Archives mensuelles : juin 2013

10. Steve le Jèrriais et sen baté par Guy du Hammé de Hâot. Bouonheus et malheus des Badlabecques à Quédou et Cart’ret.

Pouor les Rouaisouns à Quédhou, Rémin s’était démentaé d’invitaer à ch’té belle fête normaunde quiques musiquous de Jèrri, noumaés Les Badlabecques, pour venin poussaer des vuules caunchouns dans leus loceis minses eun miot à la mode d’annyi ; eune reide bouone idaée, magène byin !

 DSC06705DSC06711DSC06709DSC06730

Mais, coume vos vous en doutaez byin, i fâot viagi sus chu foutu baté pouor crouési la mé de Jèrri à Carteret ; et, veu qu’i fâot de l’iâo dauns le hâblle, ch’est paé tréjous quemode de trouaer des heures qui convyinnent. Ieun des musiquous, marin itou, Steve justénément, qui devait restaer tcheu mei padaunt les déeus jouos de la fête, se mint dauns l’idaée de nagi d’aveu sen baté à li d’aveu quiques aôtes le sanmedi dauns l’arlevaée ; la mé était dreite et le temps reide bé, touot coume i fâot. Touot allit byin jusqu’à l’entraée du hâvre ; mais v’là-t-i paé qué, égaluaé pa le solé et sauns doute en tran de blleunaer eun miot,  noute amin maunquit la passe et s’ahoquit sus eun caillou muchi sous l’iâo de la maraée.

Dème, yavait du câtu : l’hélice du moteu était minchie. Ch’tait erjuaunt !

DSC06866

Il allait falli ramarraer devaunt qué d’arparti jusqu’à Jèrri, trouaer des ôtis pouor déhoinselaer tout chenna, acataer eune pyiche neuve, l’armette en pllèche et veî si le baté sérait dauns le cas de nagi. Mais ryin à faire d’âote qu’à attenre oû lundi matin, veu qué le dinmaunche, touos les atélyis sount froumaés.

Les v’là quaund même arrivaés à fène forche, sus pllèche à la fête, d’aveu touot leus instruments pouor jouaer leus meusique, cha qu’i fîtent reide byin le dinmaunche l’arlevaée, ampraés avaer passaé eune bouone nyit tcheu quiques familes de noute trige qui trachîtent à les guédaer d’aveu eune bouone collatioun arrousaée de pusuurs moques de beire, coume dé juste.

Mais le lundi oû matin, fallit faire dé dequei pouor armette le baté en état. Steve, byin débâochi, avait paé maunqui de téléphounaer à ieun de ses amins mécanicien dans l’île pouor li esplliqui le trumutu et pouor savi coument s’y prenre. Rémin print sa quérette pouor les coundyire jusqu’à Carteret et tâchi de les aingui. Le capitaine du port, li itou, demaundit à ses amins dauns le cas de ramarraer le baté de faire de leus muus pour halaer ches malhéreus de chu mâopas. Ampraès quiques heures de trava, touot feut armins en état de marche et il allaient pouvi prenre la mé !

 DSC06865

Coume yavait paé assaez d’iâo dauns le hâblle, i devaient tergi jusqu’à syis heures d’arlevaée. Rémin eut l’idaée de les emmenaer veî noute amin Marcel, qui counaît si byin noute loceis normaund, dauns la maisoun iyoù qu’i reste achteu pouor ses vuus jouos. DSC06875

DSC06890Cha feut eune reide belle arlevaée pouor touos les pensiounnaires, touot contents d’écoutaer les caunchouns et la meusique de nos amins de Jèrri, dé dequei de rare pouor ieus !

DSC06894DSC06896DSC06901DSC06903

DSC06907

Marcel Dalarun, le pouète normaund, 91 auns, et Kit Ashton, le chauntous des Badlabecques…

DSC06906

L’heure venun, v’là nos houmes sus l’iâo pouor, touot remâtaés, ratteri à Jèrri dauns la seiraée.

DSC06864

Touot allit byin oû quemenchement mais, quaund qu’i pouvaient guetti leus côte d’assaez praès, v’là-t-i paé qué la bouète de vitesse écouortit touot à tra ; pus moyen de nagi ! Qui faire sinon crier le baté de secours qui s’en vyint byin vite, coume dé juste, les halaer d’aveu eun grêlin jusqu’à Gorey !

 Chu malaisi viage sus la Graund-Terre restera, pouor seur, merqui dauns leus mémouère eune bouone pâose, est-che paé ? Et pis,  paé dé dequei d’yête fyir pour eun vuus marin !

                        Guy du Hammé de Hâot   Juin 2013

Les syins qui vouraient acataer le CD des caunchouns des Badlabecques peuvent envier leus chèque de 12 € (paé de port à payi ou 10 € si vos demeuraez à Bricbé ou à Cart’ret) à Jean-Claude Léger 5 Allée de Blanche Lande 50270 BARNEVILLE-CARTERET. Chèque pou : Magène (j’avouns 15 cd en dépôt, les prémyis en érount, dépêch-ous !). Ampraès cha, fâot veî sus le trige de la Teile des Badlabecques à Jèrri…

Magène sera itou chu sammedi oû câté de Bellenau à Carentan, yoù qu’i ya eun reide biâo par(c) de flleurs, yéra des jéeus normaunds, des CD et lives de Magène, et les Vouées du Dounjoun en normaund coume eul syin de la fête de Quédou yoù qu’i ya les écrits que les gens ount luusu, v’chin l’s images de chu liméro (qui couôte 10 € + 2 € de poste, chèque és Amis du Donjon Mairie 50260 BRICQUEBEC).

