26. Bouone et Touène : roman-photo. Noce de Bouone = 2ème volet. Reconstitution ethnographique à Valognes.

    Voici quelques autres extraits du début du roman de Maurice Fichet « Bouone et Bouonotte » accompagnés de photos prises à Valognes pendant la noce organisée par Stéphane Henry, avec la participation  des animatrices et animateurs du Pays d’Art et d’Histoire.

   Et il y aura un troisième volet, car Bouone va avoir plusieurs enfants, dont un fils, Martin, qui épousera… une fille de Valognes !! (Voir les mariés sur la deuxième photo du billet 24 et que vous retrouverez à leur prochain mariage !).

              Pour lire le roman entier BOUONE ET BOUONOTTE
de Maurice Fichet – Livre 232 p. avec onze autres brefs récits. – Editions Magène
« Après « Mes gens » et « Cllémence, le vilan à pépère », l’auteur décrit mariages
et travaux agricoles d’hier dans le Cotentin avec une étonnante authenticité ».

      19 € port gratuit ! bon de commande voir boutique du site magene.com

Pour découvrir d’autres photos prises par l’équipe photo-vidéo officielle, cliquez sur ce lien :
http://www.youtube.com/watch?v=dGA0Zny__og&list=PLE0BEC0DC4488D60D

  et un film de 3 mn couleur sépia ou noir-et-blanc façon 1900 : eune reide bouonne idaée !   http://www.youtube.com/watch?v=W3LIyry37yM&feature=c4-overview&list=UULR4h_aXWxy30vxTB0doDiw  

   A propose de Bouone : ce prénom oublié est « Bon » au masculin (Cf. la liste des prénoms normands des années 1900 sur magene.com).

7.      Vingt-chinq auns qu’ol allait prenre ! O s’n allait sus l’âge, o quemenchait à avaer les pyids jâones. Ch’était pouortaunt eune reide jatile fème : ol avait des loungs queveurs hâot-bllounds, no les veyait paé biâofaire, rapport qu’ol avait tréjous eune bounette de fi sus sa taête.

DSC08805    Ses urs verdelets étaient à la perditioun de sen âme, pus d’yeun en érait byin fait sen mireus ; le solei yavait effrinaé quiques panettes souos ses urs et sus ses joes, ol avait eune joulie goulette qui riochait à retou de temps. Bouone était tréjous de bouone himeu, ol avait tréjous bouone grâce. O faisait pus de chinq pyids de hâoteu et ol avait eun miot de sauntaé dauns sen canezou !

    Ah veire, ol ’tait brin haïssablle, ol était paé des syinnes que no dit ryin. Ol announchait reide byin dauns ses effets du dimmaunche et dauns sen touos les jouors itou. Ses frères étaient neirs coume des craques et ses sœurs pllates coume des écouoches et maigues coume des rêles ! Ol arsembllait à pyiche, à ses gens n’tou : ol arsembllait oû cat minsère !

   Vingt-cinq ans qu’elle allait bientôt avoir ! Elle prenait de l’âge, elle commençait à devenir vieille fille. C’était pourtant une très belle femme : elle avait de longs cheveux roux, on ne les voyait pas beaucoup parce qu’elle portait toujours une coiffe de fil. Ses yeux verts étaient à y perdre la raison, plus d’un en aurait bien fait son miroir ; le soleil lui avait parsemé quelques taches de rousseur sous les yeux et sur les joues, elle avait un joli minois sans cesse souriant. Bonne était toujours de bonne humeur, elle était toujours gaie. Elle mesurait plus d’un mètre soixante-dix et elle avait de jolis seins dans son corsage !

    Ah oui, elle n’était pas laide, elle était de celles que l’on remarquait. Elle avait une bonne prestance aussi bien dans ses habits de fête que dans ses vêtements de tous les jours. Ses frères étaient noirs comme des prunelles et ses sœurs plates comme des pelles à tarte et maigres comme des râles d’eau ! Elle ne ressemblait à aucuns d’eux, pas plus à ses parents : elle ressemblait à quelqu’un d’ordinaire !

DSC08811  

    Byin d’s euns l’éraient byin voulue, Bouone érait paé dit nennin seument sen père yavait tréjous mins le hola.
    Beaucoup auraient bien voulu se marier avec elle, Bonne n’aurait pas dit non mais son père y avait toujours mis son véto.

Touène et le père à Bouone se prêchent brin...

