Archives de Tag: Tourlaville

14. Dialogue en normand filmé par le Club Vidéo de Tourlaville (Nord-Cotentin) à propos d’un livre bilingue : Dauns ma leunette à mireus, d’aveu Guy, Allain, Joel.

L’Atelier VIDÉO est une des activités proposées par:

le Club de Loisirs de TOURLAVILLE.

La page « Le parler normand » est mise en ligne sur notre site.  http://www.clt-video.org/

http://www.clt-video.org/52+le-parler-normand.html

Dans cet entretien, en » parler normand  » l’auteur Guy Pichon nous parle de son livre et des motivations qui l’ont animé :

« Dauns ma leunette à mireus » 35 chroniques vues « Par le petit bout de ma lorgnette ». Préface d’Alain Bavay (ci-dessous en français et en normand) + photos.

Pierre Lechanu et Jacques Jean ont filmé cette causette entre amis.

Guy Pichon a chouési coumme avernoum Guy du Hammé de Hâot (ichin photo tcheu L's Amins du Doujoun à Bricbé).

Guy Pichon a chouési coumme avernoum Guy du Hammé de Hâot (ichin photo tcheu L’s Amins du Doujoun à Bricbé).

couv Guy 001

« Un ouvrage magnifiquement réalisé entre la plume et la palette » (Marie-Paule Poignet, La Presse de la Manche, 27 3 2012).

70 pages couleur, format 17,7 x 25,3 cm, 252 pages, 24,50 € + port : 8,50 €.

Chèque à Magène Jean-Claude Léger 5 Allée Blanche Lande 50260 BARNEVILLE-CARTERET

Oû Hammé oû Tchuraé (Hammeau au curé), allaez à hue-o (= à dreite si vo-z-êtes à j'va) en venaunt des Puus (Les Pieux) sus Quettetot...

Oû Hammé oû Tchuraé (Hammeau au curé), allaez à hue-o (= à dreite si vo-z-êtes à j’va) en venaunt des Puus (Les Pieux) sus Quettetot…

Hallaez à dia (à gaèche) ichin...

Hallaez à dia (à gaèche) ichin…

DSC07981

Hammé de Hâot

1. Notre voisine / Noute veisène

1. Notre voisine / Noute veisène

Alain Bavay, amin de Guy, a genci ches mots-chin oû quemenchement du live...

En guise de préface,,,

 

Mon cher Guy,

 

Préfacer ton livre est un honneur, mais, face à la page blanche, je vois combien il est plus facile de critiquer quelqu’un que d’en dire du bien.

Ton ouvrage est bien tel que je l’attendais. Même si je n’ai pas tes dons pour « l’interview-express » qui te permet, en quelques minutes, de savoir l’essentiel sur ton interlocuteur, il ne m’a fallu trente-huit ans d’amitié réciproque pour, je crois, bien te connaître.

Comme disent les vieux Normands, « je soumes d’eune âge » et je sais ta famille, tes origines, tes goûts,  tes idées et tes engagements et tout le temps qu’ a duré notre cohabitation, au Collège de Bricquebec, nous avons été pratiquement toujours d’accord sur l’essentiel.

La plupart des textes qui composent ce recueil, tu me les as dits avant de les coucher sur le papier. Je sais que, pour toi, le bon vieux temps ne fut pas si bon que cela ; je connais ton attachement à ta famille, ta sympathie pour les petites gens de ton village, ton goût pour la campagne et pour ton jardin. Je t’ai entendu pester contre les destructeurs de la nature et du patrimoine et certaines nouveautés stupides et tu n’as jamais craint de dire tout haut ce que tu as sur le cœur.

C’est donc tout cela que tu nous invites à retrouver dans ton livre si joliment illustré par ta tendre épouse : pas de poésies, pas d’histoires de fin de banquet, mais la vérité d’un homme dans sa vie,

Installé dans ta « librairie » du « Hammé d’Hâot » ou en voyage, tu jettes un regard lucide sur le passé, le monde actuel et les gens d’ici ou d’ailleurs. Il y a donc un peu de Montaigne dans ta démarche (je sais que ça va te faire rire), mais un Montaigne qui s’exprimerait en parfait normand, chose d’autant plus remarquable que tu n’es pas « né natif » de l’Isle de Cotentin mais originaire de Tirepied, dans le grand sud. Pourtant, comme aurait pu dire le grand Côtis-Capel : « Dauns le loceis de tcheu nous tu n’es brin à l’étreit »,

