Archives de Tag: chasse

62. Le pyige / Le piège, scènette de François Enault

Journaliste, dessinateur, François Enault a peint des assiettes à partir de dialogues extraits de ses histouères...

Journaliste, dessinateur, François Enault a peint des assiettes à partir de dialogues extraits de ses histouères…

Le pyige / Le piège, scènette de François Enault

Les histoires de Pierre et Catherène Loustalot…

 

 Une histoire de braconnage qui révèle les caractères des deux personnages, et du coup ce texte qui a cent ans nous amuse encore… ! « Men poure Pierre ! », mon pauvre Pierre ! répète Catherène ! Notez tous les défauts qui lui sont attribués…

Ce dialogue est facile à comprendre si vous parlez français !

Nous l’avons lu à trois voix lors de la réunion de normand à Bricbé / Bricquebec samedi 3 mai.

Les qu devant i ou yin se prononcent tch dans la région du Centre-Cotentin où habitait François Enault.
Les h d’origine germanique sont très expirés (= r)
Guère = « djère »
Les verbes en aer se prononcent a ou bien o ou bien er comme en français, Enault écrit er, mais il écrit qu’il ne veut pas dérouter les lecteurs.
j’vyins : Enault change de graphie dans le même texte, cela montre son hésitation et la difficulté de rendre simplement ce son i nasalisé.
Tchyin : ou quyin, il est facile de s’habituer à écrire ce son y-i-n qui permet de dire in ou i avec toutes les nuances locales intermédiaires. On peut souligner le qu.
pé et bi de l’auteur ont été conservés (paé et byin permettent plusieurs prononciations)
graindes, dains : prononciation Centre Cotentin (graundes, dauns en graphie unifiée)
qu’ li répounit : les e muets n’ont pas tous été mis en place des apostrophes (que li se dit qu’li = que lui en fr.) ;(en principe seuls les é ne sont pas muets, mais dans un dialogue, pourquoi pas conserver l’)
un r inhabituel a été conservé à leur et trachir : Pitou s’en feut por trachir des carottes…. = chercher

 

Catherène a eun biâo houppelinot !

Catherène a eun biâo houppelinot !

  houppelinot  : vertugadin en français, = bourrelet pour faire bouffer la jupe à l’époque d’Henri IV.
j’ sis-t-enchiffrénaée  : enchifrener est connu en français, = embarrasser le nez.
côné : très petit champ pointu
erganne  : de mauvaise humeur

eun apensement : une pensée subite, mot original peu fréquent…
l’ sinot  : énorme pot en grès à lard (c’est-à-dire à viande de porc que l’on salait.Le congélateur a rendu les sinots obsolètes)

DSC00499 pots à Ger couleurs pastel

Fâot qu’tu seis-t-incarnaée ! Il faut que tu soie maligne, méchante, vicieuse ! le –t- de liaison est fréquent en normand : il permet une prononciation plus facile.

 

Lé pyige / Le piège

   L’aôte jou, oû matin, noute ammin Pierre Loustalot rentrit tcheu li,la figueure touote émoustillie de pllaisi.
I print seument pé l’temps d’erfroumaer sa porte :
– Catherène, qu’i dit à sa fème, d’vène qui qué j’vyins de veî ?
– Froume ta porte tréjous, qu’ li répounit Catherène qui v’nait dé se levaer et qui pouéssait sen houppelinot sus sen p’tit cotilloun dé d’ssous. Tu veis bi coumé j’ sis-t-enchiffrénaée et enrhymaée et ch’est por cha qu’tu prends mens d’ précâotiouns qu’ d’usage !…
Pierre s’en feut doun froumaer sa porte et i r’vyint s’ pllaintaer devaint sa cryateure en li riochaint souos l’ naez.
Catherène, qu’i li dit, j’vis d’veî eun biâo lyive dains l’bouot du côné d’la p’tite Bissounerie !…
– T’érais bi muus fait dé l’happaer, graind maladreit ! qu’ li répounit Catherène qu’est presque tréjous erganne en s’ lévaint.
– Veire, mais j’avais pé men fûsi !
– Graind doumage!… T’as pé d’permins et si tu t’faisais péqui dans tes pllèches aveu ten fusil, tu s’rais d’bouone prinse.
– Oh ! Catherène, les gendarmes né m’tyinnent pé aco… !
– I ’n-ount happaé d’pus subtis qu’tei ! Dains touos les cas, tu vas pé sorti d’aveu ten fusi ches jours qu’les gendarmes raindouolent ilo l’loung rapport ès poules qu’no-z-a volaées à la Salmonne ! Tu serais capable dé m’rapportaer puus seurement eun proçaès qu’ten lyive !!

