Archives de Tag: moulin

23. Une noce en habits normands 1900 à Valognes samedi 20 juillet et des fiançailles dimanche au moulin de Marie Ravenel à Réthoville (Nord-Cotentin)

No dit cha tcheu nous mais qu’eune femme ma’iée a-z-eu eun petiot avaunt neu meis de ma’iage : « Ils ont fêté Pâques avant les Rameaux ! »

Ch’est dé demême ch’té semanne : le sammedi, neuche, et le dimmaunche accordailles !

http://moulinmarieravenel.fr/fiancailles-normandes-au-moulin-21-juillet-prochain/
1) sammedi ven-ous en tous veî le ma’iage d’aveu chent quatre-vingt invitaés achteu à Valouones (Valognes) : oû matin va yavaer du mounde dauns le bouorg ! Pis le cortège va s’en venin à treis heures d’arlevaée pa la Rue des Religieuses,… et pis les douoze carrioles coume ch’té’chin passerount pa les vuules rues pavaées du Moyen-Age yoù qui ya achteu le Pays d’Art et d’histoire du Cllos du Cotentin. Touos les bouones gens mougerount oû sei coume dauns le temps : eun « menu » de douoze pllats ! D’aveu La Loure qui les fera daunchi touote la nyit !!
Dauns eune maringote à Muriel Lefèvre du Vrétot, no veit Stéphane Henry, qui lâone (se promène) dauns la couor du câté de Bricbé (bricquebec) en mai dé 2007, ch'tait la graund faête des Rouaisouns (les rogations) d'accaunt les Jèrriais et Guernesiais, Câochoués,...

Dauns eune maringote à Muriel Lefèvre du Vrétot, no veit Stéphane Henry, qui lâone (se promène) dauns la couor du câté de Bricbé (bricquebec) en mai dé 2007, ch’tait la graund faête des Rouaisouns (les rogations) d’accaunt les Jèrriais et Guernesiais, Câochoués,…

Vous allaez veî des couéffes en dentelles du Bessin, d’o leus poués (noeud) à l »arryire. Ch’est paé les hâotes couéffes d’s annaées 1850 en Normaundie ! Ni inetout les hardes d’aveu de la belle couleu : nennin, dé depis 1870, la fâote à Napoléiuon III qui fit la guerre és Allemaunds et perdit l’Alsace et la Lorranne… No-z-était en deu !

Stéphane Henry a genci eune inté neuche à Bayeux en 2007 yoù qué je feus invitaé, d’aveu eun biâo costeume ! Guettaez !

Eune fème de Bayeux d'o sa bounette et sen bouohoume en bllâode, et pis mei d'accaunt eune jolie pétiote de Bricbé ! (en 2007)

Eune fème de Bayeux d’o sa bounette et sen bouohoume en bllâode, et pis mei d’accaunt eune jolie pétiote de Bricbé ! (en 2007)

V’là le papilloun qu’annouche le ma’iage à Valouones :

180 costeumes à la neuche ! Incréyablle ! à veî chu sammedi ! I fâot avaer eun biâo troussé de linge dauns sen ormouère !

180 costeumes à la neuche ! Incréyablle ! à veî chu sammedi ! I fâot avaer eun biâo troussé de linge dauns sen ormouère !

mariage Val 001

2) Et pis yéra les accordailles féchoun 1850 (d’aveu les belles couéffes à qui qu’érait la pus hâote !) le dimmaunche où moulin touot rechaumpi d’aveu eune couverture en gllu (un toit en chaume) à Réthoville.

Amoureux des reconstitutions ethnographiques, à ne pas manquer ! Yéra itou des jéeus chu dimmaunche, les quilles du Cotentin (association Tec-Nor) : j’y sis byin seu !

Ch’tait pas ryin  d’allaer en neuches âotefeis ! Cha se préparait byin en avaunche !

Ryin que pouor pairaer (arranger) la couéffe, les files appronnaient à faire la dentelle à la man, et pis fallait savi repassaer les couéffes à tuyaus !

