Archives de Tag: jeux

55. Elections insolites. Théâtre. Le toupioun de Pierre Guéroult, suite. La toupie.

Le toupioun

Ch’est paé ryin qué de se porter és élections pou la coumeune ! Ya-z-eu chiffe tiraée à byin des pllèches….

    Ya mais que les syins coume l’équipe à Jean Quetier qu’ont paé-z-eu le trélu, rapport qu’i yavait qu’eune liste ! Ch’tait quemode de gangni ! (Jean, ch’est le gas de Albert’Studio, l’amin de Magène qu’à mins nous caunchouns sus les galettes neires (« Calitchumbelet, 1989, 33 tours) ou bllaunches (La Louerie, Rouogie du sei, Dauns men prêchi, Eun miot de souovenin, Angelina…).
Jean Quetier le 19 dé mâr

Jean Quetier le 19 dé mâr

I se portait à Sante-Mère-Egllise. Il a-z-eu chent du chent des vouées !!! Mais coume il avait dit, « v’nous en votaer, même bllaunc si vo-z-êtes paé tchu et queminse d’aveu mei ! » (m’enfin, ch’est paé dreit coume chenna qu’il a prêchi, mais ch’est du parèl oû même !). Ch’est paé étounaunt qu’i yait-z-eu en Fraunce 38 du chent des bouones gens qu’ount étaé à la pêque ! ou byin à raundouolli dauns les caches…
La mair'rie de Sante-Mère-Egllise pavouésie, ch'est byintô le 70yîme anniversaire de juin 1944, prémyire coumeune libéraée de Fraunce !

La mair’rie de Sante-Mère-Egllise pavouésie, ch’est byintô le 70yîme anniversaire de juin 1944, prémyire coumeune libéraée de Fraunce !

   Ya même la boulang’gie  »Le Fouorni de la Tou » à Calais qui décidit d’offri eune baguette de pan à touos les voteus (les électeurs) qui serount dauns le cas de faire veî lus carte tampounaée ! (qui justifieront d’une carte tamponnée). Il a de l’obiche s’t-i-lo pouor avei des pratiques (des clients !).

Yen a-z-eu de quei de drôlu és élections ch’t’annaée oû meis de mâr !

1) Dauns eun buret à voteus à Marmande, dauns le Lo-t-et-Garoune, impossiblle d’artrouaer la cllé de la bouète. Fallit crier quiqu’eun d’o des béquettes pouor coupaer le caquenâs (le cadenas).
Dans un bureau de vote de Marmande, dans le Lot-et-Garonne, impossible de retrouver la clé de l’urne. Il faut donc faire appel à une pince coupante…
2) Philippe Sauty, éluusu maire de Vibrac en Charente, 311 habitants, s’est détruit (suicidé) dauns la nieut de sammedi à dinmaunche. I s’escoffyit d’aveu eun fusi de cache (Il a mis fin à ses jours à l’aide d’un fusil de chasse). D’après « la Charente libre », « la pression de son futur mandat semblait le perturber ». D’ampraés « la Charente libe », « il était byin erjuaé d’avei à yête eul Maire de sa coumeune, cha le jiguulait ».
3) « Ch’est men dreit… et mei j’y tyins » : ch’est l’arfran d’eune caunchoun de Charles Lemaîte que le groupe Magène aime byin launluuraer (CD La Dentélyire) : eun maire vindicatif ! (la vengeance implacable d’un ancien maire évincé)
Fâot paé trachi de chicâtu d’aveu Maurice Frité ! Il ne fait pas bon s’attirer les foudres de Maurice Fritel. Maire de Sant-German-d’Oûné dé depis 1978, dauns l’Orne, i défouncit eul quémin de la Salle és fêtes ! Et pis en pus de cha, il a prins les quaires dé la mair’rie ! Celui qui fut maire de la commune de Saint-Germain-d’Aunay depuis 1978, dans l’Orne, a défoncé le chemin menant à la Salle des fêtes. Pire, il est parti avec les chaises de la maire.
Ch’est sen dreit d’yête si taunt indène, rapport que chu quemin, ch’est le syin ! « J’i brin muchi quique seit, ya qu’à guetti sus le cadaste » esplliquit Maurice Frité. Dé de même ch’est mei qu’ai payi les quaires pou la coumeune. La vindicte de l’ancien édile est tout à fait légale, puisque le chemin menant à la salle polyvalente lui appartenait. «Je n’ai rien caché, le terrain était là, il suffisait de regarder le cadastre», a expliqué Maurice Fritel. De même pour les chaises qu’il avait offertes à la commune.
Le maire d’achteu se noume Louis Toqui… I prêchit de cha à Fraunce 3 Normaundie de l’Ouêt : « No m’a demaundo de l’artiro de la liste, cha feut le quémenchement à tout. Cha l’a piqui ». Interrogé par France 3 Basse-Normandie le maire actuel s’explique: «Les gens qui me suivaient m’ont demandé de l’enlever de la liste, c’étaient des gens qui s’étaient déjà présentés contre lui aux dernières élections, ça l’a vexé et c’est là que ça a commencé» explique Louis Toqué. La nouvelle équipe en aura tout de même pour 6 000 euros de frais si elle souhaite reconstruire l’accès à la salle polyvalente. Cha va leus coûtaer 6 000 pistoles pouor arfaire l’entraée à la salle polyvalente, ch’paé ! La caunchoun le disait byin : « J’y perds, ch’est seur, mais ch’est men dreit… et mei j’y tyins ! » Ya byin d’s histouères coume chenna que je pouorrais vouos racounto !!!
http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/insolites/2014/04/03/25007-20140403ARTFIG00396-municipales-la-vengeance-implacable-d-un-ancien-maire-evince.php
4) Hayaunge, le bouorg de Lorranne, d’ecsaès merquie rapport que les hâots-fouorniâos Arcelor-Mitta ount froumaé, fut gangnie pa le Frount Natiouna. Sen caundidat, ch’est un ouvryi qu’était à la CGT ! Il a-z-eu trente-syis du chent des vouées, ch’est paé ryin. Hayange, la ville de Lorraine, très marquée par la fermeture des hauts-fourneaux ArcelorMittal, est remportée par le Front National. Son candidat, Fabien Engelmann, ancien de la CGT, cumule 36% des voix.