   Pierre porte les tchulottes dans sen ménage qu’les jours de bi graindes fêtes : cha n’en-n’tait pè ieune ! I répounit mot et i s’en feut mouégi sa soupe dains l’âte en pensaint oû joli couop d’fusi qu’il érait peu faire si sa fème li avait permins…
Catherène en r’souffllit mot inetou, mais l’idaée du lyive la porsuusait, d’oûtaint qu’ol est eun miot portaée sus sa goule. Cha fait qu’à la collation, o brôtait d’haôt eune vuule couenne de lard qu’ol avait sus sen pan :
– Touot d’maême, qu’o fit d’eun apensement, no-z-érait çu lyive dains la castrole qu’cha épangnerait noute cochoun… Il en reste guère dains l’ sinot !
– Bi seur, qu’ fit Pierre, mais tu veurs pé m’laissi essayi dé té l’happaer.
– Quaind qui qu’tu peus avei pensaé d’quei coumme cha, men pouore Pierre ?…
– Ah bi ch’est bi, qu’fit le gros Pierre.

DSC07016

   Et i s’lévit et i décrochit sen fusi du maunté d’la chimenaée.
– J’té défends bi, graind imbécile, dé touqui à ten fusi touot d’site !…, qu’li dit Catherène déjà touote colère. J’ t’ai déjà dit qu’jé voulais pé.
– Je péeus portaint pé l’happaer à la couorse !
– Je té dis pé cha inetou, qu’fit Catherène en riaint : mais prends-lé oû pyige, men poure Pierre ! Cha fait pé d’brit… Cha s’muche dains eun couen souos les rounches, et cha rapporte muus qu’eun tchyin quaind que no sait s’levaer d’assaez matin por y guetti. Mais t’es bi trop pêtre por iête si matina, tei. Et pis ch’est pus glôrieus d’tiraer des couops d’fusi ! No-z-éfouque les vaques dains les cllos, no fait brésilli les ch’vâos sus les barryires, et no mécountente taint d’gens en faisaint ches-z-embarras qu’no risque d’yête dénounchi pa les veisins coume bracounyi ! Ch’est vrai qu’les bracounyis coume tei sount guère daingéreus por eul gibyi, rapport qué si les lyives s’proumènent dains nos cllos, ch’est l’s aôtes gens qui les mouéjuent !…

DSC00185

   Cha vexit Pierre, vos coumprénaez bi. I tappit eun coup d’poueng sus la tablle.
– Ah saque men pi d’bougre, Catherène, ch’est tei qui veus pé qu’j’âle à la cache ! Et mâogré chenna, j’t’ai acco fait goûotaer de bouon gibyi parfeis…
– Prêches-en men pouore Pierre, que fit Catherène. Le drényi couop qu’t’as étaé à la cache t’as tiraé syis couops d’fusi et si tellement fait poue à la Brindyie qu’ol en a avortaé treis jouors ampraès, et touot chenna por tuaer eune bélette !
Le gros Loustalot, qu’est bouon houme et qu’aime sa trainquilitaé, froumit sen couté et s’en feut travailli sains répounre à sa fème. I savait bi qu’il érait pé-z-eu l’drényi mot, ch’est porqui !

