tu nu ! Ses sœurs avaient-z-eu eun troussé d’acat.

   À l’automne ou en hiver, à la veî llée, le père était occupé à tresser un panier ou à y remettre un fond ; la mère rapièçait les culottes ou cousait des pièces aux genoux, reprisait les chaussettes ou les tricots de corps des uns et des autres. Bonne, elle, faisait son trousseau, elle était très soigneuse et avait beaucoup d’habileté. Ma foi, elle aura un beau trousseau, elle n’aura pas cent pièces de chaque sorte probablement, mais elle aura tout de même de quoi ranger dans son armoire, son mari ne la prendra pas sans rien avoir à se mettre ! Ses sœurs avaient eu un trousseau acheté tout fait.

DSC08843DSC08918

   (à suivre…)

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Faête és Normaunds, Livres en normand, Saisons