5) Le Président Fraunçoués (no dit Chinot par chin) Hollaunde s’est étrâlaé…

…et byin des villes ount bastchulaé à dreite ! Ch’est eune vague blleue ! Taunt et si byin qu’il a deu chaungi bouot pouor bout sen prémyi minisse (Vals rempllèche Ayrault) et itou ses minisses. Ou pûtot il ount quittaé eun fâoteu pouor se quairaer dauns eun âote. Ch’est le cas de Cazeneuve qui feut (eun bouon) Maire de Tchidbou-Oudeville (Cherbourg-Octeville) et qui sâote du budget [eun mot normaund, cha vyint de bouguette, ou boudjette ; poutchette, pouquette, pocket, ch’est kif-kif bourricot, et pis en aungllais ch’est dévenun… budget itou !], i sâote doun du budget à l’intérieur, yens, i quemaunde à la police. Il y counaît ryin, mais ch’est paé byin counséquent, i va byin veî !

6) A Grenoblle, l’écologisse Eric (eun petit noum normaund, ch’paé ?) Piolle est le prémyi d’aveu 40,8 % des voix counte le socialisse M. Safar (27,6 %) qu’en restit la goule souos l’naez, suusu pa l’UMP Matthieu Chamussy (22,8 %) et à la frontisse Mirèle d’Ornano (8,8 %).

   Dé quei dé remerque pouor chu janne politique qu’est doun le prémyi écologisse qui va dui eune intaé ville, paé louen d’avei chent-seissaunte mile habitaunts. Un petit exploit pour ce jeune politique qui devient le premier écologiste à diriger une ville de cette taille, près de 160 000 habitants. Il a dit qui ferait ryin que du vélo ! Paé de quérette à pétrole pou se tranner le tchu ! Il ne quitte pas son vélo dans les rues de Grenoble. Ancien cadre dirigeant chez Hewlett Packard, il a été licencié en février 2011 pour avoir refusé de mettre en place un plan de délocalisation. Il feut mins dehors dé tcheu Ioulette-Pacard en févryi dé 2012 rapport qu’il ‘tait nachu : i voulit paé genci eun pllaun pouor délogi l’usène et l’s ouvryis.
     carte électo 001

7) Mais le pompon, cha feut co tcheu nous, à Pirou ! Ya quiqu’eun qu’a mins sus la tablle déeus chents fâos bulletins d’aveu eun noum en mens, mais no sait paé quil innochent qu’a pairotaé chenna!!!

La Presse du 4 du meis d'avri

La Presse du 4 du meis d’avri

DSC03967

Pirou-pllage

Pirou-pllage

La vague blleue à Pirou-pllage, eun tsunami !!!

La vague blleue à Pirou-pllage, eun tsunami !!!