VDD HS n°9 mai 13 chansons récits de la fête 001VDD HS n°9 p 1 édito sommaire en photos 001

Couverture du CD Hèque ! des Badlabecques

Couverture du CD Hèque ! des Badlabecques

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Faête és Normaunds, Jersey

9. Carentan, samedi 8 juin 2013, reconstitution de l’exode causé par les bombardements des villes normandes en juin 1944. The Three Belles ont fait un tabac.

The Three Belles La Presse de la Manche mardi 11 mai 001Lorsque le 6 juin les armées américaines, anglaises, canadiennes ont commencé à débarquer sur les plages de Normandie, les Normands attendaient la Libération avec espoir et crainte d’être pris au milieu des combats.

Mais personne n’imaginait que les villes normandes allaient être pour certaines rayées de la carte, réduites à des tas de cailloux : Périers (Pris en normand), Montebourg, Valognes, Aunay-sur-Odon… A Saint-Lô, environ 680 habitants furent écrasés sous les bombes des Alliés… Les Archives départementales brûlèrent entièrement, les survivants fuirent vers le Sud, errant sur les chemins, la peur au ventre…

« Dauns quil état qu’i nous ount mins !

Et enco ch’était nos amins,

Qu’i disaient ! Coumbyin d’bouorgs et d’villes

Qui feut’nt ébllâquis,

Coutaunch’s, Valouogn’s, Avraung’s, mêm’ Pris !

Et coumbyin d’ tes fis et d’ tes  fil’s,

Ma Nourmaundie, qu’i  y a-z-eu d’ morts !

D’ouqueuns no né r’trouvit paè l’ corps !

T’ y restis itou, men jenn’ frère,

Tei, eun pouore qu’nâle dé douoze auns,

L’ drényi qu’ t’ étais des quatre éfaunts

A nous malhéreus père et mère !

André.J Desnouettes (André Dupont)

L’Epopée cotentine, OCEP, Coutances, 1968, (imprimé en 320 exemplaires).

DSC07179 DSC07184 DSC07180 DSC07186

    Carentan a reconstitué avec authenticité cet exode samedi 8 juin, avec enfants, landaus, vélos, quelques victuailles, vêtements de l’époque… ; 18 km de marche dans la journée : une émouvante reconstitution ethnographique qui s’ajoutait à la présence du dernier parachutiste encore vivant ayant sauté dans les marais inondés…

DSC07196 DSC07198 DSC07209 DSC07214 DSC07221 DSC07148 DSC07239

Puis ce furent les chansons et les danses qui ont rappelé les fêtes de mai 1945… Pour la première fois en France, trois jeunes et jolies Anglaises, « The Three Belles », ont entraîné les danseurs et danseuses dans une ambiance survoltée samedi et dimanche !  Les Trois Belles… où l’on voit qu’il n’y a pas que le français qui emprunte des mots à l’anglais, c’est aussi l’inverse encore maintenant…

DSC07273 DSC07320 DSC07114 DSC07125DSC07140DSC07131DSC07348DSC07363

Le dimanche, on a remis cela malgré le froid de canard… ou « de chien »…  Eune freid de quyin ! (prononcez tchi / tchin ou quin, comme il vous plaira…).

DSC07425 DSC07437DSC07486DSC07510DSC07708DSC07642 DSC07720 DSC07751A l’année prochaine !

   Et si les commémorations prenaient une autre allure, sans tabou sur la réalité de ce que furent ces années d’Occupation par l’armée allemande et de Libération par les armées alliées ?

Rémi Pézeril

1 commentaire

Classé dans Juin 1944

8. La Faête és Normaunds en images à Quédou (3) Le sammedi 25 dé mai de 2013 (jusqu’à 6 h de l’arlevaée)

 DSC06287DSC06295DSC06282 DSC06285DSC06296DSC06297DSC06299DSC06303

Bill Galienne, Cynthia Lenormand et Hazel Tomlinson (Guernèsi)

Bill Galienne, Cynthia Lenormand et Hazel Tomlinson (Guernèsi)

Les Chantous d'la Côte

Les Chantous d’la Côte

François, Edouard et Jean  Le Maistre (Jersey)

François, Edouard et Jean Le Maistre (Jersey)

DSC06332DSC06335DSC06340DSC06344DSC06339DSC06355DSC06358DSC06373DSC06374DSC06383

Guy Pichon, Joel Hallet et Mireille Gattepaille "Les Amis du Donjon" et Jean-Claude Léger (ci-dessous)

Guy Pichon, Joel Hallet et Mireille Gattepaille
« Les Amis du Donjon »
et Jean-Claude Léger (ci-dessous)

DSC06397

avec les trois élèves de Bricquebec (Les treis quenâles de Bricbé).

avec les trois élèves de Bricquebec (Les treis quenâles de Bricbé).

DSC06400DSC06405DSC06422

La chorale de Jersey avec Tony Scott Waren

La chorale de Jersey avec Tony Scott Waren

Pierre Diguet (Association Alfred Rossel)

Pierre Diguet (Association Alfred Rossel)

Alain Jeanne

Alain Jeanne

1 commentaire

8 juin 2013 · 0 h 26 min

7. Jeux normands. Âotefeis… achteu : choule à Quet’hou, expo à Tinchebray, historique de la Fédé,…

Dimanche 26 mai, à l'occasion de la Faête és Normaunds à Quédou / Quett'hou, rencontre comptant pour le championnat de Normandie

Dimanche 26 mai, à l’occasion de la Faête és Normaunds à Quédou / Quett’hou, rencontre comptant pour le championnat de Normandie. Et du 8 de juin oû 15 de stembe, espo des jéeus de la Fédération de Normaundie à Tinchebray.

