Archives de Tag: UPNC

21. Ouest-France : « Le « Trésor de la langue normande », un outil qui fera date ». Essai comparatif des dictionnaires normand-français récents.

    11 de juilet. Je m’en vyins d’acataer le Ouest-Fraunce, d’aveu eun articlle sus le dico dit(1) « Trésor de la langue normande » ou « T.L.N. » ; byin plléchi en hâot à dreite de la page chin, à côtaé du Touor de Fraunce qui passit dauns noute countraée !!

dico dit(1)   : me fait penser à cette formulette… « Qui qu’o dit qu’ol a co ? O dit qu’ol a co la colique ! »  (Que dit-elle qu’elle a encore ? Elle dit qu’elle a encore la colique… le ventre dérangé !)

ouest-france 11-07-2013

ouest-france 11-07-2013

Ch’est seur que ch’est Fraunçoués Simon qui l’a écrit,… no recounaît sa plleume à li ! Mais il a brin mins sen noum…

Ouest-France, page Normandie, 11/07/2013 Dictionnaire Eurocibles.

Ouest-France, page Normandie, 11/07/2013
Dictionnaire Eurocibles.

 Ch’est byin écrit, va t-en veî :

    « C’est un morceau : un kilo de savoir, de précision, de références. Et surtout une grande première : un dictionnaire français normand (29 000 mots) :

idéal pour ceux qui ne « prêchent le loceis de tcheu nous » mais en seraient curieux. Et même gourmands. »

(Bon exactement c’est un kilo 680 g. !). (…)
                    36 000 mots :
En seconde partie, le dictionnaire normand français plus classique. »

     L’Université Populaire du Coutançais et les auteurs de cette partie ne sont pas cités, dommage… Ils ont fait un énorme travail ! 36 000 mots normands vers le français.

     Alors citons-les : Marcel Dalarun, Odile Buttet, Maurice Fichet, Henri Gogibu, Marie-Charlotte Letourneur, Rose-Marie Maudouit, Alphonse Poullain.

    Il est vrai qu’il faut trouver leurs noms byin muchis page 651 (ampraès les verbes normaunds conjugués) et qu’i ya paé-z-eu enco de réyeunioun de presse gencie par Eurocibles… Cha va venin !

Jean-Claude Léger (fr-normand), Maurice Fichet (nor-français) J.6P. Montreuil, D. Bourdelès le 8 juillet à Bricbé / Bricquebec

Jean-Claude Léger (fr-normand), Maurice Fichet (nor-français) J.-P. Montreuil (professeur de dialectologie aux Etats-Unis), D. Bourdelès le 8 juillet à Bricbé / Bricquebec

  A) Pouor savi coume qui qu’est chu « Trésor de la Langue Normande », v’chin quiques mots…

   J’ouve chu « T.L.N. »  à la bouoleveue (au hasard)… page 904, début des mots commençants par E .

  Et je récopie achteu cha que j’i dauns men ordinateus qu’a servi à l’éditeuse, Adèle Hommet, managouse d’Eurocibles :

(jusqu’à ébésoui, les 20 premiers mots)

ébagllaer 

ve. Agrandir un trou, une ouverture.

ébâobi 

ve. Étonner, surprendre au point de faire balbutier ou bégayer. yête ébâobi, être en admiration.

ébâobi ou ébâodi

adj. a) Engourdi. V. bâobe. b) Étonné.

ébaquaer ou ébaqu

ve. Effondrer.

ébare 

n.f. a) Cri.Faire ébare, pousser un cri. V. ébrai. b) Mauvais accueil fait à une proposition.

ébarnaffe ou ébrenaffe

n.f. Égratignure.

ébat ou débat 

n.m. Espace. Y a brin de débat, il n’y a pas de place pour manœuvrer.

ebbe

n.m. Marée descendante, jusant. V. fllot.

Ebbe et fllot, ebbe et fllot...

Ebbe et fllot, ebbe et fllot…

ébectaer

ve. Casser la pointe.

ébeire (s’) 

ve.pr. S’imbiber d’eau puis sécher. • I fâot laissi le linge s’ébeire, i se lavera muus.(J.Fleury)

ébellaée 

n.f. Éclaircie.

ébéluaer ou éberluisi ou ébéloui 

ve. Éblouir. • Quaund no-z-a luusu quique temps âo solei no-z-est tout ébéluaé.(J.Fleury). Étourdir, donner des vertiges (par des paroles). V. élugi.

éberdouilli ou éberdouillaer

ve. Écraser surtout en parlant des animaux. •Le petit cat est éberdouilli.(F.Yard) V. ébrédouilli.

éberlouette 

n.f. Éblouissement. V. éblouement.

éberluchaé ou  éberluqui

adj. Étonné, épaté. V. éblairaé.

éberluchaer ou éberluchi ou éberlusaer

ve. Étonner, épater, éblouir. • Ch’était eune reide belle fête, j’en sis enco tout éberlusaé, c’était une très belle fête, j’en suis encore tout ébloui.

ébernaer 

ve. Nettoyer les vêtements pleins d’excréments d’un enfant.

ébernaflleure

n.f. a) Balafre. b) Crevasse ou petit éboulement dans un mur. c) Marque d’enfoncement étroit et en longueur dans une carrosserie de voiture.

ébésoui

n.m. Dadais. V. picot.

ébésoui 

adj. Stupéfait, commotionné, en apprenant quelque chose de désagréable. • Quaund no leus eut dit tout cha, il en restîtent tout ébésouis (J.Fleury).

   Cela fait 20 mots (30 exactement avec les variantes).