Mais oû médi quaind qu’i qu’menchîtent à dînnaer Catherène li dit séquement :
– Vas tu t’dcidaer à li tenre eun pyige à çu lyive-là à la fin ! I va nos brôtaer touos les jeunes chiouns d’nos haies jusqu’à qu’eun cachous d’la ville vyinne l’tiraer ? Fâora-t-i qu’ cha seit mei qu’âle li tenre eun collet ?
– Eh bi, doune-mei d’l’ergent qu’j’âle en acataer ieun qu’lyi répounit Pierre impatientaé : j’avouns pé d’pyiges ichin !
– Veire, et tu vas t’mette à ien acataer ieun por eun liyve qu’t’es pas seur de happaer!… Ch’est p’t-ête eun cat seurment qu’t’as veu dains l’côné !…
– Mais noun dé d’Zo, Catherène, pi que j’té dis qu’j’l’i veu coumé j’té veis.
– Eh bi, Pierre, oû lieur d’acataer eun pyige por li tenre, fâot en empruntaer ieun ! Cha s’ra tréjous eune économin !
– Oh mais t’as raisoun, Catherène, et j’vas m’n-allaer touot à l’heure en d’maindaer ieun à Pitou la Chopène qu’est eune vuule pratique d’la cache oû collet !
– Hélas qu’t’es bête, men pouore Pierre, qu’li fit Catherène en riaint. Tu vas tout bouonement mette la Chopène sus l’quémin d’ten lyive et ch’est li qui le happera à ta pièche… ! T’es trop quenâle pour li empruntaer dé d’quei coume cha… ! Laisse-mei faire.

DSC09765

   Cha fait qu’Pierre s’artournit travailli et, l’après-médi, Catherène s’en feut dains l’courtin à Pitou la Chopène qu’était parti à sa jouornaée ; ses p’tiots étaient à trachi et sa fème était à puchi la linsive oû probytère !

Ch'est oû doué que les nouvelles s'évâopillent és quate vents !

Ch’est oû doué que les nouvelles s’évâopillent és quate vents !

Catherène fit eun trou, coume eune coulaée dains l’pllaintis d’épènes qui borde l’courtin, pis aveu la pouente d’sen couté ol ébrôtit sept-huit rachènes d’carottes, tout oû bord d’un carriâo et a s’en r’feut tchu lyi !…
Mais oû sei por lorse, quaind que Pitou s’en feut por trachir des carottes, y s’apercheut d’la coummission.
– Ah saque men pid, qu’i s’dit, ya eun lyive qui vyint mouégi nos carottes !…, par iyoù qu’i passe çu bouquin-là !…
I fit l’tou d’sen courtin et trouvit la coulâée qu’Catherène avait faite. Cha fit qu’i s’encourut bi vite tchu li sains mot dire, et tout d’go l’pouore ervyint tenre eun collet touot neu dains la brêque du pllaintis !… Là, qu’i s’dit, d’man oû matin, de bouone heure, j’frai eune bouone prinse ichin !… Et i s’en feut s’couochi, bi content.
Veire, mais eun quart d’heure ampraès Catherène v’nait li empruntaer sen collet et enviait Pierre l’tenre dains l’bout du côné d’la p’tite Bissounerie.

DSC07046

   Eul lendeman, Pitou la Chopène passit sa matinaée à trachi sen pyige et Catherène à faire tchure sen lyive !… Oû médi i s’régalîtent touos déeus, Pierre et lyi et quaind qu’i feutent bi-n-ergouêmes i riaient coume déeus bochus d’la tête à Pitou.
Sacraée Catherène va, que disait Pierre, tu t’y counais tei, à empruntaer des collets ! Fâot qu’tu seis-t-incarnaée !
– Cha vâot-i pas bi muus coume cha, qu’faisait Catherène !… J’avouns noute gibyi et la Chopène s’est doutaé d’ryin !… Et j’avouns pas acataé d’laroun.
– Veire, mais qui qu’j’allouns faire d’sen collet ? qu’fit Pierre.
– Crans pé men garçon, qu’li répounit Catherène, Pitou nos a prins assaez d’gibyi sus nous pouor qu’i nos prête eun pyige l’restaint d’nos jours ! Et pis, veis-tu, si tu l’r’tends et qu’les gendarmes l’trouvent… Eune supposition qu’il lé mountréraient à ieun des p’tits Pitous et qué le pouore pétiot l’ercounaisse por ieun des syins à sen père, jé seriouns janmais soupçonnaés !
– Nom de nom, Catherène, que fit Pierre tout saisi, coume tu penses de louen, tei !… Tu m’en coppes l’estouma !
Et Catherène li répounit tout douchement :
– Malheureusement por tei, mon pouore Pierre, tu penses pé assaez et t’y veis guère pus louen qu’lé bouot d’ten naez !… Ah si j’avais pé d’idaées por nos déeus, tu t’frais péqui à man et à déman dains touotes les surguettes qué l’s hounêtes geins trouent sus ieus quemin !…