Âotefeis à Tinchebray…

    An jouait âotefeis dauns noute countraée à la choule (qu’a dounaé le rugby et le foot-ball en Aunglleterre), à la tèque (ch’est annyi le base-ball), és tchiles et és boules (achteu, an dit le « bowling » cha fait muus que boules !!), oû palet, à la bézette, et bin âote seit enco…

Le plaisir de jouer à la choule

Le plaisir de jouer à la choule. En rouoge, l’étchippe à Pascal Grange de l’association « La chouque » (vallée de la Risle, dép. de l’Eure).

   Quiques Normaunds se démentîtent ya vingt annaées d’amoucheler touot chenna que no sait par écrit, ou bin d’aveu les souovenins de nos gens, de sorte et de mannyire à rémôqui les jéeus de cheu nous…

  L’idaée leus est venun en 1994. Pis en 2001 cha quemenchit pouor dé vrai. An fit des crosses en boués et des boules en tchu (en cuir) ! Les collégians des Puus (Les Pieux, Cotentin) jostîtent d’aveu les syins d’Allemanne, d’Italie et d’Aunglleterre (projet européen Comenius)! L’s Allemaunds de Weener (en Frise) s’en vîntent d’aveu le kubb des Viquyins (les Scandinaves)…

  Pllaisi d’yête paé coume l’s âotes, d’avei des jéeus d’âotefeis : ch’est paé de gangni qui coumpte, et pis, les jannes et les vuus, les gâs et les files jostent par ensemblle !

Les files itou aiment byin la choule à la crosse

Les files itou aiment byin la choule à la crosse. L’s équipes sont mélaées, mais par coup ya eune équipe rin que de files coume ichin !

  Les Normaunds ount byin des jéeus à ieus, ainchin que les Basques, les Bertouns ou les Picards ! An est paé pus nios que l’s âotes ! V’lo de quei qui doune eune bouone idaée de la Normaundie pou les viageus qui vyinnent nous veî !

Quiques jéeus bin normaunds :

   Oû Moyen Âge, an jouait « à la soule » dauns le Su de la Normaundie ou bin  « à la choule » (oû Nord de Tinchebray).  

   Dauns sen Jouorna d’s Annaées 1550, Gilles de Gouberville  écrit qu’il avait couoteume d’y jostaer d’aveu le tchuré du Mesni-oû-Va (yoù qu’i demeurait) ampraès la messe d’aveu des crosses, et d’âotes coups il invitait déeus étchippes pou la graunde choule (d’aveu eun grosse boule en boués) qui durait pusurs jouors : des coups  yavait les ceusses de Tchidbou (Cherbourg) counte l’s âotes parouèsses du trige et i s’artrouaient jusque dauns la mé !

Les collégiens enquêtent  sur la choule et gagnent le concours d'écriture du Conseil général !

Les collégiens de Sainte-Mère-Eglise enquêtent sur la choule et gagnent le concours d’écriture du Conseil général sur le thème des sports  !

   Dévers 1820, an jouait cheu nous à la choule d’aveu ou bin sauns crosse mais cha feut interdit rapport és villâches qui se freulaient à retou de vâton ! Coume ichin dauns la countraée de Tinchebray ! à Saint-Pierre d’Entremont… Et an a halaé le portrait oû gâs bin renaré (malin) qu’a-z-eu la soule décoraée de biâos ribans !

Mardi gras 1851, Charles Décosse s'emparait de la soule. Ch. Got reçu le vainqueur et ses compagnons et les fêta jusqu'au matin. Le jeu de la soule avait fait son temps, il fut remplacé par le tir à la cible.

Mardi gras 1851, Charles Décosse s’emparait de la soule. Ch. Got reçu le vainqueur et ses compagnons et les fêta jusqu’au matin. Le jeu de la soule avait fait son temps, il fut remplacé par le tir à la cible.

  « J’y ai vu jouer à Quettetot [praès de Bricbé (Bricquebec)], écrit Charles Frémine (né en 1841). Le jour de la Saint-Clair, les gars des communes environnantes se donnaient rendez-vous… C’était comme une noire trombe hurlant et tourbillonnant à travers la lande… » (La Voix du Donjon, n° 36).

Eun patrimouène d’achteu !

  An joue itou à la tèque : la tèque, cha peut yête oûssi bin le nom du vâton que de la balle en tchu (en cuir), cha qui fait « tac »ou « tec ».

  Eul mot « tèque » est bin couneu des Normaunds et guère âote part. Jean Seguin prêche de la « tèque au franc » vers 1930. La batte était eune palette en boués, le battous renvie la tèque en pé de berca. Yavait itou la tèque oû mur. Et en Aunglleterre, an joue co és « rounders », qui s’ent’arsembllent d’aveu le « baseball » (la balle à la base…).

  An jouait à la tèque és dinmaunches de Carême et à Mardi-gras ou bin és fêtes patronnales rin qu’en Normaundie ou bin oûpraès. Mais dévers 1920, des écoles et pis les scouts s’y sount mins !

