59. Carteret. Le graund corbin / Le grand corbeau. Photos, poème. En lâonaunt… Revue Vikland. Concerts Magène.

Vikland n° 9.

Jean de la Py-Ouitte

   Je vous recommande le dernier Vikland d’avril-mai-juin 2014 n° 9 centré sur Cart’ret avec un article sur les 3 Cd récents produits par Magène (R’vans, Angelina et Je syis magnifique !)
et un autre de Jean-Claude Léger « Le grand corbeau du Cap de Carteret », très belles photos et poème en normand « Les corbins de la falaise ».

Ci-joint 2 pages sur les 4 du grand corbeau… Les poèmes et récits de Jean-Claude « Jean de la Py-Ouitte » seront tous édités bientôt par Magène.

Carteret Vikland 001

 

Jeannine Bavay Asso Les Amis du Donjon revue La Voix du donjon         La majeure partie des articles d’histoire sur la Vieille Eglise de Carteret, le havre de Carteret (de la préhistoire au port, phare, canot de sauvetage et à l’histoire balnéaire), les manoirs, églises de La Haye d’Ectot et Saint-Pierre d’Arthéglise (où demeure le célèbre Stéphane Marie de « Silence ça pousse » !) sont écrits par Jeannine Bavay (vice-présidente des Amis du Donjon) et par Jean Barros, le tout accompagné de photos de grande qualité…

11 € en kiosque. Ajouter 4 € par la poste :

Editions Heimdal BP 61350
14406 BAYEUX Cedex
Saviez-vous que dans Arthéglise, nous trouvons le nom d’homme scandinave Arnketill, « le chaudron sacré de l’aigle »… ?

 

 

Vikland grand corbeau du Cap de C. J-Claude 001

Vikland Carteret J-Claude Corbin en normand 2è p 001

Les corbins de la falaise

Sus la falaise et, dé depis la nyit des temps
Oû quœu de l’hivé se racache1 eun couplle corbin2.
Sus la falaise il ount trachi sus sen repllat
Eune vire abriaée pouor faire lus nin.
Sus la falaise la fumelle a couaé l’s œus
Et à retouo de temps, no viyait mais qu’le mâle corbin.
Sus la falaise byin j’i trachi à veî
Et du péret3, dauns l’Petit Pits j’ trouvis lus nin.
Sus la falaise graunds ouverts chins bés
Quémaundaient d’la mâquale à lus mère corbin.
Sus la falaise je les veus sauns m’esposaer
És moueries4 d’gens lâonaunt5 paé louen du nin.
Sus la falaise quasiment à touos mes viages
Tréjous, j’étais suusu pa le mâle corbin.
Sus la falaise eune chentanne de portraits j’halis6
Des touos petiots et de lus gens hors du nin.
Sus la falaise cha feut syis semannes pus tard
Byin emplleumaés, l’évo des jannes corbins.
Sus la falaise, dauns le jouo d’annyi no veit en vol
Touote la famile, et, tréjous veude est le nin.
Sus la falaise jusqu’à l’étaé finin
No pouorra suure les calitchumbelets7 des corbins.
Sus la falaise de l’arryire8 à mitan févri
No-z-espérera9 le couplle qui fera eun nouvé nin.
Sus la falaise, magène no-z-a de l’adoun10 :
À Cart’ret …, no peut yête firs, de nous corbins.

Jeaun de la Py-Ouitte. Mai 2006

racache1 : reviens ; corbin2 : grand corbeau ; péret3 : bord de mer ; moueries4 : nombreux ; lâonaunt5 : se promenant ; j’halis6 : je tirais ; calitchumbelets7 : vrilles ; arryire8 : automne ; espérera9 : attendra ; adoun10 : chance.