François Enault

Jouorna de la Mainche, 23 dé septembe 1905.
Arprins des « Propos de Jean Frinot », Bellée éditeus, Couotainches. Graphie 2014.
Les surguettes : les pièges, cette chute de la fin renvoie au titre : le piège…

DSC07029

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Livres en normand, Vocabulaire

18. Le Tour en Corse. Eune partie de cache en Corse. Langue corse (1).

   Eh byin ! Qui que no verra co ! Pou le chentyîme Touor de Fraunce, cha quemenchit pa le touor de la Corse. Cha feut en prémyi qué de parti, l’Amériquain Lance Armstrong qui dit : « Touos les syins qui gannent le Touor enguergotent des drogues… »

Armstrong

Armstrong

« Celui qui ne se dope pas est un pauvre type voué par avance à la défaite« , disait en 1965 Félix Lévitan, le patron du Tour. « En 1956, on parlait déjà du « Tour de la cure de désintoxication ». Puis on a parlé du « Tour du renouveau » après Festina, puis de celui de « la rédemption ». On invente toujours des mots. C’est du vent. Les mêmes sont toujours aux mêmes fonctions. Rien n’a changé depuis cinquante ans » .

Et pis noute « Jaja », Jalabert, feut byin oumblligi d’arcounaîte itou qu’il en print, et no perdit eun reide bouon bacouettous (bavard) dans le poste.

Jaja est remplléchi par eun bagoulard (qui fait des commérages) qu’a paé de tuche (de savoir-faire) !

I dit coume cha oû drényi quilomète de l’étape, mais qu’un (lorsqu’un) couoreus avait écappaé et qu’il ‘tait touot seu par dévaunt : Thierry Adam : « Attention à Irizar, c’est un bon coureur contre la montre, donc c’est forcément parfait pour lui dans le final. Markel Irizar, le coureur espagnol ! (…) Est-ce qu’on va avoir une victoire espagnole ici à Ajaccio ? Peut-être. Cédric Vasseur : C’est bien parti. (…)

Thierry Adam : Et le voilà, seul, en solitaire, il a tiré son épingle du jeu ! Ce sera une formidable victoire pour Markel Irizar, le coureur espagnol de l’équipe RadioShack qui, là, trouve un terrain inhabituel pour lui, c’est surtout dans la montagne qu’on le voit, il fait des grands bouts de route, mais rouler comme ça, il sait le faire (…). Peter Sagan revient dans sa roue, mais c’est la victoire pour Irizar ! La victoire pour le coureur espagnol, inattendue, c’est sûr. Markel Irizar ! Non seulement il gagne la deuxième étape du Tour de France, ici, à Ajaccio, mais en plus, Irizar, Markel Irizar va s’emparer du maillot jaune ! Le dernier Maillot jaune espagnol, c’était Alberto Contador en 2009.
(Silence de trente secondes. Le classement qui apparaît à l’écran nous apprend que le vainqueur du jour n’est pas l’Espagnol Markel Irizar, dossard 47 de l’équipe RadioShack, mais le Belge Jan Bakelatns, dossard 42 de la même équipe)
Thierry Adam : Eh, c’est Bakelants qui gagne ?! C’est Jan Bakelants.
(Silence à peine embarrassant de vingt secondes)
Cédric Vasseur : Oui, j’ai eu un doute, Radio Tour nous avait annoncé Irizar, eh bé non. Donc c’est bien une victoire belge sur la route du Tour de France.
(silence pas du tout embarrassant de trente secondes)
Thierry Adam : Et c’est Michal Kwiatkowski, hein, qui fait troisième. »
Markel Irizar a fini 95e de l’étape, à plus de quatre minutes de Jan Bakelants, nouveau Maillot jaune.