Touène et le père à Bouone se prêchent brin…

   Le jou qu’i s’en venaient la demaundaer, i viyaient le balai de bouleau d’aveu les braunques en hâot à la carre de l’hus : ch’était paé la penne d’allaer pus avaunt. No serait byin archeu tout probablle, no bérait eun café és treis couleus ; no prêcherait du fein, des vaques, de l’iâo qui tumbe – ou qui tumbe paé -, seument cha serait brin la penne de demaundaer Bouone !

   Le jour où ils venaient faire leur demande, ils voyaient le balai de bouleau avec les branches en l’air  au coin de la porte : inutile d’avancer plus loin. On serait certainement bien reçu, on boirait un café tricolore ; on parlerait du foin, des vaches, de la pluie qui tombe —  ou qui ne tombe pas -, mais cela serait tout à fait inutile de la demander !

Il a paé l'air qu'mode le père à Bouone !!

Il a paé l’air qu’mode le père à Bouone !!

    Toute la potincale était maddiaée, Bouone demeurait d’aveu ses gens, la drényire mais la pus vuule : eune joulie file coume lyi, ch’était incoumprenablle…

    Et pis, sen père avait-z-eu la morte, tout avait chaungi bout pouor bout ! Sen père, o l’avait paé plleuraé biâofaire, dreit cha qu’i fallait pouor que la goule des gens marche paé.

    Et pis, yavait-z-eu Touène !

DSC08846   Touène s’n allait sus ses trente-et-yeun auns, ch’était eun biâo gâs qu’avait paé fait sen temps rapport qu’il avait halaé eun bouon numéro. Il avait jammais maddiaé, p’t-ête qu’il espérait Bouone, qui que no sait ?

   Tous les enfants étaient mariés, Bonne restait avec ses parents, la dernière mais la plus âgée : une jolie fille comme elle, c’était incompréhensible…

   Et puis, son père était décédé, cela avait changé du tout au tout ! Son père, elle ne l’avait pas pleuré beaucoup, juste ce qu’il fallait pour que les gens ne jasent pas.

   Et puis, il y avait eu Antoine ! Toine allait bientôt avoir trente-et-un ans, c’était un beau garçon qui n’avait pas fait son service militaire car il n’avait pas été tiré au sort. Il n’avait jamais été marié, peut-être attendait-il Bonne, qu’en sait-on ?

 8.       Bouone et Touène se prêchaient dauns des coups par en-dessus de la haie de leus courtins qu’étaient en camérie, par en arryire du père coume dé juste.

   Dé depis que le père à Bouone était parti à Jésus, Touène lâonait pus souvent de dreite et de gâoche, oû matin, oû sei, dreit aras les cllos iyoù que Bouone avait des vaques à traire.

IMG_2981   

    D’arlevaée, ch’était byin dévrisaé si o le viyait paé le loung d’eune cache : i devisaient eun miot, li paé byin hardi, de poue qu’o voulisse paé qu’i la haunte, et lyi, qu’avait coumprins dé depis eune pâose iyoù qu’i voulait en venin ; o voulait paé l’effreitaer. I décidaient en faisaunt des vas-tu vyins-tu dauns la cavaée : i prêchaient du temps, du buure qu’était brûlaé chi, du fein qu’était paé byin sé, de leus gens, de leus positioun, qui que no sait ? No pourrait peut-ête rassemblli des barryires ? Bouone avait les joes toutes rouoges, il ’taient touos déeus quâsiment d’eun âge… et d’eune joulie-z-âge… Fâorait veî à s’établli, faire valei, se mette sus eune bouone positioun : à-n-eun coup, i li print la man, ol en avait le grelot, o le laissit faire…

    Cha feut paé loung d’effet, i s’arraungîtent, i termîtent eun jou pouor les neuches : le drényi dimmaunche d’avri ; i fallit veî le maire et le tchuaé.

   Eune arlevaée, Bouone s’en feut à la mairerie, o s’adréchit oû ségrétaire :

  —  Boujou ma fillette que li fit le vuus bouonhoume, no m’a dit que tu vas te maddiaer d’aveu Touène ; t’as byin raisoun, ch’est eun bouon fisset.

  —  Veire, et pouor chenna, i me fâot, je creis, quique dupllicata de naîtaé…

  —  Ma fei veire, no va guetti dauns les lives et quaund que Touène éra venun me veî, vos seraez pendeus à l’hus de la mairerie. Quaund qui que t’as nâqui ?

  —  Le 25 dé mai 1841. 

    Bonne et Antoine se parlaient de temps en temps par-dessus la haie de leurs jardins qui étaient mitoyens, en cachette du père bien sûr.

