Archives de Tag: Pézeril

35. Nouveau CD Magène byin… 1. À touos vents

 Théo Capelle chante Côtis-Capel, le grand poète de La Hague.

Voici « À touos vents »,  mis en musique par Daniel Bourdelès.
CD « Je syis magnifique ! ».Video environ 2′ :
Reportage France3

Mais en prémyi v’chin la météio :

http://france.lachainemeteo.com/meteo-france/ville/previsions-meteo-bricquebec-781-0.php

Venrédi 31 dé janvi. Ch’té nyit à Bricbé, no va avaer quiques haraées (grosses averses avec du vent, ch’paé) ! Nuaées counséquentes. Dé l’iâo suusue d’oundaées (sic) !!! Vent d’ava reide bastaunt. Ch’est seur à chent du chent.

Vendredi 31 janvier. Cette nuit à Bricquebec avis de vent fort. Très nuageux. Pluie suivie d’averses. Vent fort. La fiabilité de la situation est bonne.

Sammedi 1yi de févri : écllairgies oû matin, pis des nuaées et des chilaées d’iâo et p’tête byin des grêlaées, ventaées de suroêt, 70 km/h. Oû sei ch’est muus, quiques abiâosies et pissies de cat.

Samedi 1er février : éclaircies le matin, puis nuageux avec averses et risque de grêle, coups de vent de sud-ouest, 70 km/h. Amélioration le soir, quelques éclaircies et petites averses.

1. À touos vents

Sus le quai à Granville, le Marité...

Sus le quai à Granville

Eun houme sort dé tcheu li, coume s’i s’n allait sus l’ quai.

Les mans à sen capé, i guette les nuaes ligires…

I yest byin trop loungtemps. Cha n’ li paraît pé cllai.

Mâovaises filaches, qu’i dit en r’froumaunt la barrire.

Le Marité

Le Marité

Eun hivé, par tcheu nouos, no-z-eut eun graund coup de vent.

Les âbres en geangnaient de ma, je les guettais pa la fenaête.

DSC00872

I touorniait dauns la couor, cllaquait les contrévents,

I miâolait és crouésies. No disait : « I tempaête ! »

dauns le bouorg dé Brix

dauns le bouorg dé Brix

Byin-à-couop no-z-avait envié se couochi les petiots.

No se guettait entré nouos. No s’accotait dauns l’âtre.

Et malgré la fllaumbae, la freid nouos mountait dauns le dos.

Eun craquement nouos dréchait, eune braunque qui venait d’abatte.

 DSC09564

Et no l’imaginait dâobaunt pa les queminets ;

Et no le viyait terriblle et baliaunt les laundages,

Sâotaunt coume eun poulan és bâtyires1, és faîtets2,

Cha rappelait és pus vuurs quique journae de lus janne âge.

            1. bâtière, toit à deux versants, 2. faîtes, sommets du toit,

DSC03898

I fâot byin aimaer le vent, quaund i chaunte joulîment

És meis d’avri et d’mouai sus les cllosaes de briyère,

Quaund i n’ fait qu’eune risée sus la mé oû jusaunt,

Et qu’ les pêqueus à bord se disent en riaunt des histouères.

 DSC03918

I fâot byin aimaer le vent quaund i plleure tristément,

Cachaunt en pllen hivé ses nuaes oû ras des terres ;

Quaund i couovre la mé coume d’eun graund maunté bllaunc

Et quérie jusqu’oû pllen dé loungues épaves touotes neires.

 DSC06246

I faôt byin aimaer le vent, ch’est le Bouon Dieu qui l’a fait.

Fallait cha, magène byin3, pouor qué la terre seit bounne !

Arrêt-ouos doun eun miot, écoutaez-lé parfeis,

Much-ouos dauns eun racouen. Ch’est lo qu’i s’abaundoune…

 3. sans doute, j’imagine.