   Dauns les cours des fermes oû sei ou byin des âoberges le dinmaunche à la relévaée, an jouait  ya paé bin loungtemps és tchiles (qu’an écrit quiles). Par exemplle, dauns le trige de Moundebou (Montebourg, Cotentin), ch’est le jeu des treis sœus (les trois sœurs) : treis quiles hâotes de 70 cm pllèchies en lène. An trache à les faire tumbaer do eune boule de 4 à 5 kg de 10 mètes pou les gâs et neu mètes pou les files. An joue do des sous qu’an met dauns eune pouque (ou pouche oû Su de la Normaundie). Le raboulous qui raboule la boule a dyis du chent. Les vuules gens y jouent co !

  Ya itou des josteries de quiles sus le pllaunchi d’s âoberges. Et l’s Aungllais y jouent co dauns quiques  « pubs ».

  Des coups, ch’est d’aveu des quiles pllates coume à Yvetot (Pays de Câs)… ou byin les quiles à la potence qu’amusent les pus p’tiots !

Sus la pllèche du marchi, no peut joster és quiles à la potenche !

Sus la pllèche du marchi, no peut joster és quiles à la potenche !

  Et pis ya la graund carambole du Su de la Normaundie et en pus petiot la boule de hasard en boués (cha r’semblle bin à-n-eun « flipper » mais paé bésouen de lumyire !).

Jean-Philippe Joly, président de la Fédé JeuxtradiNormandie, guette (djette) si  la boule de hasard va se racachit dauns la bouone case...  yoù que les sous feûtent mins ! Fâot avei l'uu !

Jean-Philippe Joly, président de la Fédé JeuxtradiNormandie, guette (djette) si la boule de hasard va se racachi dauns la bouone case… yoù que les sous feûtent mins ! Fâot avei l’uu !

… Et ya itou le palet… ou la galoche, la galine, eul bouchon, ou bin la butte !

   Biâocoup de noums, et biâofaire de règlles ! Les palets sont en fé de 920 g et an y joue co de Couotaunches à Brécey ! Ou bin pus p’tiots à l’Est de la Normaundie.

Et ya itou un palet en boués dauns qui qu’i ya du fé et i deit se poser sus eune pllaunche carrée de 80 cm sauns grilli d’à côte ! Ch’est le gâs Joel Simon qu’en refait, allaez veî sus la Teile ( la Toile = Internet) le trige <jeuxtradinormandie>.

    Dauns l’s âoberges, les dominos, les jéeus de dès coume la bézette ou « froume la bouète », le camembert sus pllaunche, la carambole à gouttyire feûtent mins oû rafrot ou bin oû grényi.

Le palet sus pllaunche dit itou "jeu du camembert. Fâot tâchi de grilli (glisser) le palet à la case dyis ou huit !

Le palet sus pllaunche dit itou « jeu du camembert ». Fâot tâchi de grilli (glisser) le palet à la case dyis ou huit !

Eune Fédération des jéeus d’âotefeis pou le jou d’annyi

Ch’est en 2004 qu’eune assembllaée décidit à Bricbé de genci eune prémyire association baptisie « Tec-Nor » : Tec coume la tèque et c coume la choule. No les veit dauns touot le Cotentin : choules, quilles, palet, kubb… En 2008 et en 2009, 4 élèves x 40 collèges et 20 lycées jostent à Flleumaunville (Flamanville, dauns La Hague) d’accaunt l’U.N.S.S.

Pis en 2010, la Fédé « JeuxtradiNormandie » a nâquit…

  Achteu, ses bénévoles peuvent pus yête dauns touotes les carres de la Normaundie, viageaunt oû diablle bouoilli !

  I fâot que cha mouve (remue, bouge) pus que cha et que les jéeus normaunds seient eun miot partout, dauns les quartiers des villes ou à la caumpanne…

   Des clleubs deivent se mettent sus pid, à l’éga des sports !

   Et pis itou des veillies l’hivé pou les jéeus dauns l’s âoberges, d’accaunt des countes et des caunchons en normaund… Ch’est-i paé muus que la télé-guidée ?

L'association Tec-Nor oû Moulan de Marcy à Littry-la-Mène (14) le chin de mai 2013. No veit la bézette et le jeu des marins "Froume le bouète !". Paraît que fallait paé se faire veî du capitaine, alors byin vite, no froumait la bouète...

L’association Tec-Nor oû Moulan de Marcy à Littry-la-Mène (14) le chin de mai 2013. No veit la bézette, jeu de dès d’aveu des melles (anneaux), eun jeu d’âoberge !

    Rémin Pézeri,

foundateus de Tec-Nor d’accaunt Jean-Philippe Joly, Jean-Marc Joly (d’Hémevaez / Hémevez, paé de la même famile), Philippe Etienne et achteu Paskal Lécureuil.

(J’i mins « an » et pas « no » pouor « on » en fraunceis rapport que no dit « an » à Percy-Tinchebray… et itou « bin »,et cheu et pas « tcheu », ch’est pus quemode pouor les gens qu’ount paé la couoteume de luure d’accaunt le normaund d’annyi : no met byin, ch’est à vous de savi coume qui (comment) que no dit dauns voute trige (votre coin) : bi ou bin ?   « P’tête bin qu’veire ; p’tête bi que nennin ! »

Poster un commentaire

Classé dans Faête és Normaunds, Jeux normands et sports

6. Fête és Normaunds à Quédou (Va-d’Sai’e) / Quettehou (Val-de-Saire) (1. Conférence de Mari Jones)

La Faête és Normaunds :

« Fête formidable, dynamique et vivante ! J’en garderai de très beaux souvenirs.
J’espère que la fête donnera un nouvel élan au normand dans le Val-de-Saire ». Mari Jones.

