Archives de Tag: Normand

51 A la ville. Paris, pollution de l’air. A men leisi…

Cha yest, m’arveilà de la ville-lumyire ! La syinne qui veit le pus de tourrisses oû mounde ! Paris byin seur.

Paris écllairaé, mais Paris pollué !
Paris populaire, … mais Paris de minsère !
Paris vert, … et Paris vert-de-gris…

À la ville,

pouème de Marcel Dalarun

launluuraé par Donnié Bourdelès

CD Eun miot de souovenin et live À men leisi

DSC09567

Pus de 480 bouones gens ount mouoru sus les trottouères à paris l'annaée passaée...

Pus de 480 bouones gens ount mouoru sus les trottouères à Paris l’annaée passaée…

et annyi lundi le 17 dé mâr, ya que les banniâos és liméros impairs qu'ount le dreit de viagi ! Je vous dis paé qu'i yen a qui vount co affolaé !

et annyi lundi le 17 dé mâr, ya que les banniâos és liméros impairs qu’ount le dreit de viagi ! Je vous dis paé qu’i yen a qui vount co affolaer !

No-z-y véyait paé byin de quei venrédi et cha picotait l's uurs. Falaiit byin faire quique seit ! D'aveu les moteus oû diésé, no happe dauns le gosyi de quei qui vouos ahoque et vouos fait teuqui ! Ch'est paé bouon pou la couoraée !

No-z-y véyait paé byin de quei venrédi et cha picotait l’s uurs. Falait byin faire quique seit ! D’aveu les moteus oû diésé, no happe dauns le gosyi de quei qui vouos ahoque et vouos fait teuqui ! Ch’est paé bouon pou la couoraée !

A men leisi, Editions L'Harmattan, Paris, 2004.

A men leisi, Editions L’Harmattan, Paris, 2004.

DSC09633

Ch'est l's électiouns, ya du câtu !

Ch’est l’s électiouns, ya du câtu !

DSC09535

DSC09533

DSC09526

DSC09515

ville 2 001DSC09664

DSC09637DSC09638DSC09522

A la ville 1 fr 001

DSC09511

ville 2 fr 001

les Halles

les Halles

DSC09509

DSC09537

DSC09647DSC09503

Des gardins oû hâot des touétures !

Des gardins oû hâot des touétures !

DSC09502

DSC09558

DSC09516DSC09613

DSC09670DSC09672

DSC09676

DSC09681

DSC09717

1 commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Cotentin, Ecologie, Livres en normand, météo, Saisons, Uncategorized

49. Nos grands-mères, CD Je syis magnifique ! 12. Touorne men rouet d’Alphonse Allain

Continuons  de découvrir les textes du dernier CD Je syis magnifique ! produit  par l’association  Magène.

Voici la plage 12. Touorne men rouet (paroles d’Alphonse Allain/ mélodies de Daniel Bourdelès) 2’45.

Alphonse Allain, auteur d'un grand nombre de poèmes mis en musique par Daniel : CD Grans de sablle et CD L's ouées de Pirou. En voilà un qui mériterait le Prix littéraire du Cotentin (créé pour la littérature en normand, mais qui a viré sa cuti au profit des auteurs en français !)

Alphonse Allain, auteur d’un grand nombre de poèmes mis en musique par Daniel : CD Grans de sablle et CD L’s ouées de Pirou. En voilà un qui mériterait le Prix littéraire du Cotentin (créé pour la littérature en normand, mais qui a viré sa cuti au profit des auteurs en français !)

Vous pouvez retrouver la chronique « Parlez-vous normand ? » et écouter un grand nombre de chansons produites par Magène sur le site Internet de France Bleu ou en cliquant sur le site magene.com pour avoir directement France Bleu Cotentin. (Remarque : Il est simple aussi d’accéder par magene.com au blog « langue normande »).

Bien sûr la qualité du son sur le site de France Bleu n’est en rien comparable à celle du CD ! Bruno Morisetti et les quatre musiciens-chanteurs du groupe ont fait des merveilles en studio d’enregistrement. Qualité professionnelle. Attention ce CD a un tirage limité et tous nos CD s’épuisent les uns après les autres. Etes-vous certains d’avoir la collection des 14 CD Magène ???

12. Touorne men rouet

normande ad 385

Alphonse emploie beaucoup de vocabulaire normand savoureux, simple et authentique, en restant ici dans l’esprit du grand Georges Métivier, poète qui vivait à Guernesey au temps de Victor Hugo et a écrit plus de 6 000 vers en normand de grande qualité.

Touorne touorne ma chignolle,

Ô j’espère1 men byinaimaé. 

Touorne men rouet que j’envignole,

Le v’lo ! Jé le sens derryire mei !

 rouet 001

O débasotte2 Fraunchounette !

Ch’est d’la fâote à Jaquinot,

Lé rouoge mouojut sa panette3

Quaund s’acache4 sen graund picot5 !

 DSC00686

Le jou qui li baillit d’s aunguules,

Du couop sen quœu tressâotit.

Les pouents sâotîtent dé s’n aiguule,

Quaund pouo la baisi i se penchit !

fille au rouet 001

Ol est touote éberlusaée6,

I ya bailli eun bâoquet.

En ch’té seiraée dé renouvé7,

I ya dit : je vouorais te ma’iaer !

DSC00688

Touorne touorne ma chignole,

Jaquinot men anortaé8

M’a dit : j’ t’aime ! Men quœu s’évole

Par ch’té belle seiraée d’étaé ! (bis).

 9 mars Les Goublins à Réthoville

1 j’attends, 2 Elle déraisonne, 3 mange ses taches de rousseur, 4 arrive, 5 dindon, nigaud, 6 éblouie, 7 printemps, 8 épris.
La carte postale authentique de La Dentelière, poème de Joseph Mague qui a donné son titre au précédent album du groupe Magène (couverture cartonnée reliée, 50 pages couleur) ; les filles de Joseph Mague ont posé pour cette photo à Balleroy, prise par l'éditeur des cartes Fertard.

La carte postale authentique de La Dentelière, poème de Joseph Mague qui a donné son titre au précédent album du groupe Magène (couverture cartonnée reliée, 50 pages couleur) ; les filles de Joseph Mague ont posé pour cette photo à Balleroy, prise par l’éditeur des cartes Fertard.

 

Alphonse Allain. Le Cotentin men pais, p. 157, Querqueville.

Merci aux acteurs involontaires de cette mise en images, membres de groupes de reconstitution des danses populaires normandes (photos prises en 2013 à Rocheville et Réthoville (Nord-Cotentin).

Carte postale couleur : prêt Michel Le Bas.

Carte Mague : Michel Gandon ou Alain Marie.

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Bessin, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Juin 1944, Livres en normand, Vocabulaire

41. Nos grands-mères, CD Je syis magnifique ! 3. Le devaunté d’Alphonse Allain et la météio

 Le devaunté, ch’est le tabllyi que no met…

devaunt sei !

 Alphonse Allain a su, à partir d’un simple tablier, nous ramener à notre enfance… Le devaunté (mot qui vient de « devaunt tei ») joue-t-il encore un rôle pour les enfants d’aujourd’hui ? Peut-être a-t-il trouvé un substitut, mais lequel ?

A la fête du moulin de Rhétoville, Le Pays de Valognes et Les Goublins, fidèles au costume traditionnel

A la fête du moulin de Rhétoville, Le Pays de Valognes et Les Goublins, fidèles au costume traditionnel

3. Lé devaunté       

Jé me souovyins de sen tabllyi :

Ch’tait eun graund devaunté touot blleu

Par derryire qu’était pouési1

Chaffetaé2 et passaé de couleu (bis).

Dessin dans Bouone et Bouonotte de Maurice Fichet

Dessin dans Bouone et Bouonotte de Maurice Fichet

O le ballochait3 à la brèque

Pouor rapassaer les petits viâos

Et o lé rempllissait de bûquettes

Qu’ol engllannetait dans les cllos.

Devaunt l’âtre, o savait le lochi4

Quaund fallait rémôqui le feu

Et ch’tait quemode dauns le poulailli

Pouor ramassaer les œus…

 DSC08357

Sen devaunté iyoù qu’o m’ttait

Les biaôs légueumes du gardin,

Pannais, carottes et pourés,

Braunques dé loryi et du thym (bis).

Ch’est enco d’aveu sen tabllyi

Que la goule quiquefeis o nouos torchait

Quaund, lermaunts et débâochis5,

Quiques déhaits6 nouos chaboulaient.

Tablier fait avec de la toile américaine après la guerre, utilisé pour mettre les épingles à linge

Tablier fait avec de la toile américaine après la guerre, utilisé pour mettre les épingles à linge

Qu’il était quemode pouo se camuchi

Quaund eun horsin s’apprèchait ;

En ryin d’temps souos sen tabllyi

Touos fouorous7 no s’y muchait.

I me souvyint d’eun sei d’hivé…

Dauns sen devaunté bouossounaé,

Bouguie8, je l’i veue plleuraer :

Pépère s’en était allaé… (bis)

Chenna j’peus l’dire sauns hénéqui9,

Veire, et j’peus l’dire hâot et cllai :

Ya pus ryin qu’a remplléchi

Lé devaunté dé nous graund-mères…

1  noué, 2 auréolé, 3 et 4 secouer, 5 désemparés, 6 accidents de santé, 7 peureux, 8 recroquevillée, 9 hésiter.

Alphonse Allain, Le tabllyi de ma graund-mé. CD « Je syis magnifique ! » et dyisyîme live à venin, Querqueville, 1er trimestre 2014.

DSC09347Météio : Deman sammedi à Bricbé, cha rest l’Assembllaée généralé és Amins du Donjon. Cha vente tréjous ! Allaez à voute leisi d’aveu vos quérettes à pétrole, ch’est casuel et ya byin d’s accidents et des déhaits…

Le 12 dé févri sus la 13 à Valouones

Le 12 dé févri sus la 13 à Valouones

Vos pouvaez vous faire sâossaer et péeut yavaer co du grési à la relévaée…

Sus le su de m'n hus / Sur le seuil de ma porte

Sus le su de m’n hus / Sur le seuil de ma porte

Et la nyit ch’est enco eune ventaée de surouêt byin esposaunte…

à Bricbé le jéeudi 20

à Bricbé le jéeudi 20

Météo : Demain samedi à Bricquebec avis de coup de vent. Quelques averses faibles le matin, averses avec possibilité de grêle l’après-midi. Vent fort. Pour la nuit de samedi à dimanche, attention, très fortes rafales…

Ichin dauns le virage de la côte de Cattigny à Bricbé, eune file de vingt auns a mouoru chu lundi-chin... J'en syis touot acabâssaé...

Ichin dauns le virage de la côte de Cattigny à Bricbé, eune file de vingt auns, Marie, a mouoru chu lundi-chin… J’en syis touot acabâssaé… Achteu ya des pancartes Danger, il ‘tait byin temps !

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Ecologie, Juin 1944, Livres en normand, météo, Saisons, Vocabulaire

37. Nouveau CD du groupe Magène. 2. La poume rouoge…

(Météio à Bricbé pou lé 5 et le 6 dé févri à la fin de chu billet)

Théo Capelle reprend sur le CD « Je syis magnifique », La poume rouoge, un joli poème de Marcel Dalarun mis en musique par Véronique Pézeril.

DSC05517

Le premier enregistrement avait été réalisé avec les élèves de Quettetot, CD « Caunchounettes : Le Petit Goubelin ». © Magène 2000. Quelques CD encore disponibles uniquement sur notre site magene.com. Les enfants et les grands adorent !

DSC05439

Dans cette nouvelle version, Théo chante refrain et couplets. 

Dauns men p'tit cllos à La Leuzerne dé Hâot, eune poume veurt paé tumbaer ! Photos 2005.

Dauns men p’tit cllos à La Leuzerne dé Hâot, eune poume veurt paé tumbaer ! Photos 2005.