DSC00093

Les corbins1 sus la falaise

   Dauns le jouo d’annyi je sais paé cha qui m’a démentaé2 d’avei de l’inté3 pouo chu volatile qui niche dauns noute falaise de Cart’ret, dé depis byin des auns pis qu’il était déjà lò du temps de Charles Frémène [Cf. Promenades et rencontres, diffusé par Les Amis du Donjon, 15 € + port 5  €].
Cha deit dataer du jouo, où lâonaunt4 sus l’airie du phare, j’avisis une pauncarte du Groupe Ornitologique Normand (G.O.N.) yoù qu’était merquie la présence du graund corbin. D’où vyint que le corbin de la falaise m’attire ? J’aime la nature et les ouésiâos. Pouor cha qu’ en est de ch’té lague5, cha deit yête rapport qu’i reste touote l’annaée dauns noute trige.
   En ch’té fin d’hivé j’i fait byin des viages à trachi le nind du couplle sus le quemin des douènes ! Savei coumbyin qu’i yavait de naitaées m’entrinait6 ! À fène forche7 de vas-tu-vyins-tu8 et d’yête à l’écoute9 je feus bénin où delà de cha que j’espérais !
   Eun seir, où pyid des roques, à quiques mètes, j’avisis eune taque neire dauns la mé ; ch’tait eun phoque portaé pa le pllen de la marée mountaunte ; eun phoque gris se racachaunt des travers des Ecréhou à cha que no m’a dit par pus tard ! Je l’avisis guère pus d’eune demin-mineute, et coume j’avais men apparel photo j’eus dreit10 le temps de li halaer11 le pourtrait. Quil adoun12 mes amins !

    Pouor en revenin és corbins, les prémyires feis qué je lâonais sus la sente, le mâle (le pus gros du couplle), touot en croachaunt, touornait et ratouornait13 oû-dessus de mei oû fut et à mesu que j’appréchais du nind. Il était brin d’himeu de rire inté14 le sterne arctique de la baie de la Madelanne oû Spitzberg qui me print men capé sus le caquevet15 mais que16 je feus à quiques pas de sen nind, ya de cha praès de vingt auns !
   

   Le corbin fut pus acquemodaunt ! I m’a ryin prins, i m’a dounaé que du bouon-âot17 et de biâos pourtraits. J’allis les veî byin des matins et byin des seirs en chu meis d’avri, tréjous joraé18 des mêmes hardes19 pouor paé les détourbaer20. Oû bout d’eune semanne no-z-érait dit que le couplle m’attendait car sitôt la pâse de la segounde teurque21 du quemin, j’étais tréjous suusu de praès et cha durit touot le temps que je tierrais des bûnettes22 en sa coumpagnin ! J’ appréchis le nind à quiques mètes, je prins les chins petiots corbins en photo et fait de reide biâos cllichaés du mâle qui, oû fi du temps, était de mens en mens menachaunt. Eun jouo je pouvis réstaer péqui23 quiques loungues mineutes à treis pas de li sauns qu’i croache et je pouvis le photographiaer à pis pus ; j’étais à couop seur devenin sen amin !…
   Ampraès avei viagi eune dyisanne de jouors en Amérique Centra yoù que j’i veu à crase24 des baêtes et des ouésiâos incouneus de nos triges25, je poursusuus mes ratours26 sus le quemin des douènes. À men retouo, les petiots étaient déjà byin counséquents ! Le jouo anniversaire de noute Libératioun, j’assistîs à de jatiles27 pirouettes à l’hus28 du sentyi. Que ch’était-i émouovaunt de veî les calitchumbelets29 sus la falaise ! Ch’était rapport30 à quiques choucas qui s’en prénaient oû mâle corbin et ch’ti-chin était byin soutint par sa criyature ! Le ounze de mai, le drényi janne volait sus la falaise. Quiques jouors par pus tard touos les jannes s’abrévaient dauns eune marette oû pyid des roquis.
   Pouor du couop ch’était gangni, no-z-avait eune couaée reussie sus la coumeune, eune raitaé en Normaundie !

          Jeaun de la Py-Ouitte. Mai 2006.

 corbins1 : grands corbeaux ; démentaé2 : décidaé ; inté3 : intérêt ; lâonaunt4 : me promenant ; lague5 : espèce ; m’entrinait6 : m’entêtait ; à fène forche7 : à force de : vas-tu-vyins-tu8 : va-et-vients ; yête à l’écoute9 : être dans l’attente ; dreit10 : juste ; halait11 : tirait ; adoun12 : chance ; atouornait et ratouornait13 : tournait et retournait ; intel14 : tel ; caquevet15 : crâne ; mais que16 : quand ; bouon-âot17 : bonheur ; joraé18 : accoutré ; hardes19 : vêtements ; détourbaer20 : déranger ; teurque21 : courbe ; tierrais des bûnettes22 : passais mon temps à des riens ; pêqui23 : sur place ; à crase24 : en grands nombres ; triges25 : régions ; ratours26 : allers et retours ; jatiles27 : jolies ; l’hus28 : l’entrée ; calitchumbelets29 : vrilles ; rapport30 : à cause.

leger

En lâonaunt sus le quemin des douènes

   -I fait bé annyi, cha te dit-i de marchi ? dauns les jouors à venin il avisent1 de l’iâo et bellement de vent !
    -Veire, ma fei pouorqui paé ! No pouorrait faire le tou du Cap en partaunt à pyid d’la maisoun.