Côtis-Capel (Albert Lohier, 1915-1985), Raz-Bannes, p. 95, O.C.E.P. Couotaunches, 1970. Rases-Bannes serait une meilleure graphie car il s’agit de rochers qui affleurent, qui rasent (côte Nord de la Hague). L’orthographe de l’auteur a été conservée telle qu’en 1970 en ce qui concerne le son « a » de La Hague (verbes en er en français), écrit maintenant aé, ou aée au féminin, ce qui permet les variations orales en a ou en é  ou même en « o » (Val-de-Saire et certains autres lieux en Cotentin).

Théo à Montfiquet 24 dé juilet

Théo à Montfiquet 24 dé juilet

À

À touos vents

tous vents

  DSC04152

Un homme sort de chez lui, comme s’il s’en allait sur le quai.

Les mains à son chapeau, il observe les nuages légers…

Il y est bien trop longtemps. Cela ne lui paraît pas clair.

Mauvais cirrus, dit-il en refermant la barrière.

Graunville et la Baie du Mount-Sant-Michi

Graunville et la Baie du Mount-Sant-Michi

 

Eun houme sort dé tcheu li, coume s’i s’n allait sus l’ quai.

Les mans à sen capé, i guette les nuaes ligires…

I yest byin trop loungtemps. Cha n’ li paraît pé cllai.

Mâovaises filaches, qu’i dit en r’froumaunt la barrire.

DSC03887

Un hiver, par chez nous, on eut un gros coup de vent.

Les arbres en gémissaient de douleur, je les regardais par la fenêtre.

Il tournait dans la cour, claquait les volets,

Il miaulait aux fenêtres. On disait : « C’est la tempête ! »

 

De bonne heure on avait envoyé les enfants se coucher.

On se regardait les uns les autres. On se blottissait dans l’âtre.

Et malgré la flambée, le froid nous montait dans le dos.

Un craquement nous faisait sursauter, une branche qui venait de tomber.

 DSC03910

Et on l’imaginait errant par les petits chemins ;

Et on le voyait terrible et balayant les landes,

Sautant comme un poulain sur les toitures, sur les faîtes,

Les bâtyires du câté de Crosville-sus-Douve

Les bâtyires du câté de Crosville-sus-Douve

Ça rappelait aux plus anciens quelque journée de leur jeunesse.

 

Il faut bien aimer le vent, quand il chante joliment

Aux mois d’avril et de mai sur les champs de bruyère,

Quand il ne fait qu’un souffle rasant la mer à marée descendante

Et que les pêcheurs à bord se racontent en riant des histoires.

 DSC08095

Il faut bien aimer le vent quand il pleure tristement,

Poussant en plein hiver ses nuages au ras des terres ;

DSC03876

Quand il recouvre la mer ainsi qu’un grand manteau blanc

Et charrie jusqu’au plus haut de la marée de longues épaves toutes noires.

 

Il faut bien aimer le vent, c’est le Bon Dieu qui l’a fait.

Il fallait ça, sans doute, pour que la terre soit bonne !

Arrêtez-vous donc un instant, écoutez-le parfois,

Cachez-vous dans un recoin. C’est là qu’il s’endort…

Traduit par Bernadette Lecarpentier et R. Pézeri

Un boel (petite cour fermée) à Bayeux

Un boel (petite cour fermée) à Bayeux


Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Ecologie, Saisons, Vocabulaire

1. Patois ? Pas toi ! Images concert Magène à la Roche d’Oétre

     Depuis 1986, une exposition itinérante présente les écrivains en langue normande, noute loceis, noute prêchi, que l’on n’ose plus appeler notre patois depuis la définition de ce mot vue dans Le Petit Robert : « Parler local (dialecte) employé par une population peu nombreuse, souvent rurale et dont la culture, le niveau de civilisation sont inférieurs à ceux du milieu environnant (qui emploie la langue commune). Des paysans qui parlent encore patois. – Adj. Mot patois. PATOISANT, ANTE adj. Qui emploie, parle le patois. »

    La goule m’en écale dé rire en luusaunt chenna ! Si j’tenais le graund picot (dindon) qu’a écrit cha ! (luure = lire).

