Archives de Tag: Côtis-Capel

38. Nouveau CD du groupe Magène. 15. Men quoeu, men quoeu, ch’est coume la mé…

(Météio à Bricbé pou lé 7 et le 8 dé févri à la fin de chu billet)

Côtis-Capel,

Men quoeu, men quoeu,

Ch’est coume la mé.

Raz-Bannes, p. 13, O.C.E.P. Couotaunches, 1970. 

Poème mis en musique par Daniel Bourdelès,

CD « Je syis magnifique ! »  chanté par Théo Capelle.
3’28

(Les couplets en caractères maigres et bleus ne sont pas chantés sur le CD). 

Accordéon : Manuela LECARPENTIER

Guitare : Jean-Louis DALMONT

Contrebasse : Dany PINEL

Arrangements musicaux et maître de chant : Jean-Louis DALMONT

Prise de son : Bruno MORISETTI pour Studio Big Walter (www.bigwalter.com), 2013. Un enregistrement remarquable… Une émotion intense…

Côtis-Capel (Albert Lohier) était à la fois pêcheur comme son père, prêtre et poète. Il parcourait le Cotentin en moto pour la JAC.

Côtis-Capel (Albert Lohier) était à la fois pêcheur comme son père, prêtre et poète. Il parcourait le Cotentin en moto pour la JAC.

15. « Coume la mé »    

B-Carteret grande marée 034 (5)

Ebbe et Fllot. Ebbe et Fllot. Vouêchement incoumprénablle.

    Reflux et Flux. Reflux et Flux. Balancement incompréhensible.

Halaunt l’iâo, pouossaunt l’iâo, quériaunt l’ vré à bannelaes

Pus qu’ n’ en séraient chérgies des chents et des chents d’attelaes.

   Retirant l’eau, ramenant l’eau, charriant le varech à tombereaux pleins

   Plus que n’en seraient chargés des centaines et des centaines d’attelages.

Ebbe et Fllot. Ebbe et Fllot. Moulènement incriablle.

Et c’ qui s’écappe d’eun bord rarive sus l’ couop d’eun âote,

Et c’ qu’était éfachi r’vivit l’ lendeman et r’souord.

Tréjouos l’ creichaunt, parai, est suuzu d’eun découors,

Coume ampraés la basse-iâo la mé rest tréjouos hâote.

   Toujours le croissant de Lune, n’est-ce-pas, est suivi d’un décours

   De la même façon après les basses eaux la mer redevient toujours pleine.

Jersey (Jèrri en normand) vue de Cart'ret... "La Côte des Isles". Si près... et si louin ! Fête de la langue normande internationale à Jèrri les 10 au 14-15 juin. Réservez vos batiâos !

Guernesey est derrière Sercq et ne se voit pas de Carteret !!!

Fête de la langue normande internationale à Jèrri les 10 au 14-15 juin. Réservez vos batiâos !           Photo Jean-Claude Léger

                  

Men quoeu, men quoeu, Ch’est coume la mé.

Mon coeur, mon coeur, C’est comme la mer.

Carteret plage de Carteret a

Vouêties, anorouêties1, l’hivé, né fount qu’ s’entesuure.
Touot est sêta à-fait2. Les gens, les bêtes sount yens3.
No-z-entend patrâlli la mé oû hâot du pllen4 ;
Ch’est dauns des temps inta qué vyinent les graundes mâotures.
Dé derire la crouésie, à mei touot seu j’ la guette.
Cha m’erjue5. J’en i poue. Ch’est si bllaunc. Ch’est si nei.
Pus cha quincâle déhors, pus cha quincâle en mei.
Hélas, j’ tyinrai-t-i dreit quaund vyinra la surguette6 ?
                        Men quœu, men quœu,
                        Ch’est coume la mé,
 1 Coups de vent d’Ouest, coups de vent de Nord-Est, 2 serré ; complètement fermé, 3 dedans, 4 à marée haute, 5 m’inquiète, 6 le piège
Coups de vent d’ouest, coups de vent de nord-ouest, l’hiver, ne cessent de se succéder,
Tout est bien en place. Les gens, les bêtes sont à l’abri.
On entend la mer déferler à la côte ;
C’est dans des temps pareils que viennent les catastrophes.
Derrière la fenêtre, tout seul je l’observe.
Cela m’inquiète. J’en ai peur. C’est si blanc. C’est si noir.
Plus la tempête fait rage, plus l’agitation monte en moi.
Hélas, serai-je assez fort quand viendra mon heure ?

