Archives de Tag: val de saire

27. Maurice Fichet, la vie à la ferme, la foire et la louerie (3è extrait). Photos : Valognes, juillet 2013

Maurice Fichet

Bouone et Bouonotte

Bonne et Bonnotte

Histoire d’une famille au XIXe s. en Val-de-Saire

Roman bilingue : français page gauche et normand page droite

      Maurice Fichet est comme Obélix : il est tombé dans la potion magique…  de la langue de ses grands-parents.

      Tout jeune, il a vécu avec eux à Réville (et dans le phare de Gatteville pendant les vacances), c’est le thème de son premier livre ‘‘Mes gens’’ (épuisé, réédition prévue).

Puis les rôles se sont inversés avec ‘‘Cllémence, le vilan à pépère !’’ (presque épuisé).

      La vie de Bouone est à peine romancée, l’auteur décrit mariages et travaux agricoles avec la précision d’un ethnographe et un vocabulaire savoureux…

Photos de couverture du libre Bouone et Bouonotte. Femme du Val-de-Saire, Editions Le Goubey et Clémence Lebrun, petite-fille de Maurice.

Photos de couverture du livre Bouone et Bouonotte.
Femme du Val-de-Saire, Editions Le Goubey et Clémence Lebrun, petite-fille de Maurice portant une coiffe de servante (collection Marie-Charlotte Letourneur).

ch 3 bb 001

ch 3 feire 001

(document Maurice Fichet)

    —  Qui que tu vas faire anhyi ?

    —  Je m’en vas busoqui dauns la maisoun, j’i byin dé dequei faire ; je m’en vas itou souégni les poules, les lapins et les vêtus de seie. Et tei ?

    —  Je vas attelaer la jument et m’n allaer touornaer les petites Godfreiries. 

    Bouone se tint paé à batte le Job, à se mirotaer ou à s’affubllaer, o quemenchit par raungi sa bachelique et sa hauntonne dauns l’ormouère : o capellerait ces effets-lo le dimmaunche pour allaer à la messe…

   —  Qu’est-ce que tu vas faire aujourd’hui ?

   —  Je vais travailler dans la maison, j’ai beaucoup de choses à faire ; je vais aussi donner à manger aux poules, aux lapins et aux cochons. Et toi ?

   —  Je vais atteler la jument et m’en aller labourer les petites Godfreiries. 

   Bonne ne se tint pas à ne rien faire, à s’admirer dans la glace ou à se parer, elle commença par ranger son grand châle et sa robe noire dans l’armoire : elle la remettrait le dimanche pour aller à la messe…

DSC08736

DSC08847DSC08845

DSC08737

    Il avaient eune joulie positioun de quaraunte vergies de terre, vingt en herbe et vingt en labou et en pus de cha, eun boués iyoù que Touène allait parfeis à la cache. Quaund que sa mère à lyi s’artirerait, —  cha tergerait paé -, i rassembllerount quiques barryires et il érount dyis vergies en pus. Cha en faisait des gens counséquents dauns la coumeune sus eune belle faisaunche-vali. 

     Ils avaient une belle exploitation de huit hectares, quatre en herbe et quatre en labour et, en plus de cela, un bois où Antoine allait parfois à la chasse. Quand sa mère à elle prendrait sa retraite, —  ce qui n’allait pas tarder -, ils regrouperont quelques champs, ils auront deux hectares de plus. Cela en faisait des gens importants dans la commune, installés sur une belle exploitation.

IMG_2949

    Le soir, il fallait enco halaer sus les broquettes, tchuure la soupe, l’s houmes erpassaient d’aveu la fale basse. Quaund que les bottelous avaient genouilli pusurs jouornaées de raung, fallait rentraer le fein, le chergi dauns les quertyis, le tassaer dauns les grenyis.

   Héyeusement quiques veisins —  il ’taient byin aveisinaés -, s’en venaient faire eune corvaée d’houneu. Bouone oû sei était ernaée et pus ol enfllait du devaunté, pus ol enhannait.

