36. La Hague, ch’est d’abord eun payis ! La fin de La Hague ? CD, 9. La Hague

 La Hague, ch’est d’abord eun payis !

Théo Capelle et Jean-Louis Dalmont le 5 de mar dé 2010

Théo Capelle et Jean-Louis Dalmont le 5 de mar dé 2010

  Coume dit Théo devaunt que de launluraer « La Hague », eune reide belle caunchoun d’Alphonse Allain (CD « Je syis magnifique ! ») : « Eun coup, ya eun journalisse de Fraunce Treis qu’a dit coume cha : « La Hague, ch’est itou eun payis ». Et byin mei, j’ dis : « La Hague, ch’est d’abord eun pays ! ». (Rapport que no pense achteu en prémyi à l’usène de La Hague, la mâlyire atomique yoù que no met cha qui demeure ampraès yête dégrabolisi dauns les chentrales nuclléaires coume la syine de Flleumaunville…).

comenius 371

9. La Hague 

Des roundiâos1 équerpis2, écllataunt jâone d’or,

Graillent3 ch’tu bouot du mounde qué lé couochaunt écllaire,

 1. touffes d’ajoncs nains rongés en calotte par les moutons, 2. Eparpillés, dispersés,
 3. dorent, câoffent

IMG_9120

Le fllot oû pyid des falaîses vyint écllataer oû bord,

Ilo qu’menche l’océaun… ichin finint la terre. (bis)

Le boués-jaun écllaire La Hague

Ichin le boués-jaun (« ajoncs d’Europe, épineux ») écllaire La Hague

Quiques âbres acraunchounyis4 s’ahoquent amount le côti,

Des biquettes goulâfres5 mâquent les piquets6 doraés,

 4. chétifs, rachitiques, qui ne se développent pas 5. gourmandes, gloutonnes, voraces 6. ajoncs, épines

IMG_9102

La rouogeu du couochaunt fait saungni les roquis,

J’i janmais veu pus biâo… qué ch’té seiraée d’étaé. (bis)

IMG_9145

Touote la nature s’aniche7 dauns l’oumbre dé la nyit,

 7. s’enveloppe, s’emmitoufle

No-z-entend mais qué le brit de la mé sus les galots,

IMG_9132

Ch’est l’éternelle caunchoun des vagues dé l’infinin,

La Hague d’ichin, sâovage… accotaée à ses bllos8 (bis).

 (La Hague se prononce La rhague, h expiré.)    8. Gros rochers arrondis en bord de mer.  comenius 392

Des roundiâos équerpis, écllattaunt jâone d’or,

Graillent ch’tu bouot du mounde qué lé couochaunt écllaire.

IMG_9143

Le fllot oû pyid des falaîses vyint écllataer oû bord,

Ilo qu’menche l’Océaun… ichin finint la Terre. (ter)

IMG_9156 

 Alphonse Allain, Le Cotentin men pais, p. 85, Querqueville. Et CD « Je syis magnifique !  » (13 €, prix souscription, poste incluse. Chèque à Magène, envier à Jean-Claude Léger 5 Allée Blanche-Lande 50270 Carteret).

La Hague

Des ajoncs nains de-ci de-là, éclatants jaune d’or
Font flamboyer ce bout du monde que le couchant éclaire.
Le flot au pied des falaises vient éclater au bord,
Ici commence l’océan… Ici finit la terre.
 
Quelques arbres rachitiques s’agrippent à même le coteau,
Des chèvres voraces mangent les épines jaunes.
La rougeur du couchant fait saigner les rochers.
Je n’ai jamais vu plus beau… que cette soirée d’été.
 
Toute la nature s’emmitoufle dans l’ombre de la nuit
On n’entend rien d’autre que le bruit de la mer sur les galets
C’est l’éternelle chanson des vagues de l’infini
La Hague d’ici, sauvage… adossée à ses rocs.

 Mais pouorqui « la fin de La Hague » ?

1) Ch’est-i que l’usène va froumaer ? Impossiblle ! Yen a pouor des chents et des mille d’annaées à avei chenna sus le dos !

2) Ch’est-i que la mé va mouogi la falaise, no sait-i ? Rapport que la côte artchule mannyirement à pique de galop, les deunes sount mouogies pa les graundes maraées coume la syine de 108 que no-a-eue ches jouors. Nennin, La Hague, ch’est à pus de chent mètes de hâot oû-dessus de la mé, coume eune tablle. (Cha feut eune mountanne noumaée « le Massif Ermoriquain » qui feut dolaée, rabotaée à l’ère secoundaire pa la mé, – ch’est paé d’annyi -, et pis armountaée pus tard à chent mètes de hâot).

