Archives de Tag: sport

61. À l’Institut du Judo, l’art du maniement de Sei

À l’Institut du Judo, l’art du maniement de Sei

Qui qu’i dit le gâs Teddy ?

    Le Fraunceis Teddy Riner est devenun champioun d’Urope de judo pou le quatriyîme coup, sammedi, à Mountpelyi. Il a capuchi le Georgian Adaum Okruashvili d’aveu ippoun. Mais i fait la griche, rapport que ch’tait d’eçsaès quemode dé gangni. Le peids louords dé 2 m treis (pouor 282 livres) a tréjous gangni dé depis quatre auns, va-t-en veî ! Cha fait syis coups itou qu’il est chaumpioun du mounde.
Emilie Andéol et Audrey Tcheuméo ount-z-eu le gâ itou, ieune dans les pus de 156 livres et l’âote des mens de 156 livres.
L’équipe de Fraunce a mins dauns sa pouquette syis médâles d’or, prémyis dé touote l’Urope ! ! Ch’est dé dequei de remerque !
Rémin
équipe : prononcer en Normandie le plus souvent étchipe. Chu mot vyint enco du scaundinave ! Tout cha qu’est sus eun baté en normaund et pis en fraunceis ampraès, ch’est rapport és Viquyins (aux Vikings, les Rois des baies) !

de skip = baté (Cf. ship en anglais et Schiff en allemand. du nordique skipa = arranger, équiper. En 1120, s’est écrit eschiper = naviguer, embarquer, équiper un bateau pour prendre la mer. Le sens s’est élargi au XVIe s. : équiper un local ; s’équiper…

par Maryvonne du Praé du Moulan

   Byin-à-couop, à matin, nouos v’là sus l’A.13, en directioun de la capitale, eun coach à bord, pou le chaumpiounat Uropéan de Judo. Bougre, des veiteures pet-à-coue sus treis files, la compétitioun coumenche à neuf heures. Les mineutes s’égronnent ieune à ieune. Malédictioun, les autos fount du sus pllèche. Pouor seur, no va maunqui le début mais qué le côtche (eul coach en aungleis) seit lo pou le prémyi coumbat. Cha li cône dauns l’oyèle, enco dyis mineutes. Lé v’là descendeu, à touote berzingue, à pique de galop, les gaumbes à sen co coume eun dératé, il ‘tait graund temps…

judo Paris (2)

Quiques espllicatiouns…

     Rapport à lus peids, les coumpétiteus, sus la bastchule de vèle oû sei, sont raunguis pa catégories. À pis pus, cha vaut le couop de poussaer eune suaée ou byin dé se rédimaer eun miot pouor paé saôtaer de catégorie. Figurous eun chent quilos (tchilos) déplléchi eune ormouère de chent-quaraunte kg oû pus d’aveu déeus mètes de haôt !
     Ch’est itou de vèle que « le tirage au sort » fait moussinaer les tchusses. Le bouoligot et la chaunce pèsent d’ecsaès louord, ch’est le cas de le dire : eun Ukrainien pou coumenchi, eun Russe ampraès. Magène, ch’est paé des brélettes, ches Belges, Allemaunds, Italians, Hongroués, Suisses, Géorgians…  Eune vlopaée de Russes pou ramassaer eune patraillie de médâles.
     Ch’est drôlu d’yête vétéraun à trente auns. Dauns le sport no vuuillit à toute alleure. Sus les étiquettes, j’i armerqui F1, M2… F coume female en anglleis, coume dé raisoun, fème tcheu nouos ; ch’est de même pou M : male pouor houme. Ente trente et trente-chinq auns, ch’est Numéro 1, ente trente chinq et quaraunte Numéro 2… Sont-i à mitan bouoguis en déeus, craunqueus ? Nennin, enco pllens d’énergie sus le tapis.
    Treis mineutes pou savaer qui qu’il a dauns le coco, réflléchi à trouaer la bouonne prinse, « l’action exacte, opportune, efficace », le « ippon » du vanqueus. Veire, ch’est louong et oussin couort. Coume dé fait, le kimono blleu, à croupetouns, le brâs pa devaunt nuut oû kimono bllaunc paé dauns le cas de travailli. Cha mérite eune pénalitaé… Ch’est paé de remerque qué de gangni coume chenna !
    No reste sus le tchu taunt que ch’est mannyirement réglli coume papyi à musique. Paé de prêchi pouor ryin dire, tout bouonement des sènes pouor annulaer, dounaer eune décisioun, calmaer la Norvégienne qui se print à saôter de jouée ; ichin paé de craque, « de la modestie, de l’humilité ». « Seuls les épis vides de grains redressent la tête. Les autres ceux qui sont pleins s’inclinent humblement ».
judo Paris (3)
Ch’est admirablle de senti oûtaunt de councentratioun, de respé pa des portements (des saluts) vis-à-vis de sen partenaire du tatami, de silence dauns chu dojo. Ya ryin à dire, paé de rouspétaunche veu que les vidéos rempllèchent les déeus arbites de la carre (du couin). Achteu, touot seu, l’arbite, de la man, coume eun automate, dicte sa loué. Des ordinateus pou caltchulaer les pouents, eun écraun d’vaunt chaque tatami, pou luure les noums, les catégories, les nationalitaés des coumbattaunts. Ch’est là que la coffrâle se teurque quaund que no counaît ieun des déeus. No-z-est créti, raunçaé, souolagi à la définitioun.
    Pa derryire, sus les bauncs des gradins, les amins s’émôquent, gestitchulent, vîpent pouor encouoragi, tapent des mans pouor eune belle prinse. Ch’est le jouo et la nyit ente le parterre et l’arryire. Oû mitan de l’arlevaée, la reminse des médâles és dames nouos otchupit quique temps. Coume à la télévisioun, l’hymne natiouna est launluuraé (chanté) pou l’or sus la prémyire marche accaunt l’assistaunche : o se déplie, dé debouot, assis, dé debouot, assis… Coume des pauntins sus ressorts, bouon exercice pou nouos genouors enreudis.