Dr Mari Jones
 
Reader in French Linguistics and Language Change, University of Cambridge
Fellow, Director of Studies and Tutor of Peterhouse
Peterhouse, 
Cambridge

ImageMari Jones en compagnie de Maurice Fichet dont la langue maternelle est le normand du Val-de-Saire. Maurice est l’auteur de nouvelles Mes gens (épuisé), Cllémence et en 2013 Bouone et Bouonotte, roman, Editions Magène (voir le site magene.com).

 Conférence donnée le vendredi soir 24 mai dans la Halle aux grains de Quédou / Quet’hou / Quettehou.

(Quelques passages ont été enlevés pour alléger d’un quart cet article)

    « Je suis Galloise et galloisante. Comme vous, je parle une langue qui vit à côté d’une autre langue, une grande langue, mais qui est beaucoup plus vieille que son voisin. Donc, comme vous, j’ai deux langues – deux patrimoines culturels. Je suis Britannique, mais tout d’abord Galloise. J’ai passé toute ma vie d’enfant et d’adolescente au Pays de Galles, entourée de villages et de villes portant un nom gallois comme Ystrad Mynach, Llanelli et Pontcysyllte. Mais aux alentours de ma ville, il y en avait d’autres aussi qui s’appelaient Grosmont – c’est-à-dire ‘‘gros mont’’, Beaumaris  – ou ‘‘le beau marais’’, Mold ou ‘‘le mont haut’’, et même deux villages tout petits à côté de chez mes parents qui s’appellent Fleur-de-lys et Beaufort. Ces toponymes-là, bien sûr n’ont rien à voir avec ni l’anglais ni le gallois.

   (…) En effet, au Sud du Pays de Galles on compte quatre-vingt châteaux normands, et 24 en plus au Nord du Pays de Galles. Et je ne vous ai pas encore parlé des vingtaines d’églises normandes…

   Les terres de la frontière entre le Pays de Galles et l’Angleterre s’appellent toujours The Welsh Marches, ‘‘march’’ est un emprunt du verbe normand ‘‘marchi’’ – c’est-à-dire le territoire où marchaient les Normands pour surveiller la frontière pour votre duc Guillaume (car à l’époque, le Pays de Galles ne faisait pas partie du royaume).

   Pendant mon adolescence surtout, je me demandais qui étaient ces Normands ? Pourquoi y avait-il cette présence aussi importante dans mon pays ?

Image

   Je travaille en Angleterre, où je suis responsable des cours de linguistique française à l’université de Cambridge. Je suis professeure dans un Collège de l’Université (Peterhouse) qui a été fondé en 1284 par un évêque qui avait sûrement des origines normandes – car il s’appelait Hugo de Balsham. Pendant les cours de licence de linguistique française, je consacre l’essentiel d’un trimestre au normand : le normand des îles, le normand de la Grand Terre, la situation historique, la situation contemporaine, les mots, les sons et la diversité et richesse linguistique qui se trouvent dans le domaine normand. Mes étudiants sont très passionnés. Et tous les ans, dans les examens de licence de linguistique française, je pose toujours des questions sur le normand.

Pourquoi est-ce que j’oblige tout étudiant de linguistique française de l’université de Cambridge de posséder au moins une connaissance de base de votre langue ? La réponse est simple : votre patrimoine linguistique est également le nôtre ! L’anglais a été façonné, sculpté par le normand. Même ma langue, le gallois, n’y a pas échappé : barwn = baron.

Quand votre duc Guillaume a envahi l’Angleterre en 1066, il a changé la vie de mon pays de façon irréversible – notre structure sociale, nos coutumes mais aussi notre langue. Comme vous le savez, on ne peut guère construire une phrase en anglais sans se servir de mots d’origine normande. C’est la raison pour laquelle l’anglais se distingue tellement des autres langues germaniques. Pensez, par exemple, à notre mot ‘pocket’ pour poche – ça n’a rien à voir avec les mots utilisés dans les autres langues germaniques (comme Tasche en allemand ou Zak en néerlandais). Le mot pocket est un emprunt du mot normand ‘pouquette’.

[Note du rédacteur : les Britanniques sont de bons pickpockets ! Le mot pickpocket a retraversé la Mer de la Manche en 1726,  pick vient de piquer]

Donc en ce moment où l’Académie Française a peur des mots anglais qui envahissent le français, il faudrait se souvenir du fait que l’anglais est déjà parsemé de mots normands. Entre les douzième et quinzième siècles, l’anglais a emprunté dix mille mots au normand !

Puisqu’il est fort probable que des îliens figuraient parmi les armées de Guillaume le Conquérant, les Jersiais et Guernésiais ont parfaitement raison quand ils disent que c’est la Grande-Bretagne qui appartient aux îles et non l’inverse ! Ils continuent jusqu’à présent à trinquer à ‘‘la Reine, notre Duc’’ car pour eux le rôle d’Elisabeth en tant que Reine d’Angleterre n’a absolument rien à voir avec les îles.

Pendant trois cents ans après la conquête, le normand était bien la langue des nobles et des classes dirigeantes de la Grande-Bretagne. Pendant cette période, il est clair que le normand était utilisé par la cour, mais aussi dans le commerce, la loi, les tribunaux, l’administration et même dans certaines écoles.

