Archives de Catégorie: Jeux normands et sports

20. De la Corse au Mont-Saint-Michel ! Mirèle Gatt en Corse !

    De la Corse, le Tour de France a sauté en Normandie sans grandes anicroches… sauns graund câtu ! Les veilà oû Mount-Sant-Michi ! I vount paé yête byin lassaés, veu qu’i partent d’Avraunches devers le Mount, Ch’est putôt d’ava (= en descente) !

    L’arrivaée à Avraunches cha yérait étaé muus, ya eune bouone côte !

Le Mount Tombe et le Mont-St-Michi sont en Normaundie. (I sount doun normaunds !).

Le Mount Tombe et le Mont-St-Michi sont en Normaundie. (I sount doun normaunds !).

   Ya que les pouores files* de la caravanne de la récllame qui sount à pllande : neu tonnes de cervelas « Cochonou » à envier pa d’ssus la taête és gens qu’espèrent sus la berne de la câochie ! Des coups de solé sus la goule et paé payies byin chi pouor chenna…

 Perchées sur ces chars publicitaires, de jeunes filles (et quelques garçons) souvent court vêtues balancent à la population hystérique sur le bord des routes des milliards de babioles plus ou moins utiles (porte-clés, stylo bic, sachet de lessive, bonbons). Élodie, sympathique kiné lyonnaise de 26 ans établie à Paris, dispute son 7e Tour de France au sein de la caravane Cochonou. « En tout, pendant le Tour, on distribue 5 000 cabas, 115 000 bobs et 460 000 mini-saucissons secs. Ça fait neuf tonnes de saucisson. » Un témoignage édifiant. [blog du journal Le Monde].

No péeut allaer oû Mount dé depid la côte de Genêt, mais fâot eun guide rapport és sablles mouovaunts pllens d'iâo. La mé se racache à pique de galop d'eun j'va és graunds maraées... No-z-est vite encerclli !

No péeut allaer oû Mount dé depid la côte de Genêt, mais fâot eun guide rapport és sablles mouovaunts pllens d’iâo. La mé se racache à pique de galop d’eun j’va és graunds maraées… No-z-est vite encerclli !

   Pouor finin sus la Corse veilà le quemenchement d’eune histouère qu’a arrivaé à Mirèle (en racouorchi, allaez veî sus magene.com yen a pus loung) et de quei sus la laungue corse (que no-z-appelait eun patoués âotefeis, mais pus achteu !)…

 

                Viva Corsica ! par Mirèle Gatt

   Sammedi 27 d’âot dé 2005, 7 h à matin.

   Cha yest ! Nouos v’là partis !

   Ah, mes pouores bouones gens*, allaez-vous mé revei ? Si vos luusaez ch’te histouère ch’est que j’érai arvenun.

Sav-ous d’où vyint que j’i le trélu1 ? Ch’est que deman, à set heures de l’asseiraunce, je vas yête oblligie de me juqui dauns eun baté… et j’i poue de l’iâo.
Mei, cha que j’aime, ch’est l’aire des vaques2. Quaund j’i les deus pyids ou les quate reues sus terre, touot va byin. Mais ne me prêchiz paé d’avei le tchu en l’air dauns eun aéropllane ou d’yête vouêchie3 dauns eun baté duraunt 12 heures ! Et ch’est pouortaunt cha qui va m’arrivaer deman. En bouone file de Tchidbouorg, ya que quaund i me plleut sus la gouole que cha me haîte4 brin. Pouor eune petite file de marin, petite nyiche de marin, petite couosène de péquous, ch’est guère honorifiaunt. Mais qui que vos v’laez, no s’arfait paé !

(…)

   Oûssin, ch’te annaée, je leus i dit:  » Pisque vo voulaez de mei, je vouos paie eun viage oû Tyrol ou en Corse « . Et byin seu, qui5 qu’il ount chouési ?… La Corse ! Taunt et si byin que jé me troue achteu sus la rouote du Su, les quenâles derryire nouos dauns nous roulottes à moteu. Ya ryin de muus que ches mécanniques-lo. No se bute6 quaund no veut. Allaez doun dire à eun coumaundaunt de baté ou d’avion que vo v’laez sitôt descenre… Paé quemode, ch’paé ?

(…)

   Pouortaunt, eun couop, en pllenne nyit (no devait yête oû milleu de la mé) j’i trouaé que les mécanniques faisaient eun brit drôlu7. Et le baté saquait à l’avaunt, saquait à l’arryire. Le quoeu se mint à mé buletaer8. Pouor byin faire, eun petiot dauns la cabène d’à côtaé s’ébraillit. Je mé dis: « Cha y est ! Ya du chicâtu9 ! « . Nennin, touot était byin calme, sauf men houme qui rounfllait et qui prenait des couops de savates du graund qu’était juqui oû-dessus de li.