   Depuis que le père de Bonne était mort, Antoine traînait plus souvent à droite et à gauche, le matin, le soir, tout près des champs où Bonne avait des vaches à traire. L’après-midi, c’était bien rare si elle ne le voyait pas le long d’une cavée : ils parlaient un peu, lui un peu timide, de peur qu’elle ne voulût pas qu’il la fréquente, et elle, qui avait compris depuis un moment où il voulait en venir, elle ne souhaitait pas l’effaroucher. Ils parlaient en faisant des allers-retours dans la cavée : ils parlaient du temps, du beurre qui était excessivement cher, du foin qui n’était pas bien sec, de leurs parents, de leur exploitation, qu’est-ce qu’on en sait ? Il serait peut-être possible de regrouper les terres ? Bonne avait les joues toutes rouges, ils étaient presque du même âge… et d’un bel âge… Faudrait penser à s’établir, faire valoir, s’installer sur une bonne exploitation : tout d’un coup, il lui prit la main, elle en tremblait, elle le laissa faire…

   Cela ne fut pas long en effet, ils se mirent d’accord et fixèrent un jour pour la noce : le dernier dimanche d’avril ; il fallut voir le maire et le curé.

   Un après-midi, Bonne s’en alla à la mairie ; elle s’adressa au secrétaire :

   —  Bonjour ma petite fille, lui dit le vieux monsieur, on m’a dit que tu allais te marier avec Toine : t’as bien raison, c’est un bon garçon.

   —  Oui, et pour cela, il me faut, je crois, une copie de mon acte de naissance…

   —  En effet, on va regarder dans les registres et quand Antoine sera venu me voir, les bans seront publiés. Quand es-tu née ?

   —  Le 25 mai 1841. 

9.  Le greffyi mint ses counserves sus sen naez, happit eun live dauns eune ormouère et touornit les pages. I touornait, i touornait, i luusait et i touornait enco.

   —  T’es byin seue ma fillette, 1841, à Mountaigu, je veis ryin…

   —  Mais veire, ma mère vyint enco de me l’acertifiaer, ya paé seument dyis minutes !

   —  Je m’en vas guetti dyis auns devaunt et dyis auns ampraès. 

   I print enco pusurs lives dauns sen ormouère et i touornait les pages et i luusait…

DSC09213

   —  Nennin ma fillette, je veî s ryin, t’es paé dauns mes lives.

   —  Coume qui que no va faire ?

   —  Moussieu le Maire va paé te maddiaer sauns les papyis, il en a paé le dreit !

   —  Me v’là byin erjuaée !

DSC08800    O se racachit tcheu lyi, cha trissait… Cha qu’ol avait veut à la mairerie la jiguulait, o countit ses malheus à sa mère qu’en feut toute rabsounaée et ol en tumbit le tchu sus eun cabouéyet qu’était d’aras la chimenaée.

   Bouone s’assyisit sus les genours à sa mère, dreit coume quaund ol ’tait quenâle, o la print à brachie par-dessus le co et o se mint à gimaer. O plleurait à freides lermes, o hoquetounait.

    —  Mais coume qui que no va faire ? Coume qui que no va faire ? 

    Le maddiage, Touène, les éfaunts qu’o voulait avaer d’aveu li, tout chenna se mouvait dauns sa taête, o pouvait paé mens paé s’amouchelaer d’aveu li pou le restaunt de ses jouors !

    —  Assyis-tei sus eune tia oûpraès de mei ma fillette. 

    Sa mère li print ses mans dauns les syines.

     Le secrétaire chaussa ses lunettes, prit un livre dans une armoire et tourna les pages. Il tournait, il tournait, il lisait, il tournait encore :

     —  Tu es bien sûre, 1841, à Montaigu, je ne vois rien…

     —  Ma mère vient encore de me le certifier, il n’y a pas dix minutes !

     —  Je vais regarder dix ans avant et dix ans après…

     Il prit encore plusieurs registres dans son armoire et il tournait les pages et il lisait…

     —  Non ma fille, je ne vois rien, tu n’es pas dans mes registres.

     —  Comment va-t-on faire ?

     —  Monsieur le Maire ne peut pas te marier sans acte de naissance, il n’a pas le droit !

     —  Me voilà bien embêtée ! 

     Elle rentra chez elle, elle se dépêchait. Ce qu’elle avait vu à la mairie la tracassait, elle raconta ses malheurs à sa mère qui en fut toute retournée et elle en tomba assise sur un tabouret qui se trouvait au bord de la cheminée.

     Bonne se mit sur les genoux de sa mère, comme lorsqu’elle était petite ; elle la prit par-dessus le cou et se mit à pleurer. Elle pleurait à chaudes larmes, elle hoquetait.

