Archives de Tag: roman

25. Images dans Valognes jour de la noce illustrant Bouone et Bouonotte de Maurice Fichet

  J’ai choisi des photos prises dans les rues de Valognes le jouo de la neuche pour illustrer le début du roman « Bouone et Bouonotte » de Maurice Fichet (paru aux éditions Magène, 2012, 19 €, voir le site magene.com)… Donc faudra espérer (attendre) eune miette pour le cortège du mariage : prochain billet ! [Quelques phrases sont coupées (…)]

Le roman commence à la mitaun du 18yîme syiclle à Montaigu-la-Brisette et Valognes...

Le roman commence à la mitaun du 18yîme syiclle à Montaigu-la-Brisette et Valognes…

 Maurice Fichet    Bouone et Bouonotte                    Roman-photo : Rémin Pézeri

Denise luut Bouone et Bouonotte dimmaunche oû moulan à Marie Ravenel...

Denise luut Bouone et Bouonotte dimmaunche oû moulan à Marie Ravenel…

Chapitre I

  1. Il acrasait de plleure, l’iâo dépurait à siâotaées du lermyi, cha dépêlait, cha déquerquait, i ventait, il écllairait : no-z-y veyait quâsiment  coume en pllen jou ! Oû louen, cha quadrâlait, cha cllincâllait de touos bords, no-z-entendait le Bouon guieu rouolaer ses caillous : i devait en avaer eune bouone appalaunquie, quiques bouones bannelaées à quériaer, il en faisait eun vaquerme !

    Il pleuvait à grosses gouttes, la pluie coulait à seaux du larmier, ça tombait à verse, à torrents, ça ventait, ça éclairait : on y voyait presque comme en plein jour ! Au loin, le tonnerre grondait, ça résonnait de tous côtés, on entendait le Bon Dieu rouler ses cailloux : il devait en avoir une bonne quantité en réserve, quelques bonnes bannelées à charrier, cela en faisait un vacarme !

Eun abat d'iâo chu meis de juilet...

Eun abat d’iâo chu meis de juilet…

 

   Le vent vîpait, lochait le hâot des âbres, ratoupinait dauns la couor et se coulait souos les crouésies… I ouinait coume si les sé diablles s’étaient happaé la coue. La couverture allait paé mens paé s’n allaer oû vent ! I faisait touos les métyis ! No-z-était ampraès âot, le fein était rentraé sus les solyis, le froument et le sibéri itou ; d’hivé, no battrait dauns la graunge : le mâovais temps emposerait paé baêtes et gens d’avaer à magi oû gros de l’hivé… 

   Le vent hurlait, secouait le haut des arbres, tournoyait dans la cour et s’infiltrait sous les fenêtres. Il poussait des cris aigus comme si les sept diables s’étaient coincé la queue. La toiture n’allait quand même pas s’envoler ! Quelle tempête extraordinaire ! On était à la fin de l’été, le foin était rentré dans les greniers, le blé et le sarrasin aussi ; cet hiver, on battrait dans la grange : le mauvais temps n’empêcherait pas bêtes et gens d’avoir à manger au plus fort de l’hiver…

 

Cha vouèche dauns les fuules du tilleu...

Cha vouèche dauns les fuules du tilleu…

    Bouone, bouguie dauns sen lyit oû mitaun de tout çu trumutu-lo, en grégeolait de freid dauns sa queminse ; ol érait paé deû yête crétie coume chenna rapport qu’ol avait eune bouone cherge de lanne et eune castalouène sus lyi.

    Bonne, lovée dans son lit au milieu de tout ce vacarme-là, en tremblait de froid dans sa chemise ; elle n’aurait pas dû être gelée ainsi parce qu’elle avait sur elle une bonne couverture de laine et une plus fine, de Catalogne.

 

Granit et schistes du Val-de-Saire...