(…)

Eun âote récit de Mirèle Gatt « À beire et à mouogi » est dit par l’auteure sus le CDVeillie normaunde (veî tréjous sus magene.com). 

Vocab. et grammaire :

les pouores files* ; mes pouores bouones gens* : chers amis ; pouore signifie pauvre ou malheureux mais dans cette expression très fréquente, il prend surtout un sens familier : ma pouore file ! ma chère fille ! ah men pouore Moussieu ! ah désolé Monsieur !

pouore adj. Pauvre, malheureux. • les pouores gens serount paé riches ch’tte annaée, se dit lorsque rien ne va

• quaund i plleut de la bouillie, les pouores gens ount paé de quilli, les pauvres ne profitent jamais de l’abondance.

il a les joes coume les fesses d’eun pouore houme, il est maigre.

• men pouore men Dieu, ma pouore tête et men pouore quœu, le dédauns de mes pouores mans, le dessous de mes pouores pyids, se dit lorsqu’on est très fatigué.

On dit aussi men pouore men Dieu, quil âge que t’as!

• ma pouore file, men pouore fisset, sont utilisés dans un sens affectueux [Dictionnaire Eurocibles].

   Ne pas confondre avec pouor = pour.

pouo(r) prép. Pour. • pouor à celle fin, afin. Le temps m’nèche, tu devrais byin m’aindyi pouor à celle fin de rentraer men fein(H.Moisy). • pouor la chose dé, pour, afin. • pouor or ni pouor ergent, à aucun prix. • pouor qué, pour que.

• pouor dire, pour ainsi dire. Ce petit o après le ou s’entend pouor dire à peine.

 d’où vyint que j’i le trélu1 : pourquoi ai-je peur, je me fais du souci

     trélu n.m. a) Tremblement dû à la peur.avei le trélu. b) Souci. Ch’est tréjous de la dépense, du trélu que d’invitaer des gens tcheu sei (P.Guéroult).

l’aire des vaques2 : no dit itou « le plancher des vaches »

d’yête vouêchie3 : être secouée

cha me haîte4 brin : cela me convient bien, cela ne me dérange pas du tout. haitaer ve. a) Déplaire, déranger. b) Établir ou réparer une haie.

qui5 qu’il ount : qu’est-ce qu’ils ont, qu’ont-ils

No se bute6 : On s’arrête

eun brit drôlu7 : un bruit étrange, bizarre

à mé buletaer8 : à battre la chamade, à s’emballer, battre très vite. Mais qu’eun quyin est essoufflli, i bulète, il tire la langue en haletant.  

Ya du chicâtu9 ! : il y a quelque chose d’anormal, du souci, cela me tracasse (synonyme : câtu)


Mirèle Gatt à la Veillie normaunde à Bricbé. Ol en maunquerait paé yeune ! (lundi 8 dé juilet 2013)

Mirèle Gatt à la Veillie normaunde à Bricbé. Ol en maunquerait paé yeune !
(lundi 8 dé juilet 2013)

   Aujourd’hui en retraite, Mirèle Gattepaille a été institutrice à Rocheville, dans le Nord-Cotentin. Elle a écrit une quarantaine de textes lus et étudiés à l’Assembllaée des Amins du Dounjoun. Ses récits vont de pair avec sa nature dynamique et sa joie de vivre. Plusieurs récits humoristiques ont déjà été retranscrits dans les numéros spéciaux en normand de la Voix du Donjon.
Pour la petite histoire, Mireille collectionne et élève… des perroquets ! La rumeur dit que certains parlent en normand, mais le secret est bien gardé.

La langue corse :

      No dit tréjous en Normaundie : « dauns le villâche d’à côtaé, i prêchent paé coume nous ! » Mais le corse, le breton, l’alsacien connaissent aussi de grandes variantes, à tel point qu’il n’existe aucun dictionnaire couvrant toute la Corse, le Nord a une langue proche de l’italien parlé à Gênes ou en Toscane, le Sud est proche du sarde, la langue de l’île voisine. Et en  Sardaigne, on parle corse au Nord… Mais personne ne dit plus qu’ils parlent des patois : ce serait insultant !

     » Les patois sont des langues. Il n’y a pas de hiérarchie entre langue, dialecte et patois.
Aucun n’est moins bien que l’autre. « 
Henriette Walter, linguiste – France-Inter

     La survie de nos «patois, parlers ou dialectes » passe par le vocable de « langue » : après avoir été rejetées, persécutées, méprisées par l’école, un changement de point de vue s’impose ; nous perdons en Normandie un vivier de mots qui peut rendre encore de grands services à la langue française (Cf. le dictionnaire Magène-Upncoutançais des Editions Eurocibles), et Claude Hagège, linguiste, auteur de nombreux ouvrages passionnants, démontre qu’une langue régionale parlée jeune favorise l’apprentissage de toute autre langue ensuite.