   Sitôt ampraès dinnaer, byin couverts et câochis coume i fâot, no s’en feut pa des queminets gangni le G.R. 223 qui, de la pllage de Carteret, coundit dé devers les deunes de Hattaunville2. Le temps était assaez freid d’aveu eun solé de saisoun ! Le mireus de la pllage luusait souos eun cyil sauns nuaées et i faisait bouon marchi ! Quiques raundouneus lâonaient touot coume nouos.
    En ch’té début de mâr, j’avais qu’eune idaée en taête, ch’était de veî les corbins3 ! I me maunquaient, les iyaunt paé veus dé depis le drényi arryire4 ! Le couplle coue5 touos les auns sus la falaise. À ce qué j’en sais, no-z-en coumpte pus mais guère6 dauns le Cotentin, seument que quiques-euns dauns les falaises de Carteret, Fllémaunville et Jobourg.
    No marchait, Marotène et mei, dé depis eun moument et tréjous brin de vie dauns le trige ! paé même eun ouésé ! Je surguais7 la mé mais qu’enfin j’avisis sus le coupé d’eune roque, eun ouésé counséquent touot nei qui se câoffait oû solé ! Ch’était li ! Il ‘tait byin lò, le corbin taunt espéraé !
    Cha me faisait graund pllaisi de le savei aco lo-lenreit ; no le viyait oû muus, il ’tait si praès de nouos ! J’érais vouli le prenre en photo mais pouent d’apparèl. No pense paé à touot quaund que no part faire eune marche ! Je m’en voulis ! No countinuit noute quemin, qui, de teurques8 en teurques, nous coundisit dé devers les deunes de Hattaunville.
   Ampraès déeus bouones heures à marchi no se racachit à la maisoun. I me vyint alors l’idaée dé reparti d’aveu men apparèl. Je devrais seurement lé reveî, ch’té signeu du trige9 !
   Pouor yête pus à couop sus pllèche, je partis en méconnique10. Quiques mineutes pus tard, j’étais sus le quemin des douènes. Je lâonais eun p’tit quart d’heure sauns veî âme qui vive, pyiche d’ouésiâos, paé de raundouneus !  J’étais quasiment coundit à la « batterie » quaund je ouisis11 eun croachement et je lévis la taête ! Ch’était byin eun corbin qui s’évolait dé devers le pllanître12 du Cap. Je le vis quiques temps roundaunt13 touot à sen leisi oû gré des vents !
  Eun volyi de mâoves14 passit l’enreit et cha feut eune brève batâle à couops d’âles que le corbin gaungnit ! I gardait d’aveu jalousetaé « sa falaise » ! Pa la suute jé le perdis de veue. Je ratouornis sus mes pas d’aveu le pressentiment de reveî ch’té solitaire, mais qu’à la fin d’eune teurque je le vis posaé sus le coupé d’eune grosse roque, sus eun repllat, en surplloumb du graund veude. Je m’appréchis oû pus praès qué je pus, quittaunt le quémin pouor le photographiaer oû mus. J’en ‘tais à chin mètes !
    Je devais paé l’effarouchi ni oû pus de cha dévalaer dé devers le veude : j’avais brin d’âles à mette en mouvement !
    I m’avisit et restit fiqui  sus sen caillou. Je prins byin des pourtraits. I se dépllèchait dreit et à la demaunde qué15 mei, no-z-érait dit qu’i prénait pllaisi à ch’té josterie16 intelle eune starlette de cinéma !
    I croachait de temps en temps touot en éplluquant quiques pllauntes et graminaées qu’i piâossait d’aveu sen énourme bé. Attaundis qué je mé lassais paé de le surgui, je vis quiques secoundes eun segound corbin, seurement la fumelle qui se racachait sus sen nind qué je devinais à guère de pas, pus bas. Noute manége durit de seûr eune vingtanne de mineutes et pouvaunt pus halaer de portraits, rapport que la mémouère de men « Sony » était pllenne, je prins à l’argret coungi.
    J’eus biâocouop d’adoun17 de le veî de si praès et si lôtemps sauns yête détourbaé18 ! Je creis byin qu’eun âote coup d’adoun coume j’i-z-eu se représentera paé de sitôt !
   Byin seu que ch’té couorte raundounaée restera biaôtemps19 dauns mei, touot coume l’amourachement d’un couplle d’étercelets qui fut suusue d’eun accoupllement veue ya quiques annaées, ainchin que la naitaé d’eune otarie sus l’île Espanola dauns l’arquipaé des Galapagos !