La dentélyire  (extrait)

  Touote la forteune d’eune dentélyire…

Ch’est sen métyi, ch’est sen vuus rouet ;

Ch’est l’art charmaunt dé nous graund-mères,

Couoraez, couoraez, mes p’tits blloquets…

 

Dès le point du jour j’me sieus minse

Âo travâl sus men cabouret ;

Ch’est pouor garni lé hâot des qu’minses.

Couoraez, couoraez, mes p’tits blloquets…

 

Jusqu’oû jour faillaunt, fâot qu’cha trotte,

Pouor fini eun festoun coquet

Qu’ no posera dauns l’ bas d’eune tchulotte.

Couoraez, couoraez, mes p’tits blloquets…

 

Ch’est byintôt la neuche à Phrasie,

Fâot qué j’ li fèche eun biâo bouquet

Pouor qué sa bounette seit flleurie,

Couoraez, couoraez, mes p’tits blloquets…

(suite sus magene.com…).  Chu pouème de Joseph Mague feut mins en meusique par Donnié Bouordelés. Théo Capelle la chaunte reide byin en concert – coume le mercrédi 24 dé juilet à Mountfiquet oûpraès de Balerey (Montfiquet, Balleroy, entre Bayeux et Saint-Lô), et pis sus la bllaunche galette (CD) noumaée « La Dentélyire » justénèment.

Vuus métyis d’âotefeis

     Ce texte est un très beau témoignage de Pierre Guéroult sur sa mère, repasseuse de coiffes et de bonnettes à Pont-L’Abbé-Picauville, au centre du Cotentin – qu’on appelle le Bauptais.

     Le bonnettes très variées en Cotentin dans les années 1900 se portaient dès qu’une femme sortait de sa maison : cela ne se faisait pas d’aller même chez la voisine sans coiffe, « en cheveux » ! Elles ont fait suite aux grandes coiffes extravagantes que les femmes les plus riches portaient dans les années 1820 à 1860. Cependant en Cotentin, pays très conservateur et isolé, ces coiffes seront portées encore plus tard, le chemin de fer est-il une des causes de leur disparition ?

      De nombreux musées et groupes folkloriques ont heureusement conservé ces magnifiques éléments du patrimoine qui demandaient un travail incroyable, car les tissus étaient brodés et ornés de dentelles, parfois tuyautées. Chaque canton de Normandie avait ses modèles de coiffes…

       Seuls les mots très différents du français sont traduits (entre crochets) afin de ne pas alourdir le texte. L’orthographe est celle du Dictionnaire normand-français de J.-P. Bourdon et A.Cournée (Editions CILF PUF) en conservant quelques particularités de la prononciation de Pierre Guéroult tel le son ain.  

SONY DSC

 

 

Les bounettes à tuyâos

      « Assyis-tei lenreit men fisset, et  bouoge paé. Tyins, v’là eune pastile de jus que Madème Lucas – l’épicyire- m’a baillie pouor tei. Chuche-là… Fâot que je travâle tu sais byin, pouor gangni noute veie. J’i envie de t’acataer eune belle paires de galoches pouor c’t arryire, quaind t’iras à l’école ». Et, sus ma petite quaire en boués, eune pouopaée de chique dains mes bras, touot en chuchaint men jus [jus de réglisse] qui me neirchissait les babènes et les deigts, je guettais ma mère travailli. Cha m’amusait de la veî à s’n ouovrage de touos les jouors, c’t ouovrage qu’était noute gangne-pan et qu’ol aimait faire aveu taint de précaôtioun.

      Ol arpassait, ma mère, et dains touot le bouorg coume dains les c’meunes d’alentou, les gens disaient : « Cha qu’o fait est tréjouos byin fait ; no peut s’y fiaer et o prend paé chi. Faôrait allaer byin louen pouor en trouovaer ieune coume lli ! » Coume no dirait oû jouo d’annyi, ch’était eune “artiste”. Veire ! eune “artiste” à sa mannyire. Vos li ériaez dit cha, qu’o vous érait répounu : « Vous moquous de mei ? Je fais chenna qu’i faôt, et v’là touot ! « . Mais oû d’dains de lli, o savait byin qu’ol était quasiment la drényire à faire çu métyi-lo et ol en ‘tait fyirote sains en avaer l’air.