DSC08536

   2) Comparons avec le Dictionnaire normand-français de Jean-Paul Bourdon, Alexandre Cournée, Yves Charpentier (Editions C.I.L.F. –P.U.F, Paris, 384 p., 1993) : un excellent dictionnaire avec index français-normand qui compte environ 5 000 mots incontournables.

   À la lettre E, nous avons : ébâobi, ebbe, éberluisi, ébésoui… Quatre mots.

Dict Bourdon 001

 

 

 

3) Comparons avec le Dictionnaire normand-français d’Éric Marie (Éditions OREP., Bayeux, 460 pages, 2012) :

nous lisons Ébâobi(e), Ébbe, Éberluaer –  ébêluaer, Ébésoui(e)…  Cinq mots.

Dictionnaire OREP

Dictionnaire OREP

La comparaison est semblable pour d’autres pages. Disons qu’il y a 5 fois plus de mots chez Eurocibles qu’à l’OREP.

Avec des exemples dans les deux dictionnaires. Et des citations d’auteurs dans celui d’Eurocibles.

Couverture

B) Que trouve-t-on dans la partie français-normand dans le nouveau dictionnaire Eurocibles ?

   V’chin le quemenchement de la lette E ; vous comprendrez mieux l’originalité et le fonctionnement à but pratique de ce dictionnaire :

E

eau

iâo n.f. La leune est embllaunquie, ch’est sène d’iâo. « L’iâo qui dorvâle, l’iâo qui couort, l’iâo qui doune la mort, l’iâo qui doune la vie. » Marie Berthe, L’iâo.

bouone-iâo n.f. Eau de cuisson de certains poissons, cuits dans de l’eau salée.

crétène n.f. ou cretine n.f. Eaux gonflées d’un fleuve, ou d’une rivière qui débouche à la mer.

dégout n.m. Eau qui tombe goutte à goutte du toit, du larmier ; eau sale qui s’égoutte lentement.

dégoutins n.m.pl. Eau qui tombe d’une couverture.

dégrou n.m. Eau mêlée de graviers qui tombent des toits, des gouttières.

déravène n.f. Cours d’eau produit par la pluie. « Ch’était eune vraie déravaine à dégrabolisis l’quemin qui n’tait pé goudronai. » Jean Tolvast, Chroniques Normandes.

dévalaisoun n.f. Eau mêlée de terre, de graviers, d’argiles, de sable, etc., qui dévale violemment.

douet n.m. Point d’eau.

grou n.m. Eau sale.

iâo grésillie n.f. Eau avec du crésil pour désinfecter.

lavechineures n.f.pl. ou laveures n.f.pl. Eaux de vaisselle.

sâoce n.f. Eau de la mer ; eau salée dont les fabricants de fromage de la Vallée d’Auge humectent les fromages en préparation, quand ceux-ci paraissent manquer de sel ou quand la dessication en est trop rapide.

sentabouon n.m. Eau de Cologne.

vâocre n.m. Eau de crue.

Le Rieu au bord des marais printemps 2013

Le Rieu au bord des marais printemps 2013

eau-de-vie

goutte n.f. ou sicine n.f.

bllaunche n.f. Eau-de-vie qui vient d’être produite.

canard n.m. Le peu d’eau-de-vie qu’on sert, le café bu, dans la tasse, comme petit supplément amical.

fil en quate n.m. Désignait autrefois l’eau-de-vie très forte.

iâo (petite)  n.f. Première eau de vie qui sort en début de distillation.

raide (de la) loc. Eau-de-vie de mauvaise qualité.

séque (eune petite) loc. Eau-de-vie bue seule.

sicasse n.f. Eau-de-vie de cidre. « C’est ta cicasse qui t’a mins dauns l’état où que t’es. » Octave Maillot, Thôphile  à Rome.

teurnache n.f. Beire eun coup de teurnache.

ébahi

ébâodi adj. ou éberluchaé adj. ou éberluqui adj. ou éplapourdi adj. ou surcouaé adj.

J'en sis touot éberlusaé de veî d'intaé roses !

J’en sis touot éberluqui de veî d’intaé roses !

ébahir

ébllouaer ve. ou surcouaer ve.

ébattre (s’)

poudrette (faire) loc. S’ébattre dans la poussière pour des volailles.

éberlué

éberlusaé adj. ou éberluisaé adj. « Seurprins de touot chenna, j’en restais éberlusaé. » Jeaun de la Py-Ouitte, La crique du jouo.

ébrésouoilli adj.

éberluer

éberlusaer ve. ou évarcannaer ve. ou éverlanaer ve.

Ya dequei en restaer la goule souos le naez de veî eun artuché si hâot !

Ya dequei en restaer la goule souos le naez de veî eun artuché si hâot !

ébloui

éberlusaé adj. ou égaluaé adj. Égaluaé pa le solé, je me sis mins oû creus.

éblouir

ébâodaer ve. ou ébélouir ve. ou ébéluaer ve. ou éberluaer ve. ou ébllouaer ve. ou éblluaer ve.

ébéluzo ve. Employé dans le Val de Saire.

égaluaer ve. Le solé m’égalue.

fâoflluaer ve. Provoquer des éblouissements.

éblouissement

ébélouissement n.m. ou éblloue n.m. ou ébllouement n.m. ou éblluance n.f. ou fâofllue n.f. ou fanfllue n.f.

    Bonne découverte !

Vos avis nous intéressent !

   Rémi Pézeril

Men cat est égaluaé pa le solé, i se muche !

Men cat est égaluaé pa le solé, i se muche !

1 commentaire

Classé dans Dictionnaire Trésor de la Langue normande