Archives de Tag: Normand

51 A la ville. Paris, pollution de l’air. A men leisi…

Cha yest, m’arveilà de la ville-lumyire ! La syinne qui veit le pus de tourrisses oû mounde ! Paris byin seur.

Paris écllairaé, mais Paris pollué !
Paris populaire, … mais Paris de minsère !
Paris vert, … et Paris vert-de-gris…

À la ville,

pouème de Marcel Dalarun

launluuraé par Donnié Bourdelès

CD Eun miot de souovenin et live À men leisi

DSC09567

Pus de 480 bouones gens ount mouoru sus les trottouères à paris l'annaée passaée...

Pus de 480 bouones gens ount mouoru sus les trottouères à Paris l’annaée passaée…

et annyi lundi le 17 dé mâr, ya que les banniâos és liméros impairs qu'ount le dreit de viagi ! Je vous dis paé qu'i yen a qui vount co affolaé !

et annyi lundi le 17 dé mâr, ya que les banniâos és liméros impairs qu’ount le dreit de viagi ! Je vous dis paé qu’i yen a qui vount co affolaer !

No-z-y véyait paé byin de quei venrédi et cha picotait l's uurs. Falaiit byin faire quique seit ! D'aveu les moteus oû diésé, no happe dauns le gosyi de quei qui vouos ahoque et vouos fait teuqui ! Ch'est paé bouon pou la couoraée !

No-z-y véyait paé byin de quei venrédi et cha picotait l’s uurs. Falait byin faire quique seit ! D’aveu les moteus oû diésé, no happe dauns le gosyi de quei qui vouos ahoque et vouos fait teuqui ! Ch’est paé bouon pou la couoraée !

A men leisi, Editions L'Harmattan, Paris, 2004.

A men leisi, Editions L’Harmattan, Paris, 2004.

DSC09633

Ch'est l's électiouns, ya du câtu !

Ch’est l’s électiouns, ya du câtu !

DSC09535

DSC09533

DSC09526

DSC09515

ville 2 001DSC09664

DSC09637DSC09638DSC09522

A la ville 1 fr 001

DSC09511

ville 2 fr 001

les Halles

les Halles

DSC09509

DSC09537

DSC09647DSC09503

Des gardins oû hâot des touétures !

Des gardins oû hâot des touétures !

DSC09502

DSC09558

DSC09516DSC09613

DSC09670DSC09672

DSC09676

DSC09681

DSC09717

1 commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Cotentin, Ecologie, Livres en normand, météo, Saisons, Uncategorized

49. Nos grands-mères, CD Je syis magnifique ! 12. Touorne men rouet d’Alphonse Allain

Continuons  de découvrir les textes du dernier CD Je syis magnifique ! produit  par l’association  Magène.

Voici la plage 12. Touorne men rouet (paroles d’Alphonse Allain/ mélodies de Daniel Bourdelès) 2’45.

Alphonse Allain, auteur d'un grand nombre de poèmes mis en musique par Daniel : CD Grans de sablle et CD L's ouées de Pirou. En voilà un qui mériterait le Prix littéraire du Cotentin (créé pour la littérature en normand, mais qui a viré sa cuti au profit des auteurs en français !)

Alphonse Allain, auteur d’un grand nombre de poèmes mis en musique par Daniel : CD Grans de sablle et CD L’s ouées de Pirou. En voilà un qui mériterait le Prix littéraire du Cotentin (créé pour la littérature en normand, mais qui a viré sa cuti au profit des auteurs en français !)

Vous pouvez retrouver la chronique « Parlez-vous normand ? » et écouter un grand nombre de chansons produites par Magène sur le site Internet de France Bleu ou en cliquant sur le site magene.com pour avoir directement France Bleu Cotentin. (Remarque : Il est simple aussi d’accéder par magene.com au blog « langue normande »).

Bien sûr la qualité du son sur le site de France Bleu n’est en rien comparable à celle du CD ! Bruno Morisetti et les quatre musiciens-chanteurs du groupe ont fait des merveilles en studio d’enregistrement. Qualité professionnelle. Attention ce CD a un tirage limité et tous nos CD s’épuisent les uns après les autres. Etes-vous certains d’avoir la collection des 14 CD Magène ???

12. Touorne men rouet

normande ad 385

Alphonse emploie beaucoup de vocabulaire normand savoureux, simple et authentique, en restant ici dans l’esprit du grand Georges Métivier, poète qui vivait à Guernesey au temps de Victor Hugo et a écrit plus de 6 000 vers en normand de grande qualité.

Touorne touorne ma chignolle,

Ô j’espère1 men byinaimaé. 

Touorne men rouet que j’envignole,

Le v’lo ! Jé le sens derryire mei !

 rouet 001

O débasotte2 Fraunchounette !

Ch’est d’la fâote à Jaquinot,

Lé rouoge mouojut sa panette3

Quaund s’acache4 sen graund picot5 !

 DSC00686

Le jou qui li baillit d’s aunguules,

Du couop sen quœu tressâotit.

Les pouents sâotîtent dé s’n aiguule,

Quaund pouo la baisi i se penchit !

fille au rouet 001

Ol est touote éberlusaée6,

I ya bailli eun bâoquet.

En ch’té seiraée dé renouvé7,

I ya dit : je vouorais te ma’iaer !

DSC00688

Touorne touorne ma chignole,

Jaquinot men anortaé8

M’a dit : j’ t’aime ! Men quœu s’évole

Par ch’té belle seiraée d’étaé ! (bis).

 9 mars Les Goublins à Réthoville

1 j’attends, 2 Elle déraisonne, 3 mange ses taches de rousseur, 4 arrive, 5 dindon, nigaud, 6 éblouie, 7 printemps, 8 épris.
La carte postale authentique de La Dentelière, poème de Joseph Mague qui a donné son titre au précédent album du groupe Magène (couverture cartonnée reliée, 50 pages couleur) ; les filles de Joseph Mague ont posé pour cette photo à Balleroy, prise par l'éditeur des cartes Fertard.