    Image

      L’existence d’une littérature propre, d’une grammaire et de lexiques différents du français ainsi que le sentiment de parler une langue sont autant de critères que satisfait le normand et qui définissent habituellement une langue.     Attention, pas une langue dirigée et surveillée, uniforme… comme le français – qui a heureusement aussi des variantes suisses, belges, québécoises, africaines… : le monde de la francophonie qui existe malgré la rigidité de l’Académie française -. La richesse des parlers est à préserver s’il est encore temps.

Image

     La langue normande est un vocable pratique pour caractériser ce qui se parle en Normandie, y compris insulaire. A Jersey et à Guernesey, c’est l’anglais qui étouffe depuis deux siècles le normand parlé et écrit depuis près de deux mille ans dans ces îles. Le jerriais et le guernesiais appartiennent à l’ensemble appelé « langue normande ».

     C’est bon, vous êtes vaccinés achteu (maintenant) contre les ravages que provoque encore ce mot « patois » dans l’ingamo (l’esprit) des gens qui parlent normand autant que dans celui de ceux qui l’ignorent ? Car nous avons le droit de parler normand, italien, allemand, hongrois, japonais, français,… picard, corse, breton celte, gallo, poitevin, basque, alsacien, morvandiau, champenois, ardennais, wallon… si cela nous chante !

Image

     Manuela à l’accordéon, Jean-Louis à la guitare, Théo au chant et Dany à la contrebasse : v’chin de la belle caunchoun, magène byin !

     L’objectif de ce blog est de vous permettre de suivre l’actualité de la langue normande et en même temps apprendre du vocabulaire, des phrases et des chansons ! Pour les chansons, rien de tel qu’un petit tour sur le site Internet qu’anime Daniel Bourdelès depuis 15 ans, magene.com : vous y trouverez un dictionnaire de quelques milliers de mots. Pour commencer, c’est déjà bien ! Vous pouvez télécharger des chansons et des CD entiers…

    Voici quelques images du concert Magène à la Roche d’Oëtre (61) le 8 mai 2013. Un nouveau répertoire pour un concert chaleureux ! Précédé d’une pièce de théâtre écrite par Claude Gilles. Contactez Guy Vaugeois qui anime un groupe langue normande à Athis…  L’Orne ne parle pas que français !
Image
 Image
     A noter dans votre calendrier : du 15 mai au lundi 20, nouvelle expo à Bricbé / Bricquebec : « Histoire et langue normande, les auteurs d’hier et d’aujourd’hui. Présentation du dictionnaire français-normand et normand-français tant attendu. Quel avenir pour notre langue régionale ? » (de 15 h à 18 h 30). Samedi jeux normands dans la cour du château, concours de quilles… (Et Festival de cannes dans le chartrier !)

     Le vendredi 24 mai 20 h à Quédou / Quettehou, ouverture de la Fête és Normaunds par une conférence de Mari Jones, professeur de normand à l’Université de Cambridge. Samedi et dimanche : un programme riche et varié, des costumes années 1850 et des danses, des conteurs des îles et de la « Graund Terre », des concerts… en normaund byin seur !
Image
     Thirry Duquemin / Thierry Duchemin, Mari Jones et Rémin Pézeri / Rémi Pézeril en juilet dé 2012 à Trouville (pays d’Auge) : Cha ch’est du bouon beire, byin gouleyaunt et couleu de solé, (ça, c’est du bon cidre, qui coule bien dans le gosier et couleur de soleil !)
 
   bonsoir Rémi de Magène,
merci pour l’information, vous êtes bien sûr également bienvenus
sur le site de vocabulaire thématique normand
http://norman.normaund.free.fr
meilleures salutations (et bonne nuit)   François
Thierry Duchemin   à Rémi
  Rgâde la photiao que j’t’ai minge, est des péquiaôts qui châvent la
 parlûre és ordinateus.
 Bé à tei
 Thirry
     
 
 

image00557.jpg

       Ch’est tout pouor agnyi (ou agnieut) ! (aujourd’hui, selon que vous préférez le parler du Cotentin ou celui du bocage)

                    Rémin 

 

6 Commentaires

Classé dans Concerts Magène