   Il est plus que temps de réagir en Normandie : le nombre de locuteurs s’amenuise, le vocabulaire s’oublie. En Corse, de nombreux outils existent sus la Teile… Un chemin à suivre, eun quemin à suure !

  1. Corse (langue) – Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Corse_(langue)Translate this page

    La langue corse est une langue romane, qui appartient au groupe italo-roman, elle est très proche des dialectes d’Italie centrale et méridionale. La langue corse 

  2. Dictionnaire corse français, traduction en ligne – LEXILOGOS >>

    http://www.lexilogos.com/corse_langue_dictionnaires.htmTranslate this page

    Pruch’ella duri ! Pourvu que ça dure ! de Letizia, la maman de Napulione… • prénoms corses : les saints du calendrier. Langue corse. • prononciation du corse.

  3. Apprendre le corse, apprendre la langue corse

    langue.corse.free.fr/Translate this page

    Apprentissage de la langue corse. Apprendre le corse. Bienvenue ! Ce site a pour but d’aider à apprendre la langue corse. Il ne s’agit pas à proprement parler 

  4. Réflexion sur la langue Corse – Ajaccio

    La langue corse s’intègre dans la famille des langues romanes, c’est-à-dire des langues issues du latin, et plus précisément dans le groupe italo-roman. On sait 

  5. Base de Données Langue Corse – BDLC – Université de Corse

    bdlc.univ-corse.fr/Translate this page

    Atlas linguistique permettant de découvrir les particularismes linguistiques du territoire insulaire.

R. P.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Jeux normands et sports, Langues autres que normand

18. Le Tour en Corse. Eune partie de cache en Corse. Langue corse (1).

   Eh byin ! Qui que no verra co ! Pou le chentyîme Touor de Fraunce, cha quemenchit pa le touor de la Corse. Cha feut en prémyi qué de parti, l’Amériquain Lance Armstrong qui dit : « Touos les syins qui gannent le Touor enguergotent des drogues… »

Armstrong

Armstrong

« Celui qui ne se dope pas est un pauvre type voué par avance à la défaite« , disait en 1965 Félix Lévitan, le patron du Tour. « En 1956, on parlait déjà du « Tour de la cure de désintoxication ». Puis on a parlé du « Tour du renouveau » après Festina, puis de celui de « la rédemption ». On invente toujours des mots. C’est du vent. Les mêmes sont toujours aux mêmes fonctions. Rien n’a changé depuis cinquante ans » .

Et pis noute « Jaja », Jalabert, feut byin oumblligi d’arcounaîte itou qu’il en print, et no perdit eun reide bouon bacouettous (bavard) dans le poste.

Jaja est remplléchi par eun bagoulard (qui fait des commérages) qu’a paé de tuche (de savoir-faire) !

I dit coume cha oû drényi quilomète de l’étape, mais qu’un (lorsqu’un) couoreus avait écappaé et qu’il ‘tait touot seu par dévaunt : Thierry Adam : « Attention à Irizar, c’est un bon coureur contre la montre, donc c’est forcément parfait pour lui dans le final. Markel Irizar, le coureur espagnol ! (…) Est-ce qu’on va avoir une victoire espagnole ici à Ajaccio ? Peut-être. Cédric Vasseur : C’est bien parti. (…)

Thierry Adam : Et le voilà, seul, en solitaire, il a tiré son épingle du jeu ! Ce sera une formidable victoire pour Markel Irizar, le coureur espagnol de l’équipe RadioShack qui, là, trouve un terrain inhabituel pour lui, c’est surtout dans la montagne qu’on le voit, il fait des grands bouts de route, mais rouler comme ça, il sait le faire (…). Peter Sagan revient dans sa roue, mais c’est la victoire pour Irizar ! La victoire pour le coureur espagnol, inattendue, c’est sûr. Markel Irizar ! Non seulement il gagne la deuxième étape du Tour de France, ici, à Ajaccio, mais en plus, Irizar, Markel Irizar va s’emparer du maillot jaune ! Le dernier Maillot jaune espagnol, c’était Alberto Contador en 2009.
(Silence de trente secondes. Le classement qui apparaît à l’écran nous apprend que le vainqueur du jour n’est pas l’Espagnol Markel Irizar, dossard 47 de l’équipe RadioShack, mais le Belge Jan Bakelatns, dossard 42 de la même équipe)
Thierry Adam : Eh, c’est Bakelants qui gagne ?! C’est Jan Bakelants.
(Silence à peine embarrassant de vingt secondes)
Cédric Vasseur : Oui, j’ai eu un doute, Radio Tour nous avait annoncé Irizar, eh bé non. Donc c’est bien une victoire belge sur la route du Tour de France.
(silence pas du tout embarrassant de trente secondes)
Thierry Adam : Et c’est Michal Kwiatkowski, hein, qui fait troisième. »
Markel Irizar a fini 95e de l’étape, à plus de quatre minutes de Jan Bakelants, nouveau Maillot jaune.