Granit et schistes du Val-de-Saire…

    Bouone avait à mitan poue, ol érait peu s’anichi dauns le lyit d’aveu sa mère, dauns l’appartement d’aras le syin, coume âotefeis dauns sa petite âge, seument, anhyi, ch’était sa drényire nyit dauns le cabinet iyoù qu’ol avait couchi d’aveu ses sœurs. Deman, cha serait quitte pis qu’ol allait se maddiaer : o pourrait s’accotinaer tout counte sen bouonhoume ! D’aveu li, ol érait pus jammais poue, pus jammais freid, ol en était byin seue !

   Bonne avait à moitié peur, elle aurait pu se blottir dans le lit avec sa mère, dans la chambre juste à côté de la sienne, comme autrefois dans son enfance, seulement, aujourd’hui, c’était son ultime nuit dans la chambre où elle avait couché avec ses sœurs. Demain, ce serait fini puisqu’elle allait se marier : elle pourrait se réfugier tout contre son mari ! Avec lui, elle n’aurait plus jamais peur, plus jamais froid, elle en était absolument sûre !

 DSC09514

  2.  Cha yétait, il ’taient pendus à la mairerie dé depis pus de treis semannes et, à syis heures d’arlevaée (il avaient termaé pouor syis heures rapport que les gens qu’étaient de neuche avaient leus petit tripot à faire tcheu yeus devaunt que de s’en venin, et pis, si no voulait paé trop tergi pouor magi…), si le temps pouvait en ête, si la pêle pouvait se rétchuraer eun miot, eun écâodilloun de solei cha ferait brin de ma !

     Les bans du mariage étaient publiés depuis plus de trois semaines et, à dix-huit heures (ils avaient pris rendez-vous pour six heures du soir à cause des invités qui avaient leur travail à faire chez eux avant de venir, et puis, si on ne voulait pas être trop tard pour manger…), si le temps pouvait se mettre au beau, si la poêle pouvait se désencrasser, si le ciel pouvait se dégager, un rayon de soleil ne ferait pas de mal !

Cha rest le solé, taunt muus !

Cha rest le solé, taunt muus !

 

     À syis heures, o dira « Veire », et Touène itou mahène byin. I merquerount leus noums dauns le bas du dupllicata, achteu o pourra sâotaer oû co à Touène et l’embrachi sauns se muchi des gens, de ches mâodites laungues de coue de quyin des balaundyires du hammé. Ah ! Les sapraées baveresses et leus bagoulages !

    À six heures, elle dira « Oui », et Antoine aussi naturellement. Ils inscriront leurs noms au bas de l’acte, alors elle pourra sauter au cou d’Antoine et l’embrasser sans se cacher des gens, de ces méchantes langues de vipères des cancanières du hameau. Ah ! Les sacrées médisantes et leurs ragots !

Les vents de goule, cha lus counaît !!

Les vents de goule, cha lus counaît !!

 

  

    Bouone savait luure, écrire et coumptaer : sa mère avait élugi la taête à sen père jusqu’à qu’i l’envie à la petite école : o y’avait apprint tout chenna qu’o voulait, ol avait byin de l’ingamo. Ol érait byin aimaé luure des lives, seument, tcheu yeus, yen avait qu’yeun : le live de messe qu’ol avait-z-eu à sa commeunioun. Leus père counaissait ses lettes byin à penne et i luusait paé la politique. Quaund qué le piétoun, eun coup par attrape, leus baillait quique mot d’écrit, ch’était tréjous lyi qui luusait : ol en ’tait reide fyirte !

     Bonne savait lire, écrire et compter : sa mère avait usé la tête de son père jusqu’à ce qu’il l’envoie à l’école primaire : elle y avait appris tout ce qu’elle voulait, elle était très intelligente. Elle aurait bien aimé lire des livres mais, chez eux, il n’y en avait qu’un : le livre de messe qu’elle avait eu à sa communion. Leur père déchiffrait tout juste les lettres de l’alphabet et ne lisait pas le journal. Lorsque le facteur, une fois par occasion, leur apportait une lettre, c’était toujours elle qui lisait : elle en était très fière !

Magène Fichet, maîte d'école, guette les probllèmes de caltchul...