   Et sinon, en attendant celles des anti-mariage pour tous, le Tour a découvert hier sur les banderoles d’indépendantistes purs et durs que la Corse n’était pas la France : CORSICA LIBERA ; CORSICA IS NOT FRANCE. blog de Henri Seckel http://tourdefrance.blog.lemonde.fr/2013/07/01/etape-3-ajaccio-chien-fou-et-boulette-majuscule/

   Et pis i yeut le car qui butit souos la bannyire sus la lène d’arrivaée ! « Juste devant la ligne, j’ai vu que c’était un peu bas, mais l’organisation m’a dit : « Avance, avance. » Je savais que tous les bus étaient passés par là, j’ai fait la même chose. Pas de chance, ils avaient baissé le portique, et il s’est passé ce qui s’est passé ». Et itou le p’tit quyin (chien) qui se mint oû mitan de la rouote pouor empêchi les vélos d’avaunchi !

Ches histouères drôlues (bizarres, étranges) valent byin les syinnes du film « La graund bouclle / La grande boucle » qu’est reide byin, je vouos le câotionne [pou les syins qui demeurent oûpraès de Bricbé / Bricquebec, i rapasse  venrédi 5 dé juilet à 9 h / 21 h : LA GRANDE BOUCLE oû cinéma Le Donjon qu’est touot neu et paé chi (pas cher) ! ].

En tous cas, ch’est paé l’s indépendauntisses qu’ount fait du tort oû Touor…

La Corse ? Ya byin des Normaunds qui vount à la vacaunche en Corse, coume Jeaun de la Py-Ouitte qui maunquit d’y yête baptisi…

Partie de cache en Corse

par Jeaun de la Py-Ouitte, novembe 2004 (récits à paraître en novembre 2013. Veî itou sus magene.com).

L’arryire1 drényi, je m’ens feus d’aveu Marotène viagi quiques jouors oû solei, déeus semannes dauns eun payis yoù que les mountannes tumbent dauns la mé.

Photos Jean-Claude Léger (Jean de la Py-Ouitte)

Photos Jean-Claude Léger (Jean de la Py-Ouitte)

No-z-a prins l’avioun à Orly et je soumes atterris dépuraunt de sueu à Ajaccio, « la cité impériale ». Byin no-z-en a prins : les ferries asseuraunt les vas-tu-vyins-tu2 d’aveu le Countinent battaient les quais blloquis qu’il taient pa des « grèves ». Pens-ous, no va paé byin seur sus ch’t îsle coume no va oû marchi de Bricbé !

Ilo ch’est guère muus qu’ichin d’aveu nous liaisouns maritènes angllo-normaundes ! Y a tréjous dé dequei qui nuut et no peut guère s’y fier inetou.

Padaunt noute séjouo no-z-allit dire boujou à eun amin d’école que no-z-avait paé reveu dé depis noute coumeunioun, ch’est le cas de dire si cha faisait biâo temps ! Noute amin, Bati3 de sen petit noum, a ma’ïé eune file de çu trige, eune jatile file ma fei qu’il avait hauntaée4 quaund i faisait sen temps5.

I fount vali déeus mile vergies de maquis et de châtenyis. I restent dauns eun jouli petit villâche oû mitaun de l’île, à quiques pas du « G.R.20 », çu quemin de graunde raundounaée, seument le pus bé et le pus du de Fraunce, mais qui fait mais guère que chent quatré-vingt quilomètes d’ava en amount.

Je lé marchis quiques heures et je creis que j’en syis co ernaé6 dauns le jouo d’annyi, mais qui biâotaé ! J’en i aco les mervèles dauns mes urs.

Le maquis au double sens, végétation et lieu de résistance

Le maquis au double sens, végétation et lieu de résistance

Mes amins élèvent des vêtus et des sangllis qui creissent quasiment oû libe. Il ount itou eune chentanne de reuques d’aveu l’A.O.C. 7 pou lus mié s’i vous pllaît !