La carte postale authentique de La Dentelière, poème de Joseph Mague qui a donné son titre au précédent album du groupe Magène (couverture cartonnée reliée, 50 pages couleur) ; les filles de Joseph Mague ont posé pour cette photo à Balleroy, prise par l’éditeur des cartes Fertard.

 

Alphonse Allain. Le Cotentin men pais, p. 157, Querqueville.

Merci aux acteurs involontaires de cette mise en images, membres de groupes de reconstitution des danses populaires normandes (photos prises en 2013 à Rocheville et Réthoville (Nord-Cotentin).

Carte postale couleur : prêt Michel Le Bas.

Carte Mague : Michel Gandon ou Alain Marie.

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Bessin, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Juin 1944, Livres en normand, Vocabulaire

41. Nos grands-mères, CD Je syis magnifique ! 3. Le devaunté d’Alphonse Allain et la météio

 Le devaunté, ch’est le tabllyi que no met…

devaunt sei !

 Alphonse Allain a su, à partir d’un simple tablier, nous ramener à notre enfance… Le devaunté (mot qui vient de « devaunt tei ») joue-t-il encore un rôle pour les enfants d’aujourd’hui ? Peut-être a-t-il trouvé un substitut, mais lequel ?

A la fête du moulin de Rhétoville, Le Pays de Valognes et Les Goublins, fidèles au costume traditionnel

A la fête du moulin de Rhétoville, Le Pays de Valognes et Les Goublins, fidèles au costume traditionnel

3. Lé devaunté       

Jé me souovyins de sen tabllyi :

Ch’tait eun graund devaunté touot blleu

Par derryire qu’était pouési1

Chaffetaé2 et passaé de couleu (bis).

Dessin dans Bouone et Bouonotte de Maurice Fichet

Dessin dans Bouone et Bouonotte de Maurice Fichet

O le ballochait3 à la brèque

Pouor rapassaer les petits viâos

Et o lé rempllissait de bûquettes

Qu’ol engllannetait dans les cllos.

Devaunt l’âtre, o savait le lochi4

Quaund fallait rémôqui le feu

Et ch’tait quemode dauns le poulailli

Pouor ramassaer les œus…

 DSC08357

Sen devaunté iyoù qu’o m’ttait

Les biaôs légueumes du gardin,

Pannais, carottes et pourés,

Braunques dé loryi et du thym (bis).

Ch’est enco d’aveu sen tabllyi

Que la goule quiquefeis o nouos torchait

Quaund, lermaunts et débâochis5,

Quiques déhaits6 nouos chaboulaient.

Tablier fait avec de la toile américaine après la guerre, utilisé pour mettre les épingles à linge

Tablier fait avec de la toile américaine après la guerre, utilisé pour mettre les épingles à linge

Qu’il était quemode pouo se camuchi

Quaund eun horsin s’apprèchait ;

En ryin d’temps souos sen tabllyi

Touos fouorous7 no s’y muchait.

I me souvyint d’eun sei d’hivé…

Dauns sen devaunté bouossounaé,

Bouguie8, je l’i veue plleuraer :

Pépère s’en était allaé… (bis)

Chenna j’peus l’dire sauns hénéqui9,

Veire, et j’peus l’dire hâot et cllai :

Ya pus ryin qu’a remplléchi

Lé devaunté dé nous graund-mères…

1  noué, 2 auréolé, 3 et 4 secouer, 5 désemparés, 6 accidents de santé, 7 peureux, 8 recroquevillée, 9 hésiter.

Alphonse Allain, Le tabllyi de ma graund-mé. CD « Je syis magnifique ! » et dyisyîme live à venin, Querqueville, 1er trimestre 2014.

DSC09347Météio : Deman sammedi à Bricbé, cha rest l’Assembllaée généralé és Amins du Donjon. Cha vente tréjous ! Allaez à voute leisi d’aveu vos quérettes à pétrole, ch’est casuel et ya byin d’s accidents et des déhaits…

Le 12 dé févri sus la 13 à Valouones

Le 12 dé févri sus la 13 à Valouones

Vos pouvaez vous faire sâossaer et péeut yavaer co du grési à la relévaée…

Sus le su de m'n hus / Sur le seuil de ma porte

Sus le su de m’n hus / Sur le seuil de ma porte

Et la nyit ch’est enco eune ventaée de surouêt byin esposaunte…

à Bricbé le jéeudi 20

à Bricbé le jéeudi 20

Météo : Demain samedi à Bricquebec avis de coup de vent. Quelques averses faibles le matin, averses avec possibilité de grêle l’après-midi. Vent fort. Pour la nuit de samedi à dimanche, attention, très fortes rafales…

Ichin dauns le virage de la côte de Cattigny à Bricbé, eune file de vingt auns a mouoru chu lundi-chin... J'en syis touot acabâssaé...

Ichin dauns le virage de la côte de Cattigny à Bricbé, eune file de vingt auns, Marie, a mouoru chu lundi-chin… J’en syis touot acabâssaé… Achteu ya des pancartes Danger, il ‘tait byin temps !

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Ecologie, Juin 1944, Livres en normand, météo, Saisons, Vocabulaire

37. Nouveau CD du groupe Magène. 2. La poume rouoge…

(Météio à Bricbé pou lé 5 et le 6 dé févri à la fin de chu billet)

Théo Capelle reprend sur le CD « Je syis magnifique », La poume rouoge, un joli poème de Marcel Dalarun mis en musique par Véronique Pézeril.