    —  Mais comment va-t-on faire ? Comment va-t-on faire ? 

    Le mariage, Antoine, les enfants qu’elle voulait avoir avec lui, tout cela tournait dans sa tête, elle ne pouvait quand même pas vivre à la colle avec Antoine le reste de sa vie !

    —  Assieds-toi sur une chaise auprès de moi ma petite fille. 

    Sa mère lui prit les mains dans les siennes.

10.  —  Ya eune bouone pâose que t’érais deu saveî cha que je m’en vas te dire : t’as byin nâqui le vingt-chinq dé mai dyis-huit-chens quaraunte-et-yeun, cha, ch’est seu : seument ten père et mei j’étiouns paé enco maddiaés… T’es coume no dit, eun pouchin de haie, eun coup d’achocrise.

    J’i petiotaé tcheu mes gens, ten père était ilo, d’aveu nouos : i m’avait promins, i m’avait acertifiaé qu’il irait sus le coup à la mairerie t’arcounaîte ; çu mâodit frélampyi-lo, i ya paé ’taé ! Gllâome ch’est byin ten père, creis-mei : je me syis jammais déraungie !

Les gens à Maurice Fichet

« Les gens à Bouone » (Document : Maurice Fichet)

   Qui que no sait ? Gllâome s’était p’t-ête déméfiaé rapport qu’il avait tout probablle paé-z-eu l’étronne de sa fème, seument ch’est paé dé dequei que no demaunde à sa mère !

   « —  Qui que no va faire ? Qui que no va faire ?

   —  Eh byin ma pouore quenâle, vendredi en huit, ampraès le marchi de Valouène, j’irouns veî eun houme de loué, i sera mahène dans le cas de nous le dire ! 

DSC09150    Eun dinmaunche d’arlevaée, le counsel de famile s’allotit. Pis le tribuna de Valouène demaundit à la mairerie de li faire eun acte coume qui qu’ol a nâqui le 25 dé mai 1841 à Mountaigu et qu’ol ’tait byin la file à Gllâome Fichet et à Rose Poindextre.

  Tout chenna li avait, eun coup de pus, rabuqui la taête. Achteu maisi, le tounerre brédounait oû louen, yavait pus eune halenne de vent, il ’tait quâsiment treis heures et le co allait byintôt se déjuqui. Ol avait-z-eu byin du capi mais tout chenna arrivait quitte… Déman, o le prenrait sen Touène ; i fallait s’arposaer eun miotin : eun jou de neuche, ch’est byin du tran et la nyit qui vyint, ch’est paé le tounerre tout probablle qui l’empôserait de dormin !

    —  Il y a longtemps que tu aurais dû savoir ce que je vais te dire : tu es bien née le vingt-cinq mai mille huit-cent-quarante-et-un, ça, c’est sûr : seulement ton père et moi nous n’étions pas encore mariés… Tu es comme on dit, un poussin de haie, le résultat d’une maladresse. J’ai accouché chez mes parents, ton père était là, avec nous : il m’avait promis, il m’avait juré qu’il irait aussitôt à la mairie te reconnaître ; ce méchant voyou-là, il n’y a pas été ! Guillaume est bien ton père, crois-moi : je ne me suis jamais égarée ! 

   Qu’est-ce qu’on en sait ? Guillaume s’était peut-être méfié pour la raison qu’il n’avait certainement pas eu la primeur de sa femme, seulement ce ne sont pas des choses que l’on demande à sa mère !

  —  Que va-t-on faire ? Que va-t-on faire ?

  —  Eh bien ma pauvre fille, vendredi prochain, après le marché de Valognes, nous irons voir un avocat, il pourra nous le dire !

DSC09314    Un dimanche après-midi, le conseil de famille se réunit. Puis le tribunal de Valognes demanda à la mairie de lui faire un acte stipulant qu’elle était née le 25 mai 1841 à Montaigu et qu’elle était bien la fille de Guillaume Fichet et de Rose Poindextre.

   Tout cela lui avait, une fois de plus, tourné la tête. Maintenant, le tonnerre grondait au loin, il n’y avait plus un souffle de vent, il était presque trois heures du matin et le coq allait bientôt se lever. Elle avait eu bien du souci mais tout cela se terminait… Demain, elle se marierait avec son Toine ; il fallait se reposer un peu : un jour de mariage, c’était bien de l’occupation et la nuit prochaine, ce n’était pas le tonnerre sans aucun doute qui l’empêcherait de dormir !