2. La poume rouoge

A Valouones, lé 5 d'octobe dé 2013, expo de 130 variétaés de poumes à couté ou byin à beire

A Valouones, lé 5 d’octobe dé 2013, expo de 130 variétaés de poumes à couté ou byin à beire

 
Refran :

Le vent d’arryire
Souffle dès où matin

DSC02560

Le vent d’arryire
Souffle dauns le gardin
Le vent d’arryire
Souffle sauns délâqui1
Le vent d’arryire
Souffle dauns le poumyi…

Refran

1. Le vent d’automne souffle sans relâche

ph pomme rouge 001

1 – Et la poume loche
Sauns décessi…
Et à fène forche
Qué de lochi2

 2. bouger, être secouée, se balancer

couplet 1 – bis

Refran

DSC05561 

2 – Poume rouoge
qui débouoge
Va terri…
dauns qui ?   

2 – bis

Poume rouoge
qui débouoge
Va terri…
Dauns men pannyi !

DSC05542

Marcel Dalarun, À men leisi, p. 121. Poèmes bilingues. Éditions L’Harmattan, Paris, 2004, 20,50 €. (Nous avons retrouvé 5 ex.)

IMG_3271

Prochain concert Magène Théo accompagné par Dany : à Grandcamp-Maisy, dimanche 2 mars 17 h. Trois jours d’animations normandes à Isigny et environs.

Vos pouvaez enco entenre Théo et mei dauns vous coumpiouteus sus le trige de Fraunce blleu Cotentin, ch’tait le 4 févri à 6 h et quart du sei.

 Une CD caunch 001couv cd caunch dos 001

Météio à Bricbé pou lé 5 et le 6 dé févri dé 2014 :

méquerdi 05 dé févri

Annyi méfious des coups de vent. Byin des nuaées dauns le cyil. De l’orage dauns la relévaée, cha se pourrait byin. Des haraées et cha peut dépêlaer par coups. De fortes ventaées, ch’est reide seur, et pis touot pousse à yavaer  quiques abats d’iâo. Ch’té nyit méfious du vent de surouêt qui forcit à chent à l’heure.

Aujourd’hui à Bricquebec avis de coup de vent. Ciel très nuageux, possibilité de foyers orageux en cours d’après-midi. Averses temporairement assez fortes. Vent fort. La fiabilité de la situation est bonne, avec des conditions propices au développement de grains violents. Cette nuit avis de vent fort du Sud-Ouest..

jéeudi lé 06 dé févri

  Cha n’amende brin chu jéeudi, d’o des rafales de pus de 80 km / h. Le temps s’abernâodit par nuaées couoresses. I plleut de pus en pus dauns l’arlévaée. Fort vent forain (du Su). Fâot s’attende à ce que cha n’amende brin. Chu vent d’ava forcit enco par coups dauns la nyit, ch’est reide esposaunt, méfious byin.

Demain jeudi à Bricquebec prudence, violentes rafales. Ciel couvert et sombre par nuages de mauvais temps. De la pluie qui s’intensifiera au cours de l’après-midi. Vent assez fort. La fiabilité de la situation est assez bonne, avec l’arrivée de la perturbation qui se confirme. Pour la nuit de jeudi à vendredi, attention, très fortes rafales de vent.

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Ecologie, Livres en normand, Saisons, Vocabulaire

36. La Hague, ch’est d’abord eun payis ! La fin de La Hague ? CD, 9. La Hague

 La Hague, ch’est d’abord eun payis !

Théo Capelle et Jean-Louis Dalmont le 5 de mar dé 2010

Théo Capelle et Jean-Louis Dalmont le 5 de mar dé 2010

  Coume dit Théo devaunt que de launluraer « La Hague », eune reide belle caunchoun d’Alphonse Allain (CD « Je syis magnifique ! ») : « Eun coup, ya eun journalisse de Fraunce Treis qu’a dit coume cha : « La Hague, ch’est itou eun payis ». Et byin mei, j’ dis : « La Hague, ch’est d’abord eun pays ! ». (Rapport que no pense achteu en prémyi à l’usène de La Hague, la mâlyire atomique yoù que no met cha qui demeure ampraès yête dégrabolisi dauns les chentrales nuclléaires coume la syine de Flleumaunville…).

comenius 371

9. La Hague 

Des roundiâos1 équerpis2, écllataunt jâone d’or,

Graillent3 ch’tu bouot du mounde qué lé couochaunt écllaire,

 1. touffes d’ajoncs nains rongés en calotte par les moutons, 2. Eparpillés, dispersés,
 3. dorent, câoffent

IMG_9120

Le fllot oû pyid des falaîses vyint écllataer oû bord,

Ilo qu’menche l’océaun… ichin finint la terre. (bis)

Le boués-jaun écllaire La Hague

Ichin le boués-jaun (« ajoncs d’Europe, épineux ») écllaire La Hague

Quiques âbres acraunchounyis4 s’ahoquent amount le côti,

Des biquettes goulâfres5 mâquent les piquets6 doraés,

 4. chétifs, rachitiques, qui ne se développent pas 5. gourmandes, gloutonnes, voraces 6. ajoncs, épines

IMG_9102

La rouogeu du couochaunt fait saungni les roquis,

J’i janmais veu pus biâo… qué ch’té seiraée d’étaé. (bis)

IMG_9145

Touote la nature s’aniche7 dauns l’oumbre dé la nyit,

 7. s’enveloppe, s’emmitoufle

No-z-entend mais qué le brit de la mé sus les galots,

IMG_9132

Ch’est l’éternelle caunchoun des vagues dé l’infinin,

La Hague d’ichin, sâovage… accotaée à ses bllos8 (bis).

 (La Hague se prononce La rhague, h expiré.)    8. Gros rochers arrondis en bord de mer.  comenius 392

Des roundiâos équerpis, écllattaunt jâone d’or,

Graillent ch’tu bouot du mounde qué lé couochaunt écllaire.

IMG_9143

Le fllot oû pyid des falaîses vyint écllataer oû bord,

Ilo qu’menche l’Océaun… ichin finint la Terre. (ter)

IMG_9156 

 Alphonse Allain, Le Cotentin men pais, p. 85, Querqueville. Et CD « Je syis magnifique !  » (13 €, prix souscription, poste incluse. Chèque à Magène, envier à Jean-Claude Léger 5 Allée Blanche-Lande 50270 Carteret).

La Hague

Des ajoncs nains de-ci de-là, éclatants jaune d’or
Font flamboyer ce bout du monde que le couchant éclaire.
Le flot au pied des falaises vient éclater au bord,
Ici commence l’océan… Ici finit la terre.
 
Quelques arbres rachitiques s’agrippent à même le coteau,
Des chèvres voraces mangent les épines jaunes.
La rougeur du couchant fait saigner les rochers.
Je n’ai jamais vu plus beau… que cette soirée d’été.
 
Toute la nature s’emmitoufle dans l’ombre de la nuit
On n’entend rien d’autre que le bruit de la mer sur les galets
C’est l’éternelle chanson des vagues de l’infini
La Hague d’ici, sauvage… adossée à ses rocs.

 Mais pouorqui « la fin de La Hague » ?

1) Ch’est-i que l’usène va froumaer ? Impossiblle ! Yen a pouor des chents et des mille d’annaées à avei chenna sus le dos !

2) Ch’est-i que la mé va mouogi la falaise, no sait-i ? Rapport que la côte artchule mannyirement à pique de galop, les deunes sount mouogies pa les graundes maraées coume la syine de 108 que no-a-eue ches jouors. Nennin, La Hague, ch’est à pus de chent mètes de hâot oû-dessus de la mé, coume eune tablle. (Cha feut eune mountanne noumaée « le Massif Ermoriquain » qui feut dolaée, rabotaée à l’ère secoundaire pa la mé, – ch’est paé d’annyi -, et pis armountaée pus tard à chent mètes de hâot).

La Manche contre vents et marées 001… « la fin de La Hague » ?

3) Ch’est le trige de Biâomount-Hague qui prêche pouortaunt de cha !

Lian sus le trige de Biâomount-Hague :
http://www.beaumont-hague.fr/actualites/le-debut-du-xxieme-siecle-sera-t-il-fatal-au-canton-de-beaumont-hague/

Pouor les syins qui coumprennent brin le fraunceis, v’là en normaund cha qu’i disent… :

 « Oû quemenchement du XXIyîme syiclle, no verra-t-i la fâoqueresse escoffier le noum de La Hague ? »

« 1) Fâot byin qui yait oûtaunt de bouones gens et de voteus dauns chaqueun des cauntouns. Et ch’est byin qu’i yait oûtaunt de bouones fèmes qué de bouohoumes à genci le Département de la Maunche, mais « ch’est tragique » pour le noum de la Hague.

2) Par lé fait, la coumeune de Querqueville et le cauntoun de Biâoumount-Hague fount pus mais qu’ieun cauntoun, ch’est Querquéville la coumeune la pus counséquente. Le nouvé cauntoun se noumerait doun Querqueville.

« Le noum de la Hague serait effachi des cartes. Cha que no-z-argrette byin pou l’arnoumaée de noute countraée, eun trige « à l’identité affirmée » (byin seur rapport que no prêche normaund parai !) et byin couneu (d’aveu Côtis-Capel et Alphonse Allain ch’est reide seur)… !!!

Dany Pinel à la ferme-âoberge de Sant-German-le-Gaillard en 2010. Magène chauntait pour des écolyis aungllais, hongroués et espagnols (projet européen Comenius)

Dany Pinel à la ferme-âoberge de Sant-German-le-Gaillard en 2010. Magène chauntait pour des écolyis aungllais, hongroués et espagnols (projet européen Comenius)

« Michel Laurent, conseilli généra du cauntoun de Biâomount-Hague, est erganne de veî cha (pour veî sen courryi, cliquez ici).

« Sauns vouoli arprêchi de touote l’histouère de la Hague, i fâot magène byin veî que chu noum-lo armounte és Viquyins. Et âote seit, du XIyime syiclle à la fin de l’Auncian Régème, le Doyennaé de la Hague (countraée erréligieuse et judiciaire) ’tait bordaé et arcouneu pa les rivyires de la Diélette (oû Su) et de la Divette (à l’Et). La Révolution a gardaé le noum de la Hague pou le cauntoun. La Hague a une histouère. Fâot paé l’oumbélier !!! »

« Les actions menées depuis plus de 25 ans pour la promotion touristique du territoire ou l’attractivité économique reposent sur une identité forte qui fait la fierté des habitants. La Hague mérite de conserver son nom » (et sen loceis va t’en veî !! Cha l’s élus en prêchent jammais…).

D’iyoù que cha vyint le noum de Querqueville ? des Viquyins : Kerkevilla oû XXyîme syiclle, dé l’escaundinave kirkja, égllise (coume Carquebut, Criquetot…). Ch’est le village dé l’égllise.

Biâomount / Beaumont s’écrivait Bellemonte en 1156 pis Beaumont en la Hague en 1399. Et La Hague ? Ch’est escaundinave ou aungllo-sacsoun, cha veurt dire « encllos pou les âomales, les bêtes ». Le Hague-Di, cha serait le fossé de l’encllos (fossé en normaund veurt dire talus en fraunceis). Ya eun fossé reide hâot qui barre la pouente de La Hague, cha ya éto genci byin devaunt que les Viquyins s’en vyinnent ichin. Le Collège de Biâomount sé noume achteu « Le Hague-Dick », mais fâot dire « Di » coume disent co les gens d’ichin.

Pouor de mei, cha qué j’ dis, ch’est que, véyous, ya paé de quei s’affolaer ! La Hague ch’est un nom de giyographie et cha peut paé s’effachi ! Ch’est byin couneu itou – dauns le mounde entyi – coume mâlyire à plutonium ! Et cha itou les petiots de nous petits-p’tiots, fâora brin qu’il oumbéllient le noum de la Hague pouor se protégi !! No prêchera-t-i co des cauntouns à ch’t’épocte-lo ? Et pis ch’est vrai que les syins qu’ount noumaé chenna sount paé byin fins ! Ya qu’a dé le noumo le cauntoun de La Hague !

Rémin
comenius 097

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Ecologie, Saisons, Vocabulaire

35. Nouveau CD Magène byin… 1. À touos vents

 Théo Capelle chante Côtis-Capel, le grand poète de La Hague.