Maurice Fichet, maîte d’école, guette les probllèmes de caltchul…

 

  Ses frères et ses sœurs savaient itou luure et coumptaer, seument fallait paé leus demaundaer graund dé dequei. Pouor signi leus noums, i faisaient eune croué, et d’aveu byin du ma enco (ch’était byin dévrisaé s’i faisaient paé eun brouilloun en pus) : il avaient brin d’arténette !

   Ses frères et sœurs savaient aussi lire et compter, mais il ne fallait pas leur demander grand-chose de plus. Pour signer leurs noms, ils traçaient une croix, et encore non sans mal (c’était bien étonnant s’ils ne faisaient pas une grosse tache en plus) : ils n’avaient aucune facilité !

3. Dauns sen lyit byin trop counséquent pouor lyi, byin abriaée souos le rédédoun, ol avait la taête qui li marchait. Dauns le found de lyi, ol avait biâofaire de haïauntise counte sen père et cha, ch’était rapport és vents de goule.

Oû cllai de leune

Oû cllai de leune

   Cha faisait pouortaunt eune pâose qu’il avait décapelaé. (…) Bouone s’armettait de çu jou-lo, ch’était enco dauns sa taête : sen père se racachait de la feire, il avait eun miot tergi, il était nyit  (…). Les éfaunts et leus mère veûtent byin qu’il ’tait d’eune himeu d’herche,

Ch'est le gâs Chinot, de Fllémaunville, qui mène le queva...

Ch’est le gâs Chinot qui mène le queva…

i se mint à s’ébrailli :

  —  Qui que no m’a dit c’t arlevaée !?

   —  … ?

   —  Ch’est à tei que je prêche Bouone ! Qui que no m’a dit ?

   —  … ?

   —  Ah veire ! T’en fais de belles ! No t’a veue pusurs jouors de raung prêchi d’aveu Batiste, le gas oû Fèvre. Qui que vous mayaundaez touos déeus ? Vyint-i paé t’aindyi à traire ? Fâorait pus mais que cha !

DSC08798

À ten âge, ma file, cha deit paé yête le bas qui quemaunde le hâot ! Ch’est-i que tu vas te mette à couoyi la vésoun ? Ah ! Mâodit Bouon Guieu, je m’en vas te douébi !

   —  Mais je faisiouns ryin de ma, je décidiouns eun miot devaunt qué de nous racachi tcheu nous gens, j’i paé mens dix-huit auns ! 

Ch'est eun bouon gâs, le Touène !

Ch’est eun bouon gâs, le  Baptiste !

DSC08834

   Dans son lit bien trop immense pour elle, bien abritée sous l’édredon, elle ne cessait de réfléchir. Au fond d’elle-même, elle avait beaucoup de ressentiment à l’égard de son père et ça, c’était à cause des racontars.

   Cela faisait pourtant un moment qu’il était mort. (…) Bonne se rappelait bien de ce jour-là, c’était encore dans sa mémoire : son père s’en revenait de la foire, il s’était un peu attardé ; il faisait nuit (…). Les enfants et leur mère virent bien qu’il était d’une humeur de chien, il se mit à beugler :

  —  Qu’est-ce qu’on m’a dit cet après-midi !?

  —  … ?

  —  C’est à toi que je parle Bonne ! Qu’est-ce qu’on  m’a dit ?

  —  … ?

  —  Ah oui ! T’en fais de belles ! On t’a vue plusieurs jours de suite discuter avec Baptiste, le fils de Lefèvre. Qu’est-ce que vous combinez tous deux ? Il vient t’aider à traire pour sûr ? Manquerait plus que ça ! À ton âge, ma fille, c’est pas le bas qui doit diriger le haut ! C’est-i que tu vas devenir une putain ? Ah ! Sacré Bon Dieu, je m’en vais te mâter !

  —  Mais nous faisions rien de mal, nous causions un peu avant de rentrer chez nous, j’ai quand même dix-huit ans !       

Bouone, ch'est men p'tit noum !

