Archives de Tag: Alphonse Allain

49. Nos grands-mères, CD Je syis magnifique ! 12. Touorne men rouet d’Alphonse Allain

Continuons  de découvrir les textes du dernier CD Je syis magnifique ! produit  par l’association  Magène.

Voici la plage 12. Touorne men rouet (paroles d’Alphonse Allain/ mélodies de Daniel Bourdelès) 2’45.

Alphonse Allain, auteur d'un grand nombre de poèmes mis en musique par Daniel : CD Grans de sablle et CD L's ouées de Pirou. En voilà un qui mériterait le Prix littéraire du Cotentin (créé pour la littérature en normand, mais qui a viré sa cuti au profit des auteurs en français !)

Alphonse Allain, auteur d’un grand nombre de poèmes mis en musique par Daniel : CD Grans de sablle et CD L’s ouées de Pirou. En voilà un qui mériterait le Prix littéraire du Cotentin (créé pour la littérature en normand, mais qui a viré sa cuti au profit des auteurs en français !)

Vous pouvez retrouver la chronique « Parlez-vous normand ? » et écouter un grand nombre de chansons produites par Magène sur le site Internet de France Bleu ou en cliquant sur le site magene.com pour avoir directement France Bleu Cotentin. (Remarque : Il est simple aussi d’accéder par magene.com au blog « langue normande »).

Bien sûr la qualité du son sur le site de France Bleu n’est en rien comparable à celle du CD ! Bruno Morisetti et les quatre musiciens-chanteurs du groupe ont fait des merveilles en studio d’enregistrement. Qualité professionnelle. Attention ce CD a un tirage limité et tous nos CD s’épuisent les uns après les autres. Etes-vous certains d’avoir la collection des 14 CD Magène ???

12. Touorne men rouet

normande ad 385

Alphonse emploie beaucoup de vocabulaire normand savoureux, simple et authentique, en restant ici dans l’esprit du grand Georges Métivier, poète qui vivait à Guernesey au temps de Victor Hugo et a écrit plus de 6 000 vers en normand de grande qualité.

Touorne touorne ma chignolle,

Ô j’espère1 men byinaimaé. 

Touorne men rouet que j’envignole,

Le v’lo ! Jé le sens derryire mei !

 rouet 001

O débasotte2 Fraunchounette !

Ch’est d’la fâote à Jaquinot,

Lé rouoge mouojut sa panette3

Quaund s’acache4 sen graund picot5 !

 DSC00686

Le jou qui li baillit d’s aunguules,

Du couop sen quœu tressâotit.

Les pouents sâotîtent dé s’n aiguule,

Quaund pouo la baisi i se penchit !

fille au rouet 001

Ol est touote éberlusaée6,

I ya bailli eun bâoquet.

En ch’té seiraée dé renouvé7,

I ya dit : je vouorais te ma’iaer !

DSC00688

Touorne touorne ma chignole,

Jaquinot men anortaé8

M’a dit : j’ t’aime ! Men quœu s’évole

Par ch’té belle seiraée d’étaé ! (bis).

 9 mars Les Goublins à Réthoville

1 j’attends, 2 Elle déraisonne, 3 mange ses taches de rousseur, 4 arrive, 5 dindon, nigaud, 6 éblouie, 7 printemps, 8 épris.
La carte postale authentique de La Dentelière, poème de Joseph Mague qui a donné son titre au précédent album du groupe Magène (couverture cartonnée reliée, 50 pages couleur) ; les filles de Joseph Mague ont posé pour cette photo à Balleroy, prise par l'éditeur des cartes Fertard.

La carte postale authentique de La Dentelière, poème de Joseph Mague qui a donné son titre au précédent album du groupe Magène (couverture cartonnée reliée, 50 pages couleur) ; les filles de Joseph Mague ont posé pour cette photo à Balleroy, prise par l’éditeur des cartes Fertard.

 

Alphonse Allain. Le Cotentin men pais, p. 157, Querqueville.

Merci aux acteurs involontaires de cette mise en images, membres de groupes de reconstitution des danses populaires normandes (photos prises en 2013 à Rocheville et Réthoville (Nord-Cotentin).

Carte postale couleur : prêt Michel Le Bas.

Carte Mague : Michel Gandon ou Alain Marie.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Bessin, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Juin 1944, Livres en normand, Vocabulaire

41. Nos grands-mères, CD Je syis magnifique ! 3. Le devaunté d’Alphonse Allain et la météio

 Le devaunté, ch’est le tabllyi que no met…

devaunt sei !