Voici « À touos vents »,  mis en musique par Daniel Bourdelès.
CD « Je syis magnifique ! ».Video environ 2′ :
Reportage France3

Mais en prémyi v’chin la météio :

http://france.lachainemeteo.com/meteo-france/ville/previsions-meteo-bricquebec-781-0.php

Venrédi 31 dé janvi. Ch’té nyit à Bricbé, no va avaer quiques haraées (grosses averses avec du vent, ch’paé) ! Nuaées counséquentes. Dé l’iâo suusue d’oundaées (sic) !!! Vent d’ava reide bastaunt. Ch’est seur à chent du chent.

Vendredi 31 janvier. Cette nuit à Bricquebec avis de vent fort. Très nuageux. Pluie suivie d’averses. Vent fort. La fiabilité de la situation est bonne.

Sammedi 1yi de févri : écllairgies oû matin, pis des nuaées et des chilaées d’iâo et p’tête byin des grêlaées, ventaées de suroêt, 70 km/h. Oû sei ch’est muus, quiques abiâosies et pissies de cat.

Samedi 1er février : éclaircies le matin, puis nuageux avec averses et risque de grêle, coups de vent de sud-ouest, 70 km/h. Amélioration le soir, quelques éclaircies et petites averses.

1. À touos vents

Sus le quai à Granville, le Marité...

Sus le quai à Granville

Eun houme sort dé tcheu li, coume s’i s’n allait sus l’ quai.

Les mans à sen capé, i guette les nuaes ligires…

I yest byin trop loungtemps. Cha n’ li paraît pé cllai.

Mâovaises filaches, qu’i dit en r’froumaunt la barrire.

Le Marité

Le Marité

Eun hivé, par tcheu nouos, no-z-eut eun graund coup de vent.

Les âbres en geangnaient de ma, je les guettais pa la fenaête.

DSC00872

I touorniait dauns la couor, cllaquait les contrévents,

I miâolait és crouésies. No disait : « I tempaête ! »

dauns le bouorg dé Brix

dauns le bouorg dé Brix

Byin-à-couop no-z-avait envié se couochi les petiots.

No se guettait entré nouos. No s’accotait dauns l’âtre.

Et malgré la fllaumbae, la freid nouos mountait dauns le dos.

Eun craquement nouos dréchait, eune braunque qui venait d’abatte.

 DSC09564

Et no l’imaginait dâobaunt pa les queminets ;

Et no le viyait terriblle et baliaunt les laundages,

Sâotaunt coume eun poulan és bâtyires1, és faîtets2,

Cha rappelait és pus vuurs quique journae de lus janne âge.

            1. bâtière, toit à deux versants, 2. faîtes, sommets du toit,

DSC03898

I fâot byin aimaer le vent, quaund i chaunte joulîment

És meis d’avri et d’mouai sus les cllosaes de briyère,

Quaund i n’ fait qu’eune risée sus la mé oû jusaunt,

Et qu’ les pêqueus à bord se disent en riaunt des histouères.

 DSC03918

I fâot byin aimaer le vent quaund i plleure tristément,

Cachaunt en pllen hivé ses nuaes oû ras des terres ;

Quaund i couovre la mé coume d’eun graund maunté bllaunc

Et quérie jusqu’oû pllen dé loungues épaves touotes neires.

 DSC06246

I faôt byin aimaer le vent, ch’est le Bouon Dieu qui l’a fait.

Fallait cha, magène byin3, pouor qué la terre seit bounne !

Arrêt-ouos doun eun miot, écoutaez-lé parfeis,

Much-ouos dauns eun racouen. Ch’est lo qu’i s’abaundoune…

 3. sans doute, j’imagine.

Côtis-Capel (Albert Lohier, 1915-1985), Raz-Bannes, p. 95, O.C.E.P. Couotaunches, 1970. Rases-Bannes serait une meilleure graphie car il s’agit de rochers qui affleurent, qui rasent (côte Nord de la Hague). L’orthographe de l’auteur a été conservée telle qu’en 1970 en ce qui concerne le son « a » de La Hague (verbes en er en français), écrit maintenant aé, ou aée au féminin, ce qui permet les variations orales en a ou en é  ou même en « o » (Val-de-Saire et certains autres lieux en Cotentin).

Théo à Montfiquet 24 dé juilet

Théo à Montfiquet 24 dé juilet

À

À touos vents

tous vents

  DSC04152

Un homme sort de chez lui, comme s’il s’en allait sur le quai.

Les mains à son chapeau, il observe les nuages légers…

Il y est bien trop longtemps. Cela ne lui paraît pas clair.

Mauvais cirrus, dit-il en refermant la barrière.

Graunville et la Baie du Mount-Sant-Michi

Graunville et la Baie du Mount-Sant-Michi

 

Eun houme sort dé tcheu li, coume s’i s’n allait sus l’ quai.

Les mans à sen capé, i guette les nuaes ligires…

I yest byin trop loungtemps. Cha n’ li paraît pé cllai.

Mâovaises filaches, qu’i dit en r’froumaunt la barrire.

DSC03887

Un hiver, par chez nous, on eut un gros coup de vent.

Les arbres en gémissaient de douleur, je les regardais par la fenêtre.

Il tournait dans la cour, claquait les volets,

Il miaulait aux fenêtres. On disait : « C’est la tempête ! »

 

De bonne heure on avait envoyé les enfants se coucher.

On se regardait les uns les autres. On se blottissait dans l’âtre.

Et malgré la flambée, le froid nous montait dans le dos.

Un craquement nous faisait sursauter, une branche qui venait de tomber.

 DSC03910

Et on l’imaginait errant par les petits chemins ;

Et on le voyait terrible et balayant les landes,

Sautant comme un poulain sur les toitures, sur les faîtes,

Les bâtyires du câté de Crosville-sus-Douve

Les bâtyires du câté de Crosville-sus-Douve

Ça rappelait aux plus anciens quelque journée de leur jeunesse.

 

Il faut bien aimer le vent, quand il chante joliment

Aux mois d’avril et de mai sur les champs de bruyère,

Quand il ne fait qu’un souffle rasant la mer à marée descendante

Et que les pêcheurs à bord se racontent en riant des histoires.

 DSC08095

Il faut bien aimer le vent quand il pleure tristement,

Poussant en plein hiver ses nuages au ras des terres ;

DSC03876

Quand il recouvre la mer ainsi qu’un grand manteau blanc

Et charrie jusqu’au plus haut de la marée de longues épaves toutes noires.

 

Il faut bien aimer le vent, c’est le Bon Dieu qui l’a fait.

Il fallait ça, sans doute, pour que la terre soit bonne !

Arrêtez-vous donc un instant, écoutez-le parfois,

Cachez-vous dans un recoin. C’est là qu’il s’endort…

Traduit par Bernadette Lecarpentier et R. Pézeri

Un boel (petite cour fermée) à Bayeux

Un boel (petite cour fermée) à Bayeux


Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Ecologie, Saisons, Vocabulaire

32. Mariage à Valognes du fils de Bouone avec une Valognaise : biâocoup de photos et de mots normaunds !

 Martin va épouser Marguerite. Deux cultures différentes… Le roman de Maurice Fichet est l’occasion de voir le mariage reconstitué par Stéphane Henry le 20 juillet 2013 : des photos, des photos !

Prochain billet après le 27 août : thème, les Normands en Sicile, rapport que j’vas alli dire boujou és cousins de Sicile ! Et pis profitaez-en pouor allo oû musée d’Hauteville-la-Guichard, paé byin louen de Coutaunches : ch’est d’ilo que sount partis les Normaunds és crouésades et i fûtent les roués de l’Italie du Su oû XIè et XIIè syiclle ! Et i laissîtent byin des mots dauns la laungue des Sichilians d’achteu !!! Merci byin de faire counaîte chu bllo « langue normande » ! Merci byin de suure chu bllo ! Ch’est paé finin ! D’aveu le boujou de Rémin Pézeri de Palerme à Syracuse !

Chapitre V

1.   Martin feut noumaé maîte d’école à Mountaigu, à la petite école és garçouns et sa criyature, Marguerite à la petite école és files. I quemenchîtent le prémyi d’octobe 1890.

   Martin et Marguerite se hauntaient dé depis eune bouone pâose ; dé depis qu’il avaient ’taé és écoles, i s’avaient amouorêtis. Leus gens eûtent paé graund dé dequei dire : chenna, cha pllaisait brin à Bouone. Qui qu’il avait dauns la taête sen Martin ? S’n allaer prenre eune criyature de Valouène, eune villouèse que no counaissait brin ! Des files qui l’éraient byin voulu, yen avait byin dyis à Mountaigu, et des joulies pétiotes en pus.

   Ses gens, ch’était paé des tchu-terrous, i tenaient coumerce de teile, de vrou, de couti, de drap, de droguet sus la graund pllèche. Il avaient du byin mahène. Le jou du marchi, leus boutique désempllissait paé, il avaient de la pratique.

      Martin fut nommé instituteur à Montaigu, à l’école des garçons, et sa femme Marguerite à l’école des filles. Ils débutèrent le premier octobre 1890.

   Martin et Marguerite se fréquentaient depuis un bon moment ; depuis qu’ils étaient à l’école supérieure, ils étaient tombés amoureux. Leurs parents n’eurent pas grand-chose à dire : cela, ça ne plaisait guère à Bonne. Qu’avait-il dans la tête son Martin ? Se marier avec une fille de Valognes, une fille de la ville que l’on ne connaissait pas ! Des filles qui auraient bien voulu se marier avec lui, il y en avait au moins dix à Montaigu et des jolies filles en plus.

   Ses parents n’étaient pas cultivateurs, ils tenaient commerce de toile, de velours, de coutil, de drap, de droguet sur la place principale, ils avaient du bien sans doute. Le jour du marché, leur boutique était toujours pleine, ils avaient une bonne clientèle.

Ch. V 2.          Marguerite, ch’était eune bouorquaise, ol ’tait byin rencountraée, yavait ryin à dire, seument o prêchait paé le patoués !

    Ch’était eun reide joulie criyature, tréjous prope sus lyi coume eune petite carderounette même dauns ses hardes à tréjous allaer. Ch’est paé lyi qu’érait-z-eu des câoches qu’éraient triboulaé, o trépaient paé, yavait paé de souen. Ol ’tait tréjous byin minse, mais paé coume les files de Mountaigu joraées d’aveu eun canezou et eun cotilloun de droguet. Ol ’tait paé inetou des heures de temps devaunt sen mireus à se tiponnaer, à s’abaumi, à s’effrinaer de la flleu sus le musé, à s’affûtaer, nennin, no pouvait paé li artiraer cha. Et pis, ol avait paé de bounette de fi, o se pouésait eun ribaun dauns les queveurs. Bouone était dauns l’indécis !

    Martin était pinchi et sa vuule bouone fème de mère était minse oû récart : élevaez des petits quyins pouor vous morde !

    Il ’taient touos déeus oû coumpte de l’État ; cha, ch’était reide byin : tréjous abriaés, i grégeoleraient paé l’hivé, i seraient paé ernaés oû sei leus jouornaée faite en ratterrissaunt tcheu yeus.

    Et pis, yeut les ménauntises : ryin à erprochi, no feut reide byin archeus, no feut byin soupaés, byin abreuvaés et les belles-gens à Martin étaient de sociétaé. Martin mint eun teur oû deigt à Marguerite. No prêchit de ryin rapport que les éfaunts avaient fait leus arraungements.DSC08884

    Quiques temps ampraès, i feûtent affichis et passîtent souos la perque. Bouone, pouor accoundire sen fisset, avait mins tout dessus, sa bachelique et sa hauntonne, ol avait acataé eune bounette de fi et des soulyis à bas quartyis. Touène, oû matin, quaund qu’ol avait mountaé dauns la quérette, li avait dit :

   —  Ch’est-i tei qui t’armaddies ? T’es pus joulie que ta brun ! Je m’en vas prenre du revi.

   Marguerite, c’était une fille de la ville, elle avait une jolie dot, il n’y avait rien à dire, mais elle ne parlait pas le patois !

