62. Le pyige / Le piège, scènette de François Enault

Journaliste, dessinateur, François Enault a peint des assiettes à partir de dialogues extraits de ses histouères...

Journaliste, dessinateur, François Enault a peint des assiettes à partir de dialogues extraits de ses histouères…

Le pyige / Le piège, scènette de François Enault

Les histoires de Pierre et Catherène Loustalot…

 

 Une histoire de braconnage qui révèle les caractères des deux personnages, et du coup ce texte qui a cent ans nous amuse encore… ! « Men poure Pierre ! », mon pauvre Pierre ! répète Catherène ! Notez tous les défauts qui lui sont attribués…

Ce dialogue est facile à comprendre si vous parlez français !

Nous l’avons lu à trois voix lors de la réunion de normand à Bricbé / Bricquebec samedi 3 mai.

Les qu devant i ou yin se prononcent tch dans la région du Centre-Cotentin où habitait François Enault.
Les h d’origine germanique sont très expirés (= r)
Guère = « djère »
Les verbes en aer se prononcent a ou bien o ou bien er comme en français, Enault écrit er, mais il écrit qu’il ne veut pas dérouter les lecteurs.
j’vyins : Enault change de graphie dans le même texte, cela montre son hésitation et la difficulté de rendre simplement ce son i nasalisé.
Tchyin : ou quyin, il est facile de s’habituer à écrire ce son y-i-n qui permet de dire in ou i avec toutes les nuances locales intermédiaires. On peut souligner le qu.
pé et bi de l’auteur ont été conservés (paé et byin permettent plusieurs prononciations)
graindes, dains : prononciation Centre Cotentin (graundes, dauns en graphie unifiée)
qu’ li répounit : les e muets n’ont pas tous été mis en place des apostrophes (que li se dit qu’li = que lui en fr.) ;(en principe seuls les é ne sont pas muets, mais dans un dialogue, pourquoi pas conserver l’)
un r inhabituel a été conservé à leur et trachir : Pitou s’en feut por trachir des carottes…. = chercher

 

Catherène a eun biâo houppelinot !

Catherène a eun biâo houppelinot !

  houppelinot  : vertugadin en français, = bourrelet pour faire bouffer la jupe à l’époque d’Henri IV.
j’ sis-t-enchiffrénaée  : enchifrener est connu en français, = embarrasser le nez.
côné : très petit champ pointu
erganne  : de mauvaise humeur

eun apensement : une pensée subite, mot original peu fréquent…
l’ sinot  : énorme pot en grès à lard (c’est-à-dire à viande de porc que l’on salait.Le congélateur a rendu les sinots obsolètes)

DSC00499 pots à Ger couleurs pastel

Fâot qu’tu seis-t-incarnaée ! Il faut que tu soie maligne, méchante, vicieuse ! le –t- de liaison est fréquent en normand : il permet une prononciation plus facile.

 

Lé pyige / Le piège

   L’aôte jou, oû matin, noute ammin Pierre Loustalot rentrit tcheu li,la figueure touote émoustillie de pllaisi.
I print seument pé l’temps d’erfroumaer sa porte :
– Catherène, qu’i dit à sa fème, d’vène qui qué j’vyins de veî ?
– Froume ta porte tréjous, qu’ li répounit Catherène qui v’nait dé se levaer et qui pouéssait sen houppelinot sus sen p’tit cotilloun dé d’ssous. Tu veis bi coumé j’ sis-t-enchiffrénaée et enrhymaée et ch’est por cha qu’tu prends mens d’ précâotiouns qu’ d’usage !…
Pierre s’en feut doun froumaer sa porte et i r’vyint s’ pllaintaer devaint sa cryateure en li riochaint souos l’ naez.
Catherène, qu’i li dit, j’vis d’veî eun biâo lyive dains l’bouot du côné d’la p’tite Bissounerie !…
– T’érais bi muus fait dé l’happaer, graind maladreit ! qu’ li répounit Catherène qu’est presque tréjous erganne en s’ lévaint.
– Veire, mais j’avais pé men fûsi !
– Graind doumage!… T’as pé d’permins et si tu t’faisais péqui dans tes pllèches aveu ten fusil, tu s’rais d’bouone prinse.
– Oh ! Catherène, les gendarmes né m’tyinnent pé aco… !
– I ’n-ount happaé d’pus subtis qu’tei ! Dains touos les cas, tu vas pé sorti d’aveu ten fusi ches jours qu’les gendarmes raindouolent ilo l’loung rapport ès poules qu’no-z-a volaées à la Salmonne ! Tu serais capable dé m’rapportaer puus seurement eun proçaès qu’ten lyive !!