 Alphonse Allain a su, à partir d’un simple tablier, nous ramener à notre enfance… Le devaunté (mot qui vient de « devaunt tei ») joue-t-il encore un rôle pour les enfants d’aujourd’hui ? Peut-être a-t-il trouvé un substitut, mais lequel ?

A la fête du moulin de Rhétoville, Le Pays de Valognes et Les Goublins, fidèles au costume traditionnel

A la fête du moulin de Rhétoville, Le Pays de Valognes et Les Goublins, fidèles au costume traditionnel

3. Lé devaunté       

Jé me souovyins de sen tabllyi :

Ch’tait eun graund devaunté touot blleu

Par derryire qu’était pouési1

Chaffetaé2 et passaé de couleu (bis).

Dessin dans Bouone et Bouonotte de Maurice Fichet

Dessin dans Bouone et Bouonotte de Maurice Fichet

O le ballochait3 à la brèque

Pouor rapassaer les petits viâos

Et o lé rempllissait de bûquettes

Qu’ol engllannetait dans les cllos.

Devaunt l’âtre, o savait le lochi4

Quaund fallait rémôqui le feu

Et ch’tait quemode dauns le poulailli

Pouor ramassaer les œus…

 DSC08357

Sen devaunté iyoù qu’o m’ttait

Les biaôs légueumes du gardin,

Pannais, carottes et pourés,

Braunques dé loryi et du thym (bis).

Ch’est enco d’aveu sen tabllyi

Que la goule quiquefeis o nouos torchait

Quaund, lermaunts et débâochis5,

Quiques déhaits6 nouos chaboulaient.

Tablier fait avec de la toile américaine après la guerre, utilisé pour mettre les épingles à linge

Tablier fait avec de la toile américaine après la guerre, utilisé pour mettre les épingles à linge

Qu’il était quemode pouo se camuchi

Quaund eun horsin s’apprèchait ;

En ryin d’temps souos sen tabllyi

Touos fouorous7 no s’y muchait.

I me souvyint d’eun sei d’hivé…

Dauns sen devaunté bouossounaé,

Bouguie8, je l’i veue plleuraer :

Pépère s’en était allaé… (bis)

Chenna j’peus l’dire sauns hénéqui9,

Veire, et j’peus l’dire hâot et cllai :

Ya pus ryin qu’a remplléchi

Lé devaunté dé nous graund-mères…

1  noué, 2 auréolé, 3 et 4 secouer, 5 désemparés, 6 accidents de santé, 7 peureux, 8 recroquevillée, 9 hésiter.

Alphonse Allain, Le tabllyi de ma graund-mé. CD « Je syis magnifique ! » et dyisyîme live à venin, Querqueville, 1er trimestre 2014.

DSC09347Météio : Deman sammedi à Bricbé, cha rest l’Assembllaée généralé és Amins du Donjon. Cha vente tréjous ! Allaez à voute leisi d’aveu vos quérettes à pétrole, ch’est casuel et ya byin d’s accidents et des déhaits…

Le 12 dé févri sus la 13 à Valouones

Le 12 dé févri sus la 13 à Valouones

Vos pouvaez vous faire sâossaer et péeut yavaer co du grési à la relévaée…

Sus le su de m'n hus / Sur le seuil de ma porte

Sus le su de m’n hus / Sur le seuil de ma porte

Et la nyit ch’est enco eune ventaée de surouêt byin esposaunte…

à Bricbé le jéeudi 20

à Bricbé le jéeudi 20

Météo : Demain samedi à Bricquebec avis de coup de vent. Quelques averses faibles le matin, averses avec possibilité de grêle l’après-midi. Vent fort. Pour la nuit de samedi à dimanche, attention, très fortes rafales…

Ichin dauns le virage de la côte de Cattigny à Bricbé, eune file de vingt auns a mouoru chu lundi-chin... J'en syis touot acabâssaé...

Ichin dauns le virage de la côte de Cattigny à Bricbé, eune file de vingt auns, Marie, a mouoru chu lundi-chin… J’en syis touot acabâssaé… Achteu ya des pancartes Danger, il ‘tait byin temps !

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Ecologie, Juin 1944, Livres en normand, météo, Saisons, Vocabulaire

36. La Hague, ch’est d’abord eun payis ! La fin de La Hague ? CD, 9. La Hague

 La Hague, ch’est d’abord eun payis !