   Et sinon, en attendant celles des anti-mariage pour tous, le Tour a découvert hier sur les banderoles d’indépendantistes purs et durs que la Corse n’était pas la France : CORSICA LIBERA ; CORSICA IS NOT FRANCE. blog de Henri Seckel http://tourdefrance.blog.lemonde.fr/2013/07/01/etape-3-ajaccio-chien-fou-et-boulette-majuscule/

   Et pis i yeut le car qui butit souos la bannyire sus la lène d’arrivaée ! « Juste devant la ligne, j’ai vu que c’était un peu bas, mais l’organisation m’a dit : « Avance, avance. » Je savais que tous les bus étaient passés par là, j’ai fait la même chose. Pas de chance, ils avaient baissé le portique, et il s’est passé ce qui s’est passé ». Et itou le p’tit quyin (chien) qui se mint oû mitan de la rouote pouor empêchi les vélos d’avaunchi !

Ches histouères drôlues (bizarres, étranges) valent byin les syinnes du film « La graund bouclle / La grande boucle » qu’est reide byin, je vouos le câotionne [pou les syins qui demeurent oûpraès de Bricbé / Bricquebec, i rapasse  venrédi 5 dé juilet à 9 h / 21 h : LA GRANDE BOUCLE oû cinéma Le Donjon qu’est touot neu et paé chi (pas cher) ! ].

En tous cas, ch’est paé l’s indépendauntisses qu’ount fait du tort oû Touor…

La Corse ? Ya byin des Normaunds qui vount à la vacaunche en Corse, coume Jeaun de la Py-Ouitte qui maunquit d’y yête baptisi…

Partie de cache en Corse

par Jeaun de la Py-Ouitte, novembe 2004 (récits à paraître en novembre 2013. Veî itou sus magene.com).

L’arryire1 drényi, je m’ens feus d’aveu Marotène viagi quiques jouors oû solei, déeus semannes dauns eun payis yoù que les mountannes tumbent dauns la mé.

Photos Jean-Claude Léger (Jean de la Py-Ouitte)

Photos Jean-Claude Léger (Jean de la Py-Ouitte)

No-z-a prins l’avioun à Orly et je soumes atterris dépuraunt de sueu à Ajaccio, « la cité impériale ». Byin no-z-en a prins : les ferries asseuraunt les vas-tu-vyins-tu2 d’aveu le Countinent battaient les quais blloquis qu’il taient pa des « grèves ». Pens-ous, no va paé byin seur sus ch’t îsle coume no va oû marchi de Bricbé !

Ilo ch’est guère muus qu’ichin d’aveu nous liaisouns maritènes angllo-normaundes ! Y a tréjous dé dequei qui nuut et no peut guère s’y fier inetou.

Padaunt noute séjouo no-z-allit dire boujou à eun amin d’école que no-z-avait paé reveu dé depis noute coumeunioun, ch’est le cas de dire si cha faisait biâo temps ! Noute amin, Bati3 de sen petit noum, a ma’ïé eune file de çu trige, eune jatile file ma fei qu’il avait hauntaée4 quaund i faisait sen temps5.

I fount vali déeus mile vergies de maquis et de châtenyis. I restent dauns eun jouli petit villâche oû mitaun de l’île, à quiques pas du « G.R.20 », çu quemin de graunde raundounaée, seument le pus bé et le pus du de Fraunce, mais qui fait mais guère que chent quatré-vingt quilomètes d’ava en amount.

Je lé marchis quiques heures et je creis que j’en syis co ernaé6 dauns le jouo d’annyi, mais qui biâotaé ! J’en i aco les mervèles dauns mes urs.

Le maquis au double sens, végétation et lieu de résistance

Le maquis au double sens, végétation et lieu de résistance

Mes amins élèvent des vêtus et des sangllis qui creissent quasiment oû libe. Il ount itou eune chentanne de reuques d’aveu l’A.O.C. 7 pou lus mié s’i vous pllaît !

I bâlent touot chenna és horsins qui lâonent8 et sus les marchis des alentouos.