judo Paris-1

    Cha feut, pou mei, dreit le moument de veî les syins du Clleub iyoù que men gâs ensène le judo. D’en par-ensemblle, touos dauns le tran d’à ce sei piqu’ i ya grève, pou se ratibroulaer.
En v’là ieun à l’artrache d’eun coumpartiment à syis pllèches, en taête d’eun tran paé enco affichi, qui deit yête le boun. Ch’est pouorqui ! Qui qu’i busoque ?
À penne à creire mes uurs, eune boutèle de rouoge, des rillettes et du pâté dépuraunts de gras foundu pa la chaleu du dojo, eun saécichoun, du pan, du frometon qu’a-z-eu byin câod, à la valdrague qu’il ‘tait oû mitaun des papyis graissous sus la tablle étriquie, pou la collatioun, sauns oumbélyi déeus verres à pyid pou le raffinement et déeus godiâos taillis dauns eune boutèle en pllastique, à la guerre coume à la guerre ! Eune roundelle de saécichoun pa’chin, eune tâle de Coumté pa’lo, eune laumpaée de vinasse touo coume oû tchu du tounaé, dauns le chelyi, aôtefeis.
I maunquait puus que Bourvil d’aveu sen air de baête, de pllouc décaraé de sa caumbuse. Ch’tait paé du cinéma. Ch’était rêvablle de les guetti cassaer la crôte. J’en ‘tais malade de rire.
    Qui chicâtu si le tran coundyisait paé à Tchidbouorg ! Ya puus de gêne d’ampraès l’announche. Byin calaés sus lus siges, nouos guais lurouns se tapent la clloque en devisaunt sus les déhaits de la jouornaée, dauns la bouone himeu, jostaunt et ricachounaunt :
— Déméfious, v’chin eune casquette dauns le corridor, cha s’rait-i le countôleus ?
Le syin qu’avait paé coumpostaé sen billet li moutrit byin vite et li offrit eune miette de sécisse sèque, histouère de partagi sen pllaisi. I li racountit d’iyoù que no se racachait. I se mint à digouési d’aveu li.
    Accaunt cht’aumbiaunche de colonie de vacaunches, nouos jostous driles fîtent eune paôse dauns lus métyis à respounsabilitaés, oûssi byin les euns que l’s aôtes : merchin chef de clinique, chef d’entreprinse, coumptablle…
J’i artrouaé mes émotiouns d’aôtefeis.
Maisi, rendez-vous pou les Kata de la quatryîme Dan qui « obligent à étudier la forme exacte des mouvements à rechercher avec le partenaire à la fois la Vérité et la Beauté, car ce qui est VRAI est toujours BEAU » (d’ampraès J.L. Jazanin, Président d’honneur du Collège des Ceintures Noires de France – 7e Dan).
    Et coume eul disait le Bouddha « Seyiz coume eul frit du maungui : ferme d’aveu vouos-même, tende coume la pulpe pou les âotes » !

Paris, le 13 juin 2013

 

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Jeux normands et sports, mer