Théo Capelle et Jean-Louis Dalmont le 5 de mar dé 2010

Théo Capelle et Jean-Louis Dalmont le 5 de mar dé 2010

  Coume dit Théo devaunt que de launluraer « La Hague », eune reide belle caunchoun d’Alphonse Allain (CD « Je syis magnifique ! ») : « Eun coup, ya eun journalisse de Fraunce Treis qu’a dit coume cha : « La Hague, ch’est itou eun payis ». Et byin mei, j’ dis : « La Hague, ch’est d’abord eun pays ! ». (Rapport que no pense achteu en prémyi à l’usène de La Hague, la mâlyire atomique yoù que no met cha qui demeure ampraès yête dégrabolisi dauns les chentrales nuclléaires coume la syine de Flleumaunville…).

comenius 371

9. La Hague 

Des roundiâos1 équerpis2, écllataunt jâone d’or,

Graillent3 ch’tu bouot du mounde qué lé couochaunt écllaire,

 1. touffes d’ajoncs nains rongés en calotte par les moutons, 2. Eparpillés, dispersés,
 3. dorent, câoffent

IMG_9120

Le fllot oû pyid des falaîses vyint écllataer oû bord,

Ilo qu’menche l’océaun… ichin finint la terre. (bis)

Le boués-jaun écllaire La Hague

Ichin le boués-jaun (« ajoncs d’Europe, épineux ») écllaire La Hague

Quiques âbres acraunchounyis4 s’ahoquent amount le côti,

Des biquettes goulâfres5 mâquent les piquets6 doraés,

 4. chétifs, rachitiques, qui ne se développent pas 5. gourmandes, gloutonnes, voraces 6. ajoncs, épines

IMG_9102

La rouogeu du couochaunt fait saungni les roquis,

J’i janmais veu pus biâo… qué ch’té seiraée d’étaé. (bis)

IMG_9145

Touote la nature s’aniche7 dauns l’oumbre dé la nyit,

 7. s’enveloppe, s’emmitoufle

No-z-entend mais qué le brit de la mé sus les galots,

IMG_9132

Ch’est l’éternelle caunchoun des vagues dé l’infinin,

La Hague d’ichin, sâovage… accotaée à ses bllos8 (bis).

 (La Hague se prononce La rhague, h expiré.)    8. Gros rochers arrondis en bord de mer.  comenius 392

Des roundiâos équerpis, écllattaunt jâone d’or,

Graillent ch’tu bouot du mounde qué lé couochaunt écllaire.

IMG_9143

Le fllot oû pyid des falaîses vyint écllataer oû bord,

Ilo qu’menche l’Océaun… ichin finint la Terre. (ter)

IMG_9156 

 Alphonse Allain, Le Cotentin men pais, p. 85, Querqueville. Et CD « Je syis magnifique !  » (13 €, prix souscription, poste incluse. Chèque à Magène, envier à Jean-Claude Léger 5 Allée Blanche-Lande 50270 Carteret).

La Hague

Des ajoncs nains de-ci de-là, éclatants jaune d’or
Font flamboyer ce bout du monde que le couchant éclaire.
Le flot au pied des falaises vient éclater au bord,
Ici commence l’océan… Ici finit la terre.
 
Quelques arbres rachitiques s’agrippent à même le coteau,
Des chèvres voraces mangent les épines jaunes.
La rougeur du couchant fait saigner les rochers.
Je n’ai jamais vu plus beau… que cette soirée d’été.
 
Toute la nature s’emmitoufle dans l’ombre de la nuit
On n’entend rien d’autre que le bruit de la mer sur les galets
C’est l’éternelle chanson des vagues de l’infini
La Hague d’ici, sauvage… adossée à ses rocs.

 Mais pouorqui « la fin de La Hague » ?

1) Ch’est-i que l’usène va froumaer ? Impossiblle ! Yen a pouor des chents et des mille d’annaées à avei chenna sus le dos !

2) Ch’est-i que la mé va mouogi la falaise, no sait-i ? Rapport que la côte artchule mannyirement à pique de galop, les deunes sount mouogies pa les graundes maraées coume la syine de 108 que no-a-eue ches jouors. Nennin, La Hague, ch’est à pus de chent mètes de hâot oû-dessus de la mé, coume eune tablle. (Cha feut eune mountanne noumaée « le Massif Ermoriquain » qui feut dolaée, rabotaée à l’ère secoundaire pa la mé, – ch’est paé d’annyi -, et pis armountaée pus tard à chent mètes de hâot).