   Et au Parlement britannique, à Londres, puisque la reine est absente, le greffier du Parlement a la responsabilité d’indiquer qu’elle est d’accord avec les lois qui ont été votées. Il le fait toujours en normand, avec les mots : ‘La Reyne le veult’’.

   Saviez-vous également que pendant le treizième et le quatorzième siècles, les règlements des Universités d’Oxford et de Cambridge disaient que les étudiants avait le droit de parler entre eux soit en latin soit en normand – mais pas en anglais !

   Donc le normand a une présence primordiale en Grande-Bretagne, et pour bien comprendre l’histoire linguistique de l’anglais, il faut au moins des connaissances de bases du normand.

******

   Je suis britannique, donc il était tout-à-fait normal de commencer par le normand de la Grande-Bretagne, c’est-à-dire, les parlers des îles anglo-normandes, Jersey, Guernesey et Sercq. Mais bien sûr, il n’y a qu’un pourcentage très faible des Britanniques qui savent que ces langues existent.

Image

   J’ai eu le plaisir et la joie de trouver qu’il y avait sur ces îles, non pas les restes d’une vieille langue d’antan, mais plutôt une communauté linguistique entière, soutenue par des associations passionnées qui travaillaient pour préserver une langue vivante et dynamique – qui avait même influencé l’anglais local : l’article défini se trouve dans des contextes où il serait absent dans l’anglais du Royaume-Uni, mais présent en normand insulaire : Now, everyone speaks the English (en guernesiais : auch’t’haeure tout l’maonde d’vise l’Angllais).

   Je remercie l’Office du Jèrriais, Les Sociétés Jersiaise, Guernésiaise et Sercquaise et l’Assembliée d’Jèrriais et de Guernésiais pour m’aider à apprendre le normand insulaire et pour me présenter à des locuteurs qui m’ont consacré des heures et des heures pour m’aider à connaître leur langue. Grâce à l’aide de ces locuteurs, j’ai publié plusieurs livres sur le normand.Et en fait, c’est par ces associations à Jersey et à Guernsey que j’ai eu le bonheur de faire la connaissance de Rémi Pézeril, président de Magène, qui m’a aidé à approfondir mes études du normand sur la Grand Terre et qui m’a présenté à des normanophones ici dans le Cotentin mais également jusqu’à Domfront dans l’Orne et dans Le Pays d’Auge. Mon livre prochain dressera une comparaison détaillée du normand insulaire avec le normand continental : les sons, les mots et la syntaxe.

   La Normandie est un territoire morcelé – coupé en Archipel et en Grand Terre par la mer, et divisé en Territoire britannique et français. Mais il ne faut jamais que les étrangers oublient que vous êtes un seul peuple, une seule communauté linguistique – et bien sûr, voilà exactement la raison pour laquelle cette Faête és Normaunds existe.

    ImageEnviron 60 personnes ont assisté à la conférence illustrée de diapos.

Vous connaissez tous l’œuvre de Charles Joret ‘Des caractères et de l’extension du Patois Normand’ qui a été publiée en 1886. La  fameuse ‘‘Ligne Joret’’ distingue les parlers au Nord qui ont préservé le /k/ latin devant [a] (VACCAM, ‘vache’ et CATTUM ‘chat’). Les îles font partie de l’aire linguistique qui se trouve au nord de cette ligne, à la différence du Sud de la Normandie : dans l’Avranchin, par exemple ou dans la plus grande partie de l’Orne, où la réalisation est plutôt [ʃ].

Vache

chat

GUERNESEY

vɑk

kat (V)

SERCQ

vɑk

kɑt

JERSEY

vɑk

COTENTIN (nord et centre)

vak

PAYS DE CAUX (Yvetot)

vak

ka

La raison pour laquelle il n’y a que trois îles dans ce tableau est que, malheureusement, le parler d’Aurigny s’est éteint dans les Années Cinquante, et avant qu’on ne puisse en faire une analyse linguistique très profonde.

     Autre exemple des liens phonétiques entre les îles anglo-normandes et la Grand Terre : devant une voyelle comme [e] ou [i], le [k] latin se transforme en [ʃ] dans les îles/Cotentin/Yvetot mais en [s] au sud de la ligne Joret. CENTUM, QUINQUE, CINEREM ([s] : cent, cinq, cendre en français).

cent

cinq

cendre

GUERNSEY

ʃɑ̃

ʃɛ̃

ʃõd

SARK

ʃɑ̃

ʃɑ̃t

ʃɛ̃

ʃɑ̃d

JERSEY

ʃɑ̃

ʃɛ̃k

ʃɔndr

COTENTIN (Nord et Centre)

ʃɑ̃

ʃɛ̃

ʃɛ̃k

ʃɑ̃d

ʃɑ̃dʁ

 

PAYS DE

CAUX (Yvetot)

ʃɑ̃

 

ʃɛ̃

 

ʃɑ̃d

ʃɑ̃dʁ

 

   Mais bien sûr, même si les îles font partie du domaine linguistique normand, il y a des différences phonétiques comme on en trouve dans toutes les langues :

français

guernésiais

sercquiais

jèrriais

Cotentin (Magneville)

miel

mjɛl

mi

mji

mjɛ

mer

mɑjr

mwɛʁ

me

noeud

Naw

nœwk

Nu

    Cf. en anglais : /ka/ – /kar/. Et malgré ces différences, et comme vous le savez bien sûr si vous avez parlé normand avec des locuteurs d’une autre partie du territoire, l’intercompréhension est toujours possible : il suffit d’entrainer l’oreille un peu !