   Pierre porte les tchulottes dans sen ménage qu’les jours de bi graindes fêtes : cha n’en-n’tait pè ieune ! I répounit mot et i s’en feut mouégi sa soupe dains l’âte en pensaint oû joli couop d’fusi qu’il érait peu faire si sa fème li avait permins…
Catherène en r’souffllit mot inetou, mais l’idaée du lyive la porsuusait, d’oûtaint qu’ol est eun miot portaée sus sa goule. Cha fait qu’à la collation, o brôtait d’haôt eune vuule couenne de lard qu’ol avait sus sen pan :
– Touot d’maême, qu’o fit d’eun apensement, no-z-érait çu lyive dains la castrole qu’cha épangnerait noute cochoun… Il en reste guère dains l’ sinot !
– Bi seur, qu’ fit Pierre, mais tu veurs pé m’laissi essayi dé té l’happaer.
– Quaind qui qu’tu peus avei pensaé d’quei coumme cha, men pouore Pierre ?…
– Ah bi ch’est bi, qu’fit le gros Pierre.

DSC07016

   Et i s’lévit et i décrochit sen fusi du maunté d’la chimenaée.
– J’té défends bi, graind imbécile, dé touqui à ten fusi touot d’site !…, qu’li dit Catherène déjà touote colère. J’ t’ai déjà dit qu’jé voulais pé.
– Je péeus portaint pé l’happaer à la couorse !
– Je té dis pé cha inetou, qu’fit Catherène en riaint : mais prends-lé oû pyige, men poure Pierre ! Cha fait pé d’brit… Cha s’muche dains eun couen souos les rounches, et cha rapporte muus qu’eun tchyin quaind que no sait s’levaer d’assaez matin por y guetti. Mais t’es bi trop pêtre por iête si matina, tei. Et pis ch’est pus glôrieus d’tiraer des couops d’fusi ! No-z-éfouque les vaques dains les cllos, no fait brésilli les ch’vâos sus les barryires, et no mécountente taint d’gens en faisaint ches-z-embarras qu’no risque d’yête dénounchi pa les veisins coume bracounyi ! Ch’est vrai qu’les bracounyis coume tei sount guère daingéreus por eul gibyi, rapport qué si les lyives s’proumènent dains nos cllos, ch’est l’s aôtes gens qui les mouéjuent !…

DSC00185

   Cha vexit Pierre, vos coumprénaez bi. I tappit eun coup d’poueng sus la tablle.
– Ah saque men pi d’bougre, Catherène, ch’est tei qui veus pé qu’j’âle à la cache ! Et mâogré chenna, j’t’ai acco fait goûotaer de bouon gibyi parfeis…
– Prêches-en men pouore Pierre, que fit Catherène. Le drényi couop qu’t’as étaé à la cache t’as tiraé syis couops d’fusi et si tellement fait poue à la Brindyie qu’ol en a avortaé treis jouors ampraès, et touot chenna por tuaer eune bélette !
Le gros Loustalot, qu’est bouon houme et qu’aime sa trainquilitaé, froumit sen couté et s’en feut travailli sains répounre à sa fème. I savait bi qu’il érait pé-z-eu l’drényi mot, ch’est porqui !

Mais oû médi quaind qu’i qu’menchîtent à dînnaer Catherène li dit séquement :
– Vas tu t’dcidaer à li tenre eun pyige à çu lyive-là à la fin ! I va nos brôtaer touos les jeunes chiouns d’nos haies jusqu’à qu’eun cachous d’la ville vyinne l’tiraer ? Fâora-t-i qu’ cha seit mei qu’âle li tenre eun collet ?
– Eh bi, doune-mei d’l’ergent qu’j’âle en acataer ieun qu’lyi répounit Pierre impatientaé : j’avouns pé d’pyiges ichin !
– Veire, et tu vas t’mette à ien acataer ieun por eun liyve qu’t’es pas seur de happaer!… Ch’est p’t-ête eun cat seurment qu’t’as veu dains l’côné !…
– Mais noun dé d’Zo, Catherène, pi que j’té dis qu’j’l’i veu coumé j’té veis.
– Eh bi, Pierre, oû lieur d’acataer eun pyige por li tenre, fâot en empruntaer ieun ! Cha s’ra tréjous eune économin !
– Oh mais t’as raisoun, Catherène, et j’vas m’n-allaer touot à l’heure en d’maindaer ieun à Pitou la Chopène qu’est eune vuule pratique d’la cache oû collet !
– Hélas qu’t’es bête, men pouore Pierre, qu’li fit Catherène en riaint. Tu vas tout bouonement mette la Chopène sus l’quémin d’ten lyive et ch’est li qui le happera à ta pièche… ! T’es trop quenâle pour li empruntaer dé d’quei coume cha… ! Laisse-mei faire.