I bâlent touot chenna és horsins qui lâonent8 et sus les marchis des alentouos.

Eune arlevaée, Bati m’invitit à la cache. I print fusi et cartouchyire et je partîmes en « quate-quate ». Sus le quémin, j’armerquis en pllen bourg eune crânyire9. Coume répounse à ma tchu’iositaé, i me dit touot en ritounaunt que c’té maisoun avait « sâotaé » pa la fâote és plloumbyis qu’avaient paé seu braunchi le gaz. Cha faisait que déeus semannes qu’ol taé habitaée par eune famile portuguaise. Les pouores gens qu’étaient paé yens10 en eûtent paé de déhaits. Ainchin va la vie !

SONY DSC

Ampraès eune bouonne heure de coundite, je prinmes eun quemin et butîmes la quérette dauns eune cllairyire praès à praès d’eun pount génois, eun vuus pount ma fei de Du, byin en état.

La banque de Gênes lance au XVIe s. un vaste programme de construction de ponts et d'églises baroques qui concourent encore au charme de l'île.

La banque de Gênes lance au XVIe s. un vaste programme de construction de ponts et d’églises baroques qui concourent encore au charme de l’île.

I devrait paé finin minchi à-fait coume noute pount Barbey à Barneville, les entreprinses étaunt putôt otchupaées à rebâti bâtiments publlics, gendarmeries et aôtes… Mais eun jouo qui que no-z-en sait ?…

Sitôt sus pllèche, no se mint à l’affeut ; no-z-était péquis lenreit dé depis treis petites heures et tréjous ryin. No-z-allait seument reparti à lige quaund no veûmes de la feumaée. Y avait le feu dauns le maquis ! Cha yarrive itou sauns savei trop pouorqui ! Ch’est qu’i fait bellement sé et qu’i suffit d’eun ryin pouor que cha breule. Bati, petête eun miotinet  bracounyi, se démentit11 de poursuure aco eun miot. Byin li en a prins ! Le gibyi, effarouochi qu’il ’tait, se dépatarait12 sus nous. Paoun ! Paoun ! Paoun ! Il arrêtait paé de tiraer ; des cadaves ch’en ‘tait grési13. En eun ryin de temps cha feut eun machacre. Je ramassîmes des lyives, guirannes, feusaunts, bécaches, pigeouns et pusurs marcachins.

Sanglier corse (ph. J.-Cl. Léger)

Sanglier corse (ph. J.-Cl. Léger)

L’arryire du Pick-up feut vite remplli. Coume je courais, je butis sus dé dequei qui traversait le quemin et je poussis eun ébrai :

Eun vipère ! eun vipère !

Men amin s’accachit sauns couri et me rasseura :

            N’aie pas peur, ce n’est qu’une couleuvre. Nous n’avons aucune vipère sur notre île.

J’arprins de la mène. Deit paé inetou yavei mais biâocoup de laungues vipèrines oû payis de Colomba ; i pratiquent l’omerta à cha que no-z-en sait !

SONY DSC

Cha fllaumbait tréjous et le feu en gangnit. Venaunt d’à côte dé mei, no-z-entendit eun jounfllement et no-z-avisit treis aviouns : treis Canadairs s’ente-suusaient. I roundîtent sus nous sauns que no peûmes ryin faire ; i laquîtent lus iâos ; à quiques mètes praès no-z-érait taé byin rinchis : treis coups sé miles lites d’iâo sus la goule, no le serait à mens ! No-z-avait le trélu14 et je deviouns yête bllauncs coume fouore dé pie15. No demaundit paé noute reste, no ramassit les drényires pyiches aco touotes câodes. Coume no se racachait pour arprenre la veiture, eun brit venaunt de pa l’airie niée16 nous arrivit és oréles. Pouor du coup, ch’était le bâoquet, la cherise sus le gâté ; nous urs en feurent équerquillis : treis laungouostes s’ébattaient dauns eune marette !