Eune arlevaée, Bati m’invitit à la cache. I print fusi et cartouchyire et je partîmes en « quate-quate ». Sus le quémin, j’armerquis en pllen bourg eune crânyire9. Coume répounse à ma tchu’iositaé, i me dit touot en ritounaunt que c’té maisoun avait « sâotaé » pa la fâote és plloumbyis qu’avaient paé seu braunchi le gaz. Cha faisait que déeus semannes qu’ol taé habitaée par eune famile portuguaise. Les pouores gens qu’étaient paé yens10 en eûtent paé de déhaits. Ainchin va la vie !

SONY DSC

Ampraès eune bouonne heure de coundite, je prinmes eun quemin et butîmes la quérette dauns eune cllairyire praès à praès d’eun pount génois, eun vuus pount ma fei de Du, byin en état.

La banque de Gênes lance au XVIe s. un vaste programme de construction de ponts et d'églises baroques qui concourent encore au charme de l'île.

La banque de Gênes lance au XVIe s. un vaste programme de construction de ponts et d’églises baroques qui concourent encore au charme de l’île.

I devrait paé finin minchi à-fait coume noute pount Barbey à Barneville, les entreprinses étaunt putôt otchupaées à rebâti bâtiments publlics, gendarmeries et aôtes… Mais eun jouo qui que no-z-en sait ?…

Sitôt sus pllèche, no se mint à l’affeut ; no-z-était péquis lenreit dé depis treis petites heures et tréjous ryin. No-z-allait seument reparti à lige quaund no veûmes de la feumaée. Y avait le feu dauns le maquis ! Cha yarrive itou sauns savei trop pouorqui ! Ch’est qu’i fait bellement sé et qu’i suffit d’eun ryin pouor que cha breule. Bati, petête eun miotinet  bracounyi, se démentit11 de poursuure aco eun miot. Byin li en a prins ! Le gibyi, effarouochi qu’il ’tait, se dépatarait12 sus nous. Paoun ! Paoun ! Paoun ! Il arrêtait paé de tiraer ; des cadaves ch’en ‘tait grési13. En eun ryin de temps cha feut eun machacre. Je ramassîmes des lyives, guirannes, feusaunts, bécaches, pigeouns et pusurs marcachins.

Sanglier corse (ph. J.-Cl. Léger)

Sanglier corse (ph. J.-Cl. Léger)

L’arryire du Pick-up feut vite remplli. Coume je courais, je butis sus dé dequei qui traversait le quemin et je poussis eun ébrai :

Eun vipère ! eun vipère !

Men amin s’accachit sauns couri et me rasseura :

            N’aie pas peur, ce n’est qu’une couleuvre. Nous n’avons aucune vipère sur notre île.

J’arprins de la mène. Deit paé inetou yavei mais biâocoup de laungues vipèrines oû payis de Colomba ; i pratiquent l’omerta à cha que no-z-en sait !

SONY DSC

Cha fllaumbait tréjous et le feu en gangnit. Venaunt d’à côte dé mei, no-z-entendit eun jounfllement et no-z-avisit treis aviouns : treis Canadairs s’ente-suusaient. I roundîtent sus nous sauns que no peûmes ryin faire ; i laquîtent lus iâos ; à quiques mètes praès no-z-érait taé byin rinchis : treis coups sé miles lites d’iâo sus la goule, no le serait à mens ! No-z-avait le trélu14 et je deviouns yête bllauncs coume fouore dé pie15. No demaundit paé noute reste, no ramassit les drényires pyiches aco touotes câodes. Coume no se racachait pour arprenre la veiture, eun brit venaunt de pa l’airie niée16 nous arrivit és oréles. Pouor du coup, ch’était le bâoquet, la cherise sus le gâté ; nous urs en feurent équerquillis : treis laungouostes s’ébattaient dauns eune marette !

Magène, no mint eun terme à leus calitchumbelets17 et sauns pus attenre no se déhalit18 de poue d’yête des houmes-grénoules oû laquage à venin des poumpyis du cyil.

arryire1 : automne ; vas-tu-vyins-tu2 : allers-retours ; Bati3 : Baptiste ; hauntaée4 : fréquentée ; sen temps: son service militaire ; ernaé6 : lassé, éreinté ; A.O.C. 7 : appellation d’origine contrôlée ; lâonent8 : se promènent ; crânyire9 : vieille masure ; yens10 : à l’intérieur ; se démentit11 : se mit en devoir ; se dépatarait12 : se sauvait à toute vitesse ; grési13 : recouvert ; No-z-avait le trélu14 : on tremblait de peur ; fouore dé pie15 : excrément de pie ; l’airie niée16 : la surface noyée ; calitchumbelets17 : cabrioles ; se déhalit18 : s’en allaJeaun de la Py-Ouitte [eune py-ouitte, ch’est eun vanneau huppé en fraunceis, d’ampraès le cri vîpaunt de ch’t ouésé].