DSC05517

Le premier enregistrement avait été réalisé avec les élèves de Quettetot, CD « Caunchounettes : Le Petit Goubelin ». © Magène 2000. Quelques CD encore disponibles uniquement sur notre site magene.com. Les enfants et les grands adorent !

DSC05439

Dans cette nouvelle version, Théo chante refrain et couplets. 

Dauns men p'tit cllos à La Leuzerne dé Hâot, eune poume veurt paé tumbaer ! Photos 2005.

Dauns men p’tit cllos à La Leuzerne dé Hâot, eune poume veurt paé tumbaer ! Photos 2005.

2. La poume rouoge

A Valouones, lé 5 d'octobe dé 2013, expo de 130 variétaés de poumes à couté ou byin à beire

A Valouones, lé 5 d’octobe dé 2013, expo de 130 variétaés de poumes à couté ou byin à beire

 
Refran :

Le vent d’arryire
Souffle dès où matin

DSC02560

Le vent d’arryire
Souffle dauns le gardin
Le vent d’arryire
Souffle sauns délâqui1
Le vent d’arryire
Souffle dauns le poumyi…

Refran

1. Le vent d’automne souffle sans relâche

ph pomme rouge 001

1 – Et la poume loche
Sauns décessi…
Et à fène forche
Qué de lochi2

 2. bouger, être secouée, se balancer

couplet 1 – bis

Refran

DSC05561 

2 – Poume rouoge
qui débouoge
Va terri…
dauns qui ?   

2 – bis

Poume rouoge
qui débouoge
Va terri…
Dauns men pannyi !

DSC05542

Marcel Dalarun, À men leisi, p. 121. Poèmes bilingues. Éditions L’Harmattan, Paris, 2004, 20,50 €. (Nous avons retrouvé 5 ex.)

IMG_3271

Prochain concert Magène Théo accompagné par Dany : à Grandcamp-Maisy, dimanche 2 mars 17 h. Trois jours d’animations normandes à Isigny et environs.

Vos pouvaez enco entenre Théo et mei dauns vous coumpiouteus sus le trige de Fraunce blleu Cotentin, ch’tait le 4 févri à 6 h et quart du sei.

 Une CD caunch 001couv cd caunch dos 001

Météio à Bricbé pou lé 5 et le 6 dé févri dé 2014 :

méquerdi 05 dé févri

Annyi méfious des coups de vent. Byin des nuaées dauns le cyil. De l’orage dauns la relévaée, cha se pourrait byin. Des haraées et cha peut dépêlaer par coups. De fortes ventaées, ch’est reide seur, et pis touot pousse à yavaer  quiques abats d’iâo. Ch’té nyit méfious du vent de surouêt qui forcit à chent à l’heure.

Aujourd’hui à Bricquebec avis de coup de vent. Ciel très nuageux, possibilité de foyers orageux en cours d’après-midi. Averses temporairement assez fortes. Vent fort. La fiabilité de la situation est bonne, avec des conditions propices au développement de grains violents. Cette nuit avis de vent fort du Sud-Ouest..

jéeudi lé 06 dé févri

  Cha n’amende brin chu jéeudi, d’o des rafales de pus de 80 km / h. Le temps s’abernâodit par nuaées couoresses. I plleut de pus en pus dauns l’arlévaée. Fort vent forain (du Su). Fâot s’attende à ce que cha n’amende brin. Chu vent d’ava forcit enco par coups dauns la nyit, ch’est reide esposaunt, méfious byin.

Demain jeudi à Bricquebec prudence, violentes rafales. Ciel couvert et sombre par nuages de mauvais temps. De la pluie qui s’intensifiera au cours de l’après-midi. Vent assez fort. La fiabilité de la situation est assez bonne, avec l’arrivée de la perturbation qui se confirme. Pour la nuit de jeudi à vendredi, attention, très fortes rafales de vent.

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Ecologie, Livres en normand, Saisons, Vocabulaire

36. La Hague, ch’est d’abord eun payis ! La fin de La Hague ? CD, 9. La Hague

 La Hague, ch’est d’abord eun payis !

Théo Capelle et Jean-Louis Dalmont le 5 de mar dé 2010

Théo Capelle et Jean-Louis Dalmont le 5 de mar dé 2010

  Coume dit Théo devaunt que de launluraer « La Hague », eune reide belle caunchoun d’Alphonse Allain (CD « Je syis magnifique ! ») : « Eun coup, ya eun journalisse de Fraunce Treis qu’a dit coume cha : « La Hague, ch’est itou eun payis ». Et byin mei, j’ dis : « La Hague, ch’est d’abord eun pays ! ». (Rapport que no pense achteu en prémyi à l’usène de La Hague, la mâlyire atomique yoù que no met cha qui demeure ampraès yête dégrabolisi dauns les chentrales nuclléaires coume la syine de Flleumaunville…).

comenius 371

9. La Hague 

Des roundiâos1 équerpis2, écllataunt jâone d’or,

Graillent3 ch’tu bouot du mounde qué lé couochaunt écllaire,

 1. touffes d’ajoncs nains rongés en calotte par les moutons, 2. Eparpillés, dispersés,
 3. dorent, câoffent

IMG_9120

Le fllot oû pyid des falaîses vyint écllataer oû bord,

Ilo qu’menche l’océaun… ichin finint la terre. (bis)

Le boués-jaun écllaire La Hague

Ichin le boués-jaun (« ajoncs d’Europe, épineux ») écllaire La Hague

Quiques âbres acraunchounyis4 s’ahoquent amount le côti,

Des biquettes goulâfres5 mâquent les piquets6 doraés,

 4. chétifs, rachitiques, qui ne se développent pas 5. gourmandes, gloutonnes, voraces 6. ajoncs, épines

IMG_9102

La rouogeu du couochaunt fait saungni les roquis,

J’i janmais veu pus biâo… qué ch’té seiraée d’étaé. (bis)

IMG_9145

Touote la nature s’aniche7 dauns l’oumbre dé la nyit,

 7. s’enveloppe, s’emmitoufle

No-z-entend mais qué le brit de la mé sus les galots,

IMG_9132

Ch’est l’éternelle caunchoun des vagues dé l’infinin,

La Hague d’ichin, sâovage… accotaée à ses bllos8 (bis).