   —  Ma pouore Bouone, t’as de pus en pus de minsère, la semanne qui vyint, ch’est la graund sant-Pyirre, j’allouns gagi eune basse pouor t’aindyi : mais que le bllé et le sibéri vount faire le co et quemenchi à yête meus, no va les sciaer : tu vas paé t’en venin aindyi, cha se peut paé ! Guette-mei cha, te v’là heingue de pé, tei qu’as la pé bllaunche. D’aveu çu solé-lo, tu ferais byin enco des étouordissaisouns.

   —  Je sis byin dauns le cas d’aindi…

   —  Brin ! Brisouns là ! D’hivé, yéra les batteries, le beire à pilaer… Et pis tu deis yête ilo pouor abibotaer noute petiot. 

    Le soir, il fallait encore traire, faire la soupe, les hommes revenaient affamés. Quand les botteleurs avaient tassé les bottes de foin sous leurs genoux plusieurs jours de suite, fallait les charger dans les charrettes, les rentrer à l’abri, les entasser dans les greniers.

    Heureusement quelques voisins —  leur voisinage était excellent —  venaient les aider par une corvée d’honneur. Bonne le soir était exténuée et plus le ventre sous son tablier gonflait, plus elle avait de mal.

  —  Ma pauvre Bonne, tu as de plus en plus de peine, la semaine prochaine, c’est la grande saint Pierre, nous allons engager une servante pour t’aider : quand l’épi du blé et du sarrasin vont se courber vers le sol et commencer à être mûrs, on va moissonner : tu ne vas pas venir nous aider, c’est impossible ! Regarde-moi ça, te voilà toute bronzée, toi qui as la peau blanche. Avec ce soleil-là, tu aurais encore bien des étourdissements.

  —  Je suis bien capable d’aider…

  —  Non ! Stop là ! Cet hiver, il faudra battre, faire le cidre… Et puis, tu dois rester ici pour t’occuper de notre petit.

 Ch. III 4.           Bouone hubit l’s épâoles, seument i calit paé et o deut entenre ses raisouns.

    Le 29 de juin oû matin, i se déjuquîtent byin à coup, fîtent leus petit tripot, s’affêtîtent d’aveu leus effets du dinmaunche et « Hie Cocotte » ! La jument avait quate lues de quemin à faire, fallait paé yête eun tranne-tchu si no voulait paé que la louerie seit quitte ou byin si no voulait paé aveî le ringas.

    Bonne haussa les épaules mais il ne céda pas et elle dut se soumettre.

     Le matin du 29 juin, ils se levèrent rapidement, firent leur travail, endossèrent leurs habits du dimanche et « hue Cocotte » ! La jument avait seize kilomètres à faire, il ne fallait pas traîner si on ne voulait pas que la « louerie » soit terminée ou bien si on ne voulait pas avoir les restes.

DSC08863DSC08949DSC08892DSC08886DSC08959DSC08965     Dauns la graund rue, i mîntent la querette et la jument à la garde et s’en allîtent sus la graund pllèche.

    Yavait toute eune mouerie de gens et cha en faisait eun trumutu ! No-z-était bouolinguis de touos bords. No veyait les déballous byin en souen de vous vende leus merchaundise, les chabotyis d’aveu des apendentaées de chabots pouor les éfaunts, pouor les houmes, pouor les fèmes, (Touène voulit en en acataer pouor le fisset, Bouone li dit qu’i débasottait et ol y mint paé mens le hola) les potys de Mourot d’aveu leus sinots, leus pintouns, leus chirannes, leus terrènes, (i fâorait qu’ol acate eune chiranne, ol avait brésilli la syinne avaunt-z-hyir)

    Dans la rue principale, ils donnèrent la charrette  et la jument à garder et se rendirent sur la grande place.