Modestie et courage…

       Ch’est pouortaint paé que cha lli rapportit grâos. O le faisait par besouen, byin seû ! (Faôt-i paé faire quique seit pouor vive ?), mais surtouot par pllaisi.

      Déeus sous la douozonne de moucheus de pouquette ; eun sou la queminze, treis sous les déeus s’i fallait empesaer la fale [le jabot].

      Pou les couèffes et les bounettes, treis sous pyiche ; ch’était pus chi mais cha demaindait byin du temps, surtouot pou les tuyâotaées.

      Yavait paé tréjouos de l’ouovrage, mais quaind venait le temps de Pâques, à la Mi-âot, à la Touossant, à Noué et oû Tchu de l’Ain, ol avait byin du ma à countentaer ses pratiques [ses clientes]. Et si ch’était eune neuche, eun baptême ou eune c’meunioun, i li fallait passaer byin des bouots de nyit à la lueu de sen grâsset [lampe à huile]. « Couoche-tei, qu’o me disait dains ches couops-là, ampraès souoper, je vas brodaer. Touorne-tei du caôtaé de la parei, et dors… T’otchupe-paé de cha que je fais ». Mais quaind ol ‘tait en pllonne ouovrage, je m’artouornais sains faire de brit et je la guettais faire. Poé byin loungtemps, car byintôt, mâogré mei, mes urs cllinquaient et je m’endormais en rêvaint de dentelles et de frainfreluches qui dainchaient alentou de mei coume les affutiâos de la Belle oû Boués Dormaint ou de Chendrilloun dains les countes de ma bouone amin, Mam’zelle Suzonne, la vuule maîtresse d’école, noute veisène.

      Ch’était tréjouos dé d’même. Et je l’i veu taint de couops ! Ch’est magène byin pouor cha que je m’en arsouovyins enco coume si ch’était d’hyir !

Mouchoirs, tabliers et châles…

Espozsitioun de dentelles et bounettes à Bricbé (2007) organisie pa Les Amins du Doujoun).

Espozsitioun de dentelles et bounettes à Bricbé (2007) organisie pa Les Amins du Doujoun).

      Oû mitaun de l’aire, sus la graind tablle, la teile à repassaer était pâosaée, sains faire eun plli ; ol ‘tait faite d’eun carraé de fllonnelle qu’était le restaint d’eune couoverteure de men ber dé quenâle. No-z-y-veyait les taques breunes des breuleures des fers trop câods. Sus la dreite, eune moque touote érainsaée [à l’anse cassée], touote ébréquie, était à mitaun pllonne d’empeis dains qui que trempait eune petite chique en mouosselène. A gâoche, eune mannyire de petit cri [trépied] pouor paôsaer les fers ; eun bâtoun de chire et dé d’quei pouor faire écllairi les fales des queminses et la dentelle du bas des cotillouns dé dessouos.

      Sus eun bainc, touote l’ouovrage à faire : des bounettes, des queminses d’houme et de fème en teile du pais, des moucheus de pouquette blleus, ôussi larges que des serviettes à décrachi, des moucheus de co, des devaintés gorge de pigeoun [tabliers], des châles en souée, des cotillouns bllaincs qu’avaient eun émuguet [une fente avec une poche] sus le câotaé et des dents dains le bas. « No dirait, ches dents-là, une guirlainde de Sant-Sacrement que no met souos les pyids de l’estateue de la Bouone Vyirge «  que je dis eun couop à ma mère.

      Dains l’âtre, en hivé, eun biâo feu de boués fllaimbait : les tisouns rouoges, *halaés sus le dévaint, câoffaient treis fers dréchis sus lus déryire. En étaé, i1 ‘taient pâosaés sus eun petit récâod yoù que breûlait du querboun de boués et de la querbounette que mouman m’enviait trachi dains eune pouque tcheu le vuus Pétit, le bouolaingi d’à côtaé de nous, qui me l’épuquait dains s’n étouffous : « Je te bâle 1a plus grâosse et la milleure pis que ch’est pouor arpassaer » qu’i me disait…

      Je veyais ma mère se croqui sus le feu et prenre d’aveuc eune chique dé lonne la pouengnie de fé qu’ol appréchait de sa joe pouor veî s’il ‘tait caôd coume i fâot, et pis o le frottait pou le décrachi sus eun bouessoun en drap qu’était sus le bord de la tablle et o c’menchait sen repassage.