Bouone, ch’est men p’tit noum !

 

Bouone oû marchi de Valouène prêche à ieune amin...

Bouone oû marchi de Valouène prêche à ieune amin…

4.  I halit sa cheinture et li passit eune freulaée coume ol en avait jammais archeu, ol avait enco la merque de la bllouque sus le bas des rens ! Ch’est sa mère qui l’arrêtit.

DSC08734

    Ah les vents de goule ! Y’a des criyatures qu’ount eune bouone caquetouère et paé gros dé dequei faire tcheu yeus !

DSC08723    Quique temps devaunt çu coup de temps-lo, les Marie-caquetouoses du hammé avaient digouési sus sa soeu Jeanne qui s’n allait sus ses dyis-set auns, y’en a tréjous qui vount oû devaunt des nouvelles coume eun quyin de cache qui prend le frai. «  Ol avait ’taé apercheue d’aveu le gâs à Ugène, souos la haie de la graunge és dîmes et i faisaient byin âote seit qué dé devisaer ! »

Ch'est oû doué que les nouvelles s'évâopillent és quate vents !

Ch’est oû doué que les nouvelles s’évâopilent és quate vents !

   Qui qu’avait dit leus père ? Ryin ! Il avaient même paé-z-eu eune entreprinse oû sei à soupaer ! (…) « Coume no dit tcheu nous : Tchu veu est pouen perdeu, tchu tâtaé est byin aventuraé ! Je vourais paé que no dise que tu tyins muus sus le dos qu’eune fâocile… Coume jé le dis tréjous, les joueries vyinnent tréjous à ma. Devaunt qué de jostaer coume chenna, vâorait muus passaer souos la perque ; si touos déeus cha s’acaunche byin, José a qu’à en prêchi à ses gens : mei et ta mère, je serouns d’arraungement »

    Et cha feut quitte ! Quiques meis ampraès, Jeanne feut maddiaée !

   Il retira sa ceinture de cuir et lui flanqua une volée comme elle n’en avait jamais reçu, elle en avait encore la marque de la boucle sur les fesses ! C’est sa mère qui l’arrêta.           

    Ah les commérages ! Il y a des femmes qui ont la langue bien pendue et pas grand-chose à faire chez elles !

DSC08733

Quelques temps avant ça, les Marie-caquettes du quartier avaient déblatéré sur sa sœur Jeanne qui allait bientôt avoir dix-sept ans, il y en a toujours qui vont au devant des faux-bruits plus vite qu’un chien de chasse flairant la piste du gibier : « Elle avait été entrevue avec le fils d’Eugène, sous la haie de la grange aux dîmes et ils faisaient bien autre chose que de discuter ! »

   Qu’avait dit leur père ? Rien ! Ils n’avaient même pas eu une remarque le soir en soupant ! (…) « Comme on dit chez nous : cul vu n’est point perdu, cul peloté est bien mal engagé. Je ne voudrais pas que l’on dise de toi que tu tiens mieux en équilibre sur le dos qu’une faucille… C’est ce que j’ajoute toujours : les petits jeux finissent mal. Avant de s’amuser ainsi, vaudrait mieux passer sous la perche à l’église ; si tous les deux vous vous entendez bien ensemble, Joseph n’a que d’en parler à ses parents : ta mère et moi, nous verrons à arranger ça ». 

    Et ce fut tout ! Quelques mois après, Jeanne était mariée !

Jeanne le jouo de sen maiage

Jeanne le jouo de sen maiage

DSC08883DSC08853

 DSC08866

5.    Jammais o s’était ramiôlaée d’aveu sen père. Ch’est seu, ch’était paé eun embrachous (…). Dauns des coups, i féchounait des souffllets dauns du ros pouor ses éfaunts, des cannepétyires itou dauns des braunques de su ; pouor lyi, yavait jammais ryin. Parfeis, i se racachait du marchi de Valouène d’aveu eun chucre d’orge, quaund qu’il avait byin vendeu sen buure. Yen avait paé tréjous pouor lyi.