DSC03964

DSC03958
Ya des Pirouais qu’ount fait le calitchumbelet, l’s âotes ount mais qué le galichoun ! Les Pirottes et les Ouées (de Pirou) ount gangni !

Mais no reprêchera de la légende des Ouées du Câté de Pirou eun âote coup (veî noute CD « Les Ouées de Pirou », comédie musicale, 2006).

Déeus corbins d'eune maisoun de Pirou-pllage

Déeus corbins d’eune maisoun de Pirou-pllage

Ch’est paé le tout des chous, je vas vous bailli la site du toupioun, le théyâte de Pierre Guéroult : cha se passe par lé fait dauns eune petite coumeune du Cotentin en Normaundie. Les counseillis espèrent les voteus, et le maire trouit dauns sa pouquette… eune riga ! Eun toupioun (une toupie) !

Toupion (que no-z-écrit toupioun achteu) à la fête à Rocheville le 4 d'ât dé 2013

Toupion (que no-z-écrit toupioun achteu) à la fête à Rocheville le 4 d’ât dé 2013

182 001183 001DSC03975

184 001185 001

(à suure…)
Ya pouotaunt byin de quei à veî à Pirou, cha sera pouor eun âote coup byintôt : intaé le village fauntôme !! de quei avei poue !!!

Le village fauntôme de Pirou-pllage... !

Le village fauntôme de Pirou-pllage… !

Pirou, la rvyire et la mé

Pirou, la rvyire et la mé

(A suivre…)

Publicités

1 commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Cotentin, Ecologie, Jeux normands et sports, Livres en normand, Saisons

53. Elections municipales. Théâtre. Le toupioun de Pierre Guéroult

Le toupioun

Prémyire partie

   V’chin la prémyire mitaun de la pyiche de théyâte de Pierre Guéroult  Le toupioun  (La toupie)… Ya byin d’s annaées qué le live est pus dauns les boutiques…
   No-z-est dauns eune pétiote mairerie de tcheu nouos, en 1958…  Ya Benjamin, Maîte Jacques, l’Adjouent, et Maîte Baptiste qu’est Maire de la coumeune.  Les counseillis espèrent ampraès les voteus… (Louisin, Charlot, Médéric et sa bouorgeouèse Marotène vount s’en venin par pus tard).
    Ya itou Moussieu Nativet, le maîte d’école (qui prêche fraunceis)…
Toupion (que no-z-écrit toupioun achteu) à la fête à Rocheville le 4 d'ât dé 2013

Toupion (que no-z-écrit toupioun achteu) à la fête à Rocheville le 4 d’ât dé 2013)

00 001

1 Le toupion 0012 00134

carte électo 001

5 0016 0017 0018 0019 002

10 001DSC0054611 001P Guer 001

(A suivre…)

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Cotentin, Jeux normands et sports, Livres en normand, Saisons

7. Jeux normands. Âotefeis… achteu : choule à Quet’hou, expo à Tinchebray, historique de la Fédé,…

Dimanche 26 mai, à l'occasion de la Faête és Normaunds à Quédou / Quett'hou, rencontre comptant pour le championnat de Normandie

Dimanche 26 mai, à l’occasion de la Faête és Normaunds à Quédou / Quett’hou, rencontre comptant pour le championnat de Normandie. Et du 8 de juin oû 15 de stembe, espo des jéeus de la Fédération de Normaundie à Tinchebray.

Âotefeis à Tinchebray…

    An jouait âotefeis dauns noute countraée à la choule (qu’a dounaé le rugby et le foot-ball en Aunglleterre), à la tèque (ch’est annyi le base-ball), és tchiles et és boules (achteu, an dit le « bowling » cha fait muus que boules !!), oû palet, à la bézette, et bin âote seit enco…

Le plaisir de jouer à la choule

Le plaisir de jouer à la choule. En rouoge, l’étchippe à Pascal Grange de l’association « La chouque » (vallée de la Risle, dép. de l’Eure).

   Quiques Normaunds se démentîtent ya vingt annaées d’amoucheler touot chenna que no sait par écrit, ou bin d’aveu les souovenins de nos gens, de sorte et de mannyire à rémôqui les jéeus de cheu nous…

  L’idaée leus est venun en 1994. Pis en 2001 cha quemenchit pouor dé vrai. An fit des crosses en boués et des boules en tchu (en cuir) ! Les collégians des Puus (Les Pieux, Cotentin) jostîtent d’aveu les syins d’Allemanne, d’Italie et d’Aunglleterre (projet européen Comenius)! L’s Allemaunds de Weener (en Frise) s’en vîntent d’aveu le kubb des Viquyins (les Scandinaves)…

  Pllaisi d’yête paé coume l’s âotes, d’avei des jéeus d’âotefeis : ch’est paé de gangni qui coumpte, et pis, les jannes et les vuus, les gâs et les files jostent par ensemblle !