 (La Hague se prononce La rhague, h expiré.)    8. Gros rochers arrondis en bord de mer.  comenius 392

Des roundiâos équerpis, écllattaunt jâone d’or,

Graillent ch’tu bouot du mounde qué lé couochaunt écllaire.

IMG_9143

Le fllot oû pyid des falaîses vyint écllataer oû bord,

Ilo qu’menche l’Océaun… ichin finint la Terre. (ter)

IMG_9156 

 Alphonse Allain, Le Cotentin men pais, p. 85, Querqueville. Et CD « Je syis magnifique !  » (13 €, prix souscription, poste incluse. Chèque à Magène, envier à Jean-Claude Léger 5 Allée Blanche-Lande 50270 Carteret).

La Hague

Des ajoncs nains de-ci de-là, éclatants jaune d’or
Font flamboyer ce bout du monde que le couchant éclaire.
Le flot au pied des falaises vient éclater au bord,
Ici commence l’océan… Ici finit la terre.
 
Quelques arbres rachitiques s’agrippent à même le coteau,
Des chèvres voraces mangent les épines jaunes.
La rougeur du couchant fait saigner les rochers.
Je n’ai jamais vu plus beau… que cette soirée d’été.
 
Toute la nature s’emmitoufle dans l’ombre de la nuit
On n’entend rien d’autre que le bruit de la mer sur les galets
C’est l’éternelle chanson des vagues de l’infini
La Hague d’ici, sauvage… adossée à ses rocs.

 Mais pouorqui « la fin de La Hague » ?

1) Ch’est-i que l’usène va froumaer ? Impossiblle ! Yen a pouor des chents et des mille d’annaées à avei chenna sus le dos !

2) Ch’est-i que la mé va mouogi la falaise, no sait-i ? Rapport que la côte artchule mannyirement à pique de galop, les deunes sount mouogies pa les graundes maraées coume la syine de 108 que no-a-eue ches jouors. Nennin, La Hague, ch’est à pus de chent mètes de hâot oû-dessus de la mé, coume eune tablle. (Cha feut eune mountanne noumaée « le Massif Ermoriquain » qui feut dolaée, rabotaée à l’ère secoundaire pa la mé, – ch’est paé d’annyi -, et pis armountaée pus tard à chent mètes de hâot).

La Manche contre vents et marées 001… « la fin de La Hague » ?

3) Ch’est le trige de Biâomount-Hague qui prêche pouortaunt de cha !

Lian sus le trige de Biâomount-Hague :
http://www.beaumont-hague.fr/actualites/le-debut-du-xxieme-siecle-sera-t-il-fatal-au-canton-de-beaumont-hague/

Pouor les syins qui coumprennent brin le fraunceis, v’là en normaund cha qu’i disent… :

 « Oû quemenchement du XXIyîme syiclle, no verra-t-i la fâoqueresse escoffier le noum de La Hague ? »

« 1) Fâot byin qui yait oûtaunt de bouones gens et de voteus dauns chaqueun des cauntouns. Et ch’est byin qu’i yait oûtaunt de bouones fèmes qué de bouohoumes à genci le Département de la Maunche, mais « ch’est tragique » pour le noum de la Hague.

2) Par lé fait, la coumeune de Querqueville et le cauntoun de Biâoumount-Hague fount pus mais qu’ieun cauntoun, ch’est Querquéville la coumeune la pus counséquente. Le nouvé cauntoun se noumerait doun Querqueville.

« Le noum de la Hague serait effachi des cartes. Cha que no-z-argrette byin pou l’arnoumaée de noute countraée, eun trige « à l’identité affirmée » (byin seur rapport que no prêche normaund parai !) et byin couneu (d’aveu Côtis-Capel et Alphonse Allain ch’est reide seur)… !!!

Dany Pinel à la ferme-âoberge de Sant-German-le-Gaillard en 2010. Magène chauntait pour des écolyis aungllais, hongroués et espagnols (projet européen Comenius)

Dany Pinel à la ferme-âoberge de Sant-German-le-Gaillard en 2010. Magène chauntait pour des écolyis aungllais, hongroués et espagnols (projet européen Comenius)

« Michel Laurent, conseilli généra du cauntoun de Biâomount-Hague, est erganne de veî cha (pour veî sen courryi, cliquez ici).

« Sauns vouoli arprêchi de touote l’histouère de la Hague, i fâot magène byin veî que chu noum-lo armounte és Viquyins. Et âote seit, du XIyime syiclle à la fin de l’Auncian Régème, le Doyennaé de la Hague (countraée erréligieuse et judiciaire) ’tait bordaé et arcouneu pa les rivyires de la Diélette (oû Su) et de la Divette (à l’Et). La Révolution a gardaé le noum de la Hague pou le cauntoun. La Hague a une histouère. Fâot paé l’oumbélier !!! »

« Les actions menées depuis plus de 25 ans pour la promotion touristique du territoire ou l’attractivité économique reposent sur une identité forte qui fait la fierté des habitants. La Hague mérite de conserver son nom » (et sen loceis va t’en veî !! Cha l’s élus en prêchent jammais…).

D’iyoù que cha vyint le noum de Querqueville ? des Viquyins : Kerkevilla oû XXyîme syiclle, dé l’escaundinave kirkja, égllise (coume Carquebut, Criquetot…). Ch’est le village dé l’égllise.