    Il y avait une énorme quantité de gens et ça en faisait un brouhaha ! On était bousculés de tous les côtés. On voyait les forains qui faisaient l’article pour vous vendre leur marchandise, les sabotiers avec des alignées de sabots pour les enfants, les hommes, les femmes, (Antoine voulait en acheter pour le petit, Bonne lui dit qu’il déraisonnait et elle l’en empêcha), les potiers de Saint Jacques de Néhou avec leurs saloirs, leurs tasses, leurs récipients à crème, leurs « terrènes », (il faudrait qu’elle achète un récipient à crème, elle avait cassé le sien avant-hier).

DSC08779

A Sottevast, à La Raterie, Lionel Jean tourne et cuit selon la tradition de Mourot

  Ch. III 5.          I descendîtent avâo la pllèche. Eune affilauntaée d’houmes, de fèmes et d’éfaunts espéraient yête louaés : les quertyis avec leus perpignaun, les batteus en graunge d’aveu leus fllé sus l’épâole, les mouessouneus d’aveu leus fâocile… Touène et Bouone s’en feûtent veî les bâsses qu’avaient eun bôquet sus le côtaé gâoche de leus canezou. Qui chouésit s’affrounte ! I prêchîtent d’aveu la prémyire du raung. I feûtent d’acc’modement : quaraunte pistoles et ieune paire de chabots. Mélonie (ol avait noum Mélonie) s’en feut acataer ses chabots d’aveu l’ergent que li avait bailli Touène et o mînt sen bôquet à dreite rapport qu’ol ’tait gagie ; o s’en vyinra tcheu ses maîtes à la sant-Cllai, le 17 de juilet.

DSC08967      Ils descendirent la place. Une longue file d’hommes, de femmes et d’enfants attendaient d’être engagés : les charretiers avec leur gros fouet, les batteurs en grange avec leur fléau sur l’épaule, les moissonneurs avec leur faucille…  Antoine et Bonne se dirigèrent vers les servantes qui portaient un bouquet sur le côté gauche de leur corsage. Celui qui choisit se fait du tort ! Ils parlèrent à la première de la rangée. Ils se mirent d’accord : quatre cents francs et une paire de sabots. Mélanie (elle s’appelait Mélanie) s’en alla acheter des sabots avec l’argent que lui avait donné Antoine, elle plaça son bouquet du côté droit car elle n’était plus disponible : elle prendra son travail chez ses maîtres à la saint Clair, le 17 juillet.

Mélanie ferait byin noute graund basse... (notre servante principale).

Mélanie ferait byin noute graund basse… (notre servante principale).

    Bouone acatit sa chiranne, i magîtent eun piquet de pan à l’âoberge, bevîtent eun sou de café et se racachîtent à Mountaigu ; Bouone était byin lassaée et i fallit paé la berchi oû sei.

    Mélonie feut eune bouone servaunte, o restait paé à tierraer des bûnettes, Bouone et lyi s’accaunchîtent reide byin, o demeurit d’aveu yeus quinze auns de temps, o se maddyit, o bordait ses trente auns, o se mint sus eune faisaunche-valei d’aveu sen bouonhoume.

    Bouone feut prinse de petiotaer le jou de la batterie de serasin, cha s’acaunchait byin ma rapport que no-z-avait huit bouonhoumes à dînaer, à soupaer et à abreuvaer ! La basse se déhalit reide byin de çu coup d’atout-lo.

    Touène s’en feut à toute berlingue quéri la matroune, eune vuule bouone fème qu’avait aindyi pus de la mitaun des fèmes du hammé à se mette en déeus.

    Cha feut d’espéditioun, Bouone grugit des dents déeus treis coups, pouncit ses deigts dauns sen found de man, o se dit en lyi-même que ch’était le bouon guieu à prenre et le diablle à renre et Charlotte arrivit en poussaunt des ébrais.

    Bonne acheta son récipient à crème, ils mangèrent à l’auberge, burent un sou de café et rentrèrent à Montaigu ; Bonne était très fatiguée et il n’y eut pas besoin de la bercer le soir.

    Mélonie fut une bonne servante, elle ne restait pas à rien faire (à mettre les fauvettes au piquet), Bonne et elles s’arrangèrent très bien, elle demeura quinze ans avec eux, elle se maria, elle avait presque trente ans et prit une exploitation avec son mari.