La Manche contre vents et marées 001… « la fin de La Hague » ?

3) Ch’est le trige de Biâomount-Hague qui prêche pouortaunt de cha !

Lian sus le trige de Biâomount-Hague :
http://www.beaumont-hague.fr/actualites/le-debut-du-xxieme-siecle-sera-t-il-fatal-au-canton-de-beaumont-hague/

Pouor les syins qui coumprennent brin le fraunceis, v’là en normaund cha qu’i disent… :

 « Oû quemenchement du XXIyîme syiclle, no verra-t-i la fâoqueresse escoffier le noum de La Hague ? »

« 1) Fâot byin qui yait oûtaunt de bouones gens et de voteus dauns chaqueun des cauntouns. Et ch’est byin qu’i yait oûtaunt de bouones fèmes qué de bouohoumes à genci le Département de la Maunche, mais « ch’est tragique » pour le noum de la Hague.

2) Par lé fait, la coumeune de Querqueville et le cauntoun de Biâoumount-Hague fount pus mais qu’ieun cauntoun, ch’est Querquéville la coumeune la pus counséquente. Le nouvé cauntoun se noumerait doun Querqueville.

« Le noum de la Hague serait effachi des cartes. Cha que no-z-argrette byin pou l’arnoumaée de noute countraée, eun trige « à l’identité affirmée » (byin seur rapport que no prêche normaund parai !) et byin couneu (d’aveu Côtis-Capel et Alphonse Allain ch’est reide seur)… !!!

Dany Pinel à la ferme-âoberge de Sant-German-le-Gaillard en 2010. Magène chauntait pour des écolyis aungllais, hongroués et espagnols (projet européen Comenius)

Dany Pinel à la ferme-âoberge de Sant-German-le-Gaillard en 2010. Magène chauntait pour des écolyis aungllais, hongroués et espagnols (projet européen Comenius)

« Michel Laurent, conseilli généra du cauntoun de Biâomount-Hague, est erganne de veî cha (pour veî sen courryi, cliquez ici).

« Sauns vouoli arprêchi de touote l’histouère de la Hague, i fâot magène byin veî que chu noum-lo armounte és Viquyins. Et âote seit, du XIyime syiclle à la fin de l’Auncian Régème, le Doyennaé de la Hague (countraée erréligieuse et judiciaire) ’tait bordaé et arcouneu pa les rivyires de la Diélette (oû Su) et de la Divette (à l’Et). La Révolution a gardaé le noum de la Hague pou le cauntoun. La Hague a une histouère. Fâot paé l’oumbélier !!! »

« Les actions menées depuis plus de 25 ans pour la promotion touristique du territoire ou l’attractivité économique reposent sur une identité forte qui fait la fierté des habitants. La Hague mérite de conserver son nom » (et sen loceis va t’en veî !! Cha l’s élus en prêchent jammais…).

D’iyoù que cha vyint le noum de Querqueville ? des Viquyins : Kerkevilla oû XXyîme syiclle, dé l’escaundinave kirkja, égllise (coume Carquebut, Criquetot…). Ch’est le village dé l’égllise.

Biâomount / Beaumont s’écrivait Bellemonte en 1156 pis Beaumont en la Hague en 1399. Et La Hague ? Ch’est escaundinave ou aungllo-sacsoun, cha veurt dire « encllos pou les âomales, les bêtes ». Le Hague-Di, cha serait le fossé de l’encllos (fossé en normaund veurt dire talus en fraunceis). Ya eun fossé reide hâot qui barre la pouente de La Hague, cha ya éto genci byin devaunt que les Viquyins s’en vyinnent ichin. Le Collège de Biâomount sé noume achteu « Le Hague-Dick », mais fâot dire « Di » coume disent co les gens d’ichin.

Pouor de mei, cha qué j’ dis, ch’est que, véyous, ya paé de quei s’affolaer ! La Hague ch’est un nom de giyographie et cha peut paé s’effachi ! Ch’est byin couneu itou – dauns le mounde entyi – coume mâlyire à plutonium ! Et cha itou les petiots de nous petits-p’tiots, fâora brin qu’il oumbéllient le noum de la Hague pouor se protégi !! No prêchera-t-i co des cauntouns à ch’t’épocte-lo ? Et pis ch’est vrai que les syins qu’ount noumaé chenna sount paé byin fins ! Ya qu’a dé le noumo le cauntoun de La Hague !

Rémin
comenius 097

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Chansons, Concerts Magène, Cotentin, Ecologie, Saisons, Vocabulaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s