       En tous cas, les Corses se démentent pus que les Normaunds de défende lus prêchi !

 À l’ouverture de la session de juin de l’Assemblée de Corse (C.T.C.), jeudi matin, Paul Giacobbi a profité d’une question orale sur la langue corse pour afficher une détermination ferme à aller jusqu’au bout de la délibération votée le 17 mai dernier. Revenant sur la visite de Manuel Valls et sur sa fin de non-recevoir, le président de l’Exécutif renvoie le ministre à ses pénates et fustige l’Etat français en le qualifiant « d’Etat pas normal ». Il se dit prêt à saisir les instances internationales pour faire appliquer le statut de coofficialité.

   « Si la France était un pays normal, cela ne poserait pas de difficultés, elle n’est pas un pays normal, elle est un pays avec une structure étrange, une sorte d’intolérance à la diversité et à l’identité de ses régions« .
Promettant d’être très offensif et méthodique, il explique qu’il faut convaincre sur le plan national. « La ratification de la Charte des langues régionales et minoritaires, qui devra se faire constitutionnellement, est un point de passage obligé pour avancer ».
Il s’irrite, de nouveau, du jacobinisme opposé par ceux qui argumentent qu’on ne peut pas changer la Constitution. « On l’a changé pour tout, y compris pour l’île aux Pingouins. Par conséquent, on devrait bien la changer pour la Corse », répète-t-il inlassablement.

Le scandale français
Paul Giacobbi va même plus loin : « La reconnaissance de la langue corse, et d’une langue en général, est, au-delà de la Constitution, un droit naturel des peuples. Par conséquent, nous le contester est, tout à fait, scandaleux ».

Partant de là, il annonce qu’il va agir sur la plan international pour forcer la France dans ses retranchements : « J’examinerai, à fond, tous les recours sur le plan international, y compris la mise en évidence des contradictions de la France qui voudrait imposer, avec arrogance, à d’autres pays de faire vis-à-vis de leurs langues minoritaires ce qu’elle se refuse, elle, à faire pour ses propres langues minoritaires. Le tibétain au Tibet, oui ! Mais le corse en Corse, la France ne peut pas ! Parce qu’elle a des principes ! C’est çà le scandale ! ».
Prévenant que le chemin ne sera pas facile, il conclut en s’engageant devant les élus à appliquer, au plus vite, la délibération. « C’est une question de vie ou de mort, non pas seulement d’une langue, mais de ce que nous sommes. Pour autant que ma fonction ait un sens, si je manquais à ce devoir-là, ma fonction perdrait toute signification ».

http://www.corsenetinfos.fr/Langue-corse-Paul-Giacobbi-veut-appliquer-le-statut-de-coofficialite_a3607.html

    Ch’est paé nos élus normaunds et Présidents de Région B.N. et H.N. qu’en diraient oûtaunt !

Rémin Pézeri.

P.S. infos sus      <www.corse.fr>   :

L’Antichi incanti in Aleria du 26 au 28 juillet 2013

CULTURE – PATRIMOINE

2 Commentaires

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Jeux normands et sports, Langues autres que normand

7. Jeux normands. Âotefeis… achteu : choule à Quet’hou, expo à Tinchebray, historique de la Fédé,…

Dimanche 26 mai, à l'occasion de la Faête és Normaunds à Quédou / Quett'hou, rencontre comptant pour le championnat de Normandie

Dimanche 26 mai, à l’occasion de la Faête és Normaunds à Quédou / Quett’hou, rencontre comptant pour le championnat de Normandie. Et du 8 de juin oû 15 de stembe, espo des jéeus de la Fédération de Normaundie à Tinchebray.

Âotefeis à Tinchebray…

    An jouait âotefeis dauns noute countraée à la choule (qu’a dounaé le rugby et le foot-ball en Aunglleterre), à la tèque (ch’est annyi le base-ball), és tchiles et és boules (achteu, an dit le « bowling » cha fait muus que boules !!), oû palet, à la bézette, et bin âote seit enco…

Le plaisir de jouer à la choule

Le plaisir de jouer à la choule. En rouoge, l’étchippe à Pascal Grange de l’association « La chouque » (vallée de la Risle, dép. de l’Eure).