Byintôt cha rest pllenne leune...

Byintôt cha rest pllenne leune…

Chapitre II             (Le mariage de Bouone et Touène en images)

DSC08854DSC08855DSC08858

DSC08859

DSC08860

DSC08874

DSC08865

DSC08821   « Ampraès la faête, adieu le sant ! » Les frais maddiaés avaient byin dé dequei faire tcheu yeus. I yeut paé de reneuchouns, et i feûtent paé remmessaer n’tou : le tchuaé leus fit eun miot la griche eune bouone pâose de temps rapport à cha.

  I se déjuquîtent à la clloque, magîtent eun piquet de pan à la galope et Touène s’n allit halaer sus les broquettes et armuaer ses chinq vaques qu’étaient oû tierre dauns eune pyiche aras la maisoun.

   Duraunt que la soupe bouorlottait, o quemenchit à dréchi sen lyit.

   Ch’était le lyit és gens à Touène pisqu’i repairaient dauns leus maisoun, le lyit iyoù qu’il avait nâqui. Bouone l’avait amarraé à sen gouôt : ol avait bordaé le cyil de lyit d’aveu eune bouone grâce et ahoqui des pentes à la taête et oû pyid.

   « Quand la fête est finie, adieu le saint ! » Les nouveaux mariés avaient beaucoup de travail à faire chez eux. Il n’y eut pas de lendemains de noces, ni de messe d’action de grâce non plus : le curé leur fit un peu la tête un bon moment à cause de cela.

    Ils sautèrent du lit dès l’angélus, mangèrent un morceau de pain à toute vitesse et Antoine partit traire et changer ses cinq vaches de place, elles étaient au piquet dans un champ auprès de la maison.

    Bonne fit une flambée dans la cheminée : elle n’eut guère de mal, elle enleva la cendre qui était sur les braises avec son tisonnier, elle mit la soupe à réchauffer puis elle plaça dans la cendre chaude un petit pot rempli de café.

    Pendant que la soupe bouillait doucement, elle commença à faire son lit. C’était le lit des parents d’Antoine puisqu’ils habitaient dans leur maison, le lit dans lequel il était né. Bonne l’avait arrangé à son goût, elle avait bordé le ciel de lit avec une tenture festonnée et accroché des rideaux à la tête et au pied.

     Par devaunt, ol avait genci eune apalauntaée de chinq tias, d’aveu le dessus en feurre : ch’était le mounteus pouor s’n allaer à chnope ; coume dé fait, le lyit était byin hâot : le lyit de plleumes et le rédédoun, cha faisait dé dequei de counséquent.  

    Devant, elle avait placé un alignement de cinq chaises qui avaient un dessus en paille : elles servaient d’escabeau pour aller au lit ; effectivement, le lit était bien haut : le matelas de plumes et l’édredon, cela formait quelque chose d’imposant.

Le lyit-alcôfe  ;  le lit-alcôve (doc Bernard Abraham, famille Brune, La Vouée du Dounjoun H-S. n° 6)

Le lyit-alcôfe ; le lit-alcôve
(doc Bernard Abraham, famille Brune, La Vouée du Dounjoun H-S. n° 6)

    O mint sa soupe à trempaer dauns déeus guichouns, coupassous o la crépounçait pouor que le pan seit byin mouilli.

    Touène se racachit et s’assyisit à l’amountous, oû hâot bout, d’aras la crouésie : cha sera sa pllèche sa vie duraunt. Bouone affouorquit la bauncelle et i mouégîtent leus soupe byin câode ; à la mitaun d’octobe, no-z-était paé partis byin louen dauns l’arryire seument la freid rarrivait.

   Elle mit sa soupe à tremper dans deux soupières individuelles, maintes fois elle appuyait dessus pour que le pain soit bien mouillé.

   Antoine rentra et s’assit à la place du maître, à l’extrémité en haut, près de la fenêtre : cela sera sa place toute sa vie. Bonne enfourcha le banc et ils mangèrent leur soupe bien chaude ; à la mi-octobre, la saison n’était pas encore très avancée mais le froid arrivait.

La maison du meunier à Réthoville (Val-de-Saire)

La maison du meunier à Réthoville (Val-de-Saire)

(à suure…) photos : R. Pézeril.

1 commentaire

Classé dans Auteurs en normand : Les Amis du Donjon, Cotentin, Faête és Normaunds, Livres en normand, Vocabulaire

Une réponse à “26. Bouone et Touène : roman-photo. Noce de Bouone = 2ème volet. Reconstitution ethnographique à Valognes.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s