La Manche contre vents et marées 001… « la fin de La Hague » ?

3) Ch’est le trige de Biâomount-Hague qui prêche pouortaunt de cha !

Lian sus le trige de Biâomount-Hague :
http://www.beaumont-hague.fr/actualites/le-debut-du-xxieme-siecle-sera-t-il-fatal-au-canton-de-beaumont-hague/

Pouor les syins qui coumprennent brin le fraunceis, v’là en normaund cha qu’i disent… :

 « Oû quemenchement du XXIyîme syiclle, no verra-t-i la fâoqueresse escoffier le noum de La Hague ? »

« 1) Fâot byin qui yait oûtaunt de bouones gens et de voteus dauns chaqueun des cauntouns. Et ch’est byin qu’i yait oûtaunt de bouones fèmes qué de bouohoumes à genci le Département de la Maunche, mais « ch’est tragique » pour le noum de la Hague.

2) Par lé fait, la coumeune de Querqueville et le cauntoun de Biâoumount-Hague fount pus mais qu’ieun cauntoun, ch’est Querquéville la coumeune la pus counséquente. Le nouvé cauntoun se noumerait doun Querqueville.

« Le noum de la Hague serait effachi des cartes. Cha que no-z-argrette byin pou l’arnoumaée de noute countraée, eun trige « à l’identité affirmée » (byin seur rapport que no prêche normaund parai !) et byin couneu (d’aveu Côtis-Capel et Alphonse Allain ch’est reide seur)… !!!

Dany Pinel à la ferme-âoberge de Sant-German-le-Gaillard en 2010. Magène chauntait pour des écolyis aungllais, hongroués et espagnols (projet européen Comenius)

Dany Pinel à la ferme-âoberge de Sant-German-le-Gaillard en 2010. Magène chauntait pour des écolyis aungllais, hongroués et espagnols (projet européen Comenius)

« Michel Laurent, conseilli généra du cauntoun de Biâomount-Hague, est erganne de veî cha (pour veî sen courryi, cliquez ici).

« Sauns vouoli arprêchi de touote l’histouère de la Hague, i fâot magène byin veî que chu noum-lo armounte és Viquyins. Et âote seit, du XIyime syiclle à la fin de l’Auncian Régème, le Doyennaé de la Hague (countraée erréligieuse et judiciaire) ’tait bordaé et arcouneu pa les rivyires de la Diélette (oû Su) et de la Divette (à l’Et). La Révolution a gardaé le noum de la Hague pou le cauntoun. La Hague a une histouère. Fâot paé l’oumbélier !!! »

« Les actions menées depuis plus de 25 ans pour la promotion touristique du territoire ou l’attractivité économique reposent sur une identité forte qui fait la fierté des habitants. La Hague mérite de conserver son nom » (et sen loceis va t’en veî !! Cha l’s élus en prêchent jammais…).

D’iyoù que cha vyint le noum de Querqueville ? des Viquyins : Kerkevilla oû XXyîme syiclle, dé l’escaundinave kirkja, égllise (coume Carquebut, Criquetot…). Ch’est le village dé l’égllise.

Biâomount / Beaumont s’écrivait Bellemonte en 1156 pis Beaumont en la Hague en 1399. Et La Hague ? Ch’est escaundinave ou aungllo-sacsoun, cha veurt dire « encllos pou les âomales, les bêtes ». Le Hague-Di, cha serait le fossé de l’encllos (fossé en normaund veurt dire talus en fraunceis). Ya eun fossé reide hâot qui barre la pouente de La Hague, cha ya éto genci byin devaunt que les Viquyins s’en vyinnent ichin. Le Collège de Biâomount sé noume achteu « Le Hague-Dick », mais fâot dire « Di » coume disent co les gens d’ichin.

Pouor de mei, cha qué j’ dis, ch’est que, véyous, ya paé de quei s’affolaer ! La Hague ch’est un nom de giyographie et cha peut paé s’effachi ! Ch’est byin couneu itou – dauns le mounde entyi – coume mâlyire à plutonium ! Et cha itou les petiots de nous petits-p’tiots, fâora brin qu’il oumbéllient le noum de la Hague pouor se protégi !! No prêchera-t-i co des cauntouns à ch’t’épocte-lo ? Et pis ch’est vrai que les syins qu’ount noumaé chenna sount paé byin fins ! Ya qu’a dé le noumo le cauntoun de La Hague !

Rémin
comenius 097

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Ecologie, Saisons, Vocabulaire