   Image

    En plus de la variation linguistique qui se trouve entre les parties différentes du territoire normand, on peut également constater une variation linguistique très riche à l’intérieure des régions, et cette richesse me fascine aussi. À Jersey, par exemple, on a l’habitude de diviser le jersiais en parlers de l’Est et de l’Ouest, à Guernesey en parlers du Nord et de l’Ouest, et sur la Grand Terre, la ligne Joret constitue une frontière linguistique très importante.

   Ici dans le Val-de-Saire vous savez tout de suite si quelqu’un est un horzin en fonction de si le potement est présent ou non quand il parle normand, et dans les îles les locuteurs peuvent facilement reconnaître la paroisse de naissance de quelqu’un qui habite leur île. Par exemple, si on dit du [lɛt] à Guernsey (pour du lait), cela indique tout de suite que le locuteur est originaire de la paroisse du Valle, au nord de l’île. À Jersey, si on pronounce [muk] pour ‘mouche’, ça veut dire que le locuteur est né dans la paroisse de St. Ouen, à l’Ouest de l’île. Une telle richesse fait partie du dynamisme du normand.

Cette richesse est aussi visible au niveau du lexique. Il y a cependant des mots qui sont partagés par tout le territoire normand, comme une pouque / pouche, pour un sac ou une gradile pour une groseille, du gji pour la paille de seigle ou un doublier pour une nappe de table. Voilà donc une autre preuve de l’unité linguistique de la Normandie.

Les mots d’origine scandinave, tels que fa ‘costume’ (à Jersey et à Sercq) ou houolins pour les ‘araignées de mer’ sur la Grand Terre, mots qui sont inconnus en français, montrent aussi que la Normandie a une histoire linguistique indépendante de celle du français.

             Statistiques

   On sait tous que le normand est parlé par moins de personnes aujourd’hui qu’il ne l’était dans le passé. Cependant, pendant mes recherches dans l’Archipel de la Manche et sur la Grand Terre, ce qui m’a vraiment frappé c’est la situation qu’on trouve si on fait l’effort de regarder au-delà des statistiques officielles. Car, sur les îles et dans le Cotentin, environ une personne sur quatre avec qui j’ai parlé lors de mes enquêtes pratiquait le normand tous les jours, soit avec un époux ou un autre membre de la famille soit avec un voisin ou un ami. Certes, le normand n’est plus la langue qu’on choisit tout de suite quand on commence à parler avec un inconnu. Mais même si le normand ne prédomine plus en tant que la langue quotidienne, même eune horzène coume mei peut voir clairement qu’il est toujours présent et que, pour beaucoup de personnes même aujourd’hui, c’est la langue quotidienne, la langue usuelle. Ces locuteurs n’ont-ils donc pas le droit de le pratiquer dans leur région, comme un Parisien a le droit de pratiquer sa langue dans sa ville ? Vous allez peut-être dire mais il ne reste pas assez de locuteurs. Pas vrai.

   J’ai également trouvé que, lors de mes enquêtes, même les gens qui disaient qu’il ne parlaient pas normand étaient tout-à-fait capables de comprendre des phrases entières, et ils utilisaient eux mêmes tous les jours des expressions comme (N) [ʃavɑtite], [i fefʁɛ] et [a staʁləvɛj] (J) [fatikaw] ‘il fait froid’ (G) mon viar ‘mon vieux’ . Une autre découverte lors de mes enquêtes : cela fait des années et des années que j’apprends le français. J’ai visité Paris peut-être dix fois. Aucune difficulté de compréhension. Le français qu’ils parlent à Paris, c’est la langue des manuels scolaires qu’on apprend aux petits étrangers. Mais arrivée en Normandie, je me suis rendu compte qu’il y avait ici un français qui contenait quelques mots et expressions que je ne comprenais pas du tout. Pensez aux mots comme la teurgoule pour du ‘riz à la cannelle’, ou une moque pour une ‘tasse à anse’. Je n’avais jamais entendu ces mots – mais ils sont pourtant courants dans cette région, et connus par tous les habitants, même par ceux qui disent qu’ils ne parlent pas normand : des mots comme goûtu pour ‘qui a du bon goût’, ou bourotter pour le fait de marcher comme un canard, ou bien redot ou ravisot pour un enfant né tard dans le mariage. Ce sont des mots qui sont bien connus en Normandie mais pas en dehors de cette région – mais pourtant les concepts indiqués par ces mots sont très bien connus partout en France. C’est pareil dans les îles, où bon nombre de Jèrriais, de Guernésiais et de Sercquais utilisent le mot vraic pour ‘des algues’ au lieu de l’anglais ‘seaweed’ même quand ils parlent anglais, ou bachîn (pour un grand bol en fer, à J., G.). Je vous cite cette liste pour vous indiquer que, d’après ce que j’ai constaté lors de mes enquêtes, il existe beaucoup de locuteurs cachés : c’est-à-dire des personnes qui possèdent le normand et qui l’utilisent tous les jours sans même le savoir.

Mais bien sûr, le problème c’est qu’il faut établir un lien entre ces locuteurs quotidiens et les locuteurs ‘‘cachés’’. Et c’est bien difficile dans une situation où de moins en moins de personnes transmettent le normand à leurs enfants. Sur les îles, par exemple, j’ai parlé avec beaucoup de personnes qui avaient dans les soixante-dix ans qui passaient presque toute la vie quotidienne à parler normand. Tous leurs amis parlaient normand, leur époux parlait normand – l’anglais n’était presque pas nécessaire – sauf pour aller à la banque, ou regarder la télé. Mais par contre pour les gens au dessous de cinquante ans, c’était bien une autre affaire. Pour eux, il n’y avait presque personne du même âge avec qui parler.