Biâomount / Beaumont s’écrivait Bellemonte en 1156 pis Beaumont en la Hague en 1399. Et La Hague ? Ch’est escaundinave ou aungllo-sacsoun, cha veurt dire « encllos pou les âomales, les bêtes ». Le Hague-Di, cha serait le fossé de l’encllos (fossé en normaund veurt dire talus en fraunceis). Ya eun fossé reide hâot qui barre la pouente de La Hague, cha ya éto genci byin devaunt que les Viquyins s’en vyinnent ichin. Le Collège de Biâomount sé noume achteu « Le Hague-Dick », mais fâot dire « Di » coume disent co les gens d’ichin.

Pouor de mei, cha qué j’ dis, ch’est que, véyous, ya paé de quei s’affolaer ! La Hague ch’est un nom de giyographie et cha peut paé s’effachi ! Ch’est byin couneu itou – dauns le mounde entyi – coume mâlyire à plutonium ! Et cha itou les petiots de nous petits-p’tiots, fâora brin qu’il oumbéllient le noum de la Hague pouor se protégi !! No prêchera-t-i co des cauntouns à ch’t’épocte-lo ? Et pis ch’est vrai que les syins qu’ount noumaé chenna sount paé byin fins ! Ya qu’a dé le noumo le cauntoun de La Hague !

Rémin
comenius 097

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Ecologie, Saisons, Vocabulaire

35. Nouveau CD Magène byin… 1. À touos vents

 Théo Capelle chante Côtis-Capel, le grand poète de La Hague.

Voici « À touos vents »,  mis en musique par Daniel Bourdelès.
CD « Je syis magnifique ! ».Video environ 2′ :
Reportage France3

Mais en prémyi v’chin la météio :

http://france.lachainemeteo.com/meteo-france/ville/previsions-meteo-bricquebec-781-0.php

Venrédi 31 dé janvi. Ch’té nyit à Bricbé, no va avaer quiques haraées (grosses averses avec du vent, ch’paé) ! Nuaées counséquentes. Dé l’iâo suusue d’oundaées (sic) !!! Vent d’ava reide bastaunt. Ch’est seur à chent du chent.

Vendredi 31 janvier. Cette nuit à Bricquebec avis de vent fort. Très nuageux. Pluie suivie d’averses. Vent fort. La fiabilité de la situation est bonne.

Sammedi 1yi de févri : écllairgies oû matin, pis des nuaées et des chilaées d’iâo et p’tête byin des grêlaées, ventaées de suroêt, 70 km/h. Oû sei ch’est muus, quiques abiâosies et pissies de cat.

Samedi 1er février : éclaircies le matin, puis nuageux avec averses et risque de grêle, coups de vent de sud-ouest, 70 km/h. Amélioration le soir, quelques éclaircies et petites averses.

1. À touos vents

Sus le quai à Granville, le Marité...

Sus le quai à Granville

Eun houme sort dé tcheu li, coume s’i s’n allait sus l’ quai.

Les mans à sen capé, i guette les nuaes ligires…

I yest byin trop loungtemps. Cha n’ li paraît pé cllai.

Mâovaises filaches, qu’i dit en r’froumaunt la barrire.

Le Marité

Le Marité

Eun hivé, par tcheu nouos, no-z-eut eun graund coup de vent.

Les âbres en geangnaient de ma, je les guettais pa la fenaête.

DSC00872

I touorniait dauns la couor, cllaquait les contrévents,

I miâolait és crouésies. No disait : « I tempaête ! »

dauns le bouorg dé Brix

dauns le bouorg dé Brix

Byin-à-couop no-z-avait envié se couochi les petiots.

No se guettait entré nouos. No s’accotait dauns l’âtre.

Et malgré la fllaumbae, la freid nouos mountait dauns le dos.

Eun craquement nouos dréchait, eune braunque qui venait d’abatte.

 DSC09564

Et no l’imaginait dâobaunt pa les queminets ;

Et no le viyait terriblle et baliaunt les laundages,

Sâotaunt coume eun poulan és bâtyires1, és faîtets2,

Cha rappelait és pus vuurs quique journae de lus janne âge.

            1. bâtière, toit à deux versants, 2. faîtes, sommets du toit,

DSC03898

I fâot byin aimaer le vent, quaund i chaunte joulîment

És meis d’avri et d’mouai sus les cllosaes de briyère,

Quaund i n’ fait qu’eune risée sus la mé oû jusaunt,

Et qu’ les pêqueus à bord se disent en riaunt des histouères.

 DSC03918

I fâot byin aimaer le vent quaund i plleure tristément,

Cachaunt en pllen hivé ses nuaes oû ras des terres ;

Quaund i couovre la mé coume d’eun graund maunté bllaunc

Et quérie jusqu’oû pllen dé loungues épaves touotes neires.

 DSC06246

I faôt byin aimaer le vent, ch’est le Bouon Dieu qui l’a fait.

Fallait cha, magène byin3, pouor qué la terre seit bounne !

Arrêt-ouos doun eun miot, écoutaez-lé parfeis,

Much-ouos dauns eun racouen. Ch’est lo qu’i s’abaundoune…

 3. sans doute, j’imagine.

Côtis-Capel (Albert Lohier, 1915-1985), Raz-Bannes, p. 95, O.C.E.P. Couotaunches, 1970. Rases-Bannes serait une meilleure graphie car il s’agit de rochers qui affleurent, qui rasent (côte Nord de la Hague). L’orthographe de l’auteur a été conservée telle qu’en 1970 en ce qui concerne le son « a » de La Hague (verbes en er en français), écrit maintenant aé, ou aée au féminin, ce qui permet les variations orales en a ou en é  ou même en « o » (Val-de-Saire et certains autres lieux en Cotentin).

Théo à Montfiquet 24 dé juilet

Théo à Montfiquet 24 dé juilet

À

À touos vents

tous vents

  DSC04152

Un homme sort de chez lui, comme s’il s’en allait sur le quai.