DSC03906

Ah, si j’ pouvais m’ gîndaer et veî la mé entyire !
Ah, si j’ pouvais r’trachi la pus graunde amouchelae7 !
Si j’ pouvais m’amountaer pus hâot qu’ la drennyire nuae
Coume ouésiâos oû Renouvé, quaund l’ biâo temps les rattire !…
Eh byin, si louen qué j’ vais-j’, cha n’ s’sait qu’eune pouore miotène ;
Et si louen qu’ j’avis’ais, cha n’ s’sait qu’eun cuémenchement !
La mé à perte dé veue, la mé à perte dé temps…
Ch’est ainchin qué j’aime veî la mé d’ la Cotentène.
                        Men quœu, men quœu,
                        Ch’est coume la mé,

7 la plus grande montagne

Ah, si je pouvais me dresser et voir l’immensité de la mer !
Ah, si je pouvais retrouver le plus haut sommet !
Si je pouvais m’élever au-dessus du plus haut nuage
Comme oiseaux au printemps, quand le beau temps les fait revenir !...
Eh bien, si loin que je puisse voir, ce ne serait que peu de choses ;
Et si loin que je découvre, ce ne serait qu’un commencement !
La mer à perte de vue, la mer à perte de temps…
C’est ainsi que j’aime voir la mer depuis la Cotentine.
PHoto Jean-Claude Léger

Photos Jean-Claude Léger sauf la précédente R. Pézeril

L’âote nyit, j’i ravagi : ch’était eune mé indène8
Pus qu’ n’en veirount, magène, les syins du graund métyi9 :
À dyis luues dauns l’ terran touot était ébllâqui10
—  Noun, janmais no n’eut creu qu’o peuve yête si malène —
O bôchait les vallaes. O fâoquait les hâotes terres.
Si louen qu’ no s’en alisse, gens et bêtes afollaes,
O sé r’mâtait d’vaunt nouos coume pouor nouos enfroumaer.
Et mei, dauns men trélu11, j’ récitais ma prière…
                        Men quœu, men quœu,
                        Ch’est coume la mé.

8 mauvaise, 9 de la pêche hauturière, 10 écrasé, 11 angoisse.

L’autre nuit, j’ai fait des cauchemars : c’était une mer mauvaise
Plus que n’en verront, sans doute, les pêcheurs de la haute mer :
A dix lieues dans les terres, tout était écrasé
─ Non, jamais on n'eut cru qu’elle puisse être si méchante ─
Elle comblait les vallées. Elle fauchait les hautes terres.
Si loin que l’on s’enfuît, gens et bêtes nerveuses,
Elle se redressait devant nous comme pour nous engloutir.
Et moi, tremblant, je récitais ma prière…

Carteret grande marée 028

Eune jouornae d’ graund’ marae, d’ basse-iâo, à la bavette :

à la bavette : au bord de la mer (l’eau telle une dentelle d’écume)

Ch’était sus l’asseiraunt et pé eun rîle dé vent.

   C’était presque en soirée et pas un souflle froid de vent

Rounrounaunt ryin qu’ pouor mei eun rot d’amount oû louen.

   Ronronnant seulement pour moi un roulement de Nord-Est au loin.

Persoune à l’entouo d’ mei. Persoune qué mei qui guette.

   Personne autour de moi. Personne d’autre que moi ne regarde.

Eune mâove a fait trembllaer la mé du bouot dé s’n âle…

   Une mouette a fait trembler la mer du bout de son aile…

Ah, coume j’érais vouli, men Dieu, qué cha durît,

   Ah, comme j’aurais voulu que cela durât,

Et qu’ cha seit pouor tréjouos la drényire accalmie !…

   Et que cela soit pour toujours la dernière acalmie !…

La mé déjà ratouorne… I fâot byin qué j’ m’en âle.

   La mer déjà repart… Il faut bien que je m’en aille.

                        Men quœu, men quœu,

                        Ch’est coume la mé,

                        Men quœu, men quœu,

                        Ch’est coume la mé,

Mon cœur, c’est comme la mer,
                              Comme la mer, la mer,
                        Mon cœur, c’est comme la mer,
                        Comme la mer,
                                        Comme la mer.
(transposition en français avec l'a participation de Bernadette Lecarpentier)
Photo Jean-Claude Léger

Photos Jean-Claude Léger

Prochain concert Magène Théo accompagné par Dany : à Grandcamp-Maisy, dimanche 2 mars 17 h. Trois jours d’animations normandes à Isigny et environs.

Vos pouvaez enco entenre Théo et mei dauns vous coumpiouteus sus le trige de Fraunce blleu Cotentin, ch’tait le 4 févri à 6 h et quart du sei.