DSC08887

   —  Ah ! Ma pouore Bouone ! qu’i li disait, iyoù que j’i-t-i la taête ? Je sais pus coumptaer, je sais pus coumbyin que j’i dé petiots ; ch’est tei la pus vuule, tu vas byin coumprenre… T’en éras yeun la semanne qui vyint. 

    Elle ne s’était jamais rabibochée avec son père. C’est certain, c’était pas un tendre (…). Parfois, cela arrivait qu’il fabrique des sifflets dans du roseau pour ses enfants, des pétoires également dans des branches de sureau ; pour elle, y avait jamais rien. Des fois, il rentrait du marché de Valognes avec un sucre d’orge, lorsqu’il avait bien vendu son beurre. Il y en avait pas toujours pour elle.

     —  Ah ! Ma pauvre Bonne ! lui disait-il, où qu’j’ai la tête ? Je sais plus compter, je ne sais plus combien qu’j’ai d’enfants ; c’est toi la plus âgée, tu vas bien comprendre… T’en auras un la semaine prochaine. 

DSC08768

   D’aveu sa mère, ch’était paé de même ; parfeis, ol ’taient toutes déeus dauns la tchuusène, o s’en venait s’anichi sus lyi, la bouone fème la carluusait eun miot, li faisait lola et o demeuraient toutes déeus à se tenin à brachies. Dauns des coups sa mère la couéffait : o li faisait eune choupette ou byin des cacanettes, o li pouésait eun biâo ribaun dauns les queveurs. « Coume ol est jatile ma fillette, ma Bouonotte ! La Renne d’Espane est paé joulie coume lyi ; dauns dyis auns touos les gâs du trige serount à ses pyids, que li disait sa mère… Ch’est sen père qu’en éra des coups de capé ! » Les reues du banné criaient à l’huile le loung de la parei de la couor, le père rarrivait, la mère muchait byin vite les queveurs de sa petiote souos sa bounette de fi et o s’armettaient à tripotaer dauns la maisoun.

   Avec sa mère, ce n’était pas la même chose ; certaines fois, elles ’taient toutes les deux dans la pièce principale, elle venait se blottir sur elle, la mère la câlinait un peu, la cageolait en chantonnant, et elles restaient à se tenir toutes deux embrassées. Quelquefois sa mère la coiffait : elle lui dressait une mèche sur la tête ou bien lui faisait des anglaises, elle lui nouait un beau ruban dans les cheveux. « Comme elle est belle ma fillette, ma Bonnotte ! La Reine d’Espagne n’est pas aussi jolie qu’elle ; dans dix ans tous les gars du coin seront à ses pieds, lui disait sa mère. C’est son père qu’en aura des coups de chapeau ! » Les roues du banneau couinaient en longeant le mur de la cour, le père revenait, la mère cachait bien vite les cheveux de sa gamine sous sa coiffe et elles se remettaient à tripoter dans la maison.

DSC08767

6.   Coume ch’était lyi la pus vuule, ol avait panagyi ses frères et sœurs : chaungi les drapiâos, les laungets, les couchous, berchi les pus jannes dauns leus ber, dui les sapraées brélettes qu’étaient brin chucraées, o faisait chenna touos les jouors. Ah les mâodits frélaumpyis ! I lyi avaient dounaé byin du capi, ol avait-z-eu byin du ma d’aveu yeus, no peut dire qu’il l’avaient faite arvive. Ol avait ’taé byin moûtraée, o souennerait ses quenâles coume i fâot.

  Comme c’était elle la plus vieille, elle s’était occupée de ses frères et sœurs : changer les langes, les couches, bercer les plus jeunes dans leur berceau, dresser les espiègles qui n’étaient pas faciles, elle faisait cela tous les jours. Ah les maudits vauriens ! Ils lui avaient donné bien du souci, elle avait eu beaucoup de mal avec eux, on peut dire qu’ils l’avaient faite enrager. Elle avait été à bonne école, elle soignerait ses enfants convenablement.