    C’était une très jolie fille, toujours pimpante comme un petit chardonneret même dans ses habits courants. Ce n’est pas elle qui aurait eu des bas qui auraient fait des plis, ils ne tirebouchonnaient pas, il n’y avait pas de danger. Elle était toujours bien habillée, mais pas comme les filles de Montaigu vêtues d’un corsage et d’une jupe de droguet. Elle ne passait pas des heures devant sa glace à se pomponner, à se passer de la pommade, à se poudrer le visage, à s’arranger, non, on ne pouvait pas dire le contraire. Et puis elle n’avait pas de coiffe de fil, elle se nouait un ruban dans les cheveux. Bonne ne savait que penser !

    Martin était amoureux et sa vieille femme de mère était maintenue à l’écart : élevez des petits chiens, ils vous mordront plus tard, les enfants ne sont pas reconnaissants !

    Ils étaient tous les deux fonctionnaires ; ça, c’était très bien : toujours à l’abri, ils n’auraient pas froid l’hiver et ne seraient pas exténués le soir en rentrant chez eux une fois leur journée terminée.

   Et puis, il y eut les fiançailles : rien à dire, on fut très bien reçus, on mangea bien, on but de même et les beaux-parents de Martin étaient de bonne compagnie. Martin passa une bague au doigt de Marguerite. On ne parla de rien car les enfants avaient pris leurs dispositions.

    Un moment après, les bans furent publiés et ils se marièrent. Bonne, pour conduire son fils, avait revêtu ses plus beaux atours, son grand châle en pointe et sa robe noire de noce. Elle avait acheté une coiffe de fil et des souliers bas. Antoine, le matin, quand elle était montée dans la charrette, lui avait dit : 

    —  C’est toi que te remaries ? T’es plus jolie que ta bru ! Je vais retrouver de l’énergie ! 

Ch. V 3.     —  Graund sot la baête, qu’o rébectounit en rouogissaunt de pllaisi et en li faisaunt eun min sus la joe, je vourais byin m’armaddiaer, seument cha sera à la quaund Noué rapport que t’as paé enco-z-eu la morte ! J’allouns-t-i paé décanilli ? Et tei, Jacques, tâche de paé yête counfoundeu yord et nous fait paé hounte ! »

DSC08776

   Sen Touène était surbé itou mais ch’était ryin  à côtaé du père à Marguerite d’aveu sen biâo juilet et sen capé à mouégi de la chai.

DSC08899

DSC08856

   Cha feut eune belle messe, l’égllise était hâot plenne, les graundes orgues, les cauntiques, le praête qui prêchit reide byin, les quoeurets en rouoge : Bouone érait muus aimaé yête à Mountaigu !

L'égllise dé Valouones

L’égllise dé Valouones

DSC08888

    Médi se trouit, no s’en feut dauns eune âoberge, yavait eune sapraée tabllie : no-z-était pus de chinquaunte et des gens touos en toilette.

DSC08928DSC08930DSC08931DSC08933DSC08934DSC08937DSC08938DSC08942 DSC08947DSC08949 DSC08950DSC08951DSC08954DSC08956

Coume dauns toutes les neuches, no-z-eut de la soupe oû boeu, du boeu bouilli, du gigot d’angné, de la légueume, de la teurgoule et de la galette oû buure. No feut byin abreuvaés, yeut du beire bôchi, du vin et le café és treis couleurs. No-z-était guédaés et byin d’s euns avaient la mène qui leus mountait.

DSC08959 DSC08962 DSC08977DSC08985 DSC08986

   Ampraès chenna, eun bouonhoume vint halaer les neuchous en pourtrait, ch’était le prémyi coup que no veyait cha à Valouène.

ph noce pr m 001

Photos La Presse de la Manche du dimanche 21 juillet (2013 !)

Photos La Presse de la Manche du dimanche 21 juillet (2013 !)

   Les jannes daunchîtent

DSC09124

Les musiciens de La Loure ount fait daunchi les bouones gens sus la pllèche de la mair'rie de Valouones

Les musiciens de La Loure ount fait daunchi les bouones gens sus la pllèche de la mair’rie de Valouones

Vivent les jannes maddiés !!!

Vivent les jannes maddiés !!!

DSC09326 DSC09327

et no se r’mint à mouégi sus les neuve heures de sei : bouilloun, laungue de boeu, et dé dequei  que nous counaissait brin : des bouchies à la renne, ch’était à lique-deigts ! Du poulet rôti, de la légueume et des gâtiâos de Savouée l’s euns sus l’s âotes d’aveu déeus poupiches en hâot —  ch’était Martin et Marguerite -, des gâtiâos sés et des cherises ! Le beire, le vin bllaunc, le café, no-z-en était ergouêmes ! Touène, qu’avait pouortaunt eune goule en papine, lâqui le prémyi boutoun de sa tchulotte.

   Toute la tabllie s’éjouit, pusurs se mîntent à chaunter, eun mord en riaunt countit quiques histouères eun miot hardies et cha feut des riries tout alentou de la tablle.

 — Grand sot répliqua-t-elle en rougissant de plaisir et en lui donnant un baiser sur la joue, je voudrais bien me remarier, mais ça sera aux Calendes grecques puisque tu n’es pas encore mort ! N’allons-nous pas trépasser ? Et toi, Jacques, tâche de ne pas te salir et ne nous fait pas honte ! 

    Son Antoine était très beau aussi mais ce n’était rien à côté du père de Marguerite qui avait un beau gilet et un chapeau de repas d’affaires.

   Il y eut une belle messe, l’église était pleine, les orgues, les cantiques, le curé qui fit un beau sermon, les enfants de chœur en rouge : Bonne aurait préféré être à Montaigu.

   Midi arriva, on alla manger au restaurant, il y avait une sacrée tablée : il y avait plus de cinquante invités, des gens tous vêtus de beaux habits. Comme à tous les repas de mariage, il y eut de la soupe à la graisse, du pot-au-feu, du gigot d’agneau, des légumes, du riz-au-lait à la cannelle et de la brioche au beurre. On but en suffisance : du cidre bouché, du vin et le café aux trois couleurs. On était rassasiés et certains avaient les joues de plus en plus rouges.

   Après cela, un homme vint photographier les invités, c’était la première fois que l’on voyait cela à Valognes.

   Les jeunes dansèrent et l’on se remit à manger vers neuf heures du soir : bouillon, langue de bœuf et quelque chose que l’on ne connaissait pas : des bouchées à la reine, c’était à s’en lécher les doigts ! Du poulet rôti, des légumes, des gâteaux de Savoie les uns sur les autres avec deux poupées au sommet —  c’était Martin et Marguerite -, des gâteaux secs et des cerises ! Le cidre bouché, le vin blanc, le café, on était repus ! Antoine, qui pourtant avait bon appétit, fit sauter le premier bouton de son pantalon.

   Toute la tablée s’amusa, plusieurs chantèrent, un pince-sans-rire raconta quelques histoires un peu osées et tout le monde éclata de rire.

Ch. V 4.      Les couoche-brun et leus cavalyis, suusus pa l’s âotes se mîntent à daunchi, il ’tait quâsiment quatre heures quaund que Martin crochit sa criyature pas le bras et qu’i s’n allîtent se couchi.

   No halit paé le guéretyi à la brun et yeut paé la trempette des maddiaés ; il allîtent paé remessaer et yeut paé de reneuchouns inetou. Ah ! Si no-z-avait ’taé à Mountaigu…

   Veire, Bouone était dauns l’indécis, sen fisset allait-i devenin eun bouorgeoués achteu-maisi qu’i hauntait les villotins et les gens de la hâote, des gens byin plléchis et ergentus ? Guettrait-i enco ses gens ? No dit tréjous de quiqu’eun que quaund no li graisse ses soulyis, no les brûle. Et leus éfaunts, érount-i hounte de leus graunds ? Tout chenna la jigulait, li toupinait dauns la taête, ol en n’tait mouormâode. Ol en avait paé prêchi à Touène, ch’était brin la penne, i veyait jammais quaund cha s’n allait du côtaé de t’empire. Bah ! Cha sert de ryin de se mouégi la couraée.

Les demoiselles d’honneur et leur cavalier se mirent à danser suivis par les autres. Il était presque quatre heures quand Martin prit le bras de sa femme et qu’ils s’en furent se coucher.

   On ne tira pas la jarretière de la mariée et on ne leur porta pas la rôtie ; les nouveaux mariés ne furent pas à la messe d’action de grâce et il n’y eut pas de lendemain de noce non plus. Ah ! Si cela s’était passé à Montaigu…

   Oui, Bonne ne savait que penser, son fils allait-il devenir un citadin à présent qu’il fréquentait les gens de la ville et les gens de la haute société, des gens bien placés et riches ? Regarderait-il encore ses parents ? On dit toujours de quelqu’un que, lorsqu’on lui graisse ses souliers, on les lui brûle — quand on fait du bien à quelqu’un, il ne vous en sait pas de gré… Et leurs enfants, auront-ils honte de leurs grands-parents ? Tout cela la tourmentait, lui tournait dans la tête, elle en était toute triste, toute mélancolique. Elle n’en avait pas parlé à Antoine, ce n’était pas la peine, il ne voyait jamais quand les choses s’en allaient du mauvais côté. Bah ! Cela ne sert à rien de se ronger les sangs.

(à suivre la reconstitution de la cérémonie devant le maire de Valognes et le notaire…)

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Cotentin, Livres en normand, Vocabulaire

25. Images dans Valognes jour de la noce illustrant Bouone et Bouonotte de Maurice Fichet

  J’ai choisi des photos prises dans les rues de Valognes le jouo de la neuche pour illustrer le début du roman « Bouone et Bouonotte » de Maurice Fichet (paru aux éditions Magène, 2012, 19 €, voir le site magene.com)… Donc faudra espérer (attendre) eune miette pour le cortège du mariage : prochain billet ! [Quelques phrases sont coupées (…)]

Le roman commence à la mitaun du 18yîme syiclle à Montaigu-la-Brisette et Valognes...

Le roman commence à la mitaun du 18yîme syiclle à Montaigu-la-Brisette et Valognes…

 Maurice Fichet    Bouone et Bouonotte                    Roman-photo : Rémin Pézeri

Denise luut Bouone et Bouonotte dimmaunche oû moulan à Marie Ravenel...

Denise luut Bouone et Bouonotte dimmaunche oû moulan à Marie Ravenel…

Chapitre I

  1. Il acrasait de plleure, l’iâo dépurait à siâotaées du lermyi, cha dépêlait, cha déquerquait, i ventait, il écllairait : no-z-y veyait quâsiment  coume en pllen jou ! Oû louen, cha quadrâlait, cha cllincâllait de touos bords, no-z-entendait le Bouon guieu rouolaer ses caillous : i devait en avaer eune bouone appalaunquie, quiques bouones bannelaées à quériaer, il en faisait eun vaquerme !

    Il pleuvait à grosses gouttes, la pluie coulait à seaux du larmier, ça tombait à verse, à torrents, ça ventait, ça éclairait : on y voyait presque comme en plein jour ! Au loin, le tonnerre grondait, ça résonnait de tous côtés, on entendait le Bon Dieu rouler ses cailloux : il devait en avoir une bonne quantité en réserve, quelques bonnes bannelées à charrier, cela en faisait un vacarme !

Eun abat d'iâo chu meis de juilet...

Eun abat d’iâo chu meis de juilet…

 

   Le vent vîpait, lochait le hâot des âbres, ratoupinait dauns la couor et se coulait souos les crouésies… I ouinait coume si les sé diablles s’étaient happaé la coue. La couverture allait paé mens paé s’n allaer oû vent ! I faisait touos les métyis ! No-z-était ampraès âot, le fein était rentraé sus les solyis, le froument et le sibéri itou ; d’hivé, no battrait dauns la graunge : le mâovais temps emposerait paé baêtes et gens d’avaer à magi oû gros de l’hivé… 

   Le vent hurlait, secouait le haut des arbres, tournoyait dans la cour et s’infiltrait sous les fenêtres. Il poussait des cris aigus comme si les sept diables s’étaient coincé la queue. La toiture n’allait quand même pas s’envoler ! Quelle tempête extraordinaire ! On était à la fin de l’été, le foin était rentré dans les greniers, le blé et le sarrasin aussi ; cet hiver, on battrait dans la grange : le mauvais temps n’empêcherait pas bêtes et gens d’avoir à manger au plus fort de l’hiver…

 

Cha vouèche dauns les fuules du tilleu...