Les files itou aiment byin la choule à la crosse

Les files itou aiment byin la choule à la crosse. L’s équipes sont mélaées, mais par coup ya eune équipe rin que de files coume ichin !

  Les Normaunds ount byin des jéeus à ieus, ainchin que les Basques, les Bertouns ou les Picards ! An est paé pus nios que l’s âotes ! V’lo de quei qui doune eune bouone idaée de la Normaundie pou les viageus qui vyinnent nous veî !

Quiques jéeus bin normaunds :

   Oû Moyen Âge, an jouait « à la soule » dauns le Su de la Normaundie ou bin  « à la choule » (oû Nord de Tinchebray).  

   Dauns sen Jouorna d’s Annaées 1550, Gilles de Gouberville  écrit qu’il avait couoteume d’y jostaer d’aveu le tchuré du Mesni-oû-Va (yoù qu’i demeurait) ampraès la messe d’aveu des crosses, et d’âotes coups il invitait déeus étchippes pou la graunde choule (d’aveu eun grosse boule en boués) qui durait pusurs jouors : des coups  yavait les ceusses de Tchidbou (Cherbourg) counte l’s âotes parouèsses du trige et i s’artrouaient jusque dauns la mé !

Les collégiens enquêtent  sur la choule et gagnent le concours d'écriture du Conseil général !

Les collégiens de Sainte-Mère-Eglise enquêtent sur la choule et gagnent le concours d’écriture du Conseil général sur le thème des sports  !

   Dévers 1820, an jouait cheu nous à la choule d’aveu ou bin sauns crosse mais cha feut interdit rapport és villâches qui se freulaient à retou de vâton ! Coume ichin dauns la countraée de Tinchebray ! à Saint-Pierre d’Entremont… Et an a halaé le portrait oû gâs bin renaré (malin) qu’a-z-eu la soule décoraée de biâos ribans !

Mardi gras 1851, Charles Décosse s'emparait de la soule. Ch. Got reçu le vainqueur et ses compagnons et les fêta jusqu'au matin. Le jeu de la soule avait fait son temps, il fut remplacé par le tir à la cible.

Mardi gras 1851, Charles Décosse s’emparait de la soule. Ch. Got reçu le vainqueur et ses compagnons et les fêta jusqu’au matin. Le jeu de la soule avait fait son temps, il fut remplacé par le tir à la cible.

  « J’y ai vu jouer à Quettetot [praès de Bricbé (Bricquebec)], écrit Charles Frémine (né en 1841). Le jour de la Saint-Clair, les gars des communes environnantes se donnaient rendez-vous… C’était comme une noire trombe hurlant et tourbillonnant à travers la lande… » (La Voix du Donjon, n° 36).

Eun patrimouène d’achteu !

  An joue itou à la tèque : la tèque, cha peut yête oûssi bin le nom du vâton que de la balle en tchu (en cuir), cha qui fait « tac »ou « tec ».

  Eul mot « tèque » est bin couneu des Normaunds et guère âote part. Jean Seguin prêche de la « tèque au franc » vers 1930. La batte était eune palette en boués, le battous renvie la tèque en pé de berca. Yavait itou la tèque oû mur. Et en Aunglleterre, an joue co és « rounders », qui s’ent’arsembllent d’aveu le « baseball » (la balle à la base…).

  An jouait à la tèque és dinmaunches de Carême et à Mardi-gras ou bin és fêtes patronnales rin qu’en Normaundie ou bin oûpraès. Mais dévers 1920, des écoles et pis les scouts s’y sount mins !

   Dauns les cours des fermes oû sei ou byin des âoberges le dinmaunche à la relévaée, an jouait  ya paé bin loungtemps és tchiles (qu’an écrit quiles). Par exemplle, dauns le trige de Moundebou (Montebourg, Cotentin), ch’est le jeu des treis sœus (les trois sœurs) : treis quiles hâotes de 70 cm pllèchies en lène. An trache à les faire tumbaer do eune boule de 4 à 5 kg de 10 mètes pou les gâs et neu mètes pou les files. An joue do des sous qu’an met dauns eune pouque (ou pouche oû Su de la Normaundie). Le raboulous qui raboule la boule a dyis du chent. Les vuules gens y jouent co !

  Ya itou des josteries de quiles sus le pllaunchi d’s âoberges. Et l’s Aungllais y jouent co dauns quiques  « pubs ».