Pochette du CD "Je syis magnifique !" (bon de commande sur le site magene.com)

Pochette du CD « Je syis magnifique ! » (bon de commande sur le site magene.com)                              réalisée par Guy D’Ekein

Météio à Bricbé pou lé 5 et le 6 dé févri dé 2014 :

venrédi 7 dé févri

Deman à Bricbé : ventaée qui mollit byin vite. Cyil qui chaunge jusqu’à byin embîlaé. D’s achânaées d’iâo du matin oû sei. Vent quoeuru. Coumbyin de vent, no sait-i ? La nyit, méfious des révolins. Quiques abiâosies à venin. Crachin.

Demain vendredi à Bricquebec : coup de vent s’affaiblissant rapidement. Ciel variable à très nuageux. Averses toute la journée. Vent fort. La fiabilité de la situation est limitée, parce qu’un doute subsiste sur la force des vents. Pour la nuit de vendredi à samedi, avis de coup de vent. Apparition de quelques trouées. Pluie faible.

Sammedi lé 8 dé févri

  Sammedi à Bricbé, eune fiselaée de vent devyint eune ventaée à la relévaée. Nuaées couoresses, no peut avaer des pyids d’orage dauns l’arlévaée. Chilaées touote la jouornaée. Fort vent de surouêt. No sait paé : cha peut co fouédrailli. Vouêties dauns la nyit.

Samedi à Bricquebec, vent modéré évoluant en coup de vent pour l’après-midi. Ciel très nuageux, possibilité de foyers orageux en cours d’après-midi. Averses toute la journée. Vent fort de Sud-Ouest. La fiabilité de la situation est modérée, avec l’instabilité et le risque d’averses qui sera important. Pour la nuit de samedi à dimanche, avis de coup de vent d’Ouest.

érosion côte 1 001

Les dunes reculent à l'échelle d'une vie humaine... Et dans trois siècles ? Un millénaire ? Le Cotentin, un île comme Jersey et Guernesey avant elle...

Les dunes reculent à l’échelle d’une saison, d’une vie humaine… Et dans trois siècles ? Un millénaire ? Le Cotentin, bientôt une île comme Jersey et Guernesey avant elle…

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Ecologie, Guernesey, Jersey, Livres en normand, Saisons, Vocabulaire

35. Nouveau CD Magène byin… 1. À touos vents

 Théo Capelle chante Côtis-Capel, le grand poète de La Hague.

Voici « À touos vents »,  mis en musique par Daniel Bourdelès.
CD « Je syis magnifique ! ».Video environ 2′ :
Reportage France3

Mais en prémyi v’chin la météio :

http://france.lachainemeteo.com/meteo-france/ville/previsions-meteo-bricquebec-781-0.php

Venrédi 31 dé janvi. Ch’té nyit à Bricbé, no va avaer quiques haraées (grosses averses avec du vent, ch’paé) ! Nuaées counséquentes. Dé l’iâo suusue d’oundaées (sic) !!! Vent d’ava reide bastaunt. Ch’est seur à chent du chent.

Vendredi 31 janvier. Cette nuit à Bricquebec avis de vent fort. Très nuageux. Pluie suivie d’averses. Vent fort. La fiabilité de la situation est bonne.

Sammedi 1yi de févri : écllairgies oû matin, pis des nuaées et des chilaées d’iâo et p’tête byin des grêlaées, ventaées de suroêt, 70 km/h. Oû sei ch’est muus, quiques abiâosies et pissies de cat.

Samedi 1er février : éclaircies le matin, puis nuageux avec averses et risque de grêle, coups de vent de sud-ouest, 70 km/h. Amélioration le soir, quelques éclaircies et petites averses.

1. À touos vents

Sus le quai à Granville, le Marité...

Sus le quai à Granville

Eun houme sort dé tcheu li, coume s’i s’n allait sus l’ quai.

Les mans à sen capé, i guette les nuaes ligires…

I yest byin trop loungtemps. Cha n’ li paraît pé cllai.

Mâovaises filaches, qu’i dit en r’froumaunt la barrire.

Le Marité

Le Marité

Eun hivé, par tcheu nouos, no-z-eut eun graund coup de vent.

Les âbres en geangnaient de ma, je les guettais pa la fenaête.

DSC00872

I touorniait dauns la couor, cllaquait les contrévents,

I miâolait és crouésies. No disait : « I tempaête ! »

dauns le bouorg dé Brix

dauns le bouorg dé Brix

Byin-à-couop no-z-avait envié se couochi les petiots.

No se guettait entré nouos. No s’accotait dauns l’âtre.

Et malgré la fllaumbae, la freid nouos mountait dauns le dos.

Eun craquement nouos dréchait, eune braunque qui venait d’abatte.