   Quiques Normaunds se démentîtent ya vingt annaées d’amoucheler touot chenna que no sait par écrit, ou bin d’aveu les souovenins de nos gens, de sorte et de mannyire à rémôqui les jéeus de cheu nous…

  L’idaée leus est venun en 1994. Pis en 2001 cha quemenchit pouor dé vrai. An fit des crosses en boués et des boules en tchu (en cuir) ! Les collégians des Puus (Les Pieux, Cotentin) jostîtent d’aveu les syins d’Allemanne, d’Italie et d’Aunglleterre (projet européen Comenius)! L’s Allemaunds de Weener (en Frise) s’en vîntent d’aveu le kubb des Viquyins (les Scandinaves)…

  Pllaisi d’yête paé coume l’s âotes, d’avei des jéeus d’âotefeis : ch’est paé de gangni qui coumpte, et pis, les jannes et les vuus, les gâs et les files jostent par ensemblle !

Les files itou aiment byin la choule à la crosse

Les files itou aiment byin la choule à la crosse. L’s équipes sont mélaées, mais par coup ya eune équipe rin que de files coume ichin !

  Les Normaunds ount byin des jéeus à ieus, ainchin que les Basques, les Bertouns ou les Picards ! An est paé pus nios que l’s âotes ! V’lo de quei qui doune eune bouone idaée de la Normaundie pou les viageus qui vyinnent nous veî !

Quiques jéeus bin normaunds :

   Oû Moyen Âge, an jouait « à la soule » dauns le Su de la Normaundie ou bin  « à la choule » (oû Nord de Tinchebray).  

   Dauns sen Jouorna d’s Annaées 1550, Gilles de Gouberville  écrit qu’il avait couoteume d’y jostaer d’aveu le tchuré du Mesni-oû-Va (yoù qu’i demeurait) ampraès la messe d’aveu des crosses, et d’âotes coups il invitait déeus étchippes pou la graunde choule (d’aveu eun grosse boule en boués) qui durait pusurs jouors : des coups  yavait les ceusses de Tchidbou (Cherbourg) counte l’s âotes parouèsses du trige et i s’artrouaient jusque dauns la mé !

Les collégiens enquêtent  sur la choule et gagnent le concours d'écriture du Conseil général !

Les collégiens de Sainte-Mère-Eglise enquêtent sur la choule et gagnent le concours d’écriture du Conseil général sur le thème des sports  !

   Dévers 1820, an jouait cheu nous à la choule d’aveu ou bin sauns crosse mais cha feut interdit rapport és villâches qui se freulaient à retou de vâton ! Coume ichin dauns la countraée de Tinchebray ! à Saint-Pierre d’Entremont… Et an a halaé le portrait oû gâs bin renaré (malin) qu’a-z-eu la soule décoraée de biâos ribans !

Mardi gras 1851, Charles Décosse s'emparait de la soule. Ch. Got reçu le vainqueur et ses compagnons et les fêta jusqu'au matin. Le jeu de la soule avait fait son temps, il fut remplacé par le tir à la cible.

Mardi gras 1851, Charles Décosse s’emparait de la soule. Ch. Got reçu le vainqueur et ses compagnons et les fêta jusqu’au matin. Le jeu de la soule avait fait son temps, il fut remplacé par le tir à la cible.

  « J’y ai vu jouer à Quettetot [praès de Bricbé (Bricquebec)], écrit Charles Frémine (né en 1841). Le jour de la Saint-Clair, les gars des communes environnantes se donnaient rendez-vous… C’était comme une noire trombe hurlant et tourbillonnant à travers la lande… » (La Voix du Donjon, n° 36).

Eun patrimouène d’achteu !

  An joue itou à la tèque : la tèque, cha peut yête oûssi bin le nom du vâton que de la balle en tchu (en cuir), cha qui fait « tac »ou « tec ».

  Eul mot « tèque » est bin couneu des Normaunds et guère âote part. Jean Seguin prêche de la « tèque au franc » vers 1930. La batte était eune palette en boués, le battous renvie la tèque en pé de berca. Yavait itou la tèque oû mur. Et en Aunglleterre, an joue co és « rounders », qui s’ent’arsembllent d’aveu le « baseball » (la balle à la base…).

  An jouait à la tèque és dinmaunches de Carême et à Mardi-gras ou bin és fêtes patronnales rin qu’en Normaundie ou bin oûpraès. Mais dévers 1920, des écoles et pis les scouts s’y sount mins !

   Dauns les cours des fermes oû sei ou byin des âoberges le dinmaunche à la relévaée, an jouait  ya paé bin loungtemps és tchiles (qu’an écrit quiles). Par exemplle, dauns le trige de Moundebou (Montebourg, Cotentin), ch’est le jeu des treis sœus (les trois sœurs) : treis quiles hâotes de 70 cm pllèchies en lène. An trache à les faire tumbaer do eune boule de 4 à 5 kg de 10 mètes pou les gâs et neu mètes pou les files. An joue do des sous qu’an met dauns eune pouque (ou pouche oû Su de la Normaundie). Le raboulous qui raboule la boule a dyis du chent. Les vuules gens y jouent co !