 

Naturellement, le grand lecteur que tu es connaît cet « avertissement au lecteur » placé au début des « Essais » :

« C’est un livre de bonne foi, lecteur ; il t’avertit dès l’entrée que je ne m’y suis proposé aucune fin que domestique et privée. Je n’y ai nulle considération de ton service ni de ma gloire… »

 

Alors mon cher Guy je pense que tu aurais pu te dispenser de ma préface et la remplacer simplement par cet « Avertissement aux lecteurs » inspiré de ton illustre prédécesseur :

« C’est un livre en toute simplicité, braves gens qui avez l’occasion de me lire ; il vous avertit pour commencer que tout ce que j’ai rassemblé, cela tourne seulement autour de moi. Ce n’est pas fait pour vous plaire et ce n’est point fait pour me vanter… »

 

Alain Bavay

 

A men amin Guy,

Yête le syin qu’écrit oû quemenchement de ten live est, ch’est seu, eun houneu, mais en happaunt la plleume, je veis byin que no-z-est pus à sen à man  quaund no débagoule sus quiqueun qué quaund no veurt en dire du byin.

Ten ouvrage est dreit cha que j’espérais. Mais que je n’ie paé ten adoun pour “épuqui byin vite” les gens et savei en eun ryin de temps le pus gros du syin d’aveu qui que no prêche, j’i paé-z-eu besoin de trente huit annaées de bouon veisinage pour byin te counaîte.

Coume disent les vuus normands : “je soumes d’eune âge” ; je counais ta famile et je sais d’iyou que tu vyins, cha que t’aimes, cha que t’as fait et cha que tu penses et, touot le temps que no-z-a ernaé de par ensemblle coume maîtes d’école oû collège de Bricquebé, no-z-a-z-eu quasiment tréjous les mêmes idaées.

Byin des pages de ten live, tu me les as racountaées devaunt qué de les couochi sus le papyi. Je creis que pour tei, le “bouon vuus temps” fut paé si bouon que cha ; je sais que ta famile, ch’est paé ryin pour tei et que cha t’empose paé de byin aimer les petites gens de ten veisinage, la caumpanne et ten gardin. Je t’ai oui byin des coups étchurfaer counte les syins qui machacrent nos vuus cllos, les syins qui minchent les maisouns de nous graunds et tous les syins qu’inventent quiques nouvelles innochenteries. T’as janmais eu poue, magène, de dire tout hâot cha que t’as sus le quœu.

Ch’est tout chenna que no peut artrouer dauns ten live, d’aveu les si jatiles images de ta fème. Paé de rimailleries, paé d’histouères de fin d’assembllaée, mais la vérité d’eun houme dauns sa vie.

Raumpônaé dauns ta “librairie” du Hammé de Hâot ou byin en viage, tu veis byin à cllai le temps passaé, le mounde d’achteu et les gens d’alentouo de tei ou d’âote part. Tu serais byin eune mannyire de Montaigne (je sais byin que cha va te faire ritounnaer ), mais eun Montaigne qui sérait prêchi noute loceis. Ch’est d’ermerque pour quiqu’eun qu’est paé né-natif du bout de la Maunche mais s’acache de Tirepied, byin louen dauns le Su. Mais coume érait peu le dire le graund Côtis : “dauns le loceis de tcheu nous, tu n’es brin à l’étreit”.

Coume de fait, tei qu’as luusu byin des lives, tu counais “l’avertissement au lecteur” genci oû quemenchement des “Essais” :

“Ch’est eun live touot bounement, liseus ; i t’avertit dès l’hus qué je m’y sis dementaé d’ âoqueun but mais que pour dé mei. Je veurs paé te faire des croupettes et ch’est brin pouor ma gloriole inetou”.

Ainchin, chir amin Guy, je creis que t’érais peu liement mette, à la pllèche de cha que je vyins de couochi sus le papyi, ch’té mannyire d’ “Avertissement és liseus” :

       “Ch’et eun live de fiâotaé, bounes gens qu’êtent dauns le cas de me luure ; i vos avertit pour quemenchi que touot cha que j’i teurqui, cha ratoupène ryin qu’alentouo de mei. Ch’est brin fait pour vos cadelaer et ch’est brin fait pour craqui.”       

 

Alain Bavay

DSC07852

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Livres en normand, Vidéos