Magène, no mint eun terme à leus calitchumbelets17 et sauns pus attenre no se déhalit18 de poue d’yête des houmes-grénoules oû laquage à venin des poumpyis du cyil.

arryire1 : automne ; vas-tu-vyins-tu2 : allers-retours ; Bati3 : Baptiste ; hauntaée4 : fréquentée ; sen temps: son service militaire ; ernaé6 : lassé, éreinté ; A.O.C. 7 : appellation d’origine contrôlée ; lâonent8 : se promènent ; crânyire9 : vieille masure ; yens10 : à l’intérieur ; se démentit11 : se mit en devoir ; se dépatarait12 : se sauvait à toute vitesse ; grési13 : recouvert ; No-z-avait le trélu14 : on tremblait de peur ; fouore dé pie15 : excrément de pie ; l’airie niée16 : la surface noyée ; calitchumbelets17 : cabrioles ; se déhalit18 : s’en allaJeaun de la Py-Ouitte [eune py-ouitte, ch’est eun vanneau huppé en fraunceis, d’ampraès le cri vîpaunt de ch’t ouésé].

       En tous cas, les Corses se démentent pus que les Normaunds de défende lus prêchi !

 À l’ouverture de la session de juin de l’Assemblée de Corse (C.T.C.), jeudi matin, Paul Giacobbi a profité d’une question orale sur la langue corse pour afficher une détermination ferme à aller jusqu’au bout de la délibération votée le 17 mai dernier. Revenant sur la visite de Manuel Valls et sur sa fin de non-recevoir, le président de l’Exécutif renvoie le ministre à ses pénates et fustige l’Etat français en le qualifiant « d’Etat pas normal ». Il se dit prêt à saisir les instances internationales pour faire appliquer le statut de coofficialité.

   « Si la France était un pays normal, cela ne poserait pas de difficultés, elle n’est pas un pays normal, elle est un pays avec une structure étrange, une sorte d’intolérance à la diversité et à l’identité de ses régions« .
Promettant d’être très offensif et méthodique, il explique qu’il faut convaincre sur le plan national. « La ratification de la Charte des langues régionales et minoritaires, qui devra se faire constitutionnellement, est un point de passage obligé pour avancer ».
Il s’irrite, de nouveau, du jacobinisme opposé par ceux qui argumentent qu’on ne peut pas changer la Constitution. « On l’a changé pour tout, y compris pour l’île aux Pingouins. Par conséquent, on devrait bien la changer pour la Corse », répète-t-il inlassablement.

Le scandale français
Paul Giacobbi va même plus loin : « La reconnaissance de la langue corse, et d’une langue en général, est, au-delà de la Constitution, un droit naturel des peuples. Par conséquent, nous le contester est, tout à fait, scandaleux ».

Partant de là, il annonce qu’il va agir sur la plan international pour forcer la France dans ses retranchements : « J’examinerai, à fond, tous les recours sur le plan international, y compris la mise en évidence des contradictions de la France qui voudrait imposer, avec arrogance, à d’autres pays de faire vis-à-vis de leurs langues minoritaires ce qu’elle se refuse, elle, à faire pour ses propres langues minoritaires. Le tibétain au Tibet, oui ! Mais le corse en Corse, la France ne peut pas ! Parce qu’elle a des principes ! C’est çà le scandale ! ».
Prévenant que le chemin ne sera pas facile, il conclut en s’engageant devant les élus à appliquer, au plus vite, la délibération. « C’est une question de vie ou de mort, non pas seulement d’une langue, mais de ce que nous sommes. Pour autant que ma fonction ait un sens, si je manquais à ce devoir-là, ma fonction perdrait toute signification ».

http://www.corsenetinfos.fr/Langue-corse-Paul-Giacobbi-veut-appliquer-le-statut-de-coofficialite_a3607.html

    Ch’est paé nos élus normaunds et Présidents de Région B.N. et H.N. qu’en diraient oûtaunt !

Rémin Pézeri.

P.S. infos sus      <www.corse.fr>   :

L’Antichi incanti in Aleria du 26 au 28 juillet 2013

CULTURE – PATRIMOINE

2 Commentaires

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Jeux normands et sports, Langues autres que normand