Cha vouèche dauns les fuules du tilleu…

    Bouone, bouguie dauns sen lyit oû mitaun de tout çu trumutu-lo, en grégeolait de freid dauns sa queminse ; ol érait paé deû yête crétie coume chenna rapport qu’ol avait eune bouone cherge de lanne et eune castalouène sus lyi.

    Bonne, lovée dans son lit au milieu de tout ce vacarme-là, en tremblait de froid dans sa chemise ; elle n’aurait pas dû être gelée ainsi parce qu’elle avait sur elle une bonne couverture de laine et une plus fine, de Catalogne.

 

Granit et schistes du Val-de-Saire...

Granit et schistes du Val-de-Saire…

    Bouone avait à mitan poue, ol érait peu s’anichi dauns le lyit d’aveu sa mère, dauns l’appartement d’aras le syin, coume âotefeis dauns sa petite âge, seument, anhyi, ch’était sa drényire nyit dauns le cabinet iyoù qu’ol avait couchi d’aveu ses sœurs. Deman, cha serait quitte pis qu’ol allait se maddiaer : o pourrait s’accotinaer tout counte sen bouonhoume ! D’aveu li, ol érait pus jammais poue, pus jammais freid, ol en était byin seue !

   Bonne avait à moitié peur, elle aurait pu se blottir dans le lit avec sa mère, dans la chambre juste à côté de la sienne, comme autrefois dans son enfance, seulement, aujourd’hui, c’était son ultime nuit dans la chambre où elle avait couché avec ses sœurs. Demain, ce serait fini puisqu’elle allait se marier : elle pourrait se réfugier tout contre son mari ! Avec lui, elle n’aurait plus jamais peur, plus jamais froid, elle en était absolument sûre !

 DSC09514

  2.  Cha yétait, il ’taient pendus à la mairerie dé depis pus de treis semannes et, à syis heures d’arlevaée (il avaient termaé pouor syis heures rapport que les gens qu’étaient de neuche avaient leus petit tripot à faire tcheu yeus devaunt que de s’en venin, et pis, si no voulait paé trop tergi pouor magi…), si le temps pouvait en ête, si la pêle pouvait se rétchuraer eun miot, eun écâodilloun de solei cha ferait brin de ma !

     Les bans du mariage étaient publiés depuis plus de trois semaines et, à dix-huit heures (ils avaient pris rendez-vous pour six heures du soir à cause des invités qui avaient leur travail à faire chez eux avant de venir, et puis, si on ne voulait pas être trop tard pour manger…), si le temps pouvait se mettre au beau, si la poêle pouvait se désencrasser, si le ciel pouvait se dégager, un rayon de soleil ne ferait pas de mal !

Cha rest le solé, taunt muus !

Cha rest le solé, taunt muus !

 

     À syis heures, o dira « Veire », et Touène itou mahène byin. I merquerount leus noums dauns le bas du dupllicata, achteu o pourra sâotaer oû co à Touène et l’embrachi sauns se muchi des gens, de ches mâodites laungues de coue de quyin des balaundyires du hammé. Ah ! Les sapraées baveresses et leus bagoulages !

    À six heures, elle dira « Oui », et Antoine aussi naturellement. Ils inscriront leurs noms au bas de l’acte, alors elle pourra sauter au cou d’Antoine et l’embrasser sans se cacher des gens, de ces méchantes langues de vipères des cancanières du hameau. Ah ! Les sacrées médisantes et leurs ragots !

Les vents de goule, cha lus counaît !!

Les vents de goule, cha lus counaît !!

 

  

    Bouone savait luure, écrire et coumptaer : sa mère avait élugi la taête à sen père jusqu’à qu’i l’envie à la petite école : o y’avait apprint tout chenna qu’o voulait, ol avait byin de l’ingamo. Ol érait byin aimaé luure des lives, seument, tcheu yeus, yen avait qu’yeun : le live de messe qu’ol avait-z-eu à sa commeunioun. Leus père counaissait ses lettes byin à penne et i luusait paé la politique. Quaund qué le piétoun, eun coup par attrape, leus baillait quique mot d’écrit, ch’était tréjous lyi qui luusait : ol en ’tait reide fyirte !

     Bonne savait lire, écrire et compter : sa mère avait usé la tête de son père jusqu’à ce qu’il l’envoie à l’école primaire : elle y avait appris tout ce qu’elle voulait, elle était très intelligente. Elle aurait bien aimé lire des livres mais, chez eux, il n’y en avait qu’un : le livre de messe qu’elle avait eu à sa communion. Leur père déchiffrait tout juste les lettres de l’alphabet et ne lisait pas le journal. Lorsque le facteur, une fois par occasion, leur apportait une lettre, c’était toujours elle qui lisait : elle en était très fière !

Magène Fichet, maîte d'école, guette les probllèmes de caltchul...

Maurice Fichet, maîte d’école, guette les probllèmes de caltchul…

 

  Ses frères et ses sœurs savaient itou luure et coumptaer, seument fallait paé leus demaundaer graund dé dequei. Pouor signi leus noums, i faisaient eune croué, et d’aveu byin du ma enco (ch’était byin dévrisaé s’i faisaient paé eun brouilloun en pus) : il avaient brin d’arténette !

   Ses frères et sœurs savaient aussi lire et compter, mais il ne fallait pas leur demander grand-chose de plus. Pour signer leurs noms, ils traçaient une croix, et encore non sans mal (c’était bien étonnant s’ils ne faisaient pas une grosse tache en plus) : ils n’avaient aucune facilité !

3. Dauns sen lyit byin trop counséquent pouor lyi, byin abriaée souos le rédédoun, ol avait la taête qui li marchait. Dauns le found de lyi, ol avait biâofaire de haïauntise counte sen père et cha, ch’était rapport és vents de goule.

Oû cllai de leune

Oû cllai de leune

   Cha faisait pouortaunt eune pâose qu’il avait décapelaé. (…) Bouone s’armettait de çu jou-lo, ch’était enco dauns sa taête : sen père se racachait de la feire, il avait eun miot tergi, il était nyit  (…). Les éfaunts et leus mère veûtent byin qu’il ’tait d’eune himeu d’herche,

Ch'est le gâs Chinot, de Fllémaunville, qui mène le queva...

Ch’est le gâs Chinot qui mène le queva…

i se mint à s’ébrailli :

  —  Qui que no m’a dit c’t arlevaée !?

   —  … ?

   —  Ch’est à tei que je prêche Bouone ! Qui que no m’a dit ?

   —  … ?

   —  Ah veire ! T’en fais de belles ! No t’a veue pusurs jouors de raung prêchi d’aveu Batiste, le gas oû Fèvre. Qui que vous mayaundaez touos déeus ? Vyint-i paé t’aindyi à traire ? Fâorait pus mais que cha !

DSC08798

À ten âge, ma file, cha deit paé yête le bas qui quemaunde le hâot ! Ch’est-i que tu vas te mette à couoyi la vésoun ? Ah ! Mâodit Bouon Guieu, je m’en vas te douébi !

   —  Mais je faisiouns ryin de ma, je décidiouns eun miot devaunt qué de nous racachi tcheu nous gens, j’i paé mens dix-huit auns ! 

Ch'est eun bouon gâs, le Touène !

Ch’est eun bouon gâs, le  Baptiste !

DSC08834

   Dans son lit bien trop immense pour elle, bien abritée sous l’édredon, elle ne cessait de réfléchir. Au fond d’elle-même, elle avait beaucoup de ressentiment à l’égard de son père et ça, c’était à cause des racontars.

   Cela faisait pourtant un moment qu’il était mort. (…) Bonne se rappelait bien de ce jour-là, c’était encore dans sa mémoire : son père s’en revenait de la foire, il s’était un peu attardé ; il faisait nuit (…). Les enfants et leur mère virent bien qu’il était d’une humeur de chien, il se mit à beugler :

  —  Qu’est-ce qu’on m’a dit cet après-midi !?

  —  … ?

  —  C’est à toi que je parle Bonne ! Qu’est-ce qu’on  m’a dit ?

  —  … ?

  —  Ah oui ! T’en fais de belles ! On t’a vue plusieurs jours de suite discuter avec Baptiste, le fils de Lefèvre. Qu’est-ce que vous combinez tous deux ? Il vient t’aider à traire pour sûr ? Manquerait plus que ça ! À ton âge, ma fille, c’est pas le bas qui doit diriger le haut ! C’est-i que tu vas devenir une putain ? Ah ! Sacré Bon Dieu, je m’en vais te mâter !

  —  Mais nous faisions rien de mal, nous causions un peu avant de rentrer chez nous, j’ai quand même dix-huit ans !       

Bouone, ch'est men p'tit noum !

Bouone, ch’est men p’tit noum !

 

Bouone oû marchi de Valouène prêche à ieune amin...

Bouone oû marchi de Valouène prêche à ieune amin…

4.  I halit sa cheinture et li passit eune freulaée coume ol en avait jammais archeu, ol avait enco la merque de la bllouque sus le bas des rens ! Ch’est sa mère qui l’arrêtit.

DSC08734

    Ah les vents de goule ! Y’a des criyatures qu’ount eune bouone caquetouère et paé gros dé dequei faire tcheu yeus !

DSC08723    Quique temps devaunt çu coup de temps-lo, les Marie-caquetouoses du hammé avaient digouési sus sa soeu Jeanne qui s’n allait sus ses dyis-set auns, y’en a tréjous qui vount oû devaunt des nouvelles coume eun quyin de cache qui prend le frai. «  Ol avait ’taé apercheue d’aveu le gâs à Ugène, souos la haie de la graunge és dîmes et i faisaient byin âote seit qué dé devisaer ! »

Ch'est oû doué que les nouvelles s'évâopillent és quate vents !

Ch’est oû doué que les nouvelles s’évâopilent és quate vents !

   Qui qu’avait dit leus père ? Ryin ! Il avaient même paé-z-eu eune entreprinse oû sei à soupaer ! (…) « Coume no dit tcheu nous : Tchu veu est pouen perdeu, tchu tâtaé est byin aventuraé ! Je vourais paé que no dise que tu tyins muus sus le dos qu’eune fâocile… Coume jé le dis tréjous, les joueries vyinnent tréjous à ma. Devaunt qué de jostaer coume chenna, vâorait muus passaer souos la perque ; si touos déeus cha s’acaunche byin, José a qu’à en prêchi à ses gens : mei et ta mère, je serouns d’arraungement »

    Et cha feut quitte ! Quiques meis ampraès, Jeanne feut maddiaée !

   Il retira sa ceinture de cuir et lui flanqua une volée comme elle n’en avait jamais reçu, elle en avait encore la marque de la boucle sur les fesses ! C’est sa mère qui l’arrêta.           

    Ah les commérages ! Il y a des femmes qui ont la langue bien pendue et pas grand-chose à faire chez elles !

DSC08733

Quelques temps avant ça, les Marie-caquettes du quartier avaient déblatéré sur sa sœur Jeanne qui allait bientôt avoir dix-sept ans, il y en a toujours qui vont au devant des faux-bruits plus vite qu’un chien de chasse flairant la piste du gibier : « Elle avait été entrevue avec le fils d’Eugène, sous la haie de la grange aux dîmes et ils faisaient bien autre chose que de discuter ! »

   Qu’avait dit leur père ? Rien ! Ils n’avaient même pas eu une remarque le soir en soupant ! (…) « Comme on dit chez nous : cul vu n’est point perdu, cul peloté est bien mal engagé. Je ne voudrais pas que l’on dise de toi que tu tiens mieux en équilibre sur le dos qu’une faucille… C’est ce que j’ajoute toujours : les petits jeux finissent mal. Avant de s’amuser ainsi, vaudrait mieux passer sous la perche à l’église ; si tous les deux vous vous entendez bien ensemble, Joseph n’a que d’en parler à ses parents : ta mère et moi, nous verrons à arranger ça ». 

    Et ce fut tout ! Quelques mois après, Jeanne était mariée !