DSC09765

   Cha fait qu’Pierre s’artournit travailli et, l’après-médi, Catherène s’en feut dains l’courtin à Pitou la Chopène qu’était parti à sa jouornaée ; ses p’tiots étaient à trachi et sa fème était à puchi la linsive oû probytère !

Ch'est oû doué que les nouvelles s'évâopillent és quate vents !

Ch’est oû doué que les nouvelles s’évâopillent és quate vents !

Catherène fit eun trou, coume eune coulaée dains l’pllaintis d’épènes qui borde l’courtin, pis aveu la pouente d’sen couté ol ébrôtit sept-huit rachènes d’carottes, tout oû bord d’un carriâo et a s’en r’feut tchu lyi !…
Mais oû sei por lorse, quaind que Pitou s’en feut por trachir des carottes, y s’apercheut d’la coummission.
– Ah saque men pid, qu’i s’dit, ya eun lyive qui vyint mouégi nos carottes !…, par iyoù qu’i passe çu bouquin-là !…
I fit l’tou d’sen courtin et trouvit la coulâée qu’Catherène avait faite. Cha fit qu’i s’encourut bi vite tchu li sains mot dire, et tout d’go l’pouore ervyint tenre eun collet touot neu dains la brêque du pllaintis !… Là, qu’i s’dit, d’man oû matin, de bouone heure, j’frai eune bouone prinse ichin !… Et i s’en feut s’couochi, bi content.
Veire, mais eun quart d’heure ampraès Catherène v’nait li empruntaer sen collet et enviait Pierre l’tenre dains l’bout du côné d’la p’tite Bissounerie.

DSC07046

   Eul lendeman, Pitou la Chopène passit sa matinaée à trachi sen pyige et Catherène à faire tchure sen lyive !… Oû médi i s’régalîtent touos déeus, Pierre et lyi et quaind qu’i feutent bi-n-ergouêmes i riaient coume déeus bochus d’la tête à Pitou.
Sacraée Catherène va, que disait Pierre, tu t’y counais tei, à empruntaer des collets ! Fâot qu’tu seis-t-incarnaée !
– Cha vâot-i pas bi muus coume cha, qu’faisait Catherène !… J’avouns noute gibyi et la Chopène s’est doutaé d’ryin !… Et j’avouns pas acataé d’laroun.
– Veire, mais qui qu’j’allouns faire d’sen collet ? qu’fit Pierre.
– Crans pé men garçon, qu’li répounit Catherène, Pitou nos a prins assaez d’gibyi sus nous pouor qu’i nos prête eun pyige l’restaint d’nos jours ! Et pis, veis-tu, si tu l’r’tends et qu’les gendarmes l’trouvent… Eune supposition qu’il lé mountréraient à ieun des p’tits Pitous et qué le pouore pétiot l’ercounaisse por ieun des syins à sen père, jé seriouns janmais soupçonnaés !
– Nom de nom, Catherène, que fit Pierre tout saisi, coume tu penses de louen, tei !… Tu m’en coppes l’estouma !
Et Catherène li répounit tout douchement :
– Malheureusement por tei, mon pouore Pierre, tu penses pé assaez et t’y veis guère pus louen qu’lé bouot d’ten naez !… Ah si j’avais pé d’idaées por nos déeus, tu t’frais péqui à man et à déman dains touotes les surguettes qué l’s hounêtes geins trouent sus ieus quemin !…

François Enault

Jouorna de la Mainche, 23 dé septembe 1905.
Arprins des « Propos de Jean Frinot », Bellée éditeus, Couotainches. Graphie 2014.
Les surguettes : les pièges, cette chute de la fin renvoie au titre : le piège…

DSC07029

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : décédés, Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Livres en normand, Vocabulaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s