       La chose est claire, elle va de soi : pour que le normand continue, il faut le parler, il faut le fêter, il faudrait vraiment s’enorgueillir du fait d’être bilingue. Mais il faut également mettre le normand et l’esprit normand à la portée de tous, car personne ne sera tenté de s’engager s’il se sent exclu. C’est la raison pour laquelle je me réjouis de voir les fêtes comme celle-ci où tous les Normands peuvent fêter leur normannité ensemble. Au Pays de Galles, nous avons trouvé que la meilleure façon d’enthousiasmer les gens c’est de créer une solidarité avec eux. On ne peut jamais garantir qu’ils prennent un pas tout seul et qu’ils apprennent le normand mais il s’agit de fournir un moyen abordable par lequel les non-normanophones peuvent eux aussi posséder l’élément linguistique de l’identité normande.Donc, les concerts de Magène, le travail de l’Office du Jèrriais pour établir des locaux où les enfants et leur parents peuvent apprendre le jersiais ensemble, ou pour faire en sorte que le jèrriais apparaisse sur les billets bancaires et les panneaux touristiques, même sur les poubelles, les Assemblées de Jèrriais et de Guernésiais qui organisent des événements sociaux en normand mais où toute personne intéressée est la bienvenue. Toutes ces démarches sensibilisent les non-normanophones à la normanité et attirent l’attention du grand public sur l’existence d’un vrai esprit normand, un esprit vif, dynamique et surtout très attirant.

Et c’est ce que j’essaie de faire aussi, de l’autre côté de la Manche, avec mes cours de faculté. Je crois qu’il est essentiel d’apprendre aux gens que la Normandie n’est  pas située qu’en France. La Normandie s’étend au-delà des frontières géographiques de la France. Elle a une histoire liée à celle de la France, certes mais elle a à la fois une histoire indépendante. Le normand est une langue d’oïl donc il a bien sûr des liens linguistique avec le français – comme avec l’espagnol. Mais de dire que le normand est un français déformé n’a pas le moindre sens sur le plan linguistique. Le normand n’est pas le français. Tout comme l’espagnol n’est pas un italien déformé.

Je tiens à sensibiliser les gens à l’existence d’une Normandie qui à la fois fait partie de la France mais qui aussi est fière de sa langue, de ses traditions et de sa culture.

Je termine ce soir en vous remerciant de m’avoir accordé ces cinquante minutes pour que je vous explique pourquoi je me passionne pour votre langue et pour votre patrimoine culturel. C’est un vrai privilège d’assister à votre fête et je la souhaite beaucoup de succès. Je termine sur les mots de Monsieur Albert Postel de Rocheville, animateur de la revue normande, La Voué d’la Forae et fondateur de l’Assemblée normande qui est à l’origine de notre fête ès Normaunds. J’ai eu le bonheur et le privilège de parler avec M. Postel quelques mois avant sa mort l’an dernier. Il a prononcé une phrase qui veut tout dire, et je la partage avec vous aujourd’hui pour rendre hommage à tout ce qu’il a fait pour sauvegarder le normand : ‘‘J’aime bien mon pays, j’aime bien le normand. Le normand, c’est eune expression de grâce’’.

Merci bein des feis.

Un débat Imagetrès intéressant a prolongé la conférence et la veillée normande.

Image

Image

Image

Image

Geraint Jennings a expliqué pourquoi l’anglais a pris le pas au 19è siècle sur le normand et il a précisé la situation linguistique actuelle à Jersey.

Dans la journée du vendredi, à Valognes, Geraint a pu discuter longuement avec Mari : car la fête est l’occasion de rencontres multiples entre les acteurs impliqués dans l’action pour revitaliser le normand.

Image

Image

La Manche Libre a bien fait connaître la fête…

Chez Maurice Diouy à Morsalines

Image

Image

Image

Image

Image

La Hougue, mot scandinave, = l’ilôt, le promontoire… Saint-Vaast-la-Hougue se prononce Vâ et Hrougue (H expiré). Sant-Vâ est venu du Nord de la France. Rien à voir avec les autres lieux comme Le Vast, Sottevast (Sot’vâ) : ici vâ est une terre inculte, landes,… Sotti est le nom d’un Scandinave qui s’est établi là. Au Sud de la ligne Joret, on trouve Le Gast (Le Gâ), même sens que vâ.

  Quédou en normand (écrit Quettehou sur les panneaux : en français ne pas prononcer le e muet !) est le village de Kéti (Jacques Anquetil était le descendant d’un Viking !).

La Veillée normande fut animée par Françoise Roulland avant et après la conférence.

Image

Alphonse Allain, Charles Birette (La pouquie de poumes dé terre), Côtis-Capel (Nous mans / Nos mains,…) furent à l’honneur…  Prochaine veillée normande (de 17 à 18 h), lundi 10 juin à Bricquebec, salle Saint-Roch (prononcer Sant-Rô), dans le bas du bourg.

Le compte-rendu de ces trois jours va se faire peu à peu dans ce blog, mais l’actualité du normand va se bousculer. Surprise bientôt !

Rémin Pézeri.

Poster un commentaire

Classé dans Faête és Normaunds