               Jeaun de la Py-ouitte   Mâr dé 2006
Nouvelles et récits à paraître ! Bientôt en souscription, Editions Magène.

avisent1 : prévoient ; Hattaunville2 : Hattainville, village des Moitiers d’Allonne ; corbins3 : grands corbeaux ; arryire4 : automne ; coue5 : niche ; mais guère6 : très peu ; surguais7 : épiais ; teurques8
: courbes ; trige9 : les parages ; méconnique10 : automobile ; ouitis11 : entendis ; pllanître12 : ici prairie ;
roundaunt13 : faisant des ronds ; mâoves14 : goélands ; à la demaunde qué15 : au fur et à mesure de ; josterie16 : jeu ; adoun17 : chance ; détourbaé18 : dérangé ; biaôtemps19 : longtemps.

 

Vikland Magène 3 Cd de qualité 001

 

DSC00916

 

Vikland Magène 2 001

DSC07236

prochains concerts Magène :

Alençon samedi 26 avril, Granville mardi 27 mai, Utah Beach jeudi 5 juin, Néhou samedi 7 juin, Barflleu / Barfleur samedi 14 juin…
Concert Marins du Cotentin avec en Guest Stars « The Three Belles », spécial 1944, dimanche 8 juin après-midi (salle Jean Eliard à Bricquebec, où Les Amis du Donjon exposent aquarelles, documents,… sur 1914 et sur 1944). Entrée 10 €, scolaires 5 €.
Concert irlandais par « Thé-citron » (Manuela, Jean-Louis, Dany) mardi 29 avril à Cart’ret salle des Douits…
Magène sera présente à Sainte-Mère-Eglise à la médiathèque lors du salon du livre qui se déroulera les 14 et 15 juin 2014 (CD avec Daniel Bourdelès, livres avec Maurice Fichet), ainsi que Les Amis du Donjon, … Fête de la langue normande, même date, à Jersey.
Jeux normands à Montfarville (grand concours quilles du Cotentin,…) le dimanche 13 juillet,…
Calendrier non exhaustif !!!
 et … « Au Goubelin malin », Lionel Jean, céramiste, 28 Chemin de la Raterie 50260 SOTTEVAST, téléphone : 02.33.41.97.29 lioneljean.50@orange.fr ; http://www.augoubelinmalin.wifeo.com

 

Publicités

1 commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Ecologie, Livres en normand, Revues normandes, Saisons, Vocabulaire

Une réponse à “59. Carteret. Le graund corbin / Le grand corbeau. Photos, poème. En lâonaunt… Revue Vikland. Concerts Magène.

  1. Né v’chîn eune poésie Jèrriaise entouor lé corbîn:

    Lé Corbîn

    Corbîn, Corbîn, gros nièr Corbîn –
    Ch’est tréjous à r’gret qu’nou t’vait sus tan c’mîn;
    Lé chasseux s’en va sans s’dêrangi –
    Ta chai est si duthe, i’ n’peut pas t’mangi.
    Cor! Cor! Et té v’là hors
    Sus l’haut d’la falaise où’est qu’tu niche et dors.

    Corbîn, Corbîn, gros nièr Corbîn –
    Auvec raison l’fèrmyi t’èrgarde en enn’mîn,
    Car souvent tu d’scend dans l’mitan d’nos clios
    Et sus not’ bouan fronment tu fais des fricots.
    Cor! Cor! va-t-en d’l’aut’ bord –
    Ta vouaix sus la maîson avèrtit d’eune mort.

    Corbîn, Corbîn, gros nièr Corbîn –
    Tu peux vivre chent ans mais tu meurs à la fîn;
    Ta vie à rein n’sèrt et tu n’es pas r’gretté
    Quand ta vilaine carcasse assique au solé.
    Cor! Cor! Lé vent du nord
    Sait coumment plieunmer tan vilain nièr corps!

    E. J. Luce (1881-1918)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s