Les mains à son chapeau, il observe les nuages légers…

Il y est bien trop longtemps. Cela ne lui paraît pas clair.

Mauvais cirrus, dit-il en refermant la barrière.

Graunville et la Baie du Mount-Sant-Michi

Graunville et la Baie du Mount-Sant-Michi

 

Eun houme sort dé tcheu li, coume s’i s’n allait sus l’ quai.

Les mans à sen capé, i guette les nuaes ligires…

I yest byin trop loungtemps. Cha n’ li paraît pé cllai.

Mâovaises filaches, qu’i dit en r’froumaunt la barrire.

DSC03887

Un hiver, par chez nous, on eut un gros coup de vent.

Les arbres en gémissaient de douleur, je les regardais par la fenêtre.

Il tournait dans la cour, claquait les volets,

Il miaulait aux fenêtres. On disait : « C’est la tempête ! »

 

De bonne heure on avait envoyé les enfants se coucher.

On se regardait les uns les autres. On se blottissait dans l’âtre.

Et malgré la flambée, le froid nous montait dans le dos.

Un craquement nous faisait sursauter, une branche qui venait de tomber.

 DSC03910

Et on l’imaginait errant par les petits chemins ;

Et on le voyait terrible et balayant les landes,

Sautant comme un poulain sur les toitures, sur les faîtes,

Les bâtyires du câté de Crosville-sus-Douve

Les bâtyires du câté de Crosville-sus-Douve

Ça rappelait aux plus anciens quelque journée de leur jeunesse.

 

Il faut bien aimer le vent, quand il chante joliment

Aux mois d’avril et de mai sur les champs de bruyère,

Quand il ne fait qu’un souffle rasant la mer à marée descendante

Et que les pêcheurs à bord se racontent en riant des histoires.

 DSC08095

Il faut bien aimer le vent quand il pleure tristement,

Poussant en plein hiver ses nuages au ras des terres ;

DSC03876

Quand il recouvre la mer ainsi qu’un grand manteau blanc

Et charrie jusqu’au plus haut de la marée de longues épaves toutes noires.

 

Il faut bien aimer le vent, c’est le Bon Dieu qui l’a fait.

Il fallait ça, sans doute, pour que la terre soit bonne !

Arrêtez-vous donc un instant, écoutez-le parfois,

Cachez-vous dans un recoin. C’est là qu’il s’endort…

Traduit par Bernadette Lecarpentier et R. Pézeri

Un boel (petite cour fermée) à Bayeux

Un boel (petite cour fermée) à Bayeux


Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Ecologie, Saisons, Vocabulaire

32. Mariage à Valognes du fils de Bouone avec une Valognaise : biâocoup de photos et de mots normaunds !

 Martin va épouser Marguerite. Deux cultures différentes… Le roman de Maurice Fichet est l’occasion de voir le mariage reconstitué par Stéphane Henry le 20 juillet 2013 : des photos, des photos !

Prochain billet après le 27 août : thème, les Normands en Sicile, rapport que j’vas alli dire boujou és cousins de Sicile ! Et pis profitaez-en pouor allo oû musée d’Hauteville-la-Guichard, paé byin louen de Coutaunches : ch’est d’ilo que sount partis les Normaunds és crouésades et i fûtent les roués de l’Italie du Su oû XIè et XIIè syiclle ! Et i laissîtent byin des mots dauns la laungue des Sichilians d’achteu !!! Merci byin de faire counaîte chu bllo « langue normande » ! Merci byin de suure chu bllo ! Ch’est paé finin ! D’aveu le boujou de Rémin Pézeri de Palerme à Syracuse !

Chapitre V

1.   Martin feut noumaé maîte d’école à Mountaigu, à la petite école és garçouns et sa criyature, Marguerite à la petite école és files. I quemenchîtent le prémyi d’octobe 1890.

   Martin et Marguerite se hauntaient dé depis eune bouone pâose ; dé depis qu’il avaient ’taé és écoles, i s’avaient amouorêtis. Leus gens eûtent paé graund dé dequei dire : chenna, cha pllaisait brin à Bouone. Qui qu’il avait dauns la taête sen Martin ? S’n allaer prenre eune criyature de Valouène, eune villouèse que no counaissait brin ! Des files qui l’éraient byin voulu, yen avait byin dyis à Mountaigu, et des joulies pétiotes en pus.

   Ses gens, ch’était paé des tchu-terrous, i tenaient coumerce de teile, de vrou, de couti, de drap, de droguet sus la graund pllèche. Il avaient du byin mahène. Le jou du marchi, leus boutique désempllissait paé, il avaient de la pratique.

      Martin fut nommé instituteur à Montaigu, à l’école des garçons, et sa femme Marguerite à l’école des filles. Ils débutèrent le premier octobre 1890.

   Martin et Marguerite se fréquentaient depuis un bon moment ; depuis qu’ils étaient à l’école supérieure, ils étaient tombés amoureux. Leurs parents n’eurent pas grand-chose à dire : cela, ça ne plaisait guère à Bonne. Qu’avait-il dans la tête son Martin ? Se marier avec une fille de Valognes, une fille de la ville que l’on ne connaissait pas ! Des filles qui auraient bien voulu se marier avec lui, il y en avait au moins dix à Montaigu et des jolies filles en plus.

   Ses parents n’étaient pas cultivateurs, ils tenaient commerce de toile, de velours, de coutil, de drap, de droguet sur la place principale, ils avaient du bien sans doute. Le jour du marché, leur boutique était toujours pleine, ils avaient une bonne clientèle.

Ch. V 2.          Marguerite, ch’était eune bouorquaise, ol ’tait byin rencountraée, yavait ryin à dire, seument o prêchait paé le patoués !