Un travail minutieux…

     Les moucheus, enco eun miot mucres [humides –mot scandinave-], faisaient de la buaée oû dessus de la tablle. O les pliait déeus couops, treis couops, et quaind ch’était aguevaé, ol appiait des déeus mans sus sen fé pouor byin merqui les pllis et o les mettait par petits tas en disaint : « Cheus-chin, ch’est pouo Madème Radot. Cheus-1o, ch’est les syins à Guustène ».

     Pou les bounettes, cha allait mens vite. O passait le fé sus le found et par en dedains et no-z-érait dit qu’o dessinait des flleurs sus la teile à repassaer. Si ch’tait paé assaez raide, ol y remettait eun miot d’empeis d’aveu la chiquette en mousselène. Ampraès, o se servait d’eun drâole dé petit fé round et couort, qu’allait jusqu’és bords aroundis de la bounette ou de la coueffe. Mais touote c’t’ ouovrage-là, « ch’était dé d’quei de byin c’mode qu’o disait : le tuyautage, ch’est pus difficile ! »

     Quaind o se mettait à tuyâotaer ses bounettes, no-z-érait dit eune vraie cérémounîn. Dains l’arlevaée dé repassage, ch’était l’heure la pus émoutiounainte, coume qui dirait, pouor les gens d’Egllise, l’Elévation duraint la Graind-messe.

     Les fers à tuyâotaer, des mannyires de cisiâos rounds qui ne coppent paé, câoffaient dains l’âtre. O les *halait d’aveu précâotioun, les assuyait sus eune fuulle dé papyi qui neirchissait et breûlait parfeis. O les faisait touorniqui pou les arfreidi et pis, douochement, o les gllichait dains la dentelle de la bounette, eune brainque en dessus, eune brainque en dessouos ; sa man touornait le fé itou et no veyait se dréchi eun biâo tuyâo, et pis eun âote, toute eune raingie de tuyâos byin raides et de la même grâosseu. Sus sa man gâoche froumaée à hâoteu de ses urs, o pâosait la belle bounette en dentelle dé qui que les tuyâos faisaient, sus le dévaint, coume la couoronne d’ergent de la Renne des faées qu’était dains les images de men live de countes.

 Des princesses en blanc

Jeannine Bavay, Jean-Cllade Légi (Léger) et Marotène de Bllaunche Launde en 2007. Ol est pus là d'accaunt nous achteu, ch'est cha qu'est triste...

Jeannine Bavay, Jean-Cllaude Légi (Léger) et Marotène de Bllaunche Launde en 2007, qu’est pus ilo d’accaunt nous achteu, ch’est cha qu’est triste…

      Et touotes ches bounettes ajeustaées sus des supports en boués à taête rounde, yen avait touot alentou de la pyiche : sus les tablles, sus les baincs, sus les quaires, sus l’alcôve et jusqu’à sus la pus *hâote étagyire du vaisselli. La nyit, si je mé révillais, à côtaé de mouman qui rounfllait, ernaée pa s’n ouovrage, quaind i yavait eun miot de leune, je mé creyais dains eun châté *haintaé. Je veyais des milorennes et des chorchyires et des princesses en bllainc qu’avaient l’air de dainchi sains faire de brit dains la maisoun qui dormait. Parfeis eun drényi tisoun de querboun de boués évalinguait en pétaint des étinchelles devaint qué de s’étenre. Alors touotes les criyatures de men raêve s’écllairaient d’eune lueu rouogeâte d’enfé et je les veyais se caintaer sus mei. Byin vite, jé me muchais souos le drap en criaint : « Mouman! » et ma mère en se révillaint me disait : « As-tu finin de gipoutraer coume chenna ? Qui que t’a doun que tu dors paé ? » O s’est jammais avisaée, ma mère, coumbyin que je les aimais ses bounettes, byin qu’o me fassent poue, parfeis, la nyit. Mais o les aimait byin, li itou.