  Des coups, ch’est d’aveu des quiles pllates coume à Yvetot (Pays de Câs)… ou byin les quiles à la potence qu’amusent les pus p’tiots !

Sus la pllèche du marchi, no peut joster és quiles à la potenche !

Sus la pllèche du marchi, no peut joster és quiles à la potenche !

  Et pis ya la graund carambole du Su de la Normaundie et en pus petiot la boule de hasard en boués (cha r’semblle bin à-n-eun « flipper » mais paé bésouen de lumyire !).

Jean-Philippe Joly, président de la Fédé JeuxtradiNormandie, guette (djette) si  la boule de hasard va se racachit dauns la bouone case...  yoù que les sous feûtent mins ! Fâot avei l'uu !

Jean-Philippe Joly, président de la Fédé JeuxtradiNormandie, guette (djette) si la boule de hasard va se racachi dauns la bouone case… yoù que les sous feûtent mins ! Fâot avei l’uu !

… Et ya itou le palet… ou la galoche, la galine, eul bouchon, ou bin la butte !

   Biâocoup de noums, et biâofaire de règlles ! Les palets sont en fé de 920 g et an y joue co de Couotaunches à Brécey ! Ou bin pus p’tiots à l’Est de la Normaundie.

Et ya itou un palet en boués dauns qui qu’i ya du fé et i deit se poser sus eune pllaunche carrée de 80 cm sauns grilli d’à côte ! Ch’est le gâs Joel Simon qu’en refait, allaez veî sus la Teile ( la Toile = Internet) le trige <jeuxtradinormandie>.

    Dauns l’s âoberges, les dominos, les jéeus de dès coume la bézette ou « froume la bouète », le camembert sus pllaunche, la carambole à gouttyire feûtent mins oû rafrot ou bin oû grényi.

Le palet sus pllaunche dit itou "jeu du camembert. Fâot tâchi de grilli (glisser) le palet à la case dyis ou huit !

Le palet sus pllaunche dit itou « jeu du camembert ». Fâot tâchi de grilli (glisser) le palet à la case dyis ou huit !

Eune Fédération des jéeus d’âotefeis pou le jou d’annyi

Ch’est en 2004 qu’eune assembllaée décidit à Bricbé de genci eune prémyire association baptisie « Tec-Nor » : Tec coume la tèque et c coume la choule. No les veit dauns touot le Cotentin : choules, quilles, palet, kubb… En 2008 et en 2009, 4 élèves x 40 collèges et 20 lycées jostent à Flleumaunville (Flamanville, dauns La Hague) d’accaunt l’U.N.S.S.

Pis en 2010, la Fédé « JeuxtradiNormandie » a nâquit…

  Achteu, ses bénévoles peuvent pus yête dauns touotes les carres de la Normaundie, viageaunt oû diablle bouoilli !

  I fâot que cha mouve (remue, bouge) pus que cha et que les jéeus normaunds seient eun miot partout, dauns les quartiers des villes ou à la caumpanne…

   Des clleubs deivent se mettent sus pid, à l’éga des sports !

   Et pis itou des veillies l’hivé pou les jéeus dauns l’s âoberges, d’accaunt des countes et des caunchons en normaund… Ch’est-i paé muus que la télé-guidée ?

L'association Tec-Nor oû Moulan de Marcy à Littry-la-Mène (14) le chin de mai 2013. No veit la bézette et le jeu des marins "Froume le bouète !". Paraît que fallait paé se faire veî du capitaine, alors byin vite, no froumait la bouète...

L’association Tec-Nor oû Moulan de Marcy à Littry-la-Mène (14) le chin de mai 2013. No veit la bézette, jeu de dès d’aveu des melles (anneaux), eun jeu d’âoberge !

    Rémin Pézeri,

foundateus de Tec-Nor d’accaunt Jean-Philippe Joly, Jean-Marc Joly (d’Hémevaez / Hémevez, paé de la même famile), Philippe Etienne et achteu Paskal Lécureuil.

(J’i mins « an » et pas « no » pouor « on » en fraunceis rapport que no dit « an » à Percy-Tinchebray… et itou « bin »,et cheu et pas « tcheu », ch’est pus quemode pouor les gens qu’ount paé la couoteume de luure d’accaunt le normaund d’annyi : no met byin, ch’est à vous de savi coume qui (comment) que no dit dauns voute trige (votre coin) : bi ou bin ?   « P’tête bin qu’veire ; p’tête bi que nennin ! »

Poster un commentaire

Classé dans Faête és Normaunds, Jeux normands et sports