    Ch’était eun reide joulie criyature, tréjous prope sus lyi coume eune petite carderounette même dauns ses hardes à tréjous allaer. Ch’est paé lyi qu’érait-z-eu des câoches qu’éraient triboulaé, o trépaient paé, yavait paé de souen. Ol ’tait tréjous byin minse, mais paé coume les files de Mountaigu joraées d’aveu eun canezou et eun cotilloun de droguet. Ol ’tait paé inetou des heures de temps devaunt sen mireus à se tiponnaer, à s’abaumi, à s’effrinaer de la flleu sus le musé, à s’affûtaer, nennin, no pouvait paé li artiraer cha. Et pis, ol avait paé de bounette de fi, o se pouésait eun ribaun dauns les queveurs. Bouone était dauns l’indécis !

    Martin était pinchi et sa vuule bouone fème de mère était minse oû récart : élevaez des petits quyins pouor vous morde !

    Il ’taient touos déeus oû coumpte de l’État ; cha, ch’était reide byin : tréjous abriaés, i grégeoleraient paé l’hivé, i seraient paé ernaés oû sei leus jouornaée faite en ratterrissaunt tcheu yeus.

    Et pis, yeut les ménauntises : ryin à erprochi, no feut reide byin archeus, no feut byin soupaés, byin abreuvaés et les belles-gens à Martin étaient de sociétaé. Martin mint eun teur oû deigt à Marguerite. No prêchit de ryin rapport que les éfaunts avaient fait leus arraungements.DSC08884

    Quiques temps ampraès, i feûtent affichis et passîtent souos la perque. Bouone, pouor accoundire sen fisset, avait mins tout dessus, sa bachelique et sa hauntonne, ol avait acataé eune bounette de fi et des soulyis à bas quartyis. Touène, oû matin, quaund qu’ol avait mountaé dauns la quérette, li avait dit :

   —  Ch’est-i tei qui t’armaddies ? T’es pus joulie que ta brun ! Je m’en vas prenre du revi.

   Marguerite, c’était une fille de la ville, elle avait une jolie dot, il n’y avait rien à dire, mais elle ne parlait pas le patois !

    C’était une très jolie fille, toujours pimpante comme un petit chardonneret même dans ses habits courants. Ce n’est pas elle qui aurait eu des bas qui auraient fait des plis, ils ne tirebouchonnaient pas, il n’y avait pas de danger. Elle était toujours bien habillée, mais pas comme les filles de Montaigu vêtues d’un corsage et d’une jupe de droguet. Elle ne passait pas des heures devant sa glace à se pomponner, à se passer de la pommade, à se poudrer le visage, à s’arranger, non, on ne pouvait pas dire le contraire. Et puis elle n’avait pas de coiffe de fil, elle se nouait un ruban dans les cheveux. Bonne ne savait que penser !

    Martin était amoureux et sa vieille femme de mère était maintenue à l’écart : élevez des petits chiens, ils vous mordront plus tard, les enfants ne sont pas reconnaissants !

    Ils étaient tous les deux fonctionnaires ; ça, c’était très bien : toujours à l’abri, ils n’auraient pas froid l’hiver et ne seraient pas exténués le soir en rentrant chez eux une fois leur journée terminée.

   Et puis, il y eut les fiançailles : rien à dire, on fut très bien reçus, on mangea bien, on but de même et les beaux-parents de Martin étaient de bonne compagnie. Martin passa une bague au doigt de Marguerite. On ne parla de rien car les enfants avaient pris leurs dispositions.

    Un moment après, les bans furent publiés et ils se marièrent. Bonne, pour conduire son fils, avait revêtu ses plus beaux atours, son grand châle en pointe et sa robe noire de noce. Elle avait acheté une coiffe de fil et des souliers bas. Antoine, le matin, quand elle était montée dans la charrette, lui avait dit : 

    —  C’est toi que te remaries ? T’es plus jolie que ta bru ! Je vais retrouver de l’énergie ! 

Ch. V 3.     —  Graund sot la baête, qu’o rébectounit en rouogissaunt de pllaisi et en li faisaunt eun min sus la joe, je vourais byin m’armaddiaer, seument cha sera à la quaund Noué rapport que t’as paé enco-z-eu la morte ! J’allouns-t-i paé décanilli ? Et tei, Jacques, tâche de paé yête counfoundeu yord et nous fait paé hounte ! »

DSC08776

   Sen Touène était surbé itou mais ch’était ryin  à côtaé du père à Marguerite d’aveu sen biâo juilet et sen capé à mouégi de la chai.

DSC08899

DSC08856

   Cha feut eune belle messe, l’égllise était hâot plenne, les graundes orgues, les cauntiques, le praête qui prêchit reide byin, les quoeurets en rouoge : Bouone érait muus aimaé yête à Mountaigu !

L'égllise dé Valouones

L’égllise dé Valouones

DSC08888

    Médi se trouit, no s’en feut dauns eune âoberge, yavait eune sapraée tabllie : no-z-était pus de chinquaunte et des gens touos en toilette.

DSC08928DSC08930DSC08931DSC08933DSC08934DSC08937DSC08938DSC08942 DSC08947DSC08949 DSC08950DSC08951DSC08954DSC08956

Coume dauns toutes les neuches, no-z-eut de la soupe oû boeu, du boeu bouilli, du gigot d’angné, de la légueume, de la teurgoule et de la galette oû buure. No feut byin abreuvaés, yeut du beire bôchi, du vin et le café és treis couleurs. No-z-était guédaés et byin d’s euns avaient la mène qui leus mountait.

DSC08959 DSC08962 DSC08977DSC08985 DSC08986

   Ampraès chenna, eun bouonhoume vint halaer les neuchous en pourtrait, ch’était le prémyi coup que no veyait cha à Valouène.

ph noce pr m 001

Photos La Presse de la Manche du dimanche 21 juillet (2013 !)