    Bonne ressentit les douleurs de l’accouchement le jour de la corvée de battage du sarrasin, cela tombait bien mal car elle avait huit hommes à déjeuner, à dîner et à qui il fallait donner à boire ! La servante se tira très bien d’affaire.

    Antoine s’en alla à toute vitesse chercher l’accoucheuse, une vieille femme qui avait aidé plus de la moitié des femmes du village à accoucher. Cela alla très vite, Bonne grinça des dents deux ou trois fois, enfonça ses doigts dans la paume de sa main, elle se dit en elle-même que c’était le bon dieu à prendre et le diable à rendre, (il était agréable de faire des enfants mais désagréable d’accoucher) et Charlotte arriva en poussant des cris.  (…)

Chapitre IV 1.                                                       

   L’annaée dyis huit chent seissaunte-neu feut bouone rapport que Martin a naqui oû meis de décembe, le restaunt feut pllen d’ohis. Cha quemenchit dé renouvé, le temps se talbotait mais i tumbait paé d’iâo. Le froument levit paé et le serasin paé biâofaire. Pus tard, i feut alliétaé par l’iâo, no feut obligis de le sciaer à la fâocile en le pêquaunt à pouégnies. Oû meis de mai, i gelait enco, i faisait eune freid de quyin.

   D’étaé, paé besouen de pllauntaer des perlicoquets dauns les pyiches, les ouésiâos avaient paé gros dé dequei à mouégi. Les cllos étaient brûlaés. Le fein feut rentraé byin à coup, cha menachait tréjous, seument cha tumbait paé. Syis meis de raung quâsiment sauns iâo… Qui que no baillerait à mouégi es baêtes ? Yérait paé de buure à venre, paé de bllé inetou, paé de mouoture à portaer oû mounyi, no verrait paé le frinot d’aveu ses pouquies de flleu. Qui que no magerait ?

   L’année mille huit cent soixante-neuf fut bonne du fait que Martin est né au mois de décembre, mais pour le reste ce fut que des ennuis. Cela commença au printemps, le ciel se noircissait mais il ne pleuvait pas, le blé ne leva pas et le sarrasin poussa mal. Plus tard, il se coucha à terre par la pluie, on fut obligés de le couper à la faucille en le saisissant à poignées. Au mois de mai, il gelait encore, il faisait un froid de chien.

   En été, pas besoin de planter des épouvantails dans les champs : les oiseaux n’avaient pas grand-chose à manger. Les champs étaient jaunis par la sécheresse. Le foin fut rentré très rapidement, la pluie menaçait toujours mais ça ne tombait pas. Six mois quasiment  sans pluie… Qu’allait-on  donner à manger aux bêtes ? Il n’y aurait pas de beurre à vendre, pas de blé non plus, pas de grain à porter au meunier, on ne verrait pas l’aide-meunier avec ses sacs de farine. Que mangerait-on ?

(à suure… : le mariage du fils de Bouone, Martin, d’aveu eune file de Valognes)

(Les belles vaches normandes sont celles de Michèle Le Fol au château de Crosville-sur-Douve (qui fera l’objet d’un billet sur ce blog…)

BON DE COMMANDE du livre Bouone et Bouonotte, 230 p., 4 photos couleur, 12 ph. noir-et-blanc.

Frais d’envoi offerts ! Et avec réduction de 5 % soit 18, 05 € au lieu de 19 €.

Nom : ……………………………………………….. Prénom : ……………………………………………..

Adresse : …………………………………………………………………………………………………………..

CP : ………… Ville : ………………………………………….. email : …………………………………….

Commande …….. exemplaires au prix de 18,05 €, frais d’envoi 0 €.

J’ajoute …. ex. du livre ‘‘Cllémence’’ au prix de 10 €, frais d’envoi 0 €.

soit un total de .. .. , .. .. €

que je règle par chèque libellé à l’ordre de Magène.

Poster à Jean-Claude Léger 5 Allée Blanche Lande 50270 Barneville-Carteret

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Livres en normand, Saisons, Vocabulaire