Jeanne le jouo de sen maiage

Jeanne le jouo de sen maiage

DSC08883DSC08853

 DSC08866

5.    Jammais o s’était ramiôlaée d’aveu sen père. Ch’est seu, ch’était paé eun embrachous (…). Dauns des coups, i féchounait des souffllets dauns du ros pouor ses éfaunts, des cannepétyires itou dauns des braunques de su ; pouor lyi, yavait jammais ryin. Parfeis, i se racachait du marchi de Valouène d’aveu eun chucre d’orge, quaund qu’il avait byin vendeu sen buure. Yen avait paé tréjous pouor lyi.

DSC08887

   —  Ah ! Ma pouore Bouone ! qu’i li disait, iyoù que j’i-t-i la taête ? Je sais pus coumptaer, je sais pus coumbyin que j’i dé petiots ; ch’est tei la pus vuule, tu vas byin coumprenre… T’en éras yeun la semanne qui vyint. 

    Elle ne s’était jamais rabibochée avec son père. C’est certain, c’était pas un tendre (…). Parfois, cela arrivait qu’il fabrique des sifflets dans du roseau pour ses enfants, des pétoires également dans des branches de sureau ; pour elle, y avait jamais rien. Des fois, il rentrait du marché de Valognes avec un sucre d’orge, lorsqu’il avait bien vendu son beurre. Il y en avait pas toujours pour elle.

     —  Ah ! Ma pauvre Bonne ! lui disait-il, où qu’j’ai la tête ? Je sais plus compter, je ne sais plus combien qu’j’ai d’enfants ; c’est toi la plus âgée, tu vas bien comprendre… T’en auras un la semaine prochaine. 

DSC08768

   D’aveu sa mère, ch’était paé de même ; parfeis, ol ’taient toutes déeus dauns la tchuusène, o s’en venait s’anichi sus lyi, la bouone fème la carluusait eun miot, li faisait lola et o demeuraient toutes déeus à se tenin à brachies. Dauns des coups sa mère la couéffait : o li faisait eune choupette ou byin des cacanettes, o li pouésait eun biâo ribaun dauns les queveurs. « Coume ol est jatile ma fillette, ma Bouonotte ! La Renne d’Espane est paé joulie coume lyi ; dauns dyis auns touos les gâs du trige serount à ses pyids, que li disait sa mère… Ch’est sen père qu’en éra des coups de capé ! » Les reues du banné criaient à l’huile le loung de la parei de la couor, le père rarrivait, la mère muchait byin vite les queveurs de sa petiote souos sa bounette de fi et o s’armettaient à tripotaer dauns la maisoun.

   Avec sa mère, ce n’était pas la même chose ; certaines fois, elles ’taient toutes les deux dans la pièce principale, elle venait se blottir sur elle, la mère la câlinait un peu, la cageolait en chantonnant, et elles restaient à se tenir toutes deux embrassées. Quelquefois sa mère la coiffait : elle lui dressait une mèche sur la tête ou bien lui faisait des anglaises, elle lui nouait un beau ruban dans les cheveux. « Comme elle est belle ma fillette, ma Bonnotte ! La Reine d’Espagne n’est pas aussi jolie qu’elle ; dans dix ans tous les gars du coin seront à ses pieds, lui disait sa mère. C’est son père qu’en aura des coups de chapeau ! » Les roues du banneau couinaient en longeant le mur de la cour, le père revenait, la mère cachait bien vite les cheveux de sa gamine sous sa coiffe et elles se remettaient à tripoter dans la maison.

DSC08767

6.   Coume ch’était lyi la pus vuule, ol avait panagyi ses frères et sœurs : chaungi les drapiâos, les laungets, les couchous, berchi les pus jannes dauns leus ber, dui les sapraées brélettes qu’étaient brin chucraées, o faisait chenna touos les jouors. Ah les mâodits frélaumpyis ! I lyi avaient dounaé byin du capi, ol avait-z-eu byin du ma d’aveu yeus, no peut dire qu’il l’avaient faite arvive. Ol avait ’taé byin moûtraée, o souennerait ses quenâles coume i fâot.

  Comme c’était elle la plus vieille, elle s’était occupée de ses frères et sœurs : changer les langes, les couches, bercer les plus jeunes dans leur berceau, dresser les espiègles qui n’étaient pas faciles, elle faisait cela tous les jours. Ah les maudits vauriens ! Ils lui avaient donné bien du souci, elle avait eu beaucoup de mal avec eux, on peut dire qu’ils l’avaient faite enrager. Elle avait été à bonne école, elle soignerait ses enfants convenablement.

 DSC08755

    L’ouvrage li faisait paé poue, Bouone halait paé sen tchu d’arryire, ol ’tait quoeurue : d’étaé, ol aindait oû fein, o râtelait, ol enraunçait, o fanait, o tassait les bottes dauns les grényis. D’aveu sa mère o tchuusait le fricot, ch’est enco lyi qui lavechinait les abaisses et les castroles dauns le lévyi, ol ’tait byin monigaunte et ol avait byin de l’obiche. Ses frères, d’hivé, demeuraient à écopi dauns les tisouns, d’arnouvé et d’étaé i busoquaient eun miot mais no les réforchait brin.

   L’ouvrage ne lui faisait pas peur. Bonne n’était pas tire-au-flanc, elle était courageuse : l’été, elle aidait au foin, elle râtelait, elle mettait le foin en rangs, elle fanait, elle tassait les bottes dans les greniers. Avec sa mère elle faisait la cuisine, c’est encore elle qui lavait les plats et les casseroles dans l’évier, elle était très active et elle avait de l’initiative. Ses frères, l’hiver, restaient à cracher dans les braises ; au printemps et en été, ils travaillaient un peu mais on ne les obligeait pas.

DSC08797

   Oû matin, devaunt la clloque, paé besouen de la criaer pouor la déheuqui et, oû sei, no la viyait juquie sus sen quétoun d’aveu ses connes byin relisauntes. Sen père avait paé louaé eun daricot, ch’était lyi la triolette ! Ses sœurs gelaient paé la freid dauns les cllos, cha érait ’taé byin drévisaé si ol avaient-z-eu des casseures és mans ou byin les dépêlaées d’iâo sus le dos, la boe, la vatre dauns les caches : ch’était pouor Bouone ; et no leus disait jammais ryin, no leus demaundait jammais ryin, tout chenna li avait byin des coups rabûqui la taête. D’où vyint que leus père faisait taunt de partialitaés ?

   Le matin, avant l’angélus, pas besoin de l’appeler pour la faire lever et, le soir, on la voyait grimpée sur son âne avec ses cannes bien luisantes. Son père n’avait pas engagé un aide pour la traite, c’était elle qui trayait ! Ses sœurs ne se gelaient pas dans les champs, ç’aurait été bien étonnant qu’elles aient eu des engelures aux mains ou les grosses averses sur le dos, la boue, la fange dans les chemins : c’était pour Bonne ; et on ne leur disait rien, on ne leur demandait rien, tout cela lui avait bien des fois tourné dans la tête. Pourquoi son père avait-il tant de parti pris ?

DSC08729

   D’arryire ou d’hivé, à la villie, le père avait tréjous quique pannyi à féchounaer ou à renfounçaer ; la mère rapyichetait les braies ou les rengenouillait, raquemodait les câoches ou les queminsoles de pé des uns et des âotes. Bouone, lyi, mountait sen troussé, ol ’tait reide snaiqueuse et ol avait byin du gingin. Ma fei, o sera byin attrousselaée, o sera paé chentaée probablle, ol éra paé mens dé dequei raungi dauns s’n ormouère, sen bouonhoume la prenra paé tchu tu nu ! Ses sœurs avaient-z-eu eun troussé d’acat.

   À l’automne ou en hiver, à la veî llée, le père était occupé à tresser un panier ou à y remettre un fond ; la mère rapièçait les culottes ou cousait des pièces aux genoux, reprisait les chaussettes ou les tricots de corps des uns et des autres. Bonne, elle, faisait son trousseau, elle était très soigneuse et avait beaucoup d’habileté. Ma foi, elle aura un beau trousseau, elle n’aura pas cent pièces de chaque sorte probablement, mais elle aura tout de même de quoi ranger dans son armoire, son mari ne la prendra pas sans rien avoir à se mettre ! Ses sœurs avaient eu un trousseau acheté tout fait.

DSC08843DSC08918

   (à suivre…)

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Faête és Normaunds, Livres en normand, Saisons

23. Une noce en habits normands 1900 à Valognes samedi 20 juillet et des fiançailles dimanche au moulin de Marie Ravenel à Réthoville (Nord-Cotentin)

No dit cha tcheu nous mais qu’eune femme ma’iée a-z-eu eun petiot avaunt neu meis de ma’iage : « Ils ont fêté Pâques avant les Rameaux ! »

Ch’est dé demême ch’té semanne : le sammedi, neuche, et le dimmaunche accordailles !

http://moulinmarieravenel.fr/fiancailles-normandes-au-moulin-21-juillet-prochain/
1) sammedi ven-ous en tous veî le ma’iage d’aveu chent quatre-vingt invitaés achteu à Valouones (Valognes) : oû matin va yavaer du mounde dauns le bouorg ! Pis le cortège va s’en venin à treis heures d’arlevaée pa la Rue des Religieuses,… et pis les douoze carrioles coume ch’té’chin passerount pa les vuules rues pavaées du Moyen-Age yoù qui ya achteu le Pays d’Art et d’histoire du Cllos du Cotentin. Touos les bouones gens mougerount oû sei coume dauns le temps : eun « menu » de douoze pllats ! D’aveu La Loure qui les fera daunchi touote la nyit !!
Dauns eune maringote à Muriel Lefèvre du Vrétot, no veit Stéphane Henry, qui lâone (se promène) dauns la couor du câté de Bricbé (bricquebec) en mai dé 2007, ch'tait la graund faête des Rouaisouns (les rogations) d'accaunt les Jèrriais et Guernesiais, Câochoués,...

Dauns eune maringote à Muriel Lefèvre du Vrétot, no veit Stéphane Henry, qui lâone (se promène) dauns la couor du câté de Bricbé (bricquebec) en mai dé 2007, ch’tait la graund faête des Rouaisouns (les rogations) d’accaunt les Jèrriais et Guernesiais, Câochoués,…

Vous allaez veî des couéffes en dentelles du Bessin, d’o leus poués (noeud) à l »arryire. Ch’est paé les hâotes couéffes d’s annaées 1850 en Normaundie ! Ni inetout les hardes d’aveu de la belle couleu : nennin, dé depis 1870, la fâote à Napoléiuon III qui fit la guerre és Allemaunds et perdit l’Alsace et la Lorranne… No-z-était en deu !

Stéphane Henry a genci eune inté neuche à Bayeux en 2007 yoù qué je feus invitaé, d’aveu eun biâo costeume ! Guettaez !

Eune fème de Bayeux d'o sa bounette et sen bouohoume en bllâode, et pis mei d'accaunt eune jolie pétiote de Bricbé ! (en 2007)

Eune fème de Bayeux d’o sa bounette et sen bouohoume en bllâode, et pis mei d’accaunt eune jolie pétiote de Bricbé ! (en 2007)

V’là le papilloun qu’annouche le ma’iage à Valouones :

180 costeumes à la neuche ! Incréyablle ! à veî chu sammedi ! I fâot avaer eun biâo troussé de linge dauns sen ormouère !

180 costeumes à la neuche ! Incréyablle ! à veî chu sammedi ! I fâot avaer eun biâo troussé de linge dauns sen ormouère !

mariage Val 001

2) Et pis yéra les accordailles féchoun 1850 (d’aveu les belles couéffes à qui qu’érait la pus hâote !) le dimmaunche où moulin touot rechaumpi d’aveu eune couverture en gllu (un toit en chaume) à Réthoville.

Amoureux des reconstitutions ethnographiques, à ne pas manquer ! Yéra itou des jéeus chu dimmaunche, les quilles du Cotentin (association Tec-Nor) : j’y sis byin seu !

Ch’tait pas ryin  d’allaer en neuches âotefeis ! Cha se préparait byin en avaunche !

Ryin que pouor pairaer (arranger) la couéffe, les files appronnaient à faire la dentelle à la man, et pis fallait savi repassaer les couéffes à tuyaus !