Photos La Presse de la Manche du dimanche 21 juillet (2013 !)

   Les jannes daunchîtent

DSC09124

Les musiciens de La Loure ount fait daunchi les bouones gens sus la pllèche de la mair'rie de Valouones

Les musiciens de La Loure ount fait daunchi les bouones gens sus la pllèche de la mair’rie de Valouones

Vivent les jannes maddiés !!!

Vivent les jannes maddiés !!!

DSC09326 DSC09327

et no se r’mint à mouégi sus les neuve heures de sei : bouilloun, laungue de boeu, et dé dequei  que nous counaissait brin : des bouchies à la renne, ch’était à lique-deigts ! Du poulet rôti, de la légueume et des gâtiâos de Savouée l’s euns sus l’s âotes d’aveu déeus poupiches en hâot —  ch’était Martin et Marguerite -, des gâtiâos sés et des cherises ! Le beire, le vin bllaunc, le café, no-z-en était ergouêmes ! Touène, qu’avait pouortaunt eune goule en papine, lâqui le prémyi boutoun de sa tchulotte.

   Toute la tabllie s’éjouit, pusurs se mîntent à chaunter, eun mord en riaunt countit quiques histouères eun miot hardies et cha feut des riries tout alentou de la tablle.

 — Grand sot répliqua-t-elle en rougissant de plaisir et en lui donnant un baiser sur la joue, je voudrais bien me remarier, mais ça sera aux Calendes grecques puisque tu n’es pas encore mort ! N’allons-nous pas trépasser ? Et toi, Jacques, tâche de ne pas te salir et ne nous fait pas honte ! 

    Son Antoine était très beau aussi mais ce n’était rien à côté du père de Marguerite qui avait un beau gilet et un chapeau de repas d’affaires.

   Il y eut une belle messe, l’église était pleine, les orgues, les cantiques, le curé qui fit un beau sermon, les enfants de chœur en rouge : Bonne aurait préféré être à Montaigu.

   Midi arriva, on alla manger au restaurant, il y avait une sacrée tablée : il y avait plus de cinquante invités, des gens tous vêtus de beaux habits. Comme à tous les repas de mariage, il y eut de la soupe à la graisse, du pot-au-feu, du gigot d’agneau, des légumes, du riz-au-lait à la cannelle et de la brioche au beurre. On but en suffisance : du cidre bouché, du vin et le café aux trois couleurs. On était rassasiés et certains avaient les joues de plus en plus rouges.

   Après cela, un homme vint photographier les invités, c’était la première fois que l’on voyait cela à Valognes.

   Les jeunes dansèrent et l’on se remit à manger vers neuf heures du soir : bouillon, langue de bœuf et quelque chose que l’on ne connaissait pas : des bouchées à la reine, c’était à s’en lécher les doigts ! Du poulet rôti, des légumes, des gâteaux de Savoie les uns sur les autres avec deux poupées au sommet —  c’était Martin et Marguerite -, des gâteaux secs et des cerises ! Le cidre bouché, le vin blanc, le café, on était repus ! Antoine, qui pourtant avait bon appétit, fit sauter le premier bouton de son pantalon.

   Toute la tablée s’amusa, plusieurs chantèrent, un pince-sans-rire raconta quelques histoires un peu osées et tout le monde éclata de rire.

Ch. V 4.      Les couoche-brun et leus cavalyis, suusus pa l’s âotes se mîntent à daunchi, il ’tait quâsiment quatre heures quaund que Martin crochit sa criyature pas le bras et qu’i s’n allîtent se couchi.

   No halit paé le guéretyi à la brun et yeut paé la trempette des maddiaés ; il allîtent paé remessaer et yeut paé de reneuchouns inetou. Ah ! Si no-z-avait ’taé à Mountaigu…

   Veire, Bouone était dauns l’indécis, sen fisset allait-i devenin eun bouorgeoués achteu-maisi qu’i hauntait les villotins et les gens de la hâote, des gens byin plléchis et ergentus ? Guettrait-i enco ses gens ? No dit tréjous de quiqu’eun que quaund no li graisse ses soulyis, no les brûle. Et leus éfaunts, érount-i hounte de leus graunds ? Tout chenna la jigulait, li toupinait dauns la taête, ol en n’tait mouormâode. Ol en avait paé prêchi à Touène, ch’était brin la penne, i veyait jammais quaund cha s’n allait du côtaé de t’empire. Bah ! Cha sert de ryin de se mouégi la couraée.

Les demoiselles d’honneur et leur cavalier se mirent à danser suivis par les autres. Il était presque quatre heures quand Martin prit le bras de sa femme et qu’ils s’en furent se coucher.

   On ne tira pas la jarretière de la mariée et on ne leur porta pas la rôtie ; les nouveaux mariés ne furent pas à la messe d’action de grâce et il n’y eut pas de lendemain de noce non plus. Ah ! Si cela s’était passé à Montaigu…

   Oui, Bonne ne savait que penser, son fils allait-il devenir un citadin à présent qu’il fréquentait les gens de la ville et les gens de la haute société, des gens bien placés et riches ? Regarderait-il encore ses parents ? On dit toujours de quelqu’un que, lorsqu’on lui graisse ses souliers, on les lui brûle — quand on fait du bien à quelqu’un, il ne vous en sait pas de gré… Et leurs enfants, auront-ils honte de leurs grands-parents ? Tout cela la tourmentait, lui tournait dans la tête, elle en était toute triste, toute mélancolique. Elle n’en avait pas parlé à Antoine, ce n’était pas la peine, il ne voyait jamais quand les choses s’en allaient du mauvais côté. Bah ! Cela ne sert à rien de se ronger les sangs.

(à suivre la reconstitution de la cérémonie devant le maire de Valognes et le notaire…)

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Cotentin, Livres en normand, Vocabulaire