  Ya itou des josteries de quiles sus le pllaunchi d’s âoberges. Et l’s Aungllais y jouent co dauns quiques  « pubs ».

  Des coups, ch’est d’aveu des quiles pllates coume à Yvetot (Pays de Câs)… ou byin les quiles à la potence qu’amusent les pus p’tiots !

Sus la pllèche du marchi, no peut joster és quiles à la potenche !

Sus la pllèche du marchi, no peut joster és quiles à la potenche !

  Et pis ya la graund carambole du Su de la Normaundie et en pus petiot la boule de hasard en boués (cha r’semblle bin à-n-eun « flipper » mais paé bésouen de lumyire !).

Jean-Philippe Joly, président de la Fédé JeuxtradiNormandie, guette (djette) si  la boule de hasard va se racachit dauns la bouone case...  yoù que les sous feûtent mins ! Fâot avei l'uu !

Jean-Philippe Joly, président de la Fédé JeuxtradiNormandie, guette (djette) si la boule de hasard va se racachi dauns la bouone case… yoù que les sous feûtent mins ! Fâot avei l’uu !

… Et ya itou le palet… ou la galoche, la galine, eul bouchon, ou bin la butte !

   Biâocoup de noums, et biâofaire de règlles ! Les palets sont en fé de 920 g et an y joue co de Couotaunches à Brécey ! Ou bin pus p’tiots à l’Est de la Normaundie.

Et ya itou un palet en boués dauns qui qu’i ya du fé et i deit se poser sus eune pllaunche carrée de 80 cm sauns grilli d’à côte ! Ch’est le gâs Joel Simon qu’en refait, allaez veî sus la Teile ( la Toile = Internet) le trige <jeuxtradinormandie>.

    Dauns l’s âoberges, les dominos, les jéeus de dès coume la bézette ou « froume la bouète », le camembert sus pllaunche, la carambole à gouttyire feûtent mins oû rafrot ou bin oû grényi.

Le palet sus pllaunche dit itou "jeu du camembert. Fâot tâchi de grilli (glisser) le palet à la case dyis ou huit !

Le palet sus pllaunche dit itou « jeu du camembert ». Fâot tâchi de grilli (glisser) le palet à la case dyis ou huit !

Eune Fédération des jéeus d’âotefeis pou le jou d’annyi

Ch’est en 2004 qu’eune assembllaée décidit à Bricbé de genci eune prémyire association baptisie « Tec-Nor » : Tec coume la tèque et c coume la choule. No les veit dauns touot le Cotentin : choules, quilles, palet, kubb… En 2008 et en 2009, 4 élèves x 40 collèges et 20 lycées jostent à Flleumaunville (Flamanville, dauns La Hague) d’accaunt l’U.N.S.S.

Pis en 2010, la Fédé « JeuxtradiNormandie » a nâquit…

  Achteu, ses bénévoles peuvent pus yête dauns touotes les carres de la Normaundie, viageaunt oû diablle bouoilli !

  I fâot que cha mouve (remue, bouge) pus que cha et que les jéeus normaunds seient eun miot partout, dauns les quartiers des villes ou à la caumpanne…

   Des clleubs deivent se mettent sus pid, à l’éga des sports !

   Et pis itou des veillies l’hivé pou les jéeus dauns l’s âoberges, d’accaunt des countes et des caunchons en normaund… Ch’est-i paé muus que la télé-guidée ?

L'association Tec-Nor oû Moulan de Marcy à Littry-la-Mène (14) le chin de mai 2013. No veit la bézette et le jeu des marins "Froume le bouète !". Paraît que fallait paé se faire veî du capitaine, alors byin vite, no froumait la bouète...

L’association Tec-Nor oû Moulan de Marcy à Littry-la-Mène (14) le chin de mai 2013. No veit la bézette, jeu de dès d’aveu des melles (anneaux), eun jeu d’âoberge !

    Rémin Pézeri,

foundateus de Tec-Nor d’accaunt Jean-Philippe Joly, Jean-Marc Joly (d’Hémevaez / Hémevez, paé de la même famile), Philippe Etienne et achteu Paskal Lécureuil.

(J’i mins « an » et pas « no » pouor « on » en fraunceis rapport que no dit « an » à Percy-Tinchebray… et itou « bin »,et cheu et pas « tcheu », ch’est pus quemode pouor les gens qu’ount paé la couoteume de luure d’accaunt le normaund d’annyi : no met byin, ch’est à vous de savi coume qui (comment) que no dit dauns voute trige (votre coin) : bi ou bin ?   « P’tête bin qu’veire ; p’tête bi que nennin ! »

Poster un commentaire

Classé dans Faête és Normaunds, Jeux normands et sports