      Quaind les fèmes dé par tcheu nouos se mintent à portaer lus prémyis capiâos, cha la désolit. « Ne me prêchiz paé de cha, qu’o faisait. A qui qu’o ressembllent d’aveu lus pots de flleurs sus le coupé de la taête ? »

      Quaind la file és Duva, de la Sainseuryire se ma’yit, touotes les fèmes de la neuche étaient en capiâos. « Vey-ouos cha ! que faisait ma mère. Cha yen fait-i de l’esbroufe ! Cha  sait paé soument se couèffi coume touot le mounde dé par ichin. Qui qu’i se creient doun ? »

       Mais, ol ‘tait sus le su de noute porte quaind Jâoséphène, la prémyire des files à Louisot *Heurtévent, print Bouonot Vinchent, de la Graind Jannyire. « Qui belle neuche que cha fait ! qu’o disait és veisins. Av-ouos veu leus bounettes ? Ol ‘taient touotes en dentelle de fi d’aveu des gorgyires de souée… »[larges rubans noués].

     Et si persoune répounait, ol arpronnait : « J’en syis seûre, creyiz-mei, ch’est mei qui les i touotes arpassaées ! ! »

La Presse de la Manche, Août 1952

Bibliographie

Pierre Guéroult, Contes et récits. Ed. OCEP, Coutances, 1974.

Société Rossel, revue Le Boués-jaun (deux numéros sur les coiffes). Cherbourg.

Jeannine Bavay. Les coiffes de la Manche. Ed. Les Amis du Donjon, 12 €. Mairie 50260 Bricquebec.

Publications des Musées : en particulier celles de Martainville, Alençon, Bayeux, et de  La Glacerie près de Cherbourg.

     Ne manquez pas les costumes du musée du Vieux Granville… à voute leisi pa les quemins de la Normandie.         

et dauns le Trésor de la langue normaunde (Eurocibles, juillet 2013) : 

1) dictiounaire fraunceis-normaund (Amis du Donjon-Magène):      

fiançailles

accordailles n.m.pl.

menauntises n.m.pl. Fiançailles (vieux terme).

fiancé

bouon amin loc. bouone amin fém.

prétendu n.m. Futur.

promins n.m.

femme

famme n.f. ou fème n.f. « J’i retrouvaé eune fème. Pour seur, ol a déjà-z-eu déeus, treis bouonhoumes mais j’te le garauntis, ch’est eune bouone occasioun. » Gaspard Brey, Et l’histouère de Maurice ?

criyature n.f. « Nos criyatures ount touotes de belles mannyires. » Joséphine Eustace, Les gâs du bout de la Manche.

file n.f. Femme non mariée.

noce

neuche n.f. Yête de neuche.

noceur

mâque-tout n.m. ou mâquiard n.m. ou neuchous n.m.

  2)    Dict nor-fr UPNCoutançais                      

accordaer (s’) 

ve.pr. Faire faire son contrat de mariage.

accordâles 

n.f.pl. Fiançailles.

menauntises 

n.f.pl. Fiançailles.

marier

ve. Se marier. • ol a paé marié, elle ne s’est jamais mariée. • il a marié déeus coups, il s’est marié deux fois .• ol’tait mariée à Biâofis, elle était mariée avec Monsieur Beaufils. V. madiaer, prenre.

marieus 

n.m. Mari. • Par ichin, y’a paé byin de marieus pouor lyi (P.Guéroult)

A luure itou les romans : Lène, d’Aundré Smilly (in Les Treis Soeus – auto-édition épuisée) et Bouone et Bouonotte de Maurice Fichet (éd. Magène, 19 € port inclus).

  Rémi Pézeril

1 commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Bessin, Chansons, Cotentin, Dictionnaire Trésor de la Langue normande, Jersey, Livres en normand, Vocabulaire