 DSC09564

Et no l’imaginait dâobaunt pa les queminets ;

Et no le viyait terriblle et baliaunt les laundages,

Sâotaunt coume eun poulan és bâtyires1, és faîtets2,

Cha rappelait és pus vuurs quique journae de lus janne âge.

            1. bâtière, toit à deux versants, 2. faîtes, sommets du toit,

DSC03898

I fâot byin aimaer le vent, quaund i chaunte joulîment

És meis d’avri et d’mouai sus les cllosaes de briyère,

Quaund i n’ fait qu’eune risée sus la mé oû jusaunt,

Et qu’ les pêqueus à bord se disent en riaunt des histouères.

 DSC03918

I fâot byin aimaer le vent quaund i plleure tristément,

Cachaunt en pllen hivé ses nuaes oû ras des terres ;

Quaund i couovre la mé coume d’eun graund maunté bllaunc

Et quérie jusqu’oû pllen dé loungues épaves touotes neires.

 DSC06246

I faôt byin aimaer le vent, ch’est le Bouon Dieu qui l’a fait.

Fallait cha, magène byin3, pouor qué la terre seit bounne !

Arrêt-ouos doun eun miot, écoutaez-lé parfeis,

Much-ouos dauns eun racouen. Ch’est lo qu’i s’abaundoune…

 3. sans doute, j’imagine.

Côtis-Capel (Albert Lohier, 1915-1985), Raz-Bannes, p. 95, O.C.E.P. Couotaunches, 1970. Rases-Bannes serait une meilleure graphie car il s’agit de rochers qui affleurent, qui rasent (côte Nord de la Hague). L’orthographe de l’auteur a été conservée telle qu’en 1970 en ce qui concerne le son « a » de La Hague (verbes en er en français), écrit maintenant aé, ou aée au féminin, ce qui permet les variations orales en a ou en é  ou même en « o » (Val-de-Saire et certains autres lieux en Cotentin).

Théo à Montfiquet 24 dé juilet

Théo à Montfiquet 24 dé juilet

À

À touos vents

tous vents

  DSC04152

Un homme sort de chez lui, comme s’il s’en allait sur le quai.

Les mains à son chapeau, il observe les nuages légers…

Il y est bien trop longtemps. Cela ne lui paraît pas clair.

Mauvais cirrus, dit-il en refermant la barrière.

Graunville et la Baie du Mount-Sant-Michi

Graunville et la Baie du Mount-Sant-Michi

 

Eun houme sort dé tcheu li, coume s’i s’n allait sus l’ quai.

Les mans à sen capé, i guette les nuaes ligires…

I yest byin trop loungtemps. Cha n’ li paraît pé cllai.

Mâovaises filaches, qu’i dit en r’froumaunt la barrire.

DSC03887

Un hiver, par chez nous, on eut un gros coup de vent.

Les arbres en gémissaient de douleur, je les regardais par la fenêtre.

Il tournait dans la cour, claquait les volets,

Il miaulait aux fenêtres. On disait : « C’est la tempête ! »

 

De bonne heure on avait envoyé les enfants se coucher.

On se regardait les uns les autres. On se blottissait dans l’âtre.

Et malgré la flambée, le froid nous montait dans le dos.

Un craquement nous faisait sursauter, une branche qui venait de tomber.

 DSC03910

Et on l’imaginait errant par les petits chemins ;

Et on le voyait terrible et balayant les landes,

Sautant comme un poulain sur les toitures, sur les faîtes,

Les bâtyires du câté de Crosville-sus-Douve

Les bâtyires du câté de Crosville-sus-Douve

Ça rappelait aux plus anciens quelque journée de leur jeunesse.

 

Il faut bien aimer le vent, quand il chante joliment

Aux mois d’avril et de mai sur les champs de bruyère,

Quand il ne fait qu’un souffle rasant la mer à marée descendante

Et que les pêcheurs à bord se racontent en riant des histoires.

 DSC08095

Il faut bien aimer le vent quand il pleure tristement,

Poussant en plein hiver ses nuages au ras des terres ;

DSC03876

Quand il recouvre la mer ainsi qu’un grand manteau blanc

Et charrie jusqu’au plus haut de la marée de longues épaves toutes noires.

 

Il faut bien aimer le vent, c’est le Bon Dieu qui l’a fait.

Il fallait ça, sans doute, pour que la terre soit bonne !

Arrêtez-vous donc un instant, écoutez-le parfois,

Cachez-vous dans un recoin. C’est là qu’il s’endort…

Traduit par Bernadette Lecarpentier et R. Pézeri

Un boel (petite cour fermée) à Bayeux

Un boel (petite cour fermée) à Bayeux


Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Ecologie, Saisons, Vocabulaire