La dentélyire  (extrait)

  Touote la forteune d’eune dentélyire…

Ch’est sen métyi, ch’est sen vuus rouet ;

Ch’est l’art charmaunt dé nous graund-mères,

Couoraez, couoraez, mes p’tits blloquets…

 

Dès le point du jour j’me sieus minse

Âo travâl sus men cabouret ;

Ch’est pouor garni lé hâot des qu’minses.

Couoraez, couoraez, mes p’tits blloquets…

 

Jusqu’oû jour faillaunt, fâot qu’cha trotte,

Pouor fini eun festoun coquet

Qu’ no posera dauns l’ bas d’eune tchulotte.

Couoraez, couoraez, mes p’tits blloquets…

 

Ch’est byintôt la neuche à Phrasie,

Fâot qué j’ li fèche eun biâo bouquet

Pouor qué sa bounette seit flleurie,

Couoraez, couoraez, mes p’tits blloquets…

(suite sus magene.com…).  Chu pouème de Joseph Mague feut mins en meusique par Donnié Bouordelés. Théo Capelle la chaunte reide byin en concert – coume le mercrédi 24 dé juilet à Mountfiquet oûpraès de Balerey (Montfiquet, Balleroy, entre Bayeux et Saint-Lô), et pis sus la bllaunche galette (CD) noumaée « La Dentélyire » justénèment.

Vuus métyis d’âotefeis

     Ce texte est un très beau témoignage de Pierre Guéroult sur sa mère, repasseuse de coiffes et de bonnettes à Pont-L’Abbé-Picauville, au centre du Cotentin – qu’on appelle le Bauptais.

     Le bonnettes très variées en Cotentin dans les années 1900 se portaient dès qu’une femme sortait de sa maison : cela ne se faisait pas d’aller même chez la voisine sans coiffe, « en cheveux » ! Elles ont fait suite aux grandes coiffes extravagantes que les femmes les plus riches portaient dans les années 1820 à 1860. Cependant en Cotentin, pays très conservateur et isolé, ces coiffes seront portées encore plus tard, le chemin de fer est-il une des causes de leur disparition ?

      De nombreux musées et groupes folkloriques ont heureusement conservé ces magnifiques éléments du patrimoine qui demandaient un travail incroyable, car les tissus étaient brodés et ornés de dentelles, parfois tuyautées. Chaque canton de Normandie avait ses modèles de coiffes…

       Seuls les mots très différents du français sont traduits (entre crochets) afin de ne pas alourdir le texte. L’orthographe est celle du Dictionnaire normand-français de J.-P. Bourdon et A.Cournée (Editions CILF PUF) en conservant quelques particularités de la prononciation de Pierre Guéroult tel le son ain.  

SONY DSC

 

 

Les bounettes à tuyâos

      « Assyis-tei lenreit men fisset, et  bouoge paé. Tyins, v’là eune pastile de jus que Madème Lucas – l’épicyire- m’a baillie pouor tei. Chuche-là… Fâot que je travâle tu sais byin, pouor gangni noute veie. J’i envie de t’acataer eune belle paires de galoches pouor c’t arryire, quaind t’iras à l’école ». Et, sus ma petite quaire en boués, eune pouopaée de chique dains mes bras, touot en chuchaint men jus [jus de réglisse] qui me neirchissait les babènes et les deigts, je guettais ma mère travailli. Cha m’amusait de la veî à s’n ouovrage de touos les jouors, c’t ouovrage qu’était noute gangne-pan et qu’ol aimait faire aveu taint de précaôtioun.

      Ol arpassait, ma mère, et dains touot le bouorg coume dains les c’meunes d’alentou, les gens disaient : « Cha qu’o fait est tréjouos byin fait ; no peut s’y fiaer et o prend paé chi. Faôrait allaer byin louen pouor en trouovaer ieune coume lli ! » Coume no dirait oû jouo d’annyi, ch’était eune “artiste”. Veire ! eune “artiste” à sa mannyire. Vos li ériaez dit cha, qu’o vous érait répounu : « Vous moquous de mei ? Je fais chenna qu’i faôt, et v’là touot ! « . Mais oû d’dains de lli, o savait byin qu’ol était quasiment la drényire à faire çu métyi-lo et ol en ‘tait fyirote sains en avaer l’air.

Modestie et courage…

       Ch’est pouortaint paé que cha lli rapportit grâos. O le faisait par besouen, byin seû ! (Faôt-i paé faire quique seit pouor vive ?), mais surtouot par pllaisi.

      Déeus sous la douozonne de moucheus de pouquette ; eun sou la queminze, treis sous les déeus s’i fallait empesaer la fale [le jabot].

      Pou les couèffes et les bounettes, treis sous pyiche ; ch’était pus chi mais cha demaindait byin du temps, surtouot pou les tuyâotaées.

      Yavait paé tréjouos de l’ouovrage, mais quaind venait le temps de Pâques, à la Mi-âot, à la Touossant, à Noué et oû Tchu de l’Ain, ol avait byin du ma à countentaer ses pratiques [ses clientes]. Et si ch’était eune neuche, eun baptême ou eune c’meunioun, i li fallait passaer byin des bouots de nyit à la lueu de sen grâsset [lampe à huile]. « Couoche-tei, qu’o me disait dains ches couops-là, ampraès souoper, je vas brodaer. Touorne-tei du caôtaé de la parei, et dors… T’otchupe-paé de cha que je fais ». Mais quaind ol ‘tait en pllonne ouovrage, je m’artouornais sains faire de brit et je la guettais faire. Poé byin loungtemps, car byintôt, mâogré mei, mes urs cllinquaient et je m’endormais en rêvaint de dentelles et de frainfreluches qui dainchaient alentou de mei coume les affutiâos de la Belle oû Boués Dormaint ou de Chendrilloun dains les countes de ma bouone amin, Mam’zelle Suzonne, la vuule maîtresse d’école, noute veisène.

      Ch’était tréjouos dé d’même. Et je l’i veu taint de couops ! Ch’est magène byin pouor cha que je m’en arsouovyins enco coume si ch’était d’hyir !

Mouchoirs, tabliers et châles…

Espozsitioun de dentelles et bounettes à Bricbé (2007) organisie pa Les Amins du Doujoun).

Espozsitioun de dentelles et bounettes à Bricbé (2007) organisie pa Les Amins du Doujoun).

      Oû mitaun de l’aire, sus la graind tablle, la teile à repassaer était pâosaée, sains faire eun plli ; ol ‘tait faite d’eun carraé de fllonnelle qu’était le restaint d’eune couoverteure de men ber dé quenâle. No-z-y-veyait les taques breunes des breuleures des fers trop câods. Sus la dreite, eune moque touote érainsaée [à l’anse cassée], touote ébréquie, était à mitaun pllonne d’empeis dains qui que trempait eune petite chique en mouosselène. A gâoche, eune mannyire de petit cri [trépied] pouor paôsaer les fers ; eun bâtoun de chire et dé d’quei pouor faire écllairi les fales des queminses et la dentelle du bas des cotillouns dé dessouos.

      Sus eun bainc, touote l’ouovrage à faire : des bounettes, des queminses d’houme et de fème en teile du pais, des moucheus de pouquette blleus, ôussi larges que des serviettes à décrachi, des moucheus de co, des devaintés gorge de pigeoun [tabliers], des châles en souée, des cotillouns bllaincs qu’avaient eun émuguet [une fente avec une poche] sus le câotaé et des dents dains le bas. « No dirait, ches dents-là, une guirlainde de Sant-Sacrement que no met souos les pyids de l’estateue de la Bouone Vyirge «  que je dis eun couop à ma mère.

      Dains l’âtre, en hivé, eun biâo feu de boués fllaimbait : les tisouns rouoges, *halaés sus le dévaint, câoffaient treis fers dréchis sus lus déryire. En étaé, i1 ‘taient pâosaés sus eun petit récâod yoù que breûlait du querboun de boués et de la querbounette que mouman m’enviait trachi dains eune pouque tcheu le vuus Pétit, le bouolaingi d’à côtaé de nous, qui me l’épuquait dains s’n étouffous : « Je te bâle 1a plus grâosse et la milleure pis que ch’est pouor arpassaer » qu’i me disait…

      Je veyais ma mère se croqui sus le feu et prenre d’aveuc eune chique dé lonne la pouengnie de fé qu’ol appréchait de sa joe pouor veî s’il ‘tait caôd coume i fâot, et pis o le frottait pou le décrachi sus eun bouessoun en drap qu’était sus le bord de la tablle et o c’menchait sen repassage.

Un travail minutieux…

     Les moucheus, enco eun miot mucres [humides –mot scandinave-], faisaient de la buaée oû dessus de la tablle. O les pliait déeus couops, treis couops, et quaind ch’était aguevaé, ol appiait des déeus mans sus sen fé pouor byin merqui les pllis et o les mettait par petits tas en disaint : « Cheus-chin, ch’est pouo Madème Radot. Cheus-1o, ch’est les syins à Guustène ».

     Pou les bounettes, cha allait mens vite. O passait le fé sus le found et par en dedains et no-z-érait dit qu’o dessinait des flleurs sus la teile à repassaer. Si ch’tait paé assaez raide, ol y remettait eun miot d’empeis d’aveu la chiquette en mousselène. Ampraès, o se servait d’eun drâole dé petit fé round et couort, qu’allait jusqu’és bords aroundis de la bounette ou de la coueffe. Mais touote c’t’ ouovrage-là, « ch’était dé d’quei de byin c’mode qu’o disait : le tuyautage, ch’est pus difficile ! »

     Quaind o se mettait à tuyâotaer ses bounettes, no-z-érait dit eune vraie cérémounîn. Dains l’arlevaée dé repassage, ch’était l’heure la pus émoutiounainte, coume qui dirait, pouor les gens d’Egllise, l’Elévation duraint la Graind-messe.

     Les fers à tuyâotaer, des mannyires de cisiâos rounds qui ne coppent paé, câoffaient dains l’âtre. O les *halait d’aveu précâotioun, les assuyait sus eune fuulle dé papyi qui neirchissait et breûlait parfeis. O les faisait touorniqui pou les arfreidi et pis, douochement, o les gllichait dains la dentelle de la bounette, eune brainque en dessus, eune brainque en dessouos ; sa man touornait le fé itou et no veyait se dréchi eun biâo tuyâo, et pis eun âote, toute eune raingie de tuyâos byin raides et de la même grâosseu. Sus sa man gâoche froumaée à hâoteu de ses urs, o pâosait la belle bounette en dentelle dé qui que les tuyâos faisaient, sus le dévaint, coume la couoronne d’ergent de la Renne des faées qu’était dains les images de men live de countes.

 Des princesses en blanc

Jeannine Bavay, Jean-Cllade Légi (Léger) et Marotène de Bllaunche Launde en 2007. Ol est pus là d'accaunt nous achteu, ch'est cha qu'est triste...

Jeannine Bavay, Jean-Cllaude Légi (Léger) et Marotène de Bllaunche Launde en 2007, qu’est pus ilo d’accaunt nous achteu, ch’est cha qu’est triste…

      Et touotes ches bounettes ajeustaées sus des supports en boués à taête rounde, yen avait touot alentou de la pyiche : sus les tablles, sus les baincs, sus les quaires, sus l’alcôve et jusqu’à sus la pus *hâote étagyire du vaisselli. La nyit, si je mé révillais, à côtaé de mouman qui rounfllait, ernaée pa s’n ouovrage, quaind i yavait eun miot de leune, je mé creyais dains eun châté *haintaé. Je veyais des milorennes et des chorchyires et des princesses en bllainc qu’avaient l’air de dainchi sains faire de brit dains la maisoun qui dormait. Parfeis eun drényi tisoun de querboun de boués évalinguait en pétaint des étinchelles devaint qué de s’étenre. Alors touotes les criyatures de men raêve s’écllairaient d’eune lueu rouogeâte d’enfé et je les veyais se caintaer sus mei. Byin vite, jé me muchais souos le drap en criaint : « Mouman! » et ma mère en se révillaint me disait : « As-tu finin de gipoutraer coume chenna ? Qui que t’a doun que tu dors paé ? » O s’est jammais avisaée, ma mère, coumbyin que je les aimais ses bounettes, byin qu’o me fassent poue, parfeis, la nyit. Mais o les aimait byin, li itou.