 DSC08755

    L’ouvrage li faisait paé poue, Bouone halait paé sen tchu d’arryire, ol ’tait quoeurue : d’étaé, ol aindait oû fein, o râtelait, ol enraunçait, o fanait, o tassait les bottes dauns les grényis. D’aveu sa mère o tchuusait le fricot, ch’est enco lyi qui lavechinait les abaisses et les castroles dauns le lévyi, ol ’tait byin monigaunte et ol avait byin de l’obiche. Ses frères, d’hivé, demeuraient à écopi dauns les tisouns, d’arnouvé et d’étaé i busoquaient eun miot mais no les réforchait brin.

   L’ouvrage ne lui faisait pas peur. Bonne n’était pas tire-au-flanc, elle était courageuse : l’été, elle aidait au foin, elle râtelait, elle mettait le foin en rangs, elle fanait, elle tassait les bottes dans les greniers. Avec sa mère elle faisait la cuisine, c’est encore elle qui lavait les plats et les casseroles dans l’évier, elle était très active et elle avait de l’initiative. Ses frères, l’hiver, restaient à cracher dans les braises ; au printemps et en été, ils travaillaient un peu mais on ne les obligeait pas.

DSC08797

   Oû matin, devaunt la clloque, paé besouen de la criaer pouor la déheuqui et, oû sei, no la viyait juquie sus sen quétoun d’aveu ses connes byin relisauntes. Sen père avait paé louaé eun daricot, ch’était lyi la triolette ! Ses sœurs gelaient paé la freid dauns les cllos, cha érait ’taé byin drévisaé si ol avaient-z-eu des casseures és mans ou byin les dépêlaées d’iâo sus le dos, la boe, la vatre dauns les caches : ch’était pouor Bouone ; et no leus disait jammais ryin, no leus demaundait jammais ryin, tout chenna li avait byin des coups rabûqui la taête. D’où vyint que leus père faisait taunt de partialitaés ?

   Le matin, avant l’angélus, pas besoin de l’appeler pour la faire lever et, le soir, on la voyait grimpée sur son âne avec ses cannes bien luisantes. Son père n’avait pas engagé un aide pour la traite, c’était elle qui trayait ! Ses sœurs ne se gelaient pas dans les champs, ç’aurait été bien étonnant qu’elles aient eu des engelures aux mains ou les grosses averses sur le dos, la boue, la fange dans les chemins : c’était pour Bonne ; et on ne leur disait rien, on ne leur demandait rien, tout cela lui avait bien des fois tourné dans la tête. Pourquoi son père avait-il tant de parti pris ?

DSC08729

   D’arryire ou d’hivé, à la villie, le père avait tréjous quique pannyi à féchounaer ou à renfounçaer ; la mère rapyichetait les braies ou les rengenouillait, raquemodait les câoches ou les queminsoles de pé des uns et des âotes. Bouone, lyi, mountait sen troussé, ol ’tait reide snaiqueuse et ol avait byin du gingin. Ma fei, o sera byin attrousselaée, o sera paé chentaée probablle, ol éra paé mens dé dequei raungi dauns s’n ormouère, sen bouonhoume la prenra paé tchu tu nu ! Ses sœurs avaient-z-eu eun troussé d’acat.

   À l’automne ou en hiver, à la veî llée, le père était occupé à tresser un panier ou à y remettre un fond ; la mère rapièçait les culottes ou cousait des pièces aux genoux, reprisait les chaussettes ou les tricots de corps des uns et des autres. Bonne, elle, faisait son trousseau, elle était très soigneuse et avait beaucoup d’habileté. Ma foi, elle aura un beau trousseau, elle n’aura pas cent pièces de chaque sorte probablement, mais elle aura tout de même de quoi ranger dans son armoire, son mari ne la prendra pas sans rien avoir à se mettre ! Ses sœurs avaient eu un trousseau acheté tout fait.

DSC08843DSC08918

   (à suivre…)

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Faête és Normaunds, Livres en normand, Saisons