      Quaind les fèmes dé par tcheu nouos se mintent à portaer lus prémyis capiâos, cha la désolit. « Ne me prêchiz paé de cha, qu’o faisait. A qui qu’o ressembllent d’aveu lus pots de flleurs sus le coupé de la taête ? »

      Quaind la file és Duva, de la Sainseuryire se ma’yit, touotes les fèmes de la neuche étaient en capiâos. « Vey-ouos cha ! que faisait ma mère. Cha yen fait-i de l’esbroufe ! Cha  sait paé soument se couèffi coume touot le mounde dé par ichin. Qui qu’i se creient doun ? »

       Mais, ol ‘tait sus le su de noute porte quaind Jâoséphène, la prémyire des files à Louisot *Heurtévent, print Bouonot Vinchent, de la Graind Jannyire. « Qui belle neuche que cha fait ! qu’o disait és veisins. Av-ouos veu leus bounettes ? Ol ‘taient touotes en dentelle de fi d’aveu des gorgyires de souée… »[larges rubans noués].

     Et si persoune répounait, ol arpronnait : « J’en syis seûre, creyiz-mei, ch’est mei qui les i touotes arpassaées ! ! »

La Presse de la Manche, Août 1952

Bibliographie

Pierre Guéroult, Contes et récits. Ed. OCEP, Coutances, 1974.

Société Rossel, revue Le Boués-jaun (deux numéros sur les coiffes). Cherbourg.

Jeannine Bavay. Les coiffes de la Manche. Ed. Les Amis du Donjon, 12 €. Mairie 50260 Bricquebec.

Publications des Musées : en particulier celles de Martainville, Alençon, Bayeux, et de  La Glacerie près de Cherbourg.

     Ne manquez pas les costumes du musée du Vieux Granville… à voute leisi pa les quemins de la Normandie.         

et dauns le Trésor de la langue normaunde (Eurocibles, juillet 2013) : 

1) dictiounaire fraunceis-normaund (Amis du Donjon-Magène):      

fiançailles

accordailles n.m.pl.

menauntises n.m.pl. Fiançailles (vieux terme).

fiancé

bouon amin loc. bouone amin fém.

prétendu n.m. Futur.

promins n.m.

femme

famme n.f. ou fème n.f. « J’i retrouvaé eune fème. Pour seur, ol a déjà-z-eu déeus, treis bouonhoumes mais j’te le garauntis, ch’est eune bouone occasioun. » Gaspard Brey, Et l’histouère de Maurice ?

criyature n.f. « Nos criyatures ount touotes de belles mannyires. » Joséphine Eustace, Les gâs du bout de la Manche.

file n.f. Femme non mariée.

noce

neuche n.f. Yête de neuche.

noceur

mâque-tout n.m. ou mâquiard n.m. ou neuchous n.m.

  2)    Dict nor-fr UPNCoutançais                      

accordaer (s’) 

ve.pr. Faire faire son contrat de mariage.

accordâles 

n.f.pl. Fiançailles.

menauntises 

n.f.pl. Fiançailles.

marier

ve. Se marier. • ol a paé marié, elle ne s’est jamais mariée. • il a marié déeus coups, il s’est marié deux fois .• ol’tait mariée à Biâofis, elle était mariée avec Monsieur Beaufils. V. madiaer, prenre.

marieus 

n.m. Mari. • Par ichin, y’a paé byin de marieus pouor lyi (P.Guéroult)

A luure itou les romans : Lène, d’Aundré Smilly (in Les Treis Soeus – auto-édition épuisée) et Bouone et Bouonotte de Maurice Fichet (éd. Magène, 19 € port inclus).

  Rémi Pézeril

1 commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Bessin, Chansons, Cotentin, Dictionnaire Trésor de la Langue normande, Jersey, Livres en normand, Vocabulaire

14. Dialogue en normand filmé par le Club Vidéo de Tourlaville (Nord-Cotentin) à propos d’un livre bilingue : Dauns ma leunette à mireus, d’aveu Guy, Allain, Joel.

L’Atelier VIDÉO est une des activités proposées par:

le Club de Loisirs de TOURLAVILLE.

La page « Le parler normand » est mise en ligne sur notre site.  http://www.clt-video.org/

http://www.clt-video.org/52+le-parler-normand.html

Dans cet entretien, en » parler normand  » l’auteur Guy Pichon nous parle de son livre et des motivations qui l’ont animé :

« Dauns ma leunette à mireus » 35 chroniques vues « Par le petit bout de ma lorgnette ». Préface d’Alain Bavay (ci-dessous en français et en normand) + photos.

Pierre Lechanu et Jacques Jean ont filmé cette causette entre amis.

Guy Pichon a chouési coumme avernoum Guy du Hammé de Hâot (ichin photo tcheu L's Amins du Doujoun à Bricbé).

Guy Pichon a chouési coumme avernoum Guy du Hammé de Hâot (ichin photo tcheu L’s Amins du Doujoun à Bricbé).

couv Guy 001

« Un ouvrage magnifiquement réalisé entre la plume et la palette » (Marie-Paule Poignet, La Presse de la Manche, 27 3 2012).

70 pages couleur, format 17,7 x 25,3 cm, 252 pages, 24,50 € + port : 8,50 €.

Chèque à Magène Jean-Claude Léger 5 Allée Blanche Lande 50260 BARNEVILLE-CARTERET

Oû Hammé oû Tchuraé (Hammeau au curé), allaez à hue-o (= à dreite si vo-z-êtes à j'va) en venaunt des Puus (Les Pieux) sus Quettetot...

Oû Hammé oû Tchuraé (Hammeau au curé), allaez à hue-o (= à dreite si vo-z-êtes à j’va) en venaunt des Puus (Les Pieux) sus Quettetot…

Hallaez à dia (à gaèche) ichin...

Hallaez à dia (à gaèche) ichin…

DSC07981

Hammé de Hâot

1. Notre voisine / Noute veisène

1. Notre voisine / Noute veisène

Alain Bavay, amin de Guy, a genci ches mots-chin oû quemenchement du live...

En guise de préface,,,

 

Mon cher Guy,

 

Préfacer ton livre est un honneur, mais, face à la page blanche, je vois combien il est plus facile de critiquer quelqu’un que d’en dire du bien.

Ton ouvrage est bien tel que je l’attendais. Même si je n’ai pas tes dons pour « l’interview-express » qui te permet, en quelques minutes, de savoir l’essentiel sur ton interlocuteur, il ne m’a fallu trente-huit ans d’amitié réciproque pour, je crois, bien te connaître.

Comme disent les vieux Normands, « je soumes d’eune âge » et je sais ta famille, tes origines, tes goûts,  tes idées et tes engagements et tout le temps qu’ a duré notre cohabitation, au Collège de Bricquebec, nous avons été pratiquement toujours d’accord sur l’essentiel.

La plupart des textes qui composent ce recueil, tu me les as dits avant de les coucher sur le papier. Je sais que, pour toi, le bon vieux temps ne fut pas si bon que cela ; je connais ton attachement à ta famille, ta sympathie pour les petites gens de ton village, ton goût pour la campagne et pour ton jardin. Je t’ai entendu pester contre les destructeurs de la nature et du patrimoine et certaines nouveautés stupides et tu n’as jamais craint de dire tout haut ce que tu as sur le cœur.

C’est donc tout cela que tu nous invites à retrouver dans ton livre si joliment illustré par ta tendre épouse : pas de poésies, pas d’histoires de fin de banquet, mais la vérité d’un homme dans sa vie,

Installé dans ta « librairie » du « Hammé d’Hâot » ou en voyage, tu jettes un regard lucide sur le passé, le monde actuel et les gens d’ici ou d’ailleurs. Il y a donc un peu de Montaigne dans ta démarche (je sais que ça va te faire rire), mais un Montaigne qui s’exprimerait en parfait normand, chose d’autant plus remarquable que tu n’es pas « né natif » de l’Isle de Cotentin mais originaire de Tirepied, dans le grand sud. Pourtant, comme aurait pu dire le grand Côtis-Capel : « Dauns le loceis de tcheu nous tu n’es brin à l’étreit »,

 

Naturellement, le grand lecteur que tu es connaît cet « avertissement au lecteur » placé au début des « Essais » :

« C’est un livre de bonne foi, lecteur ; il t’avertit dès l’entrée que je ne m’y suis proposé aucune fin que domestique et privée. Je n’y ai nulle considération de ton service ni de ma gloire… »

 

Alors mon cher Guy je pense que tu aurais pu te dispenser de ma préface et la remplacer simplement par cet « Avertissement aux lecteurs » inspiré de ton illustre prédécesseur :

« C’est un livre en toute simplicité, braves gens qui avez l’occasion de me lire ; il vous avertit pour commencer que tout ce que j’ai rassemblé, cela tourne seulement autour de moi. Ce n’est pas fait pour vous plaire et ce n’est point fait pour me vanter… »

 

Alain Bavay

 

A men amin Guy,

Yête le syin qu’écrit oû quemenchement de ten live est, ch’est seu, eun houneu, mais en happaunt la plleume, je veis byin que no-z-est pus à sen à man  quaund no débagoule sus quiqueun qué quaund no veurt en dire du byin.

Ten ouvrage est dreit cha que j’espérais. Mais que je n’ie paé ten adoun pour “épuqui byin vite” les gens et savei en eun ryin de temps le pus gros du syin d’aveu qui que no prêche, j’i paé-z-eu besoin de trente huit annaées de bouon veisinage pour byin te counaîte.

Coume disent les vuus normands : “je soumes d’eune âge” ; je counais ta famile et je sais d’iyou que tu vyins, cha que t’aimes, cha que t’as fait et cha que tu penses et, touot le temps que no-z-a ernaé de par ensemblle coume maîtes d’école oû collège de Bricquebé, no-z-a-z-eu quasiment tréjous les mêmes idaées.

Byin des pages de ten live, tu me les as racountaées devaunt qué de les couochi sus le papyi. Je creis que pour tei, le “bouon vuus temps” fut paé si bouon que cha ; je sais que ta famile, ch’est paé ryin pour tei et que cha t’empose paé de byin aimer les petites gens de ten veisinage, la caumpanne et ten gardin. Je t’ai oui byin des coups étchurfaer counte les syins qui machacrent nos vuus cllos, les syins qui minchent les maisouns de nous graunds et tous les syins qu’inventent quiques nouvelles innochenteries. T’as janmais eu poue, magène, de dire tout hâot cha que t’as sus le quœu.

Ch’est tout chenna que no peut artrouer dauns ten live, d’aveu les si jatiles images de ta fème. Paé de rimailleries, paé d’histouères de fin d’assembllaée, mais la vérité d’eun houme dauns sa vie.

Raumpônaé dauns ta “librairie” du Hammé de Hâot ou byin en viage, tu veis byin à cllai le temps passaé, le mounde d’achteu et les gens d’alentouo de tei ou d’âote part. Tu serais byin eune mannyire de Montaigne (je sais byin que cha va te faire ritounnaer ), mais eun Montaigne qui sérait prêchi noute loceis. Ch’est d’ermerque pour quiqu’eun qu’est paé né-natif du bout de la Maunche mais s’acache de Tirepied, byin louen dauns le Su. Mais coume érait peu le dire le graund Côtis : “dauns le loceis de tcheu nous, tu n’es brin à l’étreit”.

Coume de fait, tei qu’as luusu byin des lives, tu counais “l’avertissement au lecteur” genci oû quemenchement des “Essais” :

“Ch’est eun live touot bounement, liseus ; i t’avertit dès l’hus qué je m’y sis dementaé d’ âoqueun but mais que pour dé mei. Je veurs paé te faire des croupettes et ch’est brin pouor ma gloriole inetou”.

Ainchin, chir amin Guy, je creis que t’érais peu liement mette, à la pllèche de cha que je vyins de couochi sus le papyi, ch’té mannyire d’ “Avertissement és liseus” :

       “Ch’et eun live de fiâotaé, bounes gens qu’êtent dauns le cas de me luure ; i vos avertit pour quemenchi que touot cha que j’i teurqui, cha ratoupène ryin qu’alentouo de mei. Ch’est brin fait pour vos cadelaer et ch’est brin fait pour craqui.”       

 

Alain Bavay

DSC07852

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Livres en normand, Vidéos